Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Feminisme pratique

(Hors sujet)
#
Profil

gdf

le lundi 13 novembre 2017 à 17h00

Ca y est, Noël arrive. Enfin, au moins les catalogues de jouets.

En feuilletant celui de la Grande Récré, ma fille a dit "ça s'fait pas, y'a que des garçons". En fait, elle était à la page déguisement, avec un policier, un cowboy, un pirate. Rien pour les filles ? ah si, 7 robes de princesse, de toutes les couleurs.

On s'est remonté le moral en regardant le catalogue Oxybul. On y voit, certes, une page de robe de princesse, mais ensuite des pages mixtes. Wonder Woman à coté de superman. Deux ninjas, garçon et filles, un et une pirate, un et une docteur (et PAS un docteur et une infirmière).
Le petit food truck est imagé par un garçon qui prépare à manger pour une fille.
Même l'établi en bois pour faire du bricolage est partagé.
Oui, il y a encore du boulot, mais on progresse...tout le monde ne s'est pas mis à l'égalité, mais ça va venir.

Donc, pour faire vos courses de Noël, vous savez où aller et où ne pas aller...

#
Profil

Toinou

le lundi 13 novembre 2017 à 17h21

ça me rappelle une anecdote vécu avec ma grande fille âgée à l'époque de 6 ans (si ma mémoire est bonne).
Nous étions chez Flunch sur le chemin des vacances et il y avait un selection de menu pour enfants sur un tableau tactile. Et comme toujours avec les menus enfants : un cadeau.
Ma fille choisit alors fièrement son repas toute seule et au moment du choix du cadeau : elle s'arrête net et se montre toute interdite. Voyant cela, on lui demande ce qu'il se passe, est ce que les jouets proposé ne lui plaisent pas ?
Sa réponse : "Si mais celui qui me plait c'est un jouet garçon".
Sur la borne était affiché :
En bleu : Jouet garçon - un objet batman
En rose : Jouet fille - un objet barbie

Voilà donc comment ma fille s'est retrouvée bloquée entre son envie et l'injonction qui lui était faite par la borne.

Le bon coté des choses c'est que ça a ouvert la discussion sur le fait que ce n'était pas parce qu'elle était une fille qu'elle devait obligatoirement choisir des "truc de filles" et que si les "truc de garçons" lui plaisait il n'y avait rien qui lui interdisait de les choisir.

#
Profil

bonheur

le lundi 13 novembre 2017 à 17h49

Quand j'étais petite (je viens d'avoir 49 ans), c'était encore pire. Pourtant, j'avais tellement rejeté les poupées, les robes... que j'ai fini par pouvoir devenir garçon manqué, enfin pas si manqué que cela. Tout cela pour dire que l'on peut, malgré l'environnement, être comme on sent être et obligé autrui à nous respecter ainsi, juste en étant soi.

Du progrès, oui. Aujourd'hui, une fille peut faire du judo, ça ne choque plus personne. Aujourd'hui, une fille peut aller à l'école en pantalon, ça ne choque plus personne...

Notre exemple, le meilleur, celui qui nous reflète. Chez nous maman lit pendant que papa prépare le repas... ça a toujours été comme ça... et ceux que ça dérange... on s'en fout.

#
Profil

Acajou

le mercredi 15 novembre 2017 à 05h05

Une de mes passions préférées quand j'étais petit c'était de donner vie à mes marmottes en peluche, les faire parler, et inventer des scénarios avec. J'avais la famille marmotte, et je jouais surtout avec deux petites qui avaient toutes les deux un prénom féminin. A un moment donné j'ai voulu leur mettre des robes, mais il n'y avait pas de robes pour marmotte en peluche dans les magasins.
Du coup j'avais pris des vieux bouts de tissus, j'avais découpé ça proprement, et en avait fait avec des épingles.
Et je leur avais construit une maison avec du bois, des portes, des fenêtres, des charnières, des lumières sous 220V..

Par contre impossible d'amener ça à l'école, ni de partager ça avec les autres garçons, ce n'était pas accepté. Je m'en fichais de ce que les autres en pensaient, que j'aime des trucs "de fille", c'était surtout que j'y tenais à mes peluches et je ne voulais pas qu'on me les abîme.

En 5e, je m'étais déguisé en fille pour le mardi gras, je préférais rester seul que de jouer au foot, et j'avais réussi à faire punir les deux classes pour un chagrin d'amour (en faisant une connerie). J'aimais l'équitation, j'écoutais Céline Dion, Lorie et Natasha St Pier. Je ne voulais rien faire comme les autres de toute façon, j'étais un clown et un irréductible. J'avais mauvaise réputation de toute façon, j'étais pas à un truc près sur le genre^^ J'étais féministe en faisant chier le monde. Après j'ai arrêté le féminisme et je suis devenu masculiniste, puisqu'on m'apprécie plutôt comme ça, alors vaut mieux pour moi.

Mais je suis toujours contre les stéréotypes de genre évidemment.

Message modifié par son auteur il y a 3 jours.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion