Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Draguer alors qu'il me sait mariée

#
Profil

gdf

le mardi 15 mai 2018 à 13h35

Piumy
vous aviez déjà séduit quelqu'un qui vous savait en couple (en espérant être claire).

Oui. À chaque fois, j'ai abordé le sujet du polyamour dès que les discussions amicales dérivaient vers des discussions intimes.
Avec mon épouse, on n'a parlé de notre situation à personne (yc les enfants, à qui on dit juste "je sors" sans qu'ils sachent où on va, même si on passe la nuit ailleurs). Mais les gens avec qui on espère une relation, il faut bien leur en parler...
Des fois ça marche, des fois ça marche pas...

#
Profil

Yuzu

le mardi 15 mai 2018 à 18h04

Pour ce qui est de dire aux enfants nous on l'a dit à notre aîné de moins de 10 ans . On l'a dit car l'amie de son papa était amenée à être à la maison régulièrement et on ne voulait pas qu'il s'imagine qu'il y avait un problème s'il voyait des embrassades ou un bisou qui passe . Lui nous parle de "ses 4 amoureuses" qu'il a a l'école donc que son père ait une autre amoureuse ne l'a pas du tout perturbé.

Pour ce qui est de le dire avant le début de la relation aux enfants des parties respectives je trouve , personnellement, ça trop tôt. Si ça ne fonctionne pas c'est compliqué.
Et le dire avant de savoir s'il y a réciprocité alors que la personne est dans l'entourage proche est délicat et depend beaucoup de la position que vous avez dans votre entourage ( est ce que si la nouvelle se répand ça ne vous pose pas de problème etc)

Tout depend donc de votre situation et de vos ressentis :-)

#
Profil

Acajou

le mardi 15 mai 2018 à 18h30

Piumy
Bonheur: tu as parlé à tes enfants quand ils avaient 15 ans, il me semble que c'est le bon âge aussi pour avoir une discussion en ce sens, pas avant. En fait, ça dépend surtout des enfants et des questions qu'ils se posent. Pour l'instant, on leur dit que papa/maman va dormir chez un.e ami.e et ça leur suffit. Quand ils poseront plus de question, on s'adaptera, un peu comme le Père Noêl, ça ne sert à rien de mentir quand l'enfant commence à comprendre ! :P

Il y a des fois je me demande dans quel monde les parents vivent...

A 10 ans moi j'avais mes premiers amours (et déceptions surtout), c'était le cas d'une bonne partie de mes camarades. A 9 ans j'ai été violé.. A 14 ans je regardais du porno (et aujourd'hui c'est même bien avant..).

Donc quand je repense que mes parents avaient peur de m'expliquer comment on faisait les enfants, voulaient me cacher des trucs "pour ne pas me traumatiser", ça me fait bien rire, ils étaient à des années lumières d'imaginer ce que je pouvais comprendre..

Tes enfants le vivent bien, mais méfie-toi, il y a des tas de trucs que les enfants ne disent pas, sous leurs airs bieenn sages qui ne font pas de bêtises :) , et qui leur retombe dessus plus tard parce que les parents les infantilisent et qu'ils ne leur ont pas appris à parler.

#
Profil

Acajou

le mardi 15 mai 2018 à 19h44

Piumy
Raison supplémentaire: les enfants de cet homme doivent déjà gérer la séparation de leurs parents alors coller du polyamour là dedans, bof! Pour moi il est hors de question d’avoir des gestes devant les enfants, comme il pratique la garde alternée, ce serait facile de se voir sans eux.

Parce que tu crois que c'est mieux pour ses enfants d'imaginer leur père seul, et en train de souffrir ?
Le polyamour c'est une maladie ?

Les enfants ont besoin de repères affectifs, de voir qu'il est possible de s'aimer, d'avoir des gestes de tendresse, d'affections les uns envers les autres. Et envers eux aussi, l'attention d'un adulte supplémentaire n'est jamais négative, tant que ça reste dans le cadre de leurs besoins.

bidibidibidi
on ne parle pas d'argent avec ses enfants sauf à ce qu'ils demandent explicitement (et même dans ce cas, on pourrait ne pas vouloir en parler).

T'as été traumatisé par les maths ?
C'est dangereux les petits chiffres qui donnent une valeur marchande au travail ?
Tu sais qu'à l'école ils ont des équations à résoudre avec entre autres des problèmes d'argent ?

A 10 ans moi, en allant au supermarché, et dans un pays d'Afrique, c'est moi qui expliquait à ma mère que des fois il fallait réfléchir aux dépenses, ça évitait à mon père de gueuler en rentrant..
Et même dès mes 7-8 ans, je m'intéressait à tout un tas de trucs scientifiques, alors il y avait un truc traumatisant à comprendre l'existence d'une monnaie dans une société ?

#
Profil

bonheur

le mardi 15 mai 2018 à 21h43

Piumy
A l'heure actuelle, la question est surtout de savoir comment il peut prendre le fait qu'une femme mariée se rapproche de lui.

Si tu parles de cette merdique d'étiquette "femme mariée", alors je connais que trop bien. Ca fait peur, je l'ai constaté. En plus une femme qui fait la démarche d'avouer son amour... Peur, c'est le terme qui convient, d'après moi.

#
Profil

bonheur

le mardi 15 mai 2018 à 21h54

@Acajou : Je n'est pas la prétention d'être une mère parfaite. Et d'ailleurs, c'est leur père, mono, qui leur a parlé. Le choix des parents n'est pas celui des enfants mais j'ai toujours été ouvertes avec mes deux derniers enfants (entre l'ainé et moi, c'est le clash à vie). Ils ont des amis qui se cherchent et en parlent avec moi. Je peux aussi regarder avec eux des documentaires-débats sur des sujets importants et ont fait nos commentaires, on offre nos réactions et moi, en qualité d'HPE je communique mes émotions. Personne ne les oblige à venir me parler ou à s'installer à mes côtés devant la TV. Je les laisse venir à moi, sauf pour ce que moi j'ai à dire. Egalement, ça m'a permis ensuite de pouvoir vivre mes amours sans cachoterie et ça c'est important qu'il sache qui est leur mère, parce que justement je suis leur mère. C'est important qu'il sache que maman ne trompe pas papa et qu'un autre schéma affectif peut exister. Ils viennent me parler là également quand ils le veulent. Lorsque j'organise des rencontres poly, ils ont le choix de rester dans leurs chambres, d'aller chez des potes ou de participer. Ils leurs arrivent de participer tout ou partie spontanément. Aucune obligation. Ils ne sont pas à ma connaissance poly. Ils seront ce qu'ils désireront. Ils ne seront ni papa, ni maman.

Je regrette ce que tu as mal vécu de ton enfance. Les bons parents ne sont pas de ce monde. Les miens ne le sont pas du tout, pour d'autres motifs. Je ne suis pas une bonne mère, c'est impossible de l'être. J'ai fait de mon mieux. Pour moi, à ce jour, c'est qu'ils deviennent eux-mêmes, y compris sans moi.

#
Profil

bonheur

le mardi 15 mai 2018 à 21h58

Le rapport de la famille (parents ; gd-parents ; etc) à l'argent, je l'ai mal vécu également. Plutôt dans un sens différent. Du pognon, j'ai vécu dedans. Sauf qu'il y a la rançon à l'argent que l'on n'a pas gagné et elle a eu un prix élevé sur moi. Aujourd'hui, je préfèrerai que l'on saisisse ma maison plutôt que de demander, y compris à mes parents.

Je suis smicarde avec un 13è mois... ça me convient. L'argent, parfois, pourri tout.

#
Profil

Acajou

le mardi 15 mai 2018 à 23h32

Piumy
comment il peut prendre le fait qu'une femme mariée se rapproche de lui.

Moi j'en rêve tout court. Et si elle a un doute, elle m'attache..

bonheur
C'est important qu'il sache que maman ne trompe pas papa et qu'un autre schéma affectif peut exister.

Je regrette ce que tu as mal vécu de ton enfance. Les bons parents ne sont pas de ce monde.

Voilà c'est ça qui est important. Quand on ne leur dit pas les choses, ils s'imaginent des trucs, à côté de la plaque souvent, ils voient ça d'un regard extérieur, celui de la société souvent..

Merci, c'est un peu ce que j'essaie d'expliquer à mes parents !
Des fois j'aimerais juste que ma mère reconnaisse qu'elle a un problème.

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 16 mai 2018 à 09h53

Acajou
T'as été traumatisé par les maths ?

C'est dangereux les petits chiffres qui donnent une valeur marchande au travail ?

Tu sais qu'à l'école ils ont des équations à résoudre avec entre autres des problèmes d'argent ?

A 10 ans moi, en allant au supermarché, et dans un pays d'Afrique, c'est moi qui expliquait à ma mère que des fois il fallait réfléchir aux dépenses, ça évitait à mon père de gueuler en rentrant..

Et même dès mes 7-8 ans, je m'intéressait à tout un tas de trucs scientifiques, alors il y avait un truc traumatisant à comprendre l'existence d'une monnaie dans une société ?

Toi, on reconnaîtra que tu maîtrises la diplomatie.
Rien de tout ça. C'est juste que je trouve ça injuste de mettre sur le dos des enfants les problèmes d'argent des adultes. Donc, non, mes gamins (si j'en ai) ne sauront pas si on a des problèmes d'argent, ne seront pas consultés si on fait le choix de déménager pour plus petit parce que le loyer est trop élevé, et ce genre de considérations. Non qu'ils ne puissent pas le comprendre, mais parce que je ne veux pas qu'ils aient l'impression qu'on se saigne pour eux (ce qui, pourtant, sera le cas, soyons honnêtes).
De même, mes enfants ne seront mis en relation avec un de mes amours que si c'est une relation durable, et importante pour moi. En phase de séduction ou de début, je leur cacherai, tout comme je cache ça à absolument tout le monde. Ca ne concerne que moi.

Après, tu peux remplir tes déclarations d'impôts avec tes gamins, j'ai aucune raison de juger, mais je trouve pas que ce soit leur souci.

#
Profil

Acajou

le mercredi 16 mai 2018 à 17h14

bidibidibidi
je ne veux pas qu'ils aient l'impression qu'on se saigne pour eux (ce qui, pourtant, sera le cas, soyons honnêtes).

En phase de séduction ou de début, je leur cacherai, tout comme je cache ça à absolument tout le monde. Ca ne concerne que moi.

Ils s'en rendront compte, je t'assure.
Au risque que pendant des années ils croient que leurs parents ne les aiment pas autant que ce qu'ils imaginaient..

Mon père a fait la même erreur, et j'en ai souffert.
Notamment quand il nous a caché pendant 14 ans qu'il a essayé de se suicider, ou plutôt se sacrifier pour notre avenir matériel, quand j'avais un peu moins de 10 ans... Et le fait qu'il ne le dise pas a complètement perturbé les repères affectifs que j'avais de mon père.

Après tu peux ne pas tout dire si tu penses maîtriser le truc, mais des choses comme ça, qui ont un impact émotionnel, c'est une connerie de les cacher, surtout quand ça impacte l'enfant directement. Moi ça m'aurait fait mal s'il était vraiment mort, et mes craintes quand à son suicide ont perduré jusqu'à ce qu'il me dise tout ça...
Et quand je l'ai appris, j'en ai pleuré à m'en tordre de douleur.
Tu ne peux pas imaginer à quel point les non dits peuvent bousiller une relation. Ça allait mieux quand j'ai su les choses, je t 'assure.

Tu t'es douté que tes enfants pouvaient t'aimer et qu'ils n'ont pas forcément envie que tu te saignes ? Les aider, les accompagner oui, mais le minimum c'est de te respecter toi-même. J'ai envie de dire à mon père "Charité bien ordonnée commence par soi-même".

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 16 mai 2018 à 17h51

Comme dit Bonheur, je serai pas un père parfait. Mais j'ai envie de protéger mes enfants des problèmes matériels, tant qu'ils n'auront pas atteint un âge où ils pourront comprendre.

#
Profil

Acajou

le mercredi 16 mai 2018 à 18h36

Tu te fourvoies peut-être un peu sur les capacités des enfants..

#
Profil

bonheur

le mercredi 16 mai 2018 à 19h14

On sous-estime souvent les autres, malheureusement. Ce n'est pas toujours une protection que de dissimuler. Les enfants sont peut être plus dans l'émotif que les adultes. Ils n'ont pas encore été trop obligé d’annihiler l'émotionnel à grand renfort d'intellect. Suivant les cas (environnement), je pense que ça vient plus ou moins tard, et suivant l'individu (QE, QI...) ça joue aussi beaucoup.

Je m'aperçois par exemple que les enfants HPE s'obligent à l'énervement, la colère, la crise de nerf, comme unique système réactionnel et ce n'est qu'adulte qu'il comprend parfois que c'est une réaction imposée. Tout ça parce que les émotions, il ne faut pas les laisser transparaitre. Un petit garçon ne doit pas pleurer, il doit être courageux. Une petite fille qui pleure n'est pas belle...

Du coup, les individus que nous sommes n'ont plus la volonté de voir une personne qui pleure (par exemple) ou qui s'assume en disant toujours la vérité. La vérité, celle que l'on cache pour préserver. Sauf que parfois la vérité soulage. Je pense en écrivant cela à un mensonge qui me rongeait. Il fallait cacher à ma grand-mère les raisons de la mort de mon oncle. A plus de 80 ans, un jour que je me promenais dans le parc de la maison de retraite avec ma grand-mère, j'ai fini par cracher le morceau. Je m’apprêtais à des conséquences et à des nuisances sur sa santé et j'en aurai été directement responsable. Sauf que la délivrance fut pour les deux. Pour moi qui réussissait à faire enfin ce qui me semblait juste et pour elle qui m'a dit : "je savais bien qu'il y avait quelque chose". Puis ma grand-mère m'a remercié. Quelque chose l'avait turlupiné depuis la mort de mon oncle en 1984 et ma grand-mère est morte en 2010 à 89 ans. Vous imaginez, justement, à quel point son imaginaire a pu être sollicité.

Comme le dit le titre du livre de Susanna Mc Mahon "nous disposons tous des ressources nécessaires pour donner un sens à notre existence".

c'est ce en quoi je crois, en tout cas.

#
Profil

Caoline

le mercredi 16 mai 2018 à 19h20

Ca a glissé en partie hors sujet mais il se trouve que le sujet me passionne donc je partage mon avis.

Je pense vraiment qu'il ne faut jamais mentir aux enfants, y compris pour le père noël et autres légendes même quand ils sont petits... on peut leurs raconter les histoires, en précisant que c’est des histoires inventées, ça n'empêche en rien la magie. Sinon comment espérer qu'ils aient confiance en nous, puis en eux plus tard.

Quand je dis que je trouve important de parler de polyamour aux enfants, ça ne veut pas dire présenter tous les partenaires ni dévoiler ce qu'on partage dans l'intimité si il n'y a pas de questions. Mais parler du fait qu'on peut avoir plusieurs relations, que ça ne veut pas dire qu'on ne s'aiment plus... car sinon en effet ils captent pleins de choses et ne sachant pas ils vont imaginer, et imaginer que c’est terrible si on ne leurs en parle pas.

bidibidibidi, ça fait froid dans le dos de lire "Je ne veux pas qu'ils aient l'impression qu'on se saigne pour eux (ce qui, pourtant, sera le cas, soyons honnêtes)." Si tu le prends comme ça mon point de vue, c'est que pour eux il vaut probablement mieux que tu n'ai pas d'enfant. On a vécu toujours avec des moyens limités, parfois même au rsa mais on a transmis des valeurs à nos enfants qui font qu'ils n'en ont jamais été malheureux. Mais surtout on a fait des choix où on se respectait, je trouverai ça trop horrible que nos enfants portent le poids d'une impression qu'on s'est sacrifié pour eux.

#
Profil

bonheur

le mercredi 16 mai 2018 à 19h29

Concernant les enfants, je crois qu'il ne faut pas confondre la notion de prises de décisions qui nous revient à nous adultes et les cachoteries ou le manque d'explications claires. Souvent si l'on ne dit pas, et c'est regrettable, c'est parce que l'on est pas à l'aise avec la réalité. C'est agréable pour personne d'admettre que les rentrées d'argent ne suffisent pas. Après, on peut expliquer avec l'argent de poche de l'enfant qu'il est important s'il a 5€ par mois, qu'il ne pourra pas en dépenser 10€ ou alors seulement au bout de 2 mois. On dessine deux faux billets et on les place sur le calendrier. C'est simple et compréhensible relativement tôt. Il faut expliquer de façon audible. Et si l'enfant comprend, il évitera plus tard, de gérer son budget n'importe comment.

Je suis de formation comptable. Quand mon ainé a commencé à avoir un salaire, j'ai voulu l'aider à lui faire comprendre comment dépenser suivant ses besoins... les priorités actuelles, ses priorités d'avenir et enfin ce qu'il restait pour les sorties ou autres. J'ai été en conflit avec lui, c'est tout ce que j'ai gagné... me retrouver projeter contre un mur avec pour seul invective rageuse "elle ne me convient pas, ta façon de gérer l'argent". Quelques semaines plus tard, il partait sur un coup de tête. J'ignore ce qu'il en est à ce jour. J'ai fini par couper complètement les ponts avec lui. Cet épisode n'était qu'une goutte d'eau dans un océan d'indélicatesse et de toxicité.

Etre parent, c'est se faire plaisir à soi au départ... Ensuite, l'enfant est un individu que l'on peut aider à devenir autonome. A lui de faire de notre éducation ce qu'il en souhaite. Ca s'appelle l'indépendance et elle a parfois un surcoût non envisagé.

A vouloir faire le bonheur des autres malgré eux, on ne récolte pas toujours ce que l'on sème

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 17 mai 2018 à 09h54

En fait, j'ai la sensation que c'est une histoire d'éducation.
Par exemple, mes parents ne parlaient jamais (strictement jamais) ni de sexe ni de relations. Je sais que ma mère a eu un autre homme avant mon père, je ne sais pas quelle fut la vie sentimentale de mon père avant ma mère. De même, on ne parlait jamais d'argent (on en a jamais manqué, ça peut avoir un lien). Et donc, naturellement, c'est le genre de sujets que je n'aborde pas en famille.
Je me rappelle une conversation avec mon ex belle-mère qui a dérivé sur du sexe, et je me suis retrouvé incapable d'en parler avec elle, alors que ce n'est pas du tout un sujet tabou pour moi en d'autres situations. Dans la famille de mon ex, on parlait très libéralement de sexe et je me sentais très mal quand la conversation allait dans cette direction.

Donc, c'est peut-être juste dû à mon éducation. Mais je me vois pas parler de ce genre de choses avec mes enfants, non qu'ils ne pourraient pas comprendre, mais pour moi, c'est pas un sujet dont on parle aux enfants.

D'où ma position sur ce fil. En fait, dans l'absolu, je sais pas du tout si c'est bon, mal, ou sans importance de dire ou de ne pas dire (si le Père Noël existe).

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 mai 2018 à 10h39

Je dirais que si le parent n'est pas à l'aise avec ça, évidemment que ça va être chaotique.

Donc, il faut déjà se désinhiber soi.

Chez nous, on offre préservatifs et gel pour l'anniversaire des 15 ans. Aucune obligation de s'en servir mais une requête : on s'en fout de ce que ça coûte, entrainez vous à en mettre pour que le jour où vous les utiliserez pour quelque chose, vous ne soyez pas gauche et ne fassiez pas n'importe quoi. Autre chose, la notice explique que... gardez la pour la relire. Ne tenez pas compte de "tu ne risques rien avec moi", c'est à toi de décider ce qui est bien pour toi.

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 17 mai 2018 à 11h09

bonheur
Donc, il faut déjà se désinhiber soi.

Je sais pas si c'est nécessaire, en fait.
Bon, pour les capotes, ma mère m'en a offert une boîte à 15 ans aussi. Mais c'est une histoire de santé là :-)

#
Profil

Caoline

le jeudi 17 mai 2018 à 12h07

Pas le temps de chercher des références mais il y a des conférences et des bouquins qui expliquent que le tabou sur le sexe en famille fait le nid des abus sexuels et surtout du fait que les enfants n'osent pas en parler quand ils ont été abusés. Et j'insiste ça ne veut pas dire qu'on doit dire précisément ce qu'on pratique nous même et avec qui.
Mais en fait je crois aussi qu'il y a une grosse différence entre nous bidi, c'est que ce que tu cherches dans les autres relations c'est le sexe, les sentiments s'ils ne sont pas exclus me semblent accessoires pour toi. Tu parles toujours de sexe en fait. Alors que nous sommes nombreux ici à parler d'amour, sans en exclure le sexe. Je ne parle jamais à mes enfants d'un.e partenaire de sexe, mais parfois d'un.e amoureu.se.x, et ils savent bien qu'entre amoureux on a des relations intimes. De toute façon quand je leurs en parle, ils ont déjà deviné en général, parfois même avant moi.

#
Profil

bonheur

le jeudi 17 mai 2018 à 12h23

bidi...
Bon, pour les capotes, ma mère m'en a offert une boîte à 15 ans aussi. Mais c'est une histoire de santé là :-)

Tout à fait, mais qu'en partie. C'est également une histoire de comportements sociaux (pas que pour la santé) ET également et surtout une façon de dire "tu es un reconnu comme un futur homme, qui va devenir mature" (donc une notion de début, même si petit ils avaient le droit de jouer avec leurs zizi), "ta sexualité t'appartient et il n'y a aucune honte à avoir. Vis ta vie sexuelle !"

J'ignore qu'elle était la pensée de tes parents

Caoline
Tu parles toujours de sexe en fait.

Très souvent, oui ! Mais tu ne t'en rends peut être pas compte, bidi...

Après bidi... ne s'en cache pas. Il indique lui-même qu'il est très sexuel (pour moi aussi, un peu trop, je le reconnais) et il faut s'y faire. Moi je suis trop émotive et sensible, mais ça ne compensera pas nos discours :-D .

Je pense que beaucoup me considère comme fermée au sexe ou puritaine car pour moi l'amour c'est avant tout émotionnel. Je ne commettrais pas l'erreur de penser que bidi... n'est que sexe car il parle beaucoup de cela :-/ .

Il faut outrepasser les clichés, et voir l'individu sous toutes ces facettes. Un forum n'est pas adapté.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion