Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Célibataire amant d’une femme mariée

Polyamour.info
#
Profil

Cmoi

le dimanche 26 novembre 2017 à 23h12

Célibataire amant d’une femme mariée depuis deux ans, situation voulue et volontaire... j’ai quitté mon ex femme et mon enfant pour rejoindre celle qui me faisait rêver depuis 30 ans. J’ai quitté mon sud de France pour la rejoindre dans son est natal, petit appartement, je ne vois plus mes enfants, d’une vie de famille je me retrouve dans une région inconnue loin de mon passé, de mon cercle amical... Tous cela pour rejoindre l’amour de jeunesse que je n’avais jamais oublié. Nouvelle région, nouveau boulot, pas de passé ici, aucun lien amical... Je l’attend. Mariée et bien mariée, je ne la vois que trop peu, moment intense pour moi néanmoins, une fois par semaine parfois un court, trop court instant!!! Et elle repart auprès des siens... Amant célibataire d’une femme mariée et oui ça existe!!! Ma vie n’est guère enviable, cette situation incongrue est plutôt rare pour un homme, situation plutôt vécue par certaines femmes. Pour le moment je le vis comme une passion qui se caractérise par ce que l’on subit bien plus qu’on ne maîtrise. Mais je l’aime et je continu d’espérer qu’un de ces jours...

#
Profil

Diomedea

le lundi 27 novembre 2017 à 07h58

Bonjour Cmoi
Merci pour ton témoignage, d'où émane une certaine solitude ... "une passion qui se caractérise par ce que l’on subit bien plus qu’on ne maîtrise" : il me semble que personne n'a jamais su maitriser une passion, mais la subir est une triste façon de la vivre - je présume que tu nous as écrit pour que cela ne perdure pas?
Dis-nous plus, stp, de comment nous pourrions t'accompagner?
Est-ce que cette relation est polyamoureuse et pas simplement adultère (je n'utilise pas le mot de manière critique - beaucoup d'entre nous sommes passés par cette case avant d'assumer l’honnêteté et la bienveillance nécessaires aux relations polyamoureuses ) ?
Le mari de ton amante est-il au courant, ont-ils un mariage 'ouvert'? Sinon, cherches-tu/cherchez-vous une relation sans cachotterie? ou même une relation entre vous tous?
Donc : "je continu d’espérer qu’un de ces jours... " - qu'espères-tu?

Message modifié par son auteur il y a 14 jours.

#
Profil

bonheur

le lundi 27 novembre 2017 à 11h14

Bjr Cmoi. Pourquoi créer une discussion ici ? Ce site parle essentiellement de polyamour et là ta situation n'est pas vraiment en rapport.

Le polyamour est dans un sens de bonheur ouvert et non de d'adultère qui enferme l'amour dans le non-dit, le mensonge.

Je te trouve plus "échoué" que quoi que ce soit d'autre. Sacrifice et amour n'ont jamais fait bon ménage, à mon sens en tout cas.

Non, nous ne passons pas tous par la case adultère. Celle-ci étant un non-sens aux yeux des polyamoureux qui se veulent honnête et franc... Que fait-on de mal en aimant (je ne parle pas de cul, mais bien d'amour) ?

Tu as fait un choix personnel qui est lourd à porter aujourd'hui. J'ai connu des femmes, car souvent les femmes assument, qui avaient fait le même choix que toi, celui de mettre honnêteté et clarté, mais l'objet de l'amour ne fait pas toujours ce choix.

Je rejoins Diomedea : la passion nous prend, on ne la désire pas nécessairement. Par contre, ta solitude, tu n'es pas obligé de la subir, car c'est toi seul qui la construit en te coupant du monde. Bouge, vis... et aime à nouveau si l'amour se présente.

Je serai fourbe si je ne te parlais pas "d'amour toxique". J'ai eu un coup de foudre en 1985 et j'aime toujours autant toutes ces années après. J'ai fait le choix de l'honnêteté par rapport à mon mari et lui l'inverse. Comme je ne voulais pas divorcé pour devenir dépendante de lui et faire comme seul choix lui, il s'est marié à une autre et m'a ainsi obligé (enfin, pas obligé, on a toujours le choix) à un adultère affectif. Je confirme, c'est toxique. En tout cas ce le fut pour moi. Un jour j'en ai eu marre, après une ènième discussion avec mon mari, j'ai fait des adieux définitifs. Il perdure dans mon coeur mais n'envahit plus ma vie. Mon amour est intact mais j'ai éliminé de ma vie notre lien, ce dernier ayant toujours été instable et incertain de son côté. On ne peu obligé quelqu'un à ce qu'il ne désire pas. Et puis, deux mois après mes adieux, Madame (sa femme) m'a téléphonée... J'ai continué d'assumé désirant que l'on se parle à quatre (elle voulait me rencontrer et je ne pouvais pas dire non). Du coup, face à ma demande de grand déballage, nous avons parlé et elle a refusé cette mise au point commune, me faisant promettre de ne jamais dire à son mari qu'elle avait fait cette démarche de m'appeler. C'en est resté là. Ils vivent et je vis, toujours avec mon mari et mes autres amours ouverts.

Mon histoire n'est qu'un exemple et mon opinion n'engage que moi.

Message modifié par son auteur il y a 14 jours.

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 27 novembre 2017 à 15h37

J'ai déjà été l'amant d'une femme mariée. Je suis pas certain que ce soit si rare que ça pour un homme.
Bon, ça ne fait pas avancer le débat. Pour moi, tu ne peux pas vivre une relation une journée par semaine. Ce serait toxique à long terme pour toi, et puis, j'imagine pas la pression que tu lui mets à elle, vu que cette journée tu l'attends toute la semaine. Il faut que tu prennes de la distance.
Je t'encouragerai à lire le Choc amoureux d'Alberoni, qui te fera relativiser sur le sentiment amoureux (pour une fois que je propose un bouquin ici, je suis content). Et peut-être sortir de cette situation autrement que dans la douleur. Le polyamour étant une solution qui te permettrait de conserver ton amour pour elle tout en continuant de vivre. Mais es tu prêt à un tel changement de mode de vie ?

#
Profil

gdf

le lundi 27 novembre 2017 à 16h52

Hello
Amant d'une femme mariée, ce n'est pas forcément rare. L'amant de ma femme ne sort qu'avec des femmes mariées, comme ça il les a pas sur le dos en permanence. Mais bon, c'est assez différent de ton cas...

Que ce soit du polyamour ou de l'adultère, tu es dans une situation difficile, et je dirais que c'est autant à cause du dépaysement que de la relation amoureuse.
Si je peux te donner un conseil, profite du temps que tu as avec elle, même s'il te paraît insuffisant, mais surtout reconstruis sa vie indépendamment d'elle. Il ne faut pas voir les moments où elle n'est pas là comme un manque, mais plutôt les moments où elle est là comme un bonus.

Enfin puisqu'on est sur le site polyamour.info, il faudrait clarifier la situation du mari. Tout le monde s'en portera mieux si votre relation est transparente.

#
Profil

bonheur

le lundi 27 novembre 2017 à 18h12

Je viens de terminer le livre que bidibidibidi conseille. C'est en effet un ouvrage consacré exclusivement à l'amour naissant et on y trouve des pistes intéressantes. Je conseillerai plutôt "aimer, coup de foudre, passion et grand amour" de Susan Baur qui est je dirais plus facile d'accès. Les deux sont différents et les "conclusions" sont divergentes. Il est toujours intéressant de ne pas avoir une seule source d'information.

#
Profil

Cmoi

le mercredi 29 novembre 2017 à 09h23

Merci de ton message, et non son mari ignore min existence, rien de tordu en fait de mon côté, si polyamour existe dans ma situation, c’est plutôt ma partenaire qui est dans ce cas car elle est mariée! Quant à moi, amoureux fou d’elle, mon amour d’adolescence, j’ai tout quitté 30 ans après notre rencontre initiale pour enfin la rejoindre alors qu’elle était mariée... Je suis venu la chercher lui au je dit, mais elle n’est toujours pas prête... Je suis donc devenu son amant célibataire et fidèle à elle... Non je ne suis personnellement pas en situation de polyamour comme tu le constateras mais plutôt victime de ma passion pour elle, et quelque part un peu victime de son polyamour à elle, même si par amour et mon côté exclusif, je suis confronté au polyamour en acceptant d’être elle seule alors qu’elle me «  partage » avec son mari par le biais de son mariage! Je voulais savoir si d’autres hommes vivaient une situation similaire à la mienne. Merci tout de même de l’intert porté à mon modeste récit.

Diomedea
Bonjour Cmoi

Merci pour ton témoignage, d'où émane une certaine solitude ... "une passion qui se caractérise par ce que l’on subit bien plus qu’on ne maîtrise" : il me semble que personne n'a jamais su maitriser une passion, mais la subir est une triste façon de la vivre - je présume que tu nous as écrit pour que cela ne perdure pas?

Dis-nous plus, stp, de comment nous pourrions t'accompagner?

Est-ce que cette relation est polyamoureuse et pas simplement adultère (je n'utilise pas le mot de manière critique - beaucoup d'entre nous sommes passés par cette case avant d'assumer l’honnêteté et la bienveillance nécessaires aux relations polyamoureuses ) ?

Le mari de ton amante est-il au courant, ont-ils un mariage 'ouvert'? Sinon, cherches-tu/cherchez-vous une relation sans cachotterie? ou même une relation entre vous tous?

Donc : "je continu d’espérer qu’un de ces jours... " - qu'espères-tu?


Message modifié par son auteur il y a 2 jours.

#
Profil

Cmoi

le mercredi 29 novembre 2017 à 09h28

Grand merci de ton commentaire nourrit de ton récit, nous partageons sans doute plus que desimlitudes en outre l’ànee 1985, je suis désormais dans l’est De France à cause de cette rencontre en ...1985

bonheur
Bjr Cmoi. Pourquoi créer une discussion ici ? Ce site parle essentiellement de polyamour et là ta situation n'est pas vraiment en rapport.

Le polyamour est dans un sens de bonheur ouvert et non de d'adultère qui enferme l'amour dans le non-dit, le mensonge.

Je te trouve plus "échoué" que quoi que ce soit d'autre. Sacrifice et amour n'ont jamais fait bon ménage, à mon sens en tout cas.

Non, nous ne passons pas tous par la case adultère. Celle-ci étant un non-sens aux yeux des polyamoureux qui se veulent honnête et franc... Que fait-on de mal en aimant (je ne parle pas de cul, mais bien d'amour) ?

Tu as fait un choix personnel qui est lourd à porter aujourd'hui. J'ai connu des femmes, car souvent les femmes assument, qui avaient fait le même choix que toi, celui de mettre honnêteté et clarté, mais l'objet de l'amour ne fait pas toujours ce choix.

Je rejoins Diomedea : la passion nous prend, on ne la désire pas nécessairement. Par contre, ta solitude, tu n'es pas obligé de la subir, car c'est toi seul qui la construit en te coupant du monde. Bouge, vis... et aime à nouveau si l'amour se présente.

Je serai fourbe si je ne te parlais pas "d'amour toxique". J'ai eu un coup de foudre en 1985 et j'aime toujours autant toutes ces années après. J'ai fait le choix de l'honnêteté par rapport à mon mari et lui l'inverse. Comme je ne voulais pas divorcé pour devenir dépendante de lui et faire comme seul choix lui, il s'est marié à une autre et m'a ainsi obligé (enfin, pas obligé, on a toujours le choix) à un adultère affectif. Je confirme, c'est toxique. En tout cas ce le fut pour moi. Un jour j'en ai eu marre, après une ènième discussion avec mon mari, j'ai fait des adieux définitifs. Il perdure dans mon coeur mais n'envahit plus ma vie. Mon amour est intact mais j'ai éliminé de ma vie notre lien, ce dernier ayant toujours été instable et incertain de son côté. On ne peu obligé quelqu'un à ce qu'il ne désire pas. Et puis, deux mois après mes adieux, Madame (sa femme) m'a téléphonée... J'ai continué d'assumé désirant que l'on se parle à quatre (elle voulait me rencontrer et je ne pouvais pas dire non). Du coup, face à ma demande de grand déballage, nous avons parlé et elle a refusé cette mise au point commune, me faisant promettre de ne jamais dire à son mari qu'elle avait fait cette démarche de m'appeler. C'en est resté là. Ils vivent et je vis, toujours avec mon mari et mes autres amours ouverts.

Mon histoire n'est qu'un exemple et mon opinion n'engage que moi.


Message modifié par son auteur il y a 2 jours.

#
Profil

Cmoi

le mercredi 29 novembre 2017 à 09h30

J’ai adoré ton conseil je ne sais si j’aurai la force de me l’appliquer toutefois bravo de ce conseil éclairé et juste.!

gdf
Hello

Amant d'une femme mariée, ce n'est pas forcément rare. L'amant de ma femme ne sort qu'avec des femmes mariées, comme ça il les a pas sur le dos en permanence. Mais bon, c'est assez différent de ton cas...

Que ce soit du polyamour ou de l'adultère, tu es dans une situation difficile, et je dirais que c'est autant à cause du dépaysement que de la relation amoureuse.

Si je peux te donner un conseil, profite du temps que tu as avec elle, même s'il te paraît insuffisant, mais surtout reconstruis sa vie indépendamment d'elle. Il ne faut pas voir les moments où elle n'est pas là comme un manque, mais plutôt les moments où elle est là comme un bonus.

Enfin puisqu'on est sur le site polyamour.info, il faudrait clarifier la situation du mari. Tout le monde s'en portera mieux si votre relation est transparente.

#
Profil

Cmoi

le jeudi 30 novembre 2017 à 21h39

Je n’en sais plus rien à dire vrai. En outre ce soir je ne sais plus trop où j’en suis, elle découche pour raison pro ce soir, son mari lui a souhaité bonne bourre c’est pour dire à quel point de suspicion ils en sont, toutefois à l’issue de sa sortie, elle dormira chez sa mère alors que son lieu de sortie se situe à deux pas de mon domicile... Je l’aime depuis 35 ans au point de quitter mon ex femme et mon enfant pour la rejoindre enfin Et la ce soir je doute de sa sincérité, de plus mon existence est tellement vide sans elle... période de doute, de ras le bol et de révolte..

bidibidibidi
J'ai déjà été l'amant d'une femme mariée. Je suis pas certain que ce soit si rare que ça pour un homme.

Bon, ça ne fait pas avancer le débat. Pour moi, tu ne peux pas vivre une relation une journée par semaine. Ce serait toxique à long terme pour toi, et puis, j'imagine pas la pression que tu lui mets à elle, vu que cette journée tu l'attends toute la semaine. Il faut que tu prennes de la distance.

Je t'encouragerai à lire le Choc amoureux d'Alberoni, qui te fera relativiser sur le sentiment amoureux (pour une fois que je propose un bouquin ici, je suis content). Et peut-être sortir de cette situation autrement que dans la douleur. Le polyamour étant une solution qui te permettrait de conserver ton amour pour elle tout en continuant de vivre. Mais es tu prêt à un tel changement de mode de vie ?

#
Profil

Indi

le vendredi 01 décembre 2017 à 10h55

Pour avancer, je crois qu'il faut mettre les mots justes sur ce qu'il t'arrive. Tu n'es pas "amoureux" : tu es simplement dépendant.

Tu n'es pas un cas isolé. Jacques Brel a d'ailleurs consacré une grande part de son œuvre à chanter les hommes dans ta situation ! "Ne me quitte pas", "Mathilde", "Les bonbons", "Vesoul" et probablement bien d'autres sont toutes des chansons sur des hommes en état de dépendance et sur les comportements lamentables qui en découlent.

On peut très bien "vivre un relation une relation" une fois par semaine... ou une fois par mois. On peut même vivre des relations à distance. Cela est possible à condition de ne pas être dépendant, de ne pas croire qu'il est nécessaire de vivre collé à un(e) autre pour être heureux. Le bonheur se trouve dans des choses simples, pas dans "le grand amour" et autres âneries idéologiques. (Ce que couvrent les mots "amour" et "amoureux", d'une façon générale, c'est du baratin !)

Mais passons à des choses un peu plus importantes ! Comment vont tes enfants ? Est-ce qu'on s'occupe bien d'eux en ton absence ? Comment vont tes amis ?

Pour conclure, je crois bien que la souffrance que tu ressens, tu te l'infliges à toi-même. Je crois aussi que si tu songeais à t’occuper de tes enfants et de tes amis et d'autres choses importantes pour toi, tu te porterais bien mieux.

#
Profil

calinou696

le vendredi 01 décembre 2017 à 14h11

C'est bien dit. Il est temps de prendre soin de toi je crois.

#
Profil

bidibidibidi

le vendredi 01 décembre 2017 à 16h24

Cmoi
Je n’en sais plus rien à dire vrai. En outre ce soir je ne sais plus trop où j’en suis, elle découche pour raison pro ce soir, son mari lui a souhaité bonne bourre c’est pour dire à quel point de suspicion ils en sont, toutefois à l’issue de sa sortie, elle dormira chez sa mère alors que son lieu de sortie se situe à deux pas de mon domicile... Je l’aime depuis 35 ans au point de quitter mon ex femme et mon enfant pour la rejoindre enfin Et la ce soir je doute de sa sincérité, de plus mon existence est tellement vide sans elle... période de doute, de ras le bol et de révolte..

Je rejoins les deux personnes au dessus, notamment quand tu parles de douter de sa sincérité. Soyons honnête, elle dort où elle veut. Le fait que ce soit "plus pratique" de dormir chez toi ne l'oblige en rien à y dormir. Elle veut peut-être voir sa mère. Le fait que son mari lui souhaite "Bonne bourre." l'affecte peut-être au point de ne pas vouloir te voir ce soir là. Quand tu dis : "je doute de sa sincérité", j'entends la même chose qu'Indi, j'entends dépendance, j'entends possessivité, j'entends toxicité (pour toi et pour elle). Tu ne vas pas créer une relation épanouie dans ces conditions là, tu vas l'étouffer elle, jusqu'à la crise. Et en général, c'est l'amant qui se fait jeter en cas de crise.

#
Profil

Camille_B

le vendredi 01 décembre 2017 à 19h05

La vraie question : t'as-t-elle "poussée" à mettre un terme à ta vie familiale, à tout quitter pour elle ? Est-ce une demande de sa part ? T'a-t-elle fait des promesses de quitter son mari pour toi, de te voir plus etc. etc.

Si ça n'est pas le cas, c'est simple : tu n'as pas à douter de sa sincérité, mais peut-être bien de la tienne. Tu t'es peut-être simplement illusionné toi-même.

Je sais que c'est dur à entendre, mais aimer une personne depuis 35 ans, et tout quitter pour elle, aussi beau que cela puisse paraître ne donne aucun droit sur cette personne, aucun.

#
Profil

bonheur

le vendredi 01 décembre 2017 à 21h33

Je n'ai jamais connu quelqu'un qui n'est jamais vécu un coup de foudre comprendre ce qui se passe à l'intérieur de la personne qui le vit. Ca marque à vie et la seule façon que l'on ai, ce sont nos actes. Concrètement, ce n'est pas une dépendance. On agit par évidence, parce que l'on ne peut vivre autrement... y compris si c'est irrationnel pour le commun.

Je comprend donc parfaitement Cmoi et je regrette la situation dans laquelle il se trouve. Je ne parle pas de son éloignement avec son passé, je parle de sa difficulté à se trouver une place dans ce présent qu'il imaginait autrement (je le suppose).

Je ne crois pas qu'actuellement des tonnes de questionnements soient appropriés. Ce ne le serait pas pour moi en tout cas. Cmoi a un long chemin à faire, seul ou accompagné par de nouvelles personnes. Trop tôt pour y voir clair et être lucide à 100%.

Pour parler uniquement coup de foudre, je suis dispo en message privé. Cmoi, Je t'indique mon mail perso via ton profil et ton adresse perso. Les dialogues sont plus sereins en privé.

#
Profil

Camille_B

le samedi 02 décembre 2017 à 14h50


On agit par évidence, parce que l'on ne peut vivre autrement... y compris si c'est irrationnel pour le commun.

Bien sûr que l'on ne peut pas faire autrement, et que cela parait irrationnel ( mais je n'aime pas ce terme qui est trop binaire et n'a pas grand sens si on y réfléchit ).

Cmoi a effectivement un long chemin à faire, mais cela fait tout de même 35 ans qu'il le fait. Si au bout de 35 ans de questionnement il n'est toujours pas temps de se "poser des questions", quand le faire ? Vivre dans la souffrance ad vitam aeternam comme seul horizon ?

Et puis, il ne s'agit pas de simples questionnements rationnels ici, mais bien d'un travail en profondeur qu'il s'agit, et on ne perd rien à le faire au plus tôt.

J'ai vécu récemment deux "coups de foudre". L'un relevait clairement d'une cristallisation, et je l'ai vite compris, cela ne m'a pas empêché de foncer tête bêche parce que, comme tu le dis, on ne peut pas faire autrement. Il reste que prendre conscience assez tôt de ce risque de la cristallisation m'a permis de bien appréhender le virage du "râteau" ( qui était inévitable ).

Le deuxième était beaucoup plus profond, car vrai, et là, évidemment, il n'y a aucun problème, ni souffrance, car les choses sont claires et la confiance complète. Quelle que soit la direction que pourrait prendre cette histoire, elle sera positive car ancrée dans le vrai.

Essayer de comprendre en profondeur ses sentiments profonds n'est pas quelque chose qui "brise la magie" ou qui pourrait intervenir "trop tôt", c'est quelque chose qui nous permet de prendre le chemin qui est bon pour nous.

Message modifié par son auteur il y a 9 jours.

#
Profil

bonheur

le samedi 02 décembre 2017 à 20h28

Attention, dans le coup de foudre l'impact est à vie (de ce que j'en ai vécu et de ce que j'en ai lu, bcp lu). Je doute que Cmoi est gamberger pendant 35 ans. Juste l'impact ne s'efface pas.

Mon coup de foudre de 1985, qui n'a jamais admis son amour, bien que nous en vivions l'instant m'a dit en 2012 "la vie est passée, nous a éloignée, rassemblée, mais ça c'est toujours resté". J'ai demandé ce que "ça" voulait dire ? Aucune réponse, juste un énorme soupir. Moi j'appelle cela une attitude de fuite vécu par une personne qui a peur et qui donc n'arrivera jamais à vivre sereinement.

La période de 35 ans n'est pas 35 ans de pure réflexion. Je crois que l'interrogation serait peut être plutôt : pourquoi je n'ai pas construit ma vie avec elle ? Mon coup de foudre a dit un jour à mon mari que la seule femme avec laquelle il aurait pu être vraiment heureux était la sienne (donc moi)... Il l'a dit à mon mari, mais moi, que dalle.

#
Profil

Cmoi

le mercredi 06 décembre 2017 à 15h49

Au cours de ces trente cinq ans nous nous sommes entrecroisés une ou deux fois par an, une nuit tout su plus, le plaisir était le même et il m’arrivait d’envisager déjà de tout quitter pour elle et elle m’écoutait sans mot dire...et pourtant en décembre 2015 je quittais tout, famille, région, pour la rejoindre. Bientôt deux ans désormais, une à deux heures maximum par semaine nous nous retrouvons et c’est toujours aussi difficile pour moi de la laisser repartir... Je crois en elle même si au fond de mon coeur je crains n’être que son souvenir d’adolescence bien plus mince et joli que son mari mais ce n’est pas facile tous les jours pour autant.. Elle ne m’a jamais demandé de faire ce que j’ai fait, mais ne s’est jamais opposé à mon projet de la rejoindre à l’epoque Or qui ne dis mot consent ne dit on pas? J’ai presque 50 ans je lui ai promis en 1985 de tout faire pour la rejoindre un de ces jours et de n’être qu’a elle,quelle que soit sa situation . Ce que je promettais je l’ai fait et le subit aujourd’hui, Je verrais bien, tiendrais je le coup? L’avenir nous le dira, en tous cas merci de ton commentaire qui a su me faire réagir . Merci à toi!

Camille_B
La vraie question : t'as-t-elle "poussée" à mettre un terme à ta vie familiale, à tout quitter pour elle ? Est-ce une demande de sa part ? T'a-t-elle fait des promesses de quitter son mari pour toi, de te voir plus etc. etc.

Si ça n'est pas le cas, c'est simple : tu n'as pas à douter de sa sincérité, mais peut-être bien de la tienne. Tu t'es peut-être simplement illusionné toi-même.

Je sais que c'est dur à entendre, mais aimer une personne depuis 35 ans, et tout quitter pour elle, aussi beau que cela puisse paraître ne donne aucun droit sur cette personne, aucun.

Message modifié par son auteur il y a 5 jours.

#
Profil

Cmoi

le mercredi 06 décembre 2017 à 16h15

Merci de prendre ma défense en quelque sorte, oui tu as compris, il s’agit bien de mon unique coup de foudre de ma vie, il date de 1985 mais n’a jamais cessé de me hanter et m’a mené à la situation que je vis actuellement ..Merci de ton analyse qui est à mes yeux exact ! Merci à toi ! cendrillon bien

bonheur
Je n'ai jamais connu quelqu'un qui n'est jamais vécu un coup de foudre comprendre ce qui se passe à l'intérieur de la personne qui le vit. Ca marque à vie et la seule façon que l'on ai, ce sont nos actes. Concrètement, ce n'est pas une dépendance. On agit par évidence, parce que l'on ne peut vivre autrement... y compris si c'est irrationnel pour le commun.

Je comprend donc parfaitement Cmoi et je regrette la situation dans laquelle il se trouve. Je ne parle pas de son éloignement avec son passé, je parle de sa difficulté à se trouver une place dans ce présent qu'il imaginait autrement (je le suppose).

Je ne crois pas qu'actuellement des tonnes de questionnements soient appropriés. Ce ne le serait pas pour moi en tout cas. Cmoi a un long chemin à faire, seul ou accompagné par de nouvelles personnes. Trop tôt pour y voir clair et être lucide à 100%.

Pour parler uniquement coup de foudre, je suis dispo en message privé. Cmoi, Je t'indique mon mail perso via ton profil et ton adresse perso. Les dialogues sont plus sereins en privé.

#
Profil

artichaut

le mercredi 06 décembre 2017 à 18h12

Cmoi
Or qui ne dis mot consent

euh... Non.
Qui ne dis mot.. ne dis mot. et c'est tout ce qu'on peut en conclure.

Cette expression fait partie de ce qu'on appelle «  la culture du viol ». Et au demeurant, est totalement fausse.

Qui ne dis mot.. peut :
- consentir
- NE PAS consentir
- ne rien en penser
- en avoir rien à foutre
- ne pas savoir quoi dire
- être mal à l'aise
etc

mais en tout état de cause.. on ne peut RIEN en déduire (sauf qu'elle ne dit mot).

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion