Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Que faire

Famille
#

purpleyellow (invité)

le samedi 12 août 2017 à 11h48

Bonjour, je vous écris ici parce que je suis perdue, je ne sais pas ce que je dois faire, j'espère que quelqu'un ici pourra m'aider à gérer ma situation.
J'ai 16 ans, je suis pansexuelle et amoureuse de deux personnes absolument formidables.
Jusqu'ici tout va bien
Mais mon problème c'est mes parents. Ils se disent ouverts d'esprit mais critiquent la communauté LGBTQ+, dont je fais d'ailleurs partie. Je ne sais pas si je dois leur dire pour ma pansexualité pour mes 2 relations ou si il est mieux qu'ils n'en sachent rien.
Je m'entend mal avec eux et j'ai l'impression que plus le temps passe, plus ça empire
J'aimerai que vous puissiez me conseiller je ne sais plus quoi faire :(

#
Profil

bonheur

le samedi 12 août 2017 à 12h12

Les mauvais rapports parents-enfants... Il se trouve que j'ai des parents ET des enfants (19 à 27 ans).

Mon fils ainé va bientôt se marier alors que personnellement je suis aujourd'hui contre cette institutionnalisation de l'amour. Il n'est à mes yeux pas utile de se marier pour être heureux. De toute façon, avec mon fils, on a coupé les ponts. C'est mieux pour le développement personnel de chacun-e et pour les repas de famille qui tournaient toujours en cacahouettage.

Lorsque ma mère a appris que j'étais poly, bien qu'en présence de mon mari, j'en ai pris plein la gueule. Mon mari devenant le pauvre Caliméro à plaindre et à soutenir (y compris financièrement car quand il y a trop plein d'argent, on ramène tout à cela) et moi le vilain petit canard à maudire.

Donc, oui, pas facile à gérer les rapports parents-enfants-parents. J'ai 49 ans, je n'ai nul besoin d'autrui pour savoir qui je suis et comment je dois vivre. D'ailleurs, à 16 ans, je n'étais pas bien "à la maison" (chez mes parents).

A savoir que l'essentiel, enfin d'après mon avis et en fonction de ce que tu dis, est d'être bien dans tes baskets (ou new-rock, c'est comme tu choiz). Il ne faut pas chercher à convertir. Chacun-e doit être aimer pour ce qu'il-elle vit le mieux et l'important serait le bonheur individuel.

Surtout, soit qui tu es, et si on te dit que tu es un vilain petit canard, n'oublie pas que celui-ci trouve enfin sa place au milieu de ces beaux et majestueux cygnes.

#
Profil

purpleyellow

le samedi 12 août 2017 à 12h26

mes parents pensent qu'en ce moment je suis perdue et que donc je veux tenter de "nouvelles expériences" alors que c'est tout l'inverse, je sais qui je suis et ce que je veux maintenant.
Je pense que je ne vais rien leur dire tant que je n'y serais pas forcée, de toute façon dans 1 an je m'en vais, je pourrais être pleinement moi même alors peut être que le mieux est d'attendre?

#
Profil

Juliejonquille

le samedi 12 août 2017 à 12h35

Je ne suis pas sûre qu'on puisse/doive tout dire à ses parents. La sexualité surtout reste quelque chose de difficile à aborder. (On est genés quand nos parents évoquent leur sexualité de façon trop précise d'ailleurs)
Mème adulte, je ne peux pas encore parler à mes parents du polyamour. C'est ma vie personnelle, ça ne les regarde pas et ils ne sont pas ouverts.

Là tes parents risquent de paniquer pour toi si tu leur fais un coming out : lgbt + poly et tu es encore un mineur.

Si tu les sens très hostiles, peut être qu'il vaut mieux rester dans le placard tant que tu vis sous leur toit et qu'ils sont responsables de toi.
Mais ça doit être très dur pour toi.

Peut être que tu peux essayer de tâter le terrain avec des discussions générales. Puis suivant leur réactions commencer par une seule information...
Mais c'est vraiment très très délicat et ce serait bien si tu avais un allié : une grand mère ou un oncle....
Tu peux trouver des alliés et conseils auprès d'assos Lgbt ?

#
Profil

purpleyellow

le samedi 12 août 2017 à 12h40

C'est vrai que c'est assez difficile de ne rien dire... Dans ma famille il n'y a personne d'assez ouvert d'esprit qui pourrait m'aider mais je vais regarder si il n'y a pas d'association, merci beaucoup pour l'idée je n'y avais pas pensé :)

#
Profil

bonheur

le dimanche 13 août 2017 à 17h19

Pour ce qui est de mon expérience sur Dijon, l'association (la seule) lgbt qui existe se désintéresse complètement des polys.

#
Profil

Lili-Malaya

le dimanche 13 août 2017 à 19h51

coucou !

Je trouve ça mature de ta part que tu arrive déjà à mettre des mots sur ta manière d'être, à ton age j'en étais pas là.

J'ai eu (j'ai toujours ?) des relations difficiles avec mes parents, et mon conseil sera du coup orienté : tant que tu estimes ne pas te mettre en danger, n'en parle pas à tes parents si tu ne le sens pas. Par ne pas te mettre en danger j'entends bien te protéger pendant tes rapports, en cas de doute, fais des dépistages (gratuits et anonymes dans les hôpitaux, tu as toutes les infos sur le site de sida info service). Enfin, c'est un peu le discours que je tiendra à ma petite sœur qui a ton âge quoi.

La sexualité d'un individu ne regarde généralement pas ses parents, tu n'as pas d'obligation de leur en parler. C'est toujours intéressant de pouvoir partager ses expériences et de se sentir accepté. Je comprends ton envie de t'ouvrir à eux, mais c'est aussi quelque chose que tu peux faire avec un ami de confiance, sur un forum (coucou) ou avec d'autres membre de ta famille avec qui tu te sens à l'aise.

Avec le temps, tu vas t’émanciper, ta famille n'est sûrement pas stupide et s'en doutera, mais mieux vaut que leur prise de conscience se fasse quand tu seras sortie du nid sans quoi ils pourraient mettre des barreaux à tes fenêtres haha.

Courage à toi, prends soin de toi surtout !

edit : j'en ai discuté avec mon compagnon, et il estime que tu dois "préparer ton coming out dans 3 ans" x) en essayant de défendre tranquillement la cause lgbt auprès de tes parents quand je sujet arrive sur le tapis. Ne le fais que si ils sont ouverts au dialogue hein ! Mais ça pourrai être un bon début !

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le dimanche 13 août 2017 à 20h57

J'avais regardé une émission débat sur les enfants transgenre et un père avait indiqué que (son fils) sa fille était certainement extrêmement plus mature que la plupart de ses camarades. Ceux-ci avaient d'ailleurs indiqués qu'ils avaient appris grâce à elle.

Moi, j'ai commencé ce travail à 38 ans alors qu'à même pas 20 je choisissais comme une idiote entre l'amour et l'amour. Je suis heureuse, et admirative, lorsque je constate que les jeunes générations s'investissent tôt dans la compréhension et l'acceptation de qui ils sont. Quelque soit l'âge, c'est délicat et difficile. Par contre, c'est vrai qu'à 40 ans, on a moins de scrupule à délaisser les parents et s'imposer suivant qui l'on est. On a moins de "compte à rendre".

#
Profil

Toinou

le lundi 14 août 2017 à 14h11

bonheurPar contre, c'est vrai qu'à 40 ans, on a moins de scrupule à délaisser les parents et s'imposer suivant qui l'on est. On a moins de "compte à rendre".

Alors là, je dirais : ça dépend des gens :D
Ma femme, qui vient de fêter ses 8 lustres, est encore apeuré à l'idée de faire son coming-out polyamoureux devant sa mère.
Bon on est passé de terrorisée à apeuré, c'est déjà un bien, et maintenant ça commence à la chauffer de lui "balancer à la gueule" :D
Mais là n'est pas le propos, c'était juste une aparté pour dire que je connais quelque personne qui ne peuvent tout simplement pas facilement en imposer à leurs parents, même à 40 ans.

Pour en revenir @purpleyellow je dirais un truc simple :
Tu as 16 ans c'est normal que tes relations avec tes parents te semble aller mal et empirer.
Point positif, chez la majorité des gens ça s'arrange par la suite (généralement quand l'oisillon quitte le nid).
Pour ce qui est de dire les choses à tes parents c'est un choix à faire. Ne rien dire aura des conséquence (mentir, se cacher, etc.), le dire aussi (jugements, engueulade, etc.). A toi de faire ton choix et de le défendre par la suite. Comme je dis à mon fils : tu fais un choix, tu le défends et tu l'assumes.

Mais il y a une chose de sûr quel que soit ton choix : ta sexualité et ta sentimentalité sont les tiennes. Tant que ça n’enfreint aucune loi (oui parce que faut pas oublié qu'à 16 ans ils sont responsables de toi et de tes actes devant la loi) tes parents n'ont pas à t'interdire tes choix, ni de t'imposer les leurs.

Bon courage en tout cas. ;-)

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le lundi 14 août 2017 à 14h25

Etre soi à un prix, alors que ça ne devrait être que du "bonheur" :-/

Et oui, ce prix, ce sont souvent nos "choix". Chez moi, la vérité est salvatrice. Ce fut donc ma façon de me "libérer". Assumer est difficile, mais plaire au plus grand nombre est difficile aussi.

Ma vie a fait que j'ai eu peur de perdre un amour (qu'il meurt ou que ce soit très grave)... ce fut un révélateur et un déclencheur. Après cela, les valeurs "communes" ne pouvaient plus régir ma vie et je me suis prise en main.

Je suis heureuse lorsque des personnes ont cette prise de conscience sans avoir besoin d'un tel déclic. D'un autre côté, ça aide d'en avoir rien à foutre du reste du monde afin de devenir soi et de s'assumer. Il y a toujours du bien dans ce qui parait difficultés et souffrances.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion