Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

En parler, oui, mais pour dire quoi ?

Témoignage
#
Profil

gdf

le samedi 23 janvier 2016 à 19h26

Version courte.
Les trois personnages principaux sont assez classiques. Appelons les Ava, Arthur et Fred.
Ava est mariée à Arthur. Ils sont (étaient ?) mono. Fred est marié aussi, et poly.
Ava aime Arthur, et elle aime aussi Fred. Arthur sait qu'elle était tentée, pas qu'elle a cédé à la tentation.
Ava sait qu'elle doit parler à Arthur de ce qui se passe, mais elle n'a pas envie de perdre ni Arthur ni Fred.
Si elle en parle à Arthur, le supportera-t-il ? Ne voudra-t-il pas savoir plein de choses qu’elle n’a pas envie de lui dire ? Que lui dire pour être transparente tout en gardant son jardin secret ?
Que dire ? Que ne pas dire ? Que peut-elle garder pour elle ?

Gdf

#
Profil

gdf

le samedi 23 janvier 2016 à 19h28

Version longue

Arthur vient de commencer un nouveau job dans une nouvelle entreprise. Sa femme Ava le suit avec leurs deux enfants. Grâce à l’école, elle rencontre Fred, qui a également déménagé récemment avec femme et enfants pour rejoindre la même entreprise. Fred et Arthur se connaissent, même s’ils ne sont pas sur le même site.
A la sortie de l’ecole, Fred reste souvent papoter avec Ava, et même Arthur qui arrive en général pas longtemps après.
Fred et Ava ont d’autres occasions de se croiser, car leurs enfants ont des activités communes en semaine. Lors d’une de ces rencontres, Fred parle à Ava de polyamour. Ava ne sait pas ce que c’est, mais en retour, elle dit à Fred qu’elle et Arthur sont libertins.
Ava est troublée, mais n’en parle pas à Arthur. Quelques jours plus tard, elle sort avec une de ses bonnes copines, et en parle à Fred qui les rejoint. Elle n’a toujours pas prévenu Arthur.
Ava et Fred flirtent en boîte. Le lendemain, elle raconte à Arthur la discussion, le trouble, la soirée. Arthur est furieux. Il met un mail à Fred et lui dit qu’Ava et lui sont libertins, mais font les trucs à deux, et que Fred aurait du lui en parler directement. Fred répond qu’il n’est pas libertin mais polyamoureux, et que c’est Ava qui l’attire, pas Arthur, donc c’est à Ava qu’il s’est adressé. Mais qu’il est content qu’Ava en ait parlé à Arthur. Si ce n’est pas leur truc, ainsi soit-il.
Ava et Fred décident d’en rester là.
Quelques jours plus tard, Ava, Arthur et Fred se retrouvent dans une même soirée au bar. Ils profitent d’une pause clope pour discuter loin du groupe. Arthur répète qu’il n’est pas intéressé, et Ava non plus. Fred répète qu’il n’a fait que présenter une possibilité, qu'il ne souhaite pas mettre le bazar, et qu’on en restera donc là.
Bien évidemment, Fred est amoureux et a du mal à couper complètement les ponts. Ava est intéressée et continue à répondre aux messages de Fred. Ce qui doit arriver arrive…
Elle insiste auprès d’Arthur, sans dire tout ce qui s’est déjà passé. Arthur s’énerve. Arthur est triste. Et finalement, Arthur lâche un accord de principe pour qu’elle fasse l’amour avec Fred, même si ça lui fait mal. Il ne sait pas (ou prétend ne pas savoir ?) que c’est déjà fait.
Fred est amoureux. Il préférerait que les choses soient claires entre Ava et Arthur, et pousse Ava à la transparence, même s’il sait que ça pourra se retourner contre lui.
Ava ne sait pas ce qu’elle veut. Arthur est d’accord, mais elle ne sait pas comment avancer. Ce qu’elle vit avec Fred, c’est son espace de liberté. Ce n’est pas que faire l’amour, c’est plein d’autres choses qu’elle n’arrive pas à definir.
Si elle en parle à Arthur, le supportera-t-il ? Ne voudra-t-il pas savoir plein de choses qu’elle n’a pas envie de lui dire ? Que lui dire pour être transparente tout en gardant son jardin secret ?
Que dire ? Que ne pas dire ? Que peut-elle garder pour elle ?

Gdf

#
Profil

gdf

le lundi 22 février 2016 à 08h28

Ava a parlé à Arthur.
Elle lui a dit qu'elle avait fait ce qu'il l'avait autorisé à faire. Ça ne s'est pas trop mal passé.
Puis elle lui a dit que ça avait commencé avant qu'il ne donne explicitement son autorisation. Ça s'est moins bien passé...

Toutes les vérités sont-elles bonnes à dire ? La transparence est-elle vraiment bénéfique ? Fallait-il en parler ? Fallait-il tout dire ? Être evasif, n'est-ce pas un peu mentir ?

#
Profil

Siestacorta

le lundi 22 février 2016 à 09h06

Pragmatiquement, j'aurais sans doute menti, si l'interlocuteur était mono avant.
J'en fais pas la promotion, mais dans mes expériences, la demande de consentement et le lever de voile sur un temps de mensonge ont pas le même effet.
Autant le partenaire peut construire son lien sur son consentement, autant si on lui dit "je n'en tenais pas compte", même si historiquement et psychologiquement ça s'explique, ça peut bouleverser une perspective avec une certaine violence, qui peut prendre plus d'importance que le travail de conciliation...

Par ailleurs, "tout dire, même les antécédents", c'est aussi en partie se décharger de sa propre responsabilité, de sa culpabilité.
Mélanger une "demande de blanchiment" + une demande de consentement, oui, ça alourdit le dossier.
Donc, tendre vers la vérité, désamorcer le mensonge le plus actuel, mais si ya moyen que la vérité "ancienne" ne remonte pas de suite, la révéler en même temps que la perspective nouvelle me semble parfois dangereux.

Peut-être plus moral... peut-être.
Mais on est pas des innocents, vierges de désirs et de comportements égoïstes. On doit tenter de bien faire, mais tenter d'être des Chevaliers Blancs de l'Hamour, c'est aussi se mettre dans le camp du Bien indépendamment de toute autre considération. Bref, il y a des fois où c'est judicieux d'échanger un confort moral rapide "moi j'ai tout redressé mes tords, maintenant ça dépend plus de moi, ça dépend de si on m'aime assez" contre une possibilité de construire plus lentement , certes risquée aussi, mais avec peut être plus de compréhension de qui va entendre l'histoire... D'autant que le confort moral rapide nous met artificiellement hors de la responsabilité : 'maintenant c'est toi qui décide". Ben non, c'est toujours à deux, et si on décide comme ça, on a un peu décidé à la place de l'autre aussi. En l'informant, oui, mais en faisant mine de croire à une neutralité de l'information, assez contestable.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Diomedea

le lundi 22 février 2016 à 09h22

Bonjour gdf et Siestacorta

Merci pour cette discussion, et pour beaucoup de vos commentaires que j'ai pu lire sur ce forum et qui me correspondent souvent.

Histoire complexe, tellement humaine....
Tout dire? le "tout" est vague :
- pour les détails 'gymnastiques' et 'anatomiques' des actes d'amour, pour les mots intimes, je pense que c'est plutôt sage de ne pas les étaler sous peine de laisser des images trop dures à supporter, et l'intimité de la tierce personne est à respecter aussi. Tout ça doit être négocié en accord entre toutes les personnes ;
- mais pour ce qui est la trame générale des relations, je ne vois que des avantages d'être sans secrets car je trouve que l'amour ne peux pas s’agrandir et bien vivre dans le terreau du mensonge. Le silence est si souvent l'excuse qu'on s'offre pour ses mensonges...
Le tout est de révéler des pensées et événements avec la délicatesse typique de l'amour, en choisissant si possible (par empathie pour le récepteur) le meilleur moment.
Mais, comme c'est souvent dit , même l'amour ne peut pas tout faire et le risque associé à la clarté n'est que rarement à 0%
Dans cette situation décrite, tout le monde a aussi des bonnes possibilités d'apprentissage, je pense
:)

#
Profil

gdf

le lundi 22 février 2016 à 10h12

J'ai revu récemment un film que j'aime beaucoup, Big Fish, de Tim Burton.
J'aime l'idée qu'on puisse raconter une histoire pour rendre la vie plus belle, même si on oublie volontairement des passages, même si on en exagère d'autres.
La version finale, ce qui restera, ne sera peut être plus complètement fidèle (sic) à la réalité, mais est l'esprit ou la lettre qui compte ?
Je te rejoins sur l'inutilité des détails. Sur la trame générale, je suppose qu'il faut trouver sa limite personnelle entre le mensonge et l'arrangement de la vérité.

Il n'y a pas de bonnes réponses à la question, et vider son sac participe participe parfois plus de l'égoïsme (je ne veux pas vivre avec mon secret) que de d'altruisme (je veux que l'autre sache la vérité). Que celui qui n'a jamais péché jette la première pierre...

Gdf

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Colvert

le lundi 22 février 2016 à 18h28

Bonjour Gdf
Ces réflexions sont assez courantes et j'avoue connaître peu de monde qui a pu dire à son conjoint l'éventualité d'une future rencontre dans une relation mono à la base.
En général, c'est le passage à l'acte qui déclenche cette volonté d'aveu, car d'un seul coup la situation revêt une certaine importance qui avait peut-être été évité avant.
De plus, parler avant d'une situation qui ne s'est pas encore passée, c'est compliqué car justement il ne s'est rien passé (concrètement parlant) mais il s'est passé des choses (affectivement parlant). De plus, vous savez que vous prenez le risque d'avoir un non-consentement de votre conjoint, ce qui vous coincerait dans la posture de l'infidèle ou de la négation de cet éventuel possibilité ou encore d'être obligé de le quitter pour vivre cette aventure.
Si il consent partiellement (exemple : pas de rapport sexuel) c'est quasiment perdu d'avance et impossible à tenir.
Alors pour revenir à la question de départ "parler pour dire quoi ?"
oui parler du polyamour à un monogame, c'est comme parler des bienfaits de l'air à un poisson ! Donc, à ce niveau là les détails sont en général superflus !
De toute façon, le poisson ne verra dans l'air que le risque de la mort. S'il peut intellectuellement comprendre, il ne saura jamais ce que c'est que de respirer, voire même croira la grenouille risque sa vie en mettant sa tête dehors !
Essayez de raconter la joie d'un bon bol d'air à un animal qui a des branchies ! ;)
bon, c'est tout ce que j'ai trouvé comme image, désolé !!!

#
Profil

Diomedea

le lundi 22 février 2016 à 20h24

gdf
mais est l'esprit ou la lettre qui compte ?
Je te rejoins sur l'inutilité des détails. Sur la trame générale, je suppose qu'il faut trouver sa limite personnelle entre le mensonge et l'arrangement de la vérité.

Merci pour ta réponse gdf et, en tant de conteur, je ne peux qu'être d'accord!!!

Pour le choix de quoi et comment le dire, j'ai bien dis qu'il y faut "la délicatesse typique de l'amour" sinon, comme tu le remarques, l'égoïsme prend vite le dessus...
Et je ne suis pas un adepte de la lapidation, rassure-toi :-)

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

gdf

le mardi 23 février 2016 à 09h51

Diomedea
il y faut "la délicatesse typique de l'amour"
(...)
Et je ne suis pas un adepte de la lapidation, rassure-toi :-)

Message modifié par son auteur hier à 20h.

Pas sûr que la délicatesse soit suffisante. En fait, l'équation est insoluble. Tant qu'on ne dit rien ou qu'il n'y a rien à dire, le message ne passe pas, car il est trop théorique. Une fois qu'il y a quelque chose à dire, le message ne passe pas, car il est reçu emotivement plutôt que rationnellement.
Ca parait un peu comme un rite initiatique médiéval, où il fallait se lancer dans une quête impossible pour devenir quelqu'un. Ou alors un test pour détecter les sorcières, quand on les jetait à l'eau avec des pierres au cou. Si elles en sortaient, sorcellerie confirmée. Sinon...

Bref...j'ai sans doute une vue un peu négative aujourd'hui. Le coup a été porté. La plaie est ouverte. Seul le temps dira comment elle cicatrise.

Et là dedans, je ne suis ni Arthur, ni Ava, donc il n'y a rien que je puisse faire pour influencer la situation. Juste attendre qu'ils s'en sortent eux-mêmes.

Gdf

#
Profil

harmony

le mardi 23 février 2016 à 10h43

Colbert, j'aime beaucoup ton image au sujet du bol d'air et des branchies...
pas toujours facile de faire comprendre à un mono, même si celui ci accepte la situation...Souvent de peur de nous perdre.

#
Profil

harmony

le mardi 23 février 2016 à 10h43

Pardon colvert oups

#

Ys (invité)

le mardi 23 février 2016 à 19h19

Il en a de la chance cet Arthur, on le force à accepter des choses avec lesquelles il n'est pas du tout à l'aise avec du chantage affectif.
On passe outre son avis quoi qu'il dise/pense, malgré son accord de principe et en plus il faudrait voir qu'il proteste pas trop non plus hein? Après tout il avait qu'à pas être mono ce plouc.

Je pensais que la base des relations polyamoureuse c'était d'éviter les aléas de la "propriété" pas de trouver de nouveaux moyen d'avoir des relations déséquilibrées.

Enfin je ne dois rien connaitre à l'amûr.

#
Profil

Diomedea

le mardi 23 février 2016 à 23h09

gdf
Pas sûr que la délicatesse soit suffisante.

Merci gdf. Je suis bien d'accord avec toi (théoriquement et d'expérience personnelle...), "Pas suffisante", certes - mais c'est toutefois essentiel ... une présentation revendicative est sûre de blesser et d'échouer. De garder en tête que ce que nous discutons s'appelle polyamour est également évident, mais pas toujours facile à faire quand tant de douleurs potentielles s'expriment.
Mais j'ai écrit en généralités, sans penser spécifiquement à la situation que tu as très bien décrit.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion