Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Un non-polyamoureux appelle à l'aide

Témoignage
#
Profil

Ranael

le dimanche 01 mars 2009 à 16h42

Bonjour,

C'est mon premier post sur ce forum, mais je pense avoir besoin de conseils... Je vais essayer de faire court parce que la situation est simple (mais non la solution).

Ma compagne avec qui je vis depuis 5 ans est en train de se découvrir polyamoureuse - elle l'a d'après elle plus ou moins toujours su, sans mettre un nom dessus. En ce qui me concerne, je découvre le concept : je la savais un peu frivole dans son jeune temps mais je ne supposais rien d'autre. Elle dit être très amoureuse de moi, mais maintenant elle dit aimer également un autre homme, et souhaite ardemment avoir des relations sexuelles avec lui. Je pense que ça la travaille beaucoup de ne pas l'avoir encore fait.

Le problème est que je suis viscéralement monogame. Je comprends très bien le concept du polyamour sur le plan intellectuel, mais il s'avère que je suis totalement incapable d'accepter sa réalité dans ma vie. Je souhaite pourtant le bonheur de ma compagne plus que tout, j'ai fait beaucoup d'efforts pour qu'on soit heureux ensemble, mais je me connais : le jour où elle se mettra réellement à fréquenter d'autres hommes (ou seulement celui-là), je sais que je romprai, et ça lui brisera le cœur, en même temps que le mien. Je sais que c'est idiot, appelons-ça le cerveau reptilien ou un vestige du néolithique si on veut, mais je sais que je n'y arriverai pas : je mettrai fin à notre relation, pour me protéger, et pour la protéger de mes réactions, et nous seront brisés tous les deux.

S'il existe une solution miracle je suis preneur, mais je ne le crois pas. S'il n'existe pas de solution miracle, j'ai des questions plus précises :
- le polyamour peut-il n'être qu'une passade ? Ou : se peut-il que ma compagne s'épanouisse un jour plus tard dans une relation monogame ?
- j'ai l'impression que pour ma compagne l'acte sexuel est indissociable de l'affection qu'elle porte à un homme : mais le polyamour platonique est-il possible ? (je pense que mon cerveau "reptilien" pourrait l'accepter...)
- une polyamoureuse "contrariée" peut-elle s'épanouir malgré tout, ou traînera-t-elle ça comme une malédiction toute sa vie ?

Voila, je remercierai infiniment toute personne qui a un vécu personnel sur le sujet ou un bon conseil à me donner.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 01 mars 2009 à 20h05

C'est curieux...
Tu te définis comme un jaloux, mais tu es prêt à discuter, réfléchir.
C'est pas du tout le fonctionnement de départ du jaloux classique, qui estime sa jalousie normale, simple, et pas du tout comme quelque chose qui peut être remis en question.

Une des questions que tu peux te poser, c'est ce que propose Noemi dans un des sujets.

Admettons que tu puisses avoir TOI d'autres relations et que ta partenaire actuelle ne te juge jamais pour ça. Essaye juste d'imaginer un instant que c'est possible, et que personne ne te fais de reproche. Qu'au contraire, symétriquement à la jalousie dans la monogamie, le fait que tu t'épanouisses ailleurs, à ta manière, rassure ta partenaire et tes proches.

Comment ça se passerait pour toi ? Qu'est-ce que tu ferais ?
du sexe ? du sexe... différent ? une amitié sensualisée ? des essais pour voir ?

#
Profil

LuLutine

le dimanche 01 mars 2009 à 20h28

En ce qui me concerne (je suis polyamoureuse) je pourrais accepter d'avoir une relation platonique avec un homme (petits câlins, quelques baisers mais pas plus) si j'ai un partenaire qui a du mal à l'accepter...du moins pendant un temps : quelques semaines, quelques mois ; ensuite je ne sais pas, je ne peux rien dire de sûr.

Est-ce que tu as demandé à ta femme si elle serait prête à entamer une relation sentimentale sans sexe pour commencer ? Est-ce qu'elle sort déjà avec cet homme ?

Evidemment ça ne te fournit aucune solution pour le moment où elle souhaitera absolument coucher avec lui, mais ça te permettra déjà de voir comment toi, tu réagis au fait qu'elle ait une relation sentimentale avec un autre homme, qu'elle passe tu temps avec lui.
Est-ce qu'elle le fait déjà ? Si non, est-ce que tu serais prêt à accepter ça ?

Peut-être que tu te rendras compte que tu le supportes bien, et qu'au final ça ne te dérange pas non plus si elle va plus loin avec lui...

Une autre question c'est : qu'est-ce qui te dérange dans le fait hypothétique de savoir qu'elle a des relations sexuelles avec un autre ? C'est le fait qu'elle en ait dans l'absolu, ou bien celui de savoir que "tel jour, elle a prévu de coucher avec lui" ?
Certains polyamoureux adoptent comme règle le fait de ne pas se donner de détails sur leurs autres relations, et ça aide beaucoup d'entre eux à gérer leur jalousie...(ils ignorent que "tel après-midi, elle est avec lui" et ça leur évite de se prendre la tête avec ça en se torturant pendant l'après-midi en question)

Je pense que dans tous les cas (sauf si c'est totalement impensable pour toi ?) tu pourrais l'autoriser, si ce n'est déjà fait, à avoir avec cet homme une relation sentimentale (et physique, dans une certaine limite : se prendre dans les bras, peut-être s'embrasser (?) - pour ça à toi de voir).

Peut-être qu'après ça, tu te rendras compte que ça ne te dérange plus qu'elle aille plus loin, ou peut-être que c'est elle de son côté qui se rendra compte que les choses lui conviennent comme ça et qu'elle n'a pas absolument besoin de relations sexuelles avec cet homme... ?

#
Profil

oO0

le dimanche 01 mars 2009 à 22h07

...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Ranael

le dimanche 01 mars 2009 à 22h12

Merci pour vos réponses. En l'occurrence, ma question était plutôt de savoir comment ça pourrait se passer si moi je ne changeais pas : dans la mesure où si je changeais, et que j'accepte le polyamour, le problème serait directement résolu... Mais je sais bien qu'étant sur un site fréquenté principalement par des polyamoureux, ce n'est pas l'optique habituelle pour aborder le problème.

LuLutine, pour répondre à ta question, je ne sais pas vraiment ce qui me dérange là dedans : je sais juste que l'idée multiplie mon rythme cardiaque par deux, et que les pensées qui me viennent sont plutôt du genre, je prends mon gourdin et je démolis le fâcheux : non pas que je le ferais, mais ça doit être câblé en dur quelque part dans mon cortex (comme je disais, le paléolithique c'est pas si loin quand on y pense). Même s'il est vrai que la situation "c'est planifié d'avance et j'y peux rien" est particulièrement dure à avaler. J'en sais pas plus... Ce qui me rassure, c'est que beaucoup de fils que j'ai lus ici, écrits par des polyamoureux, traitent de la jalousie qui ne disparaît jamais vraiment : content de savoir que la question se pose malgré tout, je me sens moins étranger !

Pour répondre à ton autre question, à savoir une relation sentimentale sans (trop de) relation physique : c'est un compromis qui serait acceptable. Qu'elle ait un confident ou un ami très proche qui la prenne dans ses bras pour lui remonter le moral quand ça ne va pas, pour un peu vexant que ce soit dans la mesure où ça signifie que c'est un réconfort que je ne peux pas lui apporter, ça me va si ça l'aide à être heureuse. Mais une chose qui me dépasse (et j'espère que quelqu'un sur ce forum pourra m'en dire plus à ce sujet) est que ma compagne ne semble pas capable de tracer une frontière entre l'affection et la sexualité. Elle est choquée quand je prends ma sœur dans mes bras (ou l'inverse) parce qu'elle voit ça comme de l'inceste : pour elle, ouvrir son cœur à quelqu'un, ou le prendre dans ses bras pour le réconforter, est strictement du même registre qu'une nuit d'amour torride avec ce quelqu'un. Et, quitte à ce qu'elle fréquente un confident, elle ne voit pas vraiment la raison de se priver d'une nuit de sexe. C'est là que le bât blesse pour moi.

En tous cas, merci pour vos réponses. Si quelqu'un a des billes à m'apporter sur cet amalgame affection/sexualité, merci de m'éclairer, j'en ai bien besoin...

#
Profil

Ranael

le dimanche 01 mars 2009 à 22h18

Sam : j'ai posté avant d'avoir lu ta réponse. Merci. Je n'ai rien à y apporter de plus dans l'immédiat, mais je te remercie du temps passé et des bons conseils.

Néanmoins, ma question sur la non-perception de la frontière affection-amour tient toujours, si une bonne âme savante peut y répondre.

#
Profil

oO0

le dimanche 01 mars 2009 à 22h20

...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Ranael

le dimanche 01 mars 2009 à 23h13

Sam : éh ! éh ! Mon premier sourire de la journée, merci :) (22:56 il était temps !) La réponse à ta question est simple : à la base je suis scientifique, les questions ami/ennemi me dépassent un peu ; ce que j'aime, c'est comprendre. Et j'ai pensé aller chercher l'info à la source... en plus, si les polyamoureux étaient mes ennemis, j'aurais déjà envoyé ma compagne au stalag au lieu de chercher une solution ! Tant que tout le monde est heureux comme il est, moi compris, ça me va très bien.

Mais je note la bonne volonté que j'ai rencontrée ici pour aider quelqu'un qui n'est manifestement pas de votre "camp", à supposer que cet histoire de camp ait un sens. Merci, donc.

#
Profil

oO0

le dimanche 01 mars 2009 à 23h15

...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

oO0

le lundi 02 mars 2009 à 00h58

...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 02 mars 2009 à 01h50

Pourla frontière affective/sensuelle...
Je crois qu'elle n'est pas tracée d'avance. Mais ce n'est pas une perception de polyamoureux particulièrement. Quand, dans la rue, on est séduit par quelqu'un, malgré les grosses blagues de mecs, on ne souhaite pas QUE passer au lit. On souhaite se rapprocher de la personne, la séduire, en être désiré comme on désire... Mais on a pas forcément d'image toute faite de ce qu'on veut.

Disons que l'amour n'est pas un logiciel, qui fait que telle tâche et rien d'autre, mais plutôt un système sur lequel on installe ce qu'on veut selon ses besoins. Et que ces besoins changent avec le temps...
Bon, il y a de gens qui n'iront jamais plus loin que Word sur leur ordi, aussi.

Enfin, oui, un polyamoureux peut désirer avoir une relation platonique et une plus complète.
Un "modèle" courant de polyamour est d'avoir un couple fort et d'aller par-ci par-là, une aventure, une amitié un peu sensuelle... Ce que je veux dire, c'est que du coup, il existe une fidélité : celle de revenir vers quelqu'un qu'on aime, à qui on tient sur le long terme. Ca peut être très rassurant de voir l'autre revenir justement quand il est libre d'aller ailleurs.

#
Profil

LuLutine

le lundi 02 mars 2009 à 08h52

"ma compagne ne semble pas capable de tracer une frontière entre l'affection et la sexualité"

Tout comme Sam, je ne suis pas spécialiste non plus.
Mais j'aurais bien envie de conseiller à ta compagne (si elle est prête à le faire évidemment, ça doit être une démarche personnelle) d'aller voir un spécialiste à ce sujet ; pour parler clair, un psy.

Il n'y a aucun mal à aller voir un psy, ça ne veut pas dire qu'on est "anormal" ou déséquilibré, juste qu'on a besoin "d'investiguer" certaines problématiques personnelles avec l'aide d'un tiers qui nous aide à y voir plus clair.

D'ailleurs, il y a un peu moins d'un an, je suis allée en voir un, ça m'a permis d'avancer (sur des questions par rapport auxquelles je n'avais pas réussi à progresser toute seule, justement...voire, le psy m'a aussi posé des questions que je ne m'étais jamais posées, du genre "pourquoi est-ce que vos amis vous apprécient ?", et j'avoue, j'ai toujours pas trouvé la réponse - peut-être à cause d'une vision trop dévalorisante de moi-même ? - mais même sans avoir la réponse, c'est agréable de me rendre compte que oui, il y a des gens qui m'apprécient, ce qui veut dire que je suis "appréciable" :-)).

Comme Sam le disait, et comme pas mal de spécialistes le diront je pense, il y a sûrement certaines choses dans le comportement de ta femme qui sont liées à son histoire personnelle, en particulier à son enfance. Mais à mon avis, ça ne veut pas dire qu'elle ne peut pas évoluer sur ce sujet ; au contraire, c'est justement à ça que servent les psys !

Je pense donc que si elle peut au moins comprendre d'où lui vient cet amalgame entre affection et sexualité, ça pourrait beaucoup l'aider. Voire lui permettre d'envisager sa relation avec cet autre homme, sans sexe (au moins pour commencer).
Maintenant, c'est toi qui la connais, à toi de voir si elle pourrait envisager de rencontrer un (ou une, si elle est plus à l'aise avec une femme) spécialiste. A toi de voir s'il y a un moyen "diplomatique" de lui proposer cela.

Je précise que pour moi, cette problématique (la distinction "affection/sexualité") n'a rien à voir avec le fait d'être polyamoureux(se) ou pas...c'est un problème distinct, qui pourrait l'aider dans tous les cas, que votre relation prenne une tournure polyamoureuse ou pas.

Si elle ne souhaite pas se faire conseiller par un psy (trop de gens aujourd'hui considèrent que "les psys, c'est pour les fous" ou que "se faire aider, c'est de la triche", ce que je trouve très dommage, mais c'est comme ça), tu peux peut-être chercher des lectures sur le sujet (malheureusement je n'en connais pas, je n'en ai donc aucune à te conseiller), les lire toi-même et puis lui glisser, "tiens, j'ai lu ce livre, c'est super intéressant, si tu veux je te le prête ?" - là encore à toi de voir comment introduire la chose de la bonne façon....

#
Profil

Ran

le lundi 02 mars 2009 à 18h58

Bon, je crois que décidément je ne suis pas faite pour poster sur les forums, ou alors je ne sais pas... L'affichage ne se fait pas instantanément, ou alors j'ai pas cliqué au bon endroit... Donc on prend les mêmes et on recommence...

Je suis l'objet du délit. La compagne de Ranael. Je souhaite vivement vous remercier pour l'aide que vous nous apportez.

Je trouve que ranael est un mec génial et compréhensif. Certes pas autant que je le souhaiterais mais c'est vraiment une perle.

Tout d'abord je n'ai rien contre le fait de consulter, ça ne sera que la troisième fois... Donc pas de soucis à ce niveau...

J'aimerais préciser une omission (acte manqué ?) ce ne sont pas deux hommes que j'aime mais trois... Le troisième bien qu'inaccessible je lui voue un amour intact et depuis longtemps.

Je crois que j'ai fait la terrible erreur de vouloir par amour, devenir monogame. Et pour cela j'ai évité toute relation affective avec d'autres hommes, quitte à couper les ponts.
Je me suis vengée de cette frustration en développant une jalousie excessive toute aussi destructrice pour notre couple.

Ranael a des relations affectives platoniques avec des filles (à distance par mail). Il est leur confident, leur oreille attentive, un soutien certainement, il est compréhensif et ne porte jamais de jugement moral sur ce que vivent les autres. C'est ce que j'imagine du moins. Et je pense que cette absence de jugement total est une de ses plus grandes qualités. Il se pose au près de vous comme un mâlus mâlus de la pire espèce, perclu d'aprioris, incapable de toute compréhension et de tolérance alors que c'est tout le contraire.

L'éloignement géographique aide beaucoup, lorsque le confident est éloigné on n'a que le choix des mots.

Si vous désirez d'autres informations, je reste à votre disposition.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 02 mars 2009 à 20h00

Je ne suis pas sûr de bien interpréter cela :
"Il se pose au près de vous comme un mâlus mâlus de la pire espèce, perclu d'aprioris, incapable de toute compréhension et de tolérance alors que c'est tout le contraire. "

Le vous désigne la communauté du site, c'est ça ?
Et je n'avais jamais entendu l'expression mâlus mâlus, mais ça doit être moi.

Bref, si je comprend bien la phrase, ma réponse, c'est que non, au contraire, il me paraît étonnamment ouvert pour un monogame convaincu, pas du tout perclus d'a priori.
Intuitivement, avec ce qu'il dit et ce que tu dis, si il ne se convertit pas lui-même au polyamour, je crois que vous trouverez ensemble des arrangements et modus vivendi.

Par contre, il doit avoir besoin d'être rassuré...
Beaucoup d'esprits rationnels ont ce besoin paradoxal, justement, quand la raison n'est plus adaptée à la compréhension d'un univers, ils ne savent pas trop faire confiance à d'autres appuis (eux-mêmes, les sentiments qu'on leur porte, l'expérimentation empirique...)
Rassure-le, fais lui plaisir sur certains domaine, montre lui la solidité de votre lien... Ca vous aidera sûrement à trouver un épanouissement que tes besoins poly ne limiteront pas !

#
Profil

Dreltak

le lundi 02 mars 2009 à 22h01

Ou est véritablement le problème? Pense tu que ta compagne te donneras moins d'amour sous prétexte qu'elle en donne à un autre? L'amitié et l'amour se ressemble je pense en ce point d'être des sources "intarissables", si ce n'est le facteur temps qui vient évidement joué un rôle.
___
"Elle est choquée quand je prends ma sœur dans mes bras (ou l'inverse) parce qu'elle voit ça comme de l'inceste"

Ran pourrait peut être nous en dire plus?

"pour elle, ouvrir son cœur à quelqu'un, ou le prendre dans ses bras pour le réconforter, est strictement du même registre qu'une nuit d'amour torride avec ce quelqu'un"

Pour ce qui s'agit d'une amitié "sensuel", est ce que la notion même d'amalgame appliqué a ce concept a un sens? Les deux termes (amitié/sensualité) peuvent être dissocié ou pas, bien qu'ils aient des liens dans le cas de ta compagne, mais quel importance du moment que tout le monde est heureux?

Quelqu'un a qui tu te confie, a qui tu dis tout, que tu prend dans tes bras pour le réconforter (ou l'inverse), l'idée d'avoir une nuit d'amour toride avec ce quelqu'un ne te traverse jamais l'esprit?
___
"je sais juste que l'idée multiplie mon rythme cardiaque par deux, et que les pensées qui me viennent sont plutôt du genre, je prends mon gourdin et je démolis le fâcheux : non pas que je le ferais, mais ça doit être câblé en dur quelque part dans mon cortex (comme je disais, le paléolithique c'est pas si loin quand on y pense)."

Ou en est ton rythme cardiaque a présent? As tu pensé a l'ablation de la partie du cortex concerné? XD

Plus sérieusement, Si un concept ou un énoncé (en outre la monogamie comme vecteur d'épanouissement pour tous) ne résiste pas a l'épreuve des fait (en outre le fait que ta compagne ne s'y épanouisse visiblement pas).....

Pour tout te dire ça me fichais probablement la trouille autant que toi, y'en a probablement encore une certaine part enfoui dans ma cervelle, comme quoi les affaires de "camp" en la matière n'ont effectivement guère de sens a mon avis.

#
Profil

oO0

le mardi 03 mars 2009 à 02h52

...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

oO0

le mardi 03 mars 2009 à 05h27

Je précise que lorsque je parle de diriger certains sujets ailleurs, c'est ailleurs sur le FORUM, avec un post dont l'intitulé correspond au sujet.

#
Profil

Ranael

le mardi 03 mars 2009 à 08h08

Tout d'abord, désolé que ce fil soit devenu un lieu d'échange conjugal pour nous, je crains que certains puisse voir ça comme une pollution d'un forum dont ce n'est pas la vocation, et je les comprendrais. Ce n'était pas l'intention première : ça s'est juste, en quelque sorte, trouvé comme ça.

Ensuite, je tiens à remercier très chaleureusement, et sans exception, tous les posteurs qui ont participé à la discussion. Je ne répondrai pas à chaque suggestion individuellement, mais sachez que j'ai pris bonne note de toutes, et cela nous a aidés, ma compagne et moi, à avancer dans la réflexion. Je citerai seulement la remarque de Sam sur la peur du loup qui est souvent pire que le loup : appliquée à la jalousie, la comparaison est très pertinente, et je la plussoie par expérience personnelle (même si le loup en soi, dans ce cas, reste redoutable).

Si d'un autre côté nos mésaventures ont pu aider certains d'entre vous dans leurs réflexions, je m'en réjouis et ça prouve qu'internet est une belle invention.

Nous n'avons par encore trouvé notre modus vivendi, il faudra probablement des mois pour cela : souhaitez-nous bonne chance. Je vous souhaite moi que les vents vous soient favorables où que vous alliez : si vous faites preuve de la même générosité que ce qui a été démontré sur ce fil, je ne vois pas ce qui pourrait mal se passer.

#

françoise (invité)

le mardi 03 mars 2009 à 10h54

Il y a plusieurs jours que je n'étais pas venue ici, donc je découvre la question de Ranael. Trop complexe pour y répondre ici, ce serait trop long. S'il y a moyen de se contacter directement: de visu ou par téléphone, je pourrais sans doute t'aider, car mon mari était à l'origine foncièrement monogame quoique volage (eh oui, volage et polyamoureux, c'est très différent, et ce pourrait être le sujet d'un forum. Le volage aime séduire, le polyamoureux est curieux des autres, et les aime. L'un est narcissique, l'autre "explorateur") Bref, arriver à vivre heureux ensemble depuis plus de 35 ans- avec des tempêtes et des remous, évidemment- nous a permis de pointer bien des difficultés, qui peuvent aider ceux qui les vivent aujourd'hui;
Affection et sexe: ce n'est pas forcément lié, certes, mais quand on a un lien affectif de plus en plus intime avec qqn, le désir apparaît souvent. A l'inverse, quand on voit dans les clubs libertins des gens faire l'amour alors qu'ils ne se connaissaient pas cinq minutes avant, ça laisse perplexe sur l'importance qu'on donne à la sexualité :) L'intimité, le lien, c'est en fait beaucoup plus impliquant. Et surtout, je pense qu'il ne fauit pas faire du sexce LA barrière importante. Le pas à franchir, c'est celui de l'autonomie amoureuse qu'on est prêt à reconnaître à l'autre sans se sentir blessé, et celle-ci évolue en permanence, tout n'est pas fixé d'un seul coup, on avance progressivement.
Il y a une chose que j'ai envie de dire à votre femme, Ranael: à l'évidence vous l'aimez, puisque vous êtes prêt à évoluer pour qu'elle soit heureuse. Et à vous: ce n'est pa vexant qu'elel ait besoin d'autres vous pour être totalement heureuse, personne n'est universel et c'est heureux, car suffire à 100% à qqn est un poids. Si c'est le cas, la rupture (ou la mort) tue l'autre en même temps, vous vous rendez compte? Vouloir suffire à qqn à 100%, ça éuivaut à lui dire "sans moi, tu ne peux plus vivre", c'est terrible. Avant de vous connaître, elle existait pourtant, et vous viviez heureux aussi avant de la connaître?

#
Profil

LuLutine

le mardi 03 mars 2009 à 15h28

Si vous lisez l'anglais, peut-être que ce texte peut vous aider :
www.practicalpolyamory.com/images/14_steps_to_open...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion