Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Découverte

(Hors sujet)
#
Profil

Tomi

le jeudi 27 octobre 2016 à 17h47

Bonjour.
En couple depuis 3 ans et demi, je pensais que tout allait pour le mieux dans notre couple. Nous avons toujours discuté ouvertement de nos relations aux autres (tout étant un couple monogame) et en sommes plusieurs fois arrivés au polyamour ; ce n'était pas impossible à mes yeux mais beaucoup de temps et de patience pour faire cela en paix. Quand à elle, elle se pensait "convertie" aux relations monogames. Je suis parti en mission 4 mois et elle m'a quitté sans la moindre explication. Au moment de récupérer mes affaires, je nous surprend à encore beaucoup de tendresse et d'amour. Elle me dit alors qu'elle a des relations avec un autre garçon mais qu'elle ne veut pas me faire souffrir et que c'est pour ça qu'elle est partie (pensant que je ne comprendrais pas). Je comprend ce qu'elle peut ressentir et je suis aussi très attiré par ce mode de relation si libre ans entraves et en accord avec moi-même. Mais avez vous des conseils vis a vis de la famille des amis et même vis à vis l'un de l'autre?
Merci à vous tous

#
Profil

FloWolF

le jeudi 27 octobre 2016 à 19h31

Salut Tomi, et bienvenue sur ce forum.

Si je comprend bien ton histoire, ta partenaire t'as quitté parce qu'elle présupposait qu'une situation à plus de deux serait insupportable pour toi, alors que pour toi c'était complètement envisageable, et que pour elle ça semble l'être aussi, c'est bien cela ?

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Tomi

le jeudi 27 octobre 2016 à 23h26

En toute honnêteté j'avais et j'ai toujours quelques "doutes" (plutôt des appréhensions). Mais je l'aime et elle aussi et je comprends que l'on puisse ressentir le besoin de découvrir/rencontrer/aimer d'autres personnes sans avoir à se passer de celle déjà là. Mais oui tu as raison. Et c'est pour lever ces appréhensions que je pose mon récit ici.

#
Profil

Acajou

le vendredi 28 octobre 2016 à 00h12

Vis à vis de l'autre, comme la famille et amis, ça dépend quelles sont les attentes de chacun. Après moi personnellement je pense que la famille et amis n'ont rien à dire, mais ce n'est peut-être pas si simple pour toi, peut-être que le polyamour peut être rejeté de leur part...

Par contre je lis "je suis aussi très attiré par ce mode de relation si libre" est-ce que le polyamour est quelque-chose qui t'intéresse toi aussi personnellement, ou c'est uniquement pour faire plaisir à ta compagne ?
As-tu peur que cela défasse les attaches que tu as avec elle ?

Le meilleur conseil que je donnerais c'est d'exprimer ce que tu ressens toi personnellement.

#
Profil

Tomi

le vendredi 28 octobre 2016 à 00h29

Oui cela m'intéresse (et c'est aussi pour elle) mais j'ai des doutes sur ma capacité à ne rien dire et la laisser partir voir un partenaire. Je lisais "le cerveau est convaincu mais le cœur a du mal à suivre" je suis un peu dans ce cas. Les doutes sont plus vis-à-vis de moi. Comment gérer au quotidien des sentiments si larges? Je découvre cette facette de moi que je ne connaissais pas.
En ce qui concerne la famille et les amis je m'en fous je ne dois rien à personne mais disons que si je veux leur en parler un jour je ne veux pas être angoissé. Comme je le suis de poursuivre cette aventure avec plus de personnes.

#
Profil

Tomi

le vendredi 28 octobre 2016 à 00h35

Je dois dire que j'ai été élevé dans un milieu très masculin et machiste. Moi même l'étant un peu... Jeune militaire, je suis d'autant plus angoissé que le milieu dans lequel j'évolue influence beaucoup les vies privées (pour les poly). Mais je me reconnait dans tous les textes vidéos témoignages que j'ai pu lire/voir avec certaines variations mais ce sont les partenaires qui définissent leur couple n'est-ce pas?

#
Profil

FloWolF

le vendredi 28 octobre 2016 à 13h01

Tomi
En toute honnêteté j'avais et j'ai toujours quelques "doutes" (plutôt des appréhensions). Mais je l'aime et elle aussi et je comprends que l'on puisse ressentir le besoin de découvrir/rencontrer/aimer d'autres personnes sans avoir à se passer de celle déjà là.

C'est intéressant que tu parles d'appréhensions plutôt que doutes effectivement. Ces appréhensions sont relativement fréquentes dans la situation qui est la tienne et peuvent être je pense considérées comme normales quand on se lance dans l'inconnu, surtout quand il n'y a aucun "modèle visible" rassurant dans la culture dans laquelle nous baignons.
Tu sembles déjà avoir fait un bout de chemin dans le traitement rationnel de cela, et tes émotions t'y poussent vu que vous continuez à vous aimer, restent les peurs de ce qui peut arriver, d'où les appréhensions.

Pour t'aider à les dépasser, je pense que tu peux essayer de te souvenir d'un épisode de ta vie (il en existe surement un) où tu avais aussi des appréhensions, où tu t'es lancé quand même en dépit de celles-ci, pour au final constater que le résultat était plutôt positif à la fin. Ta raison et tes émotions semblent te pousser dans une direction, les circonstances du monde extérieur semblent favorable à cette direction, pour savoir si tu veux te lancer la question est peut être "dans quelques années, est ce que je regretterai davantage de m'être fait confiance ou de ne pas avoir essayé"

Tomi
Oui cela m'intéresse (et c'est aussi pour elle) mais j'ai des doutes sur ma capacité à ne rien dire et la laisser partir voir un partenaire.

Je lisais "le cerveau est convaincu mais le cœur a du mal à suivre" je suis un peu dans ce cas. Les doutes sont plus vis-à-vis de moi. Comment gérer au quotidien des sentiments si larges? Je découvre cette facette de moi que je ne connaissais pas.

Ce que je vais te répondre est assez personnel, mais il semblerait que pas mal de personnes aient le même vécu vis à vis de ça ici.
Ce passage de ta vie peut être vu comme une occasion d'explorer en toi d'où viennent ces doutes sur ta capacité à le faire, dans quoi prennent-ils racine ?
Explorer cela et réaliser qu'on peut faire avec ou le dépasser n'est pas forcément agréable, mais ça peut mener éventuellement à une actualisation de comment on se perçoit et comment on gère sa "vie intérieure". De mon point de vue c'est un cadeau qu'on se fait à soi-même pour toute sa vie, au delà du domaine des relations.

Concernant les doutes, les peurs et les souffrances, je poserais une question : préfères-tu avoir la certitude de souffrir de votre séparation, ou préfères-tu envisager un peu d'incertitude en se lançant dans une nouvelle façon de relationner pour continuer à vous enrichir de la présence l'un de l'autre ?
Les deux réponses sont totalement valides, il n'y a pas d'exigence morale à préférer l'une à l'autre, mais seul toi peut répondre.

En ce qui concerne la famille et les amis je m'en fous je ne dois rien à personne mais disons que si je veux leur en parler un jour je ne veux pas être angoissé. Comme je le suis de poursuivre cette aventure avec plus de personnes.

Oui cet aspect là viendra après, commencer par voir si entre vous deux vous arrivez à vivre les choses de telle sorte que vous continuiez à vous sentir bien dans votre relation à l'autre. La question de l'aspect "public" au monde extérieur ou pas se posera plus tard, si elle doit se poser.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Tomi

le vendredi 28 octobre 2016 à 15h24

Merci beaucoup pour ta réponse. Cela me donne énormément d'axes de réflexion et me réconforte beaucoup bien que ce soit le grand chambardement en ce moment. Je dois aussi avoir de très longues conversations avec elle sur ses attentes, les miennes, nos projets etc... Nous redécouvrir l'un l'autre comme des personnes poly-e-s.
Pour répondre à ta question :
"Concernant les doutes, les peurs et les souffrances, je poserais une question : préfères-tu avoir la certitude de souffrir de votre séparation, ou préfères-tu envisager un peu d'incertitude en se lançant dans une nouvelle façon de relationner pour continuer à vous enrichir de la présence l'un de l'autre ?
Les deux réponses sont totalement valides, il n'y a pas d'exigence morale à préférer l'une à l'autre, mais seul toi peut répondre. "
Je ne veux pas laisser des peurs et des normes sociales ancrées décider de ce que notre avenir à deux (ou plus) sera. Je serai d'autant plus déchiré de ne pas avoir exploré cette facette de moi que de la perdre définitivement en même temps. Je sais que c'est du travail seul et à deux, trois, quatre... mais si on doit le faire on le fera. Reste à trouver des partenaires aussi ouvert que nous sur le sujet :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion