Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le polyamour ne soigne pas le désamour

Engagement
#

(compte clôturé)

le vendredi 11 décembre 2015 à 15h40

Il y a un peu plus d'un an, j'ai rencontré trois couples dans lesquels les femmes voulaient être polyamoureuses alors que leurs compagnons n'y avaient pas pensé ou y étaient opposés. Après avoir longuement parlé avec tous les intéressés, et rencontré plusieurs d'entre eux, les hommes finissaient par s'ouvrir à cette idée, avec pour motivation principale de rendre leur compagne heureuse et que leur couple demeure uni. Certains ont fait d'énormes efforts en ce sens, y compris quand leur compagne multipliait les relations ou associait relations amoureuses et libertinage effréné. J'ai ensuite perdu leur contact.

Etrangement, je viens d'avoir de leurs nouvelles: dans les trois cas, ces couples sont en train de divorcer ou se séparer, sur demande de l'épouse. Du coup, j'ai le sentiment que plutôt que d'avouer leur désamour et leur désir de rupture, un certain nombre de femmes tergiversent et utilisent le polyamour comme un prétexte. Parfois, elles espèrent que ce sera une solution pour "sauver leur couple", d'autres fois elles cherchent à nouer une nouvelle relation qui leur donnera le courage de partir, ou elles affirment leur besoin d'indépendance en mêlant relations et aventures libertines. Aucun de ces motifs n'est critiquable en soi, mais je regrette que le polyamour serve de paravent à un conflit de couple, bien loin du choix de vie réfléchi qu'on aimerait qu'il soit. Cela donne du blé à moudre aux adversaires du polyamour...

Au final, je me demande si le seul polyamour viable n'est pas celui qui est choisi par des partenaires heureux ensemble et non pour résoudre une crise conjugale. S'il y a ici des personnes que le choix du polyamour a aidé à surmonter une crise, qu'elles n'hésitent pas à se manifester!

#
Profil

bonheur

le vendredi 11 décembre 2015 à 16h52

APH
Au final, je me demande si le seul polyamour viable n'est pas celui qui est choisi par des partenaires heureux ensemble et non pour résoudre une crise conjugale

Je peux en témoigner. Même en aboutissant à une situation mono-poly (et ceci très rapidement, l'équilibre au sein du couple ayant toujours été celui-ci).

Aussi, mon mari me connait depuis le tout début de la primaire. Il m'a toujours connu amoureuse et ne fut pas surpris que ce soit dans ma nature. Evidemment, 18 ans de métro, boulot, dodo (3 enfants, une maison à construire...) m'avait "endormie" et j'avoue que je ne regardais plus le monde, je vivais comme un robot. Le jour où je me suis réveillée, que j'ai enlevée mes oeillères, n'a pas fait office de révélateur de crise, ni d'un non bonheur commun. Au contraire, ce fut une occasion de concertation pour une meilleure "qualité" de vie personnelle, à titre individuel. Evidemment, ça ne se fait pas comme ça, en claquant des doigts. Il y a eu un gros travail, à la fois individuel, à la fois collectif (aussi en intégrant une relation secondaire, avec communication des deux co-amoureux, sans moi)

APH
S'il y a ici des personnes que le choix du polyamour a aidé à surmonter une crise, qu'elles n'hésitent pas à se manifester!

Je serai également intéressée !

J'ai constaté que pour des couples qui vont mal, l'ajout de "complications" s'opèrent parfois. Faire un enfant ou faire construire ou un autre projet commun... qui devrait souder le couple. Je m'interroge vraiment ???

Peut être que quand ça réussi, on n'en parle pas et que je n'ai eu de témoignages que de personnes qui sont ressorties encore plus meurtries de ce genre de mésaventure.

#
Profil

bonheur

le vendredi 11 décembre 2015 à 16h57

Je me permets ici de recommander "les 10 plus gros mensonges sur l'amour et la vie de couple" ainsi que "garder intact le plaisir d'être ensemble - prévenir le désamour" de Yves Alexandre Thalmann.

Je recommande ces deux ouvrages à tous publics, quelque soit les convictions en ce domaine.

En lisant le premier titre, je me suis fait la réflexion que tous les jeunes, arrivant à l'âge de maturité et d'indépendance, devrait avoir lu ce livre.

Je suppose qu'APH peut recommander d'autres lectures tout aussi pertinentes.

#
Profil

Nurja

le vendredi 11 décembre 2015 à 20h44

APHS'il y a ici des personnes que le choix du polyamour a aidé à surmonter une crise, qu'elles n'hésitent pas à se manifester!

Je crois que choisir le polyamour pour surmonter une crise est aussi efficace que de faire un bébé pour sauver une relation : tout sauf efficace.

#
Profil

LuLutine

le samedi 12 décembre 2015 à 01h37

Nurja
Je crois que choisir le polyamour pour surmonter une crise est aussi efficace que de faire un bébé pour sauver une relation : tout sauf efficace.

Je suis d'accord aussi.

En revanche, je voudrais ajouter que Françoise parle de femmes qui auraient brandi le polyamour pour éviter de regarder le désamour en face...mais je peux dire qu'il y a aussi des hommes qui le font. Ce n'est pas réservé à un seul des deux sexes, évidemment !

#

(compte clôturé)

le samedi 12 décembre 2015 à 13h09

lulutine
Ce n'est pas réservé à un seul des deux sexes, évidemment !

Evidemment, Lulutine! Je parlais des femmes parce que dans les trois couples qui sont venus me voir, ce sont les femmes qui affirmaient vouloir être poly, alors qu'en fait, elles étaient en phase de désamour, qui se traduit dans les trois cas par une séparation. Au grand dam de leurs partenaires qui avaient essayé, sincèrement, de comprendre et vivre le polyamour de leurs compagnes.
A la réflexion, c'est toujours ce qui s'est passé dans les couples qui m'ont contactée. J'ai évidemment rencontré des couples avec hommes en désamour, mais dans ce cas ils optent davantage pour l'adultère caché (qui ne nécessite pas la communication chère aux polys), ou se barrent carrément, parfois du jour au lendemain, ou plutôt non: eux y réfléchissaient depuis longtemps, mais pour leur compagne qui ne s'en doutait pas ce fut toujours un coup de tonnerre.

#
Profil

Leolu

le samedi 12 décembre 2015 à 14h45

Ces trois situations forment un exemple concret de ce qu'Audren disait dans son texte "Dix mauvaises raisons de devenir couple libre".
Dans lequel on trouve plusieurs autres réflexions en liens, dont "prélargage déguisé en adultère" qu'on pourrait assimiler à un "prélargage déguisé en polyamour", dans ces trois cas.

Je trouve assez triste que même cette évolution sentimentale, qui pourrait faire office de "remède" au couple en déshérence, ne soit pas probante. L'un des principes du polyamour vise pourtant à ne pas avoir à abandonner obligatoirement une relation primaire ! Peut-être faut-il que ses deux membres soient en adhésion totale au principe, ce qui est extrêmement rare...

Reste la désunion salvatrice... qui est la seule solution en mono, et très courante en poly. Sauf qu'elle y est naturelle, presque conceptuelle. J'en parlais hier en café poly, et on m'a fait cette remarque : "mais pourquoi serait-ce un mal que de se séparer ?". J'ai approuvé, puis je me suis dit : "peut-être que parce qu'en mode mono, c'est un échec, alors qu'en poly, ce n'est qu'une évolution".

Mais on attend toujours ces exceptions qui confirmeraient la "règle"...

#

Tîte lutine (invité)

le samedi 12 décembre 2015 à 20h58

Bonjour à tous, je vous lis depuis un peu plus d un an sans trop osé intervenir mais je pense pouvoir témoigner sur ce sujet.
Je pense pouvoir dire que le polyamour est arrivé à moi pour faire face à une crise que traversait mon couple.
Ensemble depuis 10 ans une maison 2 enfants....mais nous ne nous regardions plus ne nous écoutions plus et mon mari est allé voir ailleurs oui je sais loin des principes poly. Puis après 6 mois de cachoteries, de mensonges c est sorti! Il me trompait mais pas que il était tombé amoureuse d elle. Apocalypse pour moi monogame de fait. Je lui ai demandé de rompre je lui ai demandé de partir de la maison, de revenir, j ai tout fait pour le re séduire dans le but qu'il me "choisisse" en vain . On est passé par toutes les situations. Conclusion trop malheureuse sans lui et trop malheureuse de le voir malheureux. En parallèle je vous ai découvert, j ai lu des principes qui me faisaient échos, qui me paraissaient tant evident. Je lui ai demandé du temps, j ai discuté avec d autres hommes ce qui m a redonné confiance en moi, en lui. Notre relation changeait totalement avec mon mari beaucoup plus de séduction de discussion,....de mon côté j ai fini par faire une belle rencontre et oui j éprouve des sentiments totalement différents mais tellement sincères pour ces 2 hommes alors pourquoi pas lui.
Aujourd'hui 16 mois après avoir pensé que ma vie s ecroulait je pense pouvoir dire que cette crise est passe mais l avenir le dira. Il y en aura certainement d autres. Nous avançons à taton, avec de nombreuses questions, parfois de la culpabilité, parfois de la jalousie plus ou moins bien gérée. Notre vie a complètement changée. Mais nous sommes ensemble épanouis sans prises de têtes détendus avec cette envie d être ensemble parce que c est ce qu' on souhaite et pas parce qu' on le doit!
Je l aime profondément et pour ca je souhaite qu' il soit heureux et si demain nos chemins venaient à se séparer ce ne serait pas facile mais pas dramatique comme je l ai vécu l an dernier.
Voilà un peu de mon histoire....
et j en profite pour vous dire merci a tous pour faire vivre ce forum qui m a tant aidé à voir les choses autrement, à comprendre et mettre des mots sur ce que je vivais. 10000 mercis

#

(compte clôturé)

le samedi 12 décembre 2015 à 21h11

APH
Il y a un peu plus d'un an, j'ai rencontré trois couples dans lesquels les femmes voulaient être polyamoureuses alors que leurs compagnons n'y avaient pas pensé ou y étaient opposés. Après avoir longuement parlé avec tous les intéressés, et rencontré plusieurs d'entre eux, les hommes finissaient par s'ouvrir à cette idée, avec pour motivation principale de rendre leur compagne heureuse et que leur couple demeure uni.
[...]
Du coup, j'ai le sentiment que plutôt que d'avouer leur désamour et leur désir de rupture, un certain nombre de femmes tergiversent et utilisent le polyamour comme un prétexte. Parfois, elles espèrent que ce sera une solution pour "sauver leur couple", d'autres fois elles cherchent à nouer une nouvelle relation qui leur donnera le courage de partir, ou elles affirment leur besoin d'indépendance en mêlant relations et aventures libertines.

A te lire j'ai plutôt le sentiment d'un raccourci. Les relations évoluent et les gens aussi. Il me semble assez crédible que dans une vie de couple coexistent en parallèle une discussion sur le projet de vie (exclusivité/non exclusivité notamment) et des remous liés aux rencontres.
Ces femmes sont peut-être sincèrement polyamoureuses et ont découvert par le biais du bouleversement induit par une ou des rencontres qu'elles n'aimaient plus leur compagnon. Ce n'est pas parce que cela coexiste dans le temps qu'il y a un lien de causalité directe.

D'autre part, l'ouverture amenée par la liberté de la non-exclusivité peut aussi enlever certaines oeillères ou certaines inhibitions. Là on trouve de la causalité, mais pas dans le sens que tu évoques.

Il faudrait savoir comment elles ont abordé la question de l'exclusivité dans leur-s nouvelle-s relation-s, avant de pouvoir dire que c'était un prétexte pour la rupture ou un paravent au désamour.

#
Profil

bonheur

le dimanche 13 décembre 2015 à 14h16

Tite Lutine
Notre vie a complètement changée. Mais nous sommes ensemble épanouis sans prises de têtes détendus avec cette envie d être ensemble parce que c est ce qu' on souhaite et pas parce qu' on le doit!

Oui, dans une émission "toute une histoire" consacrée au polyamour, il avait été dit la phrase suivante, qui m'avait tellement parlé, et à mon mari aussi :

"Aujourd'hui, lorsque l'on rentre à la maison, c'est parce que l'on se re-choisit chaque jour".

Merci à l'auteur de cette phrase qui se reconnaitra peut être.

#
Profil

bonheur

le dimanche 13 décembre 2015 à 14h21

Riff
Il faudrait savoir comment elles ont abordé la question de l'exclusivité dans leur-s nouvelle-s relation-s, avant de pouvoir dire que c'était un prétexte pour la rupture ou un paravent au désamour.

L'exemple de Ann, sur une autre discussion actuelle, montre bien que même si l'on aborde une relation en exprimant sa non-exclusivité, la relation ne sera pas nécessairement prête à vivre cette situation.

Par contre, le désamour, bien que l'on ne veuille généralement pas le regarder en face, a des signes et est prévisible. Lorsque ces signes apparaissent, il peut être tentant d'y faire face avec des projections d'avenir. Sauf que, ajouter une complexité, à une situation déjà hasardeuse...

#

(compte clôturé)

le dimanche 13 décembre 2015 à 18h36

Bien contente de lire le témoignage de Tite Lutine, pour qui le polyamour a permis de surmonter une crise. Crise qui n'était pas dûe à du désamour de sa part (ni sans doute de la part de son mari), mais à la monotonie et l'habitude fréquentes après plus de dix ans de vie commune. ( dans une vie de couple, on traverse des périodes de "basses eaux" qui ne signifient pas forcément qu'on ne s'aime plus) Dans ce cas, effectivement, le polyamour peut booster la relation, car c'est un choix qui a l'avantage de rompre la monotonie et de faire changer d'habitudes :-)
Peut-il arriver qu'une rencontre, comme dit Riff, bouleverse la donne et révèle le désamour envers le partenaire? Je n'en suis pas sûre. Si la première relation est solide, en nouer d'autres, même intenses, même passionnelles, fait vivre des phases assez rock-and-roll mais ne crée pas le désamour. En revanche, si la première relation est fragile alors oui, une nouvelle rencontre peut entraîner, ou révéler, un désamour qui entraîne une rupture. C'est le cas de tous les couples "serial monogames", qui rompent lorsque se présente une nouvelle et forte relation. Cela peut arriver aussi chez des personnes se croyant polyamoureuses, qui s'aperçoivent à l'usage qu'elles n'arrivent pas à vivre harmonieusement plusieurs relations.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 14 mars 2016 à 09h40

arf, c'est con de passer sur un fil juste pour plussoyer, mais quand même, APH, merci, sur celui-ci non seulement tu touches juste mais il est d'intérêt général, content d'être repassé dessus (via gdf je crois).

J'ajouterai que non seulement le polyamour ne soigne pas le désamour, mais il ne soigne pas non plus le couple ni le célibat, puisqu'il n'est pas une solution... Pas plus d'ailleurs que l'amour serait une solution pour les autres problèmes qu'on rencontre dans une vie.
Je vais y aller des deux aphorismes qui résument bien cette idée-là :
- le couple, c'est régler à deux des problèmes qu'on aurait pas eu seul (ça je sais pas de qui c'est, on va dire que c'est Guitry, ça va avec presque tout Guitry)
- l'amour c'est donner ce qu'on a pas à quelqu'un qui n'en veut pas, ça c'est un apocryphe de Lacan.

Évidemment, c'est des généralités, mais ça s'applique dans la vie amoureuse, contrairement à ce que peuvent dire ceux qui croient que puisque l'amour est une richesse, comme les autres richesses, il faut courir après coûte que coûte, et entrainer son (ses) partenaire.s dans une quête.

Ca s'applique aussi dans le polyamour.
C'est pas une solution à un problème, pas une promesse de lendemain qui chante, c'est seulement un éventail de choix qu'on peut faire en fonction de ses moyens et de sa sensibilité.

Voilà, c'était mon post d'humeur de misantrhopoly du jour.
Bonne journée quand même :-)

Message modifié par son auteur il y a un an.

#

lamimoureuse (invité)

le lundi 14 mars 2016 à 11h51

Le polyamour n'est peut être pas une solution mais il est une liberté que l'on s'accorde à soi même d'abord dans le respect de la liberté de l'autre. Et que l'on accorde également à l'autre.

En cela, le faire connaître par le biais de témoignages de couples qui vont bien et qui assument aux yeux de la société, en expliquant les bonheurs et les difficultés inhérentes à cette liberté peut apporter une piste à explorer pour déconstruire les définitions (qui peuvent toutes être négociés ) de notions comme le couple, la fidélité, l'engagement, l'amour, l'amitié, etc.

Et s'il n'y avait ni poly ni mono? Juste des personnes qui s'autorisent ou non à remettre en cause ou pas les règles ?

#
Profil

matre72

le lundi 14 mars 2016 à 12h52

APH
S'il y a ici des personnes que le choix du polyamour a aidé à surmonter une crise, qu'elles n'hésitent pas à se manifester!

Bonjour Françoise, ce message me rappelle nos derniers échanges en fin d'année dernière...

Je suis bien d'accord et accessoirement pas trop mal placé il me semble, pour dire que le polyamour n'est pas fait pour palier un problème de couple. En revanche, il n'est pas interdit d'essayer d'y trouver sa (nouvelle) voie. Mais pour les bonnes raisons, nous sommes d'accord.
Je suis donc heureux de confirmer que le travail personnel m'a mené à considérer le polyamour comme une voie dans laquelle j'ai souhaité m'engager. Certes, c'est post crise et rupture mais je découvre au fil des mois avec un plaisir infini l'intensité qu'apporte la liberté dans une relation de ce type. Que ma lutine est d'une bienveillance, douceur et d'un tact hors du commun avec moi n'y est certainement pas étranger. ;)

Mark

#
Profil

camelezebre

le mardi 15 mars 2016 à 09h02

Bonjour à tous,

J'ai lu avec attention ce fil qui me parle puisque je vis depuis peu une relation avec un autre homme que mon mari.
A un moment donné je me suis posée la question de savoir si cette autre relation n'était effectivement pas une excuse pour mettre un terme à mon mariage.
Non! Il est évident que les années de vie communes, le quotidien, la charge familiale et la gestion quotidienne des enfants mettent à mal un couple, n'importe lequel je pense d'ailleurs.

Ds les couples qui finissent par se séparer malgré les efforts (ds l'exemple de base de ce fil) du mari pour aller ds le sens de la dame, je me demande si ce n'est pas simplement le constat d'un changement trop extrême au sein de la structure primitive du couple qui fait tout exploser.

De notre côté, cette nouvelle organisation nous fait constater à quel point il s'agit avant tout de discuter de la liberté de chacun en tant qu'individu. Et même si le débat débute sur le droit d'aimer une autre personne, il engendre dès questions sur tout le reste et sur toute liberté, quelle qu'elle soit.

C'est assez déstabilisant et parfois ça peu aussi mettre en lumière un déséquilibre sous-jacente, non identifié dans une vie de couple exclusive et normée par des années de tête dans le guidon.

Même si il y a bcp d'amour entre mon mari et moi, cette nouvelle perspective nous a totalement transformé et nous ne savons pas de quoi l'avenir sera fait. Même si notre souhait est évidemment de rester unis nous ne sommes pas dupes et nous accueillons les nouvelles questions avec prudence.

Personnellement cette nouvelle expérience (mais qui pourrait en être une autre) me montre à quel point nous pouvons évoluer et changer. L'amour change aussi et il faut peut être l'accepter. Alors de dire que des femmes ou hommes usent de l'excuse du poly pour immiscer une potentielle séparation c'est un peu léger au vue de l'implication d'un tel changement.

Voilà, ce n'est que mon avis, mais les bouleversements sont parfois utile pour devenir meilleur. Et si je devais à terme me séparer de mon mari ou lui partir, je pense en toute sincérité que le poly ni serait pour rien. Juste ce poly qui met en lumière deux personnes qui veulent être heureuses et plus en accord avec eux.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion