Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Plus dur de le partager que de se partager ?

Jalousie
#
Profil

ptitgars49

le mardi 11 novembre 2014 à 02h30

Bonjour/Bonsoir à tous,

Voilà je viens vous demander conseil (ou du moins éclaircissement) sur une situation dans laquelle je ne m'étais plus trouvée depuis un ptit bout de temps.

Mon compagnon et moi même sommes poly depuis quelques mois (début juillet pour être plus précis). Si la transition concernant moi-même n'a pas vraiment posé de problème, en revanche j'ai toujours du mal lors de ses rencontres à lui. A l'heure actuelle, il est en compagnie d'un autre homme, et c'est plutôt difficile à vivre pour moi.

Ma question est la suivante : est ce que ça s'atténue avec le temps, cette sensation d'angoisse, voire même légèrement d'abandon ? Avez vous une idée de l'origine de cette sensation ?

Afin que vous puissiez mieux comprendre, je tiens à préciser qu'en temps normal il est convenu qu'il ne parte pas pour batifoler passé minuit. J'ai malgré tout tenu à ce qu'il aille à son rdv malgré tout, sachant que ses rencontres sont plutôt rares (la dernière datait de fin juillet).

Cette disparité dans ses fréquences de rencontre pourrait elle jouer un rôle là dedans ? Peut être que je ne peux pas m'y habituer étant donné que ce n'est justement pas habituel ?

Je vous remercie d'avance pour toutes vos réponses.

#

(compte clôturé)

le mardi 11 novembre 2014 à 16h07

Bonjour ptitgars,

Cette sensation d'angoisse, cette peur de l'abandon, sont quelque chose de normal et je pense que beaucoup les ressentent. La peur de l'abandon est d'ailleurs un des carburants les plus reconnus de la jalousie.
C'est normal et très humain que tu ressentes ces sentiments quand ton chéri passe une soirée avec un autre. Dans un cas comme celui-là, on peut craindre que la personne qu'on aime passe de meilleurs moments avec "l'autre" qu'avec soi-même, que finalement elle ne nous trouve pas si intéressant que ça, qu'elle choisisse de partir (d'où la peur de l'abandon), etc.

Est-ce que ça s'atténue avec le temps ? Je pense que oui (en tout cas pour moi c'est le cas).
Car l'effet de la nouveauté a toujours tendance à amplifier les choses. Typiquement quand mon partenaire va à un premier rencard avec une autre personne, c'est toujours plus générateur de stress pour moi que quand il s'agit du énième rencard.
De même, quand ton chéri aura passé plusieurs nuits comme celle-ci, et que tu auras vu qu'à chaque fois il revient vers toi et qu'il est toujours aussi heureux d'être avec toi et désireux de poursuivre, ton angoisse s'atténuera naturellement.
D'ailleurs il peut jouer un rôle actif pour te rassurer : te dire qu'il revient bientôt, qu'il t'aime, t'expliquer à quel point il tient à toi, etc. tout cela peut contribuer à atténuer ton angoisse.

Pour finir sur ta dernière question, il est possible que le fait que les sorties de ton chéri ne soient pas très fréquentes contribuent à ce que ce soit un peu plus difficile à vivre pour toi car à chaque fois tu as une période de "pause" entre deux sorties et tu peux potentiellement entretenir l'illusion confortable qu'il n'y aura pas d'autre sortie avant longtemps. Par exemple (je force volontairement le trait), s'il sortait comme ça toutes les semaines, ce serait sans doute quelque chose de plus habituel pour toi. Mais ça ne veut pas dire qu'il faut augmenter la fréquence :) juste que c'est un sujet qu'il te faudra travailler différemment.

J'espère t'avoir été utile :)
Shamal

#
Profil

ptitgars49

le mardi 11 novembre 2014 à 23h31

Merci beaucoup pour tes réponses Shamal ! Cela me rassure énormément, aujourd'hui a été une journée particulièrement difficile car l'angoisse accumulée hier a finalement finie par s'évacuer mais sous forme de larmes, d'où une grosse remise en question de la situation et beaucoup de discussion avec mon compagnon. J'ai clairement songé à retourner à une vie de couple "traditionnelle", sans toutefois prendre de décision sur le coup de l'émotion, ça n'est jamais vraiment un très bon moteur. Mais tes paroles me rassurent et me poussent à continuer d'essayer, même si ce ne sera pas forcément évident. Par ailleurs, nous nous sommes rendus compte que je ne rencontrais jamais ses conquêtes, et qu'il se pouvait que cela contribue à mon angoisse, à cette sensation d'abandon et d'exclusion. Nous avons donc convenu que chaque première rencontre se ferait chez nous, afin que je puisse rencontrer son éventuel partenaire et qu’inversement ce dernier fasse également ma connaissance. J'ignore pour le moment si cela aura un réel impact sur ma façon de vivre les choses à l'avenir, mais je pense que cela vaut le coup d'essayer...

#
Profil

treza

le mercredi 12 novembre 2014 à 06h42

Et psychologiquement tu t es préparé à le voir en une autre compagnie que toi dans ton salon ???parce que sinon ce sera dur. Il te faudrait te l imaginer te faire une image dans la tete pour que ce soit moins dur :-) <3

#

(compte clôturé)

le mercredi 12 novembre 2014 à 07h53

ptitgars49
[...] l'angoisse accumulée hier a finalement finie par s'évacuer mais sous forme de larmes, d'où une grosse remise en question de la situation et beaucoup de discussion avec mon compagnon

Ca aussi, c'est normal :) Cette situation a généré beaucoup d'angoisse et d'interrogations en toi, tu as sans doute beaucoup pris sur toi, ça n'est pas étonnant que tout se soit évacué ainsi et c'est salutaire ! C'est aussi très positif que cela ait généré beaucoup de discussions avec ton compagnon, on dirait que tu peux trouver écoute et compréhension auprès de lui, c'est très important.

ptitgars49
Nous avons donc convenu que chaque première rencontre se ferait chez nous, afin que je puisse rencontrer son éventuel partenaire et qu’inversement ce dernier fasse également ma connaissance. J'ignore pour le moment si cela aura un réel impact sur ma façon de vivre les choses à l'avenir, mais je pense que cela vaut le coup d'essayer...

C'est une bonne idée. Le fait de rencontrer l'autre personne peut effectivement aider à "dédramatiser" la situation. De toute façon, si ton compagnon a envie de passer un peu de temps avec cette personne, a priori c'est que c'est quelqu'un de bien, sinon il n'aurait pas envie de le voir :)
Comme tu le dis, "ça vaut le coup d'essayer". Le polyamour c'est beaucoup de tâtonnements, d'essais, qui parfois se passent bien et parfois non mais l'important c'est de tenter, dans un cadre de confiance, de bienveillance et de soutien mutuel avec son partenaire. A mes yeux si on a ce cadre, on peut à peu près tout gérer :)

#
Profil

ptitgars49

le mercredi 12 novembre 2014 à 13h08

Pour répondre à ta question Treza, c'est quelque chose auquel je m'étais déjà préparé auparavant, mon compagnon avait prévu une rencontre avec une autre personne à notre domicile, mais finalement ça ne s'est pas fait et il ne l'a jamais vu. De plus, de mon côté, c'est comme cela que je vis mes rencontres, donc j'émets la possibilité que le fait de vivre nos rencontres de façon similaire puisse m'aider à dédramatiser la situation.

En effet Shamal, le dialogue est primordial au sein de notre couple, la moindre contrariété, le moindre doute est immédiatement abordé afin de ne pas laisser une situation s'empirer. J'ai cette chance immense d'avoir un compagnon à qui je peux tout dire, c'est aussi pour cette raison que malgré ma réaction j'ai envie de continuer d'essayer, pas seulement pour moi mais aussi pour lui.

#

galimba (invité)

le jeudi 13 novembre 2014 à 16h13

On est pas obligé de se faire mal non plus, la solution n'est pas d'être blasé mais de comprendre comment on fonctionne. Le polyamour c'est comme un feu d'artifice, tant que c'est beau, que les sens sont occupés ça fait pas mal. Dès que l'intensité baisse le mal être revient. Le simple fait de mettre des termes "poly" etc... c'est comme une dérive d'amplitude. Au début tout parait souple, ample, large. Mais une journée reste à 24 heure, et la vie courte.

#
Profil

ptitgars49

le vendredi 14 novembre 2014 à 22h36

Je ne saisis pas bien ce que tu veux dire par là Galimba, tu peux m'éclairer un peu plus ?

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 14 novembre 2014 à 23h39

galimba
Le polyamour c'est comme un feu d'artifice, tant que c'est beau, que les sens sont occupés ça fait pas mal. Dès que l'intensité baisse le mal être revient.

Je crois pas qu'il faille un mal-être pour aimer plusieurs personnes, ni pour aimer une seule, ni pour changer de façon d'aimer.
Placer le poly comme un mirage, un cache-misère, ça me semble pas plus vrai (ou pas moins) que faire de même avec l'amour.
Ce serait dire que l'amour monogame est plus réel que les autres... Non. Ca dépend juste des gens et des jours.

#
Profil

Florine

le dimanche 16 novembre 2014 à 22h12

Bonjour,

Je m'en rends plus compte maintenant, que mon époux à une relation en ce moment et pas moi. Sachant que ce fût très dur pour lui quand j'étais en plein boom de mon côté.

A mon avis, c'est sain et normal, mais ça s'atténue avec le temps. Il s'agit aussi de se dire que vous vous aimez et de vous le montrer en plus de vous le dire. Un sympathique poly m'a dit un soir : "il faut avoir des projets à court terme entre vous pour vous montrer que votre couple existe et vit totalement". Il a tout à fait raison.

La première journée + nuit que j'ai passé seule avec mes enfants (alors qu'il était avec son amoureuse) m'a semblée étrange. J'étais à la fois sereine mais aussi un peu anxieuse. J'avais hâte de le retrouver. Alors qu'il part régulièrement en déplacement dans l'année. J'avoue qu'on s'y fait, mais il ne faut pas se voiler la face, nous avons tous un p'tit sentiment d'angoisse dans ces moments là.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 20 novembre 2014 à 01h33

Miss-Flo
nous avons tous un p'tit sentiment d'angoisse dans ces moments là.

Pas forcément ;)

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 20 novembre 2014 à 08h33

Miss-Flo
J'avoue qu'on s'y fait, mais il ne faut pas se voiler la face, nous avons tous un p'tit sentiment d'angoisse dans ces moments là.

Déjà, à un moment, on peut passer la phase où "c'est une catastrophe, je n'endurerai plus ça", ne serait-ce que si ça arrive plusieurs fois et qu'on ne peut que constater qu'on est encore debout le lendemain, et qu'on aime encore assez pour soit râler, soit discuter, soit vouloir fair réagir.
Donc...si on est encore là, c'est que c'était pas la mer à boire, parfois, juste un manque d'habitude ou une peur sans rapport avec le réel (les tripes qui se racontent l'histoire toutes seules, comme si elles comprenaient mieux la vie que le reste).

Et quand c'est un petit sentiment d'angoisse, disons que c'est comme quand on part seul sans les parents en colo, ou qu'on reste seul à la maison quand ils sortent sans baby-sitter... Que l'angoisse passe dépend aussi de l'inventivité et de notre capacité à avoir une vie à vivre de façon indépendante.
L'angoisse, ça peut être une peur du vide, mais en fait, ya pas vraiment de vide (ou alors, pour les plus mystiques, le vide c'est pas un truc effrayant, c'est un point de calme et une source de vie, mais ça, faut consulter le Grand Bol de Soupe Zen pour avoir des précisions).

#
Profil

Florine

le jeudi 20 novembre 2014 à 20h01

Siestacorta
Déjà, à un moment, on peut passer la phase où "c'est une catastrophe, je n'endurerai plus ça", ne serait-ce que si ça arrive plusieurs fois et qu'on ne peut que constater qu'on est encore debout le lendemain, et qu'on aime encore assez pour soit râler, soit discuter, soit vouloir fair réagir.

Donc...si on est encore là, c'est que c'était pas la mer à boire, parfois, juste un manque d'habitude ou une peur sans rapport avec le réel (les tripes qui se racontent l'histoire toutes seules, comme si elles comprenaient mieux la vie que le reste).

Et quand c'est un petit sentiment d'angoisse, disons que c'est comme quand on part seul sans les parents en colo, ou qu'on reste seul à la maison quand ils sortent sans baby-sitter... Que l'angoisse passe dépend aussi de l'inventivité et de notre capacité à avoir une vie à vivre de façon indépendante.


Je n'ai pas du tout vécu ça comme une catastrophe, d'ailleurs, dans pas longtemps, mon mari va retrouver son amoureuse pour un mini week end.

L'angoisse, ça peut être une peur du vide, mais en fait, ya pas vraiment de vide (ou alors, pour les plus mystiques, le vide c'est pas un truc effrayant, c'est un point de calme et une source de vie, mais ça, faut consulter le Grand Bol de Soupe Zen pour avoir des précisions).

Effectivement, il n'y a pas vraiment de vide :), mais un je-ne-sais-quoi indéfinissable mais un peu palpable.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion