Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

"L’archétype de la maîtresse et son impact dans le polyamour"

Communauté
#
Profil

Lili-Lutine

le mardi 14 novembre 2017 à 19h59

La pensée monogame dans les relations non exclusives !
Voici un trop court et rare article qui "ose" un peu aborder ce sujet tabou, ou brulant ?

hypatiafromspace.com/larchetype-de-la-maitresse-da...

Message modifié par son auteur il y a 4 jours.

#
Profil

Carline

le mardi 14 novembre 2017 à 20h30

Oui un article qui aborde directement l'impact de l'influence culturelle sur le mode de vie polyamoureux. En effet, de fait une hiérarchie s'installe. Est ce dû aux sentiments du polyamoureux ? Est ce dû aux termes utilisés de relation primaire, secondaire etc.. qui de fait hierarchise ? Est ce dû au fait qu'en France est véhiculée une peur du célibat, une peur de l'anormal ? Dans ce pays où l'habit fait le moine, doit on se vêtir d'une image sociale acceptable ?

#
Profil

gdf

le mardi 14 novembre 2017 à 20h41

Comparaison intéressante des cultures des deux côtés de l'Atlantique...mais je ne suis pas forcément d'accord avec l'interprétation.
Il y a parmi les polyamoureux des couples primaires avec des relations secondaires, et des individus pratiquant l'anarchie relationnelle.
Si j'interprete correctement, la culture européenne renforce la première situation tandis que la culture américaine favorise la seconde. Je ressens sans l'article une sorte de hiérarchie. Pour caricaturer, le couple primaire, c'est un reste patriarcal, ce n'est qu'une transition entre l'ancien monde monogame (pas bien) et le nouveau monde anarchique (bien). En Amérique, ils iraient directement à la cible. Ici, on resterait coincé avant.
J'aurais tendance à penser que toutes les situations sont appelées à coexister. Certains choisiront l'exclusivité, d'autres le couple ouvert, d'autres l'anarchie. Peut être que l'une ou l'autre situation est plus visible ici ou là, mais à mon avis, ce n'est qu'un prisme. Il y a des anarchistes ici, peut être moins visible. Il y a des couples ouverts la bas, peut être moins visible. (Juste un sentiment, forcément, faute de données sociologiques...)

#
Profil

Toinou

le mercredi 15 novembre 2017 à 15h19

Intéressant.
Mais j'ai la sensation, sans avoir de vrai argument pour le moment, que sa vision est biaisée car simplifiée. Qu'elle a pris un cas de figure d'un coté et un autre de l'autre en oubliant que les deux existaient des deux cotés.

Mais je pense qu'elle est surement mieux placé que moi pour dire ce qu'il en est car elle connait les deux cotés, ce qui n'est pas mon cas.
J'attendrais donc de voir la suite de son analyse :)

#
Profil

kill-your-idols

le mercredi 15 novembre 2017 à 15h47

La maîtresse a moins de droits, mais aussi moins de devoirs que l'épouse légitime. Donc, je préfère largement le modèle français.

#
Profil

Camille_B

le mercredi 15 novembre 2017 à 15h58

@ Toinou :

Oui, moi aussi je suis partagé sur son analyse qui me semble noter quelque chose de pertinent mais me semble le schématiser un peu trop.

Je notais sur mon compte facebook ceci :

"sur le site "more than two", de Franklin Veaux qui est américain, on peut lire :

Many polyamorous relationships follow a “primary/secondary” model, in which one couple, the “primary” relationship, supercedes other “secondary” relationships."

Il semble donc que la notion de partenaire secondaire est loin d'être inconnu dans le monde américain.

Par contre, ce qui me semble peut-être plus pertinent c'est le fait que le partenaire secondaire serait plus souvent, "naturellement", caché, chez les polyamoureux français. Mais caché au sens ou cela est presque considéré comme "normal", là ou dans le couple polyamoureux américain cela serait vu comme problématique.

Je ne sais pas du tout si c'est fondamentalement vrai, mais il est fort probable que l'approche et la perspective porté sur ces situations soient différentes d'une culture à une autre. C'est en tout cas ce que ressent Hypatia quand elle regarde les couples français, et c'est intéressant de le savoir.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion