Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Amour avec un grand A, coup de foudre, âme soeur...

Bases
#
Profil

bonheur

le mardi 05 décembre 2017 à 10h24

Je reprends ici afin de ne pas faire de hors sujet sur un autre fil de discussion

#
Profil

bonheur

le mardi 05 décembre 2017 à 10h30

Voici des extraits de livres :

«  Certains types de liaisons amoureuses sont à la fois impossibles à vivre et impossibles à oublier. Qu’elles durent un mois ou s’étalent sur des années, ces amours «  impossibles » marquent nos vies bien au delà du temps passé à les vivre. …impossibles à vivre, impossibles à abandonner et impossibles à comprendre. »

«  Les gens travaillent très dur pour se prendre eux-mêmes en main… et c’est l’amour qui les prend par la main. Ils restent vigilants, généralement lucides sur eux-mêmes. Ils s’efforcent de contrôler au mieux le monde extérieur. Autrement dit, ils travaillent dur pour un peu d’amour et de sécurité. Ils s’attendent à devoir continuer de travailler toute leur vie. Ils ne se sentent jamais vraiment rassurés ni liés. Ils ne se sentent pas encore les bienvenus dans le monde ni choisis comme êtres aimés. Certains renoncent finalement à trouver leur place : il leur faudrait s’abandonner totalement à une autre personne ou à une cause. Or ils ne veulent pas renoncer au contrôle de leur vie. Ils se retrouvent alors piégés, inquiets de leur avenir. »

«  tous les amours impossibles nous imposent une discipline d’intériorisation »

Jan Bauer "la nécessaire folie du coeur"

#
Profil

bonheur

le mardi 05 décembre 2017 à 10h33

«  On confond souvent amour et bien-être. La romance «  saine », celle qui doit être cultivée comme grand amour, est supposée être une liaison sérieuse entre personnes sensibles et bien intentionnées. De fait, ce type d’amour peut nourrir des unions durables, mais après qu’une grande passion vous a ouvert les yeux. Le travail essentiel de l’amour ne saurait se résumer aux qualificatifs louangeurs. Un amour calme peut instruire, mais il ne transforme pas… »

«  …La passion déclenche le grand amour et c’est ce complet don de soi qui renouvelle complètement notre vision des choses. Cette initiation est incontournable. Seulement, une passion qui ne mène nulle part et n’apprend rien n’a pas rempli son rôle. Quelqu’un qui tombe sans arrêt amoureux semble vivre un feuilleton, tourner en rond et ne rien connaître à l’amour.

La passion ne laisse pas indemne. Elle produit du changement. On agit différemment quand on a rencontré le grand amour. Cela, les couples formés pour des raisons de convenance, ou par souci d’une vie plus sécurisante, ne le comprennent pas. Ils ignorent que l’amour, s’il combine la passion et la durée, induit une rupture avec le passé. …les exigences du grand amour, qui renouvelle la personnalité des amants ainsi que la vision qu’ils ont d’eux-mêmes. Ayant perdu leur innocence, ils s’ouvrent au monde. »

«  Ceux qui ont connu le grand amour croient en leur histoire. Cette certitude les caractérise. Ils savent exactement ce qu’est la passion, ce qu’elle signifie pour eux. Ils savent qui est l’amour de leur vie et que leur histoire est un parfait exemple d’amour unique. Ils éprouvent pour elle une fidélité absolue. Ils déclarent tout cela avec une fierté, une conviction merveilleuses…  Certaines personnes ont pourtant du mal à croire en leur grand amour, en dépit des signes… Croire est un acte affreusement difficile. L’amour passionné emporte, balaye tout. Garder la conviction d’avoir vécu l’amour profond et transformateur est infiniment plus ardu. Passer le restant de ses jours avec son bien-aimé ne dispense pas de définir ce à quoi l’on croit. Le quotidien changera éventuellement la conception de la relation, au risque de la banaliser, voire de la rendre pesante…»

Extraits du livre de Susan Baur "Aimer, coup de foudre, passion et grand amour"

#
Profil

bonheur

le mardi 05 décembre 2017 à 10h34

Voici les extraits que j'avais intégrés dans mon essai écrit en 2011-2012 lorsque j'avais eu connaissance du terme polyamour et que j'avais voulu lire et comprendre... expliquer aux autres également, notamment mon mari.

#
Profil

bonheur

le mardi 05 décembre 2017 à 11h12

Yves Alexandre Thalmann a fait un livre sur les âmes soeurs. Pour moi, c'est un amour différent du coup de foudre ou du grand amour.

On peut avoir plusieurs âmes soeurs si l'on vit dans un trouple ou en communauté par exemple. Pour moi l'âme soeur serait mon mari, car on se complète et on vit bien ensemble. J'ai eu un autre amour avec qui je vivais bien l'évasion dans la nature et un autre l'évasion personnelle.

Les coup de foudre ou grand Amours, j'en ai eu trois. Je veux dire, pour que ça n'arrive pas, l'Amour, il aurait fallu que jamais l'on se retrouve dans le même espace temps. Malgré moi et sans savoir qui est l'autre, la marque de l'Amour est venu se graver, à mon insu. L'instant d'avant elle n'existait pas et soudain, elle était là.

Il n'y a pas à comprendre, il y a à vivre... ou pas. Dans tous les cas, on ne sera plus le ou la même. Cette empreinte est comme un tatouage que même des lasers n'enlèveraient pas. Inutile de vouloir remettre à plus tard mais on peut fuir. Sauf que l'on y revient. L'intensité n'est pas une aide, au contraire. On la déguste et ensuite on souffre. On ne peut garder que de l'intense et donc de l'irraisonnable. Ce qui dépasse le pensable, l'imaginable est irrationnel et irraisonnable.

Ensuite... il faut réapprendre à vivre et le mot Amour prendra une saveur particulière. On aura une échelle de valeur, un amouromètre et on distinguera mieux nos ressentis.

Voilà ce que je peux dire de moi et de mon vécu. Voilà pourquoi je lis autant. Voilà pourquoi je suis polyaffective : ouvrir les yeux et le coeur sur chaque amour, quelque soit sa forme.

Désolée pour le pavé

#

Polyarthrite (invité)

le mardi 05 décembre 2017 à 11h13

Bjr, bonheur,

Je ne vois pas vraiment le rapport entre ces extraits qui parlent du grand amour et le polyamour.

C'est même l'inverse quand on analyse ces extraits,

"Quelqu’un qui tombe sans arrêt amoureux semble vivre un feuilleton, tourner en rond et ne rien connaître à l’amour."

Ce passage , par exemple, montre que tomber sans cesse amoureux c'est ne rien connaître à l amour donc les fameux "cœur d artichauts" qui tombent facilement et souvent amoureux ne le serait pas vraiment ???

"Ils savent exactement ce qu’est la passion, ce qu’elle signifie pour eux. Ils savent qui est l’amour de leur vie et que leur histoire est un parfait exemple d’amour unique"

Celui ci, nous pouvons comprendre que le grand amour est unique donc que le polyamour ne permet pas le grand amour car de fait il n'est pas unique ???

Personnellement je ne suis pas d'accord avec tout, j ai toujours trouvé étrange les personnes qui ont un cœur d artichauts et qui sont hypersensible, cette facilité à tombé amoureux qui rend l amour si banale et commun.

Si de mon avis, l amour n'est pas forcément unique, il n'est pas non plus une chose banale dont on peut s étendre. Les personnes qui sont capable de tomber amoureuses 2 fois en une semaine sans même parler avec la personne, ça me poser question sur ce qu'est cet amour ??

Et avec ces passages de livre, quid du grand amour, et t il unique ? Laisse t il de la place pour un autre amour même "plus petit"? Et pour un autre grand amour ? Peut on le qualifier de grand amour si il y en a plusieurs en même temps ?

Huummm j en sais vraiment rien...

#
Profil

bonheur

le mardi 05 décembre 2017 à 11h28

je crois que ce que l'on n'a jamais vécu, on ne peut le comprendre. Ca semble être le cas des remarques, justifiées, aux yeux de polyarthrite.

Chaque amour est unique. Vivre plusieurs amours d'intensité et de formes différentes est du polyamour.

J'ai eu un coup de foudre en 1985, alors que je n'étais pas encore majeur. Evidemment, on peut remettre en cause, ce qui serait légitime si on veut remettre en question mes propos. J'ai aujourd'hui 49 ans. L'amour revient en boucle lorsque les deux ou l'un des deux fuit, puis l'empreinte revient, elle refait surface. Un petit rien ravive.

Je ne crois pas qu'il soit opportun de contrarier ce qui se passe en nous. On peut contrarier ses actes mais pas ses ressentis. Libre à nous de faire en sorte qu'il y ai de la place pour chaque amour car aucun ne s'oppose. L'auteur indique bien qu'après le le grand Amour, on vit toujours d'autres amours mais que l'individu sera transformer intérieurement. C'est dans la tête des personnes qui veulent comprendre que le grand Amour est dévastateur qu'il l'est. Ce type d'amour transforme, il ne détruit rien et n'enlève rien à l'avenir.

Les hyperémotifs et hypersensibles font partis de ce monde. Même s'ils énervent, il faudra bien faire avec eux. j'ai certainement une facilité à "tomber amoureuse" mais jamais aucun amour n'a été à mes yeux banal et commun, bien au contraire.

Message modifié par son auteur il y a 6 jours.

#
Profil

bonheur

le mardi 05 décembre 2017 à 11h30

Le grand amour est à vie. Donc oui, on peut avoir plusieurs grandes amours, sinon autant se suicider immédiatement car pour moi, l'amour est une essence de ma vie

#
Profil

Camille_B

le mardi 05 décembre 2017 à 13h26

Je ne saisis pas très bien ces distinctions tranchées entre "coup de foudre", "grand amour" et "âme sœur", et je comprends encore moins le sens de la première citation qui semble vouloir dire que le grand amour est nécessairement "impossible à vivre" bien qu'il soit "impossible à oublier" ( ce qui est une évidence ).

Pour moi un amour fondamentalement "impossible à vivre", c'est typiquement une relation passionnelle potentiellement toxique dans laquelle la cristallisation a provoqué non pas une pénétration profonde de l'être de l'autre, mais bien au contraire une projection de son soi sur son soi ( et inversement pour l'autre ). Ce qui conduit à de la dépendance affective doublé d'un désir à la fois de possession mais aussi de fuite, donc de tensions constantes et contradictoires qui font souffrir. Ça n'est pas du tout ce que je vis, et ça n'est pas du tout ce que je considère moi, personnellement ( mais c'est moi ), comme de l'amour.

Vécu personnel avec "l'âme sœur" ( ou ma "jumelle d'âme" ) : dialogue qui est une comme prière de cœur à cœur ; moment intense et puissant "d'éveil" ; connexion spirituelle et émotionnelle profonde et durable ; confiance en l'autre ; grande liberté ; transformation intérieure qui est aussi un retour à soi en profondeur ; don de soi et apprentissage de la réception pleine et gratuite du don de l'autre ; préservation de la liberté de l'autre pour que l'autre reste l'autre, car la véritable union à ce pouvoir merveilleux de véritablement "différencier". Plus j'aime, plus je m'unie, plus l'autre m'apparaît comme radicalement elle. L'union n'est pas la fusion. L'intensité ne provoque pas la souffrance car elle est vécue comme un don d'énergie qui nous permet d'aller de l'avant, mais aussi de rendre cette énergie décuplée à l'être aimé afin qu'elle aussi aille de l'avant. Être là pour la soutenir à aller de l'avant, et être là pour la réconforter quand elle revient, et la certitude que cette même attention m'est donnée sans être jamais exigée.

Voilà, c'est un peu décousu, mais ça résume mon ressentit sous une forme très "abstraite" j'en conviens ( par pudeur ). Il faut savoir qu'il s'agit d'une relation que certains diraient "amicale", d'autres "platonique", moi je m'en fiche des mots, c'est de l'amour et c'est génial, et c'est tout ce qui compte.

Alors j'ai du mal à classer cela dans l'une des "catégories" évoquées, car chacune me semble dire des choses qui me parlent, mais impliquent d'autres qui ne me concernent pas du tout. Bref, je ne comprends pas bien cette classification, même si je saisis bien les réalités qu'elles expriment.

#
Profil

bonheur

le mardi 05 décembre 2017 à 13h54

Personnellement, je fais parfaitement ces distinctions à titre individuelle (le "je"). Je ne classe pas, je fais la distinction, c'est pas la même chose.

Aussi, je perçois ces discours comme positif certainement parce que j'ai vécu mon premier coup de foudre jeune. Celui-ci ne m'a pas empêcher de continuer à vivre. Juste je reconnais un impact important sur moi.

L'âme soeur est en effet plus dans un prolongement et un rapprochement.

Un relation peut transformer l'un, l'autre et même le nous peut se transformer.

On ne peut jamais se reconnaitre complètement dans un mot, un sens, une explication. Outre se dont on se reconnait, il y a l'avancée que le propos nous permet.

Par exemple, j'ai eu que des coup de foudre sans sexe... et des amours mesurés sexués alors que ma vie de couple était sexuée dans une mesure importante.

Merci Camille_B d'avoir indiqué le mot abstrait. Ce qui est concret pour moi, ne le sera à jamais que pour moi. Parler d'amour ne peut avoir un sens concret que pour soi.

J'ai évolué ma vie de polyaffective dans un sens de flou (ne rien nommé, faute de mal nommé) et du coup ça n'a semé pour moi que chaos. Sans doute ai-je besoin d'affirmation.

#
Profil

Camille_B

le mercredi 06 décembre 2017 à 11h18

Ah mais c'est très bien d'exprimer de trouver les mots pour dire ce que l'on vit et ressent ^^ Je voulais juste dire que ces distinctions m'étaient, à moi, partiellement étranges, ce qui ne signifie pas qu'elles soient "fausses" pour autrui.

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 06 décembre 2017 à 15h10

Pour moi, un gros problème est qu'il n'existe pas une seule et unique définition de l'amour.

Déjà, entre l'amour aimant et l'amour filial, on a deux définitions totalement différentes de l'amour.
Derrière, des choses comme la passion sont en général incluses dans l'amour sans en faire partie (la passion n'est pas de l'amour, il peut exister de la passion sans amour).
L'amour est un incroyable vecteur de prosélytisme direct (amour chrétien) ou indirect (amour monogame). Donc on retrouve la force des croyances de l'auteur dans la définition (comme le met bien en avant Polyarthrite avec la citation sur l'unicité du grand amour).
Et puis, l'amour n'est pas une entité unique, primordiale, l'amour est composé d'une multiplicité de choses, qui peuvent être plus ou moins présentes suivant les relations et les personnes. Par exemple, un chrétien fondamental pourra aisément mettre le sexe dans l'amour, vu qu'il ne peut, pour lui, y avoir de sexe sans amour. Inversement, les amours de Bonheur seraient considérés par beaucoup de personnes comme de l'amitié vu qu'ils manquent de la composante sexuelle.

A mes yeux, l'amour, c'est comme le bonheur : ça n'est pas définissable objectivement. Une personne peut dire "C'est ça mon bonheur" ou "C'est ça mon amour", mais personne ne peut dire "C'est ça LE bonheur, c'est ça L'amour".

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion