Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je suis la maîtresse ... jalouse !

#

Lolanna (invité)

le mercredi 11 octobre 2017 à 07h06

Merci à vous,
Je ne considère pas que cette relation est correct, c'est tout le contraire, j'en ai honte. J'ai souvent du mal à me regarder dans le miroir mais je suis vraiment accro.
Merci Suzy, combien de temps cela t'a t-il pris de ne plus souffrir de cette situation ? Est-ce-que tu as réussi à aimer les autres hommes qui ont "partagé" ta vie ?
J'en profite pour préciser que dans cette histoire personne est poly (sauf peut être lui parce qu'il nous aime toutes les deux ?). Si je suis venu ici, c'est parce que je me suis dit que vous seriez assez ouvert pour ne pas me juger ; d'ailleurs, vous ne me jugez pas et je vous en remercie.

#
Profil

bonheur

le mercredi 11 octobre 2017 à 07h22

La différence entre adultère et polyamour c'est le mensonge et la tromperie qui existe chez l'un et pas chez l'autre. Personnellement, je ne peux aider qu'en cas de polyamour, car je ne supporte pas le mensonge. Il est normal que je me sois renseignée et voulu faire la lumière.

Dans tous les cas, pour affronter une situation il faut tout d'abord la regarder en face, et non la travestir. C'est le seul conseil que je puisse donner en la matière. Personne n'a raison ou tort. La situation est désormais établie... tu restes dedans... tu en sors (deux solutions, demander à ton amour d'en parler à son autre amour : polyamour qui fait la lumière ; prendre tes jambes à ton cou et te sauver : te libérer)

#

Lolanna (invité)

le mercredi 11 octobre 2017 à 07h26

Je comprends ta réaction Bonheur, j'ai beaucoup de mal avec le mensonge aussi. Je suis tombée dans un cercle vicieux dont je ne sais pas comment m'en sortir. Je me demande souvent comment j'ai pu tomber dedans et comment je peux accepter.

#
Profil

bonheur

le mercredi 11 octobre 2017 à 21h15

Pour moi, je pense que la seule façon de sortir d'un cercle vicieux, c'est de le transformer en cercle vertueux.

Pour ce qui est du côté accroc, il faut réagir comme pour toute addiction, comprendre qu'il s'agit de quelque chose qui nous pourrit la vie, qui nous contraint. Le polyamour a comme "valeur" la non contrainte, hors l'addiction en est une. L'addiction prive, puisqu'on la subie au lieu de vivre.

Une première démarche, explique à ton amour que ce n'est pas ainsi que tu désires aimer et être aimer.

Afin de comprendre et te situer, tu peux lire le livre de Maryse Vaillant "les hommes, l'amour, la fidélité" et lire un livre sur le polyamour ("vertus du polyamour" de Yves-Alexandre Thalmann ; ou alors "compersion : transcender la jalousie dans le polyamour" de Hypatia From Space). Ainsi, tu auras une réflexion plus saine de ce que tu désires vivre.

L'amour et la relation sont différents. On peut aimer une personne mais que le lien soit toxique pour nous. J'ai eu des relations, pourtant assumée, qui ont mis à jour des incompatibilités, des particularités que je ne peux admettre et qui me rendait malheureuse. Il faut, quand les incompatibilités ne peuvent être "résolues", quitter, faute de créer son propre malheur. On est maître de ses choix et de ses décisions. Ce que l'on ne peut accepter, ne doit pas l'être. Ca peut paraitre cruel, mais c'est parfois salvateur de se séparer, même si l'amour est présent. Plus on se fait de mal, plus on créera de l'aversion envers l'autre, parce qu'il faut un responsable, et que l'on se dédouane ainsi. Donc, dans la séparation, il faut aussi regarder sa part de difficulté en face... ne serait-ce que pour que ça serve de leçon et de piqure de rappel le cas échéant. Il faut apprendre de son passé, et en particulier apprendre sur soi.

Ainsi, de nombreux poly parle d'évolution et de développement personnel. Cette histoire peut être un déclencheur permettant à une meilleure découverte de toi. La souffrance est un excellent déclencheur. Il y a toujours du positif, y compris dans le négatif. Et comme dirait Clément dans son livre "Le bonheur à perpet'", tout est impermanence.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion