Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Témoignages de secondaires

#
Profil

allonsdoncmaissi

le jeudi 09 juin 2016 à 13h17

Et si cela dépendait tout simplement du vécu de chacun ?

#
Profil

Dolly

le jeudi 09 juin 2016 à 15h22

Une question me taraude.... c'est quoi une relation Schrödinger?
Je connais bien son chat mais ne voit pas le lien avec une quelconque relation ;-)

En théorie, on pourrait penser que je suis dans une relation primaire/ secondaire, d'un coté avec un mari, un enfant, un foyer et de l'autre un amoureux que je vois une ou deux fois semaines. Mais je ne vis pas mes relations de manière hiérarchisée, je ne pourrais ni me passer de l'un ni de l'autre pour l'instant et ils sont tout deux importants.

#
Profil

coquelicot

le jeudi 09 juin 2016 à 16h23

Un peu marre des etiquettes ,je suis ci je suis ca ...

Je pense que je suis moi , ni primaire ni secondaire mais juste amoureuse a l instant
mettre des etiquettes c est aussi s efermer dans celles ci ..

A force de se poser des tonnes de questions on passe a coté de la vie .
On peut s en poser certes mais pas pendant des heures ...

un peu comme un train a force de reflechir a l heure du depart il part sans nous ..

Quand je suis avec un amoureux je profite j aime je vis
je me demande pas quelle etiquette il me colle parce que je m en fou
lui peut bien me la coller mais c est son probleme pas le mien

j ai trois amoureux magnifiques et je ne leur colle rien du tout non plus ,
je savoure chaque moment passé avec eux sans me soucier de l ordre chronologique ou hierarchique ..

La certains vont me dire : ah mais oui mais non ...tu vis avec (......) donc c est ton primaire ...

moi j ai une autre facon de voir qui m appartient et qui n a pas ni d echelle ni de numero
alors disons que (.....) est mon pilier ...

mais ce serait surement different si nous vivions tous ensembles !

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

kill-your-idols

le jeudi 09 juin 2016 à 16h45

Dolly
Une question me taraude.... c'est quoi une relation Schrödinger?
Je connais bien son chat mais ne voit pas le lien avec une quelconque relation ;-)

Une relation de schrödinger pourrait être: "on est ensemble. ou pas" (c'est le cas typique de toutes les relations où on ne sait pas où on va)

#
Profil

bonheur

le jeudi 09 juin 2016 à 21h14

coquelicot
Je pense que je suis moi

D'où l'intérêt de se nommer sans conteste et sans hésitation... une fois que l'on se connait vraiment.

Une relation ambigüe, je sais que ça ne convient pas à tout le monde. Certaines personnes ont besoin de reconnaissance du lien avec franchise et je fais partie de ces personnes. L'amour qui en est, sans en être, ben à mes yeux, ce n'en n'est pas. Les personnes qui pensent à moi uniquement quand ça les arrange et qui m'ignorent le reste du temps, perso ce sera plus jamais (par exemple).

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 10 juin 2016 à 01h10

Dolly
Une question me taraude.... c'est quoi une relation Schrödinger?
Je connais bien son chat mais ne voit pas le lien avec une quelconque relation ;-)

Si t'as la patience de lire le fil, il y a quelques détails là.

#

Longo (invité)

le dimanche 12 juin 2016 à 10h43

Bonjour, et merci beaucoup pour la mise à disposition de toutes ces infos et témoignages sur ce sujet compliqué. Puisqu'il est question de "secondaires", voici mon témoignage et aveu d'impuissance aussi.

Cela fait trois ans que je suis dans une relation qui pourrait ressembler à du polyamour, dans la mesure où formellement je suis l'amant d'une femme mariée, mais dont le mari est au courant de notre relation - il a encaissé sans broncher ou presque, et depuis n'en a jamais reparlé. Mon amoureuse affirme aimer deux personnes en même temps (son mari et moi), de manière différente mais sans hiérarchie, du moins sentimentale, exactement comme le décrit Yaya

"...avec l'un j'ai mon foyer, mes racines, mes amis, mon nid, mes projets: ça pourrait être ma relation "primaire" sauf que ce que je vis avec l'autre est intense physiquement, complice intellectuellement, fait de partage et de communication aussi je ne peux pas l'appeler secondaire.... Perdre l'un ou l'autre serait un sacrifice. "

Le problème est que bien que je la croie, et que je l'accepte "intellectuellement" (et politiquement aussi) parfaitement, je n'arrive toujours pas à supporter les moments "sans", mon corps semble refuser cette situation, sous la forme de crises d'angoisse, d'insomnies, et mon cerveau semble obsédé par cette situation, dont il n'arrive que très rarement à "décrocher". Je suis épuisé émotionnellement, je craque.

Et je suis très déçu, parce que vraiment j'aime cette idée, je l'aime de la voir aimer comme cela sans retrancher quoique ce soit à qui que ce soit. Le pire est que je ne souhaite pas à tout prix une vie de couple "standard", avec appart' commun et tout, non vraiment c'est juste que je n'arrive pas à gérer son absence, qui dégrade ma vie, et ma solitude à laquelle je tiens tant devient une prison, une salle d'attente glaciale... Et même: je ne suis pas sûr de vouloir occuper le rôle de "primaire".

J'ai essayé d'avoir d'autres relations pour "équilibrer" un peu la nôtre, ou pour souffrir moins surtout, mais ça ne marche pas, je n'arrive pas à donner aux autres ce qu'elles méritent et doit me séparer au bout de quelques mois au grand maximum.

C'est comme si un piège s'était refermé sur moi: cette relation est très passionnelle, érotique, intense, fusionnelle sans doute - peut-être du fait qu'elle a un côté "immoral" ou sulfureux? Est-ce que j'aime trop? Mal?

Bref, je ne comprends pas pourquoi je n'arrive pas à accepter réellement une situation de polyamour, cela me révolte littéralement, surtout que cette incapacité de ma part est en train de mettre en péril cette si belle relation, à laquelle je dois mettre un terme si je ne veux pas y perdre ma santé (mentale).

#
Profil

Dolly

le dimanche 12 juin 2016 à 10h49

je suis une princesse
Une relation de schrödinger pourrait être: "on est ensemble. ou pas" (c'est le cas typique de toutes les relations où on ne sait pas où on va)

Aaaah merci :-)

Siestacorta
Si t'as la patience de lire le fil, il y a quelques détails là.

Je vais aller lire ça de suite ;-)

#
Profil

Mai

le mercredi 15 juin 2016 à 10h14

LuLutine
Je n'utilise ni la notion de "primaire" ni celle de "secondaire", je vis des relations, point.

[...]

Et sinon, pour ceux qui sont secondaires dans leurs relations amicales, vous le vivez comment ? :)

Le choix des termes ne dépend pas toujours de nous, et la hiérarchisation non plus... je suis clairement un ami secondaire dans de nombreuses relations amicales. Et ça ne me choque pas du tout, je ne peux pas être le centre du monde à chaque fois*. Déjà car ça serait oppressant, mais aussi car si j'ai beaucoup d'affinités avec certains amis, ils en ont parfois encore plus avec d'autres... et je ne vois pas de souci avec ça :) : la relation que j'ai avec eux définit notre amitié, pas celle qu'ils ont avec des amis plus importants que moi à leurs yeux. Je suppose que je vois les choses de la même manière pour les relations amoureuses...
Je ne défends pas les hiérarchisations en soi, note bien. C'est juste une composante qui existe parfois, et qui ne me dérange pas. En tout cas, pas jusqu'à présent ^^

Merci pour témoignage, Longo, il est très poignant... et je ne sais absolument pas quoi y répondre. Désirer quelque chose, avoir la chance de le vivre, et au final le vivre mal... je ne sais que te dire. Ça ressemble à un scénario catastrophe, dont je ne vois pas l'issue (à part peut-être d'un point de vu personnel, travailler sur toi seulement, ce qui fait que tu n'acceptes pas ta solitude dans ce contexte précis ?).
Je te souhaite beaucoup de courage.

* Edit : arf, cette phrase occulte l'existence des relations sans hiérarchisation... ce qui ressemble très fortement à un biais intellectuel de ma part ^^
Je n'ai jamais vécu de relation polyamoureuse non hiérarchisée, je suppose que j'aurais employé une tournure de phrase différente autrement. Et je ne désespère pas que ce soit le cas un jour ^^

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

LuLutine

le samedi 18 juin 2016 à 00h40

Maisi j'ai beaucoup d'affinités avec certains amis, ils en ont parfois encore plus avec d'autres... et je ne vois pas de souci avec ça :)

Moi non plus je ne vois pas de souci, mais c'est pas ça la notion de hiérarchie (du moins celle que j'utilise et que la plupart des anarchistes relationnels que je connais semblent utiliser aussi).

Y a un article sur le blog de morethantwo à ce sujet qui rejoint assez bien ma pensée :

MoreThanTwo.com
A poly hierarchy exists when at least one person holds more power over a partner’s other relationships than is held by the people within those relationships.

#
Profil

raz

le samedi 18 juin 2016 à 17h09

Je veux bien qu'on me traduise le citation en anglais ci-dessus. Mon anglais n'est pas très bon et je n'arrive pas à lui donner un sens.

Merci.

#
Profil

gdf

le samedi 18 juin 2016 à 19h13

A poly hierarchy exists when at least one person holds more power over a partner’s other relationships than is held by the people within those relationships.

Une hiérarchie poly existe quand au moins une personne détient plus de pouvoir sur les autres relations d'un partenaire que n'en détiennent les personnes au sein de ces relations.

Suis pas sûr que ce soit beaucoup plus clair en français qu'en anglais....

#
Profil

raz

le samedi 18 juin 2016 à 23h27

C'est plus clair pour moi.
Si A est en relation avec B et avec C. Et si C a plus de pouvoir sur la relation A-B que n'en ont A et B, il y a hiérarchie.
En pratique, si A, quelqu'en soit la raison, décide de subordonner son engagement dans la relation A-B, aux demandes de C quelques soient ses désirs et ceux de B, il y aura hiérarchie.
Je vous laisse discuter des implications de cette proposition. Trop fatigué pour me lancer dans de longs commentaires.
Je ne suis même pas sûr que je serais d'accord avec elle mais elle me semble un beau point de départ de discussion.

#
Profil

bonheur

le dimanche 19 juin 2016 à 09h44

Le "pouvoir" n'est il pas une notion relativement subjective. Il y a celui que l'on a inconsciemment, c'est à dire celui que l'autre pense que l'on a sur lui. Il y a celui que l'on voudrait exercé, mais dont l'autre ne tient pas forcément compte...

En conclusion, pour qu'il y ai pouvoir, il faut qu'il y ai rapport entre deux individus qui ne vivront de toute façon pas la situation de la même façon. Et puis, il y a l'explicite et l'implicite. La notion de culpabilité entre également beaucoup en jeu, car ce peut être un "facteur" de soumission.

Un livre qui m'avait été offert par un homme que j'aime toujours énormément malgré nos incompatibilités et notre séparation : "Des jeux et des hommes" de Eric Berne aux éditions Stock ISBN 978-2-234-01766-5. Dommage que l'auteur ai une considération faible des femmes, sinon, à part la fin, le reste du livre est très bien et pertinent. Il m'a permis de définir à quel jeu jouent mes parents et à m'en éloigner encore plus.

#
Profil

anges

le jeudi 16 mars 2017 à 21h15

En effet, bien que convaincue du modèle polyamoureux, je réussi rarement à installer une relation avec un amoureux "secondaire". Généralement, ces amoureux fuient assez vite. Je crois que n'arrive pas à les rassurer.

Le dernier en date a été pris de panique subitement, alors que nous passions une bonne soirée et qu'il m'avait lui-même demandé de lui parler du polyamour. J'ai été très blessée, car je ne m'y attendais pas. En analysant la situation, je pense que j'ai mes torts: je me suis montrée trop sûre du modèle polyamoureux et je n'ai sans doute pas su entendre ses craintes (qu'il m'exposait pourtant).

#
Profil

bonheur

le vendredi 17 mars 2017 à 08h00

De toute façon, l'amour en lui-même fait ressortir les peurs, car il oblige à se dévoiler. Et puis, l'amour rend "aveugle", enfin parfois sourd.

Personne n'est parfait et on apprend de ses déconvenues. On peut parfaitement vouloir découvrir le parachutisme et se retrouver paralyser devant le vide. Si l'on écoute les para (civil passionné), c'est hyper génial merveilleux, mais ça ne fait pas de nous tous des personnes capables de prendre plaisir à se jeter dans le vide.

J'ai la même difficulté que toi anges, alors aujoud'hui je préfère une longue période d'apprivoisement (façon le renard et le petit prince), et encore même ainsi... Et puis, je porte cette étiquette "femme mariée" qui ferait fuir toute personne sérieuse, honnête, authentique et ce sont ces personnes que j'aime, oups !

#
Profil

EdK

le vendredi 17 mars 2017 à 13h50

Je suis actuellement en situation d'être la relation secondaire de la personne avec qui j'ai entamé une relation il y a peu.

Tout se passait plutôt bien (entre nous deux) jusqu'a qu'on echange sur nos sentiments respectifs. Il semblerait qu'elle ressente une affection très intense pour moi (mais de l'ordre de l'amitié) qui l'aurait poussé a me proposer une relation physique. Le fait est que je suis amoureux d'elle.
Sauf qu'elle ne supporte pas l'idée de «  m'encourager» dans ces sentiments et a pris de la distance le temps quelle prenne une decision.

Donc dans mon cas c'est plutôt l'inverse qui se produit ><

#
Profil

bonheur

le samedi 18 mars 2017 à 09h39

J'ai eu des relations secondaires qui ont eu cette attitude (bien que sans sexe avec moi) d'agir en amoureux et en fait indiquer au final que ce n'est pas de l'amour. En ce qui me concerne, ce sont des relations qui n'ont pas pu perdurer. Aujourd'hui, je sais que le rapport "amour-amitié" ne peut perdurer. D'ailleurs, mes autres relations secondaires étaient plutôt dans "je n'indique rien" comme ça on n'interprètera pas mes mots. Sauf qu'il y a l'attitude réciproque qui, elle, est aussi interprétable.

A ce jour, après observation et apprivoisement, toutes mes relations secondaires futures devront assumer ou ne pas être. Je ne tergiverserai plus. On reconnait ses émotions, ses sentiments, ou rien du tout. On affirme car je reconnais que pour moi, il ne peut vivre un amour que s'il est confirmé. La période d'observation et d'apprivoisement est plus que suffisante pour y voir clair (je définis celle-ci en mois, voir en années si nécessaire).

#
Profil

EdK

le samedi 18 mars 2017 à 12h53

Je comprends ce que tu veux dire mais là on parle d'une relation qui a trois semaines ^^

Ce qui complique les choses c'est qu'on a tous les deux des rôle et des responsabilités dans la même association.
Ce qui fait qu'a moins que l'un d'entre nous quitte cette association (ce qu'aucun de nous ne souhaite) nous aurons a travailler régulièrement ensemble sur des projets associatifs commun.

L'autre point qui me fait penser que ça peu marcher c'est le fait que malgré tout elle ressente des choses pour moi qu'elle ne ressent pas dans ses relations d'amitié habituelles. Donc même si elle n'est pas amoureuse de moi j'ai envie envie de tenter le coups ^^

#
Profil

bonheur

le samedi 18 mars 2017 à 15h20

Tout à fait, tu as à apprendre d'elle, certainement.

Ce que j'exprimais était personnel et évidemment, je sais que ce qui me convient ne peut te convenir. Nous sommes très différents. Je sais que je suis "devenue" très tranchée sur ce qui constituera mon avenir désormais :-D .

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion