Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Vouloir sortir du couple monogame vers le polyamour, mais ne pas pouvoir (théorie vs pratique)

Jalousie
#

(compte clôturé)

le jeudi 26 mars 2015 à 21h43

Bonjour,

J'aimerais témoigner de mon envie de sortir du couple monogame, mais de mon impossibilité à le faire et ce malgré mon travail sur moi-même.

Voilà, je suis dans une relation monogame plutôt stable avec un homme depuis trois ans. Notre rapport est bâti sur l’honnêteté et la communication, à tel point qu’il lui est arrivé de me parler de l’odeur du sexe de ses anciennes fréquentations. Nous tâchons d’accéder ensemble à un degré de liberté de pensée et de liberté sexuelle ; lorsque nous faisons l’amour, il arrive souvent que mon coït signe le mot de la fin. Même si j’ai toujours été en relation amoureuse avec des hommes, je me considère bisexuelle. Mais si mon orientation sexuelle n’est pas normée, ma vision pratique (et non théorique) du couple, bien malgré moi, est hétéronormative.

Un jour, avant de partir en vacances avec ses amis, mon copain m’a rappelé que si je ramenais quelqu’un dans notre lit durant son absence, il faudrait au moins que je lave les draps avant son retour (je pourrai au choix lui faire part de mon aventure ou non). Contrairement à moi (et à beaucoup d’autres femmes), il a non seulement été socialisé comme un homme (apprentissage et intégrations d’un grand nombre de privilèges), mais en sus n’a pas été élevé avec les valeurs de jalousie et de « propriété » exclusive. Dans sa vision, je peux donc séduire et coucher avec qui je veux. Mais ce n’est pas ce que je fais. De son côté, il prend la liberté d'aimer d'autres femmes.

Dans un premier temps, je ne souhaite pas qu’un homme m’octroie cette liberté. Si je couche avec quelqu’un hors de mon couple, c’est d’abord par ce que j’en ai envie et que cette liberté m’incombe. Mon problème, c’est que quand je fais ça, c’est que je me sens mal dans mon couple ou que je me sens en danger. « Pourquoi irais-tu voir ailleurs si tu te sens comblée? », m’a-t-on longtemps martelé dans ma tête. La conséquence est que je me fais du mal, non que j’y prends du plaisir simple. En théorie, j’ai cette liberté, mais en pratique a posteriori, je me sens coupable. J’essaye de m’émanciper de cette forme d’enfermement mental : je m’exerce à accepter de séduire et d’être séduite sur la base du plaisir et non sur celle d’un mal être ou d’une fuite. Je m’exerce à mettre « pourquoi irais-je voir ailleurs si je me sens comblée? » à la poubelle, tout en me questionnant sur ma quête. Certains hommes et femmes vont voir ailleurs même s’ils sont bien dans leur couple, par pur plaisir des corps, des autres et de la sensualité. Pourquoi n’y ai-je pas droit?

De son côté, le fait qu’il puisse avoir des aventures me rend folle. Encore une fois, en théorie, je souhaiterais être heureuse dans un couple libre, voire être polyamoureuse. La liberté des sentiments et la liberté corporelle me séduisent, et je ne crois pas au couple exclusif, c’est pour moi une pure illusion : nous avons toutes et tous du désir et il ne s’arrête pas à la porte de nos couples. Mais voilà qu’en pratique, lorsque j’apprends qu’il a couché avec une femme, je souffre et ne peux m’empêcher d’être jalouse. Je me sens même trahie. Je n’ai pas ce privilège d’être aussi détachée qu’il peut l’être. Je n’ai pas autant accès au plaisir. Je n’ai pas ce privilège de la « compersion ». Comment y accéder? Si vous avez des conseils, je serais heureuse de les lire.

Un grand merci.

#

(compte clôturé)

le vendredi 27 mars 2015 à 16h30

Manuela
«  Pourquoi irais-tu voir ailleurs si tu te sens comblée? », m’a-t-on longtemps martelé dans ma tête.

Je réponds juste à cette phrase.

Je ne sais pas pour vous, les gens, mais en ce qui me concerne c'est souvent quand je me sens bien et comblé que les « occasions » se multiplient. Je crois que le fait d'être bien dans sa peau, de se sentir aimé, apprécié, augmente d'autant plus le charme des gens.
C'est une chouette spirale positive qui me semble tout à fait normale, en fait.
Bon, après il faut faire un peu gaffe au burn out, au trop plein de trop de gens, et de ne plus être bien ouvert à soi-même, mais ça reste chouette.

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

maximum

le dimanche 29 mars 2015 à 14h16

Manuela

je comprends bien ce que tu ressens.Une petite différence dans mon cas ,c'est que ma partenaire doit me convaincre encore ( mais ça avance) de "l'illusion" qu'est le couple exclusif.

manuela
Je n’ai pas ce privilège de la « compersion ». Comment y accéder? Si vous avez des conseils, je serais heureuse de les lire.

là dessus, je te rejoins totalement.Je suis donc preneur des mêmes conseils.
Faut-il croire au vertus du temps en ce domaine?

#
Profil

LuLutine

le dimanche 29 mars 2015 à 23h21

maximum

Manuela
Je n’ai pas ce privilège de la « compersion ». Comment y accéder? Si vous avez des conseils, je serais heureuse de les lire.


là dessus, je te rejoins totalement.Je suis donc preneur des mêmes conseils.
Faut-il croire au vertus du temps en ce domaine?

Bah euh....euuuuhhh !

Je sais pas si ça s'apprend la compersion....???

Hé les autres !

Help ! :/

#
Profil

Siestacorta

le lundi 30 mars 2015 à 00h10

ben c'est que ça s'oppose pas à la jalousie, surtout... Je crois qu'on peut ressentir les deux en même temps.

Donc ça s'apprend pas pour remplacer un ancien sentiment, c'est juste que le valoriser aide à pas considérer la jalousie comme notre seul motivation, je crois.

#
Profil

LuLutine

le lundi 30 mars 2015 à 00h31

Siestacorta
ben c'est que ça s'oppose pas à la jalousie, surtout... Je crois qu'on peut ressentir les deux en même temps.

Hihihi oui et même si je suis plus compersive que jalouse (ressenti une seule fois la jalousie dans toute ma vie) j'ai expérimenté cette simultanéité ! ;)

Siestacorta
Donc ça s'apprend pas pour remplacer un ancien sentiment, c'est juste que le valoriser aide à pas considérer la jalousie comme notre seul motivation, je crois.

Toutafé...

Donc, à défaut d'arriver à ressentir la compersion, aller chercher les articles et discussions du site qui parlent de gestion de jalousie, ça peut peut-être aussi aider...

Y a celui-là par exemple...ou encore ça...

#

(compte clôturé)

le lundi 30 mars 2015 à 14h44

Manuela
Bonjour,

J'aimerais témoigner de mon envie de sortir du couple monogame, mais de mon impossibilité à le faire et ce malgré mon travail sur moi-même.

Sortir du couple monogame ce n'est pas obligatoire. De ton écrit je sens que tu cherches à sortir du couple monogame pas pour te faire plaisir à toi-même, mais pour suivre des théories sur le couple, la société, le rôle de l'homme et de la femme...

sauf que là on parle pas de théories, là on parle de tes tripes.

Et si tes tripes te disent que tu veux une relation monogame, bien, fais-le. Les théories sur les rôles de l'homme et de la femme n'ont pas de pouvoir sur toi, tandis que tes tripes ont le pouvoir de te rendre malade.

Manuela
Un jour, avant de partir en vacances avec ses amis, mon copain m’a rappelé que si je ramenais quelqu'un dans notre lit durant son absence, il faudrait au moins que je lave les draps avant son retour (je pourrai au choix lui faire part de mon aventure ou non).

Il y a pas mal de gens par ici qui aimeraient avoir un copain comme le tien (on a vécu bien pire).

#

(compte clôturé)

le samedi 04 avril 2015 à 20h31

Merci à toutes et à tous pour vos commentaires. Merci LuLutine pour les articles sur la jalousie.

Quelo, c'est clair que je ne me plains pas de mon copain :-) , il m'a permis de m'affirmer et de gagner en liberté.

Au sujet des tripes vs conventions de couples, je pense que le problème est plus compliqué. Je pense que l'aspect socialisant est très fort, le pouvoir coercitif des normes monogames est très fort. Je peux faire le parallèle avec le capitalisme : en tant que militante je veux sortir de ce modèle, mais je suis quand même prise avec pour toutes sortes de raisons. Oui, j'ai vraiment envie d'avoir la liberté d'être polyamoureuse, mais je dois déconstruire encore plein d'affaires apprises depuis mon plus jeune âge qui me prennent aux tripes...

#

(compte clôturé)

le samedi 13 juin 2015 à 18h47

Bonjour à toutes et à tous,

Ça y est, j'ai enfin réussi à m'octroyer le droit d'avoir un autre amant et de ne pas culpabiliser. J'ai réussi à passer de la théorie à la pratique et aussi à placer deux personnes dans ma tête, sans avoir besoin de les comparer, chacun m'apportant quelque chose par sa singularité. Le chemin a été long, il y a eu beaucoup de discussions. C'est beau, très beau! Et je pense que d'avoir réussi moi-même, me permet de faire un pas vers la compersion : puisque je m'accorde ce droit, je dois l'accorder aux autres. À suivre...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion