Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Écoute des victimes de viol, trouver le bon équilibre

(Hors sujet)
#
Profil

gdf

le vendredi 22 décembre 2017 à 18h47

Le sujet #balancetonporc a été (pour de bonnes raisons) fermées. J'espère que celui ci ne partira pas en troll. Il y a eu plusieurs cas en Angleterre récemment de fausses accusations de viol. Je n'en ai pas vu dans les news francaise, donc c'est seulement en Anglais.

www.independent.co.uk/news/uk/crime/rape-convictio...

En résumé, un jeune homme de 26 ans a passé les 4 dernières années en prison pour viol. La police s'aperçoit aujourd'hui (car il y a eu 2 cas du même type ces deux dernières semaines) que la fille qui a porté plainte pour viol avait tronqué les discussions par messagerie pour enlever toutes les parties qui montrait qu'elle était consentante.

L'article conclue en disant que les fausses accusations sont rares, et je ne veux pas laisser entendre qu'il y a un déséquilibre au détriment des hommes. Comme je l'ai déjà dit, le déséquilibre est clairement au détriment des femmes MAIS il faut faut faire attention à ne pas tomber dans l'excès inverse. Il y a des salauds et des hommes honnêtes. Il y a des victimes et des femmes malhonnêtes. Sachons faire la part des choses.

#

BlomLeip (invité)

le vendredi 22 décembre 2017 à 20h38

#

BlomLeip (invité)

le vendredi 22 décembre 2017 à 20h43

(Bon, ce n'est pas le meilleur lien que j'aurais pu donner ; désolé)

#

Kiapicjeo (invité)

le samedi 23 décembre 2017 à 13h03

J'ai mieux. Extrait.

C’est vous, les « not all men », qui m’avez inspiré cet article, mais je m’adresse ici à tous les hommes qui un jour ont souffert d’une culpabilité liée au patriarcat, ou à toutes les femmes qui se sont un jour senties mal de faire peser ça aux hommes. J’en ai fait partie.

Cette culpabilité, cher « not all men », tu la ressens et elle te fait du mal, soit.

Pour autant, si je pense trop à ne pas te culpabiliser, j’en arrive à nier mes propres limites et mes propres besoins.

La raison me semble simple : le fait que les hommes gèrent mal la culpabilité et qu’en général les femmes la portent jusqu’à s’en rendre malade fait partie du patriarcat.

La culpabilité et son corolaire, la honte, sont de puissants régulateurs sociaux.

https://jesuisfeministe.com/2017/10/26/lettre-ouve...

#
Profil

oO0

le samedi 23 décembre 2017 à 21h52

Dans l'histoire de ce jeune anglais, le passage à l'acte n'a pas eu lieu dans les échanges virtuels qui ont été modifié. Cela peut donc être une forme d'équivalent du viol conjugal quand bien même il y a eu un échange apparent de consemtement.

La mention de l'histoire de ce jeune me semble surtout exprimer une peur masculine que la culture masculine elle-même est généralement bien en mal de formuler sans accuser l'autre genre. Pour ce qui est d'éclairer leurs partenaires éventuelles sur leurs propres besoins de sécurité affective que cultive entre eux les hommes ? D'expérience, pas grand chose. J'ai appris davantage sur mes besoins en écoutant ceux des femmes. En fait, j'ai même envie de dire qu'elles ne sont pas assez écoutées sur ce genre de sujet. Si elles l'étaient davantage, ce serait plus facile de se rendre compte que cela correspond également à ses propres besoins de sécurité. La volonté de ne pas faire de tort à une personne ne peut que gagner à être éclairée sur ce qui peut causer de tels torts.

En termes d'écoute, je trouve que ces deux-ci font très fort :
https://www.ted.com/talks/thordis_elva_tom_strange...

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion