Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Durée de la phase passionnelle - retour d'expérience

Social
#
Profil

calinou696

le mercredi 31 mai 2017 à 09h00

Bonjour tout le monde,

Désolé si la question a déjà été posée.
Certains diront quelques semaines, d'autres quelques mois, d'autres 3 ans.

En fait, mon interrogation est la suivante. Assez pragmatique...
A la différence d'un shéma mono, où on aurait tendance a s'installer rapidement pour vivre le quotidien, et que le quotidien vienne en général calmer les ardeurs..., est ce que dans un schéma poly, où on aurait + tendance à se voir par intermitence (et que pour les "bons" moments), la phase passionnelle durerait plus longtemps? voir de nombreuses années, toute une vie?
Je caricature un peu les situations mais c'est pour poser le problème ^^.

#
Profil

kill-your-idols

le mercredi 31 mai 2017 à 10h07

oui, tout à fait!

Dans le polyamour, et par extension dans toutes les formes de couple où on ne vit pas ensemble, il y a toujours la petite frustration de ne pas avoir son amoureux disponible 24 heures sur 24. Et c'est cette petite frustration qui tient en vie la passion amoureuse!

#
Profil

Minora

le mercredi 31 mai 2017 à 18h08

En relation mono-poly depuis 2 ans, je crois pouvoir dire que ça n'a rien à voir et que c'est très personnel.
Mon ami (qui est l'élément poly du couple) est sorti de la phase passionnel avant moi (l'élément mono de l'équation), je dirais au bout de 8/9 mois, un an sûr (mais ça s'est fait par étape).
Ca a été un peu compliqué pour moi, parce que j'y étais toujours et que j'y serai bien restée encore un peu :)
Maintenant les choses se manifestent de façon cyclique chez lui. Des périodes où j'ai l'impression que je ne l'intéresse plus et qu'il doit être occupé à vivre des choses plus passionnantes en dehors de notre histoire. Puis, sans crier gare ou après une discussion (en général de crise parce que je ne supporte plus son attitude), nouvelle phase de lune de miel.
Ce mode de fonctionnement a tendance à me perturber parce que j'ai l'impression d'être plus régulière dans ma façon de l'aimer. Mais chacun est différent...
Pour l'aspect de non cohabitation, je pensais (probablement naïvement) que ne se voir "que quand on en avait envie" règlerait les écueils de l'usure de la vie à deux, mais force m'est de constater que la routine est en embuscade dans ce type de relation aussi et que l'entretien de la flamme reste tout autant nécessaire (mais maintenant que je l'écris, ça me paraît très naïf de s'imaginer que ça puisse en préserver).
On est certes dégager des contraintes du quotidien mais les habitudes s'installent (et ça n'est pas forcément un problème) ne serait-ce que parce qu'il faut bien "organiser" sa vie et donc un minimum prévoir. Même si ça n'empêche pas une petite dose d'imprévus.

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

#
Profil

calinou696

le mercredi 31 mai 2017 à 19h27

Il est certain qu'il n'y a pas de solution miracle pour faire durer la passion éternellement : faudrait-il d'ailleurs que ca soit un objectif ?
Mon avis perso, c'est que le quotidien (on rentre du travail crevé, on a envie d'avoir une nuit reposante pour pouvoir assurer le lendemain, par exemples), tue l'amour. C'est une idée que j'ai (et que bcq de gens ont) mais je n'en suis pas si sûr que ca, on a dans notre entourage, quelques rares couples qui arrivent à durer et qui après 50ans de vie de couple se font encore un bisou sur la bouche avec plaisir... j'ai du mal à l'expliquer, ils ne sont pour autant plus du tout en phase passionnelle.. est ce que c'est ce qu'on appelle des âmes soeurs?
Perso j n'ai qu'une expérience de vie commune (qui a classiquement mal fini), donc j'ai un peu de mal avec tout ca.
Il y a quelques temps j'ai fais une rencontre avec qui j'ai vraiment BCQ BCQ d'affinités (le grand Amour?), et je me demande si la lourdeur du quotidien pourrait passer avec elle. Alors la question à 2 francs archi connu (dont je n'ai pas la réponse). Dois je prendre le risque de vivre avec elle au quotidien ou plutôt miser sur faire durer la phase passionnelle le plus longtemps possible en ne misant que sur de l’occasionnel .. ?

#

Maty (invité)

le jeudi 03 août 2017 à 15h36

A calinou696
==========

Je pense que la passion qui dure toujours un espèce de mythe de notre société (genre Roméo et Juliette qui meurent rapidement donc oui ils sont en passion, ou encore tous ses films qui finissent quand le couple se forme). Même si je veux que la passion dure toujours et bien ... pas vraiment... Je deviens complètement addicte à la personne, un peu comme une drogue, et comme une drogue j'ai peur après de laisser ma vie à l'abandon, de trouver le reste moins intéressant. Je crois qu'après une passion qui durerait genre 6 ans, il ne resterait rien de moi :'(. Mais quand ça descend il y a une autre forme d'attachement qui arrive (ou pas) chez moi, une sorte d'amour-amitié (comme pour beaucoup de gens sans doute), et quand c'est le cas, même si le désir n'a pas la même intensité, j'apprécie énormément les bisous et les calins même huit ans après. <3

Juste pour dire que la passion-toujours j'aimerais pas... L'amour-amitié c'est moins intense, mais plus intime <3.

Discussion générale
================

Perso mes phases passions peuvent aller du 2 mois à presque 2 ans (c'est trop!!), et j'ai pas constaté de changements de durées avec le polyamour. Changements constatés chez moi:

1) Plus de petits/grands crushs qu'avant (je m'autorise plus de sentiments que j'aurais réprimé j'imagine)

2) Peut-être que ne pas vivre avec la personne m'évite de repérer certains gros défauts (selon mes critères) qui auraient put tuer la passion (ex: un mec qui ne tient pas ses engagements, mais si tu as une relation avec très peu d'engagement avec lui, vas-tu le remarquer ?) , mais en même temps en vieillissant j'ai l'impression de devenir plus exigeante... Donc peut-être que ça se compense ?

#
Profil

calinou696

le jeudi 03 août 2017 à 17h15

merci pour ta réponse, en fait je me demandais si en se voyant moins fréquemment, la passion pouvait durer plus longtemps, ou alors le temps ne faisait rien à l'affaire..? une histoire qui devait durer 6 mois aurait dans tout les cas duré 6 mois?
est ce que toi quand ca a duré 2 ans, c'etait du quotidien non-stop?
et tes 2 mois?
j'imagine bien qu'il n'y a pas de règle générale, et tout dépend dans quelle période de sa vie on est, de la nature et la puissance des affinités qu'on a avec l'autre, etc... (et l'age du capitaine evidement).
mais je pense effectivement que c'est un mythe, mais pourtant on a l'impression que certains couple s'y accrochent, y crois, et finalement le vivent.

#
Profil

Diomedea

le vendredi 04 août 2017 à 14h19

Bonjour calinou696

Témoignage totalement personnel : après 25 ans de vie ensemble, la passion y est toujours - pas l'impatience anxieuse ni les montagnes russes d'émotions : c'est tout à fait aussi fort que cela mais sans l'angst ... mais nos natures sont (en général) comme cela aussi. Une minute à part ne pose aucun problème, mais aucune minute ensemble n'est en trop non plus.
L’existence d'une relation polyamoureuse pour l'un de nous deux n'a rien changé concernant notre passion (tout en posant bien d'autres questions, épineuses mais en voie de bonne résolution).
C'est tellement individuel, il n'y a pas d'exemple à donner ... mais nous ne sommes pas pour autant 'mythiques' :-)

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

calinou696

le vendredi 04 août 2017 à 16h45

Ok merci pour ton témoignage, c'est superbe alors ce que vous vivez. Est ce que c'est ca ce qu'on appelle l'amour avec un A entre vous 2 ?
Et pour autant vous avez eu envie de faire d'autres rencontres?

#
Profil

Diomedea

le vendredi 04 août 2017 à 18h00

Bonjour de nouveau calinou696
Grand 'A' entre L et moi (J), oui!!
En effet, je n'ai pas eu envie de faire d'autres rencontres, mais notre 'A' a quand-même eu un assez long moment de perte de fil (sans pour autant entamer notre amour) et une autre personne M est entrée dans mon cœur - inattendue, mais une très belle personne dont la présence a ressoudé mon couple plus que jamais, sans qu'elle soit appelée à disparaitre. La route n'a pas été de tout repos mais nous évoluons tous les trois avec plaisir. Et maintenant la possibilité d'autres relations s'ouvre assez sereinement pour nous tous aussi.
Donc la passion, le grand 'A' n'est pas du tout incompatible avec le polyamour, surtout car ces autres possibles relations ne sont/seront pas cherchées pour combler un quelconque manque mais accueillies car nous avons/aurons rencontré d'autres personnes ... aimables.

#
Profil

calinou696

le vendredi 04 août 2017 à 18h26

Ok et bien un grand merci pour ces éclaircissements. Et évidemment bravo à vous pour le chemin accompli car on a rien sans rien!

#
Profil

bonheur

le vendredi 04 août 2017 à 21h26

Afin de ne pas faire doublon, je rejoins personnellement le témoignage de Diomedea. En quoi un amour sur la durée empêche de ressentir de nouveau l'amour, aussi intense soit-il. Egalement, l'amour, enfin ma définition de l'amour implique que mes émotions et mes ressentis sont "immortels". Le lien, lui dure ou non, mais l'amour est et restera toujours.

Je ne cherche pas non plus à faire des rencontres. Je n'ai pas besoin d'amoureux en dehors de mon couple, sauf que je rencontre tellement de personnes dans ma vie, que parfois, l'amour vient me rappeler à quel point je peux le ressentir.

#
Profil

calinou696

le samedi 05 août 2017 à 08h43

A la base je parlais surtout de la phase passionnelle. Une fois les premiers moments passés où tout est rose et excitant, chacun va se rendre compte des défauts de l'autre, plus ou moins génants. L'intensité de cette amour passionnel diminue avec le temps. Sans compter que les gens changent (ou pas), en bien ou en mal, et peuvent ne plus correspondre aux attentes de l'autre.

#
Profil

bonheur

le samedi 05 août 2017 à 10h26

Je suis sans doute à côté de la plaque et je te prie, calinou696 de m'en excuser.

Peut être que je ne connais pas cette "phase". Certes il y a un bonheur émotionnel différent au début parce que nouveau et surtout un enthousiasme qui est lié mais je crois que la passion, l'Amour, quand il est ancré, il reste... enfin en moi.

Les gens évoluent, notamment à notre contact. Et oui, parfois cette découverte de soi va dans un sens inenvisagé au départ. Où alors, un jour, au détour d'une discussion on découvre ce que l'on n'aurait pas accepter d'entendre auparavant et badaboum, l'inquiétude s'installe... et dérange.

Et puis, nous aussi évoluons, en autre chose. Le mal pour une personne correspondra à un bien pour une autre. D'où des incompatibilités !

Je m'éloigne du sujet principal. Revenons à cette phase passionnelle...

#
Profil

calinou696

le samedi 05 août 2017 à 10h44

Je ne sais pas, cette phase, où on ne fais penser qu'à l'autre, on a le coeur qui s'emballe, on a l'appetit coupé, etc.. c'est étonnant que tu ne l'est jamais vécu. Ou alors p-e qu'avec de la maturité on fait très vite la part des choses et le cerveau prends le dessus sur les émotions et on arrive a les canaliser rapidement?
Ca m'est arrivé une fois, je ne sais pas si ca pourrait encore m'arriver. (je l'espère quand même, c'est vraiment une phase exaltante). Cette phase, enfin pour moi, c'est la que j'y place la passion. Difficile d'être passionné après 15 ans de routine quotidienne.. non?

#
Profil

bonheur

le samedi 05 août 2017 à 11h10

La nouveauté et un nouvel amour est envoutant. Après, c'est sans doute lié au fait que le coeur qui s'emballe, ben je l'ai souvent.

L'état que tu décris, bien que je n'ai jamais eu l'appétit coupé, ce serait plutôt l'inverse, je peux l'avoir ponctuellement et curieusement, c'est chez moi une spirale émotionnelle. Si je vis un moment "exceptionnel" alors j'aurai une période où toutes mes émotions seront décuplées, enfin les agréables. Dans ces périodes, rien ne pourra être négatif, rien ne pourra m'atteindre et me faire retrouver un niveau émotionnel moyen. Toutefois, y compris avec mon mari, y compris après 30 ans de vie commune (nous nous connaissons depuis tout gosse, j'avais 5 ans), je peux vivre de ces instants magiques.

Le plus marquant pour moi, c'est l'effet "coup de foudre". Là je suis dans un état émotionnel qui est à la fois de l'ordre de "l'obnubilation" (sauf que je suis adulte et comme je reconnais cet état, je me laisse peu avoir) et de la peur, mais une peur saine, de savoir comment tout ça va aboutir. C'est je pense lié à l'électrochoc que j'ai vécu en 2007 et qui a chamboulé ma vie. J'avais eu déjà un coup de foudre en 1985 et je n'avais pas eu cette peur. Aussi, sans doute la relation de ce coup de foudre, très en dent de scie, peut engendrer cette peur (trop intense = un grand n'importe quoi)

Le coup de foudre, c'est quand la personne, le ressenti que j'éprouve, vient se loger instantanément en moi. Le quart de seconde d'avant il n'y avait rien, le quart de seconde d'après, je suis transformée, plus la même. Ce que je nomme coup de foudre est peut être ce que tu nommes passion. Par contre, les personnes "coup de foudre", je ne pourrai pas vivre avec car j'ai pas de retombée émotionnelle réelle, j'ai plus, tout comme avec mon mari, des moments extraordinaires, mais avec les personnes coup de foudre, c'est quasi permanent.

Ces instants merveilleux viennent en complément de la "routine". La routine est nécessaire pour moi, sinon je serai tout le temps dans un émotionnel de pointe. Ce qui booste peut aussi fatigué et l'amour extra est énergivore.

Ca peut aider ? C'est clair ?

#
Profil

calinou696

le samedi 05 août 2017 à 11h15

Oui merci, comme quoi, il n'y a pas qu'avec le mot "amour" que chacun y appose une définition qui lui est propre.

#
Profil

bonheur

le samedi 05 août 2017 à 11h23

Oui, et c'est magnifique d'accepter toutes ces nuances, y compris celles qui ne sont pas les nôtres. Merci pour ton ouverture et ton respect, surtout le respect de l'expression de l'autre.

Après, je suis peut être moins dans l'obnubilation parce que j'ai déjà tellement de personnes au fond de moi, qu'une ne peut "supplanter" les autres, sinon ce serait je crois chaotique. C'est une réflexion, donc de l'intellect, et je suis moins certaine à ce niveau là que pour mes émotions.

#
Profil

Lutina

le samedi 05 août 2017 à 17h55

calinou696
Je ne sais pas, cette phase, où on ne fais penser qu'à l'autre, on a le coeur qui s'emballe, on a l'appetit coupé, etc..

Personnellement je ne vois pas trop l'intérêt de faire prolonger la phase passionnelle de 1) à cause de ces symptômes désagréables que tu mentionnes et que j'expérimente aussi pour ma part. J'ai envie d'avancer dans d'autres domaines de ma vie (professionnellement, artistiquement, amicalement, etc) et le côté obsessionnel de la passion peut être un frein à un épanouissement plus global. De 2) rester bloquée dans la phase passionnelle empêche d'expérimenter d'autres joies amoureuses qui s'installent avec le temps, l'intimité, la complicité croissante. Certes, ça peut être beaucoup moins intense en termes d'émotions mais pour le coup les souffrances le sont aussi.

Encore de mon point de vue, je ne considère même pas la passion comme étant de l'amour véritablement... Une fois la folie hormonale et l'idéalisation passées, c'est là que j'apprends vraiment à connaître et à aimer l'autre entièrement, défauts y compris. Pour l'anecdote, j'ai même fini par mettre fin à une relation naissante parce que je suis sortie de la NRE beaucoup trop vite et ça me gênais trop que la personne en face m'idéalise à outrance. Ça me sautait aux yeux qu'elle n'avait pas affaire à moi-même mais était en fait en relation avec une image idéalisée qui ne me correspondait pas du tout (et de là découlait un aveuglement de sa part par rapport à mes réelles demandes et aspirations qui ont fini par user la relation).

#
Profil

bonheur

le samedi 05 août 2017 à 19h18

Seul calinou696 peut répondre à l'intérêt pour lui de prolonger une phase passionnelle, je ne me rappelle pas qu'il est indiqué cela. Lui même dit l'avoir vécu qu'une seule fois (si ma mémoire est bonne et n'a pas mélanger plusieurs témoignage).

Les phases "intenses" n'enlèvent en rien les autres phases de développement d'une relation. Encore une fois l'expression "et en même temps", je la trouve bien choisie.

D'ailleurs, ce n'est que sur la durée, je dirai, que l'on peut découvrir si un lien est pérenne ou non. La passion, est de l'ordre du ressenti intérieur et personnel. La relation concerne un "nous" gérer conjointement avec autrui et, s'il provoque des émotions en chacun-e, ce sont des résultantes et non quelque chose qui vient s'inscrire malgré soi, à l'intérieur, sans raison logique.

#
Profil

Merlyn

le dimanche 06 août 2017 à 14h37

En ce qui me concerne M est la première compagne mono avec qui je vis et à qui j'ai réussi à parler de ma polyamorie naissante depuis quelques années. Je n'ai pour le moment ni l'opportunité, ni le temps vraiment de m'ouvrir à un second amour même si je n'en refuserais pas l'opportunité si elle me tombait dessus, faudrait juste que j'en parle à ma compagne actuelle mais je verrais le moment venue. D'ailleurs, je pense, et pas parce que j'ai une relation avec une mono, qu'être polyamoriste ne nous oblige pas à tout le temps vouloir de multiples compagnons ou compagnes, c'est en fonction des ses envies avant tout.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion