Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Poly à tout prix?

Témoignage
#
Profil

flaneuravie

le mercredi 03 août 2016 à 07h49

Bonjour,

Avez-vous des conseils pour gérer les transitions de couple mono vers poly?

En court, ma conjointe souhaite que nous allions en poly car elle souhaite déveloper une seconde relation qui se développe depuis 1 an en douceur (celui-ci semble attendre impatiemment et est déjà devenu un peu dépendant).

Théoriquement Poly ouvert, mais je suis encore concrètement un mono aujourd'hui. peut-être plus poly dans les prochains mois (même si la combinaison géographie-travail-quotidien familial n'est réellement pas dans ma faveur ;-) ) .

Elle, souhaitant aller de l'avant, elle pensait que cela allé s'ajuster avec le temps, un peu en mode essai-erreur. (Elle n'aime pas les règles et les ''permissions'').
Evidemment, une série de maladresse sont apparues par la suite (requête obligatoire du prétendant & visite chez nous), ce manque de clarté, de définition de notre polyamour (qui demande de l'efforts) nous mets dans une relation au quotidien un peu lourde: comme si cette seconde relation brise la communication naturelle première.

Doit-on définir plutôt des règles claires?
Dois-je rencontrer, l'autre homme, pour rendre plus concret nos discussions, besoins ?
Doit-elle définir ce qu'elle recherche, projeter son future dans la seconde relation?

Personnellement, avec du recul, je pensais utopiquement qu'on serait allé en même temps dans le monde Poly. Le fait qu'elle vit cela, je crois être un peu jaloux (pas de l'homme) mais de sa situation: elle y ''gagne'' et nous avons moins de temps ensemble, j'y ''perds''.
Est-ce le droit de ne pas être ''content'' tout simplement? Elle se plaint que mon comportement change, mais bon, peut-on faire comme si de rien n'était, ce serait ''faux'', non?

Evidemment l'écoute, le partage et gestion de la jalousie a déjà été évoqués.

note pour contexte: nous sommes ensemble depuis 10 ans avec 2 enfants (donc peu de moments ''intimes'', 90% du temps est pour ce fameux ''quotidien'')

#
Profil

gdf

le mercredi 03 août 2016 à 16h54

Hello
Quelques réponses en vrac :
- si on est synchro, c'est mieux, mais franchement, ça relève du coup de bol. Il faut se faire à l'idée que l'un va vivre une expérience avant l'autre
- tu as le droit d'exprimer tes limites, voire de proposer des règles concrètes. Vous n'avez pas beaucoup de temps à cause des enfants? Tu peux lui proposer une sortie le soir par semaine juste pour elle (et elle fait ce qu'elle veut avec qui elle veut), où tu t'occupes des enfants. En contrepartie, tu as une soirée pour toi (et si tu n'as pas d'amoureuse, tu peux aussi bien aller boire un verre avec tes potes ou chasser les pokémon). Et pour le bien de votre couple, prenez aussi une soirée pour vous deux avec baby-sitter
- il faut faire la part entre ce qui est important ou pas, qu'est ce qui est négociable, et qu'est ce qui ne l'est pas. Ne te prends pas la tête sur des choses qui n'en valent pas la peine. Dans la liste des choses qui te dérangent, lesquelles sont vraiment indispensable, et lesquelles sont juste de l'inconfort?

#
Profil

bonheur

le jeudi 04 août 2016 à 13h31

Réduire le temps consacré au quotidien et augmenter le temps consacré à votre intimité. On s'en fout que la maison ne soit pas toujours impeccable. On dort très bien dans des draps pas repassés et les chiffons essuieront aussi bien la vaisselle s'ils ne sont pas repassés non plus. Et puis, la vaisselle, elle peut sécher toute seule.

Lors de mes cours de gestion du temps, mon prof disait que le temps était comme un grand sac et pour mettre un maximum dedans, il fallait d'abord les gros cailloux, puis les graviers, puis les gravillons et enfin le sable. Savoir redéfinir ce qui constitue les gros cailloux (le plus important) et les graviers. Perso, les gravillons et le sable, j'ai laissé tomber, c'est ce qui n'a plus d'intérêt.

Dans votre couple, certainement que vous pouvez améliorer le facteur temps. La qualité, elle ne dépend que de chacun-e. L'autre ne te vole rien, il ne gagne pas plus que toi. Si tu considères que c'est un bonheur de vivre avec ta femme, alors il est perdant, car lui n'a que "les restes".

Trêve de plaisanterie, ton bonheur personnel à ses côtés ne dépend pas de son autre relation, mais de la vôtre. Savoure ce qui t'es offert et dit toi que votre couple est unique.

Rencontrer l'autre homme. Pourquoi pas !

#
Profil

oO0

le vendredi 05 août 2016 à 14h16

Salut Flaneur,

la première chose que j'ai envie de te répondre, c'est de profiter de ce fameux quotidien simplement parce qu'il s'agit de la colonne vertébral de ta vie, de votre vie de couple et de famille. Si vous avez pu cheminer tranquillement vers une autre conception de votre vie amoureuse, je ne peux que t'inviter à en faire autant dans ce quotidien qui peut paraître pesant, mais être aussi un lieu de ressourcement même si une vie de famille n'est jamais parfaitement tranquille, qu'elle a toujours ses petits drames qui justement en font un apprentissage et un réapprentissage de la vie. Revoir la vie au travers des yeux des enfants, de ses propres enfants permet de relativiser les problèmes d'adultes que nous nous créons. Car nous nous créons beaucoup de problèmes qui n'ont en fait pas autant d'importance que nous ne leur accordons. C'est le chemin que vous avez déjà parcouru en vous ouvrant à la possibilité d'autres relations que la vôtre, voir une chance là où d'autres voient de la malchance, voire leur pire cauchemar. Il y a des moments dans la vie où il ne reste plus qu'à vivre sa vie, continuer à construire sa vie ...

... sans que cela n'empêche de vivre plus comme vous l'avez découvert. Je pense que le surinvestissement de la seconde relation que souhaite avoir ton épouse montre le contraire de ce que j'essaie d'exprimer. Votre vie de famille peut être votre source d'indépendance affective, qu'est-ce que cela peut vous apporter de vivre des relations qui créent une dépendance affective ? Lorsque tu te poses la question de savoir si la possibilité d'avoir toi aussi une seconde relation, est-ce que ce n'est pas faire dépendre ta vie affective de quelqu'un d'autre avant même de l'avoir rencontrée ?

Vous êtes dans le début de l'histoire de l'ouverture de votre couple, voulez-vous l'inscrire sous le signe du besoin ou du simple plaisir de partager sa vie ? Dans ce dernier cas, ce qui importe c'est de prendre soin de sa vie pour avoir une vie à partager. Pour savoir si vous êtes dans le besoin ou la dépendance, il vous suffit simplement de savoir si vous pouvez vous passer d'une autre relation. Vous avez pu le faire toutes ces années, c'est un acquis inestimable à ne pas perdre ;)

Besoin d'une autre relation ou plaisir de partager sa vie, c'est simplement la question de la disponibilité affective avec laquelle vous choisissez d'ouvrir votre relation, l'état d'esprit dans lequel vous vous disposer à de nouvelles rencontre.

#
Profil

flaneuravie

le mardi 09 août 2016 à 06h43

Merci Bonheur et 3O, pour vos réponses.

Profitez du quotidien, je suis entièrement d'accord, mais je sens néanmoins un déséquilibre. Ce qui est actuellemnt le plus génant, ce n'est pas la seconde relation, mais la conséquence de celle-ci dans notre relation. Une sorte de lourdeur qui s'installe dans nos interactions, elle n'est pas elle-même, avec un certain malaise et je le suis aussi à ma manière. Etant plus hypersensible que prévu, j'avoue que j'aimerai plus de preuve d'amours pour m'éviter d'aller dans des pensées négatives, mais elle ne va pas dans ce sens, suite au malaise ou un possible desamour non exprimé.

Confiance et Amour sont les piliers d'une relation (de tout type ;-) ), j'ai l'impression qu'ils ont néanmoins pris un sérieux coup dans cette histoire.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le mardi 09 août 2016 à 10h42

confiance va de paire avec transparence.

Cette lourdeur, est sans doute le reflet du déséquilibre et disparaitra dès qu'un nouvel équilibre sera de nouveau établi.

Considère ton hypersensibilité comme un atout. Tes pensées négatives par contre méritent réflexion. Tu as un manque de confiance en toi ?

Il n'existe pas de "preuve" d'amour ! L'amour n'a d'ailleurs pas à être testé (j'ai rompu d'une relation secondaire en partie parce qu'il inventait des scénarios pour me testé). Tomber dans ce travers signifierait une sorte de manipulation, de trafic de l'amour. L'amour, tu le ressens, ou pas !

Tu es en phase de déconstruction, il est normal qu'il y ai des instants de doute. Il est aussi normal que tu évolues, et donc que tu ne sois pas le même.

Des lectures sur le développement personnel pourront t'aider, je pense.

#
Profil

oO0

le mardi 09 août 2016 à 11h45

Salut Flaneur,

la manière dont je comprends le malaise que tu exprimes me semble venir d'un déficit culturel : "Ils se marièrent, eurent beaucoup d'enfants et vécurent heureux." Personnellement, je trouve cela injuste parce que c'est justement là que la vie gagne en réalité. J'imagine facilement que toutes ces pensées négatives peuvent s'associer aux clichés négatifs sur la vie de couple, le quotidien de la vie familiale.

Personnellement, je n'ai jamais été capable d'un tel engagement. ou du moins, je ne me suis jamais retrouvé dans une relation qui s'y prête. Je n'en mesure que mieux la valeur chez mes proches, mes amis ou connaissances. Je serais bien incapable de m'exprimer longuement sur une telle valeur, mais j'ai une question, une simple question face à laquelle j'aime les mettre dans leurs moments de doutes.

Oublier l'apparente banalité du quotidien et prendre la mesure du chemin parcouru ensemble. Au début d'une relation se trouver semble tellement excitant, la culture ne tarit pas sur le sujet pas plus que sur celui de se perdre. Par contre, pour ce qui est de se retrouver ... Je suis un triple zéro, mais j'aurais bien envie de lui en mettre autant sans rire. Entre les premiers émois et un long chemin de vie ...

... il me semble y avoir une différence colossale complètement disproportionnée dans le surinvestissement culturel des débuts comme si la suite allait de soi. Bref, Flaneur, imaginons avec d'autres que se retrouver peut être davantage que simplement se trouver, que cela fait partie d'une relation de se perdre et de se retrouver. Je ne dis pas que c'est plus excitant, c'est justement ce qui cause la perte ...

... cette recherche constante de l'excitation de la nouveauté.

J'ai beaucoup apprécié "Aimer plusieurs hommes", particulièrement le sous-titre "Où des femmes et des hommes réinventent leur conjugalité". En fait, ce dont je te parle est du même ordre, j'ai souvent l'impression que d'un point de vue culturel, cela reste comme un nouveau monde à découvrir ou simplement à cultiver car laissé en friche car en apparence trop évident. Et si la nouveauté était là ?

#
Profil

flaneuravie

le jeudi 18 août 2016 à 02h58

Bonjour,

Réponse tardive car je déconstruis, regarde de l'extérieur et de l'intérieur notre situation.

J'avoue que bien sûr "la confiance va de paire avec transparence" mais il se trouve que le mono du couple est transparent(trop) and le poly beaucoup moins. Cela n'aide pas et elle cache pour elle et aussi pour ne pas me "toucher".

En fait OoO mentionnait se "retrouver", un mot clé et Bonheur indiquait une sorte de laisser vivre.

J'initie des gestes, des actions positives dans notre quotidien, mais je ne sens pas d'émotions. Ce déséquilibre n'apporte rien, à part des malentendus. Au final je préfère être sans elle que être dans cette situation qui m'empêche d'être moi.

@bonheur: pour ce qui est des livres / podcast de dev perso. J'en ai lu/ecoute qqs. Je suis en fait assez bien avec moi-même. C'est plutôt la relation / la complicité / l'amour / la dynamique et la communication et bien des projets que j'ai avec ma femme que je remet en cause.

Elle mentionnait" je veux être poly pour que nous restions ensemble".

Mais de facon totalement rationnelle, n'ayant pas le temps de voir qq de mon bord et elle a la possibilité de voir son prétendant matin / midi / pm / soir grâce à son agenda, la dynamique qui s'installe ne me semble pas très saine.

Le polyamour est "beau" dans certaines histoires et j'en suis très heureux mais il semble dans mon cas, qu'il soit plus "utilisé" pour juste qu'elle vive sa vie quoi qu'il arrive

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Albaboun

le jeudi 18 août 2016 à 04h08

Bonjour Flaneuravie, bonjour toutes et tous,

J'ai l'impression que tu souffres beaucoup de la situation... Ce qui t'amène à douter, ou même à ne plus croire. Personnellement, la découverte du polyamour a été très tumultueux. Les choix de mode de vie et les convictions n'effacent pas les fonctionnements encrés par l'éducation, le cadre social et émotionnel.

Il est fréquent de croire que l'on peut choisir de ne pas être jaloux, ou d'avoir confiance en soi et en l'autre, mais je pense que c'est une erreur. Les émotions et sentiments de mise en danger, dans les relations de polyamour, me semblent inévitables pour des êtres qui se sont construit dans un cadre majoritaire de relations exclusives (et peut-être même si ce n'est pas le cas!).

Comme disait oO0, la phase de rencontre et de découverte est souvent, si ce n'est forcément, passionnelle, envahissante et intense. Il est également documenté que l'effet hormonal puissant de la rencontre/séduction suractive et déstabilise le fonctionnement émotionnel des partenaires. Je crois que ta compagne est elle même déstabilisée par la situation... On a beau analyser, réfléchir, projeter autant qu'on veut sur une ouverture vers le polyamour, personne n'est jamais prêt au incidences que cela aura sur l'un-e et l'autre.

Cet effet "découverte" déstabilise votre relation, sans pour autant en remettre en cause les fondements. Si vous aviez envisagés cette ouverture avant qu'elle ne se produise, les incidences actuelles peuvent ne pas être durables, si vous parvenez à nourrir le lien qui vous unis.

Tu semble très affecté et j'ai envie de dire que "c'est normal". Ressentir un éloignement, une perte, une"compétition" sont des facteurs émotionnels qui ne se contrôlent pas par la raison. Tu peux évidement travailler sur tout ça, mais ce qui me semble potentiellement la principale nécessité, c'est de pouvoir échanger sur tout ça. Plus que par décision, c'est en sentant que la complexité du moment est perçue, partagée, avec une volonté de chacun-e d'être attentif et d'agir sur les difficultés, qui permet à tous de se rassurer, de retrouver confiance et proximité.

Je crois que l'impression de "cacher" que te donne ta compagne vient à la fois du fait que certains aspects la dépassent, émotionnellement et factuellement, mais aussi qu'elle souhaite te protéger. Si vous trouvez la place d'échanger sur les difficultés, aussi désagréables et contraires à vos volontés qu'elles soient, il sera possible de les accepter et de "faire avec". Déconstruire et souhaiter ne suffit jamais totalement, mais accepter mutuellement les ressentis participe à leur faire perdre de l'ampleur.

J'espère que vous trouverez une façon d'échanger et d'amoindrir ces difficultés. Tout ce qui vous unis est tellement plus fort et plus beau que ce qui vous déstabilise! Mais les émotions ont le pouvoir de saper les constructions analytiques et rationnelles les plus stables. Seul le partage et l'acceptation des émotions peut diminuer leur pouvoir et leurs incidences, en acceptant ce que l'on est, il est possible de construire et d’accéder à ce que l'on veut ou souhaite... Du moins je le souhaite! :-)

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

bonheur

le jeudi 18 août 2016 à 09h53

Je crois que ce qu'il manque c'est une déconstruction ENSEMBLE puis une reconstruction INDIVIDUELLE en communication avec l'AUTRE.

Egalement, des choix de vie. Personnellement, j'ai redescendu l'échelle dans ma situation professionnelle afin de ne plus avoir à gérer les contraintes liées à un poste à responsabilités. Je gagne un peu moins (le smic en fait), alors que je vais avoir 48 ans et que j'ai une maison à payer, mais j'ai l'esprit libéré de mon travail.

Depuis un an mon mari a fait de même.

On gère finalement beaucoup mieux notre vie. Nous avons plus de temps pour nous, ou chacun-e pour soi. Quand aux finances, ben finalement, elles se portent plutôt bien. Nous avons fait le choix d'être bien dans notre peau et de nous consacrer du temps pour nous, à nous... du temps pour soi, à soi et surtout une liberté d'esprit tellement soulageant.

Mais tout cela, ça ne vient pas du jour au lendemain. Ce n'est pas parce que l'on a décidé quelque chose qui nous parait sympa, que l'on le vivra bien.

Après, chez nous, l'un est devenu mono par émotions, pour vivre en accord avec soi-même, pour rayonner et ne plus se voiler la face, pour s'assumer et être vivant. L'autre a cette possibilité d'être polyamoureux, qu'il ne désire pas vivre car trop contraignant à ses yeux. Et puis, je confirme, c'est un grand angoissé, il se ferait du soucis tout le temps, alors ça ne lui irait pas aussi bien.

Reconstruire chacun de son côté, ensemble... c'est là je crois une bonne réussite.

Pour ce qui est du développement personnel, penser que l'on n'a rien à améliorer, à comprendre, à apprendre, est je trouve assez faux. Bien malin, celui, celle qui se connait vraiment.

#
Profil

flaneuravie

le vendredi 19 août 2016 à 04h23

Merci pour vos feedbacks et le partage de vos expériences.

@bonheur, pour le developement personnel. d'accord avec toi, on a toujours des choses à apprendre et à améliorer. Je suis assez conscient de mon état et je me pousse vers certaines améliorations ;-)

Albaboun
Cet effet "découverte" déstabilise votre relation, sans pour autant en remettre en cause les fondements. Si vous aviez envisagés cette ouverture avant qu'elle ne se produise, les incidences actuelles peuvent ne pas être durables, si vous parvenez à nourrir le lien qui vous unis.

Bonheur
Je crois que ce qu'il manque c'est une déconstruction ENSEMBLE puis une reconstruction INDIVIDUELLE en communication avec l'AUTRE.

Un des éléments peut-être les plus dérangeants est justement qu'elle a décidé de faire cette déconstruction en solo durant longtemps et ensuite quand un homme s'est présenté, à argumenter de mon bord pour que nous allions dans le polyamour. je ne vois pas de ''ENSEMBLE' dans ce contexte, c'est une prise de décision unilatérale.
J'ai évoqué cette situation et elle a juste rationalisé, ''en effet c'est trop tard''.
Au final, elle exploite au maximum les règles du polyamour pour elle-même et se déculpabilise en mentionant que si je ne le deviens pas ... cela va être dommage pour moi.
Elle se considère une experte poly me voyant émotionnellement plus instable.

Pas sûr que nous partions sur des bases saines.

Dans un couple mono, il y a des ''règles'' qui empêchent certains d'être eux-mêmes
Dans un couple poly , c'est la même chose, les règles sont différentes mais les problèmatiques et effets ne sont pas mieux. Est-ce toujours vraiment mieux?

Qu'en pensez-vous ?

Avec un peu de recul, je m'interroge sur une question plus large.
Tout site spécialisé, communauté a souvent l'effet de chambre d'écho (avec amplification du retour ... seule différence avec la chambre d'écho ''physique''), nous nous renseignons sur des plateformes qui sont en accord avec nos idées. C'est normal et humain.
Article en anglais (et assez court) dernièrement paru qui explique cette problématique
www.shellypalmer.com/2016/08/comfort-zone-may-dest...

Etant toujours d'accord sur le principe de polyamour et n'ayant pas par expérience un retour positif. je me pose néanmoins une question plus d'ordre général: est-que toute action-comportement qui s'affirme polyamoureux (def /definition/) doit être considéré comme bon, positif et doit être soutenu? il y a-t-il une ''face cachée'' moins abordée dans le polyamour?

#
Profil

bonheur

le vendredi 19 août 2016 à 14h41

Il y a certainement une "face cachée" dans toute chose. Je n'ai pourtant pas cette impression. Ce que certaines personnes vivront comme bon et positif, ne le sera peut être pas par d'autres.

Après rejeté sur autrui son impossibilité de vivre à sa guise, ce n'est ni bon ni sain. Je suis la première à admettre que l'on doit vivre en premier lieu pour soi. Par contre, ne pas tenir compte des personnes que l'on aime et qui nous entourent. Dire "tu dois t'adapter", "tu dois devenir poly", et me laisser agir à ma guise sans aucun regard... mieux vaut rester célibataire. Lorsque l'on est en couple (y compris en couple poly), on a fait un engagement et on a des responsabilités par rapport à cet engagement.

Les "règles" sont celles qui correspondent à ce qui est exprimé, en tenant compte de chacun-e. Si on veut totale liberté, tout, tout de suite, il vaut mieux être seul. En tout cas c'est mon avis. Personnellement, ignorer mon mari reviendrait à divorcer. Nous vivons ensemble, à nous de trouver nos bonnes règles communes. Toute relation est question d'équilibre.

#
Profil

bonheur

le vendredi 19 août 2016 à 17h54

J'ai repensé à ce fil de discussion, si tu désires avoir un "aperçu" de l'univers indéfini du polyamour et des polyamoureux :

/discussion/-bdy-/Polyamour-Quantique/

#
Profil

Albaboun

le samedi 20 août 2016 à 01h07

Bonsoir,

Je rebondis moi aussi... Si cette plateforme réunis des "polyadeptes", ce qui par conséquent décuple le potentiel d'avis positifs sur le sujet, je ne croix pas qu'il y ait un dogme, ou un ensemble de croyances indiscutables parmis les membres... Ce n'est pas ce que tu disais et ma présence est très récente ici, mais j'ai déjà perçu une diversité de points de vue et de pratiques parmi les discussions.

De mon coté, pour faire simple, je crois que rien n'est intrinsèquement bon ou mauvais. Je pense que le couple est une forme relationnelle qui convient à certainEs, tout aussi légitime et respectable qu'une autre forme de relation. Je crois que la multitude d'individus que nous sommes est légitime à avoir des besoins et des fonctionnements qui doivent êtres respectés par leur entourage, dès lors qu'eux même respecte leur entourage.

Ce qui peut profondément me déranger socialement, c'est justement lorsqu'un modèle est encré comme "le bon", "le meilleur", voir le "seul admissible". Je crois que toute vie n'est qu'expérience et apprentissage, alors que tout modèle figé est mortifère. Je crois donc qu'un individu qui respecte les autres est légitime a faire ses choix et être attentif à ses besoins. Si la forme de relation qui te conviens est le couple, c'est indiscutable... A mon sens. A la réception de ton ressenti sur les actions de ta compagne, je ne la trouve pas très réglo, mais je ne peux avoir un avis cohérent sans avoir plus d'éléments et surtout son propre point de vue.

Bref, si le propos de ce site était que le polyamour est un nouveau modèle qu'il est souhaitable d’imposer à tous, je prendrai mes jambes à mon cou!!! Mais ce que j'en perçoit pour le moment est un désir partagé d'échanger et d'apprendre comment le vivre "sainement" justement. C'est à dire de laisser celleux qui le décident vivre le polyamour, tout en donnant une occasion de partage d'expérience et d'apprentissage, car cela n'existe quasiment pas socialement.

J’espère que nos échanges ne t'ont pas fait te sentir pris pour cible, car je souhaite profondément que tu puisse vivre comme tu le veux et le peux. Mon propos précédant était de souhaiter que tu/vous rétablissiez le dialogue, le partage et l'attention indispensable à toute relation affective. :-)
Bon courage en tout cas.

#
Profil

Albaboun

le samedi 20 août 2016 à 01h34

Au fait, j'oubliais un élément pour moi important! La question finale de ton dernier message: "le polyamour est il toujours positif?". Pour moi, la réponse est claire et simple: Non!

Je crois que le constat est indiscutable, concernant par exemple certains mouvements post soixante-huitards... Sous couvert d'amour libre et de libération sexuelle, certains groupes ont aboutis à une refonte des modes de domination masculine, avec une forme d'obligation et de contrainte sexuelle, en particulier pour les femmes. La légitimité de dire non était remise en cause, voir exclue, ce qui donnait lieu à des formes de sexualité sous contraintes tout aussi horribles que ce qui était dénoncé ou rejeté ailleurs. Bref, je n'ai pas de sources sous le coude, mais cela est suffisamment documenté pour en trouver.

Tout cela pour dire qu'à mon avis, on impose jamais une liberté! Et qu'une fois encore, la mise en place d'un modèle dominant aboutit à des dominations et violences. J'aborde le sujet évoqué précédemment avec d'autant plus de sérénité que je me sens appartenir au mouvances collectivistes, si ce n'est communautaires. Je sais qu'aujourd'hui aussi il arrive que soit utilisé la "liberté individuelle" pour justifier le manque de respect, voire la violence produite envers autrui. Et si je tends profondément vers la liberté, je crois que nul n'est libre de faire souffrir sciemment.

J'espère avoir répondu en partie à ta question... En disant que pour moi rien n'est intrinsèquement bon, mais que chaque acte doit être envisagé avec considération pour les retombées sur son entourage.

#
Profil

flaneuravie

le dimanche 21 août 2016 à 21h11

Merci @bonheur et @Albaboun,

J'apprécie vraiment vos avis très pertinents et justes (+) . Si on en tire les meilleurs extraits, Cela ferait un excellent article pour toute personne qui souhaite comprendre le poly.

@Albaboun, A aucun moment, je me sens ''cible'', j'essaye plus de ''pousser'' la discussion pour percevoir les différents points de vues autour d'une relation poly et des répercussions de celle-ci bonnes ou mauvaises.

En fait ... loin de moi de jouer l'historien du polyamour ;-) ... mais si on remonte avec l'apparition des 3 grandes religions, j'ai l'impression que des modèles de vies poly et mono co-existaient. Avec l'élan de liberté de ces 50 dernières années, nous re-découvrons ce modèle et essayons de le révéler-partager de nouveau et de voir comment il s'intègre dans notre société d'aujourd'hui.

C'est réellement intéressant à vivre à comprendre. (J'ai lu pas mal des articles et discussion de ce site ;-) )

Personnellement, je ne sais pas encore comment je vais vivre le polyamour avec mon contexte (mono->Poly, enfants, peu de temps, relation secondaire de ma conjointe déjà en cours), mais comme le polyamour est une des solutions (vs LA solution) pour être bien avec soi-même et pour ses proches, c'est à comprendre pour sûr :-) :-)

Message modifié par son auteur il y a un an.

#

Eterlutisse (invité)

le dimanche 21 août 2016 à 23h06

Je vis une situation similaire, enfin, je suis a l'initiative de la transformation d'une situation de cocufiage en polyamour.
Quand mon compagnon m'a annonce son histoire d'amour je l'ai accepte avec la pointe de jalousie que tu as eu car je n'avais pas eu la chance de vivre pleinement mon polyamour il y a quelques annees. Je connaissais cependant la possibilite de ces multiples attachements alors je n'ai pas eu peur quand il m'a dit qu'il aimait quelqu'un d'autre mais qu'il ne me quitterait pas.
Cependant, il est reste dans son modele de mari/maitresse/femme et en 6 mois, croyant me preserver, me proteger, me garder, il m'a promis de la quitter bientot, de la transformer en amie, de moins la voir, de moins l'appeler, il me cachait certaines de leurs rencontres, me soutirait des permissions pour des choses mineures et faisait sans me le dire des trucs bien plus importants. De l'autre cote il ne revenait pas vers moi, je jetais des ponts vers lui que jamais il n'empruntait, il restait distant malgre mes calins. Il s'enfermait dans sa culpabilite et n'arrivait plus a faire le premier pas.
Il y a une semaine, apres un nouveau mensonge, un ami m'a conseille de me casser de le laisser avec les gosses, qu'il verrait bien qu'il ne peut pas se passer de moi, qu'enfin il ferait son choix... J'ai choisi une autre voie et je me sens vraiment appaisee.
Ils le refusaient depuis le debut mais j'ai organise une rencontre entre nous 3. J'avais appele deux fois l'autre femme mais je n'obtenais que sa contrition et qu'elle exprime qu'il fallait que leur relation cesse mais rien ne bougeait. Cette fois, je l'ai invitee par texto avec les objectifs de la rencontre pour qu'elle est la liberte de repondre ou non, de reflechir avant de dire non.
Lors de cette rencontre, je voulais que nous exprimions chacun nos attentes pour que je sache ce que notre relation etait et ce qu'elle pouvait devenir et aussi et surtout qu'on deviennent amis ! Je pense que c'est important de connaitre l'autre amoureux de son amoureux pour ne pas se sentir exclus. Je connais tous les autres amis, elle aussi maintenant.
La liberte est reelle si l'information circule. Lors de cette soiree, nous avons parle de notre relation et de plein d'autres choses. Nous avons etabli des regles pour que les mensonges cessent car la seule chose qui fait mal, ce sont les mensonges et les attentes decues.

#

(compte clôturé)

le lundi 22 août 2016 à 00h24

...

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

Eterlutisse

le lundi 22 août 2016 à 02h11

La réaction face à la tromperie est conditionnée socialement c'est à peine si ça peut faire débat ;).
Le femme ou l'homme "bafoué" doit quitter l'infidèle, ou lui faire regretter amèrement en tout cas exiger que la situation cesse.
Les réactions négatives de l'entourage de l'autre amoureuse témoignent du fait que les schèmes normatifs ne sont pas dépassés. Je choisis vraiment à qui j'en parle dans mon entourage car souvent les gens savent mieux que vous ce qu'il faut penser et vous mettent dans des boîtes pour moins que ça.
Avant la discussion à 3 j'avais lu quelques pages de De l'amour et de la solitude de Krishnamurti qui explique très bien la différence entre aimer et posséder. Même si je trouve sa philosophie extrême, il reste éclairant sur ce point.
Je manque de sources anarchistes sur le sujet du polyamour mais c'est le point de vue qui sous-tend ma démarche.
Faire le tri dans ce qu'on ressent, dans ce qu'on pense qu'on devrait ressentir, les préoccupations paranoïaques et les risques affectifs réels, identifier les causes des sentiments négatifs, réviser ses représentations pour Aimer sans enfermer et sans s'enfermer demande du recul et j'ai souvent manqué de sang froid depuis 6 mois car le plus souvent, il y a d'abord une réaction avant la réflexion ;)).

#
Profil

bonheur

le lundi 22 août 2016 à 09h28

J'ai toujours à coeur que mon mari connaisse les personnes que j'aime et offrir cette opportunité de communiquer. Je pense que c'est la bonne initiative, mais il faut avoir du courage. Tout le monde ne fait pas preuve de ce courage de regarder la vérité en face.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion