Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment gérez vous les relations avec des amis mono qui vous attirent ?

Social
#
Profil

Yoni

le samedi 02 décembre 2017 à 15h24

Bonjour,
Après avoir lu ces fils, je vois que je ne suis pas le seul à ne pas avoir de démarcation nette entre amour et amitié.
/discussion/-DX-/Amour-et-amitie-differences
/discussion/-AJ-/Quelle-limite-entre-relation-et-a...

Pour une relation symétrique je n'attacherais pas d'importance à cette démarcation qui relève plus de l'étiquette, même si ça peut être nécessaire pour définir clairement la relation à quelqu'un d'autre (par exemple un conjoint).

Ma question concerne plutôt les relations amicales "classiques" avec des personnes à priori mono, mais qui sont un peu plus que ça de votre côté (si vous êtes du côté mono ami(e) avec un(e) poly, le témoignage m'intéresse tout autant).
Pour la personne mono je suppose que c'est assez clair, car dans mon entourage la plupart des gens ont des boîtes assez bien délimitées dans lesquelles ranger un/une amoureux(se), des plans-culs et des ami(e)s sans sexe.

Mais de mon côté, même si ça a tendance à se clarifier avec les années et l'introspection, chaque relation a toujours eu ses propres niveaux de sentiment, de désir affectif et de désir sexuel. Je peux désirer discuter avec une personne, je peux avoir envie d'enlacer et simplement profiter de contact physique tendre (sans forcément parler) ou encore avoir envie de flirt, de baisers et de sexe.
Ces trois désirs se mélangent et sont dosés sans règle en fonction des personnes, mais aussi de mon humeur et des contextes.

Sans qu'il soit forcément important de concrétiser ces désirs, devoir faire semblant qu'ils ne sont pas là est parfois usant. D'un autre côté j'ai bien vu qu'on ne peut pas parler de tout à tout le monde, surtout à propos des sentiments, il est difficile d'être bien compris, chacun faisant des associations et des raccourcis avec les mots.
J'ai souvent eu du mal à expliquer ce que je pouvais ressentir à des gens neutres, alors avec une personne qui est directement concernée j'imagine que le risque de mauvaise interprétation est encore plus grand.

Avez-vous ce genre de relations d'amour/amouritié secret ?
Avez-vous déjà opté pour l'honnêteté de le dire, sans pour autant demander à transformer la relation en quoi que ce soit d'autre ?
Parfois il est peut être plus sain de prendre de la distance, mais dans le cadre d'un groupe d'amis mono, ça peut être difficile à justifier.

Message modifié par son auteur il y a 9 jours.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 02 décembre 2017 à 17h26

Je pense que la souplesse relationnelle d'un certain nombre de poly est à la fois pragmatique et surestimée.

C'est pragmatique d'offrir à chaque relation tout ce qu'on peut y mettre, indépendamment des normes sociales sur l'amitié, l'amour, le désir. J'aimerai beaucoup qu'il y ait plus de ce pragmatisme dans la société... c'est pas le cas, faut faire avec.

Mais surtout, ni les gens ni les relations ne sont fluides à tous les moments de leur histoire. Un désir de sensualité n'est pas un ange qui passe, pas forcément. C'est aussi un moment qui va donner du sens à d'autres moments pour les deux personnes impliquées (deux parce qu'il faut bien commencer par quelque part :-D ) .

C'est à dire que l'attachement qui existe dans une amitié et qui peut s'exprimer dans une ouverture poly va rencontrer un changement d'intimité et aussi de projection.
On prend le lien idéal d'une amitié (définie par désintéressement, générosité, altruisme, légèreté) puis par la caresse on va vivre quelque chose de plus : on va en quelques gestes écrire un chapitre de l'histoire, on peut rarement faire comme si ça ne changeait rien pour la suite. Une autre intimité dans l'attachement...

Et c'est pas forcément la faute à ces benêts de monos qui auraient un horizon trop restreint : même dans des relations entre poly notre ouverture bute sur le fait que selon le contexte des caresses (la personne, le moment où ça arrive dans sa vie), ces dernières prendront un sens plus fort, plus contraignant donc, que la simple ligne désir => expression du désir.

Bref : les gestes charnels peuvent parfois être très simples, mais faut être deux dans la simplicité... Et la simplicité dans les relations humaines, je pense que ça se trouve pas juste parce qu'on est au moins deux à y croire.

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

#
Profil

Camille_B

le lundi 04 décembre 2017 à 08h20

Oui, je suis d'accord Siestacorta, ce que l'on pourrait appeler l'anarchie relationnelle est quelque chose de très beau dans le principe, mais avec lequel il faut faire très attention. Cela ne requiert pas qu'une grande attention à l'autre mais également la prise en compte, y compris chez des personnes qui sont tout à fait au clair avec ça, du "risque" de transformer, au moins chez l'un des membres du couple, profondément une relation.

En fait, j'en viens de plus en plus à penser que c'est un "idéal fonctionnel" uniquement lorsque ... les personnes s'aiment profondément ( et l'amour ne se définie pas par "ce que l'on fait" ) et sont tout à fait prêtes, par amour pour l'autre, à s'adapter en permanence à ses besoins, envies, désirs, quitte à mettre de côté les siennes propres ( dans le dialogue et le respect de ses propres désirs, besoins etc. ).

Dès lors l'anarchie relationnelle ne serait, au fond, qu'une forme très avancée d'écoute ... entre deux amoureux.

Mais, je me trompe peut-être hein !

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

#
Profil

calinou696

le lundi 04 décembre 2017 à 08h36

Qu'entends tu par "(et l'amour ne se définie pas par "ce que l'on fait" )" ?

#
Profil

Camille_B

le lundi 04 décembre 2017 à 09h00

Que "l'amour profond" ne se distingue pas de l'amitié ( qui est une forme d'amour au sens où les amis s'aiment ) par le fait qu'il y aurait du sexe dans l'un et pas dans l'autre, qu'il y aurait cohabitation etc. Des amis peuvent très bien cohabiter. Il y a même, je pense, de nombreux "couples" qui sont, au fond, des amis très proches, mais pas des amoureux "profonds". Ou alors il faudrait distinguer entre amitié/amour "légère", amitié/amour forte et amitié/amour "profonde". Mais qu'importe, les mots sont relativement secondaire car malléables et sujets à interprétation.

En revanche il me semble absolument évident ( car vécu ) qu'il existe une forme de connexion extrêmement profonde et puissante entre deux êtres qui n'est pas assimilable à l'amitié, et celle-ci n'est pas déterminée par les "activités" que partagent ses deux êtres ( sexe, cohabitation, hobbys ) mais bien par la profondeur de la connexion au niveau aussi bien émotionnel que spirituel.

#
Profil

Camille_B

le lundi 04 décembre 2017 à 09h16

Bon, encore une fois, il faut prendre ici les mots "amitié" et "amour" comme étant relativement interchangeable. Ce qui me semble importer c'est la "profondeur" du sentiment vécu, pas le mot que l'on met dessus.

Et je tiens au terme de profondeur qui indique bien quelque chose qui entre entre profondeur à l'intérieur de son soi, et rayonne depuis ces profondeurs dans tous le corps et tout l'être.

Il peut aussi y avoir une forme d'amour profond qui passe quasi par le contact charnel, par le sexe ( je ne l'ai pas vécu, mais je connais quelqu'un qui a vécu ça ). Mais, encore une fois, ça n'est pas la nature de l'acte qui importe ( au sens "définitionnel", car au niveau de la relation elle-même la nature de l'acte est évidemment essentielle ), mais la dimension de ses effets, la capacité de cet acte à pénétrer le moi profond de l'autre et le faire rayonner, et réciproquement.

#
Profil

bonheur

le lundi 04 décembre 2017 à 10h32

Bonjour Yoni, toujours heureuse de te lire :-)

Les relations officielles, c'est à dire clarifiée et assumée, il n'y a rien à redire.

Autrement, il y a le "je", il y a le "tu" et il y a le "nous". Ca se complique lorsqu'il y a non-dit et surtout non-compréhension.

Aujourd'hui, ce que je ressens est clair pour moi. Après, je me fais connaitre, j'expose qui je suis et je recueille les réactions, je suis les évolutions pour ceux qui d'emblée ne me considère pas pour une folle ou une illuminée. Et ensuite, j'avise.

Evidemment, il y a toujours une période de flou qui s'installe puisque l'on n'est pas en l'autre. Qu'est-ce qu'il ressent ? Comment suis-je accueillie ?

Et puis, l'étiquette "femme mariée" qui me colle... ça c'est vraiment désagréable !

#

Polyarthrite (invité)

le lundi 04 décembre 2017 à 12h31

En tant que mono, je ne vois pas vraiment ce qui pose soucis dans ta démarche.

Même entre mono ce genre de flou amouramitié arrive fréquemment et nous avons les mêmes problèmes pour en parler ou le cacher de peur de mettre à mal la relation.

Après il est sur que certaines personnes se sentiront "atteintes" ou "troublé" selon si tu leur dis directement ou leur montre à travers des comportements ou des gestes.

Il est aussi vrai que bien que l ambiguïté existe chez les monos, elle n'est pas bien assumé lorsque elle est dévoilé au grand jour car la classification dans des cases est bien réel et importante dans les relations pour les monos.

Au final, je vois pas de méthode particulière, il faut juste prendre en compte les gens, leurs statuts (oui si la personne est marié ou en couple c est plus compliqué), leurs sentiments et les situations. Bref c'est aussi compliqué pour tout le monde ^^

C'est mon point de vu et sûrement pas le bon mais il n y en a aucun de meilleur ou de moins bon, fait faire avec ce que l'on est et l'on pense.

#
Profil

calinou696

le lundi 04 décembre 2017 à 15h24

Camille_B

En revanche il me semble absolument évident ( car vécu ) qu'il existe une forme de connexion extrêmement profonde et puissante entre deux êtres qui n'est pas assimilable à l'amitié, et celle-ci n'est pas déterminée par les "activités" que partagent ses deux êtres ( sexe, cohabitation, hobbys ) mais bien par la profondeur de la connexion au niveau aussi bien émotionnel que spirituel.

L'amour avec un grand A? L'âme soeur ?

#
Profil

Camille_B

le lundi 04 décembre 2017 à 15h49

Oui, c'est ça, même si ces termes me semblent tellement connotés "fleur bleu" que j'ai du mal à les employer.

#
Profil

bonheur

le lundi 04 décembre 2017 à 16h16

L'amour avec un grand A peut aussi se décliner au plurielle et l'âme soeur... ne peut on pas en avoir plusieurs ? S'il y a des fleurs bleus, y compris dans la variété des nénuphars, alors je prends.

Moi ce ne sont pas les qualificatifs finalement qui sont dérangeants. Ce serait plutôt que l'on m'impose et pire, que l'on enfouisse parce que je vis avec quelqu'un. Les engagements également peuvent être non connotés et surtout pas en terme numéraire.

#
Profil

Camille_B

le lundi 04 décembre 2017 à 17h10

Oui, bien sûr, si on parlait au singulier c'est pour spécifier la spécificité d'une relation pas pour sous-entendre que ce type de relation est nécessairement "numériquement unique".

#
Profil

bonheur

le lundi 04 décembre 2017 à 19h07

J'avais donc bien compris mais c'est intéressant de le préciser. Certains termes sont associés à l'unique, y compris je suppose ici :-/ .

#
Profil

Camille_B

le lundi 04 décembre 2017 à 20h22

Pour le coup il y a dans un sens une unicité profonde. Une âme sœur c'est quelqu'un de particulièrement unique pour soi. Mais rien n'empêche que l'on ai plusieurs âmes sœurs, ce sera autant de relations particulièrement uniques ;) Cela dit, ça ne se trouve pas à tous les coins de rues !

#
Profil

bonheur

le lundi 04 décembre 2017 à 20h32

Camille_B
Cela dit, ça ne se trouve pas à tous les coins de rues !

Heureusement, sinon je ne saurai plus où j'en serai. Le terme âme soeur... comment dire... je ne crois pas que ce soit dans mon vocabulaire courant, mais l'idée est présente. Une personne unique ne cache pas une autre personne unique, enfin pour moi. Chaque personne que j'aime est tellement particulière.

Nous avions parlé lors d'un récent café poly du fait que mes amours n'étaient pas stéréotypés. Aucun rapport physique, d'ADN ou culturel ou autres. Aucun rapport de place dans la société et pas tous polys ou monos ou autre cases. La diversité et les amours différents. Après, aucun impact identique non plus... Certains sont plus des âmes soeurs, d'autres pas du tout. Après mon appellation et définition de l'âme soeur est peut-être personnelle.

#
Profil

calinou696

le lundi 04 décembre 2017 à 21h32

Camille_B
Oui, c'est ça, même si ces termes me semblent tellement connotés "fleur bleu" que j'ai du mal à les employer.

Ok, c'est effectivement ce que j'ai vécu il y a environ 2 ans. Une rencontre exceptionnelle, ou alors extrêmement rare, qui surpasse toute les autres.
On m'aurait parlé d'âme soeur avant cette rencontre, j'aurais dit que je n'y croyais pas!
Comme un coup de foudre mais bien plus profond que ca en quelque sorte. Un peu comme tu l'as décris, c'est pour ca que ca m'a interpellé...

#
Profil

Camille_B

le lundi 04 décembre 2017 à 22h14

Oui, c'est tout à fait ça, le genre de chose auquel on ne croit pas jusqu'à ce qu'on le vive ;)

#
Profil

calinou696

le mardi 05 décembre 2017 à 09h13

Le hic, pour ma part, c'est qu'une fois cette rencontre faite, les autres qui suivent paraissent forcement un peu "fades"... (bon ca doit dépendre du vécu avec cet ame soeur), comment vois tu les choses toi de ton côté?
(désolé pour le hors sujet)
Je suis dans une période où j'ai un peu de mal à gérer ca.

#
Profil

Camille_B

le mardi 05 décembre 2017 à 13h06

Alors, je ne sais pas, on en reparle quand j'aurai envisagé dans ma vie de m'ouvrir à de nouvelles rencontres amoureuses :D Actuellement je n'en éprouve ni l'envie, ni le besoin, ce qui ne signifie pas que j'y suis définitivement fermé bien sûr. Mais oui, je devine bien ta question, et je pense être a priori d'accord avec ton ressentit.

Mais je t'invite à continuer la discussion sur le fil ouvert par bonheur ;)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion