Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Questionnements polyamour

Témoignage
#
Profil

Lilice34000

le mercredi 10 janvier 2018 à 19h04

Bonjour / Bonsoir,

Je suis inscrite ici depuis peu de temps et je viens écrire en ce jour car j'ai une question qui me trotte dans la tête. En effet, je suis une jeune femme de vingt ans, et malgré mon jeune âge, je vis une relation polyamoureuse.

Pour résumé rapidement la situation, je me suis intéressée à cette "forme d'amour", il y a maintenant quelques années en tombant par hasard sur un article parlant des "amours parallèles". J'ai vécu au début de ma jeune vie, des relations monogames qui se sont toutes soldées par un échec. J'ai parlé à mes amis de ma vision des choses, de ce que j'attendais véritablement d'un couple et de ma capacité pour moi, à aimer plusieurs personnes. En parler à débloquer la situation et c'est ainsi que j'ai rencontré un couple polyamoureux dans les mois qui ont suivis.

Cela fait donc un peu plus de trois mois que je partage leur vie. J'entretiens un relation avec H (l'homme) et non avec T (la femme). Nous ne sommes pas ce qu'on peut appeler un "trouple". Même s'ils nous arrivent souvent de nous retrouver tous les trois pour partager de bons moments. Et je dois dire que de mon côté, je revis. Je me sens tout à fait épanouie dans cette situation bien que les jugements ne soient pas évident à gérer au quotidien. Mais je suis enfin heureuse et c'est bien là, l'essentiel !

Néanmoins, j'ai conscience que H a construit sa vie "quotidienne" avec T et que je suis donc "une relation secondaire" (même si pour moi, et pour eux, le polyamour équivaut à une balance entre deux et/ou plusieurs couple(s)/relation(s)).

En tombant sur divers témoignages, je me suis peu à peu rendue compte, que la plupart du temps, c'était un couple qui s'ouvrait à d'autres relations polyamoureuses. Et pas l'inverse comme je suis entrain de le vivre. C'est-à-dire, que je ne suis pas dans un "couple primaire" en recherche d'ouverture à d'autres relations.

Je figure plus dans un schéma où je suis dans une "relation secondaire" mais que je cherche quand même, à vivre un couple au quotidien, autrement dit, à avoir moi aussi, un "couple primaire".

C'est ainsi que j'en arrive à ma question.
- Certains d'entre vous, sont-ils dans la même situation que moi et peuvent m'apporter leur témoignage ?
- Comment avez-vous réussi à rencontrer votre partenaire "primaire" en sachant que vous aviez en premier un partenaire "secondaire" ?
- Comment expliquer à un/une potentiel(le) future relation que je cherche à construire, à avoir des projets (peut être plus concret qu'avec ma seconde relation actuelle) tout en gardant ce que je vis avec lui et elle ?

Je suis bien dans cette relation qui ne m'empêche pas de voir mes amis, de rencontrer, de faire des activités. Mais il manque un morceau d'épanouissement à mon bonheur actuel, celui d'un homme ou d'une femme présent au quotidien ...

Merci à ceux qui pourront éclairer ma lanterne, ou apporter un peu de réconfort.

Bonne journée / Bonne soirée à vous tous !

#
Profil

Watson

le mercredi 10 janvier 2018 à 20h02

Je sais pas si mon témoignage pourrai aider :-/

Dans mon cas personnel je suis effectivement rentré dans le polyamour en couple, avec un amoureux qui a été mon couple primaire pendant une année. Maintenant les choses ont évoluées et j'ai trois amoureux en relation secondaire et personne en relation primaire car je n'en souhaite pas actuellement. J'étais toutefois tombé amoureuse d'une personne (monogame) et lui avais expliqué la situation... Visiblement pas bien, puisque j'ai compris par la suite qu'il avait compris que je voulais plaquer mes "plans culs" pour partir en couple avec lui. :-( Bref.

Mais je connais un couple femme poly et homme mono. Dès le début elle lui a expliqué qu'elle avait une relation secondaire avec un autre homme, et l'homme l'a accepté. Il travaille sur l'idée qu'il pourrait y avoir d'autres futurs amoureux. Donc bref, des fois ça marche, c'est du déjà vu. :-)

Donc mon conseil serait de ne pas désespérer, de faire des rencontres comme normal, mais si ça accroche avec quelqu'un... et bien de le rassurer sur ce que tu tiens à partager avec ce que tu appelles un primaire : le quotidien (genre je sais pas 5 jours par semaine ? ^^), un foyer ?, des enfants au long terme ? Ça peut aider les gens à se lancer peut-être.

#
Profil

artichaut

le mercredi 10 janvier 2018 à 23h15

Bienvenue ici.

Pour info, les anglophones (ou canadiens) utilisent le terme de Nesting partner (qu'on pourrait éventuellement traduire pas "relation conjugale" ?) pour désigner une relation justement qui implique comme tu dis de "vivre un couple au quotidien".

Ça évite d'utiliser des notions hiérarchiques (principale/secondaire) pour parler des spécificités de la relation (partager un domicile ou de la quotidienneté)

Et soit dit en passant, ce côté hiérarchie pourrait éventuellement participer du fait que tu ressente un manque… (même s'il est tout à fait légitime, par ailleurs, que tu puisses vouloir rechercher cela).

Toujours est-il que je me posait une question :
- si la relation est secondaire pour H, n'est-elle pas primaire pour toi ? (dans le sens que tu n'en a pas d'autre pour l'instant ?)
ou bien la différence pour toi est-elle bien sur le partage de domicile ou de quotidienneté (Nesting)

et aussi :
- si en effet tu cherches à partager de la quotidienneté, pourquoi, avant de chercher ailleurs, ne pas poser la question à ton couple ?

Sais-t-on jamais, peut-être peux-tu partager de la quotidienneté avec eux deux (habiter, au moins partiellement, chez eux !?) ou avec H seul (que H vienne habiter chez toi à mi-temps ?!)

Ça ne coûte rien de poser la question…
et ça permet d'en savoir un peu plus sur la réciprocité et la mise en partage engagée dans cette relation à trois.

Message modifié par son auteur il y a 11 jours.

#
Profil

Lilice34000

le mercredi 10 janvier 2018 à 23h23

Merci déjà de m'avoir répondu.

En effet, j'ai eu l'occasion de rencontrer un homme monogame mais avec des tendances sexuelles ouvertes (échangisme / candaulisme). Lui expliquer ma situation a était plus facile que s'il avait était purement monogame. Bon pour X et Y raison, nous n'avons pas poursuivit l'aventure. Donc je sais que c'est parfois hyper délicat à annoncer.

Mais en effet, je ne savais pas qu'il était possible d'avoir dans un même couple, deux horizons de vie différent, l'un poly, et l'autre mono. Mais si ça existe, peut être que cela sera mon cas.

En fait, oui, je vais continuer à faire des rencontres comme je le fais et advienne que pourra !

Mais j'entends par "quotidien", une "vraie" vie à deux (oui, très paradoxal ^^). En effet, je ne vois pas rester dans ma situation actuelle pendant encore des années et des années. Car j'ai l'impression d'être en couple à "mi temps" !
C'est difficile à expliquer, car oui je pourrais rester dans cette situation mais ce couple vit loin, je ne peux voir H que lorsque nos agenda coordonne. Donc c'est une situation difficile à gérer pour moi.
Néanmoins, j'ai envie de m'installer avec quelqu'un, pouvoir faire un cinéma quand j'en ai envie, tout comme faire l'amour d'ailleurs ; pourquoi pas avoir des enfants. Faire les choses d'un couple classique en gros, sans pour autant supprimer mon couple avec H.

Donc oui, tu as raison. En rencontrant, si je dois aller plus loin avec telle ou telle personne, je repenserais à tes dires pour essayer de rassurer au mieux mon partenaire.

Merci !

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 11 janvier 2018 à 11h48

Une autre idée (lue sur un blog anglais) et d'avoir plusieurs relations et de les faire progresser en intensité lentement suivant leur potentiel.
En gros, tu démarres une relation comme si c'était un plan cul ou sex friend, et si la personne te plaît, lentement, tu partages de plus en plus de choses avec elle, jusqu'à devenir un couple standard éventuellement.
Personnellement, j'aime bien cette technique, car elle est sans stress. Tu expliques pas au gars qu'il va être le père de tes enfants mais qu'il y aura d'autres gars à côté alors que vous en êtes au premier rendez vous. Ca te laisse du temps pour découvrir la personne. Tu retires toute hiérarchie entre tes relations, vu qu'elles ont toutes un potentiel de progression (ça, c'est plus pour tes partenaires, je trouve ça hyper désagréable de se faire entendre dire que la relation est bornée alors qu'elle n'est même pas commencée).

Le principal défaut est que beaucoup de personnes assument qu'un des stades de progression naturel d'une relation est l'exclusivité. Donc ça peut leur faire mal s'ils sont monos dans l'âme. Mais bon, pour moi, avec un mono dans l'âme, il faut borner la relation rapidement, vu que par définition ça ne pourra aller très loin.

Bon, et puis, faut aussi avoir une âme frivole pour maintenir 3-4 relations en simultanée :-D

#
Profil

artichaut

le jeudi 11 janvier 2018 à 14h25

sans vouloir dévoyer ce fil, je trouve une question très (paradoxale et) intéressante dans la remarque de bidibidibidi

bidibidibidi
je trouve ça hyper désagréable de se faire entendre dire que la relation est bornée alors qu'elle n'est même pas commencée
(…) pour moi, avec un mono dans l'âme, il faut borner la relation rapidement, vu que par définition ça ne pourra aller très loin.

hum, alors, borner ou ne pas borner ?

je trouve aussi, très agréable de ne pas définir à l'avance ce que sera une relation, mais parfois néanmoins il faut borner (pour se protéger) quitte à déborner ensuite

mais quand est-on vraiment légitime à le faire ??

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 11 janvier 2018 à 14h50

artichaut
sans vouloir dévoyer ce fil, je trouve une question très (paradoxale et) intéressante dans la remarque de bidibidibidi

Oui, j'ai utilisé deux fois le même mot :-)
Mais tu remarqueras une grosse différence dans la logique. Dans le premier cas, la relation n'est même pas commencée. On choisit de borner une relation non pas sur la réalité de celle ci, mais par rapport aux autres relations que l'on a déjà. Il est à mes yeux irrespectueux d'accepter quelqu'un dans sa vie, dans le cadre d'une relation sentimentale, en donnant à cette relation des limites qui n'ont pas été convenues avec la personne, et en ne souhaitant pas les remettre en question.
Dans le second cas, la relation est commencée, et on réalise que la personne est mono dans l'âme (et j'insiste sur le "dans l'âme"), et là, il est important de borner la relation par rapport à ce qu'on sait de celle ci, parce que ne pas la borner à ce stade là c'est aller droit dans le mur.

#
Profil

Lilice34000

le jeudi 11 janvier 2018 à 21h41

artichaut

Toujours est-il que je me posait une question : - si la relation est secondaire pour H, n'est-elle pas primaire pour toi ? (dans le sens que tu n'en a pas d'autre pour l'instant ?) - ou bien la différence pour toi est-elle bien sur le partage de domicile ou de quotidienneté (Nesting)

- Pour te répondre, pour moi, je ne vois pas cette relation comme "primaire" puisque je ne partage pas mon quotidien avec lui. Ce n'est pas T qui est rentré dans "notre" vie mais bien moi qui suis rentrée dans la leur.
- Comme tu dis, la différence est bien le partage d'une quotidienneté pour moi.

et aussi : - si en effet tu cherches à partager de la quotidienneté, pourquoi, avant de chercher ailleurs, ne pas poser la question à ton couple ? Sais-t-on jamais, peut-être peux-tu partager de la quotidienneté avec eux deux (habiter, au moins partiellement, chez eux !?) ou avec H seul (que H vienne habiter chez toi à mi-temps ?!)

- La question a déjà été posée. T n'est actuellement pas dans cette otique là et je doute qu'elle change d'avis. Et dans les faits, vivre avec H à "mi-temps" est impossible de part la distance qui nous éloigne, de mes études, et lui de son travail. Mais en effet, cette solution avait été envisagée.

Merci de ta réponse.

#
Profil

artichaut

le jeudi 11 janvier 2018 à 21h44

@bidibidibidi

autrement dit :
ne pas borner la relation a priori
mais uniquement a posteriori

moi j'ai tendance à verbaliser les étapes de relation ("je ressent ça, et plutôt j'ai envie de ça, et toi ?")

puis, confirmer verbalement régulièrement les choses ("je ressent toujours ça, et je suis content qu'on ai choisis telle modalité relationnelle")

puis si un jour ça change, énoncer le changement ("ça me plairait bien de" ou "finalement je me sens plus trop de")

mais des fois quand même je borne, si je me sent en danger
le truc c'est que comme c'est pas mal intuitif, ça fait que pour moi c'est a posteriori (j'ai eu des indices que…) mais ça peut ressembler à de l'a priori

du coup pas juste une question d'aller droit dans le mur, mais de ne pas avoir envie de souffrir inutilement

…par contre je ne sais pas si ça apporte de l'eau à ton moulin Lilice34000 ?

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#
Profil

Lilice34000

le jeudi 11 janvier 2018 à 22h05

bidibidibidi

En effet, c'est une solution que je n'avais pas envisagé et qui évite les prises de tête que je suis entrain de mener envers moi-même.

Sans mettre de pression à quiconque, sur la hiérarchie des relations notamment celle avec H, et ce que j'attends actuellement (càd un quotidien). Après ton raisonnement est juste en effet. Je te rejoins complètement sur le fait de "borner" ou pas une relation.

Merci !

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#
Profil

Lilice34000

le jeudi 11 janvier 2018 à 22h11

artichaut
@bidibidibidi
…par contre je ne sais pas si ça apporte de l'eau à ton moulin Lilice34000 ?

Je dirais que c'est toujours bon à prendre même si ça ne répond pas forcément à mes questions de bases. Ça me permet au moins de réfléchir à la problématique.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion