Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Arrêter ou continuer?

#
Profil

Diomedea

le jeudi 06 juillet 2017 à 14h12

Étant de fait et de nature polyamoureux, il m'est inconcevable de vivre (en tant d'amoureux-amant) une autre relation au prix de la souffrance de ma compagne L qui est une personne généreuse et de profonde bonne foi : après plusieurs années de discussion entre nous, elle ressent maintenant qu'il lui est possible que je retrouve mon amoureuse, même que nous nous créions une amitié entre nous trois. J'en suis infiniment reconnaissant et j'aime L plus que jamais!
Je ne cherche surtout pas à donner de leçons! Merci à tous pour ces échanges bien riches :-)

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

bonheur

le jeudi 06 juillet 2017 à 15h10

Je crois que la souffrance fait parfois partie de la vie. On apprend et on retire de cette souffrance, surtout si elle est reconnue et accompagnée par les personnes qui nous aiment et que l'on aime également.

La vie est une succession d'émotions, de ressentis... et parfois, comme indiqué ci-précédemment, notre corps nous rappelle à l'ordre.

Il faut tout prendre en compte et tout est pertinent.

Est-ce qu'une personne poly de nature peut vivre sans plusieurs amours ? oui en éteignant une partie d'elle-même !
Est-ce qu'une personne qui ne l'est pas peut vivre avec une personne poly ? oui, en tuant ses rêves et en faisant le deuil de l'exclusivité ! Est-ce possible pour chacun-e : sans doute pas.

Donner des leçons ? Il n'y a pas de leçon à donner sur les différences, juste les accepter et savoir ce qui nous convient individuellement.

Diomedea, bravo aux L., c'est aussi l'initial du prénom de mon mari.

#

Diomedia (invité)

le jeudi 06 juillet 2017 à 22h10

Bonsoir Bonheur
Merci pour ta réaction et pour ton mot pour L, qu'elle a apprécié.

Évidement la souffrance nous touche tous tout au long de la vie, mais je réitère que pour moi il m'est impossible d'exiger d'être suivi vers un bonheur amoureux au prix de la souffrance de la personne que j'aime le plus au monde.

Ma "partie polyamoureuse" n'était pas éteinte pour autant pendant ce long temps de discussion, tout simplement je n'ai pas vécu mon amour pour M autrement que par la parole et l'écrit.

Et L te dirait que ses rêves ne sont pas tués non plus, sa sensibilité et son évolution personnelle ont modifié les anciens et ont créé de nouveaux.

Bien sûr nous n'offrons ici qu'un témoignage de notre propre chemin, peut-être ça peut servir...

:-)

#
Profil

bonheur

le jeudi 06 juillet 2017 à 22h26

Alors bravo aussi à M, à sa place, je ne sais pas si j'aurai pu vivre cela. Chez moi, une fois que l'amour a été exprimé, l'enfouir, même si c'est pour mieux le vivre plus tard (ce qui n'est aucunement garanti).

Vous avez trouvés vos particularités et développés votre vie relationnelle diverse et complexe. Une prise en moi, de soi, une écoute et aide à autrui... et parfois, les étoiles brillent encore plus...

Bonne nuit, à tous !!!

#

Sanléane (invité)

le vendredi 07 juillet 2017 à 23h27

Je suis accompagnée chaque jour par mon conjoint qui se sent bouleversé par mon état physique. Le problème c'est que comme dit bonheur si il renonce à l'amour pluriel pour moi une partie de lui s'éteindra. En essayant aujourd'hui d'essayer d'accepter son polyamour c'est moi qui m'éteint. Il se respecte dans son choix en étant conscient que çà me détruit. Je le respecte mais moi ne me respecte pas.

Peu de possibilités s'offrent à moi aujourd'hui car clairement essayer d'accepter me plonge dans une profonde détresse donc accepter tout court est impossible. Je ne vois que l'éloignement ou la rupture pouvant me respecter à nouveau. Le problème étant que je l'aime profondément, que je veux passer du temps en famille, vivre avec mon enfant tous les jours et pas en alterné.......

Le polyamour est la seule raison qui m'empêche de continuer et me respecter dans cette relation alors que j'ai dizaines de raisons qui m'empêchent d'arrêter.
Le poids est trop lourd à porter, je perds énormément d'énergie.

Je te remercie pour ton témoignage Diomédia. Nous sommes dans une situation où mon conjoint est en relation avec elle quasiment que par téléphone et messagerie. La distance faisant ils ne se sont vus que deux fois en deux mois. Malgré le peu de rencontres en vrai je vis très mal leur relation téléphonique au quotidien. C'est intrusif et dérangeant pour moi même si c'est fait en dehors de la maison. Je ne suis pas certaine qu'en y allant progressivement je puisse mieux accepter. C'est insoutenable de les sentir en relation.

#
Profil

bonheur

le samedi 08 juillet 2017 à 12h00

Je pense en effet que tu vis dans la crainte de... (je ne sais quoi, toi seule le sais). Il communique en dehors du temps qu'il te consacre ainsi qu'à votre foyer et c'est malgré tout intrusif, enfin, tu le vis ainsi.

Personne ne peut prendre de décision à ta place Sanléane. Je suppose que même si vous preniez le large dans votre relation, tout en vivant sous le même toit (l'enfant), tu n'arriverais pas à prendre du recul.

Ne vous éteignez pas, ni l'un ni l'autre. Respecter individuellement qui vous êtes et réinventez votre vie de famille... mais sans doute n'est-ce pas une solution viable pour toi.

Prenez soin de vous et personne ne doit vous dire ce que vous devez faire, comme personne n'a à remettre en cause votre vécu et vos décisions.

#

Superglue (invité)

le vendredi 14 juillet 2017 à 04h42

Comment vas tu Sanleane ?

#

Sanleane (invité)

le dimanche 23 juillet 2017 à 09h29

Je suis toujours dans la même problématique qu'au début du mois. Je ressens encore et encore de la souffrance. Malgré mes prises de conscience et nos discussions authentiques je ne parviens pas à accepter la situation. En tout cas dans les mots c'est juste et ça résonne pour moi mais dans le vrai mon corps est en réaction complète.

Je suis responsable de mes émotions mais dans le fond je ne me respecte toujours pas. Je fais passer ses besoins avant les miens au détriment de ma santé. Par amour je tente d'accepter mais c'est moi je n'aime plus en faisant cela.
Je tends de plus en plus vers la rupture car je ne vois pas d'autre solution pour me respecter.
Je pensais qu'avec le temps et nos échanges ma souffrance s'estomperait mais elle est toujours de la même ampleur lorsqu'ils rentrent en contact. C'est déchirant et bouleversant de le voir et de le sentir aimer une autre femme. J'ai toujours considéré que l'autre ne m'appartenait pas et depuis des années c'était le cas mais là dans cette situation dans la réalité ça m'est impossible d'être détachée et sereine.

Je suis plongée dans un profond désarroi depuis un mois, je craque complet et je n'arrive pas à trouver le chemin le plus juste pour toi. Mon besoin est de me respecter et de m'aimer. Aujourd'hui en restant en couple avec lui il n'est pas comblé. J'essaie de trouver sur le forum des témoignages qui pourraient m'aider mais je constate que la souffrance fait partie du lot la plus part du temps.... Je ne crois pas que grandir dans la souffrance à long terme soit la meilleure option pour être heureux.

Merci d'avance pour vos réponses et votre éclairages

#
Profil

bonheur

le dimanche 23 juillet 2017 à 14h18

La souffrance à long terme n'est pas valable. Un mois, ce n'est pas du "long terme".

Tu dois évoluer pour toi, par rapport à toi.

#

Sanleane (invité)

le lundi 31 juillet 2017 à 19h36

Hier mon conjoint a mis un terme à notre relation car il n'arrive plus à vivre avec moi en souffrance. Il ne supporte plus mes réactions de jalousie envers leur relation. Il ne souhaite plus vivre avec moi car il se sent mal à l'aise en ma présence. Il privilégie sa relation avec elle plutôt que la nôtre. Il pense que le temps ne m'aidera pas à accepter le fait qu'il aime une autre femme. Il veut se sentir libre et autonome de faire ce qu'il veut.

Je vis cette décision comme déchirement. Je ne me sens pas accueillie dans mes émotions et dans mon évolution. Je me rends compte qu'il n'est pas prêt à m'accompagner dans ma démarche d'acceptation. Il veut vivre ses deux amours dans des relations saines et agréables seulement pour accueillir le polyamour dans ma vie j'ai besoin de temps, de soutien et de compassion. A priori il n'en n'ai pas capable aujourd'hui.

Je me retrouve seule éloigné de lui et mon petit garçon alors que nous nous aimons toujours. Je suis littéralement effondrée. Le silence et la distance sont insupportables.

#
Profil

bonheur

le lundi 31 juillet 2017 à 21h25

Je comprend ton désarroi et ton ressenti. Une rupture est toujours douloureuse.

Ce n'est pas moi de dire s'il a tort ou raison... d'autant que l'on n'est pas dans le vécu. Après, il faut déjà te réconforter, devenir une amie pour toi-même et surtout vivre désormais pour toi. Prend le temps de déconstruction (si nécessaire) et de poursuite de ta vie.

Après, je peux confirmer, par expérience, que la jalousie peut être pire que tout, y compris si l'on aime. Mon conjoint avait eu une attitude affligeante à une époque.. Il s'était remis en question quand je lui avais indiqué que ce n'est pas notre amour qui nous séparerai mais cette jalousie insensée, alors qu'il lui suffisait de demander pour savoir. C'est la seule fois où j'avais parlé de se séparer. Il a heureusement pour nous, compris l'ampleur de mes désagréments et il s'est "fait diligence".

Ce n'est qu'ensuite que nous avons pu poursuivre ma polyaffectivité dans une dynamique commune. La jalousie aurait été un parasite trop lourd à supporter et à gérer.

#
Profil

Merlyn

le lundi 31 juillet 2017 à 23h06

Je suis navré de l'apprendre mais je ne serais pas dans le jugement de lui ou de toi.

Tout ce que je te souhaite, c'est de pouvoir te reconstruire et que puisses retrouver le sourire un jour.

#
Profil

Toinou

le mardi 01 août 2017 à 09h17

:-(

#

Sanléane (invité)

le mardi 01 août 2017 à 21h41

Merci pour vos partages respectifs.
La problématique aujourd'hui réside dans la notion de respect. En effet il considère que je ne le respecte pas car je n'accepte pas qu'il aime une autre femme. De mon côté je considère qu'il ne respecte pas car il ne m'accepte pas dans l'entièreté de mon être qui est actuellement en souffrance.

Pour arriver à se respecter mutuellement il faudrait que l'un de nous deux éteigne une partie de lui-même comme le disait bonheur. Nous sommes dans une impasse car mon conjoint ne souhaite pas nous laisser du temps pour trouver des solutions communes. Le témoignage de Diomédia en serait une que nous pourrions explorer ensemble.

#
Profil

laeti123

le mercredi 02 août 2017 à 02h15

Bonjour Sanléane,

Ce que tu vis raisonne assez bien (dans un contexte et une histoire différente) bien entendu avec ce que je peux vivre.
Je parle en terme d'émotions, souffrance...
Oui, c'est hyper violent, pour ma part j'ai la sensation de ne pas être importante, de ne pas exister assez fort pour mon partenaire.
Je suis en train d'apprendre à reconnaitre a quel point ça me fait vraiment mal.
Et que ce n'est pas du blabla.
J'ai senti en accueillant en pleurant que la souffrance se transformait en douleur ( qui n'est pas tout à fait la même chose). Et j'en arrive à faire des liens avec un endroit qui est à la base, au tout début de ces sentiments difficiles. Et ce que je vis avec mon amoureux ne fais que écho à une histoire plus ancienne.
Pour être un peu plus objective : j'ai entamé un travail thérapeutique, que me permet de prendre conscience et d'avoir les cléfs en main au moment ou j'ai besoin .
Alors, je ne dis pas que c'est la solution, car je ne pense pas que tout.es les polys aient dû passer par là.... Mais quand même. Comme je l'exprimais lors de mon dernier post, ça vient chambouler l'aspect identitaire ( je suis la femme de...l'homme de....) , un endroit ou on nous a toujours appris que c'est ici qu'on devrait se sentir en sécurité. Dans la famille nucléaire et le couple monogame.
C'est fatigant pour moi d'essayer de reconnaitre l'aspect "norme sociale "qui s'est engrammé en moi malgré moi, que je considérai auparavant comme des valeurs sans équivoque.
Est ce que je suis ce qu'on a bien voulu faire de moi?
Sans compter l'histoire familiale personnelle...

Je me faisais la remarque ayant pas mal bossé avec des enfants, que le polyamour est très naturel chez eux. Ils ont plein d'amoureux.ses jusqu'en Grande section. Je pense que c'est de notre nature d'aimer. Quand je ressens de la panique à l'idée que l'homme que j'aime prenne du plaisir avec une autre femme, et qu'il l'aime aussi. Après avoir hurlé, je me pose en moi. Et viens regarder c'est quoi qui hurle??? Je n'en suis que là, pour l'instant. Il ne s'agit pas que tu te tordes pour rentrer dans ce mode relationnel s'il ne te convient pas, et le renoncement fait partie du jeu. A quoi je dis oui quand je dis non ? Regarde du coup à quel point tu te respectes toi. Même si aujourd’hui c'est lui qui a préféré suspendre votre histoire. Le cadeau, c'est que le respect que tu t'accordes est tout aussi grand que l'amour que tu as pour lui. Peut être que tu dois sentir que c'est par dépit ....
Ce a quoi je crois : la douceur, et l'auto-empathie sont les première marches a gravir dans ce genre de situation. Pour savoir ou je me situe. Quelles sont mes limites? Ma zone de confort, zone d'inconfort (c'est là qu'on apprends le plus) , zone de panique ( tétanie assez stérile dans le genre). Et enfin piger que l'autre quoi qu'il vive, je suis bien en moi. (J'en suis loin...Mais ça vient :)
J’espère ne pas être trop Hors sujet...
Bon courage à toi !

#
Profil

gdf

le mercredi 02 août 2017 à 08h40

Sanléane
La problématique aujourd'hui réside dans la notion de respect. En effet il considère que je ne le respecte pas car je n'accepte pas qu'il aime une autre femme. De mon côté je considère qu'il ne respecte pas car il ne m'accepte pas dans l'entièreté de mon être qui est actuellement en souffrance.

Je tique un peu sur cette utilisation du mot "respect" de sa part. Est ce que c'est lui qui dit que tu ne le respectes pas ou c'est toi qui retranscrit ? Le respect, ça consiste à prendre l'autre en considération. Si tu lui dis "tu es salaud", tu lui manques de respect. Si tu lui dis "je souffre de tes actions", ce n'est pas un manque de respect, c'est une affirmation de toi.
Qu'il considère une affirmation de toi comme un manque de respect, ça ne me semble pas très sain.
Quoi qu'il en soit, si la relation devient conflictuelle, je dirais qu'il faut éviter à tout prix de chercher des responsables. Plutôt que de savoir qui a manqué de respect à qui, il faut plutôt faire un constat d'évolutions personnelles vous ayant emmené sur des chemins différents. Vous n'êtes plus en phase, il n'est plus capable de t'apporter ce dont tu as besoin, tu n'es plus capable de lui apporter ce dont il a besoin. Ainsi soit-il.

#
Profil

Diomedea

le vendredi 04 août 2017 à 07h05

Bonjour Sanléane
"La problématique aujourd'hui réside dans la notion de respect. En effet il considère que je ne le respecte pas car je n'accepte pas qu'il aime une autre femme. De mon côté je considère qu'il ne respecte pas car il ne m'accepte pas dans l'entièreté de mon être qui est actuellement en souffrance. "
Ô combien cette phrase ressemble à une étape de notre évolution (L & moi)! Merci d'avoir vu en notre témoignage une possible source de réflexion.
C'est vrai que nous avons l'immense avantage et joie de nous aimer profondément et nous partageons l'idée qu'il est impossible pour chacun de nous de s'imposer à l'autre (en s'affirmant) au prix de la souffrance de l'autre. Le processus est sûrement parfois très long et jonché de progrès et de reculades, mais si c'est guidé par l'amour qui cherche le bonheur de l'autre, si chacun est convaincu de la bonne foi de l'autre et si chacun ose laisser tomber le schéma de "combat" ("attaqué" et "attaquant" ou, pour prendre des mots très à la mode, "victime" et "bourreau"), c'est vraiment possible d'évoluer ensemble.
Je te souhaite, je vous souhaite, un chemin où la douleur et l'impatience se transformeront petit à petit en riches découvertes. :)

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

#

Sanléane (invité)

le lundi 07 août 2017 à 20h49

Mon conjoint est revenu sur sa décision car il l'avait prise pour mettre un terme à ma souffrance. Il souhaite continuer notre relation et m'accompagner dans ma démarche d'accueil et d'acceptation. Il souffre également parce qu'il n'imaginait pas de telles conséquences. Mais la situation n'évoluant pas de mon côté en terme de souffrance nous nous sommes mis d'accord pour vivre séparément pendant le mois afin de faire le point et protéger notre enfant. Nous parvenons depuis à nous respecter mutuellement et à communiquer sincèrement. Nous engageons des discussions plus paisibles mais il est possible que la compréhension l'un de l'autre trouve des limites et qu'il faille envisager autre chose car je n'accepte toujours pas. J'aspire vraiment à plus de sérénité car je me sens vraiment très affaiblie et moins lucide.

Je suis en train de lire un livre intitulé "bienheureuse infidélité". Il m'apporte beaucoup de compréhension et d'apaisement vis à vis de ce que je traverse. L'auteur mentionne " Si l'inconscient souhaite une rupture et que le conscient joue à la réconciliation la situation deviendra de plus en plus chaotique." Je pense me retrouver là dedans car je souhaite continuer la relation et accepter mais je n'y parviens pas.... Par rapport à ce que leati123 ma souffrance ne s'est pas transformée en douleur. Pourtant je me m'inscris chaque jour dans une démarche d'accueil, je fais face à mes émotions, j'accepte mes réactions, je prends des mesures d'apaisement, je tente de communiquer et noter ce qui est positif et consolider notre couple mais j'en suis toujours au même point même en ayant mis de la distance physique entre nous...... L'amour profond que nous ressentons l'un pour l'autre comme le mentionne Diomédia pour l'instant ne suffit pas à panser ma blessure.

Le plus torturant pour moi encore aujourd'hui est la rencontre physique entre eux. Je reconnais être dans l'exclusivité sexuelle. Je suis incapacité d'être à son contact après leur rencontre. Je ressens du dégoût à l'idée que sa bouche parcourt le corps de l'autre puis ensuite vienne se poser sur le mien. Je trouve cela malsain, intrusif et perturbe mon intimité. Lorsqu'il est avec elle j'essaie de m'apaiser, m'accueillir, me protéger mais c'est insoutenable. Je garde mon enfant pendant qu'il prend du bon temps. Je me sens esseulée et trouve la situation injuste. Lorsqu'il revient, je suis distante, écoeurée et me sens trahie.
Je suis remplie de tristesse et rage en alternance.

#
Profil

bonheur

le lundi 07 août 2017 à 21h20

Parfois, il faut lire un livre en entier juste pour y trouver l'étincelle qui nous touche. Bravo pour cette lecture et ce travail sur toi ! Je ne peux qu'encourager ce type de lecture, elles sont toutes intéressantes.

#
Profil

Diomedea

le mardi 08 août 2017 à 01h43

Bonsoir Sanléane
"Nous parvenons depuis à nous respecter mutuellement et à communiquer sincèrement. Nous engageons des discussions plus paisibles mais il est possible que la compréhension l'un de l'autre trouve des limites et qu'il faille envisager autre chose car je n'accepte toujours pas. J'aspire vraiment à plus de sérénité car je me sens vraiment très affaiblie et moins lucide. "
C'est un bon début je pense. :)
Ce n'est pas pour te décourager - tout le contraire - mais pour nous, en passant par des périodes semblables aux tiennes, il a fallu plus de trois ans avant d'arriver à notre paisible et belle entente actuelle, trois années parfois difficiles mais trois années passées sans regrets. Rien ne 'pansera' ta blessure, ce n'est que l'effort que chacun mettra (et les deux ensemble) pour se/vous comprendre qui vous transformera, ça et le temps.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion