Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Les soirées câlins

Romantisme
#
Profil

Acajou

le dimanche 26 novembre 2017 à 17h39

J’ai eu l’occasion d’expérimenter les soirées câlins avec Les chahuteuses au mois de mai et avec Les ateliers câlins en septembre, et j’ai trouvé ça assez extraordinaire. Leurs ateliers sont toujours complets, c’est dire.

J’avais déjà l’expérience avec mes compagnes de partager de l’affection et de la tendresse, mais là c’était l’occasion de découvrir différentes personnes dans la même soirée. Chaque personne a sa manière de câliner, de donner de l’affection. C’est chou.
A la dernière soirée, j’ai trouvé par exemple qu’une personne était très délicate, donnait beaucoup, une autre suscitait beaucoup le désir, et une autre suscitait beaucoup l’émotion.
En fait ce qui est bien c’est que ce sont ni des relations amoureuses à proprement parler car l’engagement reste assez limité, ni du libertinage où la sexualité est très directe, ni de la masturbation intellectuelle où on théorise sur les relations. C’est un bon équilibre je trouve. Le fait d’imposer une limite, pas de kiss, pas de sexualité pendant la soirée fait que le plaisir est beaucoup plus centré sur la tendresse. Donc quelque-part un bisou aurait un goût d’interdit, et est d’autant plus apprécié en ayant attendu d’avoir le droit de le faire.

Moi personnellement, je pense que d’autres soirées où ces règles sont plus souples seraient l’idéal pour moi. Légèrement plus souples mais absolument pas libres comme dans le libertinage où ça va beaucoup trop vite pour moi et où je ne trouve pas le temps d’apprécier. Un peu comme une obligation de susciter le désir. Du coup avec les bisous et la sexualité permise, mais de manière très restreinte (en tout cas vraiment pas ce qu’on peut voir dans les clubs libertins) : pas de commentaires salaces ni de brutalité, tout en douceur et des préliminaires longues. Est-ce que cela porte un nom ?
Et en même temps je trouve important de discuter et de partager les émotions, pour se mettre d’accord sur les choses à partager avant. J’ai constaté notamment à la dernière soirée que la plupart des femmes étaient à l’aise, mais l’une d’entre elles semblait mal à l’aise, très émue, je lui ai parlé, et en fait j’ai clairement vu qu’elle avait besoin de parler avant d’entreprendre, elle m’a dit avoir des difficultés à dire non, je lui ai dit d’y aller mollo, de ne pas se forcer vu l’état dans lequel ça la mettait. Et en même temps c’était bizarre car elle m’a sorti un truc genre elle a payé la soirée donc elle veut en profiter au maximum. Je lui ai dit que ce n’était pas l’usine à câlins non plus et que le but c’est qu’elle se sente bien. Elle était contente qu’on en parle, après elle m’a pris dans ses bras. C’était vraiment émouvant, ça m’a beaucoup touché de rencontrer cette personne.
Ce qui est bien aussi c’est d’oublier un peu toutes prises de têtes à savoir qui on est, s’il y a un engagement amoureux ou pas, et que d’où qu’on vienne, on se retrouve à se donner de l’affection.

Il y a une autre personne qui m’a fait un compliment sur ma manière de câliner, ça m’a beaucoup touché et je pense que ça me fait plaisir d’être valorisé par rapport à ça. J’ai toujours cru que c’était compliqué d’avoir un câlin avec une personne alors qu’il suffisait d’en parler et de se mettre d’accord sur ce qu’on pouvait partager. Les "étapes" avant ça me prenaient gravement la tête.

Et quand au consentement moi je trouve qu’il est important de comprendre comment je vois les choses. Tout le monde comprend ce qu’est un oui, ce qu’est un non, ce sont les limites extrêmes, mais entre les deux il y a tout une zone grise qui est extrêmement vaste. Quand je câline une personne que je ne connais pas, évidemment il y avait dans ces soirées la nécessité d’un oui explicite avant "pour un câlin". Mais c’est quoi un câlin ? Comment ? Quelle durée ? Quels gestes ? Etc etc. Du coup en fait moi je pense que le consentement idéal dans ces moments-là c’est une écoute perpétuelle et réciproque de l’un et de l’autre. C’est pas un oui ou un non brutal, c’est d’entreprendre un truc délicatement, tâtonner, sentir si ça plaît à l’autre ou pas, s’exprimer doucement sur ce que l’autre fait, c’est changer de chemin, revoir sa manière de faire, revenir en arrière, comme une sorte d’aventure.
Le consentement peut être verbal, mais pas uniquement, les gestes et l’attitude, délicate, avec les expressions du visage, et du regard qui sont aussi importants. Et pour ne pas se planter sur les limites d’autrui, il est possible d’entreprendre des trucs très simples et non risqués, de se positionner à une distance qui laisse le choix à l’autre, etc. Tout n’est pas verbal, il y a une partie de nos interactions qui sont non-verbales, avec parfois des différences d’interprétation à éclaircir, comme dans le verbal finalement.
C’est quelque-chose que je fais très spontanément lors d’un câlin avec la gestuelle physique, mais ça pourrait très bien s’appliquer aux relations en général dans les attitudes et la communication avec autrui (même si c’est un peu plus difficile parfois pour moi verbalement en tout cas). Les fois où ça s’est bien passé sont quand j’ai écouté mon ressenti, et les fois où ça s’est mal passé sont quand je n’ai pas écouté mon ressenti, c’est simple en fait.

J’avais réfléchi à organiser ce type de soirées, mais je pense que c’est un peu beaucoup pour l’instant, j’avais plutôt envie de faire ça à titre individuel, spontanément avec une ou quelques personnes de confiance. Du coup, cela étant un peu à cheval entre une annonce et un évènement. Ça me ferait plaisir qu’on me contacte, mais j’aimerais quand même en parler pour avoir votre avis sur le principe car je garde en tête l’idée d’en organiser un jour. (Et vous pouvez aussi raconter vos expériences de cuddle party sur ce post.)

Si je résume, les principes :
- Partage d’affection, de tendresse, mais avec l’accord de la personne
- Emotions, potentiellement fortes mais pas nécessairement un engagement amoureux au-delà de la soirée
- Sexualité et sensualité mais limitée, et pas de libertinage ni d’érotisme lourdingue
- Ecoute attentive, quelques principes théoriques mais sans masturbation intellectuelle

A vos avis.

#
Profil

bonheur

le lundi 27 novembre 2017 à 12h26

Je m'interroge car j'ai vécu quelque chose correspondant à ce que tu décris dans le milieu libertin. Nous avons partagé notre passion commune (nouvelle pour l'un comme pour l'autre) pour la photo érotique et nous avons énormément dialoguer, le bien être de nous deux, enfin nous trois (photographe compris) étant LE point essentiel. Nous n'y avons adjoint aucune sexualité (aucune pénétration, aucun attouchement du sexe).

Je m'interroge, pourquoi vouloir associé une sexualité à du câlin ? C'est tellement délicieux, le câlin sans aucun parasitage.

Dans le milieu libertin, on a la possibilité d'indiquer ce que l'on désire. L'autre aussi. Un compromis est trouvé ou alors on passe son chemin. Je verrai plus cette démarche en milieu libertin que dans le polyamour. Je suis toujours navrée que l'amour soit extrait de la démarche en milieu polyamoureux alors qu'il devrait en être au centre. Encore une fois, ce n'est que moi et ma réaction.

Personnellement, même si c'était à proximité géographique, ce serait non pour moi.

Ah oui, aussi, il existe la calinothérapie, en dehors de tout rapport sexuel et en cela j'y crois. Il existe des personnes en "misère affective" et à qui cela ferait beaucoup de bien.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Noxaeternae

le lundi 27 novembre 2017 à 14h45

bonheur
Je suis toujours navrée que l'amour soit extrait de la démarche en milieu polyamoureux alors qu'il devrait en être au centre.

Je me permet d'intervenir car je ne comprend pas cette phrase. C'est une expérience personnelle ? De ce que j'ai pu en voir dans mon cercle de relations, l'amour est la base donc je ne comprends pas ta phrase.

(Si je suis trop hors-sujet, je supprime, n'hésitez pas.)

#
Profil

bidibidibidi

le lundi 27 novembre 2017 à 14h50

Je suis assez d'accord avec Bonheur : Je ne vois pas le besoin d'ajouter du sexe à un câlin. Il y a pas de lien entre tendresse et désir, même si les deux peuvent se mêler. Pire, pour moi, ça en changerait drastiquement le but, détruisant complètement l'initiative.

#
Profil

bonheur

le lundi 27 novembre 2017 à 18h21

La sexualité est une composante (ou pas d'ailleurs de l'amour) mais j'ai assisté à des évènements poly où le sexe était la prédominance, et là, c'est ce qui est demandé. A mes yeux, limitée (??) ou non, la nécessité impérative du sexe alors que le câlin est mis en avant, c'est dénaturé le bonheur même de l'affection.

Je ne vois pas non plus pourquoi sexe doit s'adjoindre à câlin. Pourquoi ne pas savourer le câlin sans parasitage ? Je rejoins complètement bidibidibidi. Pour moi, l'amour est essentiellement des émotions et de l'affect. Le sexe est un parasite pour ceux qui ne désirent que cela... et c'est mon cas.

Non, je ne trouve pas que tu sois hors sujet Noxaeternae. Ton incompréhension est légitime et d'ailleurs mes explications te seront peut être floues. Ton rapport à ces deux notions ne sont peut être pas similaire au mien.

#
Profil

Acajou

le lundi 27 novembre 2017 à 19h07

bonheur
Je m'interroge, pourquoi vouloir associé une sexualité à du câlin ?

Pour pouvoir dire non, et risquer l'amour à la place de la sexualité. L'amour n'étant pas interdit. Alors que dans le milieu libertin les sentiments ont plutôt tendance à être proscrits.

Pas complètement sûr qu'il n'y ait aucun lien non plus entre tendresse et désir.

bonheur
des évènements poly où le sexe était la prédominance, et là, c'est ce qui est demandé. A mes yeux, limitée (??)

Ce n'est pas ce que j'ai écrit, ni ce que je propose.
Oui c'est plutôt 90% de câlins. Limitée c'est bien le mot, et pour moi ce n'est pas très difficile de résister, même quand la tentation est là.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le lundi 27 novembre 2017 à 19h47

Si je comprends (mais là je ne suis pas certaine du tout), tu désires de la tendresse, de la provocation sexuelle sans le sexe. Bon, là je suis paumée un peu, pas mal, bcp.

L'intérêt ? Tester sa capacité à ne pas agir alors que l'on provoque sciemment une envie ? Perso, j'ai vécu cela dans le milieu libertin où c'est l'objet pour certaines personnes... ne pas aller jusqu'au sexe, juste l'excitation... sauf que la tendresse et cela, ce sont pour moi des notions différentes. Je ne jouerai par exemple pas à cela avec mes amours, y compris les relations affectueuses asexuées (surtout si j'ose dire).

#
Profil

Acajou

le lundi 27 novembre 2017 à 20h47

Non ce n'est pas une obligation de devoir dire non à la sexualité, c'est "pouvoir" pas "devoir". De la provocation amoureuse avec le sexe.

Moi je suis à peu près sûr de pouvoir résister à la tentation. Ça dépend qui cède en premier. Les autres je ne sais pas.

Du coup la tendresse a intérêt à être extrême, pour ne pas céder. Céder étant autorisé, la différence c'est que les limites ne sont pas imposées par autrui mais ce sont des limites qu'on s'impose soi-même, si à un moment donné on veut essayer de ne pas céder.

Et justement avec les relations affectueuses asexuées, ça me permet de voir si ces personnes arrivent à résister, ou pas.

#
Profil

bonheur

le lundi 27 novembre 2017 à 21h35

??? Le rapport avec l'amour ???

#
Profil

Acajou

le lundi 27 novembre 2017 à 22h36

Le rapport c'est de provoquer un amour fort en autorisant la sexualité, et en laissant la possibilité d'y résister. Et non l'inverse, comme c'est ce que je pense que tu avais compris..

Je trouve que ça apporte un plus, j'arrive à faire l'amour avec beaucoup de romantisme et d'affection. Je ne vois pas ça comme un problème, et encore moins comme un parasitage, à partir du moment où c'est avec douceur et délicatesse, et où ça ne prédomine pas la relation.
Et ça me rassure quand je suis avec des personnes open, même s'il ne se passe rien d'intime, c'est comme si l'idée même était aussi importante que les actes.

D'ailleurs le but de mon post n'était franchement pas le libertinage. Les soirées câlins auxquelles j'ai participé n'étaient clairement pas libertines, et j'ai apprécié beaucoup plus que les clubs lib. Mais c'est important effectivement que les limites soient bien fixées avant. Je parle d'ouvrir les limites un peu plus, ni plus ni moins. Ça existe bien les intermédiaires entre les sentiments et le désir pourtant ? Aimer et désirer à la fois c'est possible aussi pourtant ? (en tout cas pour moi). Parfois c'est que l'un, ou que l'autre, mais les deux c'est bien aussi. Ou utiliser l'un pour renforcer l'autre, comme je disais en début de message.

En bref, je ne fais pas du désir mon ennemi mais plutôt mon allié. Si des personnes n'arrivent pas à se contrôler je suis conscient que c'est un problème, mais ce n'est pas mon cas. C'est même au contraire le rejet et la peur de l'autre qui a tendance à me braquer. Ce que j'ai du mal à contrôler c'est de me renfermer sur moi quand ça ne va pas, ce ne sont pas mes désirs.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 28 novembre 2017 à 10h52

J'avoue avoir du mal à te suivre Acajou. J'ai la sensation que tu as une manière de le vivre, de le ressentir, qui t'est très personnelle.
J'utiliserai pas le terme amour ou aimer pour un atelier câlin, par exemple. Pour moi, c'est un espace sans sentiments comme peut l'être un club libertin. Ce qui ne veut pas dire que les sentiments ne peuvent pas naître, mais qu'ils ne sont pas préexistants. Donc c'est avant tout de la tendresse pour quelqu'un envers qui tu n'éprouves aucun sentiment. Et le fait que des sentiments naissent n'est en rien nécessaire ou même souhaitable, c'est juste un événement sans corrélation.

#
Profil

bonheur

le mardi 28 novembre 2017 à 11h42

Personnellement, les évènements poly façon "je te tripote" ça m’exaspère. Pour moi une rencontre n'a aucun facteur de vouloir tripoter ou me faire tripoter.

Par contre, si je suis proche, je peux être dans le spontané et me rapprocher naturellement de ce qui serait le "free hug" (orthographe ? je ne suis pas anglophone). Certains poly, devenus amis (ou plus pour deux d'entre eux, à une époque). Je fais comme ça me vient et face à mes bras tendus on réagi à sa convenance : enthousiasme partagé ou non.

En libertinage le toucher est régi et je l'ai bien vécu... avec une seule personne pour une raison d'échanges positivés.

L'objet de ma confusion serait plutôt : une rencontre poly qui vire au sexe, est-ce encore une rencontre entre poly ou autre chose ?

Moi c'est clair, je ne participe pas !

#
Profil

kill-your-idols

le mercredi 29 novembre 2017 à 13h15

Acajou

Si je résume, les principes :

- Partage d’affection, de tendresse, mais avec l’accord de la personne

- Emotions, potentiellement fortes mais pas nécessairement un engagement amoureux au-delà de la soirée

- Sexualité et sensualité mais limitée, et pas de libertinage ni d’érotisme lourdingue

- Ecoute attentive, quelques principes théoriques mais sans masturbation intellectuelle

A vos avis.

ça me rappelle des événements auxquels j'avais participé entre 2013 et 2014, et qui étaient basés sur les principes qui tu décris.

En tous cas, c'est très intéressant! :-)

#
Profil

kill-your-idols

le mercredi 29 novembre 2017 à 14h50

bonheur
Je m'interroge, pourquoi vouloir associé une sexualité à du câlin ? C'est tellement délicieux, le câlin sans aucun parasitage.


Pourquoi dire que la sexualité est un parasitage? je trouve au contraire que la sexualité ça rajoute de la profondeur aux câlins!

bonheur
Dans le milieu libertin, on a la possibilité d'indiquer ce que l'on désire. L'autre aussi. Un compromis est trouvé ou alors on passe son chemin. Je verrai plus cette démarche en milieu libertin que dans le polyamour. Je suis toujours navrée que l'amour soit extrait de la démarche en milieu polyamoureux alors qu'il devrait en être au centre. Encore une fois, ce n'est que moi et ma réaction.

Cela est la théorie. Dans la pratique, les interactions dans le milieu libertin sont souvent assez crues et assez directes. Et beaucoup de libertins potentiels viennent dans le milieu polyamoureux en espérant d'y trouver des relations plus respectueuses que celles qu'on trouve dans le milieu libertin classique, sans chercher forcement des relations amoureuses.

Après, peut-être que entre le libertinage et le polyamour, celle-ci soit une troisième voie.

#
Profil

Acajou

le jeudi 30 novembre 2017 à 17h03

bidibidibidi
mais qu'ils ne sont pas préexistants. Donc c'est avant tout de la tendresse pour quelqu'un envers qui tu n'éprouves aucun sentiment.

Par contre moi je ne suis pas comme tu l’écris. Je m’imagine déjà des sentiments avant même de rencontrer certaines personnes, bien souvent. D’où il faudrait que les sentiments ne soient en rien nécessaires ni souhaitables ? Ou alors on n’utilise pas le même vocabulaire, mais c’est garanti qu’après une soirée câlin, je suis bien remué, et j’ai un fort attachement, qui persiste, envers les personnes que j’ai rencontrées. Je ne me laisse pas non plus déborder, même si ça se pourrait, mais en tout cas les sentiments ne sont pas inexistants.

@bonheur, personne ne peut t’obliger à participer à ce type de soirées, surtout si le contact physique te met mal à l’aise. J’ai effectivement des limites qui sont différentes des tiennes, parfois j’ai des envies qui sont bien au-delà des câlins, mais pas tout le temps. Et juste ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dit, ce que tu décris n’est pas dans l’idée que j’avais dans ce post, j’ai parlé de "câliner" et non "tripoter". Puis "qui vire au sexe" n’a rien à voir avec ce que j’ai écrit, j’ai écrit que ça pouvait être sexuel, pas que ça devait, et encore si ça le devait c’est en prenant son temps et avec douceur, et sans objectif d’aller au bout.

#
Profil

Acajou

le vendredi 01 décembre 2017 à 12h55

kill-your-idols
Pourquoi dire que la sexualité est un parasitage? je trouve au contraire que la sexualité ça rajoute de la profondeur aux câlins!

Après, peut-être que entre le libertinage et le polyamour, celle-ci soit une troisième voie.

C'est ça l'idée. Rajouter des saveurs.
C'est comme un cocktail, il y a une différence entre boire un demi avec quelques arômes, et s'enfiler une bouteille de vodka

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion