Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

J'y vais ou j'y vais pas ?

Engagement
#
Profil

Sidony

le mercredi 08 avril 2015 à 22h20

Bonjour bonjour,

Je vous lis beaucoup, j'ai pour habitude d'éviter conseils et avis de tiers concernant mes problèmes, mais cette situation commence à me peser... Donc allez, je vous expose mon problème.

Pour le contexte, je suis dans une relation amoureuse depuis 9 ans avec A., la première relation amoureuse construite que j'ai eue de ma vie (parce que j'ai très souvent été amoureuse mais n'ai jamais osé aller au-devant des personnes que j'appréciais). Il y a deux ans, j'arrive à accepter mon amour pour une autre personne que mon compagnon (appelons-le B.). Mère d'une petite fille, notre couple est pour moi cimenté puisque je n'envisage pas de voir ma fille à mi-temps ou que ce soit le cas pour mon compagnon si séparation il y avait. Toute infidélité est écartée, je les sais nuisibles aux relations et de toute façon je suis incapable de lui cacher quelque chose, nous sommes très proches (et très amoureux également). Je discute donc en toute honnêteté de cet amour pour B. avec A.. À partir de ce moment s'ensuit une lutte de ma part pour ma liberté, une lutte de la part de A. pour tenter de me comprendre et de refouler sa jalousie, et B., choqué d'être aimé, qui a du mal à se positionner. Bref. Le parfait merdier polyamoureux. Faute à une communication plutôt foireuse et cette lutte de pouvoir dans mon couple officiel, de graves complications s'en mêlent. On finit tous usés, fatigués, je dirais même assez traumatisés. A. a besoin de sécurité. Je l'entends pour la première fois au bout d'un an et demi, et je prends donc congé de la seconde relation par peur de perdre ma famille. Dix mois s'écoulent. Avec A., nous avons beaucoup parlé, repensé les bases de notre relation, posé explicitement nos limites. Nous nous sommes consolés de certaines blessures vécues, pas toutes. Mais suffisament pour que chacun puisse se sentir à l'aise et coopérer (nous construisions un foyer, on est forcément très interdépendants).

Il est ok pour que je revoie A. et coopère très volontairement au niveau logistique pour que ça se fasse. Nous sommes ok et je n'ai plus qu'à proposer à B. de le voir. Je sais qu'il ne me jettera pas. Mais comme avant, comme ça m'a toujours fait, j'angoisse. Si je sais que je ne vais pas le voir, je suis amoureuse, je l'idolâtre presque, il me manque. Si par contre un rdv est prévu, j'angoisse, et j'ai carrément tendance à le détester, faire de lui quelqu'un de mauvais, bête, etc..

Avant, je pensais que c'était dû au fait que tout n'était pas très clair ni accepté par mon conjoint et qu'inconscienment je culpabilisais. Mais vu la coopération de A., aujourd'hui, c'est quand même difficile à croire. Auparavant, j'ignorais ce sentiment en me disant que ça passerait. En effet, dès que je vois B., je suis très amoureuse et ça passe. Mais au dernier rdv, il y a de ça environ 10 mois, je lui avais posé à un lapin. Cette angoisse et le sentiment de répulsion étaient si forts que je n'avais pu me résoudre à le voir. J'ai dit que je ne viendrais pas au dernier moment, sans pouvoir expliquer ce qu'il se passait. Aujourd'hui, j'ai peur de m'engager et de ne pas pouvoir tenir mon engagement. Je ne trouve pas ça réglo, surtout qu'on se voit très très peu.

Et puis ces derniers jours, je me demandais si tout simplement, il ne s'agissait pas d'une sorte d'angoisse de voir l'être cher, ne pas se sentir à la hauteur, etc.. Cette relation est un peu neuve et j'ai peu d'expérience ; une seule en fait. Je sais qu'on était en pleine NRE, je voulais toujours paraître au top, la maman active, la jeune femme jolie, l'amante parfaite, etc.. J'angoissais aussi quand je revoyais A. au tout début de notre relation. Le contexte n'était pas le même. Alors... La faute au polyamour, la situation complexe dans laquelle nous sommes, le passé désagréable de cette relation, ou tout simplement une sorte de timidité de ma part ? Faut savoir que je n'ai eu que A. comme amoureux, donc je n'ai aucune idée de la "dragueuse" que je peux être. Comment je suis avec quelqu'un la première fois, comment je rencontre un/e amoureux/se ? Pft. Aucune idée. J'ai toujours été la offsex pour tout le monde puisque je rencontrais dans le cercle social de A. et que nous étions le couple parfait.

À côté de ça, je me dis aussi que ça peut être dû au fait que je ne valide pas vraiment moralement ce que je fais. J'aurais du mal à me détacher de l'idée d'un couple mono (j'en ai peu parlé dans mon entourage, notamment ma famille marquée par une morale très catho, couple hétéro, un peu anti-divorce). Serait-ce aussi dû à la fusion que j'ai tendance a faire avec A., qui me pousse à avoir une exclusivité totale lorsqu'il ne s'oppose plus à ma liberté ? J'avais également remarqué le blocage de mes sentiments quand je vois B. si je suis avec A.. Il devient secondaire, je n'ai plus de sentiment pour lui, j'ai tendance à le regarder de haut. Pourtant j'ai connu B. grâce à A. et je l'ai aimé pendant des années. Je ne voyais jamais B. sans A.. Et j'aimais B. quand même. Mais maintenant que tout ça est dit, que A. et B. sont en conflit, si je les vois ensemble (ça nous est arrivé pour parler de cas très problématiques), je me colle à A.. Il y a un clivage important qui se fait entre le monde dans lequel B. et moi sommes amoureux et le monde où A. et moi sommes amoureux. Est-ce que cette angoisse des retrouvailles serait une préparation à ce clivage ?

Je ne sais pas ce que tout ça vous inspire. Je n'ai pas réussi à faire court, j'aime quand c'est précis. Cela dit, je ne sais pas si c'est clair, mais qui ne tente rien n'a rien, je ne ferai pas mieux ce soir !

Merci d'avance pour vos contributions.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 09 avril 2015 à 08h47

J'ai pas de réponse à donner de suite, mais polyamour à part, je voulais te féliciter pour la franchise que tu as avec toi-même et la part de force qu'il t'a fallu pour raconter ici des sentiments aussi contradictoires.
Beaucoup de gens témoignent en simplifiant les situations, sans doute pour les rendre plus accessibles, mais aussi en censurant (souvent pas consciemment) des aspects plus abrasifs de leur ressentis, des sentiments classé en bons et mauvais, ou que des sentiments gentils qui font un dilemme méchant, oh, mais je n'ai que de bonnes intentions de bonne personne, jamais je ressens de trucs plus compliqués...

Bravo pour arriver à dépasser cette pudeur et cette bonne conscience-là.
Et même si c'est pas le fond de la question, si jamais le côté "attirance-rejet" s'avérait être au coeur du problème, ne te culpabilise pas de pas avoir dénoué ça, parce que tu n'en as probablement pas eu l'occasion.

A bientôt, peut-être, j'espère pouvoir donner une réponse dynamique...

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

jemecherche

le jeudi 09 avril 2015 à 12h46

Sidony, j'ai pu ressentir parfois ce côté : "j'ai très envie de voir B. mais je ne peux pas faire ça à A." en fait ça revient un peu à ça. Je le ressens comme ça. Dsl si ce n'est pas le cas.
Car de ton côté, tout est clair avec A. Donc pourquoi tu repousses B à ce point ?
Je dirai qu'une partie de toi est "formatée" en couple mono, et inconsciemment ça flinguerai ton couple, donc défense et rejet de B.
Et peur de l'avenir...

C'est dur d'être poly...

#
Profil

LuLutine

le vendredi 10 avril 2015 à 00h00

jemecherche
C'est dur d'être poly...

Haha ça dépend pour qui !

Pour moi c'est juste impossible d'être mono....! ;)

Donc comparativement, le poly est bien plus facile :)

#
Profil

Lagentda

le vendredi 10 avril 2015 à 01h22

Je rejoins ce qu'a dit Siesta. Bravo pour avoir fait l'effort de te confier, malgré tes appréhensions, et en toute connaissance (bien lucide) qu'il ne saurait y avoir de conseil magique. Ce que tu as écrit est très clair et très sincère, ne niant pas la complexité des sentiments.
Il me semble que du seul point de vue raison, tu as fait les choses comme il fallait : tu as fait preuve de patience, d'écoute, de dialogue clair avec A. et B., de réflexion sur les meilleurs modus operandi. Et, pourtant, côté sentiments, impondérable, il y a encore une gêne.
Je pense qu'en matières amoureuses, on a tous des survivances des formatages sociaux : on peut évoquer le package fidélité/culpabilité d'aimer un autre, mais aussi le fait qu'inconsciemment, on peut toujours penser que la phase de séduction, pour être efficace (ou pour que le début de relation soit vécu intensément), implique une sorte de "mensonge amoureux", une conviction d'aimer seulement cette personne sur ce moment.
A moi aussi, ça ne paraît pas forcément évident de vivre intensément les sentiments avec un A en présence de B, et vice-versa.
Les situations où tu te colle à A quand B est dans les parages sont des situations qui existaient avant que les discussions sur le polyamour s'entament ? Sont-ce des situations qui se retrouvent encore maintenant que tu as discuté avec A de l'autorisation à voir amoureusement B ?
Autre question (pour commencer avec des questions assez classiques) : as-tu parlé à A et à B de cette gêne sentimentale (de la même manière que tu nous en as parlé ici) ? Ou, gardes-tu du mystère avec B ?

Je te souhaite en tout cas beaucoup de paix, et tant pis si celle-ci passe par plus de patience que d'enthousiasme dans un premier temps.

#
Profil

Sidony

le vendredi 10 avril 2015 à 08h58

Siestacorta

Beaucoup de gens témoignent en simplifiant les situations, sans doute pour les rendre plus accessibles.

Bravo pour arriver à dépasser cette pudeur et cette bonne conscience-là.

Éhé... La situation est quand même simplifiée. J'ai omis volontairement des informations qui auraient beaucoup d'importance et qui vous éclaireraient mais je les garde pour moi par choix. Bon mais quand même, c'est vrai que j'accepte assez bien mes sentiments désagréables envers mes amoureux. D'ailleurs, je leur avoue volontiers.
Mais ça me touche beaucoup que tu me dises ça, parce que dans ces relations polyamoureuses, comme j'étais un peu la seule à y croire (en tout cas c'est l'impression que j'en ai), moi la caution poly, j'ai un peu l'impression que tous les sentiments douloureux que nous avons vécus sont de ma faute, parce que le "processus" (genre yen a un) n'aurait pas été bien garanti, le respect du rythme de chacun, etc.. Du coup, j'apprécie les félicitations, ça me soulage beaucoup !

Lagentda
Les situations où tu te colle à A quand B est dans les parages sont des situations qui existaient avant que les discussions sur le polyamour s'entament ?

A. et B. étaient très amis auparavant, donc B. me voyait systématiquement dans les bras de A.. Et comme je suis timide, j'ai beaucoup utilisé mon couple pour fusionner et ne pas assumer ma place sociale. Je me cachais derrière A., comme un enfant qui se cache dans les jupes de sa mère. Le polyamour m'aide beaucoup à sortir de ce fonctionnement. Mais j'ai vraiment cette tendance, je recommence dès que je suis intimidée et que A. est là. Quand j'ai décidé de sortir de ses jupes, j'ai dû assumer les sentiments que j'ai pour les gens, et -ô drame- ils se sont avérés très difficiles à gérer, puisque pour beaucoup des sentiments intenses, donc des relations intenses à construire (heureusement, j'ai le choix de les concrétiser ou non). Avec B., c'est une relation neuve avec certains problèmes de communication que je n'ai pas avec A., et dont je n'ai même plus conscience puisque notre relation a de l'âge (j'avais oublié qu'il est difficile d'être en relation avec quelqu'un...). Autant dire que des fois je préfèrerais rester au nid, tout contre mon chéri-avec-qui-c'est-trop-facile-de-parler. Mais évidemment, j'ai aussi un grand besoin d'émancipation. Voilà le tiraillement : besoins d'émancipation/intégrité/réalisation Vs. besoins de sécurité/simplicité/facilité/légèreté.
Hum, donc pour répondre à ta question, puisque j'ai un peu digressé, oui, ça a toujours existé, dans l'histoire de nos relations. Avant, la relation B.-moi dépendait même de A.. Et je me collais à A. pour éviter une relation qui me semblait dangereuse avec B.. On a même tous été colocs du temps où le polyamour n'était pas encore de la partie. Zimaginez l'bazar... Donc il y a un changement de mode à adopter, surtout si on se revoit à trois (mais là c'est peu probable).

Lagentda
Autre question (pour commencer avec des questions assez classiques) : as-tu parlé à A et à B de cette gêne sentimentale (de la même manière que tu nous en as parlé ici) ? Ou, gardes-tu du mystère avec B ?

Je m'attendais à cette question et j'y avais répondu oui. Oui, je lui en ai parlé. Et maintenant que j'y repense, je me demande si ç'a été seulement entendu. J'ai exposé que j'avais des angoisses à le voir, que des fois ça atteignait mes sentiments d'amour (ben oui hein, j'y mets un peu les forms quand même), mais comme je ne savais pas expliquer pourquoi, j'ai l'impression que ça n'a pas été acquis. Et on s'est plus focalisés sur le pourquoi que sur le fait que ces sentiments sont là, que le pourquoi m'appartient, mais que ça me pèse, etc.. Ç'aurait été un soulagement pour moi d'avoir un feedback du type "j'ai entendu, même si je ne comprends pas. Comment pouvons-nous faire pour que ce soit plus léger pour toi de me voir ?". Au lieu de ça, j'ai un peu eu l'impression que c'était "mais allez, avoue que tu m'aimes vraiment pas, que tu veux pas me voir". Je pense que de son côté, il n'a pas démoli l'image de notre couple non plus. Mais encore une fois, si c'est le cas, ça lui appartient.

Je n'avais pas fait attention que dans ta question apparaissait A.. J'ai répondu à propos de B. du coup. Concernant A., il est très au courant de tout ça. Mais à partir du moment où il est ok avec le fait que je voie B., je rouve que le reste appartient à la relation B.-moi (je mets un peu de frontière, j'ai eu tendance à impliquer un peu trop A. dans ma relation avec B., ce qui n'a pas fait bon ménage puisqu'il est en conflit avec B. et que je suis asse influençable).

jemecherche
Sidony, j'ai pu ressentir parfois ce côté : "j'ai très envie de voir B. mais je ne peux pas faire ça à A." en fait ça revient un peu à ça. Je le ressens comme ça. Dsl si ce n'est pas le cas.

Car de ton côté, tout est clair avec A. Donc pourquoi tu repousses B à ce point ?

Je ne me reconnais plus dans le "je ne peux pas faire ça à A.", mais peut-être qu'il y a des restes d'avant où je me sentais un peu comme ça. Et en même temps, j'étais en telle rebellion que je crois que je m'interdisais d'avoir des scrupules.
Pourquoi je le repousse à ce point, telle est la question...

LuLutine
Haha ça dépend pour qui !

Pour moi c'est juste impossible d'être mono....! ;)

Donc comparativement, le poly est bien plus facile :)

Ihi, ben tu vois, c'est vrai que le polyamour répond à mes sentiments mais pas vraiment à la simplicité dont j'ai besoin des fois. Mais bon ça... Avoir des relations honnêtes avec les gens, il n'y a pas besoin de l'amour pour que ce soit compliqué !

Bon, sinon, le rendez-vous est pris pour dans quelques jours. Je ne me sens pas plus inquiète qu'avant donc ça a le mérite de moins stagner déjà.

Merci pour ces rebondissements qui me permettent de faire le clair en écrivant.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

jemecherche

le vendredi 10 avril 2015 à 12h44

Tout se mêle, mais je lis un profond sentiment de culpabilité.

"Avant, la relation B.-moi dépendait même de A.. Et je me collais à A. pour éviter une relation qui me semblait dangereuse avec B."

Bon courage ! en tout cas oui je te rejoins, ça fait du bien de se liberer sur ce forum et de partager.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion