Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

L'amour dans les relations: un bien ou un mal?

Romantisme
#
Profil

kill-your-idols

le samedi 05 août 2017 à 16h28

Dans un autre fil, on avait commencé à discuter sur l'existence de l'amour et sur la question si l'amour dans les relations était plutôt un bien ou un mal.

Vu que le sujet était intéressant, mais hors sujet avec le fil en question, je reprends la discussion ici.

bonheur
En gros, dans polyamour, il y a poly et il y a amour. Si chacun peut construire une image sans ambiguïté du terme poly (plusieurs), il est plus difficile de définir exactement le terme "amour".

J'ai eu une relation amoureuse (pour moi) avec quelqu'un qui m'a dit "l'amour n'existe pas, c'est un mythe". J'ai donc répondu qu'il ne m'aimait pas et il a acquiescé indiquant malgré tout que ce qu'il vivait était plus comme de l'amitié. Ca fait déjà un certain temps et les mots ne sont sans doute pas exacts mais subsiste l'idée générale trop fortement dans mon esprit.

La question reste entière. Les personnes qui sont amoureuses, le sont-elles vraiment ? Les personnes qui pensent que l'amour est un mythe, ne sont-elles pas à l'écoute de leurs émotions (ou n'en n'ont-elle pas, en matière d'amour) ? Ces personnes ont-elles "peur" de leur ressenti (amoureux) au point de les "travestir" ou de les minimiser ?

kill-your-idols
Vu que je suis un de ceux qui pensent que l'amour n'existe pas, et que c'est mieux de baser ses relations sur l'amitié, j'explique mieux le concept.

Il y a plusieurs sentiments: entre autres, l'amour, la rage, la haine, l'orgueil, la joie, la passion, la jalousie, le bonheur, la satisfaction...

Certains sentiments sont beaux: la joie, le bonheur, la satisfaction...

Des autres sont plutôt sombres: la rage, la haine, la jalousie, l'orgueil...

Et pour vivre heureux on aimerait bien expérimenter beaucoup d'émotions positives, et minimiser les émotions négatives. Et on aimerait fonder nos relations sur des émotions positives, telles que la joie et le bonheur, plutôt que sur des émotions négatives telles que la rage ou la haine.

Dans tout ça, on met où l'amour? Traditionnellement, on devrait le mettre parmi les émotions positives. Pour moi sa place est plutôt parmi les émotions négatives, à côté de la rage et de la haine.

Comme dans la rage ou dans la haine, dans l'amour on se sent petits et vulnérables, et on cherche ailleurs ce qu'on devrait trouver en soi-même. Donc, fonder une relation sur l'amour nous assure un futur de petitesse et vulnérabilité, deux conditions qui ouvrent la porte aux autres émotions négatives.

Donc, baser ses relations sur l'amour, non merci! Je préfère l'amitié, le respect mutuel. Je veux partager ma vie uniquement avec des personnes fortes, qui savent qu'elles sont et ce qu'elles veulent.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le samedi 05 août 2017 à 16h36

Ne s'agit-il pas plutôt d'un débat sur la définition du mot "amour" ?

#
Profil

kill-your-idols

le samedi 05 août 2017 à 16h42

Tcheloviekskinoapparatom
Ne s'agit-il pas plutôt d'un débat sur la définition du mot "amour" ?

oui. Le but de cette discussion est de reprendre celle qu'on avait interrompu sur l'autre fil, et que je trouvais fort intéressante. Soyez libres d'exprimer votre point de vue, même s'il ne correspond pas à 100% au titre de ce fil.

#
Profil

bonheur

le samedi 05 août 2017 à 19h39

Un grand merci Kill pour cette volonté d'offrir un espace de discussion dans lequel je peux m'exprimer.

Moi qui vit l'amour avec tellement de bonheur (enfin tellement de merveilleux moments, ceux passés et ceux qui viendront), que intégrer que l'amour est sombre, je n'y arriverai je pense jamais.

Pour moi, l'amour est purement et simplement un cadeau de la vie. Aussi bien ce que je ressens que ces merveilles qui m'ont offert la possibilité de partager et vivre mes émotions, de les provoquer. Même quand les larmes coulent c'est merveilleux. La nostalgie est justement le reflet du passé et c'est beau. Les larmes sont surement ce qui permet justement d'extérioriser cette beauté unique. C'est parce qu'elle est toujours à l'intérieur, cette beauté de l'instant.

Le sombre est peut être justement que la nostalgie est perçue comme négative, comme une souffrance... mais une souffrance (une "tristesse" passagère) n'est pas nécessairement négative ou sombre ! Je veux dire, ce n'est parce qu'un lien s'arrête (et là est un autre débat) que l'on doit renier ce que l'on a vécu de merveilleux, ou même le minimiser.

Sans doute que j'ai une mémoire émotionnelle positive, je ne sais pas.

Nos émotions nous rendent humains. D'ailleurs je ne comprend pas que l'on nous éduque à grand renfort d'extinction de nos émotions (pas toujours, je ne généralise pas, je constate). Ce sont elles qui nous rendent vivant. Si je ressens, je vis.

Si l'on considère que l'amour est une émotion, alors gérer son émotion est primordiale. Je pense qu'enfouir ou être dans un dénie émotionnel, c'est contre nature. Après oui, si c'est mal vécu. Dans ces cas là, mieux vaut ne plus aimer, et s'éteindre.

Peut être Kill trouves tu une façon de détourner l'amour afin de le vivre autrement, afin de le gérer d'une façon moins sombre. Mais je pense que c'est perdre de son vivant, c'est anéantir ce merveilleux en soi et du coup, les liens finissent pas s'en ressentir.

Ma conclusion est que l'amour façon "oui" et "je t'accepte" (intérieurement) permet un épanouissement extérieur. De toute façon, qu'on les acceptent ou non, qu'on les assument ou non, nos émotions seront présentes. Elles sont là, qu'on le veuille ou pas.

#
Profil

bonheur

le samedi 05 août 2017 à 19h43

Pour revenir au titre de ce fil : une relation amoureuse sans amour, est une relation qui porte mal son nom... Non ?

#

Knock'n'bule (invité)

le dimanche 06 août 2017 à 00h44

L'amour n'est pas une émotion.
Les émotions ne sont pas ce qui fait notre humanité.
Je les considère comme des événements qui se produisent. Comme la pluie, une piqure de moustique, une chanson de Bob Dylan, etc. Elles viennent et elles repartent. Nous n'avons pas spécialement à y réagir. Et surtout pas à les gérer (ce terme est spécialement affreux dans ce contexte).
L'amour, c'est la "force" qui anime le mouvement de toutes les choses. C'est le désir qui nous traverse (ou nous construit?) d'augmenter toujours notre puissance de vie. Ce qui engendre de la joie.

Mais il est tard...

#
Profil

bonheur

le dimanche 06 août 2017 à 19h27

Knock-n-bule (invité)
L'amour, c'est la "force" qui anime le mouvement de toutes les choses.

Parle t-on ici du champ morphique ?

Si c'est le cas, l'amour s'y intègre, enfin pour moi... mais en parallèle à ce que j'indiquai précédemment. Tout s'intègre dans le champ morphique, mais je doute qu'ici, les membres parlent de ça ?

#
Profil

Toinou

le lundi 07 août 2017 à 10h25

Tcheloviekskinoapparatom
Ne s'agit-il pas plutôt d'un débat sur la définition du mot "amour" ?

Oui c'est bien la base de la discussion. Se contredire sur un mot où tout le monde met ce qu'il veux dans sa définition personnelle.

#
Profil

bonheur

le lundi 07 août 2017 à 11h57

J'aime bien la réponse de Knock'n'bule, qui correspond en effet à la fois à ce que je crois profondément (ces mots à lui sont autres, mais quelque part on se rejoint brièvement).

Moi non plus, je n'aime pas dire "gérer" ses émotions, sauf que c'est un langage que tout le monde comprend, y compris les personnes qui intellectualisent... car il y en a beaucoup. L'émotion n'est en effet pas à "gérer" mais à ressentir (le mot n'étant encore pas le bon), à extérioriser et à vivre. Je suis d'accord pour dire que l'émotion passe et je dirai même qu'elle est en mouvance, un recommencement mais à chaque fois unique. si l'émotionnel est tellement présent en moi, c'est sans doute parce que j'ai développé une mémoire émotionnelle importante.

L'amour pour une personne ne peut se décrire. Seul le mot amour existe, c'est le seul que je connaisse. La joie en est une composante. Je dirai également un truc à l'intérieur. Aussi de l'élan, de l'enthousiasme. De la crainte aussi, quand ça complique l'existence, à cause des normes.

Le champ morphique a plus en commun, d'après ce que j'ai lu, avec l'amour universel et pas uniquement entre individus de la même espèce mais aussi avec tout ce qui nous entoure. Notre environnement proche mais aussi éloigné. Tout ce qui "existe" et y compris ce qui est invisible a une incidence sur l'ensemble des réalités et nous sommes intégrés à ce champ d'universalité.

Peut on y intégrer tout ce qui est inexpliqué ? Comme par exemple ressentir une angoisse, une peur forte alors que rien n'y expose... Comprendre plus tard qu'une personne tellement proche de nous, a vécu à cet instant précis un accident et à ressenti cela "concrètement", en lien avec l'accident. Et poser la question à cette personne "est-ce que tu as pensé à moi à cet instant ?". La réponse est positive... Peut-on lié cela à l'existence d'un champ morphique... A une époque on m'aurait brûlée vive pour avoir raconté ce récit (ou alors j'aurai passé pour une Sainte, désignée par Dieu, ce que je ne suis pas). Un exemple parmi d'autres...

Champ morphique ou aura. Certaines personnes renvoient une image positive malgré elles. Elles ont une "aura" (le terme ne convient pas, je sais, il s'agit plus d'un rayonnement puisqu'extériorisable et recevable par autrui) qui rayonne et "fait du bien" (ou pas, suivant les cas).

Difficile de mettre des termes exacts, compréhensible universellement. Toujours est-il que la proximité de certaines personnes font un effet non descriptible (pour moi, cela va de soi) et que dans ces cas là mon système émotionnel est à son apogé : je nomme cela amour quand cela se produit à répétition.

Le fait que l'on soit très souvent en proximité de cette personne implique (sinon c'est l'épuisement) que l'on tempère cet état. Cela n'implique pas que l'on n'est plus de "pics". La fréquence n'a rien à voir avec la routine. La routine on la construit et l'on s'y installe. La fréquence aspire à ne pas être en surcharge émotionnelle et aussi à vivre... mais n'empêche en rien de vivre des moments, des instants encore intenses et riches.

Kill m'a invité à m'exprimer librement. C'est ce que je fais. Chacun-e prendra de ce propos ce qui résonnera et ne prendra rien de ce propos ce qui ne le concerne pas.

#
Profil

bonheur

le samedi 12 août 2017 à 11h12

J'ai commencé ce matin un nouveau livre (oui, encore un !). "La déliaison amoureuse - de la fusion romantique, au désir d'indépendance" de Serge Chaumier (édition petite bibliothèque Payot 493 - ISBN 978-2-228-89832-4 : 9€)

L'introduction de ce livre s'intègrerait parfaitement dans ce fil de discussion.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion