Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Extraits - littérature - essais

Culture
#
Profil

surlechemin

le mardi 24 mars 2009 à 15h10

Voilà, au hasard de mes lectures, il m'est arrivé par le passé de remarquer des passages interessant dans des livres ou des essais au départ non-dédiés au polyamour, je me suis dis que ce pourrait être interessant de les partager avec vous ici :) :

tout d'abord, un extrait d'un roman de Françoise Sagan "De guerre lasse" .. on peut relier cet extrait ou le personnage Alice s'interroge avec le vécu de Françoise Sagan, qui d'après ce que j'ai pu en lire pratiqua elle même "l'amour libre"

Je le poste en réponse, pour que ce soit plus lisible.

#
Profil

surlechemin

le mardi 24 mars 2009 à 15h11

C'était ainsi qu'une fois de plus, Alice se retrouvait prisonnière des principes. Toute sa vie n'avait été qu'une longue bataille, une sournoise et âpre lutte entre les conventions et sa propre nature. D'elle-même, Alice n'aurait rien dit à Jérôme , elle lui aurait accordé, prêté son corps tendrement, distraitement, affectueusement, comme elle le faisait depuis six mois, et elle aurait partagé le lit de Charles avec toute la sensualité, toute la curiosité, que cet homme éveillait en elle. Jérôme n'aurait pas été désespéré, elle n'en eût pas souffert, elle ne se serai pas sentie coupable et la vie aurait été harmonieuse. Seulement voilà! Aucun de ces deux hommes supposés tolérants, intelligents, l'un libertin, l'autre humaniste, aucun de ces dex hommes ne supporterait cette situation. Se la partager leur semblerait impossible. Quelle absurdité! Pour partager quelque chose ou quelqu'un il faut l'avoir et l'un et l'autre devaient bien savoir qu'ils ne l'avaient pas. On en possède jamais quelqu'un. Il arrive que l'on tienne à quelqu'un et que, de ce fait, ce quelqu'un vous tienne, le temps que vous dure ce sentiment pour lui. Mais posséder qui que ce soit! Et pourtant Jérôme et Charles qui acceptaient de partager son estime, sa tendresse, son affection, refusaient de partager son corps; comme si son corps était plus important que ses sentiments. C'est grâce à cet a priori absurde qu'elle allait devoir blesser quelqu'un qu'elle chérissait, c'est par
« décence » qu'elle allait être cruelle.

(P 175, collection Folio)

#

Interpelée (invité)

le mardi 24 mars 2009 à 15h52

Cet extrait m'a bouleversée...
Cette idée que trop souvent le corps semble plus important à s'approprier que les sentiments me touche particulièrement...

#

(compte clôturé)

le mardi 24 mars 2009 à 16h58

C'est tangible, un corps, et plus facile à contrôler que les pensées... A sa lecture, je le prends juste comme un aveu d'impuissance devant l'inévitable diversité des chemins et des désirs.

#

Interpelée (invité)

le mardi 24 mars 2009 à 17h12

@ Clementine : Oui, il y a de la résignation malgré la révolte dans ce texte, mais c'est aussi ce qui m'a touchée, j'ai eu une époque "résignée à faire souffrir"....
Par rapport au corps, je cherche personnellement à comprendre pourquoi chez certaines personnes (y compris moi des fois) c'est plus difficile de gérer l'idée que son partenaire à des relations sexuelles/sensuelles avec d'autres, alors que l'idée d'une intimité intellectuelle effraie moins... Je suppose aisément que c'est lié à la représentation de la sexualité qu'on a, mais j'ai encore du mal à définir quelle est cette représentation...Ou peut-être juste un problème de confiance en soi dans ce domaine....

#

(compte clôturé)

le mardi 24 mars 2009 à 19h07

Ou peut-être que c'est lié à notre éducation, le corps est moralement le dernier bastion à céder et s'offrir - moralement je dis bien. On est quand même bien imprégnés.

#
Profil

clown.et.lapin

le mardi 24 mars 2009 à 22h04

pour moi (et pour ma femme aussi il me semble) le partage "sexuel" pose peu de problèmes, moins que le partage "temporel", le partage du temps...Votre avis ?

#

(compte clôturé)

le mardi 24 mars 2009 à 22h08

Donc c'est investi différemment selon les couples.Quantité, qualité, intimité... des paramètres variables selon les paires?

#
Profil

LuLutine

le mardi 24 mars 2009 à 22h10

Oh oui je pense que c'est très variable d'un individu à l'autre, et donc d'un couple à l'autre.

#

(compte clôturé)

le mardi 24 mars 2009 à 22h38

Ca tape pas dasns les memes zones de trouille et d'insécurité!

#
Profil

oO0

le mercredi 25 mars 2009 à 02h14

...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 27 mars 2009 à 20h41

trouvé dans le mag Philosophie du moi :

"Le mariage est une belle et grande institution, mais je ne me sens pas encore l'âge d'entrer dans une institution".

#

(compte clôturé)

le vendredi 27 mars 2009 à 20h47

Tiens, c'est pas la première fois que tes paroles m'évoquent comme un parfum de "je pense que je suis immature"... je débloque, ou bien quoi, Siesta?

#

Claude (invité)

le vendredi 27 mars 2009 à 20h52

Moi je ne vois pas en quoi le mariage serait une belle et grande institution. Un bel et grand fil à la patte , ça oui...

#

(compte clôturé)

le vendredi 27 mars 2009 à 22h12

Moi, me lier devant témoins et prétendre passer ma vie avec un seul homme, ouh, mais quel gros mensonge conscient et délibéré.
Peut-être que si on changeait le texte, ça le ferait, je vais y réfléchir.

#
Profil

LuLutine

le samedi 28 mars 2009 à 00h20

Oui moi c'est pareil...si on change le texte, pourquoi pas...sinon....pas possible !

Je ne me vois pas et je ne me suis jamais vue dans un rôle de mariée, et les mariages auxquels j'ai assisté ne m'ont pas fait changer d'avis (bien au contraire...).

Ca fait un moment que j'imagine par contre ce que pourrait donner un échange de voeux dans le même genre, mais sans l'histoire de l'exclusivité...
Ca, ça me ressemblerait bien. Promettre fidélité dans le sens où Françoise entend ce terme (et non pas dans le sens de l'exclusivité).

#
Profil

Eric

le samedi 28 mars 2009 à 00h26

Aux Pays-Bas, il y a à peu près 3 ou 4 ans, un couple est tombé amoureux d'une femme. Cette dernière a divorcé pour épouser chacun des deux membres du couples. Ils ont effectué un mariage d'amour à trois. L'exclusivité n'était donc pas de mise ^^

#
Profil

LuLutine

le samedi 28 mars 2009 à 00h37

Ca veut dire que chacun des trois peut fréquenter d'autres personnes (extérieures aux trois) ?
La femme a quand même divorcé (donc quitté quelqu'un) pour effectuer ce mariage...non ?

Est-ce qu'il n'y a pas quand même une exclusivité quelque part (sinon, pourquoi n'est-elle pas restée aussi avec son précédent compagnon ?) ?

#
Profil

Eric

le samedi 28 mars 2009 à 00h54

Parlons plutôt de sélectivité que d'exclusivité dans ce cas (je me suis fait reprendre sur le terme d'exclusivité dans un contexte similaire), car peut-on réellement parler d'exclusivité alors que chacun d'entre eux s'est ouvert à un nouvel amour ? Et puis il s'agit bien amour plurielles.

Le choix du mariage peut être un reliquat de l'influence culturelle, ou alors une forme transitionnelle permettant de vivre ses amours plurielles sans entrer en dissonance cognitive par rapport à ses valeurs traditionnelles de fidélité et d'engagement, mais ça peut également être un acte militant.

J'imagine simplement que le premier mari de la femme qui a divorcé ne devait pas être polyamoureux, du coup un choix était inévitable : elle a opté pour ses deux amours "sélectifs" plutôt que pour son seul amour exclusif.

#
Profil

LuLutine

le samedi 28 mars 2009 à 00h59

Oui, c'est vrai, ça serait bien d'avoir un peu plus de détails sur l'histoire...
C'est sûr que si l'une de mes relations se révélait non-poly, je la laisserais probablement tomber pour garder mes autres relations (et sans doute pas l'inverse) !

C'est un peu dommage de ne pas en savoir plus sur cet exemple.

En tous les cas, il est clair que ce n'est pas un mariage "traditionnel" (dans lequel seules deux personnes pourraient être impliquées), donc finalement, ça rejoint quand même un peu l'idée des voeux modifiés que j'évoquais...ensuite, en ce qui me concerne, je ne me vois pas jurer exclusivité à deux, trois ou même quatre personnes, car qui sait, je pourrais tomber amoureuse d'une cinquième quelques temps plus tard !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion