Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Les vrais besoins du couple libre

Témoignage
#
Profil

Tobeornottobe

le dimanche 11 juin 2017 à 19h05

Bonjour

Je viens ici chercher des témoignages qui me donneraient l'espoir que le couple libre puisse être une solution à ce que notre couple endure.

Présentation rapide. 38 ans, elle 35. 11 années de vie commune et 2 enfants (la première est la mienne d'un premier mariage). (ma 2e femme au lit et moi je suis son 2e homme au lit) Nous nous sommes connus au travail et la séduction a duré plusieurs mois avant de passer à l'acte. Puis nous avons répété les actes car nous étions amoureux pour au final quitter nos conjoints respectifs.

Nous nous étions jurés de nous pardonner pour le coup d'un soir car nous étions jeunes et très attrayants avec des nombreuses occasions. J'ai eu des occasions mais j'ai réussi à m'extirper du risque de trahison car mon amour pour elle était plus forte. Elle a toujours été resistante aux avances. Début Mars, j'ai découvert qu'elle me trompait avec un collègue de travail. Cette relation avait commencé 2 mois 1/2 plus tôt alors que je rencontrais des problèmes professionnels et de santé. Je tiens à préciser que nous avions eu toujours une excellente communication et il ne s'est jamais passé plus de 2/3 jours sans que nous ne faisions l'amour (à part au moment de la grossesse)
Le lendemain de sa soirée, j'ai fouillé son portable et découvert qu'elle m'avait menti. J'ai découvert que bien plus tard que ce n'était pas un baiser alcoolisé mais une soirée à se "rouler des pelles" et que si je n'avais pas appelé, elle se faisait prendre dans un parking par son amant.En fait, elle échangeait du matin au soir des centaines de messages par texto avec son amant depuis mi-décembre. Son état second a même failli nous tuer dans un accident de voiture alors que nos filles étaient à l'arrière.

J'ai rué dans les brancards, encaisser tous les reproches. Elle ne se reconnaissait plus, elle avait peur de vieillir, peur de me voir mourir et de se dire que je serai le dernier homme qu'elle aurait connu et cela avait poussé comme une mauvaise graine dans son coeur. Je suis reparti à la conquête de ma femme avec organisation d'une soirée romantique divine (hotel avec pétales de rose, champagne, macarons) et organisation commune d'un voyage d'une semaine rien qu'en couple dans une destination très prisée des amoureuses (je pete ma tirelire). Soirées restau avec paiement babysitter pour renouer les liens. Elle m'avait promis d'arrêter mais elle a continué.
Devenant fou à épier ses moindres expression de visage (je suis comportementaliste de métier), j'ai pensé au couple libre comme solution pour ne plus gamberger du matin au soir (et la nuit) et cela me permettrait aussi de connaitre d'autres corps de femmes (j'ai quand même aussi une frustration de ne pas avoir vraiment eu d'adolescence) . Au départ interessée, elle s'est montrée assez agacée par le concept et ne lisait rien des livres que j'avais acheté(dont le fameux LA SALOPE ETHIQUE) . En fait, elle voulait avoir son amant et moi que je reste à la maison bien sage.
2e coup de canif alors que j'étais en vacances avec les enfants et nouvelle trahison (la soirée avec ses collègues était une soirée avec son amant( pas de sexe a priori) . J'ai fait semblant de croire son histoire mais mon corps à mal réagi (pannes sexuelles) pendant plusieurs semaines. 2e fouille dans son portable après un week-end pourtant excellent mais un comportement un peu bizarre. Je découvre qu'elle continue sa relation avec son amant.

Là, je quitte le foyer pendant 3 jours en lui demandant de choisir et elle m'écrit qu'elle n'assume pas son besoin d'aller voir ailleurs et que maintenant elle est d'accord pour définir des règles communes et d'arrêter avec son amant. OK pour des plans culs mais pas de développement de sentiments amoureux sinon on arrête immédiatement.
Elle m'encourage aussi à aller voir une autre fille pour découvrir le plaisir qu'elle a vécu et que ça ne change pas son amour pour moi.
J'ai réalisé en passant 2 soirs de suite avec une autre fille, que je n'avais pas de sentiments et que je ne pourrai pas aller plus loin qu'un baiser.

Le lendemain de la 2e soirée avec la fille, elle m'annonce 20 minutes avant qu'elle va déjeuner avec son amant mais qu'elle se sent suffisamment forte pour ne pas rechuter. Je pique une crise de jalousie et menace de déchirer toutes les règles car elle en trahi 2 en une seule fois (délai de prévenance et le fait d'arreter de voir son collègue en tête à tête car elle est tombée amoureuse). Grosse dispute. Elle annule son déjeuner mais finalement nous nous réconcilions (comme toujours). Je la console car elle rompt avec son amant et elle a le sentiment de manque (surtout qu'elle converse avec lui 20 fois par jour juste pour le boulot).

Nous avons passé une excellente semaine en vacances avec malgré tout une grosse dispute. La raison principale : avant d'aller dans le couple libre, j'ai besoin de passer par certaines étapes et je pense que le libertinage peut m'aider à travailler sur ma jalousie. Problème : elle accepte très bien l'idée que j'aille coucher avec d'autres filles mais elle refuse d'y assister. Moi, c'est l'inverse. Je la sais incapable de coucher sans développer des sentiments or l'expérience montre qu'elle ne maitrise pas sentiments. Elle veut son jardin secret et ne veut pas que j'y assiste.

Or dans tous les témoignages que j'ai cherché (anglais et français) je constate la chose suivante :
- si le couple a peu de relations sexuelles, le couple libre leur permet d'assouvir leur libido et est un +
- si le couple a des bonnes relations sexuelles et une bonne entente : ils partagent tout et le plan à 3, à 4 n'est pas un problème.
- si le couple à des bonnes relations sexuelles et une bonne communication, mais que l'un des 2 refuse catégoriquement le libertinage occasionnel ou même un plan à 3 : faillite à chaque fois que la femme est celle qui initie des aventures extra-conjugales avec la possibilité de tomber amoureuse. (le recherche de découverte sexuelle n'est pas le moteur)

J'ai tenté d'avancer avec ma psy pour déterminer ce que je veux. Je m'aperçois que je pense que je ne pourrai jamais passer le cap d'une bonne discussion avec une fille que je tenterai de séduire même avec l'accord de ma femme. Je suis donc un monogame psychologique même si j'aime le couple libre au niveau intellectuel. Je suis amoureux de ma femme et en ce moment elle me comble physiquement. Ma femme est différente. Elle m'a avoué m'aimer moins, même si elle a toujours du désir physique pour moi et que c'est le plaisir de séduire et des sentiments du début qu'elle recherche avant tout (je crains toutefois les vases communiquants. Faute de pouvoir coucher avec son amant, elle se défoulait physiquement avec moi. Au moment où elle passera à l'acte, nos relations sexuelles s'épuiseront). Toutefois, elle insiste à chaque fois qu'elle ne veut pas me quitter, qu'elle m'aime et veut rester avec moi.

Cette nuit, j'ai écrit une longue lettre disant que je n'étais pas prêt à l'attendre à la maison avec les enfants pendant qu'elle allait prendre plus de plaisir émotionnel et sexuel avec ses futurs amants. Je lui ai laissé le choix :
- Elle me quitte car elle ne saura pas me rester fidèle. Elle m'a déjà trahi et recommencera. Sauf que je le détecterai. Autant croire au Père Noel. Ainsi je cesserai de souffrir de vivre avec l'épée de Damocles même si ça m'arrachera le coeur.
- On reste ensemble, mais ses seules possibilités de connaitre d'autres hommes seront avec moi (dans un premier temps).

Elle est fâchée. En colère. Elle me reproche de lui avoir parlé du couple libre pendant des semaines et des semaines et de revenir en arrière. Elle me dit ne pas supporter l'idée que je sois là pendant qu'elle séduit un autre homme. Ne pas supporter de me voir plaire à une autre femme.
Elle choisit de rester car elle m'aime mais que je n'aurai jamais de plan à 3, avec un autre couple car ça la dégoûte. Moi, ça me ronge de savoir que ma femme puisse tomber amoureuse d'un autre homme. Elle l'a déjà fait et pour tenir ses engagements j'ai dû batailler comme un fou. Elle me clame qu'elle contrôle dorénavant la situation et qu'en parlant ouvertement, elle pourra se prémunir d'avoir des sentiments. Sauf que tous les dialogues que nous avons eu depuis lors, ne l'ont jamais empêché de m'occulter certains faits. Et elle dit elle même que les premières fois ne sont pas top avec un homme et qu'il faut recommencer plusieurs fois pour vraiment prendre son pied (donc on s'attache forcément,non ?)

Qu'en pensez-vous ? Ma femme est-elle en réalité une polyamoureuse ou a-t-elle déjà une programmation de sortie de couple sous-jacente ?
Je suis paumé.

Merci pour ceux et celles qui m'auront lu jusqu'au bout.

#
Profil

bonheur

le dimanche 11 juin 2017 à 19h44

Je considère qu'à part ce que l'on a entre les jambes, hommes et femmes sont "identiques". Nous sommes tous humains.

J'avais lu "les hommes, l'amour, la fidélité" de Maryse Vaillant. Certaines personnes se complaisent dans l'adultère. Perso, je ne comprends pas cela, mais savoir que ça existe. Je crois d'ailleurs que l'auteure avait écrit un autre livre sur l'infidélité féminine.

Je vois une différence entre couple libre et polyamour. Le couple libre, c'est la liberté sans avoir besoin de demander ou d'exprimer. Autrement dit, on indique juste "je ne rentrerai pas manger" (ou autres, c'est un exemple). Le polyamour, on dira plutôt "je mange chez X"

La salope éthique, ouaip ! C'est plus du libertinage et de la vie en communauté. Et puis quand on m'annonce que si a aime b... que a aime c... alors a aime c... je tique. C'est une forme relationnelle qui ne me parle pas non plus.

Des livres sur le polyamour il y en a d'autres mais inutile puisque la situation n'est pas polyamoureuse (à mes yeux en tout cas).

Est-ce que l'on s'attache lorsque l'on a des rapports sexuels répétés avec la même personne ? oui, l'homme comme la femme sécrètent une hormone de l'attachement.

D'après ce que j'ai lu, la transparence n'est pas à l'honneur. Aussi il est difficile de dire une vérité non entendable par le destinataire. Perso, fouiller dans mon sac, dans mon téléphone... j'ai vite mis fin à cela. D'autant que s'il voulait savoir, il suffisait de demander.

Tu es paumé... avec un flou pareil et un tel déséquilibre dans votre relation, c'est normal. Contrôler une émotion ou un ressenti, ça me parait impossible. Gérer à grand renfort d'intellect, oui, c'est possible. Ca ne convient pas à tout le monde. Ce qui se passe en nous émotionnellement ne nous demande pas notre avis. Perso, je déconseille, car pour moi une émotion enfouie resurgira un jour où l'autre. Ca s'emmagasine à l'intérieur et le jour où ça sort, ça explose.

Voilà comment je perçois ton récit. Ce n'est que mon avis, qui n'a aucune valeur d'exactitude.

#
Profil

Tobeornottobe

le dimanche 11 juin 2017 à 20h37

Tu veux dire que tu me déconseilles d'accepter le couple libre ou tu m'indiques qu'il vaut mieux l'accepter car ça ressortira un jour ou l'autre ?

#
Profil

bonheur

le dimanche 11 juin 2017 à 20h55

Je ne me permet pas de te conseiller, ni l'inverse, sur les actes. J'indique seulement qu'une émotion, tel que l'amour, se loge en nous en que faire l'impasse n'est pas bon psychologiquement, car en effet, ça peut ressortir.

Une vie est faite de rencontres et d'inattendus. Une vie est faite de ce que l'on peut, ou ne peut pas, vivre. Une vie est avant tout la découverte de son soi intérieur et même quand on croit se connaitre, on se découvre encore et les situations chaotiques ont cela de bénéfique. Se remettre en question et se découvrir en vivant ses émotions, les agréables et les désagréables... toutes les émotions nous apprennent sur nous-mêmes.

Pour ce qui est de l'acceptation, il faut très vite indiqué à son (ses) partenaires amoureux ses limites. Accepter et se sacrifier sont des notions différentes... d'où une bonne communication et de la transparence suffisamment (on doit tous avoir un minimum de jardin secret).

L'accumulation de trop plein, d'émotions ignorées, ça peut donner lieu à une situation de cocote minute sans soupape, tôt ou tard ça explose et ça fait encore plus mal.

#
Profil

Toinou

le lundi 12 juin 2017 à 10h26

il y a un truc où je ne te suis pas.
Tu parles de couple libre et de polyamorie, mais tu lui dis lui interdire de revoir son amant et de continuer son histoire avec lui ?

En tout cas ça commence mal cette histoire car le couple libre est en grande partie basé sur la confiance dans les dires de l'autre. Là elle te ment régulièrement alors même que tu as tout découvert et toi tu es en mode parano. :-/

Le truc que je "conseillerais" c'est de vous assoir tout les trois autour d'une table. Oui tout les trois ! Car visiblement il fait parti de l'équation que ça te plaise ou non alors autant connaitre la valeur de cette nouvelle variable dans l'équation de votre couple.

Ensuite :

TobeornottobeMoi, ça me ronge de savoir que ma femme puisse tomber amoureuse d'un autre homme.

Si tu parles de couple libre, il va falloir que tu te penche sérieusement sur cette question car c'est la base. Pourquoi as tu peur de ça ?

TobeornottobeElle me clame qu'elle contrôle dorénavant la situation et qu'en parlant ouvertement, elle pourra se prémunir d'avoir des sentiments

Là elle se voile la face. Ce genre de sentiment ça ne se "prémuni" pas, a la rigueur ça se gère, mais ça génère pas la d'humeur sombre.

Pour résumé mon avis sur ce que tu nous racontes : Toi et ta femme vous découvrez à la dure certaine possibilité des sentiments en contradiction avec le contrat social habituel et ça fait mal. Va falloir s'armer de patience et de dialogue pour sortir de l'ornière dans laquelle les mensonges vous ont mis.

#
Profil

Tobeornottobe

le lundi 12 juin 2017 à 12h12

Hello

Nous nous sommes réconciliés hier soir. Je l'ai mise en colère car c'est comme si j'avais balayé par mon email tous les efforts qu'elle faisait pour me prouver son amour en un claquement de doigts. J'ai fait mon mea culpa et il faut que j'arrête de lui envoyer des emails au milieu de la nuit. C'est contre-productif. On se sent beaucoup mieux tous les 2 ce matin.

En fait, pour l'amant/ex-amant ? son seul prénom me fait replonger dans les affres et les douleurs que j'ai connu. Le pacte était de faire feuille blanche et il devait appartenir au passé. Si sans avoir couché avec lui (a priori le fait de coucher est un cap très important pour elle qu'elle se refuse à passer), elle n'arrive pas à mettre un terme définitif à la relation, c'est qu'elle ne sait pas gérer ses sentiments. Quelles sont les chances qu'un couple ouvert/libre puisse fonctionner ? N'ai-je pas raison de craindre d'être remplacé au bout d'un moment ?

Elle reconnait elle-même que d'avoir un amant était un fantasme et qu'elle n'a pas été cherché bien loin puisque c'était son subordonné depuis 2 ans. A partir du moment où il a été muté dans un autre service, la relation a commencé sur un mode amical et puis ça a viré sur la séduction et la sexualisation dans les messages.
Quand j'ai découvert le pot aux roses, j'ai voulu parler avec l'amant mais ils ont fabriqué ensemble une histoire pour minimiser ce qu'il s'était passé. Il m'a promis à 2 reprises de ne plus continuer mais il l'a fait. La-dessus, je n'ai pas eu de vergogne face à un malhonnête manipulateur. J'ai prévenu aussi sa femme la 2e fois car malgré tout nous étions 2 cons cocus et j'étais le seul à vraiment souffrir.

Pour accepter le couple libre, elle m'a demandé d'accepter qu'elle me raconte ce qu'elle avait ressenti pour lui durant tous ces mois et comment ça c'était passé. J'ai écouté, non jugé afin de me mettre à sa place et j'ai continué à l'aimer. Je demandais juste qu'elle arrête avec lui car ça me faisait trop mal. Elle me l'a promis. Dans le même temps, elle me disait qu'elle me laissait accéder à tous ses messages, m'assurait qu'elle ne cherchait pas à raviver quoique ce soit, mais m'a avoué après qu'elle lui avait écrit "tu me manques" sur une messagerie privée auquel je n'avais pas accès. Je comprenais le besoin d'exprimer le manque, mais je refuse le mensonge yeux dans les yeux.

Je me suis dit plus d'une fois que je devais peut-être lui laisser vivre cet amour. Je me disais ça après lui avoir fait l'amour, que j'étais serein et apaisé par ses mots. Mais si on ne peut pas empêcher les sentiments alors la jalousie en fait partie et des puissants sentiments de colère apparaissaient ensuite à cause des mensonges répétés.

Tu as raison. Je travaille aussi beaucoup sur moi pour accepter que son corps est le sien et ne m'appartient pas. Je pense que la-dessus je suis beaucoup plus open puisque j'étais partant pour le libertinage. J'ai plus de mal pour partager son coeur car j'ai de gros doutes sur sa capacité à gérer les 2 à la fois. Comme je ne veux pas la perdre, que je tiens à elle, je suis en mode panique sur ce sujet et pas en mode zen. (sans doute à cause de mon passé et de ma peur de l'abandon).

Une chose est certaine. Nous nous aimons extrêmement profondément (elle profondément, moi passionnément). J'ai simplement l'impression nous avons franchi un cap dans notre relation de couple qui s'ouvre à des sentiments très très forts qu'ils soient négatifs ou positifs. Est-ce parce-que c'est comme ça au début et que ça s'apaise ? Parce-que là j'ai l'impression de redevenir un ado dans la gestion des sentiments. ça me donne l'effet d'une régression.

C'est pour cela que je voulais avoir des témoignages de réussite de franchissement de ce cap.

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

Juliejonquille

le lundi 12 juin 2017 à 13h53

Le soucis, c'est que vous êtes dans un cercle vicieux :

- tu lui demandes de renoncer à sa relation car tu as peur d'être abandonné
- elle ne peut s'y résoudre et finit par te mentir (sans doute avec culpabilité)
- comme elle ment, tu es paniqué et insécure, cela nourrit ta jalousie et ton besoin de la contrôler et retour à la case 1

Et petit à petit, la confiance est grignotée, l'amour devient souffrance..

Est-ce que tu l'aimes vraiment ou tu es dépendant d'elle ?
C'est souvent le sentiment qu'on n'est plus rien sans la personne qui pousse à la colère et la jalousie. Si on est sûr de soi, de l'amour partagé, on est moins vulnérable (comme tu le dis, après l'amour, tu ne ressens plus ce mal-être).
Comment pourrais-tu faire pour te donner confiance en toi, ou te rassurer toi-même ? Renouer avec une passion, des amis, un sport ?
Qu'est-ce que vous pourriez faire pour retrouver chacun confiance en soi et en l'autre ? Un petit projet ?

C'est très difficile d'entendre son compagnon de vie dire : "je ne veux pas que tu fasses de tennis, ça me fait du mal" ou alors "tu fais du tennis mais seulement avec moi" et je te surveille. Cela peut devenir un jeu du chat et de la souris où le chat s'estimera dans son bon droit et la souris aussi. "Il m'empêche de faire du tennis, me surveille tout le temps, normal que je mente pour lui échapper un peu !" et le chat : "elle sait que ça me fait mal qu'elle joue au tennis, elle me ment, il faut que je la surveille encore plus et l'empêche par tous les moyens de faire du tennis".

En fait, dans la vie, malgré les promesses, rien ne peut garantir qu'un compagnon ne nous quittera pas et sera là pour toujours. Il peut mourrir, décider de partir vivre au pôle nord, partir pour un plus jeune, plus beau, moins beau, plus bête, se lasser de nous, devenir moine...
Bref, on ne contrôle pas les désirs des autres et même en leur donnant des ordres, ça peut aussi les détourner de nous.
Notre compagnon peut nous trouver contrôlant, désagréable, tyrannique et nous quitter pour repartir vivre chez sa mère.

Ce que j'ai envie de te dire c'est de prendre un maximum de distance, de prendre soin de toi, de réfléchir à ce que tu aimes chez cette femme, chez toi, dans cette relation, comment être heureux...
Peut-être penser positif, si elle revient vers toi, malgré tout, c'est qu'elle t'aime ? Si elle t'a menti, c'est qu'elle voulait t'épargner et te garder ?
Elle ne contrôle pas plus ses sentiments que toi, quand on aime, on aime. Arrêter d'aimer, même pour son conjoint, c'est très compliqué.
On peut prendre de la distance et avec le temps espérer que la blessure et le manque disparaîtront. C'est s'arracher une partie du coeur, ça guérit mais ça fait mal sur le coup.

C'est un défi le couple, comment garder l'oiseau-amour heureux, épanoui et libre dans une cage ? Comment faire pour que les barreaux ne le limitent pas et ne le rendent pas aigri ?

Je veux dire que si elle rompt pour toi définitivement avec son amant, rien ne garantit non plus que ça n'aura pas d'impact négatif sur votre relation :
un deuil amoureux ça a tendance à rendre amer.
Tu l'auras peut-être perdue quand même...

C'est vraiment compliqué ce genre de situation, je vous envoie tout mon soutien, j'espère que vous pourrez renouer le dialogue et sortir du cercle vicieux.

Une dernière chose, quand tu utilises le mot "cocu"... Ce terme est ridicule et à moins d'avoir épousé une personne vierge, n'a pas de sens de nos jours. Il date d'une époque où (sans parler religion) on avait besoin d'être sûr que les enfants qu'on élèverait soient de son sang, de sa filiation, où les femmes représentaient uniquement l'honneur de la famille. (C'est tout ce qu'on leur demandait, la vertu, tenir le foyer et procréer)
Suite logique, on culpabilise le mari qui a mal choisi ou pas su tenir son épouse, qui est sa propriété, comme on se serait moqué de celui qui ne sait pas dresser son chien... C'est un peu obsolète de nos jours.

Quelque part, si ta femme plaît et sait aimer et se faire aimer, c'est plutôt une bonne chose, non ? Elle est désirable, aimante et avec toi... librement.
C'est presque plus rassurant que de la savoir avec toi, pour un contrat, non ? ou parce que tu la surveilles ?

J'espère que votre situation s'apaisera et que mon texte n'est pas complètement à côté de la plaque.

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

Tobeornottobe

le lundi 12 juin 2017 à 14h13

Merci Juliejonquille pour ton beau message. Plein de vérité. Depuis quelques mois, je ne suis plus moi-même car j'ai abandonné mes passions et je donne tout mon temps pour notre couple. Du coup, je ne me restructure pas seul et en son absence, je me retrouve en manque.

Je ne pensais pas être devenu dépendant affectivement. C'est malheureusement le cas aujourd'hui. J'aimerai me détacher plus facilement. Je pensais qu'en ayant une écoute avec une autre femme ce serait plus facile, sauf qu'elle vivait la même chose que moi et ça m'a apporté plus de négativité que de positif. Si le fait de pouvoir plaire à nouveau et séduire m'a fait du bien (surtout d'entendre des compliments que je n'entendais plus), cela m'a fait prendre conscience que pour être avec une autre femme de manière pleine et entière, je devais moins aimer la mienne ou ne plus croire qu'elle est mon tout.

#
Profil

Toinou

le lundi 12 juin 2017 à 14h14

Tobeornottobe N'ai-je pas raison de craindre d'être remplacé au bout d'un moment ?

Pourquoi remplacé ? Elle ne te parle pas de te remplacer.

TobeornottobeJ'ai plus de mal pour partager son coeur car j'ai de gros doutes sur sa capacité à gérer les 2 à la fois.

Deuxième "erreur" son amour n'est pas partager, mais multiplié. Elle a celui qu'elle te porte, et celui qu'elle porte à l'autre homme qu'elle aime.

TobeornottobeJ'ai prévenu aussi sa femme la 2e fois car malgré tout nous étions 2 cons cocus et j'étais le seul à vraiment souffrir

Et c'était ton seul but ? Les faire souffrir autant que toi ? Tu penses vraiment que c'est un bon moyen d'améliorer les choses ?
Bon je corrige mon précédent propos :

ToinouLe truc que je "conseillerais" c'est de vous assoir tout les quatres autour d'une table.

TobeornottobeUne chose est certaine. Nous nous aimons extrêmement profondément (elle profondément, moi passionnément). J'ai simplement l'impression nous avons franchi un cap dans notre relation de couple qui s'ouvre à des sentiments très très forts qu'ils soient négatifs ou positifs. Est-ce parce-que c'est comme ça au début et que ça s'apaise ? Parce-que là j'ai l'impression de redevenir un ado dans la gestion des sentiments. ça me donne l'effet d'une régression.

Mais tu es en mode ado ! C'est normal. Tu apprends à gérer d'autre forme de sentiments. Sauf que là tu essayes d'apprendre un truc qu'on a dit depuis toujours impossible.
Des bouffées d'angoisse, des peurs de l'abandon, des bouffées de jalousie, pour ma part j'en ai encore. Et c'est normal.
Mais comme l'avait si bien dit une dame dans un café poly auquel j'ai assisté : "le problème n'est pas de ressentir de la jalousie, le problème est ce que tu en fais".
Les sentiments sont naturels et incontrôlable, mais les actes le sont. tu as des bouffées de jalousies, demande toi pourquoi, cherche la cause, et si cela te semble être plausible. si oui, demande lui posément ce qu'elle en pense.
Mais sérieusement, arrête d'aller fouiller son portable, son sac et le reste. Même si ça se comprends, c'est pire qu'une drogue et ça va finir par te bouffer. ça ne calme pas la parano ça l'enrichie et ça l'endurcie. Plus tu vas aller fouiller pour te rassurer, plus tu auras peur quand tu n'auras pas fouillé.

Concernant le libertinage, pourquoi ne pas faire un trio ?

#
Profil

Juliejonquille

le lundi 12 juin 2017 à 15h31

En fait, ce n'est pas le détachement que je te conseillerai, c'est de l'aimer avec respect, bienveillance, à la bonne distance.
C'est pas facile, je n'ai pas réussi dans mon premier couple...

Et surtout, l'urgence, c'est de prendre soin de toi, vraiment, de te faire du bien, te changer les idées, sortir de la situation mortifère. (j'aurais dû m'appliquer ces beaux conseils ce week-end ! On est tous un peu dépendants affectifs, on est des grands singes)

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#

GamdotIs (invité)

le mardi 13 juin 2017 à 22h14

«  Je viens ici chercher des témoignages qui me donneraient l'espoir que le couple libre puisse être une solution à ce que notre couple endure.  »

Non.

Les relations non-exclusives ne sont pas des solutions à des problèmes de couple quels qu'ils soient. Pour reprendre les mots de Simone de Beauvoir sur un autre sujet, tout en restant parfaitement pertinent :

«  Comme toutes les conduites humaines, elle entraînera comédies, déséquilibre, échec, mensonge ou, au contraire, elle sera source d'expériences fécondes, selon qu'elle sera vécue dans la mauvaise foi, la paresse et l'inauthenticité ou dans la lucidité, la générosité et la liberté. »

#
Profil

bonheur

le mercredi 14 juin 2017 à 04h56

La réussite n'a de valeur que pour les personnes qui ont réussis. L'amour est compliqué, alors des amours plurielles...

La transition mono-mono à mono-poly ne peut se produire que si le couple à la base est solide, honnête et s'exprime. C'est mon avis et mon expérience. Egalement, si personne ne se remet en cause et si personne ne cherche à se comprendre soi, afin d'exprimer à l'autre (développement personnel), alors j'entrevois peu de chance de réussite. C'est pour cela qu'il n'y a pas de baguette magique.

Pour reprendre Gamdotis, la phrase citée me parait aller également en ce sens. Merci pour cette citation (+)

#
Profil

Kuoni

le mercredi 14 juin 2017 à 17h04

Salut salut :)

C est fou. J ai tout lu. On devient gourmand de ces annecdotes.

J ai peut être quelques réflexions à te soumettre...

Tu te demandes si devenir un couple libre ne reglerait pas la situation, a condition qu elle lâche ce gars là.
J ai le sentiment que tu veux ça en te disant : «  ce qui me fait peur n est pas le sexe, c est l'attachement sentimental. Si elle quitte ce gars, ça m est égal qu elle ait des plans cul.»

Comment reagiras tu dans six mois si tu réalises qu elle s attache a un autre gars, le fréquentant de plus en plus souvent? Tu vas négocier l interdiction de le voir? Elle risque de ne pas apprécier.

Je lis beaucoup dans ton discours, des marques de peurs. Peur d etre abandonné, de ne pas etre a la hauteur vis a vis de l autre, qu elle decouvre des choses avec lui qui pimentent son quotidien et la stimule... et la peur, c est l'expression du besoin d etre rassuré.
Je ne vais pas te rassurer, mais oui. Ces peurs sont justifiées. Nous sommes créés de manière à s'attacher aux gens qui nous stimulent.

Cela dit, comme il a été dit précédemment, elle fréquente un gars qui lui procure tout ça depuis un moment, et sa priorité a toujours semblé être de trouver un compromis qui lui permette de vivre ça, tout en te gardant à ses côtés.
Il n a jamais été question de se débarrasser de toi.
Et même si je ne cautionne pas les mensonges, ils avaient pour seul but de te cacher la réalité, car elle savait que tu ne le supporterais pas et que tu voudrais la forcer a «  rompre» avec lui. Et dans ce cas de figure, elle serait coincée entre un gars qu elle aime vraiment fréquenter, et son mari qu il n est pas question de laisser tomber.

Et enfin, point le plus important :
Essayer de la forcer a s éloigner de lui, a lui proposer un autre mode de vie, avec ses règles définies, qui te permette d échapper a ce qui se passe sous forme de cadeau (tu peut avoir des relations), fouiller ses mails, son portable...
Tout ça ne reflète qu une chose pour moi : tu es un maniaque du contrôle, très cher.
Ça n'a rien de péjoratif a mon sens. Tu cherches a te créer un cadre de vie ou tu te sentes en sécurité.

Je pense pouvoir affirmer que j'étais aussi ce genre de personne... alors, d'experience :
Le contrôle, c est une grosse arnaque. Quoi que tu fasses, elle fera ce qu elle voudra. Et lui mettre de la pression ne fera que la pousser vers autre chose, ou elle se sentira zen.

Tenter d avoir le contrôle, c est te créer une illusion de ta vie, dans ton esprit, a laquelle tu t accroches pour te sentir en sécurité.
La preuve. Tu fouilles ses messages, elle te montre tous ses mails. Ça te donne un sentiment de sécurité. Et puis... malgré tout ça, elle le contacte, parce qu il lui manque. Tout simplement.

Je pense que pour régler a la fois ce besoin et ta dépendance affective (c est le meme problème. Elle est pres de toi => tu te sens bien parce que tu sais ce qu elle fait), tu devrais commencer par accepter que... quoi que tu fasses, qu'elles que soient les règles que tu lui imposes, ou la liberté que tu lui offres, ça ne changera jamais rien au fait que si un jour elle veut te quitter, elle le fera. Et si elle veut passer sa vie avec toi, elle le fera.

Accepter le fait que tu n as AUCUN contrôle, et qu'une rupture un jour ou l autre est un scénario qui existe.

La preuve, tu as deja beaucoup essayé de la contrôler. Et ça n a jamais marché. Parce qu au final, c est lui dire : «  je t interdis de faire ce que tu voudrais faire, et je te fais confiance pour ne pas le faire. Parce que j ai pas vraiment le choix. Elle reponds oui, parce qu'elle sait que tu n accepteras rien d autre, en se disant : «  bon ben... je vais etre obligée de lui mentir. Tant qu il ne l apprend pas, il sera heureux».

Le seul contrôle que tu as, c est sur toi même et ce que tu ressens. Et celui la est puissant.

Tu devrais essayer (parce que maintenant que vous êtes ancrés dans le mensonge, ça va être difficile d obtenir d elle la vérité) de savoir comment elle verrait votre vie dans l éventualité ou tu accepterais qu elle continue a le voir.

Quelles regles elle mettrait en place pour respecter les limites de ce qui te derange, definir au calme tes exigeances et tes besoins en terme de temps, d intimité avec elle...
Et ... me semble-t-il, exiger que, si tu acceptes qu elle continue a le voir, ce soit a la condition que sa femme a lui l'accepte aussi. Sans quoi tu seras complice d'un adultère qui fait souffrir une femme exactement comme tu souffres actuellement.
Mais ça, c est mon avis...

Je crois que si tu realises qu elle est avec toi parce qu elle le veut, et que si elle avait voulu te quitter, tu ne serais pas ici, tu pourras te sortir de ta peur constante de l abandon et réfléchir avec la tête sur les épaules, sans psychose.

Quand tu as peur d etre abandonné, tu ilagines ce scenario et tu te passes le film en boucle dans ta tête, ce qui alimente ta peur jusqu a ce que tu craques.

Bonne chance !!!

#
Profil

Tobeornottobe

le lundi 19 juin 2017 à 18h02

Bonjour à toutes et à tous

Merci pour l'ensemble de vos messages.

J'ai surtout retenu celui de Gamdotls qui me confirme ce que je pensais. Le couple libre ne règlera pas les problèmes de notre couple.

Nous tentons de nous apaiser mutuellement. C'est compliqué car ça fait 4 mois que les variations émotives sont très fortes.

Le fait qu'elle soit en contact avec son collègue tous les jours est une vraie plaie émotionnelle qui m'amène à multiplier les actions pour qu'elle se sente à nouveau amoureuse près de moi, qu'elle puisse plus se confier. J'ai beau chercher les solutions dans ma tête, il y a le rationnel et l'émotionnel qui se battent.

Hier soir, j'ai regardé le Coeur des Hommes 3 qui passait sur France 4. Constatation des 4 lascars :
- Si une femme est heureuse avec son amant mais pas heureuse avec son mari, elle quittera son mari
- Si une femme est heureuse avec son mari et son amant, elle restera avec son mari.

Dans tous les cas, une histoire sur son lieu de travail, de par sa position, ne peut que faire porter des préjudices à sa carrière. Ce qu'elle ne veut pas.

Dans l'absolu, je veux bien croire au polyamour. Ce serait tellement beau si ça n'apportait que du positif. Or la réalité est que sa double vie a porté du négatif et que je fus lésé mais aussi que toute la famille fut mise en danger physique tellement cette histoire la troublait.
Elle a reconnu qu'elle s'était désintéresse de ma fille depuis le début de l'année alors qu'elle l'a élevé. Elle a perdu patience plus d'une fois devant notre fille, la faisant pleurer, car cette dernière l'empêchait de communiquer par WhatsApp avec son amant. Je me suis pris des scuds injustifiés pour des choix que nous avions fait à 2 et que même elle avait fortement insisté. Ce n'est pas bon tout ça.

Sans compter qu'elle s'est refermée sur elle-même, a mis de la distance avec ses amies et sa soeur qui ne comprenait pas cette "froideur". Elle se réinvestit maintenant dans notre couple, notre famille et auprès de ses amis et elle meme reconnait "se retrouver". Sera-t-elle amer ensuite ? Je ne sais pas.

Je sais juste que je déploie une énergie énorme depuis des semaines pour sauver un couple qu'elle ne considère pas en danger dans les paroles alors que moi dans les faits je le vois en danger. En sortie de tempête mais avec encore des vagues dangereuses. Allons nous entrer dans une zone d'accalmie ? Sûrement, mais reste la question : pour combien de temps ?

@Kuoni : j'ai lu ton histoire sur l'autre fil. J'étais aussi dans la même logique que toi en me disant que je ne pourrai pas l'empêcher d'aimer. Mais toi aussi tu te rends compte que tu dois reprendre le contrôle d'une situation que tu n'as pas voulu à la base car elle te faisait du mal. Je crois qu'au bout d'un moment il ne faut pas confondre "liberté de l'autre" et son "égoïsme narcissique". En vrai, accepter d'être maltraité par amour fini toujours pas se retourner contre soi car l'autre sait très bien qu'on s'oublie pour lui. Et là commence l'irrespect car dans ce monde, on ne respecte pas l'altruisme empathique ! Et la gentillesse est souvent malheureusement confondue avec de la faiblesse.

#
Profil

Camille_B

le vendredi 23 juin 2017 à 13h43

Il y a beaucoup de violence dans tes propos, ce qui assez compréhensible, ça n'est jamais plaisant de se sentir trahi.

Pour autant, c'est un peu bête à dire mais bon à rappeler, la violence ne résout rien.

j'ai été frappé par cette phrase :


J'ai surtout retenu celui de Gamdotls qui me confirme ce que je pensais. Le couple libre ne règlera pas les problèmes de notre couple.

Pour ensuite enchaîner par un règlement de compte.

J'ai l'impression que tu en est à un stade ou tu souhaite démontrer à toi-même qu'elle est la seule coupable et qu'il n'y a pas de solutions ( esprit de vengeance ).

Je comprends ta réaction et compatis à ta souffrance. Mais je ne crois pas que ce soit la bonne solution.

Moi je dis : si le polyamour peut sauver votre couple.

Dire que le polyamour ne résout rien c'est entrer dans une perspective figée et binaire de l'évolution d'un couple, c'est voir les choses ainsi :

- Le couple va bien, le polyamour est évoqué : ça fonctionne.

- Le couple va mal, le polyamour est évoqué : ça fonctionne pas.

Ce n'est pas vrai. En dialoguant, en écoutant l'autre, en faisant des efforts on peut retrouver la confiance perdue ( souvent à cause de notre orgueil ) et alors l'intégration du polyamour, comme objectif de cette réconciliation, devient totalement viable.

Quand j'ai découvert que mon épouse aimait un autre homme notre couple n'allait pas bien. Ce mal-être précédait cette rencontre, n'avait rien à voir avec elle. Heureusement cela faisait longtemps que je réfléchissais aux formes du couple, à l'influence du patriarcat sur notre vision de la conjugualité, ce genre de choses. Alors j'ai pris les devant et je lui ai dis que si elle avait quelqu'un d'autre dans son coeur, je préférais qu'elle puisse vivre librement ses sentiments plutôt que partir ou être rongée par les remords.

La vérité c'est qu'à ce moment précis notre couple s'est solidifié, nous avons eu beaucoup plus de facilité à parler de nos problèmes, à se confier l'un à l'autre, et nous avons gagné en légèreté.

Donc je dis si, le polyamour peut être un excellent moyen de guérir un couple en faisant sauter toute une série de normes sociales étouffantes, en faisant sauter le poids de la peur d'être abandonné et d'autres choses de ce genre. Mais pour cela il faut vraiment accepter le polyamour pour ce qu'il est, et non pas pour une simple pratique qui va apposer un sparadrap sur une blessure que l'on s'empressera d’ôter quand on aura le sentiment que tout ira mieux.

Envoyez balader les histoires de tromperies, d'amants, de couple à trois. Qu'importe ce que vous faites quand vous êtes seuls. Déchargez-vous de tous ces questionnements qui ne mènent à rien. Concentrez-vous sur vous, ce que vous faites quand vous êtes tous les deux, l'amour que vous vous portez, sans réfléchir à l'amour que l'autre peut porter à d'autres.

Quand vous aurez franchi ce premier pas vous aurez acquis la légèreté pour surmonter bien des épreuves en soi mineures. Réfléchissez-y, un conjoint très malade ou lourdement handicapé, c'est un point infiniment plus lourd et attristant car contre cela vous ne pouvez rien. Délestez-vous des poids moraux, des craintes absurdes, du désir de contrôle. Ce ne sont que des violences dues à notre orgueil, des chaines inutiles qui vous paraitront bien secondaires quand la maladie ou la vieillesse vous rattraperont.

P.S. : le comportement de tout épouse en famille est compréhensible. C'est le sentiment de culpabilité, le fait de devoir mentir pour préserver les choses qui ressortaient.

P.S.2 : tu te fais des idées sur le plan à 3. Ce n'est pas parce que le couple s'entend bien et à de bonnes relations sexuelles que le couple à trois devient comme par magie acceptable. Il y a de nombreux couples polyamoureux qui fonctionnent très bien qui n'envisage pas du tout le couple à trois.

Je ne sais pas comment tu peux arriver à de telles généralités, et de toute manière les généralités et les statistiques n'ont rien à faire dans des histoires personnelles. Ce qui compte c'est ce que vous êtes capable de faire, pas ce que les stats disent qu'il faut faire ou ce que tu aimerais que ton épouse fasse. Laisse tomber le couple à trois, au moins pour un temps, concentre toi sur ton couple.

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

Camille_B

le vendredi 23 juin 2017 à 14h02

Au passage, pourquoi ce titre : les vrais besoin du couple libre ?

Car sincèrement je ne vois pas le rapport avec ton témoignage.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 23 juin 2017 à 14h47

Camille_B


Dire que le polyamour ne résout rien c'est entrer dans une perspective figée et binaire de l'évolution d'un couple, c'est voir les choses ainsi :

- Le couple va bien, le polyamour est évoqué : ça fonctionne.

- Le couple va mal, le polyamour est évoqué : ça fonctionne pas.

Ce n'est pas vrai. En dialoguant, en écoutant l'autre, en faisant des efforts on peut retrouver la confiance perdue ( souvent à cause de notre orgueil ) et alors l'intégration du polyamour, comme objectif de cette réconciliation, devient totalement viable.

Alors... je détache un passage qui s'intègre dans un raisonnement plus complet, lié à un témoignage personnel. Donc oui, je transforme un truc particulier en généralité, alors que ce n'est a priori pas l'intention d'origine.

Mais par réflexe, j'ai besoin de répéter un truc : le polyamour n'est pas une solution à des problèmes de couple, c'est juste un choix de vie.
Le polyamour peut apporter une solution aux frustrations liées à la monogamie, mais pas au reste ; et souvent, c'est quelque chose dans le reste qui ne va pas.

Je veux dire : si le couple va mal pour des raisons internes, commencer une ou des relations supplémentaires peut être une très mauvaise idée. Pour reprendre une comparaison qui n'est pas de moi, c'est un peu comme se dire : "tiens, cet année l'hiver est particulièrement rigoureux, du coup la bonne idée ce serait de partir pour une campagne militaire en Sibérie, parce que se voiler la face sur les difficultés ce serait trop facile".

Le polyamour ne sauve pas les couples, il s'y intègre si les gens sont "prêts" à être poly.
Ca peut marcher pour certains. Mais pas parce que c'est le mouvement à faire à ce moment-là pour n'importe qui : parce que ce mode de vie leur convient mieux que la monogamie.

Bon, sinon assez d'accord pour dire, tobeornottobe, que tu fais des généralités....
Les témoignages que tu cites... Je pense qu'ils viennent du milieu libertin, c'est à dire, avec le biais que ce sont des gens qui s'intéressent à ce choix de vie spécifique, qui ont donc des réponses spécifiques.
Si on aime le sexe, si on a de l'intérêt et de l'attirance pour plusieurs partenaires, ça entraine pas nécessairement de partager une sexualité à 2+x.
C'est pas parce que quelqu'un aime faire de l'exercice qu'il aime forcément le sport en équipes...
Si tu écoutes des échanges de gens qui font du sport d'équipes, tu te retrouveras plutôt pas avec des témoignages vantant les plaisirs du surf.

Message modifié par son auteur il y a 4 mois.

#
Profil

Camille_B

le vendredi 23 juin 2017 à 15h24

Oui le polyamour est choix de vie, mais le monoamour aussi. Et parfois c'est précisément le monoamour qui peut être l'une des causes de la crise d'un couple, sans que personne ne s'en aperçoive car il s'agit d'une norme extrêmement forte.

Je comprends ce que je tu veux dire et ça n'est pas éloigné de ce que je disais en prenant l'exemple du sparadrap : croire qu'un polyamour sparadrap guérira la blessure est un leurre.

Mais il serait dommage de ne pas envisager le polyamour comme solution quand l'un des problèmes majeurs dans un couple se situe dans le fait qu'il soit monogame.

Là ou je suis d'accord c'est qu'il s'agit d'une solution viable que lorsque l'on a "réparé" la perte de confiance en l'autre.

#
Profil

bonheur

le vendredi 23 juin 2017 à 20h51

Il faut se réparer soi avant de réparer le lien, ou les liens. C'est mon avis et c'est valable quelque soit le "mode de vie"

#
Profil

calinou696

le vendredi 23 juin 2017 à 21h23

Je dirais que la pratique du couple libre (ou même du libertinage pour prendre un exemple similaire) n'est certainement pas une solution à des problèmes de couple.
Par contre, que les protagonistes s'y interessent, ca peut être très bénéfique ! Introspection, chacun se pose des questions, se remets en cause, voit les choses sous un autre angle etc...
Par contre, il faut une certaine maturité, une certaine ouverture d'esprit, et évidement de la volonté.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion