Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Quand l'un de vos amours est malade

Engagement
#
Profil

Livia

le dimanche 13 mars 2016 à 22h50

Bonjour à tous,

Je suis perdue et triste... désemparée... L'un de mes amours est malade. En attendant un traitement, il souffre beaucoup et est immobilisé. J'essaie d'être le plus présente possible, le soutenir, l'entourer de tout mon amour mais je dois aussi gérer ma vie avec mon mari, qui lui aussi n'est pas en grande forme, ma famille, ne pas les négliger au milieu de tout ce tumulte. Ne pas perturber avec une triste situation, un contexte qui, au final, me concerne moi avant tout..

Voir mon amour souffrir et affronter cela me torture beaucoup. On se sent parfois tellement impuissant face à la maladie.

Comment vivre, comment surmonter, comment gérer ses amours plurielles lorsque l'un d'eux est malade ? J'ai constamment un terrible sentiment de culpabilité qui m'envahit : la peur de ne jamais être suffisamment là pour l'un ou l'autre. La peur de ne pas donner suffisamment.
Je suis fatiguée. L'énergie commence à me manquer mais je tiens le coup.

Je suis désolée, mon témoignage n'est pas très étoffé mais j'ai du mal à écrire des lignes et des lignes. Et plutôt que de vous raconter toute ma vie à ce sujet, je chercher avant tout à avoir vos témoignages et autres réflexions sur une telle situation. Car le polyamour peut et est certes une grande source de bonheur et de joie mais peut aussi être tout l'inverse... comme dans un couple d'ailleurs : s'aimer pour le meilleur et pour le pire.

D'avance, je vous remercie à tous :-)

#
Profil

PolyGone

le dimanche 13 mars 2016 à 23h10

Bonsoir Livia,

J'ai connu cette situation l'été dernier. Deux hommes, un enfant à gérer. Et l'un de mes deux amours a subi une grave opération.
Je n'ai pas été assez présente. Je n'ai pas pu être assez là. Et j'ai fait le choix de ne pas négliger mon autre amour.
Aujourd'hui je le regrette. Je me suis sentie déchirée et écartelée, n'ai pas fait les choses comme j'aurais aimé les faire.
Je ne veux plus revivre cela.
Comment faire je ne sais pas mais en effet il y a des moments où se partager est une torture, on se sent injuste envers tout le monde. Je comprends ton épuisement et ton découragement.

Peut-être y a-t-il simplement des moments où il ne faut plus se partager, mais être auprès de celui qui a le plus besoin de présence ?
En tous cas si c'était à refaire, c'est ainsi que je procéderais.

Bon courage à toi.

#
Profil

Lycaje

le lundi 14 mars 2016 à 00h41

Coucou toi, ça doit être très dur comme situation. Étant malade chronique je peux te donner un conseil sur ce que je voudrais si j'étais ton chéri: que tu sois présente mais que tu ne délaisses pas le reste de ta vie. Ne te sens pas injuste. C'est dur de donner à tout le monde, de savoir doser, surtout dans ces moments là.
Courage vraiment, tiens-nous au courant et j'espère vraiment que la situation s'arrangera: vos deux histoires me touchent... gros smacks

#

lamimoureuse (invité)

le lundi 14 mars 2016 à 07h10

Vos témoignages me touchent beaucoup .

Nous ne sommes pas doués d'ubiquité....Et parfois nous en souffrons de manière plus aiguë lorsque arrive la maladie par exemple.

Je dirais que dire ta souffrance de ne pas pouvoir être aussi présente que tu le voudrais à chacun de tes amours me semblent nécessaire. Le fait de l'exprimer ouvertement te permettra déjà de ne pas rester seule avec ta souffrance.

Et une souffrance partagée s'allege souvent un peu...

Je t'embrasse et te souhaite énormément de courage

#
Profil

LuLutine

le lundi 14 mars 2016 à 23h12

Comme lamimoureuse je pense qu'il faut en effet que tu en parles et que tous ensemble, vous trouviez la meilleure solution pour tous.
Tu n'as pas à endosser ça toute seule.

A mon sens, c'est ça aussi, être poly : vivre dans un réseau de relations interconnectées qui ont des influences les unes sur les autres...et en assumer collectivement les conséquences.

#
Profil

Livia

le lundi 14 mars 2016 à 23h44

Merci beaucoup pour vos réponses. Cela me fait chaud au coeur et m'aide beaucoup à y voir plus clair.
En effet, la parole reste avant tout le meilleur moyen de se libérer, de se comprendre mutuellement, d'avancer lorsque tout paraît si obscure au-devant.

On a tellement tendance à tord, à tout vouloir garder pour soi, tout en voulant être solide comme un roc.

Je vais tâcher d'appliquer vos conseils et soutenir, donner... sans trop m'oublier... Même si ce n'est pas toujours évident...

#
Profil

camelezebre

le mardi 15 mars 2016 à 08h45

Bonjour Livia,

Je me permets de te donner mon avis de l'autre côté de la barrière. J'ai une maladie chronique et incurable (SEP), stable pour le moment mais qui peut n'importe quand me stopper dans ma vie de tous les jours et potentiellement mettre à mal ma relation avec mon amoureux ou déséquilibrer ma famille.
Discussion déjà abordée puisque je suis mariée et que si je devais être hospitalisée ce serait peut-être compliqué.
En tant que personne malade, je m'interroge principalement sur mes choix de partager ou non mon état de santé avec mon autre. Me demandant si je peux lui imposer une telle responsabilité et une souffrance certaine.
De son côté il souhaite être informé pour ne pas se sentir exclu ou informé du fait que je ne souhaite pas lui partager mes états. Le flou ici serait difficile à gérer.
Lorsque je fais des poussées je lui en parle avec délicatesse et j'essaie d'être le plus positive possible. J'ai envie qu'il soit présent si je ne suis pas bien mais surtout pour l'amour que nous partageons parce que c'est une force emportante qui permet de positiver et d'aller mieux.
Je pense qu'il est impératif de savoir ce dont a besoin ton amoureux et que tu puisses te positionner en fonction de ce que tu penses pouvoir lui "offrir" et le partager avec ton mari.. Accompagner une personne malade est toujours éprouvant et peut aussi te déstabiliser profondément. Il faut donc mesurer tout cela avec doigté pour ne pas devenir une charge supplémentaire ou ne pas culpabiliser de ne pas avoir pu faire ce qui te semblait important. Ca paraît dur à entendre mais c'est important d'avoir des personnes solides en face de soit au risque sinon (peut-être) de voir la personne malade s'éloigner où se fermer un peu afin de se préserver.
Voilà ce n'est que mon avis et si ça devait m'arriver, j'espère que mon mari comprendrai que j'ai besoin d'être entourée de personne que j'aime profondément pour aller mieux.
Je te souhaite de trouver une solution qui vous convient à tous en osant aussi de ton côté dire si tu peux le supporter ou non et à quelle condition.
Une belle journée

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion