Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Quand l'un veut plus

Jalousie
#

(compte clôturé)

le lundi 17 avril 2017 à 09h19

Bonjour tout le monde, il y a un an je venais exprimer mon besoin de " rentrer dans une case", celle du polyamour. Theo, Mathias... Tout ce petit monde flottait autour de moi sans que je parvienne à trouver ma place. Finalement, à force de discussions, de temps, les choses s'étaient calées. Je vivais avec Mathias et les enfants et je partais, une fois par semaine, rejoindre Theo. Mais les mois ont passé. Je suis allée un peu plus chez Theo et avec les enfants. On restait "sage". Chacun à sa place de : " oui les enfants, nous sommes meilleurs amis". Pour les enfants pas de soucis, pour Mathias qui restait seul à la maison , pas de soucis non plus. Au contraire, cette maison silencieuse pour lui tout seul : il adore ! Le problème vient de Theo. Cet échantillon de vie de famille lui vrille la tête. Il veut plus, il veut cela au quotidien et vit de plus en plus mal les phases de séparation. Par exemple, Il manifeste de la jalousie quand je textote : sans savoir si c'est avec une copine, le taf ( je suis à mon compte) ou un pote. Il a du mal à concevoir que j'aime me retrouver seule. Seule pour être seule c'est étrange selon lui.
Bref .... Contre toute attente, dans mon histoire polyamoureuse, les cris, les pleurs, ne viennent pas de celui avec qui je vis un Amour platonique ( Mathias est asexué pour ceux qui n'ont pas lu les premiers épisodes) mais de celui avec qui je partage un amour charnel.
Et je le dis haut et fort : ca me prend le carafon !
Je crois que la solution est d'en revenir à notre "pacte" du début : se voir seuls, quand les enfants ne sont pas là. Ainsi, il ne sera pas frustré de devoir garder ses distances et enlèvera de sa tête ses belles chimères de vie de famille avec moi ...
Je dois vous sembler dur ?

Message modifié par son auteur il y a 7 mois.

#
Profil

bonheur

le lundi 17 avril 2017 à 16h44

Je crois que, en effet, Théo peut avoir un bon lien avec tes enfants mais jamais il ne sera leur père. Après, les enfants comprennent très bien qu'une maman peut avoir deux amoureux, leur père et Théo. Du moment que tout le monde vit bien, la tendresse ne leur étant pas étranger, ils devraient se sentir en sécurité avec cela.

En tant que mère, bien que maintenant ils ne soient plus enfants, je peux dire en effet que sans les enfants, ça soulage et que le calme d'une maison vide, je partage, c'est aussi de super bons moments.

Par contre, tu ne me sembles pas dur du tout. On ne peut te demander de te couper en deux. Théo doit comprendre le bonheur supplémentaire que tu lui offres ainsi que ta façon dont tu partages des tranches de vie avec lui. S'il veut un foyer à lui, il déséquilibrera tout l'édifice en le désirant aussi avec toi, surtout si ce n'est pas, ni l'objet, ni l'objectif de départ.

La solution serait d'indiquer à Théo que c'est impossible et que tu ne lui offriras pas ce qui ne serait pas souhaitable pour toi et pour ta famille.

Soit une relation secondaire prend tellement de recul face à la situation initiale que l'on s'en sent exclus. Soit une relation secondaire en attend tellement qu'il désire devenir plus. J'ai aussi des difficultés à comprendre. Peut être qu'offrir de l'amour pour l'amour, ça ne se suffit pas à l'amour, juste et simplement l'amour ?

#

Jvalin (invité)

le lundi 17 avril 2017 à 21h47

Et puis si tu t'en sens, dis-lui de se chercher une autre pépette pour fonder une famille. Moi j'avais le problème inverse : j'ai fondé une famille mais je manquais toujours d'affection, maintenant que j'ai deux-trois copines je suis largement comblé.
Quand on dit polyamour il ne faut pas avoir peur d'élargir ses horizons, à mon avis. Ca permet de ne pas tout mettre sur le dos d'une seule personne. ma femme est très soulagée de n'avoir pas à subir ma libido tout le temps, et mes copines sont bien contentes que je sois engagé ailleurs.

#
Profil

astrogirl

le mardi 18 avril 2017 à 15h37

Bonjour Mondrian!

Je suis en relation polyamoureuse avec mon compagnon d'un an et demi, qui, lui, est en couple depuis 14 ans avec la mère de ses enfants et avec qui il partage un foyer.

Notre manière de vivre le polyamour est non-hiérarchique.
Je ne me suis jamais sentie secondaire et il ne m'a jamais traitée comme telle. Depuis le début, il prenait en compte mes désirs et faisait tout son possible pour arriver à une solution qui nous convienne à tout.e.s, y compris son autre conjointe.

Ils ont décidé de me présenter aux enfants au bout de six mois, et depuis, je partage des moments familiaux avec les enfants selon diverses configurations: lui+moi, lui+la mère de ses enfants+moi, lui+la mère de ses enfants+son autre compagnon+moi, la mère de ses enfants+moi (une fois je suis allée avec elle chercher les enfants de l'école), etc. Il est clair pour les enfants que je ne suis pas leur mère, mais la petite amie de leur père, et ils prennent cela très bien.

En ce qui me concerne, cette situation me va très bien, parce qu'elle correspond à mes désirs. Par exemple je ne souhaite pas avoir des enfants avec lui (ni être maman). Dans le cas contraire, cela aurait pu être une source de conflit ou même de rupture, parce qu'il ne voudrait plus avoir d'enfants. Mais en polyamour, comme cela serait possible avec une autre personne, il aurait été probable de trouver une solution qui, dans la monogamie, aurait été inconcevable. Autre exemple: je ne souhaite pas vivre avec lui. Etant très indépendante et de nature créative, j'ai besoin d'avoir mon propre espace. Ce qui fait que je peux vivre de magnifiques moments de famille avec ses enfants selon la dose que je souhaite, et sans avoir à renoncer à mon indépendance, ni à renoncer à mes choix (ne pas être mère). Toutefois, concernant la cohabitation, mon compagnon m'a dit souvent que si ce désir changeait en moi, il serait possible de vivre ensemble, mais avec son autre conjointe et les enfants, ainsi que les éventuelles personnes qui seraient en relation avec eux. Ce que je trouve très beau, parce que cela correspond à sa manière, notre manière de vivre le polyamour = additionner et ne pas soustraire, exclure.

Je te raconte cela pour te demander: et toi?
et si vous viviez tous ensemble?
Contrairement à Jvalin et Bonheur, je pense que toutes les personnes qui forment une relation méritent qu'on prenne en considération leur désir et qu'on essaie de trouver une formule qui convienne à tout le monde. Simplement parce qu'on les aime.

Je peux comprendre Théo qui commence à avoir envie de vivre plus de moments familiaux avec toi et pas une autre. Pourquoi pas? Vivre des moments de famille avec toi ne veut pas dire en soi cesser de les vivre avec ton autre conjoint Mathias, sauf si ton choix est de laisser ces deux relations compartimentées / séparées.

J'espère que mon opinion pourra t'inspirer à trouver ce qui te rendra heureuse et rendra heureuses les personnes que tu aimes.

Bon courage!

Message modifié par son auteur il y a 7 mois.

#
Profil

bonheur

le mercredi 19 avril 2017 à 08h07

astrogirl
Contrairement à Jvalin et Bonheur, je pense que toutes les personnes qui forment une relation méritent qu'on prenne en considération leur désir et qu'on essaie de trouver une formule qui convienne à tout le monde. Simplement parce qu'on les aime.

Je ne répondrai que pour moi. Lorsque l'on est au départ en couple établi et qu'il y avait des objectifs communs, on se doit de faire en sorte que, justement, parce que l'on aime aussi son conjoint, on respecte ces objectifs. Personnellement, je distingue aimer et vivre ensemble. La plupart de mes amoureux, je n'aurai pas voulu vivre avec eux et ils n'auraient pas voulu vivre avec moi (sauf un qui voulait que je divorce et qui était dans une posture non polyamoureuse).

Compartimenter ses relations, je tends justement à l'être encore plus, après 10 années de polyaffectivité. Déjà parce que mon mari est acceptant mais il ne faut pas non plus en demander de trop. Aussi, parce que mes amoureux ont jusqu'à présent respecter ma situation de départ.

Mes enfants sont aujourd'hui tous majeurs bien que deux d'entre eux vivent encore chez nous. Ils ont connus mes amoureux. Nous avons fait des repas tous ensemble. L'un de mes amoureux a été présent pour eux en cas de besoin car mon mari et moi étions partis chez un autre de mes amoureux pour des vacances. Par contre, ma maison est à moi et à mon mari et à personne d'autre. Il a déjà été envisagé de loger quelques temps quelqu'un, le temps de se retourner suite un problème de chauffage (oups !). Mais en aucun cas, une tierce personne fera partie de ma vie quotidienne avec mon couple.

Je dirai qu'il y a une différence entre vivre des évènements familiaux et avoir une vie commune de tous les jours.

Relation secondaire ne veut pas dire dédain et quand ça nous arrange ou quand on en ressent le besoin. Ca ne veut pas dire non plus accueillir tout le monde chez soi. J'ai toujours pris en considération toute les demandes et désirs de mes amoureux, en conciliation la plus positive et valorisante possible pour chacun-e. Par contre, j'ai un couple, et un seul.

#

Jvalin (invité)

le mercredi 19 avril 2017 à 11h05

Pardon mais je n'ai jamais dit qu'il ne méritait pas qu'on prenne en compte ses désirs, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Je suis en revanche partisan de l'idée selon laquelle il ne faut jamais s'oublier dans l'équation : il est responsable de ses désirs, et madame des siens. S'il y a contradiction entre les deux, on peut négocier, voire concéder, mais pas sacrifier. Il ne faut pas s'imaginer qu'on peut réduire les contradictions à rien simplement en étant gentil, il faut pouvoir se respecter soi-même.
Donc je pense que vous et moi, dans le fond, on n'est pas fondamentalement en désaccord, c'est une question de formulation.

Dans l'impression que j'ai du problème, c'est que que le gars a des insécurités. Ce n'est pas sa faute à elle, quand même.

#

(compte clôturé)

le samedi 22 avril 2017 à 12h04

Bonjour, et merci pour vos réactions :-)
Personnellement, je ne souhaite pas mêler les enfants à tout cela. Je veux vivre une histoire à moi, être libre de faire tout le bruit que je veux pendant nos nuits d'amour et surtout n'être que Femme quand je vois Theo. Mes enfants, surtout le dernier, ont encore besoin de moi, sont très demandeurs et il est clair que quand ils sont là, je ne suis pas "disponible" pour "autre chose".
De plus, Mathias, l'homme avec qui je vis, est hypersensible. Aussi, il a énormément de mal à se mêler aux autres. On ne sort que très rarement ensemble de la maison. Trop de bruit, trop de stimulation et hop : une crise d'angoisse. Il s'est habitué, et nous aussi, à ce petit cocon, rassurant pour lui alors je ne me vois pas ajouter deux pièces ( Théo a un fils en garde alternée) au puzzle.
Mais je comprends ce que ressent Theo et je crois que le PB vient de plus loin, de plus profond, de son enfance. Il est en perpétuelle demande, besoin d'être rassuré. La clé est dans une psychothérapie pour qu'il calme ses fantômes du passé. Enfin, selon moi, et je parle en connaissance de cause, j'ai fait ce long travail, j'en sors plus epanouie que jamais :-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion