Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Vivre une relation en tant que partenaire non primaire

Témoignage
#
Profil

pkd

le lundi 21 mai 2018 à 14h50

Bonjour, voilà j'ai une relation avec une amoureuse qui dure depuis plusieurs mois. Elle est en couple. Nous avons démarré cette relation comme une relation adultère classique (à l'époque j'étais encore moi même en couple). Nous sommes tombés vraiment profondément amoureux et nous étions tous les deux pour des couples ouverts et polyamoureux. Nous avons beaucoup joué avec l'idée de vivre ensemble. J'ai fini par lui demander de vivre avec moi dans le cadre d'une relation ouverte. Ce qu'elle a accepté dans un premier temps, car elle m'avait déjà proposé la même chose quelque temps avant. Cependant, après réflexion, elle a décidé qu'elle ne pouvait envisager de quitter son partenaire et qu'elle voulait que je reste son partenaire secondaire. Elle lui annoncé notre relation et son souhait de vivre sa relation avec moi quelques jours. De mon côté, étant libre je m'était projeté avec elle en tant que partenaire de vie. J'ai vécu cette décision comme une rupture, elle aussi pense que c'est une sorte de rupture. En tout cas la rupture de projets...
Après réflexion, j'ai accepté de voir comment nous pourrions vivre cette nouvelle forme relation. Cependant, ce qu'elle me propose, 3-4 jours par mois, est très en dessous de mes attentes/besoins/souhait pour une relation.
Je n'envisage pas avec plaisir de vivre seul en attendant que mon amoureuse soit disponible pour moi. J'aurais été/je suis prêt à avoir un projet d'évolution vers une relation à 3 plus proche, mais ce n'est pas son souhait. Elle refuse de l'envisager et ne souhaite pas vivre ouvertement comme polyamoureuse au-delà de son conjoint.
De plus son conjoint commence juste à accepter de "partager" son amoureuse avec moi.
Voilà en quelques mots le contexte.
Ma demande de conseils est:
Comment accepter/gérer ce passage en position de partenaire non-primaire que je vis un peu comme une rupture. Je sais que je n'ai jamais vécu comme un partenaire primaire avec elle, mais cela était mon projet et le sien aussi à un moment. La plupart des livres que j'ai lu (beaucoup) se placent toujours dans l'optique du couple qui s'ouvre et de comment vivre des relations polyamoureuses sans briser son couple. Mais rarement comment vivre une relation polyamoureuse en tant que/du point de vue du partenaire secondaire?

Merci de vos avis constructifs. J'en ais franchement en besoin.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

#
Profil

Gwenny

le dimanche 10 juin 2018 à 04h46

Bonjour pkd

Ton témoignage me fait beaucoup penser à un article que j'ai entendu cité plusieurs fois en café poly et que tu connais peut-être déjà. Je n'en ai pas trouvé de traduction française (mais peut-être existe-telle): il s'agit de la déclaration des droits des partenaires secondaires.
Si tu lis l'anglais, elle est ici

J'ai été partenaire secondaire de quelqu'un il y a plusieurs années, et bien que nous n’ayons pas eu de projet commun construit, je me rappelle m'être parfois senti douloureusement accessoire, si tu veux on peut en parler en mp car c'est un peu long à expliquer là.
La lecture de cette déclaration m'a je crois permis de mieux prendre conscience de mes besoins et de réfléchir aussi à comment traiter au mieux les relations qui se tissent dans ma vie.
En espérant avoir donné un avis constructif :)

#
Profil

Caoline

le dimanche 10 juin 2018 à 10h38

Bonjour Gwenny,

Tu as oublié ou fait une fausse manip pour le lien, je serais très intéressée de l'avoir.
Et si ça ne te dérange pas, plutôt qu'en MP je trouverai très intéressant que ton témoignage soit ici car c'est un sujet assez peu évoqué.

Merci d'avance

#
Profil

Kuoni

le lundi 11 juin 2018 à 09h40

Salut à toi,

Je ne vais pas pouvoir t apporter grand chose.

pkd
Cependant, ce qu'elle me propose, 3-4 jours par mois, est très en dessous de mes attentes/besoins/souhait pour une relation.

Dans notre manière de faire (à moi et ma compagne), nous considérons que les relations perdent leur statut de primaire/secondaire, et qu elles se valent toutes.

Sans ça, je vois mal comment la "relation secondaire" peut trouver sa place. Et même comme ça, ils vivent une relation amoureuse avec quelqu'un qui est marié, qui a des enfants...
Ils peuvent facilement avoir un sentiment d'illegitimité.

Tu dis que celle que tu aimes ne veut pas rentrer dans un cadre de relation polyamoureux entre toi et son mari.

Qu'est-elle donc prête à te laisser si ce n'est ces 3 - 4 jours par mois?

Tu sembles avoir deux possibilités sous la main pour avancer :
- tu discutes avec elle pour voir ce qu elle serait prête à t offrir pour se rapprocher de tes attentes.
Ou
- Tu acceptes son offre, peut être en modifiant l'idée que tu as de votre relation. Ce qu elle souhaite ressemble plutôt à un rapport occasionnel avec toi, sans possibilité de se projeter dans le futur, ou de construire quelque chose.

#
Profil

pkd

le lundi 11 juin 2018 à 11h50

Bonjour, merci de ces retours :) Je commençais à croire que cette thématique n'était pas intéressante. Je reconnais que ma prose est un peu confuse, mais je l'ai rédigé d'un jet dans une situation de grand stress. Un peu de temps a passé depuis, je vais pouvoir échanger, de manière un peu plus claire. Enfin je l'espère...

Gwenny
... je me rappelle m'être parfois senti douloureusement accessoire...

Comme tu l'a ressenti Gwenny, le problème principal est de se sentir accessoire. De ne pas avoir être considéré dans ces aspirations. Alors que même si nous ne sommes pas le partenaire de vie "Nesting partner" comme disent certain, on aspire à faire quelque part parti de la vie et de certains choix de son amoureuse. Je serais heureux d'en discuter avec toi en mp ou bien comme le propose Caoline d'en faire une discussion qui va bien au-delà de ma situation.

Le lien ne marche pas... Je ne sais pas si je l'ai lu...
J'ai beaucoup lu ces blogs.
www.toastology.com/2012/11/09/polyamory-is-hard

https://solopoly.net/2012/11/27/non-primary-partne...

J'ai également travaillé à me faire une charte de mes limites et mes attentes personnelles que je considère importante et à respecter pour que je puisse m'épanouir.

Kuoni, merci également de partager ta réflexion. Je partage votre analyse sur la difficulté à avoir des relations constructives dans le cadre strict de la hiérarchie.

Pour faire le point de ma situation, j'ai essayé de négocier avec mon amoureuse, une évolution de la proposition pour trouver un compromis acceptable par tous sans succès. Elle c'est mise dans une situation de stress telle, qu'elle dépérissait à vue d'œil. Principalement car je pense, elle ne voyait pas comment il était possible de le mettre en œuvre une relation qui m'intégrerait plus et que cela ne correspondait peut-être pas à ses propres aspirations et limites.

Kuoni
- Tu acceptes son offre, peut être en modifiant l'idée que tu as de votre relation. Ce qu elle souhaite ressemble plutôt à un rapport occasionnel avec toi, sans possibilité de se projeter dans le futur, ou de construire quelque chose.

J'ai finalement comme tu le dis accepté son offre en essayant de travailler sur moi pour ajuster mes aspirations et en espérant que lorsque nous aurions mis en place des bases relationnelles fonctionnelles nous pourrions voir quelles seraient les marges d'évolution.

Malheureusement, elle n'a pas put m'offrir même cela. Elle n'a pas réussi à gérer le passage à la transparence de notre relation, aux stress de son compagnon, à mon propre stress et à se positionner au milieu de tout cela.
Elle m'a annoncé vouloir mettre fin à notre relation amoureuse, il y a quelques jours. J'ai assez mal vécu cela de part tout le chemin que nous avions fait et car cela s'accompagne de tout le stress et la déprime d'une rupture amoureuse. Celle-ci faisant suite aux déprimes successives de la requalification de ce que je pouvais espérer de notre relation.

Actuellement, j'essaye de rebondir, elle essaye aussi de se retrouver. Nous maintenons un dialogue pour voir ou l'on va. Si on va arriver(si je vais arriver ;)) à transitionner vers une relation amicale si tout espoir est perdu pour une relation amoureuse.

Mais je dois avouer que tout cela me laisse blessé et avec de grand doutes sur ma possibilité de vivre une relation polyamoureuse. En tout cas, comme le disent Franklin Veaux et Eve Rickert dans "More than two". Beaucoup de personnes qui ont été à la place de partenaire secondaire jurent de ne plus recommencer l'expérience.

Message modifié par son auteur il y a 8 jours.

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 11 juin 2018 à 13h55

pkd
Mais je dois avouer que tout cela me laisse blessé et avec de grand doutes sur ma possibilité de vivre une relation polyamoureuse. En tout cas, comme le disent Franklin Veaux et Eve Rickert dans "More than two". Beaucoup de personnes qui ont été à la place de partenaire secondaire jurent de ne plus recommencer l'expérience.

Pour moi, il faut pas tout mélanger. Tu n'as pas vécu une relation polyamoureuse, mais un adultère. Tu étais en position d'amant, en opposition claire avec le mari, et tu avais donc une chance sur deux de sauter.
Et oui, je confirme, l'adultère, c'est moche, et ça fait plein de dégâts.

Ensuite, être en position de partenaire secondaire se joue, très bien. Mais il faut que toi tu sois aussi en situation polyamoureuse. Si tu es mono amoureux et en situation secondaire, non, ça ne marche pas. Un mono aura toujours besoin de la relation primaire (c'est assez évident). Même en étant polyamoureux, si tu n'as que des relations secondaires, c'est triste (mais moins que d'être célibataire à mes yeux).

#
Profil

pkd

le lundi 11 juin 2018 à 14h19

Merci bidibidibidi, je m'attendais à une réaction de ce genre, je connais bien les post du forum et l'argument adultère vs polyamour ne met jamais très longtemps a être dégainé.

Ensuite, l'argument secondaire, ça marche très bien quand on a soit même un couple ou bien un réseau polyamoureux est aussi le second qui sort en général.

Si tu connais le livre "More than two" tu as du lire la partie ou Franklin parle d'une de son amoureuse secondaire qui demandait être plus présent dans sa vie et que pour des raisons de hiérarchie par rapport à son couple primaire, il n'a pas voulu écouter et a qui il a recommandé de trouver un partenaire primaire pour équilibrer. Cela a explosé en vol quelques années plus tard car explique t'il, elle voulait plus de lui, elle ne voulait pas une autre personne pour compenser...

Certes ces années, nous avons été en situation adultère et je savais que la transition vers le polyamour serait pour le moins difficile. Elle n'a durée que 2 mois. Cela ne change pas le fond de mon témoignage. En ce qui me concerne. J'aurais eu le même problème si j'étais tombé amoureux d'une personne en couple polyamoureux et qui ne concevrait pas que j'ai une place plus grande que celle qui m'était proposée... A part peut-être la rupture actuelle.

Bien sur, on peut toujours arguer du fait que si j'étais réellement polyamoureux, je saurais me satisfaire de ce que les relations peuvent offrir sans en attendre plus. Mais c'est un degré de lâcher prise que je n'ai pas encore atteint ;)

Je ne pense pas être le seul a porter le message des partenaires secondaires vis à vis du discours général qui est le polyamour permet d'ouvrir votre couple et votre partenaire (mono ou poly) ne doit pas se sentir en danger car l'amour est additif. Tout cela est vu de la perspective du couple.
Bien sur, il existe une multitude de cas ou cela est bien vécu, notamment car une personne ne souhaite pas être plus, a déjà un réseau amoureux ou bien un couple "primaire".

Ce qui à mon avis ce qui change beaucoup de choses c'est comment sont considérés les partenaires hors du "nesting couple" (on va évacuer l'hypothèse des relations entièrement non hiérarchiques). Quelle place? Comment s'épanouir en n'étant pas un partenaire primaire? Comment vivre le fait d'être mis en situation de partenaire secondaire lorsque l'on aspire a avoir une place plus importante dans la relation? Bref...
As-tu lu les blogs que j'ai mis en copie?

#
Profil

Kuoni

le lundi 11 juin 2018 à 14h59

Bidibidibidi
Ensuite, être en position de partenaire secondaire se joue, très bien. Mais il faut que toi tu sois aussi en situation polyamoureuse. Si tu es mono amoureux et en situation secondaire, non, ça ne marche pas. Un mono aura toujours besoin de la relation primaire (c'est assez évident).

Je vais rebondir la dessus, je ne suis pas d accord.

Lorsque ma femme a entamé sa relation secondaire, nous sommes (lui et moi) devenus rapidement deux relations principales qui ont autant de droits l un que l autre. (50/50 avec madame)
De sorte que d une certaine façon, nous étions également deux relations secondaires. (50/50 seuls)

J ai même le sentiment qu'ils avaient davantage de temps en couple que moi, puisqu'une grande partie de notre temps était consacrée aux enfants. Qu'on le veuille ou non, ce n est pas du temps en couple. Changer les langes, nourrir les petits, jouer avec eux... Ce n'est pas pareil que passer une soirée calme au resto et devant une série.

J'ai donc le sentiment d avoir été une relation secondaire épanouie.

J'ai du mal à imaginer comment on peut tomber amoureux d une personne et la considérer comme "secondaire" , lui imposant ainsi des restrictions de temps, de valeur, de projets... Et une inégalité assumée vis à vis de sa relation principale.

Ayant moi même un couple secondaire, j ai rapidement rassuré ma lutine sur sa place légitime dans ma vie. Je pense qu'elle aurait effectivement mal vécu le fait d être une "amourette compensatoire" (désolé pour le terme).
Je suis même convaincu qu elle y aurait mis fin pour son propre bien.

Je vais donc poser une question qui me trotte dans la tête, par curiosité, non par jugement :
- se dire polyamoureux , en s'autorisant à cumuler des relations secondaires, sans réduire sa relation principale, ne serait-il pas une forme d'égoïsme?
N'est-ce pas la preuve d'un désir de se faire plaisir au détriment des besoins et des désirs de celui qu'on désigne secondaire?

J'aimerais en avoir une autre vision, aussi j'espere des réponses pertinentes. Car pour le moment, je trouve cela assez cruel.

Et pour finir, j'ai aussi pensé à un moment à "trouver quelqu'un d'autre" , pour être sur un pied d égalité avec ma femme. Puis j ai compris que ça n avait pas de sens. On ne choisis pas de tomber amoureux pour combler un vide.

Ce qui s est passé ensuite pour moi est le fruit d un étonnant hasard.

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 11 juin 2018 à 15h21

pkd
Merci bidibidibidi, je m'attendais à une réaction de ce genre, je connais bien les post du forum et l'argument adultère vs polyamour ne met jamais très longtemps a être dégainé.

Je pense que tu ne m'as pas compris. Pour moi, tu n'as, à aucun moment, vécu une relation polyamoureuse. Tu n'as jamais été partenaire secondaire, vu que tu n'as été qu'amant. Deux mois, ça n'est pas suffisant pour faire une transition polyamoureuse.
Parler de relation secondaire, dans ton cas, c'est trop tôt. C'est ce qu'elle aurait voulu que tu deviennes, si son couple et votre couple avaient réussi leur transition vers le polyamour.

Ensuite, j'ai lu surtout ton second lien, et je ne trouve pas que les problèmes rapportés soient uniquement des problèmes de relations secondaires. Si une de mes relations secondaires tombe enceinte de moi, je t'assure que ma partenaire primaire va faire une tête autrement plus grosse que celle que fait la personne dans son exemple. Et tu peux lire sur ce forum plein de cas où la personne qui tombe enceinte n'est pas dans la relation primaire. Pour moi, ce sont des problèmes généraux au polyamour.

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 11 juin 2018 à 15h35

Nos messages s'étant croisés, je fais une seconde réponse :

Kuoni
J ai même le sentiment qu'ils avaient davantage de temps en couple que moi, puisqu'une grande partie de notre temps était consacrée aux enfants. Qu'on le veuille ou non, ce n est pas du temps en couple. Changer les langes, nourrir les petits, jouer avec eux... Ce n'est pas pareil que passer une soirée calme au resto et devant une série.

Pour moi, je pense qu'il y a confusion dans ton message entre relations et sentiments.
La relation primaire, c'est pas une relation où tu "aimes plus". Les sentiments ne sont pas contrôlables, et peuvent varier. Ce qui fait une relation primaire ou secondaire, ce sont les projets, et ce que vous partagez. Donc, les enfants, c'est pas un truc qu'il faut retirer à votre relation, mais inversement, la principale raison pour laquelle tu as été et est toujours la relation primaire de ta femme. La majorité de son temps et de son investissement est orienté vers votre relation (enfin, j'ose espérer qu'elle a pas abandonné ses enfants).

Kuoni
- se dire polyamoureux , en s'autorisant à cumuler des relations secondaires, sans réduire sa relation principale, ne serait-il pas une forme d'égoïsme?

Il y a largement de la place dans une vie pour avoir plusieurs relations. Des moments sans grande importance, on en vit beaucoup. J'ai par exemple diminué mon temps de loisir (sorties avec les potes) pour faire de la place à ma relation secondaire. Ca n'a donc pas affecté ma relation principale.

#
Profil

pkd

le lundi 11 juin 2018 à 22h40

bidibidibidi
Je pense que tu ne m'as pas compris. Pour moi, tu n'as, à aucun moment, vécu une relation polyamoureuse. Tu n'as jamais été partenaire secondaire, vu que tu n'as été qu'amant. Deux mois, ça n'est pas suffisant pour faire une transition polyamoureuse.
Parler de relation secondaire, dans ton cas, c'est trop tôt. C'est ce qu'elle aurait voulu que tu deviennes, si son couple et votre couple avaient réussi leur transition vers le polyamour

Mais si j'ai parfaitement compris. C'est même très évident. Cependant, je persiste. La thématique abordée n'en est pas moins valide. C'est bien pour cela que le titre de la discussion est "Comment vivre une relation en tant que partenaire non-primaire ?"
Je n'ai pas prétendu transitioner d'une place de primaire à autre. Mais j'avais besoin de conseil pour vivre ce qui m'était proposé.

Il ne me semble pas que l'essentiel du message du blog cité focalisé sur la question de la grossesse d'une partenaire. C'est quand même plus large et oui, comme toute réflexion sur les relations elle ne concerne pas exclusivement les relations secondaires, ni d'ailleurs les relations non monogames.

J'adore la liberté et l'ouverture d'esprit que l'on trouve sur ce forum. J'ai juste un petit problème quand des aspects de définition et de forme viennent masquer le fond. Très souvent des arguments sur ce qui est ou n'est pas du polyamour est utilisé comme argument pour couper court à une interrogation.
Pour ce qui est de l'infidélité, il me semble qu'elle a été le point de départ de beaucoup de relations polyamoureuses. Il y a même un chapitre qui aborde la question dans la Salope Éthique sans prendre de position morale sur le sujet. C'est un fait, point. Ensuite que fait-on avec...
Il ne faudrait pas qu'une morale monogame exclusive soit remplacée par une morale polyamoureuse qui jugerait de ce qui bien ou pas dans les relations humaines. Mais bon, je m'éloigne du sujet ;)

Message modifié par son auteur il y a 8 jours.

#
Profil

Gwenny

le lundi 11 juin 2018 à 23h29

#
Profil

pkd

le mardi 12 juin 2018 à 11h03

Merci Gwenny. Oui j'avais lu ce texte. Il pose un certain nombre réflexions sur les attentes et les limites que chacun peut attendre d'une relation polyamoureuse secondaire (mais également des autres formes de relation).

Merci pour le partage. :)

Message modifié par son auteur il y a 8 jours.

#
Profil

Gwenny

le mercredi 13 juin 2018 à 21h36

@ caoline

le problème avec ce témoignage c'est qu'il n'engage pas que moi et que je n'ai pas le consentement des autres personnes concernées donc je vais essayer de anonymiser :)

Mais disons que j'ai commencé ma navigation en polyamour en étant partenaire secondaire de quelqu'un qui était pour un temps limité où nous nous sommes rencontrés, nous sommes restés en relation plusieurs mois et au moment du retour à sa case départ j'ai eu vraiment le sentiment d'être une "passade", une récréation. La relation ne s'est pas clôturée par une rencontre physique, cela s'est terminé par téléphone et j'ai reçu le message plus ou moins explicitement qu'il était logique que cela s'arrêtait là, alors que j'imaginais qu'une relation à distance serait possible.

Voilà pour l'histoire. Je précise qu'être relation secondaire ne m'a jamais posé problème en soi bien que je n'ai pas eu à ce moment de relation autre. C'est plus la façon dont j'ai été désinvestie qui m'a heurté.e

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion