Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je ne sais plus où j'en suis, je ne comprends plus rien...

Témoignage
#
Profil

june

le dimanche 21 août 2016 à 21h38

bonsoir,
je découvre un peu ce site et ce sujet..tout comme je découvre un nouvel univers, qui m'intéresse..mais dans lequel je ne sais encore comment me situer..en tout cas, ce que je sais c'est que depuis longtemps et encore plus depuis peu, je m'y retrouve de moins en moins dans mes relations avec les hommes, côté désir, sentiments etc..je m'étonne m'intéresser aussi aux femmes, je suis curieuse, j'ai envie de découvrir de nouveaux horizons, de partager sans pour autant vraiment choisir quelqu'un maintenant..j'ai envie d'aimer, être aimée, vibrer, jouir, vivre tout simplement et librement ! j'ai l'impression que mon environnement est trop "étriqué" pour me permettre de vivre ma vie et en même temps je n'ai pas envie de me sentir "cataloguée" dans un modèle ! j'aime être avec un homme sans le désirer forcément, j'aimerai en désirer d'autres en même temps, aimer et être aimée et pourquoi pas aussi avec une femme..c'est quoi ces "conneries" ! c'est la crise de la 40aine ou quoi ?! tous mes modèles, même s'ils ne me conviennent pas, volent en éclat ! help me ;-)
merci pour votre écoute et partages

#
Profil

bonheur

le lundi 22 août 2016 à 09h21

:-D :-D :-D
C'est la crise de la quarantaine qui est une connerie !!!
Moi également, je lui ai fait porté le chapeau du brouillard que je traversais, et ce brouillard était hyper épais. Je me suis à cette époque beaucoup cognée sans comprendre.

Si tu veux mon avis, on s'en fout de ton âge. L'important est que tu t'interpelles sur toi-même. Ecoute ce qui se passe en toi ! Lorsque l'on écoute attentivement, on arrive à éclaircir, à accepter et à assumer, ses émotions, ses ressentis. Tu es humaine, vis suivant cet humanité qui t'habite... qui nous habite tous.

Eventuellement, aide toi de livres. Il en existe énormément sur le développement personnel.

Je te confirme : se découvrir ne consiste pas à s'enfermer dans un nouveau modèle. Si tu désires t'exprimer à ton entourage étriqué, parle de tes émotions, de tes ressentis. Evite les mots "catalogue" comme polyamour. De toute façon, un terme générique est toujours mal interprété.

#
Profil

june

le lundi 22 août 2016 à 13h14

tous mes repères habituels sont bousculés, je ne sais plus très bien où j'en suis..quelque part je trouve ça bien car je m'affranchie de "carcans" mais je vois bien que mes relations avec les autres et ma vision de la vie et de l'amour évolue..pour le moment, ne sachant pas encore très bien dans quelle direction je vais, je ne sais que mettre les potentielles relations amoureuses à distance, je suis "bloquée", besoin de prendre du temps pour moi, pour savourer ma liberté et ne pas la perdre dans des "futilités" ! et me "renfermer" dans des relations qui m'étouffent et ne sont pas à ma taille, je n'arrive pas à dire si le costume est trop grand ou trop petit encore, celui de la relation à l'autre..peut-être dois-je commencer par nouer des relations avec moi-même il paraît que c'est par là qu'il faut commencer..le truc qui m'interroge quand même depuis quelques temps, c'est que j'ai l'impression que tout homme amoureux veut absolument "possèder" la femme..est-ce juste mon impression ? je ne veux appartenir à personne, puis-je tout de même vivre une relation apmoureuse épanouissante sans trop souffrir ou faire souffrir l'autre ? voilà toutes mes questions, enfin pas toutes, il y en a trop en ce moment ! merci pour cet espace libre de paroles et d'écoute bienveillante..merci "bonheur" pour ta réponse :-)

#
Profil

Cinecitta

le lundi 22 août 2016 à 14h31

June,
je me permets de te répondre car je suis ici en sous-marin depuis plusieurs semaines et notre proximité d'âge et de ressentis me donnent envie de sortir de mon Nautilus:-D
Tu es tout juste en train de vivre les frémissements de ta confrontation avec tes envies et des désirs profonds, départie des schémas inscrits en nous depuis l'enfance...
Pour ma part, séparée depuis 2 ans après une vie commune de 13 années, je crois que j'ai passé cette étape de grande confusion et que peu à peu la cohérence s'installe en moi. Tu as tout a fait raison sur le fait qu'il faut avant tout se pencher sur soi et sur la bienveillance et la sincérité que l'ont peut développer pour soi-même avant de multiplier les aventures a corps perdu.
le truc qui m'interroge quand même depuis quelques temps, c'est que j'ai l'impression que tout homme amoureux veut absolument "possèder" la femme..est-ce juste mon impression ? je ne veux appartenir à personne, puis-je tout de même vivre une relation apmoureuse épanouissante sans trop souffrir ou faire souffrir l'autre ?
Sur ce point, je garde espoir et la belle communauté qui se tisse autour ce forum renforce mon optimisme, il est vrai néanmoins qu'il y a statistiquement plus d'hommes dans le schéma monogame classique soutenu par la possessivité et l'appartenance...
Tu as raison de prendre le recul nécessaire, néanmoins, as tu abordé la question avec tes "potentielles relations amoureuses"? l'échange ne pourrait-il pas être intéressant? Il ne faut jamais préjuger de la capacité d'autrui a entendre et ouvrir son esprit...
Je te souhaite bon courage sur le chemin, je dirais que la clé de voûte pour moi reste la cohérence avec soi-même, ça peut sembler ultra simpliste mais pourtant, je découvre tout juste ce que cela peut signifier et c'est profondément libérateur...

#
Profil

bonheur

le lundi 22 août 2016 à 15h09

Je ne peux qu'approuver le discours de lenajane. Aussi, se lancer dans une relationnel important comme celui de l'amour, sans y voir un minimum clair en soi...

Je suis moi-même dans une situation avec des concordances, à savoir que je porte une étiquette, celle du mariage (contrairement à vous deux, si j'ai tout compris), et l'interprétation de qui je suis est systématiquement déformée. C'est lassant, c'est usant et surtout ça n'apporte rien. La frilosité d'entreprendre du sérieux sur des bases malsaines est source de bonne réflexion.

Ce forum comprend en effet des esprits ouverts... mais l'ouverture n'empêche en rien la méprise et la mauvaise interprétation.

La souffrance et l'amour vont de paire. C'est intimement lié. C'est justement l'amour qui fait que l'on souffre. La frustration est d'ailleurs la souffrance que l'on s'auto-inflige et je dirais que cela prouve que l'on a de l'amour pour soi... sinon on se dévaluerai, tout simplement.

L'amour est à la fois une aventure et une mésaventure.

#
Profil

june

le lundi 22 août 2016 à 17h35

vos propos confirment bien le fait que j'ai besoin de prendre du temps avant d'entreprendre tout projet de relation avec qui que ce soit pour le moment, ou alors de manière tout à fait transparente sur mes questionnements actuels..même si j'ai déjà éprouvé l'expérience de la transparence, prévenir n'évite pas pour autant les attentes "déformées" et "formatées" inconscientes voire "réflexes" de l'autre en matière d'amour et de vision "culturelle", et peut-être aussi masculine de la chose..
bref, récemment j'en étais même à me dire que j'essaierai les relations avec les femmes, peut-être me conviendraient-elles mieux, me sentirai-je plus en phase ?

je balbutie dans les méandres de mon être intérieur que je découvre gentiment en ce moment..j'ouvre mes horizons dans le but de me faire du bien et ne plus continuer à me "flageller" dans des relations qui ne me disent rien et dans lesquelles je me sens "étouffer" rapidement, je m'ennuie vite j'ai l'impression..peut-être est-ce ça le coeur de mes "soucis" !
je n'ai pas bien compris par contre "bonheur" lorsque tu parles de la souffrance qu'on s'auto-inflige ?
merci pour vos retours, c'est chouette

#
Profil

bonheur

le mardi 23 août 2016 à 09h59

june
... ne plus continuer à me "flageller" ...

N'est-ce pas une forme de souffrance auto-infligée ?

La personne que l'on doit aimer avant tout, c'est soi-même. Etant donné que l'amour et la souffrance vont de paire... on s'auto-inflige obligatoirement, parfois, de la souffrance. L'effet, c'est le mal être intérieur, mais celui-ci a une, voir plusieurs causes.

C'est pour définir ces causes que tu as créer cette discussion. L'effet, c'est le "help me" d'origine.

Evidemment, je peux me tromper.

#
Profil

Minelli

le mardi 23 août 2016 à 10h38

Bonjour
Je suis passée par les même interrogations . Au final au bout d'un long chemin de deux années je te livre la conclusion de mon experience : ne te pose pas de questions sur ce brouillard et vas simplement ver ta zone de confort en faisant confiance à ton intuition . Sache que cette zone de confort ne sera pas forcément celle que tu attends ( peut être que des relations amicales , peut être une relation mono intense , peut être avec une femme , peut être sans sexe , peut être avec un ex , peut être simplement du libertinage bref il y a tellement de combinaison possible ... ) mais sincèrement tu verras que tu sentiras ce qui te fait du bien , qui t'apaise , que tes interrogations ne sont qu'un moyen de trouver cette zone de confort . :-)

#
Profil

bonheur

le mardi 23 août 2016 à 11h18

:-D :-D :-D
C'est amusant (pour moi) que quelqu'un parle d'intuition (je préfère 6ème sens) ici. A chaque fois que j'expliquais qu'en fait, il fallait suivre sa petite voix intérieure, on m'indiquait que ce n'était à la portée de chacun-e et que ce n'était pas aussi simple et que par conséquent, je ne devait exprimer cela.
Je confirme, réfléchir, réfléchir, réfléchir n'est pas utile pour certaines personnes... qui sont plus intuitives, qui vivent en phase avec leurs émotions et leurs ressentis. j'appelle cela avoir un QE (quotient émotionnel) développé. Un raisonnement, juste pour la configuration intellectuelle ne sert à rien, voir à se "planter" lamentablement. Il ne faut pas chercher ou choisir un concept, il faut savoir ce qui nous convient, ce qui nous correspond, ce qui nous permet d'être bien avec nous-mêmes. On le sent oui, ou alors on le sent non.
L'auto-flagellation, et je suis en plein dedans actuellement (c'est de ma faute, je me préoccupe trop de la zone de confort d'autrui-s), peut consister à ne pas se dire oui, même si l'on sait parfaitement que c'est ce qui nous convient. Donc, parfois, même si l'on connait son bienfait, on le rejette et on s'auto-flagelle. L'intellect vient souvent en contradiction avec notre zone de confort (je reprends volontiers cette expression très pertinente, ne pas m'en vouloir Minelli, stp)

#
Profil

june

le mardi 23 août 2016 à 11h45

je suis d'accord avec vous mais lorsqu'on vit dans un "carcan", c'est à dire son environnement, la société etc..voire déjà soi-même car de mon côté j'ai été élevée, comme beaucoup certainement, dans les schémas et modèles classiques donc en terme d'ouverture et d'environnement, il faut tout bousculer également et revoir son mode de vie, de pensée, son ouverture à la vie, ses rencontres, ses propres attitudes et comprotements etc..ça fait beaucoup de choses, des remises en questions, des remous intérieurs pas toujours très confortables et avant d'être certainement au point intérieurement avec une "stabilité", plus grande en tout cas, retrouver de l'énergie et surtout un élan pour vivre, car tout ça demande beaucoup d'énergie, lorsqu'on bouge les lignes, la matrice intérieure..ça fatigue ! ça fatigue le cerveau qui va devoir fonctionner différemment le bougre, car c'est lui qui nous fait ch...(pardon pour la vulgarité) et puis l'égo, celui-là ! celui qui dit, c'est dingue tu te serai trompée, gourrée, empêchée etc..toutes ces années ?! non ce n'est pas possible, reste dans tes anciens schémas ! comme ça tu n'emmerdes personne avec ta façon de voir les choses qui peut un peu déranger etc..attention, c'est mon moment de révolte ?! ;-) hihihi
sur ce j'emmerde mon égo, je lui dit bye bye, et je vais vivre ma vie ! merci pour vos retours, je les adore..ils sont tout plein de bon sens, d'expérience et bonnes intentions, ça fait du bien :-)
nb : attention, j'allais oublier ensuite les commentaires, remarques en tout genre par exemple : tu vis ta vie, tu bouscules tout donc tu es une égoiste, tu ne penses qu'à toi ! (ça vous dit qqchose ?), tu finiras seule (même si c'est moi la 1ère qui me le dit en fait) !

#
Profil

bonheur

le mardi 23 août 2016 à 12h32

Le reste du monde, celui qui m'a textuellement indiqué que j'étais égoïste (ma mère en fait, avec qui je n'ai qu'une relation quasi morte, puisque je dérange, alors que nous étions auparavant plutôt complice, enfin tant que j'étais comme il faut). J'ai envoyé chier ce reste du monde.

Dans mon univers pro, on me sait atypique mais on ne me pose pas trop de questions. Après, je sais qu'il y a eu des ragots, c'est inévitable. Et puis, il n'y a pas de fumée sans feu, je vais bosser avec un écusson polyamour.info au cul de ma twingo (ça n'aide pas). Ma big boss me considère comme ne devant entrée dans aucune case. Ce n'est pas de sa part un jugement, mais un constat. Elle a raison.

Mon égo, ben oui. Moi aussi je me suis trompée, pendant 20 ans de vie commune et 18 ans de mariage. Il faut se déconstruire avant de se reconstruire.

L'été dernier, un homme avec qui je parlais lors d'un pique nique (harsard qu'on se soit retrouvé au même endroit au même moment pour manger avant de reprendre le boulot), je disais qu'il fallait faire un énorme trou et enterré tout, absolument tout ce qui, parents, enseignants, société nous a appris et tout réenvisager en fonction de soi et uniquement de soi. Il m'a regardé horrifié... puis a dit "ouais, moi je n'y arriverais jamais". Je n'ai pas insisté. Si on ne se sent pas, il ne faut rien changé. C'est dommage, mon ressenti pour cette personne est, sans mot, sans définition.

Une autre de ses personnes, pour qui je ressens tellement, m'a indiquée qu'il était normal qu'elle mène une vie de dingue car son mari travaille beaucoup. Donc, c'est de son devoir de tout régler, tout assumer (comme faire des courses avec 4 gosses fatigués dans les pattes, dont l'un en bas-âge)... alors qu'elle travaille également. Elle en est restée au stade de la bonne mère de famille qui doit sacrifier sa santé, pour sa famille. Elle n'a même pas le temps de répondre à un sms.

Donc, si c'est de ce monde conformiste et étriqué que l'on parle et dont il faudrait déconstruire les individus que l'on aime, pour pouvoir les aimer... et bien je comprends june, qui doit elle même faire ce travail pour elle. Mon discours peut sembler fataliste, mais c'est juste le constat dont on doit avoir conscience lorsque l'on désire frapper à la porte d'une personne non déconstruite. L'énergie, il faut l'avoir pour soi, et pour l'autre, qui souvent se repose sur nous pour faire le travail. J'avoue que depuis deux ans, je manque d'énergie. Si je ne sens pas un élan, une positivité, un enthousiasme, je laisse autrui à sa vie. On ne doit pas porté autrui, chaque individu doit se porter lui-même.

#
Profil

Cinecitta

le mardi 23 août 2016 à 12h33

Ah oui, "tu finiras seule", je l'ai entendu de la bouche d'un homme récemment...pas joli joli:(, il faut dégager suffisamment de force pour se recevoir ce genre de jolie phrase...Mais peu à peu on se construit dans la sincérité avec soi et ce type de propos ne nous fait plus vaciller, il peut même nous faire doucement sourire...

#
Profil

bonheur

le mardi 23 août 2016 à 21h06

Perso, on m'a indiqué que mon mari me quitterait... et il est toujours à mes côtés. Ensemble et ça fait presque 10 ans... J'aime pas faire mentir, mais là, je me réjouie :-D :-D :-D (+)

#
Profil

Albaboun

le jeudi 25 août 2016 à 00h31

Bonjour,:-)

Je crois moi aussi que le questionnement et/ou la remise en cause de schémas sociaux ou affectifs est complexe et intense. Je pense fondamentalement que les êtres humains sont en perpétuelle évolution, adaptation, transition. Les "modèles fixes", les cases définitives et les généralités sont toujours au moins faillibles, voir même destructeurs. Notre pensée est souvent construite pour reproduire et rechercher des "modèles", car la découverte est toujours plus complexe et prenante que les "habitudes", bonnes ou mauvaises. Choisir et accepter de ne plus se laisser diriger par des modèles, d'être dans une recherche de justesse, d’authenticité, est donc plus difficile, mais aussi tellement plus satisfaisant.

Je crois aussi effectivement que les schémas sociaux et affectifs de couple/jalousie/possession sont ultras-dominants. Ce qui ne permet pas pour autant d'en faire une généralité. Les hommes et femmes que je côtoie sont beaucoup plus nombreux, de prime abord, à être réfractaires à mon mode de vie, que celles et ceux qui y sont ouverts. Je crois aussi que les habitudes masculines sont marquées, mais également complexes... Combien d'hommes veulent ou recherchent l'apparence du couple, sociale et affective, avec son lot de possession et de dominations, jalousie, etc. Tout en souhaitant faire des rencontres, secrètement, sous la forme de "tromperie" ou "infidélité". Je crois que la "norme masculine" est amplement et sérieusement critiquable... Malheureusement pour moi... :-)

Mais les conseils qui étaient formulés précédemment me paraissent importants. Personnellement, je ne cours pas après les relations... Chacune est un bonheur, mais aussi un besoin de s'investir, ce qui me fait penser que ce qui se construit spontanément et simplement est largement suffisant. Il faut généralement chez moi des semaines voir des mois pour que puisse se construire et s'exprimer une attirance ou des sentiments. L'une des choses que j'ai choisie, pour me simplifier les choses, je crois, est d'évoquer un jour ou l'autre avec la personne mes fonctionnements et mon mode de vie, de façon légère et un peu détachée, lorsque qu'une attirance s'éveille en moi. J'essaye de faire attention à l'évoquer sans jugement ni "clichés inversés" pour ne pas brusquer celles et ceux qui ne partageraient pas mon point de vue, mais aussi pour qu'il soit perceptible que je ne cherche pas à convaincre qu'un choix serait mieux qu'un autre. Cela m'évite que se lance un débat ou une confrontation de point de vue sur ce qui "est bien", "est juste", "ce qui marche ou pas", pour ne pas risquer de chercher "qui à raison" et se respecter dans nos différences.

Ensuite, si attirance et sentiments réciproques il y a, laissant place à un rapprochement, je sais que la personne qui me plaît sait "où elle va", ou plutôt au moins qui je suis. Les questionnements, la surprise ou les difficultés peuvent tout de même exister, mais nous sommes réciproquement certains au moins de l'ouverture et de la bienveillance de l'autre.

Bref, j'ai choisi de mon coté de désamorcer un certain nombre de problèmes et de difficultés pour me protéger... Et par conséquent, ne pas risquer d'être trop affecté (d'une façon que je vive comme injuste ou violente) dans le rapport à soi, la confiance en soi, etc. Ne pas trop se regarder négativement ou douloureusement participe au fait de pouvoir regarder les autres et interagir positivement avec eux.

Je te souhaites de trouver tes propres façons d'avancer et de construire la suite en accord avec tes envies, mais surtout en corrélation avec tes besoins. Que tu puisse de plus en plus et de mieux en mieux t'écouter, pour que ton mode de vie réponde à tes aspirations, à ce que tu es.

Par contre, comme vous l'évoquiez précédemment, je pense aussi que le premier travail et les premières avancées sont toujours sur soi. S'accepter et s'écouter ne sont pas forcément des réflexes pour nous tou-te-s et le rapport à soi conditionne toujours le rapport aux autres. Je pense donc que savoir se protéger est une part importante des avancées. Se confronter aux regards et aux clichés des autres peut être douloureux, violent, destructeur, avec une incidence forcément négative sur le rapport à soi. Choisir quand, comment et avec qui on souhaite s'exposer et partager des réflexions et échanges sur les formes de relations affectives est en tout cas pour moi un impératif. Je ne peux, mais surtout ne veux pas m'exposer ou échanger avec n'importe qui, ou encore moins convaincre. Celles et ceux qui font des choix différents des miens en sont légitimes... Mais ils/elles ne sont pas légitimes à me juger ou à me faire violence si nous sommes différents. Je choisis donc la façon et les personnes avec qui je souhaite me dévoiler et partager.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le jeudi 25 août 2016 à 07h15

Oui, merveilleux post Albaboun. Je parle en général d'apprivoisement (et oui, ça prend du temps, beaucoup de temps) réciproque et volontaire. Bon, ce ne sont que des paroles puisque j'en suis, dans ma quête de perfection et ma volonté de tout faire aussi que décris ci-dessus, j'avance pas, avec personne. Les circonstances n'aident pas mais aussi moi.

Je souhaite que d'autres arrivent à cette aspiration.

#
Profil

june

le jeudi 25 août 2016 à 07h23

je suis contente et heureuse de lire un homme sur ces sujets, je pensais que j'étais en train d'affabuler, de me sentir "victime", d'espérer qu'une utopie se réalise etc..qu'un homme reconnaisse ces questions d'appartenance, de possession etc..me fait un bien fou ! qu'un homme puisse oser avouer des failles, faiblesses ou reconnaître le fonctionnement puissant sous-jacent qui influe sur nous et qu'on subit, alors qu'il est lui-même homme me fait beaucoup de bien et peut-être si j'en rencontre d'autres pourrait m'aider peu à peu à me "réconcilier" avec eux ;-) j'aime ta franchise et ton énergie, merci de me réconforter ! moi qui "désespérais" un peu récemment car je sens que mon univers intérieur et extérieur se fêle et tombe peu à peu en miettes..je ne sais plus trop où j'en suis en effet et discuter "vraiment" de ce qui nous touche est tellement important, je ne le trouve pas actuellement autour de moi et ça me rend triste..j'avoue aussi que du coup je m'isole sans doute un peu, à force de ne pas trouver de personnes avec qui partager ce que je vis et traverse !
j'espère que c'est une période de transition qui annonce à nouveau des ouvertures car sinon c'est la bérésina ! j'essaie de garder espoir et je m'accroche mais je commence à désespérer, le monde autour de moi est si conformiste, ça m'attriste à un point..j'espère que mon regard va changer d'ici peu et que j'irai à nouveau rencontrer "le monde" et trouver quelques personnes avec qui nouer des contacts juste "sympas" ;-) merci à vous de m'accompagner dans mon cheminement ici, ça fait toujours du bien même si ce n'est pas dans la vraie vie ! j'aimerai enrichir ma vraie vie d'ici peu, car actuellement c'est le grand désert..je dois trouver du courage !!!

#
Profil

bonheur

le jeudi 25 août 2016 à 14h55

Dans la vraie vie, un phénomène est présent... si tu es agréable, rayonnante et souriante... si tu accueilles sans distinction... l'effet de mimétisme opérera et tu reccueillera des "contacts sympas", conformistes mais sympas malgré tout.

Après, ne pas laisser autrui mal interpréter tes facultés d'accueil et de communication, savoir éloigner de soi les personnes envahissantes pour de mauvaises raisons (comme celles de satisfaire un besoin personnel)

#
Profil

june

le jeudi 25 août 2016 à 17h31

je vois tout à fait de quoi tu veux parler, je me suis fait "prendre" il y a encore peu, dans un moment de fragilité après une grosse épreuve ! pour le rayonnement et le sourire je suis aussi bien d'accord avec toi mais il est difficile lorsqu'on se sent mal et à un moment ultra-compliqué, pas toujours évident d'être au top, mais je crois que tu as raison il n'y a pas mieux comme attitude même si c'est un peu forcé au départ, à force on doit croire qu'on va mieux ;-) ça doit porter ses fruits à un moment même si pour le moment je sors un peu moins, ne sachant plus trop où aller en espérant pouvoir avoir des échanges chouettes ! j'ai plutôt tendance à m'ennuyer, ou à être aussi un peu "blasée" finalement..j'ai l'impression d'avoir déjà tout vu et tout fait, ce qui n'est pas vrai mais tu sais c'est comme le fait d'habiter dans une ville depuis 20 ans et d'avoir l'impression d'en avoir fait le tour..pas toujours évident de retrouver un élan ou un intérêt pour continuer d'aller vers les autres etc..j'espère que quelqu'un me comprend un peu ici ;-) je pense que oui..

#
Profil

bonheur

le jeudi 25 août 2016 à 21h26

Comme l'indique la chanson "savoir aimer", on peut juste sourire à une inconnue qui passe, ...

Dans ton quotidien, tu croises obligatoirement... des êtres humains...

Et puis, si tout le monde la tronche, lance toi le défi de les "dérider". Si tu ne le fais pas pour toi (au départ, parce que difficile), dis toi que tu le fais pour eux, pour des inconnus. Tu verras, il y aura souvent contagions. :-D :-D :-D

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion