Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Saut dans le vide

Bases
#

fée_licitée (invité)

le lundi 17 avril 2017 à 10h06

Bonjour à tous et toutes,

je vous lis depuis quelques mois, j'approche le sujet du polyamour en douceur via vos messages et expériences. Je retiens beaucoup d'empathie, de sincérité et d'amour. C'est vraiment beau à lire.

Mes lectures devaient me préparer à assumer mon souhait d'ouverture... On y est :)
Après une rupture difficile l'été dernier, divorce et garde partagée d'un petit cœur de 3 ans, j'ai retrouvé un ancien ami, L. avec qui j'ai entamé une relation qui s'est construire joliment et avec beaucoup d'honnêteté et d'échanges. En ce moment j'ai amené des discussions sur la possibilité d'un couple libre, ayant des désirs sexuels d'ailleurs. C'est en cours, il est ouvert à en parler et une part de lui aime l'idée, l'autre ayant peur que je rencontre quelqu'un "de mieux que lui".
Et puis vendredi soir, soirée de mon côté et coup de foudre pour un homme. Ca ne m'était jamais arrivé je crois. Coup de cœur confirmé par une soirée en tête à tête avec lui hier, magique. Je lui ai dis que je suis en couple et bien avec mon ami, que je ne sais pas ce que j'ai à offrir ici. Il l'a super bien pris, n'a pas de concept défini de l'amour et est juste ouvert à ce qui se présente.
Il a aussi montré beaucoup d'empathie pour ma situation qui se "complique".

Clairement, ça dépasse l'ouverture sexuelle dont on avait parlé. Je me sens amoureuse, je me sens appelée vers cet homme, Y.
Je dois maintenant en parler à L. et je ne sais pas quoi lui dire. Je ne sais pas si je suis prête à essayer de vivre une relation polyamoureuse, à sortir de la norme. Et je m'interroge sur ma disponibilité, je ne veux pas les faire souffrir.
Il n'y a pas vraiment de question là :)
Peut-être, comment savoir si je suis une monogame qui se cache derrière l'illusion d'un polyamour heureux en espérant ne pas souffrir et ne pas faire souffrir?
De toutes façons la décision n'est pas uniquement entre mes mains, mais j'aimerais présenter qqc de clair à L. pour lui éviter de souffrir en plus de devoir me décrypter.

Merci de m'avoir lue, au plaisir de vous lire pour pousser ma réflexion ou juste échanger

#
Profil

bonheur

le lundi 17 avril 2017 à 16h55

Peut être parler à L. comme sur le site, à coeur ouvert.

Tu n'as rien cherché. Tu dis toi-même que c'est inédit. L'amour qui nous trouve ! Attention à ce genre d'amour tellement puissant qu'il peut faire faire n'importe quoi. Pour ma part, ce fut des amours cycliques.

Je ne suis à la place de personnes et les réactions dépendent de chacun-e puis d'interaction. Les illusions, elles sont là pour nous faire avancer, un peu comme un but. Après, il ne faut pas penser les atteindre, mais juste s'en inspirer et aussi se donner du courage, car il en faut. Entre des discussions sur l'avenir qui auront éventuellement (ou pas) un impact concret sur notre vie et un passage au concret...

Souffrir, est indissociable à l'amour, j'en ai peur. Il est rare que l'amour, et encore plus les amours ne mènent pas à la souffrance, au moins ponctuellement. Même quand tout va bien, il y a toujours un grain de sable dans les rouages, qui fait dérailler pour une échéance plus ou moins longue la machine. C'est lié à l'évolution.

Je n'apporte aucune solution. Juste un regard scrutateur et extérieur.

#
Profil

Hippolyte

le mardi 18 avril 2017 à 10h41

Bonjour féé licitée,

Tu te demandes notamment, "comment savoir si je suis une monogame qui se cache derrière l'illusion d'un polyamour heureux en espérant ne pas souffrir et ne pas faire souffrir ?".

Je sais que tout le monde sur ce site ne sera pas d'accord avec moi, mais de mon point de vue, on n'est pas "monogames" ou "polyamoureux" comme on serait homo- ou hétéro-sexuel, mais plus comme on serait vegan ou omnivore : c'est plus une question d'éthique personnelle et de choix, même si c'est un choix guidé par des désirs, des préférences, des goûts et des convictions à soi.

C'est l'envie d'être poly qui fait qu'on le devient, ce n'est pas une question de l'être ou pas "au fond de soi".

Je vous souhaite tout le bonheur possible :)

#

la fée licité (invité)

le mardi 18 avril 2017 à 17h02

Bonjour,

merci à tous les deux pour vos réponses, ça me fait plaisir d'en avoir :)
J'ai oublié de bien relire avant de répondre alors désolée de ne pas le faire personnellement mais vos messages m'apportent beaucoup.

J'ai dit à L. ce matin, en toute sincérité, le coup de coeur pour Y. et mon souhait de poursuivre la relation avec lui tout en explorant ce que ça pourrait donner avec Y.
Il a été fidèle à lui-même, très respectueux et mesuré, essayant de verbaliser tant qu'il a pu avant de me demander de le laisser seul.
Je l'ai blessé (en tout cas, j'ai blessé une part de lui qui s'inquiète que je puisse rencontrer mieux que lui), il n'a pas perçu je crois la vraie nature de ce qui se joue avec Y. (pensant que c'est de la rationalisation d'un désir sexuel en émotion, ce qui lui arrive aussi mais il ne creuse pas, lui) mais a été respectueux de mes émotions. Il ne voit que des points négatifs à un éventuel triangle amoureux: beaucoup de stress, il voudra plus, Y. voudra plus, je vais essayer d'être diplomate et au final on va quand même rompre car ça ne marche pas. Il ne veut pas se faire vivre ça.
Il s'est montré sarcastique quand j'ai évoqué la possibilité de lire sur le sujet, défense qu'il a admis volontiers mais fermeture du coup.

Le moment le plus dur a été quand il a reformulé en "si je dis non, tu me quittes pour lui?" et que je ne savais plus, avec certitude, que la réponse serait oui. J'aurais évidemment souhaiter que la question ne se pose pas en ces termes parce que c'est ridicule pour moi de les imaginer dans une balance. Et en même temps il y avait qqc de très pragmatique dans sa question.

J'ai eu besoin et envie de voir Y. après. Besoin d'échanger pour identifier si je ne suis pas en pleines projections (bon, je le suis, je suis amoureuse :) mais au moins essayer de les identifier) et c'était un moment magique encore. Il ne se passe toujours rien concrètement, j'en serais très mal-à-l'aise vis à vis de L. mais les vibrations sont là, les regards aussi et on est sur la même longueur d'onde. Il a confirmé être là, être désireux de voir ce qu'on peut vivre et qu'il n'accepte pas la présence de L. "par défaut" ou en attendant ma pleine disponibilité. C'est nouveau pour lui et il ne sait pas s'il ne la voudrait pas à un moment mais il voit aussi des aspects positifs (moins de pression, liberté) à ce polyamour potentiel.

J'ai la chance de pouvoir me confier à des amies mais la plupart, même sans jugement, sont dans des labels et une simplification qui m'embrouille au final. L. serait une relation pansement après mon divorce, je manquerais de Wahou avec lui, et je ne veux pas le faire souffrir donc j'ai proposé le polyamour. Tout ça est/peut être vrai alors je ne sais pas.
Il me semble que ce sont deux amours très différents avec deux personnes qui se ressemblent beaucoup par des aspects que j'aime (bien sûr :) )

Et puis quand même, y'a la rêveuse en moi qui est juste pleine de gratitude d'avoir deux hommes incroyables qui voudraient être avec moi, recevoir de moi et me donner. J'aimerais tant que ce soit réalisable, voir par moi-même si ce n'est qu'une illusion ou si ça peut être beau comme je l'imagine.

Merci de me lire et pour cet espace d'échange. Au plaisir :)

#
Profil

bonheur

le mercredi 19 avril 2017 à 13h35

On peut être poly simplement parce que l'amour nous trouve, parce que nos émotions ne sont pas reléguées au rang d'intruses mais prises en compte. Je suis poly, désolée Hippolyte, au fond de moi, car depuis toute petite, j'ai eu des amours...

Je ne cherche pas à entrer en contradiction mais simplement à indiquer que toutes les situations sont dans la nature humaine.

Je suppose que l'on peut tous être poly et bis. Laissons notre coeur nous guider et ne s'offenser de rien, l'amour, les amours venant naturellement. Notre intellect jouant un rôle de "gestionnaire" plus qu'autre chose. Après, il y a la notion de contrôle qui peut entrer en ligne de compte. Je suppose que c'est plus compliqué que cela et surtout qu'il faut savoir accepter que l'on soit unique et que l'on évolue.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion