Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Vingt-quatre heures dans la vie d'une femme

Témoignage
#
Profil

PolyGone

le lundi 12 janvier 2015 à 22h04

Polyamoureuse, enfin un joli mot pour me désigner, même si le correcteur d'orthographe souligne le mot.

Il y a un peu plus d'un an, en couple à l'époque depuis 7 ans - couple en fin de vie, couple au bord de l'asphyxie - je me suis inscrite sur un site de rencontre afin de mettre un peu de piment dans ma vie. En quelques jours et quelques difficultés à faire preuve de discernement dans l'abondance de sollicitations masculines, un contact très intéressant et fort stimulant s'est noué avec deux messieurs. Rapidement nous nous sommes rencontrés. Et le jeu du hasard, ce coquin qui présidait déjà l'affaire, a fait que je les ai rencontrés à 24 h d'intervalle.
Ces rencontres nous ont donné envie de nous revoir, et c'est ainsi qu'ont débuté deux relations en parallèle, en même temps, en secret...

Je pensais que cela ne durerait pas. L'expérience de la vie m'avait appris que forcément, inévitablement l'une au moins de ces deux histoires allait se révéler décevante, qu'une sorte de "sélection naturelle" allait s'opérer, que ma bi-infidélité ne durerait qu'un moment.

Et puis....
14 mois plus tard. Je suis séparée de mon compagnon, et ces deux relations se sont déployées, se sont renforcées. Très vite il a été évident qu'il s'agissait d'amour. Je pensais "je vais dans le mur", "je vais les perdre tous les deux". Mais.... Ce n'est même pas que je ne pouvais pas choisir, c'était que la notion même de choix n'avait aucun sens.

Aujourd'hui je vis deux histoires fortes, riches, passionnantes. Ils connaissent chacun l'existence de l'autre. Ils ont voulu se rencontrer et se parler.
Ces deux hommes sont la lune et le soleil, aussi différents, aussi essentiels. Ils sont intelligents, fins, ils sont courageux. Avec eux je découvre ce qu'être aimée vraiment veut dire.

Et pourtant ce n'est pas facile. Pour l'un d'eux, qui ne connaît la situation que depuis peu, c'est même très difficile.
A nous trois nous découvrons les difficultés que vous connaissez bien. La gestion du planning (une maman avec un enfant qui va chez son père un week-end sur deux, c'est pas ce qu'on fait de plus disponible), et le "trop peu" qui en résulte pour chacun d'eux. La jalousie. L'image sociale. Les questions du genre "comment dire à mon ado que maman aime deux hommes ?". Comment le dire à sa famille. Les amis qui prédisent la chute, ceux qui pensent que je suis une profiteuse, tout ceux qui refusent d'entendre qu'il s'agit d'amour.

Mais un incroyable instinct me souffle depuis le début que c'est bien, que c'est beau, qu'il faut tenir le cap.
Alors quand j'ai découvert votre site il y a quelques jours, quand j'ai lu les témoignages de personnes qui vivent cela, cela m'a fait un bien fou. Loin de l'image de dépravés, d'inconscients, d'exaltés, j'ai lu les messages de personnes sensibles et sensées, de personnes normales qui vivent une histoire hors-norme, du mieux qu'elles le peuvent et avec sincérité. Youpi, je ne suis pas dingue, nous ne sommes pas seuls. Chouette, vous existez et j'en suis plus que ravie.

Une polyaimante nouvellement arrivée.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 12 janvier 2015 à 23h25

Welcome onboard.
Si t'as moyen d'aller à des évènements de café-poly, tu vas voir, l'effet "oh ya des gens comme moi" sera encore meilleur et plus fort, je te le conseille fortement.

Pour celui des deux amants qui est au courant depuis pas longtemps, courage, j'imagine que la façon dont tout ça se passe lui avait quand même donné quelques indices ?

Pour ceux qui prédisent la chute... Je pense à cet article de blog, qui donne un certain recul là dessus.

#
Profil

Nurja

le mardi 13 janvier 2015 à 07h10

PolyGone
La gestion du planning (une maman avec un enfant qui va chez son père un week-end sur deux, c'est pas ce qu'on fait de plus disponible), et le "trop peu" qui en résulte pour chacun d'eux. La jalousie.

Tu ne peux pas les voir en soirée quand tu as ton enfant?

PolyGone Les questions du genre "comment dire à mon ado que maman aime deux hommes ?"

Pour un ado, j'avoue ne pas très bien savoir, j'imagine que cela dépend aussi de l'âge, de la relation, de l'histoire familiale...
Pour un enfant, je trouve cela assez simple si on en parle de pouvoir faire comprendre qu'il y a plusieurs façons de faire les choses. Ma filleule (que j'ai au moins autant que le papa de ton enfant n'a ton enfant chez lui) sait "depuis toujours" que je considère que je trouve qu'on peut avoir plusieurs amoureux. Ça m'a permis de lui dire, par exemple, que j'étais triste parce qu'une relation importante pour moi c'était arrêtée parce que l'amoureux et moi n'étions pas d'accord par rapport au nombre d'amoureux.

#
Profil

jesteban

le mardi 13 janvier 2015 à 11h35

L'amour n'est pas quelque chose qui se partage aux détriments de l'une des deux personnes que l'on aime. On donne à chacun quelque chose de différent. Ce que l'on accorde à l'un n'enlève rien de ce que l'on donne à l'autre, ne restreint en rien ce que l'on éprouve pour l'un ou pour l'autre. Ma femme m'aime et pourtant elle a un ami-amant. Elle a des sentiments autres pour lui, peut être moins exclusifs. Elle le ressent surtout aux moments de leurs unions charnelles: Avec moi c'est une fusion du corps et de l’âme, avec elle c'est une fusion du corps essentiellement.
Comment je le vis moi qui suis encore en situation monogame? Je n'ai plus peur de l'abandon ou de la solitude. Je suis rassasié par l'amour qu'elle me donne et je le reçois comme un don et non comme un dû.
La jalousie si poignante du début s'est envolée quand j'ai compris qu'elle ne hiérarchisait pas l'amour qu'elle nous porte.
Je me sens désormais prêt à m'ouvrir à d'autres femmes sans peur de les aimer plus que mon épouse. Je sais que je pourrais aimer quelqu’un d'autre sans avoir le sentiment de lui priver ma femme de quelque chose.

#
Profil

Junon

le mardi 13 janvier 2015 à 13h51

Bienvenue à toi! Tu as raison de t'accrocher, c'est une belle aventure que vous vivez...

#
Profil

PolyGone

le mardi 13 janvier 2015 à 18h40

Merci Siestacorta.
Tout à fait, j'ai bien l'intention d'aller dès que possible à un café-poly ou soirée débat.
Pour celui de mes deux amours qui n'a appris la situation dans sa totalité qu'il y a peu de temps, en effet les indices étaient plus que criants. Mais il avait fait le choix de ne rien savoir, préférant laisser un voile sur l'organisation de ma vie. J'ai respecté ce souhait autant que possible, sans jamais mentir. Mais cela devenait intenable, et la "révélation" a fini par devenir incontournable. Sans doute la violence de celle-ci a-t-elle été décuplée par le fait qu'au fond, il ne voulait pas savoir....
L'article de blog que tu m'as conseillé m'a fait sourire. Oui, bien vu, c'est tellement cela !

Si Nurja, je sors en effet un soir par semaine. Donc une seule soirée/quinzaine pour chacun d'eux. On trouve notre rythme :-)
Mon fils connaît la situation. Je lui ai toujours parlé avec sincérité et honnêteté et je continue. Mais là je vois bien que ce n'est pas forcément évident à appréhender. Lui aussi "digère"...
C'est chouette que tu puisses avoir ce genre de conversations avec ta filleule :-)

#
Profil

PolyGone

le mardi 13 janvier 2015 à 18h51

jesteban
L'amour n'est pas quelque chose qui se partage aux détriments de l'une des deux personnes que l'on aime. On donne à chacun quelque chose de différent. Ce que l'on accorde à l'un n'enlève rien de ce que l'on donne à l'autre, ne restreint en rien ce que l'on éprouve pour l'un ou pour l'autre.

C'est tellement vrai ! L'amour se déploie, j'en fais l'expérience depuis plus d'un an. Ce n'est en effet pas une quotité divisible.
Malheureusement, le temps lui se partage....

jesteban
Je suis rassasié par l'amour qu'elle me donne et je le reçois comme un don et non comme un dû.

C'est une façon très belle et très juste de considérer les choses.

Merci pour cette jolie réponse... :-)

#
Profil

PolyGone

le mardi 13 janvier 2015 à 18h51

Junon
Bienvenue à toi ! Tu as raison de t'accrocher, c'est une belle aventure que vous vivez...

Merci Junon. Oui, il faut de l'énergie mais ça tombe bien, j'ai une pêche d'enfer :-) !

#
Profil

Siestacorta

le mardi 13 janvier 2015 à 20h45

PolyGone

Mon fils connaît la situation. Je lui ai toujours parlé avec sincérité et honnêteté et je continue. Mais là je vois bien que ce n'est pas forcément évident à appréhender. Lui aussi "digère"...

Bon, c'est pas pareil avec les enfants qu'avec les ados, mais ton propre état d'esprit reste essentiel... En gros, un ado est un peu plus autonome sur ses raisons et ses façons de flipper qu'un enfant, moins dans un écho de ses parents. Mais justement, si tu montres la bienveillance du truc, si tu le regardes pas trop en disant "alors, ça t'inquiète, ça t'inquiète ?" il devrait aussi prendre en compte ce que tu fais et comment tu te sens... et a priori pas cesser de t'aimer toi pour un désaccord qui ne perturbe pas sa vie à lui et son territoire.

J'imagine des échanges plus tendus, mais pas de fond plus dur, donc ta forme d'échange, ça pourrait juste être la même que celle que tu montres à d'autres proches de confiance.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

MagentadeMars

le mardi 13 janvier 2015 à 21h29

Merci Polygone, ça fait du bien de lire une belle histoire ces jours-ci <3

#
Profil

PolyGone

le mardi 13 janvier 2015 à 22h10

Tout à fait d'accord avec toi, Siestacorta. Informer les enfants, répondre à leurs éventuelles questions, puis vivre les choses simplement et avec naturel sans leur donner l'impression qu'il y aurait une quelconque raison de s'inquiéter.
Mon fils me voit heureuse, épanouie, gaie et pleine de vie. Et il semble apprécier !
En fait les quelques doutes que j'ai pu avoir trouvent leur origine dans certaines réactions de l'entourage (encore lui) : "comment, tu as raconté ça à ton fils ????? mais non, il faut le protéger, etc....". Comme si le silence ou pire, le mensonge, protégeaient.... Etrange cette conception, mais visiblement partagée par pas mal de monde.

Merci MagentadeMars :-)

#
Profil

Chupapink

le mercredi 14 janvier 2015 à 12h17

Oh que oui, quelle belle histoire ! Ça réchauffe surtout en ce moment. Et ça donne de la confiance dans la possibilité que deux amours peuvent se vivre avec harmonie.
Et cette question qu'on se pose toujours par rapport aux enfants. Quoi leur dire ? Je suis d'accord avec le fait qu'il ne faut pas leur cacher la vérité pour soi disant les protéger. Ça ne fait que les perturber car ils voient bien que quelque chose est différent et qu'on ne leur dit rien. Mais leur montrer qu'on est heureuse et épanoui est déjà une bonne chose. Mon fils m'a dit un jour : t'es plus fâché avec papa ? Je n'ai pu lui répondre que ceci car c'était la vérité : Nous n'avons jamais été fâché, j'ai été triste mais plus maintenant parce ce que je sais que papa m'aime et que moi j'aime papa aussi. Et surtout que tous les deux on vous aime ton frère et toi. Et là tout simplement il me répond : D'accord, c'est bien alors !
Les mots pour un enfant sont des fois plus simple à comprendre quand ils sont dit simplement et sincèrement. Ils le ressentent et ça les rassure.

#
Profil

PolyGone

le mercredi 14 janvier 2015 à 14h23

Jezebel
Les mots pour un enfant sont des fois plus simple à comprendre quand ils sont dit simplement et sincèrement. Ils le ressentent et ça les rassure.

C'est bien vrai, ça.
Cela dit, un ado, même jeune ado, a déjà une norme sociale à l'esprit. Et le fait que sa mère y déroge peut lui poser question. Mon fils se fait doucement à l'idée.... à condition que ses copains ne me voient pas un jour avec l'un des hommes de ma vie et un jour avec l'autre ! Déjà conscient que ce n'est pas facile à assumer aux yeux de la société.

jezebel
Et là tout simplement il me répond : D'accord, c'est bien alors !

Quelle belle conclusion. Qui se suffit à elle-même. Ils sont bien ces enfants :-)

#
Profil

MagentadeMars

le mercredi 14 janvier 2015 à 16h33

Je n'ai vu que de la place de l'homme "envahisseur", et je n'ai pas un gros échantillon. Pourtant mes observations anecdotiques vont dans le sens que
-les petits : "c'est chouette, maman a un ami, plus d'amis c'est encore mieux !"
-les ados filles : "hmm, ok, on l'a vérifié et il est acceptable..."
-les ado fils : "Merde non, ce n'est vraiment pas possible, tu fais exprès pour me faire mal..."

Mais très peu de données...

#
Profil

PolyGone

le mercredi 14 janvier 2015 à 17h00

MagentadeMars
-les ado fils : "Merde non, ce n'est vraiment pas possible, tu fais exprès pour me faire mal..."

:-)
Damned ! Mon fils de 13 ans semble réagir plus positivement pour le moment.

Des statistiques sur les filles de 15 ans dont le papa aime une femme polyamoureuse ? L'une des filles de l'un des hommes que j'aime ne veut surtout pas me rencontrer. Cela dit, ça ne me dérange pas, ce type de rencontres n'est pas nécessaire. Mais je m'interroge malgré tout sur ce qu'elle peut ressentir.

#
Profil

Chupapink

le mercredi 14 janvier 2015 à 20h39

C'est exactement ce que je me dis. Si ma vie continue dans ce sens (et je l'espère), je sais que mes garçons finiront par me poser des questions beaucoup plus "norme sociale". Mais peut-être que s'ils grandissent dans cet environnement, cela sera plus facile pour eux de répondre aux "copains" qui se permettront de "critiquer leur mère (ou leur père du coup, puisque lui aussi vit avec 2 femmes). Mais pour l'instant j'essaie de ne pas trop penser à plus tard, ils n'ont que 7 et 4 ans, je me dis qu'ils ont le temps de bien comprendre ce que vivent leurs parents.

#
Profil

Chupapink

le mercredi 14 janvier 2015 à 20h42

Faut-il pour autant aller jusqu'à rencontrer les enfants et la famille de nos amoureux à un moment donné ? A quel moment faut-il se poser la question ? Y a-t-il un stade dans l'évolution des relations ?

#
Profil

PolyGone

le mercredi 14 janvier 2015 à 21h26

Jezebel
Faut-il pour autant aller jusqu'à rencontrer les enfants et la famille de nos amoureux à un moment donné ? A quel moment faut-il se poser la question ? Y a-t-il un stade dans l'évolution des relations ?

Bonne question.
Je balance.... Faut-il rester "dans le placard" ? Est-ce tenable à long terme ? Là-dessus, l'expérience de polyamoureux "confirmés" m'intéresse beaucoup. Même si j'imagine bien qu'il y a autant de réponses que de personnes :-)

#
Profil

Nurja

le jeudi 15 janvier 2015 à 06h14

"Faut-il?" Non. "Peut-on?" Oui.
Et puis rencontrer les enfants (et/ou la famille) peut se faire tout en étant simplement "une amie" sans préciser plus. Ce n'est pas nécessairement utile de préciser.

#
Profil

aviatha

le jeudi 15 janvier 2015 à 15h22

Petite réponse à ce sujet, même si elle n'est pas complète étant donné qu'elle n'implique pas vraiment d'aspect sentimental.
En ce moment, je suis la "copine de couette" (je préfère ce terme à "plan cul", même si dans les faits c'est pareil) d'un couple d'amis avec deux enfants.
La plus petite est trop petite pour avoir conscience de la situation, elle adore tirer sur mes boucles d'oreille, attraper mes doigts et baver sur mon décolté. Pour la plus grande qui commence à assimiler un peu, "tata" a sa chambre à elle à l'étage, elle donne le biberon à sa petite sœur quand papa et maman sont fatigués, parfois elle reste plusieurs jours et puis elle s'en va longtemps, papa lui apporte son café au lit le matin et elle fait la sieste avec maman, et tout est absolument normal dans le monde.
Je ne suis pas sûre qu'il y ait besoin de plus tant que la cohabitation se passe bien pour tout le monde.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion