Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Double peine ? Des cas d'éloignement social : différence, nourriture, situations de " handicaps "...

Bases
#
Profil

ScottBuckley

le samedi 16 mai 2015 à 16h52

Double peine ? Des cas d'éloignement social : différence, nourriture, situations de " handicaps "...

Voilà des cas qui se présentent à moi de + en + souvent dans mon entourage, ou localement, ou lors de cafés polys préparés, ou en voyage, depuis plusieurs années déjà :

- " Désolé j'aimerais venir mais votre resto n'aura pas de menu sans ceci ou cela, sans animaux, ou sans gluten donc je ne suis pas sûr de venir car cela peut me rendre malade pendant deux jours " ,

Ou :
- " J'aimerais bien être des vôtres, mais je suis Sourd*e, et si il n'y a pas d'interprète LSF payé pour l'occasion, la discussion collective risque d'être difficile et désagréable, pour moi et aussi pour vous .... "

Ou :
- " Bon eh bien moi et ma/mon partenaire on ne va pas pouvoir venir finalement car votre discussion a lieu à l'étage/en sous-sol d'un café-resto, or mon/ma partenaire est en fauteuil roulant, et ne pourra pas monter ni descendre, sans ascenseur, pour des questions de mobilité réduite . Du coup ni elle/lui ni moi ne viendront " .

Ou :
- " je suis Bisexuel*le et/ou pansexuel*le, mais c'est difficile à vivre, je ne trouve pas ma place, ni dans le monde " hétéro " , ni dans une partie du milieu ' LGBT ' (on me fait sentir que j'aurais soi disant "le cul entre deux chaises" (sic), et dans ma ville il n'y a pas de lieux ni de cafés-discussions de style ' Cafés-Bi ', du coup je me retrouve très & trop souvent seul*e, sans pouvoir en parler, je reste " au placard " ... et je le vis mal ... "

Avoir des choix relationnels différents de la norme dominante " hétéro mono exclusif " (que l'on soit + ou - ' poly ' ou autre) , ce n'est déjà pas facile à vivre parfois, voire souvent,
.... mais si en + de cela se greffent d'autres soucis, problèmes, éloignements ou quasi ' exclusions de fait ' d'un lieu où rencontrer du monde, là ça me semble vite devenir la double peine pour les personnes concernées !

D'un côté j'ai envie de les aider, mais je manque parfois de ressources ou de temps pour trouver une piste qui permettrait de dénouer la situation, au moins pendant quelques heures ou + .

Qu'en pensez-vous ?
Que puis-je répondre à toutes ces personnes, uniques dans chacun de leurs cas ?

Merci de me répondre soit par mess@ge perso, soit ici sur le forum, comme vous le sentez .

Au plaisir de vous lire, et merci pour elles & eux (+) !

Scott

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 16 mai 2015 à 17h54

L'organisation d'événements comme les cafés poly est un travail bénévole. Donc, on peut accueillir ces demandes à bien plaire, mais on n'est pas obligés à satisfaire tout le monde.

Si on décide de passer le cap, et organiser des événements polyamoureux payants à 100/200 euro par personne et par jour, là on peut se permettre de réfléchir à chaque cas de figure, prévoir des menus personnalisés, chercher un interprète LSF, chercher des lieux sans barrières...

#
Profil

coquelicot

le samedi 16 mai 2015 à 18h05

A propos des repas sans ci ou sans ca , il y a l exemple de certains evenements ou , a condition que chacun y mette du sien , on arrive a faire plusieurs sortes de menus ....
c est juste une question d organisation en béton !

#
Profil

Nurja

le dimanche 17 mai 2015 à 10h47

Quand j'invite du monde, que ce soit chez moi ou ailleurs, je fais ce qui est possible pour que chacun et chacune se sente accueilli.e.
Il y a des choses que je ne peux pas changer. Par exemple, je vis au 4ème étage sans ascenseur et deux chats partagent mon appartement. Mon "chez moi" n'est donc pas accessible aux personnes qui ont un souci moteur ou une allergie aux félins. exemple : Dans un groupe où on se réunit régulièrement pour un projet, les 4 étages sont impossibles pour un des participants. J'accepte qu'on ne se réunisse jamais chez moi (alors que ce serait plus pratique pour moi que de systématiquement devoir faire les trajets vers les lieux de réunion).
Pour ce que je peux changer, je fais en sorte que chacun.e se sente accueilli. Bon, je suis végétalienne et donc je vis souvent le "il n'y a rien que je mange dans ce qui est proposé" et je suis donc peut-être d'autant plus attentive à cet aspect de la question. En même temps, bien avant que je ne me pose des questions sur ce que je mange et les conséquences de mes choix alimentaires, j'ai toujours veillé à ce que les personnes que j'invite trouvent de quoi manger selon leurs choix et goûts.Dans un salon poly que j'ai organisé, une des participantes m'a signalé qu'elle était allergique au gluten. Je l'ai signalé aux participant.e.s et ai demandé que ce qui soit amené soit sans gluten (et en plus végétalien, oui, j'exagère - en même temps, quelqu'un qui n'apporte rien, c'est juste OK aussi).
Ça me semble assez simple, quand on choisit un restaurant, de veiller à ce que chacun puisse trouver quelque chose qui lui convienne. Si cela te parait compliqué, tu peux demander (pour la fois d'après) à la personne qui te dit "y a un couac", connais-tu un resto qui soit ok pour toi et sympa ? Que ce soit pour des questions d'accessibilité ou de contenu de l'assiette. (tout comme tout le monde est capable d'aller à un endroit sans marche, tout le monde est capable de manger un repas sans produits animaux et/ou sans gluten).
Je n'ai pas de piste pour l'interprête LSF, la personne sourd.e sait peut-être comment faire.
Pour les personnes qui ont des choix minoritaires, peut-être préciser clairement dans l'invitation que l'endroit vise à être ouvert à tous et toutes quelle que soit l'orientation sexuelle, le genre, ... et être attentif pendant l'événement à ne pas laisser passer des propos ou comportements qui excluent.

ScottBuckley Avoir des choix relationnels différents de la norme dominante " hétéro mono exclusif " (que l'on soit + ou - ' poly ' ou autre) , ce n'est déjà pas facile à vivre parfois, voire souvent, .... mais si en + de cela se greffent d'autres soucis, problèmes, éloignements ou quasi ' exclusions de fait ' d'un lieu où rencontrer du monde, là ça me semble vite devenir la double peine pour les personnes concernées !

Ayant beaucoup de choix "hors normes", je confirme qu'il est rare que je me sente pleinement accueillie dans toutes les facettes de moi. Je fais avec.
Cela dit, je suis souvent étonnée (et déçue) de constater que des personnes ouvertes et conscientes pour un pan de leur vie soient plutôt inconscientes (et fermées) sur d'autres pans de leur vie (étonnement notamment parce que, pour moi, le fait d'ouvrir les yeux sur un aspect et de me documenter m'a fait ouvrir les yeux (et me documenter) sur d'autres aspects).

ScottBuckley D'un côté j'ai envie de les aider, mais je manque parfois de ressources ou de temps pour trouver une piste qui permettrait de dénouer la situation, au moins pendant quelques heures ou + .

Je crois vraiment que leur demander "que pourrions-nous faire pour dénouer la situation?" est une bonne idée. Déjà parce que cela montre que tu entends le problème et que tu as envie de trouver une solution. Aussi parce que pour plusieurs des soucis que tu as cité, la personne qui rencontre le souci a sans doute des ressources et/ou des pistes pour le résoudre. Si pas pour la fois en question, éventuellement pour la fois suivante.

Merci de soulever cette problématique, Scott.

#
Profil

Paz

le dimanche 17 mai 2015 à 12h03

Peut-être par rapport aux personnes sourdes. Mon compagnon et moi participont régulièrement aux cafés poly à Lyon et nous sommes malentendants. Une personne sourde que nous connaissons est venue une fois.
Nous avons parfois du mal à suivre lors des cafés poly. Devant le coût d'un interprète Lsf et comme mon compagnon et moi sommes avant tout oralistes, nous avions pensé à proposer de temps en temps des minis-cafés poly avec un petit nombre de participants où nous pourrions participer et entendre plus facilement. De plus, cela permettrais si la personne sourde vient de peut-être faciliter sa participation.
J'avoue qu'étant depuis pas très longtemps sur le forum, je me sens pas vraiment capable d'animer un tel mini-café poly.
Mais si quelq'un veut bien m'aider, je veux bien l'organiser chez moi.
Par ailleurs, j'ai pu voir lorsque j'ai discuté avec cette personne lord du café poly de mars, que plusieurs participants au café poly avaient un niveau assez corrects en lsf. A défaut de pouvoir payer un interprète, cela peut être une piste à creuser.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Nicolas_Fox

le dimanche 17 mai 2015 à 16h16

Bonjour Scott,

Tu ne pourras je pense jamais aider tout le monde en même temps quand bien même tu le souhaites.

Cela pose déjà le problème de l'acceptation de ces personnes à être différent dans la société et bien souvent j'ai pu voir que ce qui les gène avant tout c'est qu'on les considère différentes et que l'on cherche des solutions pour elles alors qu'elles souhaitent que l'on oubli cette différence.

La solution, pour moi, c'est de faire du cas par cas dans ces moments là car la personne a mobilité réduite n'aura pas forcément envie de subir (ce mot est fort mais c'est bien le cas) l'handicap du sourd et rien ne dit qu'elle ne portera pas le même regard que tu décris sur la personne bi/pan-sexuelle.

#
Profil

coquelicot

le dimanche 17 mai 2015 à 17h08

Paz : presente !

#
Profil

Paz

le dimanche 17 mai 2015 à 17h28

coquelicot
Paz : presente !

OK :-)
Super

#
Profil

LuLutine

le dimanche 24 mai 2015 à 15h44

ScottBuckley
- " je suis Bisexuel*le et/ou pansexuel*le, mais c'est difficile à vivre, je ne trouve pas ma place, ni dans le monde " hétéro " , ni dans une partie du milieu ' LGBT ' (on me fait sentir que j'aurais soi disant "le cul entre deux chaises" (sic), et dans ma ville il n'y a pas de lieux ni de cafés-discussions de style ' Cafés-Bi ', du coup je me retrouve très & trop souvent seul*e, sans pouvoir en parler, je reste " au placard " ... et je le vis mal ... "

Sur ce cas-là, il me semble que les cafés poly sont plutôt accueillants pour les personnes bi-, pan- etc.
Non ?

Parmi les cas que tu cites c'est à mon avis le seul qui justement ne pose en général pas trop de problèmes.

Nurja
je suis souvent étonnée (et déçue) de constater que des personnes ouvertes et conscientes pour un pan de leur vie soient plutôt inconscientes (et fermées) sur d'autres pans de leur vie (étonnement notamment parce que, pour moi, le fait d'ouvrir les yeux sur un aspect et de me documenter m'a fait ouvrir les yeux (et me documenter) sur d'autres aspects).

Un peu comme toi, je suppose qu'on doit être "rares" ;) !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion