Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La complexité pour une grande simplicité !

Social
#
Profil

bonheur

le dimanche 13 septembre 2015 à 10h19

Extrait du livre "hypersensibles" de Saverio Tomasella (Eyrolles : collection les chemins de l'inconscient ; 9782212554779 ; 18 €)

Partie 3 : bien vivre sa sensibilité

Chapitre 14 : accueillir la complexité

"Plus encore, comprendre étant l'articulation entre sentir et agir, la compréhension peut-être perturbée par des certitudes profondément ancrées, qu'elles soient théoriques, idéologiques, doctrinales ou tout simplement simplificatrices. En effet, accueillir la complexité de la vie et du monde est une tâche ardue et sans fin ; à l'inverse, nous avons tous tendance à rabattre la réalité vers des explications restreintes, donc à réduire les situations vécues et les schémas tronqués."

#
Profil

bonheur

le dimanche 13 septembre 2015 à 10h29

Ces derniers temps, le mot "c'est simple" revient souvent. Alors que les relations humaines sont ce qu'il y a de plus complexes, on voudrait "simplifier" les relations amoureuses en leurs fabricant de nouveaux cadres stéréotypés.

Oui, mais je crois que la simplification dans le domaine affectif (je ne parle aucunement de sexe), c'est avant tout de reconnaître la complexité, car comme l'indique l'auteur "c'est une tâche ardue et sans fin". Je dirai que la simplification passe justement par relever ses manches et surtout ne pas les laisser retomber. Sinon, on se rendort, dans un autre schéma établi.

Comment simplifier des émotions, des ressentis... si ce n'est en admettant que l'on n'a pas d'emprise à ce niveau-là, et sans devenir esclave de ce qui se passe à l'intérieur, accepté de vivre avec et d'agir en fonction.

Personnellement, c'est le constat de ce qui se passait en moi qui m'a réveillé et m'a amené à l'évidence de ma polyaffectivité. Ce n'est pas plus simple pour autant, mais en effet, comprendre cela a permis d'agir en lien avec mes ressentis. J'espère ne jamais me rendormir, j'ai encore tellement à ressentir :-D .

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Eira

le mardi 15 septembre 2015 à 05h23

Un jour, on m’avait donné cette image qu’un diamant est dans sa simple nature, aussi semblable qu’une pierre sans valeur. Et pourtant, à force d’être façonné, travaillé avec la sensibilité de l’artiste qui le fait, chaque facette rend le joyau plus sublime et précieux. C’est ce qui donne à ce morceau de carbone, toute sa valeur. La complexité.

Aujourd’hui, on fuit très vite les difficultés, pour ne pas dire à la 1ère difficulté dans les relations quelles qu’elles soient, mais aussi bien dans les actions entreprises et parfois trop vites abandonnées. Pour diverses raisons, on préfère les fuir que de se confronter à la difficulté.

Personnellement, j’ai ce sentiment de devenir de plus en plus sensible au fur et à mesure de mes avancées. Au départ, j’ai confondu sensible avec fragile. C’était une question de perspective. Chaque vécu me révèle juste d’avantage et m’apprend un peu mieux encore le goût de l’effort. Parce que le résultat n’en est que meilleur et plus beau.

A l’origine, je pensais que ne jamais savoir faire dans le simple était un défaut. Mais c’est ce qui au final rend ma vie, mes relations, plus belles et enrichissantes.
Il y a ces évidences qui coulent de source, qui subjuguent et provoquent en nous ce sentiment que tout est simple. Et il y a ces complexités, ces différentes facettes de soi, de l’autre, qui font de nos journées de vraies trésors. Obtenus à force d’effort oui parfois, de manches retroussées, de patience aussi et j’en passe. Mais à mon sens, c’est ce que comprend le sens du verbe « aimer ».

#
Profil

bonheur

le mardi 15 septembre 2015 à 09h30

Oui, merci Eira pour ce magnifique témoignage. Merci également pour la comparaison avec le diamant car c'est exactement l'expression de ce que je voulais expliquer.

Oui, les évidences. C'est un mot qui me parle en effet quotidiennement. Pour ressentir les évidences, pour bien les vivre, il faut avant tout avoir une belle estime de soi et s'accorder le droit de laisser notre artiste intérieur façonné le joyau qui sommeil en chacun de nous. Ce livre m'a fait comprendre ce qui est important dans une relation : l'authenticité.

La patiente, la constance, l'envie, la volonté de découvrir encore mieux. De s'attarder à l'expression des autres, sans se laisser entrainer toutefois dans les abimes d'autrui. Se hisser mutuellement vers le haut et non se laisser entrainer dans des bas-fonds, qui n'auraient plus rien ni d'artistique, ni d'éclatant. Parfois, il faut se résoudre à "quitter", mais seulement lorsque l'on n'a pas d'autre issue, car on a tous un devoir de protection envers nous-mêmes (et envers les autres personnes que l'on aime, c'est l'effet boule de neige)

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion