Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Chansons, poèmes, divers poly

#
Profil

LuLutine

le samedi 17 octobre 2009 à 18h50

dalloway
Je dirais que tant qu'on le sent, de rester avec quelqu'un, on n'a qu'à rester avec ce quelqu'un, peut-être pas nécessaire de se demander au préalable si on veut se lier pour la vie... et puis ça dure tant que ça dure, non ?

Je pense qu'on peut traiter de cette manière presque toute histoire amoureuse (enfin, je te le confirmerai quand j'aurai 80 ans hein ;), histoire d'être sûre).

Je vois une exception : lorsque tu fais des enfants avec quelqu'un, tu ne peux pas lui dire "Bon si dans quelques mois/années on ne se supporte plus, pas de problème, on peut partir chacun à un bout du monde"...

Les enfants je pense ont besoin de stabilité et de leur deux (ou éventuellement plus ? Je ne m'y connais pas assez pour m'avancer sur ce sujet !) parents. Donc si tu fais des enfants avec quelqu'un, bien sûr tu n'es pas obligé(e) d'en rester amoureux(se) toute ta vie, en revanche il faut trouver un moyen de continuer à élever les enfants en commun disons, au moins jusqu'à leur vingtième année (à la louche).
(Après ça, s'ils n'ont pas fini leurs études, je pense qu'ils sont quand même assez autonomes affectivement pour que tu puisses partir à l'autre bout du monde et revenir de temps en temps, en leur envoyant un peu d'argent tous les mois ^^).

Notons que mon "en commun" ne suppose pas nécessairement une communauté de vie (certains enfants de divorcés semblent s'en sortir très bien) mais quand même d'habiter pas trop loin l'un de l'autre (l'idéal restant quand même dans la même maison/le même immeuble/la même résidence) et de s'occuper des enfants régulièrement.

#
Profil

LuLutine

le samedi 17 octobre 2009 à 18h52

En fait pour résumer comme le dirait Françoise, c'est envers tes enfants que tu prends un engagement à vie, pas envers ta (ton) compagne(on) !

#
Profil

dalloway

le samedi 17 octobre 2009 à 20h16

LuLutine
En fait pour résumer comme le dirait Françoise, c'est envers tes enfants que tu prends un engagement à vie, pas envers ta (ton) compagne(on) !

Certes, certes, Lulu, je te rejoints, en somme, aussi pour dire que la personne avec qui tu fais des mômes a un statut d'"ineffaçable", bien entendu.

#
Profil

LuLutine

le samedi 17 octobre 2009 à 20h20

Oui voilà, il faut s'entendre un minimum avec la personne (même si on envisage qu'un jour on pourrait ne plus avoir une relation qualifiée d'amoureuse).

Montaigne
Un bon mariage, s'il en est, refuse la compagnie et conditions de l'amour. Il tâche à représenter celles de l'amitié.

#

(compte clôturé)

le samedi 17 octobre 2009 à 22h55

dalloway
Je dirais que tant qu'on le sent, de rester avec quelqu'un, on n'a qu'à rester avec ce quelqu'un, peut-être pas nécessaire de se demander au préalable si on veut se lier pour la vie... et puis ça dure tant que ça dure, non ? La remarque d'Etty - qu'elle n'a sans doute pas faite après moulte expériences amoureuses (dis-moi si je me trompe, je ne connais pas sa vie) - ne devrait-elle pas plutôt se faire à la fin d'une vie, en regard dans le rétro, comme une observation de ce qui s'est passé ? (rhoo, décidément je suis pas intello moi le samedi...)

Ouais farpaitement, tu peux te faire tatouer seulement sur certification de 40 ans de PA...

#
Profil

dalloway

le samedi 17 octobre 2009 à 23h14

Ah ben très bien, je ne l'avais pas prévu pour avant au moins 40 ans, vendu !

#

(compte clôturé)

le dimanche 18 octobre 2009 à 09h48

Ceci dit, c't'embêtant, tatouer ou marquer dans les plis, c'est pas le don, comme dirait l'Agrippine de Bretécher... Ca demande réflexion. ;-) Une idée, quelqu'un?

#

etty (invité)

le dimanche 18 octobre 2009 à 19h56

"Je dirais que tant qu'on le sent, de rester avec quelqu'un, on n'a qu'à rester avec ce quelqu'un, peut-être pas nécessaire de se demander au préalable si on veut se lier pour la vie... et puis ça dure tant que ça dure, non ?

La remarque d'Etty - qu'elle n'a sans doute pas faite après moulte expériences amoureuses (dis-moi si je me trompe, je ne connais pas sa vie) - ne devrait-elle pas plutôt se faire à la fin d'une vie, en regard dans le rétro, comme une observation de ce qui s'est passé ?

(rhoo, décidément je suis pas intello moi le samedi...) " Je suis d'accord avec toi Dalloway...sauf que cette remarque est une question de tous les instants..je crois...(il m'a fallu tout un dimanche pour réfléchir à cette réponse..rhoo décidément je suis pas intello non plus même le dimanche .)

#
Profil

dalloway

le dimanche 18 octobre 2009 à 20h15

Chers amis,

Je décrète qu'en ce superbe dimanche, mon cerveau se refusant à toute activité, j'esquive toute réponse pour aujourd'hui, mais comme je sais plus quel héros de film amerloque dirait (ouep, toujours une question de cerveau...) I'll be back.

#

(compte clôturé)

le vendredi 06 novembre 2009 à 16h43

J'écoute « La ligne droite », de Moustaki, et je trouve que ça a un petit arrière goût de poly.

Georges Moustaki
Mes habits ont parfois des traces de poussière
Et le parfum fané des amours passagères
Qui m'ont rendu la solitude plus légère
À l'aube de mes nuits blanches et solitaires

Et toi mon bel amour dis moi s'il y a des hommes
Qui t'ont rendu la vie un peu moins monotone
Qui t'aident à supporter l'hiver après l'automne
Et les silences obstinés du téléphone

#
Profil

Junon

le vendredi 06 novembre 2009 à 17h47

Je viens de regarder Vicky Cristina Barcelona et effectivement, c'est très poly!

#
Profil

wotan

le lundi 09 novembre 2009 à 11h04

Il meurt lentement
celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver
grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l'habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur
de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d'émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap
lorsqu'il est malheureux
au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n'a fui les conseils sensés.

Vis maintenant !

Risque-toi aujourd'hui !

Agis tout de suite!

Ne te laisse pas mourir lentement !

Ne te prive pas d'être heureux !
Pablo Neruda

#

(compte clôturé)

le lundi 09 novembre 2009 à 11h45

La vie, c'est risqué!

#

(compte clôturé)

le lundi 09 novembre 2009 à 15h50

La vie, c'est mortel.

#

(compte clôturé)

le lundi 09 novembre 2009 à 16h33

MDR, décidément, à la retraite, je me casse vivre au Mexique.

#
Profil

Jolebigorno

le lundi 09 novembre 2009 à 20h24

Il y a aussi cette chanson actuelle :
Coeur de pirate & Julien Doré : pour un infidèle...
Le refrain est plus explicite :
Mais je ne parviens pas à cerner cette chanson...

Tes lèvres en tremblent encore,
Et l’homme que ton coeur porte semble moins fort,
Et si le combat prend fin,
C’est surement parce qu’on t’a pris par la main,

Et tout bas tu me murmures,
Tout ce que j’aime tu me l’assures,
Et dans tes défaites, tu me promets,
Qu’un nouveau jour est pour demain,

Doucement tu me fais voir,
Les plus douces de tes histoires,
Plus notre idylle avance d’autres filles entrent dans la danse,

Ses Lèvres en tremblent encore,
Et sous mon poids son cœur vibre plus fort,
Et les craintes qu’elle a s’amplifient,
Elle sait qu’une autre fut dans mon lit,

Tout bas je lui murmure,
De calmer toutes ses inquiétudes,
Et dans mes mensonges, je lui rappelle,
Qu’à mes yeux il n’y a plus qu’elle,

Doucement tu me fais voir,
Les plus douces de tes histoires,
Plus notre idylle avance d’autres filles entrent dans la danse.

#
Profil

Dreltak

le jeudi 12 novembre 2009 à 00h32

Clementine
MDR, décidément, à la retraite, je me casse vivre au Mexique.

Fait gaffe, j'en connais un il a dit la même chose, il a fini sur une prise de tête lol (j'me comprend)

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 12 novembre 2009 à 09h43

Moi, j'ai ça, qui insiste sur la polysémie du mot amour...

Entre l'amour et l'amitié,
Il n'y a qu'un lit de différence,
Un simple pageot, un pucier
Où deux animaux se dépensent,
Et quand s'installe la tendresse
Entre nos corps qui s'apprivoisent,
Que platoniquement je caresse
De mes yeux ta bouche framboise,
Alors l'amour et l'amitié
N'est-ce pas la même romance ?
Entre l'amour et l'amitié
Dites-moi donc la différence...

Je t'aime, mon amour, mon petit,
Je t'aime, mon amour, mon amie...

Entre l'amour et l'amitié,
Ils ont barbelé des frontières,
Nos sentiments étiquetés,
Et si on aime trop sa mère
Ou bien son pote ou bien son chien,
Il paraît qu'on est en eau trouble,
Qu'on est cliniquement freudien
Ou inverti, ou agent double,
Alors qu'l'amour et l'amitié
Ont la mêm'e gueule d'innocence.
Entre l'amour et l'amitié,
Dites-moi donc la différence...

Je t'aime, mon amour, mon petit,
Je t'aime, mon amour, mon amie...

Entre l'amour et l'amitié,
La pudeur a forgé sa chaîne
A la barbe du Monde entier
Et de ses gros rires gras de haine.
Bon an, mal an les deux compagnes
Se dédoublent où bien s'entremêlent
Comme, sur la haute montagne,
Le ciel et la neige éternelle.
Entre l'amour et l'amitié
Se cache un petit bout d'enfance.
Entre l'amour et l'amitié
Il n'y a qu'un lit de différence...

Je t'aime, mon amour, mon petit,
Je t'aime, mon amour, mon amie !

[Henri Tachan]

#

(compte clôturé)

le jeudi 12 novembre 2009 à 09h48

Dreltak
Fait gaffe, j'en connais un il a dit la même chose, il a fini sur une prise de tête lol (j'me comprend)

Ce serait bien que je te comprenne aussi. Tu causes du camarade Trotsky? Il a eu la chance quand même de se prendre les pieds dans les nattes de Frida Kahlo, à quelque chose malheur est bon!

#

(compte clôturé)

le jeudi 12 novembre 2009 à 09h52

Siestacorta


Entre l'amour et l'amitié

Il n'y a qu'un lit de différence...

Je t'aime, mon amour, mon petit,

Je t'aime, mon amour, mon amie !

[Henri Tachan]

Tachan, je l'ai vu sur scène quand j'étais môme, pas tout capté, mais j'ai percuté sur un bout de texte, une chanson qui parlait du "petit Chaperon rouge, déjà fieffée salope...".

Ca défrise les contes de fée, entre lui et Bettelheim! J'aime bien les gens qui démontent les mythes.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion