Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Quelle a été votre pire remarque/insulte, et votre réaction

Témoignage
#
Profil

Toinou

le lundi 03 avril 2017 à 14h46

Dans les réactions que nous pouvons recevoir lorsque nous faisons notre coming-out, ou lorsque nous parlons simplement du concept du polyamour il y a celle que je n'ai pas vu aborder* : la violente.

Cette violence peut-être physique, verbale ou morale.

Pour ma part la semaine dernière, où après une discussion avec une collègue, je lui ai fait suivre le lien vers l’émission de la tête au carré qui justement était sur le thème. (Coïncidence !? Je ne crois pas ! :D )
Sa réponse par mail, m'a laissé un gout âpre. Après m'avoir dit que ça avait été la discussion la plus étrange qu'elle ai eu, qu'elle ne me comprendrait jamais et qu'elle ne voulait plus en parler, elle a fini son mail par ces lignes :

Ecoute je te respecte et je ne veux pas te juger. Je ne sais pas ce qui dans ta vie t’a conduit sur ces chemins. Je prie juste pour que Dieu se révèle à toi et t’accorde sa Miséricorde.

C'est fou comment derrière ces trois phrases qui paraissent sans méchanceté, je perçois toute la condescendance de la vertu et la violence d'un doigt accusateur me vouant au bûcher éternels. Et c'est, à ce jour, la réaction que je trouve la plus violente à laquelle j'ai eu à faire face.
Ma réaction ? J'ai simplement répondu que si j'en était arrivé là c'est peut être à cause d'un trop plein d'amour et qu'il n'était pas besoin de prier pour moi. Mais ça me gratte l'occiput depuis, j'ai l'impression que j'aurais pu mieux réagir.

Et vous !? Quelle a été pour vous la pire réaction à laquelle vous avez fait face, et surtout comment avez vous réagit ? Comment pensez-vous que vous auriez dû réagir ?

*Peut être parmi les 20 pages que je n'ai pas lu, mais dans ce cas une recherches ne m'a pas permis de trouver.

#
Profil

Diomedea

le lundi 03 avril 2017 à 15h14

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Acajou

le lundi 03 avril 2017 à 15h41

En tout cas son discours est incohérent, elle dit qu'elle ne te juge pas, et dans les actes elle le fait quand même, en sous-entendant que c'est mal, et que du coup elle te souhaite que Dieu te pardonne. C'est cette ambiguïté qui fait toute la violence de ses propos.

Il faut se remettre dans le contexte, finalement les croyances religieuses fonctionnent aussi comme l'humain d'avoir certaines valeurs du bien et du mal, et le pire étant évidemment de pardonner l'impardonnable sous couvert d'amour.. Ce sont ses valeurs à elle, qu'elle fait passer pour des valeurs universelles. C'est égoïste et pas franchement assumé.

#
Profil

bonheur

le lundi 03 avril 2017 à 15h42

Perso, je conseillerai à cette personne de lire... Amours de Jacques Attali ou alors... Petit traité de vie intérieure de Frédéric Lenoir ou autres, style la Bible (que la plupart des catho n'ont jamais lu).

Egalement, je ne chercherai pas la confrontation. Je pense que je n'aurai pas chercher (enfin plus désormais) à faire comprendre l'incompréhensible. Je suis ainsi et je n'ai pas besoin d'autrui pour me juger. Je ne me rapproche pas des personnes non ouvertes...

Par contre, il m'arrive de dire, souvent même, que le mariage est une prison. Il m'arrive souvent d'interpellé : "si vous me croisiez me promenant amoureusement au bras d'un homme autre que mon mari, comment réagirez-vous ? Non pas intellectuellement du style que je fais ce que je veux. Viscéralement, émotionnellement, que se passe-t-il en vous ?" Et comme là en général on me regarde bêtement j'ajoute "ne me répondez pas, en fait votre réponse vous appartient."

Aimer comme soi-même. Aussi faudrait il déjà savoir ce que signifie réellement s'aimer. Ce n'est pas en avalant des principes que l'on peut apprendre à se connaitre, bien au contraire.

#
Profil

bonheur

le lundi 03 avril 2017 à 15h53

Je vais me permettre de citer Frédéric Lenoir :

"Exister est un fait, vivre est un art.
Nous n'avons pas choisi de vivre, mais il nous faut apprendre à vivre comme on apprend à jouer du piano, à cuisiner, à sculpter le bois ou la pierre. C'est le rôle de l'éducation. Pourtant, celle-ci se préoccupe de moins en moins de transmettre un savoir-être, au profit d'un savoir-faire. Elle vise davantage à nous permettre de faire face aux défis extérieurs de l'existence qu'aux défis intérieurs : comment être en paix avec soi-même et avec les autres ? Comment réagir face à la souffrance ? Comment nous connaître nous-mêmes et résoudre nos propres contradictions ? Comment acquérir une vraie liberté intérieure ? Comment aimer ? Comment finalement accéder à un bonheur vrai et durable, qui relève sans doute davantage de la qualité de relation à soi-même et aux autres que de la réussite sociale et de l'acquisition de biens matériels ?
Pendant des millénaires, la religion a rempli ce rôle de l'éducation de la vie intérieure. Force est de constater qu'elle le remplit de moins en moins. Non seulement parce qu'elle a, au moins en Europe, beaucoup moins d'influence sur les consciences, mais aussi parce qu'elle est rigidifiée. Elle offre le plus souvent du dogme et de la norme quand les individus sont en quête de sens. Elle édicte des credo et des règles qui ne parlent plus qu'à une minorité de fidèles et elle ne parvient pas à renouveler son regard, son langage, ses méthodes, pour toucher l'âme de nos contemporains qui continuent pourtant de s'interroger sur l'énigme de leur existence et sur la manière de mener une vie bonne..."

#

Jvalin (invité)

le lundi 03 avril 2017 à 15h58

Ma technique ? n'en pas parler, et moins encore sur le lieu de travail. Et si jamais je dois laisser échapper que je vois une autre copine, ou encore une autre, voire un copain, généralement, ça passe inaperçu, ou alors personne n'ose relever. Et si jamais ça arrive, qu'on me demande si je suis infidèle, je répond tout simplement que non. Au fond, les gens n'aiment pas jouer les flics, donc ils ne posent pas la question s'ils ne sont pas d'accord avec la réponse.
J'ai un avantage énorme : je suis un homme. C'est valorisé en général de passer pour un fou de la bite envers et contre les conventions sociales...

Par ailleurs je ne considère pas que je suis là pour faire de la pédagogie. J'en parle avec les gens qui sont ouvert à la question, pas aux autres. C'est comme la religion, je n'aimerais pas qu'on me dise de me soumettre à Allah sous peine d'aller en Enfer. Alors je ne dis pas que la monogamie est le vestige d'une ancienne société et qu'il n'a plus de raison d'être aujourd'hui, même si je le pense.

Donc non, je ne me suis jamais fait insulter sur ce thème. Encore une fois, en tant qu'homme, il n'y a pas grand chose à me dire non plus.

#
Profil

Granita

le lundi 03 avril 2017 à 16h00

Toinou

Et vous !? Quelle a été pour vous la pire réaction à laquelle vous avez fait face, et surtout comment avez vous réagit ? Comment pensez-vous que vous auriez dû réagir ?

*Peut être parmi les 20 pages que je n'ai pas lu, mais dans ce cas une recherches ne m'a pas permis de trouver.

Bonjour à tous et toutes,

Alors pour ma part, la plus douloureuse réaction que j'ai pu entendre (peut-être parce que c'est fraic car datant de ce week-end) c'est "tu ne te rends pas compte à quel point le fonctionnement polyamoureux est pathologique, tu es malade !".
A savoir que c'est mon compagnon de vie, avec qui je vis depuis 16 ans, le père de mes 2 enfants, le mec qui me connait le mieux et qui dit m'aimer profondément, qui m'a dit ça...
Et pourtant, il sait que je suis capable d'aimer plusieurs hommes depuis mon adolescence et ce n'est donc pas dans une volonté d'évolution de mon couple ; qu'il me dit qu'il comprend qu'on puisse aimer plusieurs personnes différemment et que ça ne le gène pas plus que ça. Mais c'est le côté SEXUEL qui le terrifie. Et sa souffrance, il la partage...!

Bref, je digère, mais j'avoue avoir le hoquet depuis ;D

#

Jvalin (invité)

le lundi 03 avril 2017 à 16h00

Et tu aurais pu lui dire que Dieu a fait son enfant dans la femme de quelqu'un d'autre et que son fiston allait aux putes, comme quoi personne n'est parfait. Bien sûr ça dépend de quel dieu ta collègue parlait, mais bon.

#

Jvalin (invité)

le lundi 03 avril 2017 à 16h03

Granita, tu pourras lui dire la prochaine fois que rien n'est plus faux. C'est la jalousie qui est pathologique, par ailleurs la science est en train de remettre en question très sérieusement la monogamie... L'histoire démontre déjà que c'est une construction sociale aux buts bien précis, soi dit en passant, pas un "état de nature".
Bref, il parlait de lui en voulant parler de toi.

#
Profil

bonheur

le lundi 03 avril 2017 à 16h10

Ne pas incriminer toujours l'éducation et la religion. Toutefois, ne pas se dévaloriser face à ce que l'on découvre de soi et découvrir l'amour ne peut être le pire de ce qu'il y a à découvrir. Quel mal y a t il à aimer ?

Chacun-e parcourt son chemin. Etre poly m'a appris à me sentir en paix, en premier lieu avec moi-même, aussi avec les autres. Etre poly m'a appris la plus insoutenable des souffrances intérieures : vivre sans l'autre, avec le bonheur que cet autre m'a offert comme étant le plus beau cadeau de la vie. Etre poly et faire face à ces contradictions intérieures !!! Je ne développerai pas. Aimer ou comment ce monde est en incapacité d'aimer sincèrement. Les sites de rencontre en regorge. Je veux un grand blond à la chaussure noire (humour évidemment). Depuis que je suis poly, j'ai stoppé cette ascension dans l'échelle sociale afin d'avoir une activité professionnelle moins "pourrie". On peut même dire que j'ai sciemment fait une régression et je n'en suis que plus heureuse.

La religion dogmatique n'est pas une réponse, à rien, à personne.

Je pourrai également ressortir le livre écrit par un théologien et homme de foi : Christophe Grzywocz "Dépasser nos émotions désagréables (quelques réflexions sur la colère, la honte, la jalousie, la timidité...). Cet homme y explique son incompréhension et la répression au sein de l'église concernant l'amour terrestre que peuvent ressentir les personnes engagées dans la foi.

D'ailleurs, toujours dans le petit traité de vie intérieur", l'auteur cite l'abbé Pierre et de son livre confessionnel, qui a aimé. Un amour critiqué par de célèbre ecclésiastiques. L'Eglise est en confrontation avec elle-même.

#
Profil

Granita

le lundi 03 avril 2017 à 16h21

Jvalin
Granita, tu pourras lui dire la prochaine fois que rien n'est plus faux. C'est la jalousie qui est pathologique, par ailleurs la science est en train de remettre en question très sérieusement la monogamie... L'histoire démontre déjà que c'est une construction sociale aux buts bien précis, soi dit en passant, pas un "état de nature".
Bref, il parlait de lui en voulant parler de toi.

Merci de ton soutien :-D . Oui, il est très jaloux et possessif et a du mal à travailler sur ses souffrances car très sensible. Je comprends ce qu'il ressent et j'accepte ses limites parce qu'il a plus de qualité que de défauts à mes yeux (même s'il peut être très sanglant dans ses propos). Du coup, je lui ai dit qu'à l'avenir, je refuserai de parler de ce sujet, même si malheureusement, c'est lui qui le met sur le tapis très souvent. Je lui riposte simplement, à chaque fois qu'il s'épanche sur ses sentiments pour moi "non tu ne m'aimes pas, c'est toi que tu aimes et l'image que tu te fais de moi, en occultant certaines choses en les considérant comme des défauts. Tu me désires et c'est pas la même chose". Ce à quoi il m'a répondu encore ce matin "je t'aime, non pardon, je te désire" avec un grand sourire !! :-D

Je pense qu'il faut une grande solidité pour être ce que nous sommes. Pour rester dans le thème, j'ai déjà dû essuyer des "chaudasse", "allumeuse"...Mais j'ai choisi d'assumer toutes ces remarques parcequ'on ne maitrise pas les réactions d'autrui mais seulement les notres.

#
Profil

Lavinia

le lundi 03 avril 2017 à 23h43

Je n'en ai pas parlé à beaucoup de monde, puisque cela fait peu de temps que je vis cela. Toutefois, j'ai abordé le sujet avec mon frère il y 2 semaines et il m'a dit, texto: "C'est n'importe quoi!". Une réaction tellement péremptoire m'a laissé bouche bée, et m'a peinée... Bon, ce n'est pas une insulte, mais j'attendais plus de compréhension, ou au moins d'écoute, de sa part.

#
Profil

Camille_B

le mardi 04 avril 2017 à 00h57

Ceci n'est pas une réponse à Granita dont la situation est particulière.

Je réagis juste à l'usage de l'expression "pathologique". Si jamais une personne random vous balance cet "argument", la réponse est extrêmement simple :

Une pathologie c'est par définition quelque chose dont on souffre soi, pas quelque chose dont autrui pense que tout le monde souffre. C'est tout. Une chose peut être pathologique pour une personne et par pour une autre.

Le sucre à basse dose est source objective de pathologies pour une personne diabétique, alors qu'elle est source objective de bonheur pour la plupart des gens.

Si vous vivez bien votre polyamour, alors dans votre cas le polyamour est objectivement non pathologique.

Il reste que l'on peut toujours dire que c'est immoral, mais là ... on entre dans un autre domaine ;)

#
Profil

Toinou

le mardi 04 avril 2017 à 11h09

@Granita : Ah oui quand même. ça c'est assez violent.
@Lavinia : Aussi oui...
@Diomedea : Pourquoi avoir supprimé ton message ?

Je suis toujours étonné de voir que l'amour et le sexe qui sont pourtant des valeurs positives, déclenchent parmi les réactions les plus violentes.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Diomedea

le mardi 04 avril 2017 à 11h47

Hello Toinou
car pas de réponse/discussion (petit saut d'humeur du petit matin!).
Mais tu l'as donc lu, merci. :)
Je rêve du jour quand de parler de nos amours (de tout style) ne soit en rien un source de
conflit, mais plutôt une célébration.
Bonne journée!
et comme je l'ai dit, des réactions négatives expriment les problèmes de ceux qui les émettent (si on a pris, naturellement, le soin de ne pas activement chercher à choquer)

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Toinou

le mardi 04 avril 2017 à 14h07

oui j'avais lu tout de suite après, mais je ne trouvais pas grand chose à dire. Donc comme je me dis toujours : "si tu penses que tu n'as rien à dire : ferme là."

Et je souhaitais attendre un peu de voir quelques réponses. histoire de voir si une tendance se dessinait :)

#
Profil

Acajou

le mardi 04 avril 2017 à 15h46

Moi je lui dirais à ta collègue "Mais moi aussi vraiment, c'est pas pour te juger. Je ne sais pas non plus ce qui t'a amené sur ce chemin. Que Dieu t'accorde sa miséricorde pour ton manque d'ouverture d'esprit".

#

j'ai oublié mon pseudo (invité)

le vendredi 07 avril 2017 à 17h17

Tu as touché un interdit qui tenait à coeur à ton amie, et il semblerait que tu l'ais dérangée amie dans ses certitudes et qu'elle se soit mis à réfléchir...pas bon du tout pour sa tranquilité ça!

Quelle réaction peux tu avoir après ça ? des remarques j'en ai eu et souvent derrière mon dos, du genre, mon couple bat de l'aile, je suis papa de deux petites filles, que c'est inadmissible, ou en pleine face, si j'ai des problèmes personnels, je devrais ballayer devant ta porte, est ce que j'ai pas honte de faire ça à ma femme ? ou alors, le top c'est "écoute, ce style de vie ne m'interresse pas, pourquoi continuer à se voir... prends soin de toi"...je n'ai plus eu de contact avec la personne qui m'a écrit ça, qui pourtant était très amoureuse de moi

Peut être pourrais tu reprendre ses mots à ta sauce en changeant deux trois trucs du genre :
Ecoute, je te respecte et je ne veux pas te juger, peut être que mon amour pour la vie et curiosité qui m'a conduit sur ces chemins, je te prie juste, de faire en sorte que dieu, quand il se réveillera en toi, t'accorde sa Miséricorde...

La seule réaction que tu puisses avoir c'est garder la tête haute, continuer à jardiner avec tes amoureux et malgrès la solitude que tu peux rencontrer à ton travail, parce que il faut bien le dire, on n'est pas en majorité à penser comme nous.
Quand tu croiseras ta collègue, tu te rappelleras les très bons moments passés avec tes amoureux, amis, amants maris, tu lui souriras et tu la saluras sans oublier de prier dieu tous les jours pour qu'il lui accorde....je sais même plus... le truc qu'elle a écrit... la miséricorde ? (c'est quoi au juste ?)

Bon courage et enjoy

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion