Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Débuts orageux

Bases
#
Profil

Artemis

le vendredi 10 octobre 2014 à 08h38

Bonjour à vous,

Je me suis décidée à m'inscrire, et à vous écrire.

Partageant une relation monogame depuis plusieurs années, et arrivant au constat que nous n'étions plus en adéquation sexuellement, on s'interrogeait , moi et mon compagnon, sur comment ouvrir la relation et nos recherches nous ont amené à ce site.

Cependant, alors même que nous élaborions nos règles de fonctionnement, et nous questionnions sur le vrai désir derrière cette direction (simple envie d'explorer sexuellement ou désir d'aimer d'autres personnes, ce qui pour moi est la même chose, mais pas pour lui), il m'a annoncé qu'en fait, il était sûr que ce n'était que sexuel et pouvait être si sûr parce qu'il "expérimentait" depuis plusieurs mois avec une autre femme...

Si j'ai bien retenu, le polyamour est basé sur une relation honnête, assumée, franche. Ce qui n'est assurément pas le cas ici.
J'ai l'imression de vivre une banale infidélité si dévastatrice pour la confiance que je ne vois pas très bien comment je vais traverser cela, pour enchainer ensuite sur du polyamour.
D'ailleurs je n'en suis même pas encore à cette réflexion, juste à mes étapes de deuil.

Est-ce qu'on ne se serait pas trompé de site?

J'aimerais savoir si certain-e-s d'entre vous ont vécu cette transition dans une telle tempête.
Je suis à la recherche de portes ouvertes hors de mon impasse.

Merci.

#
Profil

Juliejonquille

le vendredi 10 octobre 2014 à 10h13

Bonjour, je ne vais pas parler en spécialiste alors que je suis la petite débutante mais pour te rassurer, il y a beaucoup de gens sur le forum qui arrivent au polyamour après une infidélité, car le modèle du polyamour est peu connu. C'est en constatant que le couple monogame est un échec qu'on s'autorise à essayer autre chose, souvent en passant d'abord par l'infidélité. On est d'accord que ce n'est pas l'idéal...

Comment vois-tu l'avenir ? Ton compagnon peut-il devenir poly-acceptant à défaut d'être pleinement polyamoureux ? (Les libertins séparent le sexe des sentiments et les sentiments sont tabous dans les relations extra-conjugales)

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

ScottBuckley

le vendredi 10 octobre 2014 à 12h21

Bonjour Artemis,

Et bienvenue ici tout d'abord :-) .

Le polyamory est autant un univers vaste qu'une philosophie de vie, où l'on recherche pour beaucoup des relations affectives plus honnêtes, plus authentiques, avec peu voire pas de tabous ( et ça c'est mais Telllllement Bon ! ) et + inédites, c'est à dire qui ne sont Pas du "prêt-à-aimer à réchauffer au micro-ondes", bref c'est tout sauf une relation "en kit" consommable en vente chez ikea.

On est plutôt proche parfois de l'autoconstruction (voire un certain nomadisme parfois ;) quand on voyage pour retrouver un-e chéri-e) .

Le polyamory nous invite à inventer chacune de nos relations, à les considérer comme uniques, donc à ne pas trop les comparer ni les opposer, avec le degré de légèreté et*ou d'intensité affective qui leur va bien, et qui peut aller d'une relation d'abord amicale, sensuelle, platonique, ou sexuelle, à une relation mêlant un peu de ci et de ça avec l'un-e ou l'autre de nos relations & partenaires, selon les saisons & cycles de chaque relation tissée.

C'est de la cuisine avec de drôles d'épices, où on change souvent notre recette en fonction des goûts et allergies de chacun-e, du moment, des désirs papillonnants ...

On y apprend à aimer + librement, avec - de jalousie et + de compersion, à relationner différemment, et à badiner aussi ^_^ .

L'amour sous ses multiples formes y est un voyage permanent, plein d'aventures, et non pas une "destination finale" à atteindre et à baguer
(adios "le club med" et ses paysages artificiels pour touristes occidentaux).

Si tu veux en savoir +, tu peux :

.. lire & participer ici sur ce forum à de nombreux récits,
... mais également lire des livre comme ' Vertus du polyamour ' de Thalmann (environ 14 ou 15 euros), et*ou ' le guide des amours plurielles, pour une écologie amoureuse ' (6 euros en poche chez Pocket) de Françoise Simpère, journaliste & auteur de livres (et également membre de ce forum),
.. et aussi envoyer des mess@ges persos à des personnes dont les écrits ou témoignages t'ont plus sur ce forum,
... mais encore assister à un café poly dans ta ville ou région s'il y en a (ou en provoquer un, pour rencontrer des polys près de chez toi, via l'annuaire des membres, en bas de page ici) .

Si tu es perdue, demande de l'aide ici encore (ou envoie-moi un mess@ge perso, peut-être pourrais-je t'aider ?) .

Quoi qu'il arrive, bon vent à toi
et reviens vers nous quand tu le sens, sans hésiter (+) ! D'accord ?

Et puis après l'orage revient toujours du Soleil, quoi qu'il arrive, même si on ne sait pas toujours d'où ni quand des rayons chauds arriveront ....

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 10 octobre 2014 à 13h20

Bienvenue Artemis

toi et ton compagnon êtes dans une phase critique, avec trois élements nouveaux dans votre projet de vie
- il y a déjà quelqu'un d'autre
- il t'a menti pendant quelques temps
- vous cherchez un mode polyamoureux et vous n'avez actuellement pas la même vision de la liberté affective

Ces trois points arrivent à peu près en même temps, et c'est beaucoup.
Non, ce n'est pas banal, pas encore : parce que se questionner sur le polyamour ne vient pas à tant de gens que ça, et pour ça, oui t'es sur le bon site.
Et comme souvent, l'acteur principal de l'action n'y est pas.

[ Cette situation arrive souvent ici, et j'en profite donc pour en dire quelques mots sans savoir à quel point ceux-ci conviennent à ta situation

Quand la personne pivot ne s'implique pas dans un travail de recherche et de questionnement sur sa situation, c'est :
- parfois parce qu'il est aveugle à son propre rôle,
- parfois parce qu'il ne souhaite pas entendre ce que d'autres en pensent (ces grands romantiques expérimentaux qui pensent qu'on peut faire toute ça sans parler parce qu'on est très forts ont finalement une petite nature, des égos si fragiles et sensibles que prendre sur eux de parler, trop duuur, et pis on est des mecs on cause pas de sentiments, heurheurheur),
- parfois parce qu'il a ne sait pas encore où ça va, qu'il veut ménager chèvre et choux mais ne trouve pas le recul pour faire autre chose que naviguer à vue, alors il attend que ça pourrisse bien bien pour prendre en main (elle m'a quittée, les mecs, je fais quoi ?)

Je veux dire qu'hélas, si c'était pas toi seule qui étais dans l'initiative de cette prise de parole ici, ça serait sans doute plus rassurant, parce que ça prouverait que ton compagnon est déjà investi dans un désir de construction, pas dans le "j'profite du moment, on y va sans prendre de plans, on roule à l'instinct, on est jeunes on s'fend la gueule..." ... paf, le platane. ]

Bref, il s'agit de vouloir construire. Est-ce que toi tu en as envie, est-ce que lui aussi, avec quels matériaux affectifs et quels projets.
Depuis combien de "plusieurs années" :-) étiez vous ensemble ?

Revenons au trois nouveautés
- il a menti.
Je comprend que ça casse ta confiance.
Pour savoir ce qu'il en reste, et si tu peux la reconstruire, pose toi quelques questions pratiques, sur des comportements qui montrent son souci de toi :
1) est-ce qu'il se protégeait (donc te protégeait) avec des préservatifs ?
2) qui d'autre a-t-il fait mentir en plus de lui et sa maîtresse ?
3) est-ce que pendant cette période, il a agi par ailleurs moins bien avec toi, pareil (et parfois c'est déjà fort), ou mieux sur certains points ?
4) s'est il défaussé de certains de vos projets communs (rendez-vous, vacances, familles), facilement, ou rarement et presque imperceptiblement ?
5) est ce que vous êtes des gens qui, d'habitude, pouvez dialoguer et prendre du recul, et si non, est-ce que c'est quelque chose que tu te sens capable de faire avec lui, pas seulement maintenant en phase critique et en regardant demain avec sentiments et des doutes, mais globalement; comme personnes, comme proches en dehors du cadre du couple ?

Il y a peut-être d'autres critères de confiance en la relation, si d'autres veulent bien en donner un aperçu ici, je suis preneur aussi.

Pour revenir à son côté du mensonge, autant je reconnais la nocivité, autant moralement, à titre perso, je serais si ce n'est indulgent, moins sévère que le regard classique de la société.
La monogamie contient, par défaut, une injonction à l'adultère. Vous avez pu expérimenter, chacun, que demander à une seule personne de nous suffire était souvent trop demander. Pas parce que c'est pas la bonne personne, la princesse ou le prince charmant, mais parce que ça n'est pas vraiment rationnel, quand on sait que les gens évoluent dans la vie en même temps que leurs liens se maintiennent. En prenant de l'âge, on découvre d'autres perspectives, d'autres besoins... Et la société te dit "non, tapadroit". Alors, qu'est-ce qu'on fait, quand personne ne nous fournit les idées qui peuvent changer les perspectives ? On se dit "bon je vais mentir, comme les autres qui ressentent ce que je ressens".
Les histoires de mariages, de princes charmant, de chansons d'amour éploreuses à propos de "sois à moi seulement à moi parce que sinon c'estdlamerde", les films où tomber amoureux, vivre avec quelqu'un c'est pas vraiment différencié... Tout ça, ça crée un genre de panneau indicateur : seule sortie pour pas contredire le discours amoureux de la norme : mentir.
Pour faire autrement, ton amoureux aurait du affronter beaucoup de contre-courant.

Et c'est en partie le même cadre, au moins il est cohérent dans sa vision des choses, qui lui fait croire qu'il ne serait pas capable de tolérer autre chose que du sexe.
Alors, que, déjà, le désir, c'est une vie sentimentale. Mettre un petit cellophane pour séparer les deux, c'est se raconter des histoires... Est-ce qu'il pourrait faire ce qu'il fait avec une autre amante ? Est-ce que n'importe quel trou est bon ? Alors pourquoi pas le tien, si le désir et les sentiment ne sont pas liés du tout ? Ils ne se superposent pas, ils ont des variations différentes dans le temps (et souvent ils remontent !), mais ils se recoupent, sont liés, intimement, et différemment selon les gens.
Qu'il craigne un projet où il y aurait un autre homme avec autant d'importance que lui dans ta vie, ça se comprend. Mais se dire que du coup, "no sentiments", c'est une logique qui a du sens en termes de liberté affective, c'est un peu comme dire que le plaisir d'une cigarette, et celui de 100 cigarettes, c'est pareil, juste des instant, rien à voir avec un comportement addictif.

Enfin, un dernier angle de la question : le polyamour n'est pas une sortie pour un couple qui périclite. C'est quelque chose qu'on désire parce qu'on sait qu'on peut désirer plusieurs personnes, qu'on comprend que l'autre puisse éprouver cela, et c'est une situation dans la quelle on tente d'être respectueux et vrai.
Qu'il y ait plusieurs relations respectueuses dépend déjà que vous vous aimiez encore.
Dans son cas, c'est probable. Même si c'est de traviole, le fait qu'il ait menti et qu'il flippe à l'idée de ta propre nouvelle vie sentimentale montrent qu'il craint pour votre lien.
Dans le tien, dis-toi que c'est une crise. Tu peux aller vers le poly parce que ça te convient, et tu peux, par ailleurs participer à reconstruire la confiance sur de nouvelles bases. C'est deux choses différentes, qui s'influencent, mais qui peuvent coexister : pas mal de couples poly sont passés par là. Tout le monde ne reste pas ensemble, certains s'abîment, mais chacun est capable de faire des choix sains.

Si ici on peut t'aider vers ça, en te présentant l'option poly sans en faire la seule belle sortie, alors ce sera avec joie.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Artemis

le vendredi 10 octobre 2014 à 16h41

Merci pour vos questions, ca aide, et vos encouragements.

Pour répondre à JulieJonquille, je ne vois pas l'avenir. N'importe comment je le considère, claquer la porte ou revenir pour retravailler la confiance, c'est douloureux. Mon compagnon a déjà décidé d'être polyamoureux, je l'étais aussi mais j'avais besoin de sécuriser un fonctionnement AVANT d'ouvrir le couple.

Cheminant avec tes questions SiestaCorta,
1)non il ne se protégeait pas
2)il ne l'a dit à personne d'autre mais après avoir dit à sa maitresse qu'il me l'avait dit, lui a recommandé de ne rien dire à son mari
3) il m'a beaucoup culpabilisé de sa souffrance - je suis la moins désirante des deux ce qui m'a fait souffrir aussi
4) le temps nous étant compté car je repartais en mission à l'étranger, j'ai proposé beaucoup de sortie ensemble, seuls, il en a peu accepté, allant la voir elle.
Je suis partie depuis maintenant 1 mois et demi, il m'a annoncé ca il y a une semaine..
5) Nous avions une communication que je croyais limpide, depuis bientôt 10ans; là je balance entre colère et désarroi. Nous nous étions promis de continuer en transparence, notre engagement de confiance étant centré sur le désir que l'autre s'épanouisse quoiqu'il ou elle décide. Mais pour que cela fusse encore actuel, il eut fallut qu'il respectasse la chronologie de notre cheminement. Je suis tellement déçue.
Il est acteur sur ce site. Il avait pris les devants, c'est lui qui m'a branché sur le site.
La souffrance a emmuré son amour, son manque de considération me sidère.
Comment on reconstruit la confiance?
Je suis arrivée à cette conclusion improbable et sans doute encore trop immense pour mon petit coeur qu'elle n'était qu'en moi.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 21 octobre 2014 à 14h55

Bon... Je n'ai pas répondu de suite.
Ca fait 10 ans que tu as cette relation, donc j'imagine que tu connais certains aspects fiables à côté. Mais sur ce que tu me dis, pour ma part, je trouve qu'il ya eu beaucoup de manque de respect pour toi pendant la période, que sur ces bases ça peut être très difficile de construire quelque chose. C'est toujours faisable, mais il ya énormément, énormément de travail.

Et évidemment, sur le point de la non-protection, je trouve ça très grave... La confiance et les bons sentiments ne sont pas des contraceptifs ni des protections contre les MST. Et comme le mensonge est avéré ici, pourquoi imaginer que son amante n'est pas elle aussi capable de dire que ce qui l'arrange ?
Bref, faites vos tests, de toute façon, et refaites-le si la situation dure...

#
Profil

MagentadeMars

le mercredi 22 octobre 2014 à 11h02

Tout ce qui était dit déjà je trouve très bon, mais je vais ajouter un point de vu différent. Je ne le fait pas d'un point de vue d'expert (s'il existent des experts, je n'en suis pas un), mais comme ça, pour donner une autre voie à explorer. Il se peut bien que cela ne convienne pas à ton/votre cas.

Mais c'est ça : pourquoi est-il important que ton partenaire t'as menti ?

Il y a une réponse rapide "mais cela va de soi, l’honnêteté est un composant essentiel du couple et...".
Normalement il y a une augmentation de la tension sanguine qui va avec. C'est à dire, c'est quelque chose de délicate qui dérange quand on y pense... et c'est bien cela qui me fait penser que ce soit moins évident et plus intéressant à explorer. Dans tous les domaines, je trouve que "mais cela va de soi, c'est évident" veut dire "je ne comprends pas et je ne veux pas y regarder parce que j'ai peur que la terre se retire de sous mes pieds."

Alors oui, il t'a menti. Il avait sans doute des raisons, très probablement liées à la peur. Déjà c'est un bon signe : il ne s'en fout pas de ta réaction. Oui, cela implique un risque de maladie, mais j'ai souvent l'impression que la récitation de ce risque soit hors proportion avec sa taille. Mais c'est aussi une manière efficace de le culpabiliser. Il a menti ? Oui. Il s'est protégé ? Non. Alors, forcément c'est un connard, plus besoin d'y réfléchir.

Parce que c'est comme ça qui fonctionne la culpabilisation : dès que l'on ait trouvé un coupable, on classe l'affaire. En fait, c'est de même que la réaction "mais il m'a trompé, faut que je le quitte..." Ce n'est pas une réaction raisonnée, c'est un réflexe, comme tiré ta voiture à droite quand une autre te vienne en face. Une réaction apprise, depuis un très long moment, et renforcée par tout ses connaissances, tout un tas des fictions (les fictions exprès du cinéma et les fictions de tout les jours des couples qui dissimulent leurs vérités). Ce n'est pas que je sois un jaloux, c'est qu'il m'a menti ! D'ailleurs, il n'a pas mis un capote !
[chantons ensemble)
"Un menteur, et pas de capote !
Un menteur, et même pas de capote !
Tricheur, Tricheur et irresponsable !
Sauve-toi ! Sauve-toi !"

Et les refrains, ils se répètent. Tous les plusieurs années.

Tout cela pour dire : la jalousie a des racines très profonds. Ce n'est pas pour cela qu'elle soit nécessaire, mais il faut un vrai travail sur soi pour approcher une relation raisonnablement, en sachant ce que l'on en veut, ce qui tu es nécessaire, et ce que tu suppose nécessaire parce que c'est comme ça que cela se fait dans les récits...

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 22 octobre 2014 à 14h20

MagentadeMars

Parce que c'est comme ça qui fonctionne la culpabilisation : dès que l'on ait trouvé un coupable, on classe l'affaire. (...)Une réaction apprise, depuis un très long moment, et renforcée par tout ses connaissances, tout un tas des fictions (les fictions exprès du cinéma et les fictions de tout les jours des couples qui dissimulent leurs vérités). Ce n'est pas que je sois un jaloux, c'est qu'il m'a menti ! D'ailleurs, il n'a pas mis un capote !
[chantons ensemble)
"Un menteur, et pas de capote !
Un menteur, et même pas de capote !
Tricheur, Tricheur et irresponsable !
Sauve-toi ! Sauve-toi !"

J'ai fait tout un passage de ce fil sur le fait que la culpabilisation créait le mensonge ("La monogamie, contient, par défaut....")
Mais ce n'est pas parce que les raisons de se sentir coupable et de faire sentir coupable peuvent être déconstruites qu'il n'y a plus, même avec la pratique du mensonge, aucuns comportements qui vaillent.
C'est pas parce que tu décides de faire une connerie que t'es obligé de les faire toutes avec.
Et, dans les comportements sur lesquels j'ai interrogée Artemis (sa façon d'être avec elle et de(ne pas) protéger la relation de son propre mensonge, ) il n'y a pas que de la culpabilité, il y a du manque d'égard pour l'autre ... et même pas dans un cas de NRE, qui expliquerait un peu, puisque selon ce que dit le gars, quand on va voir ailleurs c'est seulement pour le sexe.

Alors, je suis tout à fait d'accord que le mensonge du type soit relativisé parce que la société n'enseigne pas l'éducation sentimentale nécessaire à agir en fonction de ce qui se passe entre le pôle Walt Disney et le pôle Marc Dorcel.
Maintenant, s'il s'agit déconstruire quelque chose avec quelqu'un qui a fait exactement tout ce qu'il fallait pas et semble avoir des injonctions sur ce qu'il faut faire, je crois qu'on ne peut pas juste dire "c'est de l'amour, des fois ça merde, c'est pas grave et la non-capote et les autres attitudes de manque de respect ne sont pas significatives, prenons-nous la mains et oublions".

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

MagentadeMars

le mercredi 22 octobre 2014 à 16h04

Oui, mais je ne voulais pas parler de "faire sentir coupable" mais de "voir comme coupable". L'interrogation n'est pas dans le sens de ce que devait faire ou ne pas faire l'autre... car on n'a que très peut de prise pour changer l'autre.

C'était "est-ce je me sers de perception que ma partenaire sois coupable, pour éviter à réfléchir à ce que je peux changer en moi".

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 22 octobre 2014 à 16h52

Je crois comprendre : qu'elle reste avec cet homme ou pas, Artémis a une occasion de réfléchir à sa propre façon de ressentir, d'en faire une expérience de vie utile plutôt que de rejeter sur quelqu'un toute la responsabilité de leur situation, en validant les normes morales sans être sûre d'avoir faite le point sur ses attentes.

Mais bon, si, comme je le crois, elle peut se sentir mal traitée dans dans cette situation, on peut aussi dire que sa responsabilité dans le déroulement est pas la plus forte...

#
Profil

Artemis

le jeudi 23 octobre 2014 à 11h02

Merci pour ce fil..
On ne peut pas vivre quelque chose comme cela sans forcément avancer soi.
Et j'avance.
Notamment sur la question de la culpabilité.
Oui, il est tentant, et mon coté manichéen ne s'en prive pas, de culpabiliser cet homme pour toute la déception, le jugement de minable que je lui porte, le désarroi de ma confiance face au vide, etc..
Mais je me demande au final, moi aussi, si c'est vraiment possible de "faire se sentir coupable" à quelqu'un. Moi même cet été j'ai souvent ressenti cette pression face à sa souffrance exprimée (et j'ai du mal à le dire ici car il était déjà dans cette autre relation!). Cette pression qui ne prenait pas en compte ma souffrance et où je me sentais sur le fil du rasoir : énergie déployée pour me respecter et ne pas tomber dans la culpabilité. C'est un moteur si puissant, p...de culpabilité...et je pense, de nos deux côtés mais il ne s'en rend pas autant compte que moi je crois.
De fait, se sentir coupable est un choix que personne ne peut imposer sur quiconque mais qu'en est-il de la conscience d'avoir merdé, tout simplement?
Dans le ressenti, il est parfois délicat de différencier entre la culpabilité et assumer ses actes et leurs conséquences. Je crois que, d'après ce que je vis en ce moment et ce que j'essaie de mon mieux de projeter sur /avec cet homme, c'est dans la souffrance, et surtout le repositionement que ca génère, qu'on peut peut être différencier.
Quand je me sentais fléchir côté culpabilisation cet été, et décidais de ne pas me sentir coupable, je m'ancrais dans le fait que moi aussi je souffrais de cette situation, étant en non désir, et j'assumais que "céder à la culpabilisation" serait aller à l'encontre de mon ressenti avec des conséquences désastreuses pour moi, pour nous. Je ne sais pas si je suis claire..
Je voyais surtout que cette souffrance, même si ravivée par notre problématique, lui appartenait.
Mais pour être totalement honnête, malgré mes beaux discours, et mon expérience, je ne peux pas m'empêcher de lui en vouloir d'avoir, quelque part, mis fin à une relation de confiance, une complicité exceptionnelle, et surtout de cette façon aussi minable, avec un timing aussi déplorable et manquant totalement de considération pour moi.
Et je crois que ca c'est la partie saine de moi, la partie sage qui parle.
La partie meurtrie continue de se renforcer dans la confiance en moi, de revenir à l'amour, de comprendre ma "dépendance" à la confiance en l'autre.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 23 octobre 2014 à 14h34

Artemis
je ne peux pas m'empêcher de lui en vouloir d'avoir, quelque part, mis fin à une relation de confiance, une complicité exceptionnelle, et surtout de cette façon aussi minable, avec un timing aussi déplorable et manquant totalement de considération pour moi.
Et je crois que ca c'est la partie saine de moi, la partie sage qui parle.

Je suis d'accord avec elle... Elle a probablement d'autre chose à dire si elle le peut, mais au moins sur ce point, donne lui raison, et laisse là s'exprimer quand elle croit ne pas être entendue. Après avoir fait le point là-dessus et sur tes attentes et sentiments qui restent, et être sûre que ce que tu veux ensuite, sans arrière-pensée, sur des bases fiables.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Artemis

le jeudi 23 octobre 2014 à 17h23

Merci,
il vient demain me retrouver à cet autre bout de la terre...
On va bien voir où mène la dis..cussion
Merci pour votre profondeur de réflexion et surtout votre écoute.
Pouvoir symboliser en mots à des personnes qui n'ont pas les aprioris communs et qui renvoient la balle dans mon camps me conforte dans mon cheminement et est un bienfait inestimable.
Encore merci

#
Profil

Caline

le vendredi 24 octobre 2014 à 09h11

Artemis
Il vient demain me retrouver à cet autre bout de la terre...

Waw! N'importe qui ne ferait pas ça.
Mensonge ou pas mensonge, je comprends Artemis, que tu t'es sentie trahie au plus profond de toi mais comme le dit si justement Siestacorta, la société d'aujourd'hui a tellement formaté le schéma amouresque que nous ne sommes pas prêts dans l'immédiat à affronter une relation multiple, à casser le mythe Walt Disney de notre enfance, surprotégée de gosse pourri par la société de consommation,.
L'essentiel est de retrouver confiance l'un dans l'autre, quoiqu'il arrive et de poser des limites claires et franches.
Bonnes retrouvailles.

#
Profil

M_e_M

le vendredi 24 octobre 2014 à 11h11

Bonjour,
Je pointe juste un peu le bout de mon nez dans une discussion déjà bien plus riche que ce que je peux apporter pour partager cet article des "fesses de la crémière" (blog intéressant d'ailleurs Artemis, si tu ne connais pas) et apporter un peu d'eau au moulin :) :

lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2014/09/18/dix...

Ce blog m'avait permis de me rendre compte que je m'y prenais plutôt mal - dans ma démarche même - quand j'ai commencé à m'intéresser au polyamour, dans l'idée de sauver une relation qui coulait.

Merci à tous et à toutes pour le partage, c'est très chouette de vous lire !

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Artemis

le vendredi 31 octobre 2014 à 01h48

au secours, c'est vraiment hyper dur.
Je ne sais pas comment vous faites, j'aurais tellement besoin de paroles maintenant. quelques paroles. Je suis à vif.

cet homme est venu me rejoindre ici pour parler posément et et maintenant il vaudrait mieux qu'il reparte, je ne peux pas supporter l'idée de l'avoir encore une semaine ici avec moi.
C'est insupportable, le manque d'amour, le manque de considération va si loin. Je sais que vous allez trouver cela louable : il se respecte jusqu'au bout et surement qu'il se respecte end usant que je suis la femme de sa vie et qu'il aimerait bien que nous évoluons dans la relation.
Il veut rester "fidèle" à son nouveau moi, continuer son ouverture avec les autres femmes et tant pis pour moi si je ne le suis pas.
C'est l'impression de me noyer et de continuer à me recevoir des coups de pelle sur la tête. Je dois faire face à un choix : soit je souffre de le voir s'adapter à son nouveau fonctionnement tout en ayant "l'immense privilège" d'être la femme de sa vie et donc de rester en couple avec lui, soit je souffre parce que tout ca c'est trop pour moi et que je vais vers la rupture avec les conséquences d'ajuster à la perte d'une relation si importante pour moi.
Je ne me sens pas capable d'"évoluer" aussi vite, les chocs se succèdent et et je n'ai pas le temps d'assimiler. Je ne sais même plus qu'est-ce qui me fait souffrir le plus mais je crois bien que une coupure nette est tout ce que je peux me proposer de plus sain maintenant.

#
Profil

Artemis

le vendredi 31 octobre 2014 à 01h49

s'il vous plait, quelques paroles d'aide. Je suis si loin de tout ici.

#

(compte clôturé)

le vendredi 31 octobre 2014 à 07h14

Bonjour Artemis,

J'espère que tu auras réussi à passer le cap de la nuit sans trop de souffrances, il semble qu'il n'y avait malheureusement personne de connecté au moment où tu as écrit.

En lisant ton dernier message, une seule pensée me vient à l'esprit : si tu es trop mal, si c'est trop dur, autorise-toi à mettre un coup d'arrêt, même temporaire, à tout ça.

Tu te trouves placée devant un choix qui pour toi n'en est pas un : soit t'accommoder d'une nouvelle situation qui a priori ne te convient pas, soit mettre fin à votre relation.
Le souci à mes yeux c'est que même avec tout l'amour et la patience possibles de ton la part de ton compagnon, il n'est pas évident que tu puisses t'adapter à sa demande de non-exclusivité (d'autres ont échoué et personne ne les blâmera). Or, à te lire, on dirait qu'en plus il ne t'apporte pas ce dont tu aurais besoin sur ce plan (tu parles de manque d'amour et de considération, tu écris "tant pis si je ne le suis pas"). Donc j'en reviens à mon conseil : ne surestime pas tes forces, si c'est trop dur mets de la distance, quitte à se rapprocher à nouveau plus tard.

J'espère que ces quelques mots pourront t'apporter un peu de réconfort et que d'autres s'y joindront vite.
Je ne pourrai pas me connecter à nouveau avant dimanche au mieux, j'espère que d'autres viendront te soutenir, n'hésite pas à écrire ce qui te vient en tête, ça ne pourra que te faire du bien de poser les choses.

Je te souhaite tout le courage possible pour faire face à cette situation,
Shamal

#
Profil

LuLutine

le vendredi 31 octobre 2014 à 07h21

Bonjour Artemis, je dirais comme Shamal que faire une pause, prendre de la distance un moment ne serait peut-être pas une mauvaise chose.

Dis-toi que ce n'est peut-être que temporaire, pas nécessairement définitif, mais laisse-toi le temps de respirer, reprendre ton souffle, reprendre des forces, te recentrer...

Et ensuite, lui et toi pourrez peut-être discuter à nouveau de ce qui est possible ou non entre vous ?

Bon courage.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 31 octobre 2014 à 07h23

Autre chose : tu ne te sens pas capable "d'évoluer aussi vite". Il faut considérer que lui ne se sent peut-être pas capable, de son côté, de mettre un coup de frein.

Dans ce cas, il n'y a peut-être pas de possibilité. Ou alors, peut-être qu'il y en aura plus tard...même les polyamoureux ont des périodes exclusives, par exemple !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion