Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Partager sa vie avec deux femmes monogames

Monogamie
#
Profil

OKYouWin

le lundi 04 juin 2018 à 12h42

D'éducation monogame dure, marié depuis 28 ans, je suis tombé amoureux d'une deuxième femme il y a plus de 6 ans. Qand on est amoureux tout devient évidence, même ce qui pourrait le plus contradictoire à son éducation. L'équation était simplement hyper complexe, je suis amoureux de deux femmes, chacune me demandant de quitter l'autre mais aucune ne souhaitait me quitter. Je n'ai rien cacher ni à ma femme légitime ni à ma deuxième amoureuse.
Chantages à la rupture, culpabilisation, séductions, prises de tête, ... j'ai tout subi sans jamais réussir à quitter ni l'une ni l'autre. Je partage ma vie entre mes deux amours, ma maison familiale avec les enfants et un autre logement où je vis le reste du temps avec mon deuxième amour. je dois sans cesse calculé mes agendas afin de garder un certain équilibre de temps entre chacune. La gestion du temps et les pressions de chacune m'ont parfois usé et il m'est arrivé de souhaiter simplifier l'équation pour redevenir monogame.
Mais je suis incapable après 6 ans de vie de la sorte à me décider à quitter l'une ou l'autre. J'aime les deux.
Qu'ne pensez-vous? Avez-vous vécu de telles situations?

#
Profil

bonheur

le lundi 04 juin 2018 à 12h55

JFE
Qand on est amoureux tout devient évidence, même ce qui pourrait le plus contradictoire à son éducation.

C'est ainsi également que je suis devenue poly. Pour moi également, ne pas cacher, ni à l'un, ni à l'autre. Pour moi également, amour rime avec évidence.

6 ans... c'est long, surtout avec les désagréments. Pour moi, ça a été plus simple, le second amour m'a tourné le dos, concrètement. Donc pas de seconde vie, ce dont j'aurai été incapable d'ailleurs. Ma polyaffectivité me comble.

En tout cas, j'admire ta ténacité et celle de tes amoureuses. Je pense qu'il faut être hyper amoureux pour endurer cela (je parle pour vous trois). Je souhaite que le bonheur prend le pas souvent sur les aléas de la situation.

Bravo d'affronter ainsi la complexité de la vie. (+)

#
Profil

Toinou

le lundi 04 juin 2018 à 17h25

Bonjour JFE,
Et bon courage dans ta vie qui n'a pas l'air d'être facile.

J'ai une question, tu ne le dis pas, peut être l'as tu fait, mais as tu essayé de les faire se rencontrer ? Avec toi, puis elle deux sans toi ?

#
Profil

OKYouWin

le lundi 04 juin 2018 à 18h21

Les faire se rencontrer? J'ai longtemps hésité. L'une serait pour, car sûr d'elle et d'un tempérament fonceur. L'autre non, car plus douce, calme. J'ai fini par le leur proposer mais il n'y a pas eu l'accord unanime requis. Ma femme légitime se refuse à rencontrer ou à parler mon autre amour. Elle préfère cloisonner, ce n'est pas un couple à trois mais deux couples en parallèle.

Ce n'est pas vraiment facile le polyamour, j'avoue. J'ai le sentiment de toujours devoir compenser l'une et l'autre et cela me demande énormément d'énergie, peu de repos. Il y a une sorte de stresse permanent dû au risque de perde l'une ou l'autre. Être amoureux s'est aussi désirer que cela dure dans le temps. Le comble est que j'éprouve le manque de l'autre quand je suis avec l'une et vice vers sa. Le paradoxe de cette situation est de ne pouvoir jamais être totalement satisfait, de ressentir la tristesse au moment de quitter pour retrouver l'autre ou aussi de la culpabilité de savoir que l'une souffre, surement par jalousie. Le polyamour n'est pas simple je vous l'accorde. La monogamie n'ont plus, on s'y lasse tellement que l'on finit par s'y sentir totalement seul. Au moins avec le polyamour on ressent le manque. Mais cela demande beaucoup d’énergie je trouve.
Pas vous?

#
Profil

Siestacorta

le mardi 05 juin 2018 à 01h09

OKYouWin
D'éducation monogame dure, marié depuis 28 ans, je suis tombé amoureux d'une deuxième femme il y a plus de 6 ans. Quand on est amoureux tout devient évidence, même ce qui pourrait le plus contradictoire à son éducation. L'équation était simplement hyper complexe, je suis amoureux de deux femmes, chacune me demandant de quitter l'autre mais aucune ne souhaitait me quitter. Je n'ai rien cacher ni à ma femme légitime ni à ma deuxième amoureuse.
(...)
Mais je suis incapable après 6 ans de vie de la sorte à me décider à quitter l'une ou l'autre. J'aime les deux.
Qu'ne pensez-vous?

Ben... Tel que tu le racontes, il y a de l'honnêteté de ton côté, mais j'imagine aussi pas mal de souffrance du leur.
Je sais pas si le fait que ça dure garantit vraiment leur consentement : elles sont plus ou moins devant le fait accompli.
Chacun peut y avoir trouvé son compte, et ses raisons de vivre ainsi malgré l'effort. Ce serait bien de connaître ces raisons, pour savoir si c'est "bon" pour tous.
Au-delà de l'hamûr, je serais curieux de savoir quel est le bénéfice de chacun, qu'est-ce qui fait que chacun est resté dans cette situation ?

Ta compagne historique et toi avez des enfants ?
Comment vis-tu ton agenda, en pratique ?
Auprès d'autres gens de ton entourage, qui connait ton autre aimée ?

Message modifié par son auteur il y a 14 jours.

#
Profil

bonheur

le mardi 05 juin 2018 à 09h52

Oui, ça demande beaucoup d'énergie, je le concède. Je m'aperçois que je suis une chanceuse, finalement.

Le bénéfice, je ne sais pas pour autrui, mais moi je ne conçois pas mes amours en terme de bénéfice, je vis et j'aime.

Je me retrouve beaucoup dans tes propos OKYouWin

#
Profil

Toinou

le mardi 05 juin 2018 à 09h55

OKYouWin
Les faire se rencontrer? J'ai longtemps hésité. L'une serait pour, car sûr d'elle et d'un tempérament fonceur. L'autre non, car plus douce, calme. J'ai fini par le leur proposer mais il n'y a pas eu l'accord unanime requis. Ma femme légitime se refuse à rencontrer ou à parler mon autre amour. Elle préfère cloisonner, ce n'est pas un couple à trois mais deux couples en parallèle.

Ce n'est pas une question de trouple, ou pas. C'est simplement que quand tu ne connais pas une personne tu la fantasmes. Or là tes deux amoureuses, elles se fantasment l'une l'autre. Ce qui accentue la jalousie. Un peu comme dans les films d'horreur : moins tu vois le monstre plus tu as peur.

Pour ma part à l'époque, on est allé prendre des bières une fois ou deux, tout les deux avec l'amoureux de ma femme. ça nous permettait de discuter, d'elle, mais aussi de nous de ce qu'on ressentait. Et ça me faisait du bien. J'aimais le fait de le connaitre. il aurait même pu devenir un ami.
Le fait qu'elle se rencontre, pourrait leur permettre de voir qu'elle ont des choses en commun, à commencer par l'homme qu'elle aime. Et puis elle pourrait dire du mal de toi, se rappeler tout tes défauts ;-) ça rapproche les gens la médisance :D
Plus sérieusement, le dialogue entre elle pourrait mettre fin à leur sentiment de rivalité et faire qu'elles n'aient plus peur l'une de l'autre.

#
Profil

bonheur

le mardi 05 juin 2018 à 10h05

Le fait est que si la femme de OKYouWin ne veut pas, il faut respecter ce choix.

Mon mari, et c'est là que je dis avoir de la chance, a affronter toujours la réalité et a rencontrer mes autres amours. Repas d'anniversaire tous ensemble à la maison, week-end chez nous ou chez eux (vacances ensemble aussi). Je pense que ça a aidé, ce côté tous ensemble (pas de trouple, mon mari n'a jamais été amoureux d'eux).

Il y a peu, j'ai développé un lien avec quelqu'un de merveilleux. A part sa vie compliquée (aléas de sa vie) et mon mari se comporte magnifiquement. Comme l'a dit Siesta, sa compersion était en roue-libre. Je doute que ce lien prenne un aspect amour, malgré moi et ma volonté de cela. En tout cas, mon mari, lui, a bien compris, il me connait, il sait quand je ressens cela, ou il me décrypte bien.

Après, je peux comprendre que dans un couple, la personne qui ne désire pas le polyamour de l'autre, fasse l'autruche. Si c'est son choix et sa façon de vivre, c'est à respecter.

#
Profil

Minora

le mardi 05 juin 2018 à 13h58

OKYouWin
Ma femme légitime se refuse à rencontrer ou à parler mon autre amour. Elle préfère cloisonner

Si c'est d'elle dont tu parles comme de celle qui est la moins sûre d'elle, le fait que tu ai rencontré quelqu'un d'autre alors que vous êtes mariés depuis 28 ans n'est pas un élément de nature à rassurer sur sa propre valeur. Un mono risque de se dire que si tu as rencontré quelqu'un d'autre c'est parce que tu commençais à t'ennuyer dans ton couple, donc peut-être avec elle. Tu conviendras qu'en terme d'estime de soi c'est compliqué à gérer. Surtout quand tu précises

OKYouWin
La monogamie n'ont plus, on s'y lasse tellement que l'on finit par s'y sentir totalement seul

Si c'est ce que tu ressentais et, éventuellement lui renvoyait... difficile de ne pas se sentir en danger...

OKYouWin
Le comble est que j'éprouve le manque de l'autre quand je suis avec l'une et vice vers sa. Le paradoxe de cette situation est de ne pouvoir jamais être totalement satisfait, de ressentir la tristesse au moment de quitter pour retrouver l'autre ou aussi de la culpabilité de savoir que l'une souffre, surement par jalousie.

Là encore, si quand tu es avec l'une, tu ressens le manque de l'autre et que cela se perçoit, pas très surprenant qu'une forme de jalousie apparaisse, en particulier chez des personnes qui vraisemblablement ont la sensation de subir ton choix relationnel à toi.

#
Profil

Toinou

le mardi 05 juin 2018 à 14h19

Je n'ai JAMAIS parler de forcer qui que ce soit.
Juste donné un avis sur quelque chose qui pourrait, je pense, améliorer les choses.

#
Profil

Charlestcoco

le mercredi 06 juin 2018 à 00h57

Okyouwin,

J'admire ta patience, pour ma part, tel que poster il y a quelques jours, jtente depuis déjà quelques mois d'ouvrir ma relation depuis que j'ai rencontré une autre femme au mois de juillet l'année dernière. Je n'ai pas voulu dès le départ que cette nouvelle relation soit cachée et je voulais continuer ma relation avec la femme qui partage ma vie depuis 22 ans. Bien que je ne connaissais rien du polyamour, si ce n'est que le nom, j'ai proposé à ma partenaire historique et ma nouvelle amoureuse de vivre les deux relations ouvertement. Après plusieurs mois de discussion, mon amoureuse primaire accepte toujours mal la situation et la nouvelle s'en accommode tant bien que mal. Une chose récurante dans les deux relations, mes deux partenaires, quand les discussions se corsent, me disent que ce n'est pas leur choix, que cette idée de polyamour est la mienne et je ressens souvent une espèce de solitude dans mes émotions. Je ne me sens pas à l'aise de leur parler de certains de mes sentiments, positifs et négatifs, ou encore de certaines difficultés reliés à la logistique qu'implique le fait d'avoir deux relations, car je sens qu'elles ne sont pas responsables des difficultés que nous rencontrons et je sens qu'elles se délestent d'une partie de leur rôle au regard des difficultés à surmonter pour faire en sorte que cette idée de polyamour fonctionne. Pour le dire abruptement, j'ai le sentiment d'être le seul des trois qui veut que ça marche et je ne me sens pas légitime de le le dire ni même de le penser... Même de l'écrire ici sur le groupe de discussion me rend inconfortable. Je voulais le partager parce que je sens dans ce que tu dis qu'il y a de cela, mais en 6 fois plus long et, j'imagin, 6 fois plus de frustrations...

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 06 juin 2018 à 02h15

Message pas subtil, mais je pourrai en discuter plus avant ensuite :
- être en train d'aimer plus d'une personne n'est une condition ni nécessaire ni suffisante pour être polyamoureux. Sinon presque tout le monde il est poly un jour ou l'autre, pas la peine qu'on réfléchisse à la façon dont on peut faire ça en respectant les autres.
- que chaque partenaire soit informé de l'existence d'un (des) autre(s) est plus un minimum qu'une fin
- qu'ils soient consentants et que ce soit aussi leur choix assumé et explicite de continuer la relation est un autre minimum
- qu'ils aient eux-mêmes également la possibilité de faire d'autres rencontres en est encore un autre.

Bref : "je suis polyamoureux, la preuve, j'ai une deuxième relation"... C'est pas tout à fait comme ça que ça marche.
"Je suis dans une relation polyamoureuse avec des personnes qui elles-même considèrent être en relation polyamoureuse avec moi" (indépendamment du fait qu'ils aient ou souhaitent eux-mêmes d'autres relations), pour le coup, ça rend le constat "je suis polyamoureux" beaucoup plus solide.

Message modifié par son auteur il y a 14 jours.

#
Profil

bonheur

le mercredi 06 juin 2018 à 07h39

ouais, en gros, Siesta, on dira que je ne suis pas poly. Mon amour en dehors de mon couple n'est pas choisi par mon mari, même s'il le vit assez bien finalement. Je le comprend ainsi.

Lorsque l'on ne s'extrait pas d'une situation que l'on n'a pas choisi, on appelle cela comment ? Faire un choix ??? Ou simplement vivre et accepter la situation, d'où l'expression polyacceptant.

Je suppose tout de même, que malgré les sentiments, si le climat était vraiment si mauvais et constamment mauvais, ces deux exemples d'amours plurielles n'auraient pas perdurer et le mien non plus. Qu'il y ai frustration, je le conçois, mais le divorce ou la rupture, si vraiment on ne peut faire autrement, c'est aussi un choix. Ce n'est pas parce que le polyacceptant ne l'est pas à 100% et que l'engagement n'était pas en lien avec le polyamour, que la situation est... quoi ???

#
Profil

calinou696

le mercredi 06 juin 2018 à 07h59

Tu vas bien trouver un terme, en faire une philosophie et ensuite donner des leçons aux autres ;).

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 06 juin 2018 à 11h20

bonheur

Lorsque l'on ne s'extrait pas d'une situation que l'on n'a pas choisi, on appelle cela comment ? Faire un choix ?

Oui, surtout sur un temps long, avec des occasions de parler.
Après, assumer ce choix est un travail sur soi.

bonheur
Ce n'est pas parce que le polyacceptant ne l'est pas à 100% et que l'engagement n'était pas en lien avec le polyamour, que la situation est... quoi ???

Souffrante ?
Non.
Mais qu'elle mérite d'être regardée par un autre biais que l'honnêteté poly pour être décrite, et ce dans le but que chaque personne concernée y trouve/connaisse son compte, ça, forcément plus.

Message modifié par son auteur il y a 14 jours.

#
Profil

Charlestcoco

le mercredi 06 juin 2018 à 15h07

Je suis encore nouveau dans ce monde, mais j'abonde dans le sens de Siestacorta. J'ai l'impression pour l'instant de "justifier" ma situation à l'aide d'une façon de voir l'amour qui me convient tout à fait, mais qui ne convient pas à mes amoureuses... D'où mon autre post sur le fait d'être le seul qui désire que ça marche... Après plus ou moins un an de réflexion sur la question, je crois que le polyamour est pour moi, mais je ne suis pas sûr qu'il convienne à mes amoureuses qui m'ont accompagné malgré elles dans mon cheminement... C'est pour cette raison que je me demandais : quand passe-t-on de la transition à la contrainte pour les autres qui nous aiment. Peut-être tout cela vous paraîtra un peu naïf comme réflexion... Mais ça fait émerger des sentiments paradoxaux qui rendent, tout comme pour Okyouwin, les relations compliquées. Je ne crois pas avoir la patience de Okyouwin, même si mes amours ne veulent pas que je les quitte, même si je sais qu'il n'est pas de ma responsabilité de choisir pour elles, je crois que je ne pourrai pas vivre des relations qui "tolèrent" mes choix encore longtemps. Je crois que je veux des femmes qui m'accompagnent sur le chemin, pas des gens qui me suivent de loin par dépit... 6 ans de cela, ça me paraît ou courageux ou aveuglément amoureux...

#
Profil

calinou696

le mercredi 06 juin 2018 à 15h33

J'ai pas tout lu bien en détail, et ce genre de problème revient fréquemment sur ce forum.
Malheureusement la démarche de s'interesser au polyamour et de comprendre les tenants et les aboutissants, est purement individuel, et doit l'être.
Elles, dans ton cas, n'y voient aucun intérêt, et c'est, pour elles, juste un désagrément a devoir accepter/subir.
Difficile de les pousser dans une démarche intellectuelle, surtout que tu es dans une situation de parti pris.

Faudrait qu'elles s'y interessent uniquement pour atteindre le "but" ultime, la compersion.
Faut pas pousser mémé dans les orties ;).

#
Profil

OKYouWin

le mercredi 06 juin 2018 à 20h31

Merci pour ces nombreuses réponses et témoignages.

J'ai relevé une question intéressante: quels sont les motivations de mes amantes? Toutes deux connaissent la situation et pourtant elles choisissent de rester dans cette relation avec le même homme. chacune cherche consciemment ou inconsciemment à sa manière d'exclure l'autre pour retrouver une certaine exclusivité. C'est ce quez je trouve le plus éprouvant pour moi, d'être sans cesse pousser à contre balancer. Il y a une certaine usure dans le temps et j'en viens à douter de ce modèle de polyamour, m'interrogeant si je dois quitter l'une ou l'autre ou les deux ou personne.

On peut me reprocher d'imposer le polyamour à des femmes monogames. Mais comme certains l'ont fort bien dit, elles savent sans ambiguïté et sont donc libres de choisir ce qui est le mieux pour elle.

Au final je ne regrette rien. J'ai connu des expériences extraordinaire, une vie de famille magnifique avec l'une, une vie d'aventure réalisant mes rêves avec l'autre. Je regrette seulement qu'elles ne puissent pas accepter davantage ce partage et qu'au final se profile la rupture comme seule solution à leur équation.

#

Wan (invité)

le mercredi 06 juin 2018 à 20h49

On ne peut pas forcer quelqu'un à accepter ce qui lui fait violence.

Ce qui les anime c'est l'espoir que tu abandonneras l'une au profit de l'autre.

L'une perdra espoir avant l'autre. Tu rompras avec elle. Tu resteras avec l'autre mais dès qu'une nouvelle relation se profilera, s'en sera terminé de celle là également.

C'est mon scénario et j'ai bien peur qu'il soit le plus probable.

#
Profil

bonheur

le mercredi 06 juin 2018 à 22h16

Mon optique, et là ce n'est que la mienne, est que rester pour rester... c'est se pourrir la vie. Je connais cela, mes parents sont restés ensemble, pour rester ensemble. Et bien, le climat du quotidien est toxique. Or, je ne perçois pas cela dans les propos de OKYouWin et Charlestcoco.

Je ressens leur situation plus comme de l'indifférence, style "tu fais comme tu veux, je ne veux rien savoir". Ce qui est, sans être, quoi ? De l'acceptation à définir comment ? (d'où ma précédente interrogation).

Indifférence en "remplacement" de la compersion, est-ce mal ? Tout le monde ne peut pas être dans la compersion (pour Siesta, mon mari est sortie de son mode "roue-libre" :-) ).

Dans tous les cas, quand l'acceptation n'est pas à 100%, l'élément poly va tout faire pour que ça marche. Je crois qu'au delà d'une situation en particulier, Wan met l'accent sur un point essentiel à comprendre : poly un jour, poly très certainement toujours (d'après moi, encore une fois)

Un poly aimant des personnes non acceptantes à 100% sera toujours un équilibriste, je le crains.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion