Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Article sur le polyamour

Médias
#
Profil

Angita

le mardi 14 avril 2015 à 08h23

Bonjour les polyamoureux,

Rédactrice pour le site Consoglobe, j'ai réussi à susciter leur intérêt pour le polyamour. Voici donc l'article qui est paru la semaine dernière.J'espère que vous aimerez ! Il s'adresse au grand public donc prise de gants nécessaire.

www.consoglobe.com/polyamour-cg

Au plaisir d'un prochain café poly avec les polys toulousains !

Sandrine.

#
Profil

bonheur

le mardi 14 avril 2015 à 10h14

C'est bien que l'on parle de polyamour, même si de nouveau je constate que l'aspect "sexe" d'une relation amoureuse semble indispensable, sinon, il n'y aurait pas relation. Bon, ok, c'est un aspect qui m'ait tout personnel, je le souligne toutefois à l'attention de Angita. Aussi, prendre comme exemple pertinent une personne qui au final divorce... même si j'en conviens, c'est un acte non imputé au polyamour.

En conclusion POUR MOI, c'est bien que l'on parle des polyamoureux même si je ne me retrouve pas du tout dans ce discours. Evidemment, ce discours ne m'est pas destiné mais à un large public et donc oui "prise de gants" indispensable.

Merci de tenter de faire évoluer une mentalité générale encore très restreinte. Merci

#
Profil

Angita

le mardi 14 avril 2015 à 14h32

Il est vrai que les relations romantiques sans sexe existent mais j'ai parlé de la majorité, et la majorité apprécie les sexe je pense ;)

Pour le divorce, j'ai voulu faire le parallèle avec le pourcentage énorme de monogames qui divorcent, et expliquer aussi que le polyamour n'est pas une méthode miracle. mais je vois ce que tu veux dire.

Je dois écrire un autre article sur le polyamour pour un journal dans quelques temps, sur quoi me conseillerais-tu d'appuyer, Bonheur ? L'objectif étant de faire réfléchir les gens et évoluer les mentalités.

#

(compte clôturé)

le mardi 14 avril 2015 à 15h51

J'ai mis un commentaire à cet article, surtout pour répondre aux commentaires dont beaucoup sont d'une intolérance, d'un jugement stupéfiant. Assurément, le concept heurte...

#
Profil

Angita

le mardi 14 avril 2015 à 16h29

Et je vous en remercie, Françoise.
C'est vrai qu'on se fait vite lyncher mais peu importe : c'est en parlant du sujet qu'on ouvrira les consciences. Je suis persuadée qu'un tas de gens seraient plus heureux s'ils enlevaient leurs œillères et ouvraient leurs cœurs.
Au plaisir de vous recroiser, j'adore ce que vous faites.

#
Profil

bonheur

le mardi 14 avril 2015 à 16h37

Merci de me demander mon opinion et celle-ci ne pourra QUE être concordant avec ma personnalité et mon vécu. Je pense que c'est impossible de faire une réponse à la légère et sur le vif. Toutefois, en tant que personne mariée, je pense que j'inviterai le lecteur-trice à, comme l'indique J. Salomé, dans son livre, "réinventer son couple" et ceci lorsque le moment est le plus pertinent. Je pense que tout couple, à un moment donné, doit se réinventer de cette manière. C'est je pense une clé de la réussite. C'est difficile et parfois douloureux, c'est certains, mais une fois que l'on est sur les rails du bonheur, on se dit que ça a valu la peine de faire ce travail, pour le couple et pour chacun de ses membres (et dans notre cas, pour mes amours extérieurs).

Pour ce qui est de faire évoluer les mentalités, je dirais qu'amener autrui à savoir que ça existe et que l'amour, le lien humain (quelque soit la nature), doit être valorisé et respecté à sa juste valeur.

Je prendrai pour exemple, une femme d'une soixantaine d'années, avec qui j'avais une conversation de courte durée et je ne sais plus pourquoi on en est venu à parler d'homosexualité. Elle m'indiquait qu'elle avait aperçu en public (là on peut faire le lien avec le fil de discussion "savoir vivre") deux femmes et que l'une jouait avec les cheveux de l'autre et lui faisait des bisous dans la nuque. La conversation pourrait se résumer à ceci :
- c'est mignon deux personnes qui s'aiment !
- oui mais en public, et puis deux femmes ? Vous ça ne vous choque pas ?
- Non, qu'est ce qui vous choque en réalité ? Que ces personnes s'aiment en public ou que ce soit deux femmes ?
regard perdu de mon interlocutrice, donc je reprend :
- La différence entre vous et moi, c'est que vous voyez deux femmes, là où je vois de l'amour qui s'exprime.
- Je ne sais pas, vous avez sans doute raison. Moi, je crois que je ne pourrai pas réagir autrement, mais c'est bien si les nouvelles générations pensent comme vous, voient ce qui est important au lieu de s'attacher à voir ce qui devrait être bien ou pas.

Je crois que beaucoup de personnes "normatives" ne sont pas prêtes à remettre leurs croyances en question mais je pense que cette femme, à l'avenir, portera un regard plus nuancé sur l'homosexualité. Les mentalités doivent prendre du temps pour évoluer, sinon ce serait imposer un changement. Le polyamour mérite d'évoluer posément, gentiment et surtout ne pas devenir un effet de mode (je crains beaucoup cela).

#
Profil

bonheur

le mardi 14 avril 2015 à 16h38

Oups ! nous avons posté simultanément !

Angita
Je suis persuadée qu'un tas de gens seraient plus heureux s'ils enlevaient leurs œillères et ouvraient leurs cœurs.

Entièrement d'accord, sauf qu'il faut les enlever au bon moment

#
Profil

ScottBuckley

le mardi 14 avril 2015 à 17h02

Angita
Bonjour les polyamoureux,

Rédactrice pour le site Consoglobe, j'ai réussi à susciter leur intérêt pour le polyamour. Voici donc l'article qui est paru la semaine dernière.J'espère que vous aimerez ! Il s'adresse au grand public donc prise de gants nécessaire.

www.consoglobe.com/polyamour-cg

Au plaisir d'un prochain café poly avec les polys toulousains !

Sandrine.

Bravo et merci Sandrine pour votre plume !

Pour info : récemment j'ai aperçu en diagonal un " article " ou plutôt " billet d'humeur " sur " trouple et polyamour " dans " Néon " (magazine, en avril 2015 ?) mais ce que j'en ai lu m'a déçu : une personne teste quelque chose, une relation affective, ça ne marche pas donc c'est nul = " j'ai polymorflé " ? Bof :-(

Par contre de mémoire en juin 2012 il y a eu une petite série de minis articles sur ' 10 autres manières d'aimer / Les nouvelles règles de l'amour ' dans les Inrocks, et j'ai bien aimé (+) !
illes y parlent de LDR ( relations longue distance ) , de sexfriends, d'applis smartphones style Blendr, de polyamoureuses....
Un petit panorama montrant la diversité de nouvelles pratiques affectives, + ensuite un article d'un sociologue ( Eric Fassin peut-être ? ) sur les nouvelles formes de couples, qui ré-inventent des formes, des normes, à leur façon .

Si ça vous intéresse, m'écrire par message perso pour recevoir une copie par email de cet article des Inrocks .

et à bientôt sur Toulouse Sandrine, dans un café poly ?
Bonne journée à vous !

Scott

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

bonheur

le mardi 14 avril 2015 à 17h22

J'avais aussi vu une émission TV sur un couple de jeunes qui libertinaient beaucoup. Ils avaient eu tous les deux un bon feeling avec une stripteeseuse et avaient décidé de vivre à trois (dans un studio minuscule). Question sexe, ce n'était que du bonheur mais la vie commune était désastreuse, donc la tierce personne est retournée dans son chez elle. Conclusion du présentateur : on ne peut pas aimer deux personnes à la fois.

Moi j'aurai plutôt dit, cette tierce personne était un bon partenaire sexuelle mais pas possible que ces trois là cohabite, tout simplement. D'ailleurs, c'était d'autant plus con comme conclusion que les protagonistes (le couple) expliquait qu'ils la voyait toujours mais comme avant, juste pour le sexe. Comme quoi, les médias parfois...

#
Profil

Leolu

le mardi 14 avril 2015 à 18h15

Il est toujours très difficile, quand on est spécialiste d'un sujet, qu'on y a été sensibilisé (à travers sa propre vie ou son entourage) ou qu'on a simplement eu un jour la curiosité de s'y intéresser... de comprendre ceux qui le découvrent abruptement (dans un journal) et l'abordent avec la certitude conservatrice et têtue de personnes pour qui la façon de vivre traditionnelle n'a jamais posé de problèmes ("pourquoi diable essayer d'inventer de nouvelles règles sociales ? Pour détruire le fragile équilibre qui subsiste encore aujourd'hui ?").

A mon avis, donc, comme pour toute révolution (ou inventions), il faudrait d'abord mettre en exergue les PROBLÈMES qui ont suscité l'envie de chercher une nouveauté (ici dans les relations humaines).
Amener d'abord le lecteur à se dire, par effet d'empathie : "Ah oui, en effet, même si pour moi tout va bien, DANS CES CAS LÀ, il y a peut-être des questions à se poser et des réponses à trouver, même si elles sont originales et iconoclastes".

C'est le défaut que je constate dans la grande majorité des articles qui parlent de polyamour (même ceux qui croyaient avoir été particulièrement prudents et explicites). Par exemple, ici :

Pour ou contre le polyamour ? Les éléments du débat
1) Les pour
- La transparence
- Des relations de qualité
- Moins de divorces
2) les contre
- Une manière de se protéger ?
- Vivre cachés
- Il n’y a pas de secret, l’amour est toujours compliqué, à deux ou plus

On est parti d'emblée et bien trop vite sur des questions qui ne sont pas aussi évidentes que l'article pourrait le laisser penser ! D'où ruade du lecteur conservateur, et réponses trollesques en commentaires.

"Transparence, relation de qualité, pas de divorces"... la plupart des gens vous diront que tout ceci est parfaitement en phase avec l'amour mono romantique ! Et même lorsqu'ils ont connu un divorce et ont redémarré un couple selon le même schéma, le problème a été évacué de lui-même avec la méthode traditionnelle : le divorce. Et on est reparti pour une situation SANS problème, avec les mêmes qualités que celles exposées pour justifier le polyamour.

Pour moi, donc, il faudrait, dès le début, s'étendre sur la situation inconfortable ou dramatique de personnes pour qui : l'amour demeure malgré une autre attirance, le divorce ne convient pas parce qu'ils aiment encore et ne veulent pas tout détruire, ou de personnes libres obligés d'aliéner leur indépendance à vie, alors qu'il serait si simple de ne connaître que des partenariats consensuels, et pas obligatoirement successifs.

Et ce n'est qu'après qu'on pourrait analyser ce que donnerait une telle vie au quotidien (ça aussi, ça manque dans les articles !) et quels en seraient les avantages induits (ceux qui ont servi d'introduction à l'article de Consoglobe : "les pour")

Parce que si j'ai bien compris une chose dans les réflexions sur le polyamour, c'est qu'il ne peut être réellement compris (et envisagé ou pas) que par des personnes qui ont pu, un jour, y voir une solution à leurs propres affres.
Vu de l'extérieur, c'est parfaitement incompréhensible (sauf en cas d'étude sociologique approfondie).

#
Profil

bonheur

le mardi 14 avril 2015 à 18h32

Je crois que Leolu est dans une optique très pertinente et surtout extrêmement réaliste.

Juste, je pense que les journalistes ont des impératifs importants en terme de "caractères" ou de "durée" (pour l'écrit et pour la vidéo). Faire passer autant par le biais d'un simple article ou d'un petit reportage ?

Comme je le disais plus haut, les médias, parfois... mais même en voulant bien faire, ont-ils la possibilité de bien faire ? En ont-ils tout bêtement les moyens ?

Par contre, certains commentaires sont très critiques alors que leurs auteurs ne savent, apparemment, pas réellement de quoi ils parlent. Perso, j'ai été "classique" avant que ma vie chamboule en profondeur, sauf que je ne crois pas qu'à l'époque j'aurai mis ce genre de commentaires. J'ai dans l'idée que certaines personnes passent tout simplement la rage de leurs "échecs" personnels sur la toile. Ce genre d'article est l'opportunité rêvée.

#
Profil

bonheur

le mardi 14 avril 2015 à 18h35

Leolu
Pour moi, donc, il faudrait, dès le début, s'étendre sur la situation inconfortable ou dramatique de personnes pour qui : l'amour demeure malgré une autre attirance, le divorce ne convient pas parce qu'ils aiment encore et ne veulent pas tout détruire, ou de personnes libres obligés d'aliéner leur indépendance à vie, alors qu'il serait si simple de ne connaître que des partenariats consensuels, et pas obligatoirement successifs.

As tu lu le livre de Catherine Ternaux "la polygamie, pourquoi pas ?"

#
Profil

bonheur

le mardi 14 avril 2015 à 18h39

Peut être que pour être rapidement "dans le vif du sujet" sans le dénaturer, mettre en image, par exemple une situation de deux relations dont l'un des protagonistes seraient le même mais on ne le découvrirait qu'après que les deux images aient été assimilées instinctivement comme reflétant un amour beau et bienfaisant. Ensuite seulement, on découvre que l'une des personnes figure sur les deux photos.
Une idée, comme ça en passant. Les images sont parfois plus porteuses que les mots. (l'un n'empêche pas l'autre)

#
Profil

Leolu

le mardi 14 avril 2015 à 18h42

bonheur
As tu lu le livre de Catherine Ternaux "la polygamie, pourquoi pas ?"

Heu... Je ne parlais pas de moi, et ce ne sont que des exemples.
Libre à la journaliste de trouver les problèmes les plus pertinents qui justifient l'envie de polyamour (peut-être dans ce livre, en effet), et de les exposer en début d'article. ;)

#
Profil

bonheur

le mardi 14 avril 2015 à 18h55

Ah, ben euh, pardon Leolu.

J'ai toujours des difficultés car pour moi le poly n'a pas été une envie ou un concept mais une réalité sur laquelle j'avais mis une barrière pour justement des raisons conceptuelles. Un évènement a fait tomber cette barrière et j'ai pu profiter enfin de MA vie, de MON bonheur. En fait, à la base, je n'avais pas de difficultés de couple à résoudre ou autres, juste j'ai découvert que j'aimais de nouveau, sans cesser d'aimer pour autant : ce simple constat m'a permis enfin d'évoluer. D'ailleurs, j'avais toujours eu une bonne capacité à aimer et à reconnaitre l'amour. Pour moi, la question, ce serait plutôt comment j'ai pu négliger cela durant 20 ans ?

#
Profil

Angita

le mardi 14 avril 2015 à 19h30

Tout d'abord, merci à tous pour vos commentaires. J'adore les échanges qui enrichissent la réflexion. Yes !

Scott, je t'écris tout à l'heure pour ces articles (+) On se connait, souviens-toi, on s'est rencontrés au café poly de février (je crois), j'étais juste à côté de toi.

Bonheur
Les mentalités doivent prendre du temps pour évoluer, sinon ce serait imposer un changement. Le polyamour mérite d'évoluer posément, gentiment et surtout ne pas devenir un effet de mode (je crains beaucoup cela).

Tout à fait, bonheur, et tel est mon objectif. Et il est vrai que comme tu le dis, quand toi-même tu es passé de l'autre côté, que tu t'es déconstruit et reconstruit, tu as du mal à te remettre à ton niveau d'avant pour donner aux autres le discours qui va bien.

Leolu
Amener d'abord le lecteur à se dire, par effet d'empathie : "Ah oui, en effet, même si pour moi tout va bien, DANS CES CAS LÀ, il y a peut-être des questions à se poser et des réponses à trouver, même si elles sont originales et iconoclastes".

C'est ce que je pensais avoir fait (avec la définition de Françoise et lorsque je parle des envies d'ailleurs) mais pas assez il est vrai... Pour mon prochain article, qui ne devra pas dépasser 3000 signes (tu as tout compris Bonheur !), je me demande si je ne vais pas faire plusieurs articles avec une suite. Histoire d'amener à une réflexion plus logique comme tu le préconises.

Bonheur
J'ai dans l'idée que certaines personnes passent tout simplement la rage de leurs "échecs" personnels sur la toile. Ce genre d'article est l'opportunité rêvée.

Oh oui, je le crois aussi !! Si elles pouvaient reconnaître leur erreur et voir les choses différemment, changer d'état d'esprit et utiliser leurs frustrations pour avancer... Quel bonheur ce serait !!

#
Profil

Leolu

le mardi 14 avril 2015 à 19h37

bonheur
Pour moi, la question, ce serait plutôt comment j'ai pu négliger cela durant 20 ans ?

Ah ! Voilà ! C'est avec ça que je voulais finir mon laïus et qui était resté désespérément sur le bout de ma langue, m'obligeant à terminer autrement :

Je vois deux sortes de polyamoureux :

- ceux qui, depuis les tous débuts, ne transigent pas avec leur liberté : ils n'ont d'autres problèmes que celui de faire accepter leur fonctionnement

- ceux qui ont connu la vie en mono et ont eu longuement le temps de se poser des questions sur le couple : qu'ils découvrent le polyamour suite à en crise (ou à de longues frustrations) ou simplement pour retrouver un accord avec leur évolution personnelle (ne serait-ce qu'une envie de vivre d'autres nouveautés), sans le temps, sans cette maturation réfléchie (ce qui exige une certaine capacité d'abstraction anti-conservatrice), l'idée du polyamour ne leur serait, bien souvent, jamais venue à l'esprit.
Je suis persuadé que la grande majorité des incompréhensions viennent de ce manque de recul et de problème personnel à devoir résoudre
(on le voit d'ailleurs souvent dans les crises mono-poly détaillées dans ce site : le mono, malgré de sérieux efforts, a un mal fou à comprendre l'intérêt d'une situation qu'il ne voyait pas comme étant un problème).

Il n'y a donc pas systématiquement un PROBLÈME grave à résoudre, mais une situation, que j'appelais "inconfortable", à ajuster.

...sauf qu'une décision motivée par une philosophie mûrement réfléchie, ou par un besoin ressenti de tout temps comme naturel, est encore plus difficile à expliquer dans un article :-D

bonheur
Ah, ben euh, pardon Leolu.

Pardon de mon côté : je n'avais lu que la dernière de tes deux réponses, la plus courte, et n'avais pas compris que tu souhaitais partager l'une de tes réflexions, sur les bases de ce livre. Je croyais que tu te trompais simplement d'interlocuteur :)

#
Profil

Dreltak

le mardi 14 avril 2015 à 19h59

Rah, certaines réactions à l'article m'horripiles ! Pas le courage d'y ecrire sans troller.

"Le sexe, c'est sale, surtout quand c'est bien fait" comme dirais l'autre.

Très bon article sinon, merci Angita.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

bonheur

le mardi 14 avril 2015 à 21h52

Cool Leolu ! Nous sommes finalement en accord, du moins dans l'échange !

J'ai des difficultés avec des termes comme fonctionnement, mais là, encore une fois, c'est particulier à moi. (terme trop structurel et pas assez émotionnel, simple question de vocabulaire)

Par contre, oui, l'expression "s'être négligé" qui n'a rien de valorisant, c'est parfaitement cela. Depuis que j'ai découvert cela et les répercussions, je me sens enfin moi (j'étais un zombie qui dormait). Jeune adulte j'ai fait un choix entre deux amours : ce jour là j'ai lancé un boomerang, qui m'est revenu en pleine gueule 20 ans plus tard, sans que personne ne s'y attende.

Jeune, c'est certainement une vie plus ou moins polygame qui m'aurait permis d'être réellement moi. Juste ne pas faire de choix. Après, je crois que j'aurai partagé mon quotidien qu'avec une seule de ces personnes, car avec l'une des deux, une vie commune aurait certainement viré au cauchemar. Dans le sens où l'une de ces personnes était (et est restée) un électron libre instable et perpétuellement en voyage, ça aurait été impossible. L'amour ne suffit pas à construire une vie commune, il faut d'autres forces en présence. Dans mon mariage, c'est la complémentarité qui prédomine.

Ce qui m'a toujours interpellé, dans cette chute de barrière, c'est que ma vie n'était pas inconfortable ou mal vécue. Cela implique que le simple fait d'admettre que je pouvais aimer à nouveau fut pour moi un choc. Comment mettre en péril sciemment, une vie SANS problème (j'ai beau chercher, je n'en trouve pas, y compris avec le recul), alors même que rien ne m'y obligeait concrètement ? Simplement, parce que cet amour émotionnel, je ne pouvais pas le garder pour moi ; cet amour je devais le regarder en face et lui confirmer qu'il avait simplement le droit d'exister. Et cet amour, je l'ai "présenté", enfin tenter au départ, de le présenter sous son meilleur visage. Et à qui d'autre aurais-je pu le présenter si ce n'est à ma relation principale, à la personne la plus proche de moi (à noter que l'on se connait depuis tout petit, en cours de récré de primaire).

J'ai souvent l'impression, que chaque amour, a une personnalité propre, comme si j'étais plusieurs, tout en formant un tout cohérent et que je mène plusieurs vies en une seule. Un peu comme ces films ou récits qui décrivent plusieurs histoires distinctes (souvent sans rapport apparent) mais qu'au final on comprend qu'elles sont toutes liées. En fait, y compris lorsque je suis en présence avec plusieurs personnes que j'aime, je vis plusieurs vies en une seule, naturellement, et ça me comble de bonheur. Par contre, sexuellement (je parle de sexualité entière), je n'arriverai pas à passer d'une vie à une autre.

Je me reconnais énormément dans la chanson de Julien Clerc "le coeur trop grand pour moi" même si aujourd'hui l'amour n'est pas flou, qu'ils ont au contraire toute leur place, et que mon âme est apaisée.

#
Profil

Leolu

le mardi 14 avril 2015 à 22h14

bonheur
Cool Leolu ! Nous sommes finalement en accord, du moins dans l'échange !

(+) ;)

bonheur
J'ai des difficultés avec des termes comme fonctionnement, mais là, encore une fois, c'est particulier à moi. (terme trop structurel et pas assez émotionnel, simple question de vocabulaire)

"Fonctionnement" ? Oui, j'ai hésité à mettre des guillemets... J'essayais aussi de ne pas mettre d'affect ou de jugement de valeur (qui varient selon les personnes en présence). Cela peut donc sembler un peu froid.

bonheur
Comment mettre en péril sciemment, une vie SANS problème (j'ai beau chercher, je n'en trouve pas, y compris avec le recul), alors même que rien ne m'y obligeait concrètement ?

Hmmm... Freud dirait que... :-)
Vraiment aucun besoin de changement, dans cette "vie SANS problème" ? N'était-ce pas ça, justement, le "problème" ? ;)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion