Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Etre mono et aimer deux hommes ?

Jalousie
#
Profil

Laura

le mercredi 22 octobre 2014 à 11h24

J'ai déja fait part de mon histoire il y a quelques temps mais pour résumer je suis en couple mono depuis 6 ans, installée, pascée, etc... mais il y a 17mois maintenant j'ai rencontré un homme dont je suis chaque jour plus amoureuse. Ces deux hommes sont mono, le deuxieme connait la situation, on en parle bcp, le premier ne sais rien (ou ne veux rien savoir).
Je suis passée par plusieurs étapes de réflexion comme tous ici. Le poly m'a d'abord réconforté, rendu plus sereine. Mais aujourd'hui je me pose la question de mon propre polyamour. Suis-je polyamoureuse simplement car j'aime deux hommes ??
J'aimerai vivre cette relation a trois en toute honnêteté avec mes deux hommes mais a la question accepterais-je d'eux qu'ils aiment une autre femme la réponse n'est pas vraiment oui... Peut etre avec le temps j'y arriverai mais la comme ca c'est une idée qui me déplait !
Alors comment demander a ces hommes d'accepter une situation que je refuserai ?!

Bref, encore une question...

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le mercredi 22 octobre 2014 à 12h42

Bonjour Laura,

Etre amoureuse de deux personnes, ce n'est pas la même chose qu'être polyamoureuse. Clairement tu es aujourd'hui dans une situation d'adultère et tu songes à passer à une relation non-exclusive avec la connaissance et le consentement de chacun des partenaires, c'est à dire une situation polyamoureuse.

Ton questionnement est simple, la réponse est simple aussi. Tu songes à passer à la non-exclusivité mais tu t'interroges sur les difficultés. Oui, ça peut être difficile. Oui, en particulier ça peut être nettement plus difficile d'accepter que la personne qu'on aime en aime une autre que d'en aimer plusieurs soi-même. Mais avec des efforts, de la bonne volonté, beaucoup de dialogue, on peut y arriver. On peut arriver à mieux se comprendre et à mieux gérer ses sentiments, et à rendre possible ces choses qui semblaient insurmontables auparavant.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 22 octobre 2014 à 13h43

Bonjour !

Laura
Suis-je polyamoureuse simplement car j'aime deux hommes ? ?

Dans l'absolu, non, c'est pas suffisant (et même pas si nécessaire).
Il y a plein de gens qui aiment plusieurs personnes mais
- soit, ne changent rien à leur vie perso et n'en font jamais mention (ils ressentent mais ne mettent rien de particulier en pratique ou en parole, et surtout, choisissent au final de correspondre à la norme exclusive
- soit vivent la situation sans la partie d'honnêteté qui est spécifique au polyamour

(xxx) J'ai reparcouru ce que tu avais déjà posté avant de te répondre (xxx).

Laura
Ces deux hommes sont mono, le deuxième connait la situation, on en parle bcp, le premier ne sais rien (ou ne veux rien savoir).
(...)
Alors comment demander a ces hommes d'accepter une situation que je refuserai ? !

Tu as donc deux asymétrie "éthiques" qui font que tu n'es pas (encore) dans une situation de polyamour.
1) l'un des amants n'est pas informé. Je ne sais pas s'il t'a donnée explicitement la liberté affective dont tu as besoin, ou si tu estimes seulement que ça pourrait être possible. Mais tant que c'est pas explicite, il peut considérer en étant informé que tu as rompu une base de votre confiance mutuelle. Le "contrat" par défaut en amour est exclusif, on ne peut pas se baser sur du non-dit et des expériences non-commentées pour transformer ce contrat en un nouveau. Ce n'est pas parce que lui n'en parle pas que ça te dispense d'en parler. Parce que tu sais bien que dans sa tête, quand tu en parleras, ça amènera un changement. Il peut décider de ne rien te demander en se disant que si tu ne dis rien, c'est que c'est pas important. Mais, en fait, ça l'est, hein ? Donc cette ambiguïté n'est a priori pas une liberté offerte.
Certes, l'amant est informé, mais c'est pas ce bout là qui rend la situation polyamoureuse : c'est le cas des amants et des maîtresses d'être informé du lien légitime. Ceci dit, ça veut pas ni dire qu'ils n'espère pas la monogamie, ni qu'ils seraient content d'être le plan B si le légitime partait...

2) tu n'es pas prête à donner à tes amoureux la même liberté que celle que tu veux prendre.

Tu découvres que tu aimes plusieurs, mais tu hésites à sortir du cadre sécurisant de la monogamie classique.
Pour l'instant, tu es plus proche d'un adultère classique, même si, en prenant en compte ta réflexion, cela n'est pas forcément voué à rester en l'état si ça ne te convient plus, et que cela pourrait, avec pas mal de boulot, devenir un situation honnête et assumée.
Mais, pour être au clair avec les gens, faut l'être avec toi-même, et assumer que tu es adultère. Tu aspires au poly, tu as des affections multiples, tu serais peut-être heureuse de vivre ainsi, mais ce n'est pas ce que tu pratiques.

Un point important : je ne te juge pas pour ta situation. Peu de gens ici le feraient.
Par expérience souvent, on sait que le cadre monogame classique, en restreignant plus ou moins fortement les possibilités de variations de la vie affective, engendre mécaniquement l'adultère : on aime quelqu'un, on a besoin de vivre d'autres choses plus ou moins importantes, mais comme on a dit qu'on ne le ferait pas et que toute la société te dit qu'aimer plusieurs personnes, ça n'existe pas ou c'est carrément Mal, le mensonge devient une option pour ne pas être dos au mur ou contraint de rompre sans le désirer.

En revanche, là où je t'enjoins à soit être très habile et très décidée dans ta dissimulation, soit prendre très vite des mesures pour changer de situation, c'est que ton mensonge (complet ou par omission) va avoir un potentiel de plus en plus destructeur pour ta relation de départ au fur et à mesure du temps : plus il sera découvert tard, plus il abîmera la confiance que ton compagnon a en toi.
(xxx) Selon son caractère et sa souplesse, lorsque tu parleras de ton désir d'aller vers le polyamour, soit tu lui dis tout de ce qui est arrivé avant parce que tu crois qu'il tient assez à toit pour réfléchir prendre son parti sans rompre, soit tu crains beaucoup sa réaction, tu lui dis une version de la vérité qui ne dure pas depuis trop longtemps et où ta démarche de vouloir en parler est rattrapable (xxx).

Je pense que derrière les deux asymétries de cadre amoureux que je te pointais plus haut, il ya une même peur.
Que ta relation actuelle soit détruite.
Tu y tiens encore beaucoup, donc !
Mais tu as peur qu'elle s'arrête si la vérité était découverte et si ta démarche était revendiquée.
Ca se comprend parfaitement, d'avoir peur de ça. Il y a dedans la crainte d'être rejetée par quelqu'un de proche, la peur de passer pour la méchante, une difficulté à assumer qu'on a fait un choix d'engagement qu'on referait peut-être pas... C'est évident que face à ça, se mettre à changer le cadre est pas facile à aborder.
Et ça peut être un même doute sur la solidité de tes relations amoureuses, un manque de confiance (en toi en général ou/et parce que le domaine est inconnu et que l'inconnu, c'est pas sécurisant), qui fait que tu crains que l'arrivée d'amantes de tes amants signifieraient que votre relation ne peut plus durer.

Une question : quand tu as commencé à voir quelqu'un d'autre, comment ça allait, pour toi, moralement ? Qu'est-ce que tu attendais, trouvais, ne trouvais pas dans la vie, les relations humaines, et aussi dans ton couple ?

Parce qu'il se peut que tu projettes tes propres difficultés. Notamment, si toi tu es dans cette situation parce qu'il y a quelque chose qui ne va pas plus en amont, tu peux te dire que si tes amants trouvaient des amantes, ce serait aussi pour ça. Alors que, dans ce que tu découvres en ce moment dans des relations multiples, on peut se voir apporter plein de choses sans rejeter ce qu'il y avait avant et ce qui demeure bon.

Enfin, pour être parfaitement honnête, il existe des relations de polyfidélités "fermées". C'est à dire où chaque amant est engagé avec les autres et n'a pas de liberté affective ailleurs. C'est assez proche des modèles polygames traditionnel, même si dans ton cas ce serait une polyandrie.
Mais d'une part, c'est changer la forme, mais pas la contrainte exclusive de fond - au contraire, celle-ci grandit avec le nombre de gens qui comptent sur l'engagement pris. Puisque la contrainte actuelle est trop difficile, autant la surmonter en s'en donnant une plus difficile à tenir encore (là c'est ma façon de voir la chose, il y a des gens qui peuvent vivre dans ce cadre-là).
Pour terminer, pour ne pas te faire une idée "il suffit de mettre le nom poly dessus et ça finira par aller", je te recommande la lecture de cet article. Ca montre en quoi le changement de cadre par rapport à la monogamie est complexe, mais ça permet de bien tenir aussi un certain état d'esprit où on respecte les autres parce qu'on se respecte soi.
.
.
.
(xxx) : si tu souhaites que j'efface ces paragraphes au cas où ton compagnon devait lire la discussion, je peux être complice. Une fois qu'il connaîtra le mot "polyamour", sa documentation peut vite tomber ici, le polyweb francophone est pas très grand.
Tu pourras par ailleurs changer ton pseudo pour détacher les deux parties de ton témoignage.
Je profite de l'occasion pour montrer qu'un mensonge entraine non seulement d'autres de ta part, mais aussi d'autres personnes à le maintenir. Parfois il faut, parfois c'est un risque de plus et surtout pas sympa pour les gens impliqués. (xxx)

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Laura

le mercredi 22 octobre 2014 à 15h08

Merci pour cette réponse très complète. J'ai lu l'article cité.
La première des questions a régler pour moi est de dire ou non la vérité à mon premier partenaire. Si oui, nous rentrerons peut etre dans du polyamour. Pour l'instant comme tu le dis je suis juste adultère meme si ca fait mal de le dire...

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 22 octobre 2014 à 16h08

Désolé pour l'aspect un peu frontal de ma remarque, il s'agit pas de te faire mal pour le plaisir d'avoir raison.
Et comme je te dis, je ne pourrai pas te juger de vouloir autre chose que ce que tu avais, parce que la promesse de bonheur d'une monogamie qu'on ne décide pas en connaissance de cause est une promesse bien plus difficile à tenir que ce que la norme nous fait croire.

Maintenant, quand tu as pris conscience de ta situation, il faut choisir le moment où tu parles. Le moment où tu y gagnes ou celui où tu y perds le moins. Si tu avances vers une issue poly, prépare les deux hypothèses, celle où tu es prête à ce qu'on refuse ta proposition mais où tu réussis à dépasser ce conflit, comme celle où cette proposition est envisagée.
L'autre aspect de la prise de conscience, c'est de bien voir dans quelle position tu mets tes partenaires tant que tu n'as pas parlé. L'un est dans une ignorance qui lui coûtera quand elle sera remplacée par les faits, l'autre est obligé de se taire pour toi, et se trouve "à ton service" (tu peux annuler des rendez-vous parce que ta relation passe avant, le faire attendre quand tu ne peux pas communiquer devant l'autre...).

Ceci dit : l'adultère peut être choisi par ton amant. Ca peut très bien l'arranger que tu ne sois pas complètement disponible pour une histoire classique, parce qu'il peut trouver son compte dans ce qu'il vit maintenant. Par ailleurs, tu peux choisir l'adultère en reconnaissant les limites de sa perspective. Tu sors du moment où si on mesure pas l'horizon, ça veut dire qu'il est ouvert. Bon, tu dois mesurer ce qui est plausible pour rendre ce que tu veux faisable...

Enfin, l'adultère recoupe un temps de crise, c'est à dire, le moment où une transformation hésite entre être temporaire ou d'aboutir à un autre état durable.
Il n'y a pas de mal à être dans un temps de crise et de faire ce qu'on peut à ce moment-là. Par contre, faire durer la crise par inertie est plus dangereux, pour toi, pour les relations, et pour les personnes qui y sont impliquées.
Autrement dit, c'est pas ce que tu as fait qui décide de l'image que tu peux avoir de toi-même, c'est ce que tu vas faire de ce que tu as vécu.
(désolé pour le ronflant de ces formules)

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 22 octobre 2014 à 16h12

Quand à dire la vérité, fais le parce que tu envisages des dialogues et des moyens d'action, pas pour te délivrer de la pression. Ne lui donner que la vérité pour la vérité, ça serait une stratégie d'échec : soit pour te forcer toi-même mais pas volontairement à décider de rompre, soit pour subir un rejet plutôt que la culpabilité (et dire après "je ne te voulais pas de mal, je suis bonne, ça veut dire que tu ne comprends pas".)

Pas la vérité pour la vérité, donc, la vérité pour ce que tu peux en faire.

#

Poly de passage (invité)

le mercredi 22 octobre 2014 à 17h53

Je remarque que de plus en plus de situation d'adultère pense trouver, dans le polyamour, une solution à leur double vie.

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 22 octobre 2014 à 18h50

J'vois pas le rapport avec l’adultère moi! c'est justement car c'est dans bien des sens sont opposé pour moi, que je suis polyamoureuse! l'opposé des tromperies!
Mais bon si ça t'a fait du bien de tapper ça sur ton ordi et le forum en étant un invité, c'est déjà ça... :-/

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 22 octobre 2014 à 18h52

Oui ! Mais c'est pas tellement surprenant : l'adultère, c'est soit la situation qui rend la monogamie tenable en jouant la soupape, soit un moment critique d'une relation.
Le polyamour représente une nouvelle option dans ce genre de situations.

Le côté négatif, c'est que mal abordé, ça peut servir à (se) voiler qu'une relation est en train de se finir.

Le côté positif, c'est que le cadre polyamoureux, comme la découverte d'un adultère, peut accélérer le changement, au lieu de faire durer une situation néfaste.
L'autre côté positif, c'est que parfois, c'est exactement ce qui correspond aux gens, que l'option poly en suite d'un adultère peut-être l'occasion de se dire "en fait, je suis pas trop exclusif, je sens que j'ai encore des choses à donner, j'ai une occasion d'ajouter du neuf à ma vie". Un peu comme décider d'avoir un deuxième enfant, dans un certain sens.

Bref : si un jour le polyamour était perçu comme l'un des grands changements qu'on peut prévoir dans une vie, un déménagement loin, un changement de carrière, un enfant, un mariage... Ce serait ce qu'il y aurait de plus dédramatisant, et ce qui serait le plus proche de la réalité.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 22 octobre 2014 à 18h55

siesta, une fois de + chapeau! (+)

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion