Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Passer de la théorie à la pratique ... ou comment redéfinir sa vie de couple en une heure.

Témoignage
#
Profil

xchrisx

le mercredi 13 août 2014 à 17h30

Bonjour,

Je vous livre mon histoire, vous verrez, elle est similaire à beaucoup de ceux qui ont déjà pris la peine de témoigner sur ce forum. Elle va vous raconter comment j'ai théorisé la notion de polyamours sans jamais en avoir entendu parlé et comment je me suis retrouvé confronté au passage de la théorie à la pratique.

Avant tout, je tiens à remercier les auteurs que j'ai lu ici et ailleurs car j'ai trouvé dans ces fils de discussion énormément de réconfort, des conseils précieux et qui continuent encore à répondre aux nombreuses questions qui m'assaillent toujours.

Je vis en couple depuis 15 ans. Couple monogame évidemment mais notre relation a toujours été construite autour de l'idée de respect mutuel, de liberté respecté. Un savoureux mélange qui nous a permis de traverser ces années dans le plus parfait bonheur.

Il y a deux ans, j'entame un jeu de séduction avec une de mes collègues (de 12 ans ma cadette), à mon grand étonnement, elle rentre dans ce jeu assez rapidement et de fil en aiguille (de déjeuner en déjeuner plus exactement), les fils d'une relation intime se sont noués. Ce jeu, que je trouvais tout à fait délicieux (imaginez, séduire après tant d'année à faire autre chose, c'est grisant) a duré quelques mois jusqu'à ce jour si particulier où après un dîner d'un romantisme fou, nous avons démarré à proprement parlé une relation extra-conjugale. Notre histoire a duré 15 mois, la parenthèse s'est refermé de fort belle manière, l'arrivée de son premier enfant l'ayant décidé à se recentrer exclusivement sur son couple.

Voila. C'est fait. Je me retrouve donc avec un (joli) secret à porter, bien décidé à ne jamais en parler à quiconque. Les mois qui ont suivi m'ont permis de prendre conscience que l'on pouvait aimer deux personnes en même temps, de manière différente, sans que la première relation soit affectée de quelconque manière par la seconde. J'ai eu l'occasion de théoriser sur ce thème à plusieurs occasions avec des amis et à la question " Mais si ta femme faisait la même chose, tu réagirais comment ???". "Et bien comme je viens de te le dire, elle est libre de vivre la vie qu'elle veut, c'est son espace de vie privé qui ne me concerne pas, et elle est bien assez intelligente pour savoir conjuguer les deux ....".

Facile, non ? Et puis les mois passant, j'ai commencé à regarder cet adultère avec moins de considération, à moins l'idéaliser et à le voir comme .... une faute. Je me suis senti un peu minable, en tout cas, loin de l'idéal de vie que je m'étais fixé bien des années auparavant. J'ai été affecté moralement, j'ai glissé petit à petit vers un état de déprime .... Rien de grave me direz-vous, on s'en remet tous.

Pendant ce temps là, je vois ma femme s'épanouir encore plus qu'elle ne l'était déjà. Déjà très féminine, elle ne cessait d'être toujours plus apprêtée, plus jolie, vraiment rayonnante. Je me dis qu'à 35 ans, elle n'avait jamais été aussi séduisante. Et insidieusement, ça allume quelques lumières dans ma tête ... Tiens elle passe quand même un temps fou chaque jour à discuter par sms avec ses copines ... Tiens, pourquoi ne quitte-t-elle plus son téléphone ? Tiens, deuxième soirée ciné cette semaine ? .... Je me mets en tête de savoir quelle est la nature de leurs conversations, pas de raisons que je reste exclu de ça .. J'étais à des années-lumière d'imaginer ce que j'allais trouver en posant un mouchard sur son portable (d'une efficacité redoutable ce mouchard ...).

Un matin, au bureau, je prends connaissance des premiers messages échangés ... "J'ai envie de toi, je te veux ce midi, impossible d'attendre plus, baise-moi, baise-moi, baise-moi !" Putain, c'est ma femme qui écrit ça !?!?!?. Je vous décris la sensation comme je l'ai ressentie : une grenade dégoupillée déposée dans mon estomac venait d'éclater. Embrasement total !

Passé le choc de la découverte et le sentiment de toute puissance ressentie immédiatement après pour avoir été bien plus malin qu'eux. D'une part, moi, je ne me suis pas fait prendre la main dans le sac et d'autre part, je venais de les démasquer eux (elle et son collègue de bureau bien évidemment, c'est d'un classique ...!), il a bien fallut faire face à cette nouvelle situation. J'ai suivi leur conversation pendant deux jours, j'ai gambergé seul pendant encore deux autres jours et au cinquième jour (sans avoir fermé l'oeil une seule minute), et après avoir échafaudé d'innombrables scénario, je décide de me lancer dans le vide et de lui raconter tout ce que je sais. En priant pour qu'une fois arrivé au fond du trou, elle s'y trouve aussi, histoire que l'on puisse continuer à discuter ...

Je vais devoir faire court mais j'ai commencé par lui raconter ma propre histoire, dans la plus grande transparence, avant de lui avouer que je l'espionnais depuis quelques jours et que j'avais découvert qu'elle vivait elle-même une histoire en parallèle de la notre. Un pas vers elle (raconter mon histoire), pour espérer qu'elle fasse un pas vers moi (elle est du genre à rester mutique des jours en cas de conflit entre nous). A ma plus grande joie, au bout d'une heure, nous discutions très librement de nos histoires respectives, leur origine, la durée, l'amour, le sexe, ... Tout.

Je lui ai dis que je n'aspirais qu'à son bonheur, qu'elle n'avait aucune raison de craindre quoi que ce soit de ma part (il est marié ...) et qu'elle gardait toute ma confiance, mon amour, et la liberté qu'elle avait toujours eu.

Bon rapidement, j'ai été pris de panique. Et si elle me quitte vraiment pour lui ? Et si elle ne me raconte qu'une partie de la vérité ? Et si elle n'était pas en train de m'instrumentaliser avant de me quitter plus tard ? ... Bref, toutes les question que l'on se pose en pareil cas. L'enfer existe, il s'appelle Jalousie.

Je finis. J'ai entrepris de lire les quelques ouvrages reconnus traitant du polyamour, des bienfaits de l'infidélité, ... etc. Ça m'a aidé à comprendre que vivre de cette façon était possible, mais surtout souhaitable pour notre couple (lui imposer une rupture aurait été une grande souffrance pour elle, qui est passionnément amoureuse de son amant) . Depuis, je travaille sur un sentiment qui m'était totalement inconnu jusque-là, la jalousie. Et je m'efforce de la convaincre que nous pouvons redéfinir nos propres règles de vie, en incluant un sphère privée assumée.

Bon, elle a dû mal avec cette idée, elle pense encore aujourd'hui être capable de mettre un terme à sa relation (c'est la troisième fois en trois mois qu'elle me dit l'avoir quitté !! ;o) ). Mais ça vient. Pour la première fois ce soir, elle sort entre amis et elle a trouvé le courage de me dire que son amant sera aussi présent. Mais je vois bien qu'elle culpabilise encore un peu à l'idée de nous laisser, les enfants et moi ce soir ...

J'espère que demain sera le début d'un autre cycle pour notre couple, que j'espère encore plus riche, encore plus passionnant que celui qui s'est achevé un matin d'avril ...

Chris.

(à oui, pour ceux que ça intéresse, je vais bien (mieux dirait ma femme), je n'ai pas de nouvelle maîtresse et je n'en cherche pas. Je compose avec tous ça et quand je n'y parvient plus (mon cerveau devient parfois indomptable et se mets à fonctionner hors de mon contrôle), alors mon copain Lexomil vient me filer un coup de main :o) )

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 13 août 2014 à 19h34

Très bien racontée, ton histoire.
Je ne suis pas tout à fait sur le coup à l'heure qu'il est, je reviendrais papoter plus tard, mais déjà, merci beaucoup d'avoir écrit tout ça, et félicitations pour le travail déjà fait.

Vous habitez dans quel coin ? Parce que pour la suite, un passage par un café poly vous serait sûrement très bénéfique.

#
Profil

xchrisx

le mercredi 13 août 2014 à 21h59

Nous vivons en Bretagne, dans une petite ville proche de Rennes.

Le choix d'adopter des règles de vie rappelant le polyamour s'impose à nous plus qu'il n'a été choisi. Je serais curieux de connaître la propension de couple pour lequel l'adultère (avoué ou découvert) les a conduit à prendre cette même orientation.

Ceci dit, je suis moi-même assez à l'aise avec cette idée qu'il est possible de vivre en harmonie dans la sphère familiale (nous avons deux enfants et nous nous vouons un amour réciproque immense), tout en conservant une sphère privée, qu'il faudra apprendre à définir. En revanche, ma femme s'est toujours considérée comme une monogame exclusive et rien n'est moins sûr qu'elle parvienne à adopter les codes de vie des polyamoureux.

Elle semble plutôt à l'aise à l'idée de continuer à vivre avec moi (elle dit souvent vouloir retrouver notre vie d'avant ... ce à quoi je réponds "Tu veux dire l'époque ou tu étais cocue ou plus récemment l"époque ou j'étais moi-même le cocu ?? (et je ponctue par une rire tonitruant car oui, j'ai un rire tonitruant) ), tout en continuant à voir son amant et à profiter de ses largesses (sentimentales et sexuelles uniquement, car pour ce que j'en sais, il est fauché...).

J'ai peine à imaginer sa réaction si d'aventure demain (plus probablement après-demain vue le travail qui me reste à parcourir pour recouvrer l'intégralité de mes moyens psychologiques, autrement dit, quand je serais sorti de cette déprime passagère), si demain donc, je l'informe que j'ai besoin de m'absenter le temps d'une soirée ou plus, pour filer le parfait amour avec une autre .... Je devine que nos conversations seront à ce moment là ... savoureuses !

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

boucledor

le mercredi 13 août 2014 à 23h02

Bonsoir xchrisx,
Votre histoire fait écho à la mienne... Dans notre cas, c'est moi qui ai en premier "rompu le pacte" de l'exclusivité en entretenant une relation extra-conjugale après 11 ans de mariage et 14 ans de vie commune...Contrairement à toi, je l'ai "avoué" à mon conjoint au bout de 2 mois, m'étant convaincue que je voulais assumer cette relation et poursuivre ainsi sur la voie du polyamour - que j'avais découvert par des lectures, ces dernières ayant sans doute été pour moi un "argumentaire" pour me déculpabiliser et justifier ma conduite...-
Bref, mon mari a tenté pendant plusieurs mois (avec perte et fracas...) d'accepter cette situation mais a fini par me demander de choisir entre lui et ce mode de vie qui ne lui convenait pas.
J'ai rompu avec mon amant, pour de multiples raisons et sans que ce soit seulement en réponse à l'ultimatum de mon conjoint...
Notre couple était ressorti grandi et a connu un "nouveau souffle" après cette "épreuve"...et j'ai sans mal retrouvé une vie amoureuse "monogame" épanouie.
Sauf que, au mois de mars dernier, je découvre que mon mari a une relation avec une de ses collègues et là, patatrac! tout s'effondre,et surtout l'argumentaire d'il y a deux ans que j'ai un mal de chien à entendre dans la bouche de mon conjoint: "On peut aimer plusieurs personnes à la fois", "ce que je vis avec elle ne t'enlève rien à toi", "c'est en me laissant cette liberté qu'on pourra continuer à s'aimer..."
J'admire ta façon de " rebondir" et de te remettre si vite de ce que j'ai personnellement vécu comme un choc! Voilà 5 mois que je me débats avec cette situation, avec ma jalousie, avec mes angoisses (que sa maîtresse tombe enceinte par exemple...) et pour l'instant je ne saurai prédire quelle sera l'issue. Certains jours, je me sens très optimiste, heureuse de ma vie "malgré tout" et confiante en l'avenir mais à d'autres moments, je doute de ma capacité à accepter sereinement de ne plus être "l'élue"...

#
Profil

xchrisx

le jeudi 14 août 2014 à 00h42

Bonsoir boucledor,

Je n'ai aucun mal à deviner le désarroi dans lequel tu te trouves, à mon sens, personne n'est vraiment préparé à l'éventualité d'un adultère. Qu'on y ait été confronté par le passé ou non n'y change rien.

Pour ma part, il m'a fallut faire preuve de beaucoup d'audace pour mener une relation extra-conjugale sans me faire surprendre et je me pensais bien supérieur à la moyenne en vivant ce type d'aventure et en parvenant à donner le change à tous (au bureau, à la maison). A cette époque, si j'avais dû me faire démasquer, je ne crois pas que mon couple aurait survécu à ce choc. Dans mon cas, ce qui nous permet de transcender cette phase aujourd'hui, c'est avant tout parce nous avons, elle et moi, mener une relation parallèle alors même que notre couple fonctionnait très bien. Elle a toujours été une épouse remarquable et une mère formidable, et moi, bien que moins présent du fait de mon travail, j'ai toujours largement contribué à faire de notre vie, une vie réussie. Ni elle, ni moi, n'avons cherché un échappatoire à une vie malheureuse. Elle dis souvent que cela lui est "tombé dessus" par hasard, qu'elle ne l'a pas souhaité ni recherché mais que cela lui a permis de s'épanouir en tant que femme à un moment de sa vie où elle en avait besoin et que rien que pour cela, elle ne pourra jamais éprouver le moindre remord.

Nous avons conscience, elle et moi, que ces deux histoires n'ont rien en commun avec la notre. Bien que l'on partage les même mots pour désigner les mêmes choses, la portée n'est jamais vraiment la même. Par exemple, l'une de ses premières questions a été "lui as-tu dis que tu l'aimais ?". j'ai répondu que oui mais en précisant que ça n'avais pas le même sens que quand je lui disait à elle. Je lui ai retourné la question et elle m'a dit n'avoir jamais osé le lui dire, alors même qu'elle vouait un amour immense à son amant, bien supérieur (je l'ai découvert depuis) à celui que j'éprouve à l'attention de mon amie (nous ne sommes plus amant mais nous continuons à déjeuner régulièrement ensemble). Elle lui a depuis prononcé ces mots lourd de sens mais sans que ça m'affecte le moins du monde.

Ton mari n'a pas tord quand il dit qu'il est possible d'aimer deux personnes à la fois, il faut juste que tu entendes ceci comme "je t'aime toujours autant sinon plus et je l'aime elle d'une autre façon". J'ai remarqué qu'il n'y avait pas d'unité de mesure pour quantifier l'amour, ça n'existe pas. J'aime ma femme et pourtant, je ne l'ai pas moins aimé à l'arrivé de notre premier enfant, au motif qu'on disposerait d'un "capital limité d'amour", non, un amour nouveau est né. De la même façon, quand ma deuxième fille est née, je ne suis pas aller voir l’aînée pour lui dire, attention, je te retire une part de l'amour que je te porte depuis trois ans, j'en ai besoin pour le donner à ta sœur.

Il a manqué d’honnêteté en te cachant sa relation mais c'est (presque) impossible à annoncer à son conjoint, tu es en cela une exception. Et de l'avoir fait il y a quelques années devrait te conforter dans l'idée que tu es une personne hors du commun.

Je suis passé, au cours de ces 4 derniers mois, par toute les phases. La stupeur, la peur de l'abandon, la colère, la jalousie, et d'autres sentiments encore, pas tous avouables. Mais si je vais mieux aujourd'hui c'est avant tout parce que je ne me sens plus en danger. Je ne crains plus qu'elle me quitte (il a fallut de longues discussion pour parvenir à lever mes derniers doutes), je ne me suis jamais comparé à lui, je n'ai jamais cherché à savoir ce qu'elle pouvait bien lui trouver, il est dans sa vie, il prend pas mal de place des fois (les sms, toujours les sms ...) mais quand sa vie privé déborde trop sur la sphère familiale, je le fais savoir (bon, je suis plutôt diplomate comme garçon, je déteste le conflit alors je m'attache à toujours y mettre les formes). Et ce sentiment de sécurité retrouvé m'a permis de réduire à la portion congrue la jalousie qui m'habitait ces derniers mois. C'est à mon sens la clé pour surmonter la jalousie (qui n'est qu'une réaction à l'insécurité réelle ou le plus souvent fantasmée), il faut retrouver ce sentiment de sécurité qu'éprouve tous les couples monogame et que tu éprouvais toi aussi sans doute il n'y a pas si longtemps (et il est fort probable que cela n'a pas changé).

Comme toi, la découverte aussi a été un choc et je me suis retrouvé dans un état psychologique totalement inconnu et auquel je ne m'étais jamais préparé. J'ai pris le temps de comprendre et d'analyser ce qui m'arrivais et je crois avoir appris pas mal de chose sur moi et ma capacité à surmonter les obstacles (j'ai consulté mon médecin pour une prescription adapté et je m’apprête à aller raconter cette histoire à un psy, histoire de la confronter à l'avis d'un professionnel). Je mise beaucoup sur l'intelligence, l'imagination et le respect pour trouver une issue heureuse. Mais tout comme toi encore, je ne saurais prédire l'avenir et il est possible qu'un jour, parce qu'elle ne pourra plus faire autrement, elle m'annoncera qu'elle part avec lui mais moi, ce jour là, je serais serein parce que j'aurais la conviction d'avoir fait tout ce qui était possible pour la comprendre et lui laisser son libre arbitre. J'aurais l'assurance d'avoir exploré toutes les pistes, même les moins conventionnelles.

Je te souhaite du courage pour reprendre le contrôle de tes émotions et de ne plus subir ni angoisse ni jalousie. il n'est pas facile de lutter contre la jalousie, c'est très destructeur comme sentiment, il est de loin préférable d'identifier les raisons qui font resurgir la jalousie (absence du conjoint, échange de messages trop ostentatoire, peur de l'abandon, ... je les ai personnellement tous subi). Prendre des mesures pour les faire disparaître (discuter, discuter, et discuter encore surtout s'il est disposé à le faire) et sans doute que ce ne sera plus un problème.

Chris.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Vaniel

le jeudi 14 août 2014 à 13h42

Intéressant témoignage, merci.

Intéressant comment ta relation extra-conjugale a allumé (ou, a contribué à allumer) les feux de la suspicion dans ta tête. Sans cette expérience, peut-être aurais-tu mis davantage de temps à déceler les indices de la relation extra-conjugale de ta partenaire. On entend souvent que certaines personnes "trompées" ne voient rien parce qu'elles ne regardent plus leur partenaire. Il faudrait peut-être nuancer et dire que pour voir quelque chose, encore faut-il savoir quoi chercher et, encore avant, envisager comme possible ce que l'on cherche.

J'aime la manière dont tu as instauré un dialogue avec ta partenaire. Par contre, je tique un peu (même beaucoup) sur l'utilisation d'un mouchard. Avais-tu vraiment besoin d'obtenir confirmation de tes doutes de cette façon ? Une discussion n'est-elle pas possible en l'absence d'éléments concrets ? Je comprends le côté rassurant de parler à ta partenaire de ton aventure passée en sachant qu'elle est en train d'en vivre une, et que tu en as la preuve. Je m'interroge surtout sur la réaction de ta partenaire quand elle a su la manière dont tu avais confirmé tes doutes. Loin de moi l'idée de juger ici, je cherche juste à savoir dans quelles mesures ça peut ébranler la confiance et comment celle-ci est reconstruite ensuite.

#

(compte clôturé)

le jeudi 14 août 2014 à 14h15

Perso, le coup du mouchard, j'aurai pas digéré. Ces trucs devraient être interdit à la vente, purement et simplement.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 14 août 2014 à 15h59

Arg, je tique aussi sur le mouchard, mais j'aurai voulu passer plus de temps sur les autres points avant. Bon tant pis, je cède au penchant du détail qui occulte le reste, j'espère pouvoir revenir sur le reste ensuite.

Pourquoi, le mouchard ?
Pourquoi le mouchard plutôt que demander et parler directement ?

Mon intuition : tu préfères avoir le temps de réfléchir de ton côté avec du solide qu'à discuter sans savoir quoi penser, avec le risque d'embrouille.
Mais le problème, c'est que si toi tu n'as pas marqué ta confiance dans les réactions et la parole de ta compagne, et que tu trouves ça parfaitement normal, dans pleins de cas elle sentira que même si vous passiez un contrat de liberté, elle ne pourra pas te dire ce qu'elle veut, réfléchir à ce qu'elle considère intime, à ses propres perspectives.Tu serais toujours susceptible de décider quoi faire indépendamment de ce qu'elle te dit.

C'est possible que ce soit une des raisons qui fait que depuis que vous avez parlé, elle ne sait plus si elle veut de la relation : elle voit que toi, quoi qu'elle décide, tu feras des choses sans lui en parler. Vu que toi tu avais déjà menti aussi sur ta relation, et que tu l'as espionné à son insu, elle ne peut pas se fier à ce que tu lui dis, même quand tu lui parles d'honnêteté, même avec les bonnes raisons.
C'est pas le fait que tu sois indulgent et même ouvert qui va l'empêcher de te regarder comme quelqu'un qui prend des décisions sur sa vie amoureuse à elle à sa place.

Tu te protèges sans doute ainsi des émotions diverses que pourraient t'amener les conversations où on ne sait pas ce qu'il faut décider, des temps où tu dépendrais d'actions de l'autre dont tu ne saurais rien.
Mais en te protégeant comme ça, en décidant des choses de ton côté (tromper, espionner, faire avouer, proposer un contrat poly... ) ((et dans mon hypothèse, tu dois faire ça assez régulièrement pour d'autres types de problèmes que tu veux régler pour deux)) sans donner à l'autre la possibilité de contribuer à l'évolution des situations avant que tu aies tracé le chemin à suivre, tu risques de te retrouver avec quelqu'un qui estimera, à un moment, qu'elle doit décider sur des coups de tête pour échapper à ton dirigisme, pour ne pas avoir à dealer avec ta façon de décider à sa place. Et amener des situations plus conflictuelles et difficiles à traiter que celles que tu cherches à devancer.

Voilà, c'est de l'hypothèse, sans doute faussée par des tas d'angles que je connais pas, mais c'est pour dire pourquoi le mouchard, même s'il faut partie d'un processus constructif pour la suite, est la pointe émergée d'un ensemble de comportements qui peuvent être dommageables à une relation d'égal à égal, où c'est l'honnêteté du dialogue qui permet de dépasser la rassurante tradition amoureuse mono-simplifiée.
Dans ce cadre, si ta femme a caché son histoire, c'est peut-être pas seulement de peur de la norme, d'un éventuel rejet de ta part, mais aussi parce qu'elle avait besoin de se recréer une intimité. Du coup, avec le mouchard et le fait que tu planifies à sa place, son aventure perd sa dimension aventureuse, et la réappropriation de sa vie affective qu'elle y trouvait.
Paradoxalement, elle serait sans doute intéressée par un contrat de départ où tu ne lui demandes pas de compte, ou vous en donnez que sur demande ou quand on ne peut pas faire autrement pratiquement. Après, ça peut changer, mais si ça se trouve, le cadre qui lui fait du bien, c'est d'avoir une partie de sa vie où tu n'as pas accès. Elle te retrouve en en sortant.
C'est différent de ce que tu as ressenti toi après la fin de ton aventure, tu estimais que t'être caché était un dommage que tu lui infligeais, que tu infligeais à la relation. Elle, elle craignait sans doute d'être découverte, mais peut-être moins de faire du mal.

Tu me diras si ça te parle...

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 14 août 2014 à 18h29

Heu... Vaniel, gcd68, Siesta, je comprends que l'usage d'un mouchard vous fasse tiquer et sur le fond, vu de ma fenêtre aujourd'hui, je suis d'accord avec vous. Je vais néanmoins me permettre de vous raconter une histoire à titre d'élément de réflexion (en attendant que Chris s'exprime s'il le souhaite).

Il y a un certain temps, après 6 ans de vie commune avec mon mari, je l'ai trompé avec un autre homme dont j'étais tombée passionnément amoureuse. Il n'en a rien su à l'époque.
5 ans plus tard, il m'a trompée à son tour. Je n'en ai rien su sur le moment, je l'ai appris quelques mois après, quand il m'en a parlé alors que nous avions décidé d'adopter un mode de vie non-exclusif.
Et bien, même si tout ce qu'il avait fait, je l'avais fait aussi (parfois en pire), même si j'étais convaincue que la non-exclusivité correspondait à toutes nos valeurs et que je voulais vivre ainsi, même si je savais qu'on pouvait parfaitement aimer deux personnes (ou plus) en même temps ; ça ne m'a pas empêchée de me découvrir parfaitement et totalement jalouse, avec la totale : les nuits à pas dormir, l'appétit coupé, le cerveau qui veut pas s'arrêter de mouliner, les tripes en vrac, j'en passe et des meilleures.

Sur ce, 3 mois environ après " l'annonce ", toujours en état de jalousie, je tombe par (réel) hasard dans la boîte mail de mon mari (il avait oublié de se déconnecter de Gmail et en voulant ouvrir ma boîte, c'est celle qu'il utilisait pour ses échanges avec son amantes qui s'est ouverte). Je savais que c'était pas une bonne idée d'aller lire leurs échanges et pourtant je l'ai fait.
Je n'ai pu lire que quelques mails, faute de temps pour tout consulter. Et bien je vous assure qu'à l'époque, si j'avais eu la possibilité de casser son mot de passe et retourner dans sa boîte pour lire le reste, je l'aurais fait sans aucune hésitation. C'est juste parce que je suis une quiche en informatique que je n'ai pas réussi.
Sur le moment je n'ai rien dit, j'en ai perdu l'appétit pendant 15 jours, et je lui en ai parlé environ un mois plus tard. Heureusement il a pris la chose avec beaucoup de bienveillance, faut dire que je n'étais pas fière de moi.

Tout ça pour dire, encore une fois, qu'on est juste humains et faillibles.
Que quand on est polyamoureux "expérimentés", on a des principes et on sait que le mouchard, lire les mails, etc. c'est pas le truc à faire.
Mais quand on s'ouvre tout juste à ce mode de vie après des années de vie de couple exclusive, ben des fois on fait des erreurs (après aussi mais c'est pas le sujet :-) )
Quand on est sous l'emprise de la jalousie, on n'a parfois ni le temps, ni l'envie de réfléchir sur "la relation", on a juste mal et très envie de savoir ce que l'autre a dans la tête et dans le coeur. Et ça ne présume en rien de la manière dont on gérera la suite des événements, la relation, etc.

Une question qui me semble intéressante (si Chris a envie de partager ça avec nous), c'est qu'est-ce que l'usage de ce mouchard lui a apporté.

#

(compte clôturé)

le jeudi 14 août 2014 à 19h46

Il y a des personnes qui peuvent se sentir espionnée. Moi je ne cache rien, alors l'espionnite est une mise en doute de ma transparence. J'estime que si quelqu'un a un doute, il DOIT poser la question, mais espionner, beurk...

M'espionner serait pour moi une cause de rupture immédiate et sans excuse. C'est arrivé à une époque alors que je faisais preuve d'honnêteté et de franchise. J'ai bien expliqué alors que j'excusais, pour cette seule et unique fois, mais que c'était à mes yeux un motif de divorce. C'est un manque de respect évident à mon encontre. D'ailleurs, si ma parole est remise en question, inutile de continuer, c'est que la gangrène est installée, autant l'éradiquer avant qu'elle prenne de la proportion.

#

(compte clôturé)

le jeudi 14 août 2014 à 20h06

Il y a quelques jours on me demandait de ne pas me donner mon opinion sur un autre sujet. Aujourd'hui, on me demande en mp de ne pas indiquer mon opinion sur les mouchards et sur l'adultère (alors que sur ce sujet, j'ai absolument rien dit). Ce site est-il un lien public d'échange d'opinion ou alors certaines personnes se mettent après ma peau, à tour de rôle. Je ne retirerai pas mon précédent message et n'altèrerait en rien mes opinions quelque soit le sujet. Sinon, je n'échange plus rien sur aucun sujet... c'est sans doute l'objectif de ses manoeuvres.

Donner son opinion n'a rien à voir avec avec émettre un jugement.

Désolée xchrisx, pour ce coup de gueule, ce n'est pas contre toi, mais fallait que je dise cela au moment et au lieu opportun, et il se trouve que c'est ici puisque consécutif à mes propos.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 14 août 2014 à 21h03

Shamal

Tout ça pour dire, encore une fois, qu'on est juste humains et faillibles.

Oui, je suis désolé si mon feedback avait l'air de condamner "personnellement" chris.
C'est pas le cas, on peut tous faire des conneries, peut-être pas les mêmes, mais on a tous nos plantages. Mes faux-pas me collent à la peau, comme chantait Balavoine.
Et bon, pour ceux qui me connaissent un peu ici, si je me mettais à parler de mes bêtises, le mouchard serait une escarbille.

Bref, l'expérience des bêtises, c'est aussi ce qui me permet de répondre à quelqu'un pour lui dire "ça vaut mieux pas" parce que ça me sensibilise aux motivations, que j'ai l'impression de comprendre. Les bonnes raisons qu'on a de ne pas voir et ne pas faire ce qui serait le mieux à tel moment, on les a éprouvées.
Avec ce genre de réponse, je ne cherche pas à me jucher sur de grands principes moraux, à donner des règle d’airain que personne ne devrait briser sous peine de subir un courroux brûlant comme une pluie de flammes infernales, et mon opprobre de chevalier blanc. Comme si mes opinions sur le bien et le mal pouvaient avoir de l'importance si je ne tente pas de comprendre la personne à qui je répond...

Je sais que c'est pas l'idée que tu te fais de moi, Shamal, mais bon en ce moment je cause beaucoup ici, donc je fais ce petit rappel en passant sur mon état d'esprit.
Je sais que tout le monde déconne à un jour, moi compris, c'est avec cette relativisation-là sur ma rigoureuse imperfection que je peux me permettre de dire des trucs francs, des trucs "pas sûr que ça passe là je te fais une remarque très perso". C'est important pour moi, je parle d'égal à égal, je considère que d'emblée les gens font ce qu'ils peuvent faire, pas ce qui serait bien. Sinon je passerais mon temps à réellement être énervé à tout bout de champs, parce que "ça marche pas comme ça marcherait si j'étais aux commandes". Si j'étais aux commandes, je ferais pas mieux que ma propre vie, et elle est pas parfaite j'peux dire.

Shamal
Que quand on est polyamoureux "expérimentés", on a des principes et on sait que le mouchard, lire les mails, etc. c'est pas le truc à faire.
Mais quand on s'ouvre tout juste à ce mode de vie après des années de vie de couple exclusive, ben des fois on fait des erreurs (après aussi mais c'est pas le sujet :-) )
Quand on est sous l'emprise de la jalousie, on n'a parfois ni le temps, ni l'envie de réfléchir sur "la relation", on a juste mal et très envie de savoir ce que l'autre a dans la tête et dans le coeur. Et ça ne présume en rien de la manière dont on gérera la suite des événements, la relation, etc.

Alors, comme je présume souvent à qui mieux mieux, je vais préciser.
C'est clair, cet épisode du mouchard est très probablement un petit incident qui n'entraîne pas que chris soit le dernier des enfoirés, une personne dont tous les gestes amoureux seraient viciés, un mec qui ne respecte pas ses proches...
Et comme je disais, il ya beaucoup de trucs chouettes dans son histoire, donc justement elle vaut bien la peine malgré ça. Focaliser dessus comme nous l'avons fait, c'est un réflexe critique, pas une condamnation. J'espère que ce sera compris comme ça.

En revanche, ça vaut le coup de présumer, avec précautions, mais présumer quand même.
Je sais, Shamal, c'était pas perso non plus, là encore je suis dans la réflexion sur ma façon de réagir ( xcrhisx, desolé pour le squatt de fil).
C'est pas le mouchard tout seul l'histoire. C'est comment chris écrit, plusieurs décisions qu'il a prises sur cet épisode et avant. Pour moi, il ya une logique dans le récit, dans l'attitude. Quand je vois assez d'éléments dans un témoignage, c'est à partir de là que je projette, pas sur un seul truc que j'interprète isolément. Selon la situation, je suis plus ou moins sûr de ce que je devine. Généralement, quand je sais que je manque d'éléments, je parle d'hypothèse, parce qu'à mon échelle ce n'est que ça, une construction intellectuelle, et qu'il est probable que plein d'autres éléments inconnus ne correspondent pas.
Mais... ça vaut le coup d'essayer, de projeter. D'abord parce que si je me suis planté, j'ai aucun problème à le reconnaître. Je sais que j'ai réfléchis tout haut, je suis pas du tout allé téléphoner aux gens à qui je répond en ligne, pour leur dire "faites comme ça sinon je balance des chats morts dans votre jardin" : je ne fais que partager une réflexion, avec l'espoir qu'elle touche juste, et la parfaite compréhension qu'elle soit discutée, contredite. Si j'écris en ligne, je peux avoir de bons retours, mais aussi de la critique, des désaccords... c'est pas grave, l'important, dans le cadre de nos questionnements sur les amours plurielles, c'est de parler, de faire sortir les mots qui seront utiles. Parfois c'est moi qui les dit, tant mieux, ça me fait plaisir évidemment, parfois c'est quelqu'un qui répond tout le contraire, et peut-être que si j'avais pas ouvert ma grande bouche il n'y aurait pas eu l'occasion de dire un truc utile par contradiction.

Voilàvoilàvoilà, désolé, j'en ai profité pour faire le point sur mon propre crâne. Un peu de narcissisme, c'est bon pour ma santé.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 14 août 2014 à 21h56

Merci Siesta pour ce partage. Un jour j'aimerais arriver à écrire aussi bien (clarté, fluidité, bienveillance) que toi >:D<

#
Profil

Vaniel

le jeudi 14 août 2014 à 23h56

@ gcd68 : tu aurais pu me répondre par mp. Je ne te répondrai publiquement qu'une fois pour ne pas polluer les discussions.
Il faut arrêter de jouer les victimes. Personne ne t'a demandé de ne plus t'exprimer. Nous sommes plusieurs à être agacés par la formes que prennent certains de tes nombreux messages qui peuvent facilement être perçus comme des jugements de valeur expéditifs (dimension dont peut-être tu n'as pas conscience et dont nous aurions pu parler en privé).
Pour rester sur cette discussion : qu'apportes-tu quand tu écris que les mouchards devraient être purement et simplement interdits (sous-entendu : les utiliser est une honte !) ? Quand siestacorta intervient lui aussi sur les mouchards, il remet les éléments dans leurs contextes, il développe, il nuance. Malgré sa perspicacité, il ne balance pas une phrase disant que ça doit comme ça et pas autrement, son écriture "réfléchit".

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

xchrisx

le vendredi 15 août 2014 à 00h27

Le mouchard ... C'est intéressant que vous pointiez (quasi-)unanimement le doigt sur ce point. Et je vais essayer d'expliquer pourquoi avoir choisi cette méthode, qui, je vous le concède, est bien l'une des pires choses que j'ai infligé à mon couple.

Remise en contexte ... (il y a 6-7 mois) Ma femme passe des heures a envoyer des sms chaque jour et ce depuis des mois... Moi, je ne lui pose JAMAIS de questions concernant la nature de ses échanges, ni avec qui elle discute, ni quels sont les sujets abordés et pour tout dire je ne m'en moque un peu ... Sauf qu'à un moment, elle commence à se plaindre régulièrement des mauvais rapports qu'elle entretient avec certains collègues, de l'ambiance au travail qui n'est plus aussi enjoué qu'à ses débuts, du stress intense qu'elle subit ... etc. Et quand elle aborde le sujet, je me cantonne à lui dire qu'il faut qu'elle fasse un break, qu'elle coupe son portable le temps du we et que très certainement, elle arrivera plus facilement à faire le vide, prendre le recul nécessaire, moins ressasser, ... etc. Bref, je fais ce que j'ai toujours fait, j'essaie de lui donner quelques conseils utiles, qui à mon sens devrait contribuer à l'alléger un peu du fardeau qu'elle semble porter.

(il y a 5 mois) Mais les semaines passent et rien ne change ... Le portable toujours a porté de sa main et toujours hors de porté de la mienne ... Trop tard, la curiosité me pique et je cherche un moyen simple pour "suivre" ces conversations pleines d'inepties ... A aucun moment, je ne l'imagine engagée dans une relation extra-conjugale, pas l'once d'un soupçon. En posant ce mouchard, je ne cherche pas de "preuves" pour la faire "avouer", je cherche à assouvir ma curiosité en toute discrétion. En ce sens, je ne planifie rien, je ne décide de rien, je n'imagine même pas m'attarder sur la question une fois avoir eu la confirmation qu'elle perdait son temps avec des ragots de boulot. Plutôt que machiavélique, considéré-moi plutôt comme un benêt (puisque malgré mon expérience en matière d'adultère, je n'y ai vu au départ aucun signe chez ma femme).

Le choix du logiciel, l'achat, l'installation, tout ça a encore pris des semaines, vu que je n'y voyais aucune urgence. Mais un événement s'est produit qui a changé la donne et m'a mis sur la piste de l'adultère. Un soir, ma femme reçoit un appel d'un de ses collègues, nouvellement embauché et qu'elle "coache" tout à fait officiellement pour faciliter son intégration (10 ans de moins qu'elle), pour lui dire qu'il est en galère, qu'il a oublié ses clés d'appartement au bureau, qu'il sors de la salle de gym (il est 23h) et qu'il ne sais pas où passer la nuit. La situation nous fait marrer, on l'invite à passer la nuit chez nous. Je découvre pour la première fois ce grand gaillard (rugbyman, 1,80, bodybuildé, gueule d'ange) , très drôle, un accent du sud qui lui assure un charme fou s'il en était besoin. Et là sous mes yeux, je vois mon épouse se transformer, adopter une attitude de séduction manifeste, rire dès qu'il ouvre la bouche, ... Bref, elle est sous le charme et le dévore des yeux littéralement. Oups ! je prend conscience qu'un truc se passe que je n'avais pas anticipé (et pour vous qui avez lu mon premier message, je prends pleinement conscience de sa métamorphose et du fait qu'elle n'a jamais été aussi séduisante).

Ma femme ayant un vie sociale riche, sort souvent entre amis, resto, ciné, soirée. Je savais que ce type était de toute les sorties depuis déjà des mois ... Quelques jours après l'avoir reçu à la maison, une première soirée ciné est organisé, puis une seconde la même semaine ... Là, les soupçons sont fort mais je sais, vous allez me dire, pourquoi ne pas lui en avoir parlé ? pourquoi avoir choisi la trahison avec un stupide mouchard ?? A cela je réponds que dès le lendemain de cette seconde sortie, je lui dit tout de go (bon, j'étais particulièrement de sale humeur ce soir là et c'est elle qui me demande ce qui ne va pas) : "Ma chérie, je crois que tu couches avec XXX. voilà ce qui me chagrine ce soir ...." Réponse de mon épouse "Quoi ? Mais quelle idée ! c'est un gamin, je l'aime bien, il est drôle et sympa mais je n'ai aucune vue sur lui, je ne te trompe pas avec lui, je le jure sur la tête de nos enfants". Fermeture du ban.

Le mouchard m'informera qu'effectivement elle ne couche pas à lui mais avec un autre, assis deux bureaux plus loin et qui ne participe jamais à aucune des soirées auxquelles elle participe régulièrement ..

Le soir même de la "confrontation" de nos adultères respectifs, j'ai désinstallé le logiciel espion, détruis tout les historiques (après les lui avoir montré) et dans la semaine qui a suivi, elle a acheté un nouveau téléphone (à ma demande), dont elle a sécurisé l'accès (à ma demande toujours) et que je n'ai pas tenu en main depuis 4 mois qu'elle le possède.

Je me suis confondu en excuse pour avoir choisi cette voie, juré de ne jamais y recourir à nouveau et elle ne m'en tient visiblement pas rigueur (ce truc est sorti de nos conversations depuis déjà longtemps)

C'est moche, et c'est au moins aussi immorale qu'illégal. Elle me dit que c'est un procédé horrible mais que probablement dans ma position, elle aurait été peut-être en mesure de le faire elle aussi ... on ne le saura jamais puisque aujourd’hui nous agissons avec une plus grande bienveillance l'un envers l'autre et que nous ne devrions plus nous trouver dans une telle situation.

il est probable que je n'ai pas répondu excatement à l'ensemble des questions soulevés, n"hésitez pas à les reformuler, j'y répondrais aussi précisément que possible. Mais de grâce (si je puis faire un vœu), ne réduisez pas ce témoignage à ce seule aspect (l'usage d'un mouchard pour démasquer un adultère), Je n'avais à ce moment là jamais entendu parler du polyamour ni encore moins des "règles" qui régissent ce mode de vie (et aujourd'hui encore, je n'en connais que quelques-unes ...)

Merci encore d'avoir pris le temps de réagir à ce témoignage.

Chris.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Vaniel

le vendredi 15 août 2014 à 01h00

Merci pour tes précisions. Je comprends mieux ton cheminement, le choix d’assouvir une curiosité dévorante et de prouver à l'autre qu'il faut qu'il arrête de se ronger pour quelque chose qui n'en vaut pas la peine. Une volonté d'aider l'autre, il y a aussi de cela. Passons sur le procédé dont nous avons suffisamment parlé. Tu sembles vouloir aider ta femme sur beaucoup de points. Mais, peut-être n'a-t-elle pas besoin d'être (autant) aidée ? Peut-être ne le souhaite-t-elle pas aussi souvent, quand bien même elle ferait des erreurs, ses erreurs ? Je fais peut-être fausse route sur ce qui précède. Si je vois juste, je pense que si vous vous engagez sur le long terme dans un mode de vie poly (qui aura les règles que vous lui fixerez ou l'absence de règles que vous lui déciderez), il me paraît plus viable que ta partenaire évolue avec une plus grande autonomie, pour elle comme pour toi.

Dans ton premier post, tu écrivais qu'elle culpabilisait un peu à l'idée de te laisser pour aller voir son autre relation. La nouveauté et les règles sociales peuvent jouer. Un autre point, auquel on ne pense pas toujours au début d'un mode de vie poly, est qu'elle peut culpabiliser du fait de l'asymétrie de la situation : elle a quelqu'un d'autre qu'elle va voir et toi non.

#
Profil

boucledor

le vendredi 15 août 2014 à 11h07

Pour ma part, je trouve que tu n'as pas à te justifier et encore moins à t'excuser de ce que tu as fait....
Et comme le dit Shamal: Tout ça pour dire, encore une fois, qu'on est juste humains et faillibles.
Je n'étais pas fière non plus de chercher des confirmations à mes doutes quand j'ai commencé à entrevoir la possibilité que mon conjoint me trompait...mais je pense que ce besoin de SAVOIR peut être irrépressible à certains moments...il y a sans doute même un certain "masochisme" à le faire puisque de découvrir des mots d'amour qui ne nous sont pas destinés, ça fait juste mal, très mal..... mais je crois que cette souffrance qu'on s'inflige soi-même est un moyen de la dépasser à terme.... se confronter à cela m'a semblé nécessaire pour aller de l'avant ensuite....
Et puis, il y a toujours un décalage, parfois important, entre la théorie et la pratique! A l'époque où c'était moi qui entretenait une relation extra-conjugale, c'est mon mari qui "fouillait" mon téléphone, cherchait à lire les lettres que mon amant m'avait envoyées... et je l'ai très mal vécu sur le coup.... mais je le comprends et c'est davantage parce que cela l'a fait souffrir et m'a forcé à me confronter à la réalité de la situation que cela m'était pénible et pas tant parce que cela empiétait sur mon espace de liberté....
La liberté va de pair avec la responsabilité et je crois qu'on reste responsable de ce qu'on dit et fait et il faut accepter le risque de devoir l'assumer face à la personne qui partage notre vie.
D'une certaine façon, cela m'a rapproché de mon conjoint de traverser les mêmes épreuves que lui à mon tour... Bon, j'avoue que le fait qu'il ait fait tout cela avant moi (manifestations de jalousie,"espionnage"...) m'a peut être servi parfois d'"excuse": il l'a fait, alors pourquoi pas moi...Mais surtout, on ne peut pas toujours se montrer serein et exemplaire dans ses réactions, parfois c'est viscéral!
Le plus important, c'est peut-être de garder à l'esprit ce qui nous paraît fondamental (dans mon cas, tout faire pour prendre soin de notre relation et la préserver), ce qui évite de reproduire indéfiniment les erreurs qu'on commet forcément ...

#

(compte clôturé)

le vendredi 15 août 2014 à 14h02

@Vaniel : "Petits meurtres entre polys" est destiné à cela et le sujet avait été reposé à cet endroit exprès. Mais bon, puisque tu tiens à endommager ce fil de discussion...

Je n'ai pas à justifier mes propos ni la manière dont je peux intervenir. Il est donc impertinent de l'indiquer, ici comme en mp. Je ne me pose pas en victime, je désire juste faire cesser l'intolérance qui s'affiche à mon encontre (et peut être aussi à d'autres que moi, mais qui ne réagissent pas, qui courbent l'échine "oui maman, oui papa"). Ni toi, ni personne, à part les personnes qui gèrent ici, n'ont à me dire si mes propos, mes opinions sont pertinents ou non. Je répète, il existe la fonction "signaler" (+ justifications évidemment).

#
Profil

Chupapink

le vendredi 15 août 2014 à 19h20

Comme je me reconnais dans ton histoire, qui me semble vraiment calquée sur la mienne (mise à part quelques détails).
C'est surtout le titre de ta discussion qui m'a attiré car ce fut casiment le as pour moi aussi. Quand j'ai découvert que mon mari avait une aventure avec une autre femme depuis 6 mois, j'ai voulu savoir comment on en était arrivé là, et surtout pourquoi ? Mais finalement ce n'est pas le pourquoi qui importait mais comment j'allais continué à vivre avec ça. Et puis je me suis rendu comte que je ne voulais pas le quitter, je voulais qu'il me revienne parce que nous étions mariés depuis 8 ans et ensemble depuis 14 ans. Nous appartenions l'un à l'autre, je n'arrivais à concevoir les choses différemment.
Et puis, quand au bout de quelques mois (après l'avoir même mis dehors parce qu'il continuait à la voir), je me suis aussi rendu compte que je n'arrivais pas à vivre sans lui. Nous travaillons ensemble, donc nous devions nous voir régulièrement et de ce fait, il est revenu vers moi. Il se rendait compte de son côté aussi qu'il ne voulait pas me perdre. On ne comprenait pas trop ce qu'il nous arrivait. La logique voulait qu'on se sépare et qu'un divorce vienne sceller tout ça.
Quand il a eu l'occasion d'une séparation avec l'autre femme, il ne l'a pas saisie, et quand je lui ai demandé pourquoi, il m'a simplement répondu qu'il n'arrivait pas à se passer d'elle. Ne bloquant pas son téléphone, je lisais leur échanges de sms. J'ai voulu rompre définitivement car ayant également 2 enfants, je ne me voyais pas leur apporter une vie complètement chamboulée. Puis est venu le sujet de l'amour multiple, l'amour non exclusif, l'amour sans jalousie. Ce fut pour moi comme une sorte de révélation car finalement, nous pouvions envisager de continuer notre histoire parce que nous nous aimons et que nous ne voulons pas nous séparer, mais aussi qu'il puisse aimer quelqu'un d'autre. Et peut-être moi aussi un jour.

Je ne vais pas dire que ça règle tout mais depuis que j'ai pris conscience de ce que je voulais vraiment en acceptant de modifier ma vision de la vie amoureuse et d'accepter de "partager" (j'aime bien ce mot) mon mari, je me sens mieux. j'ai l'impression d'avoir un poids en moins sur les épaules. Je sais qu'il l'aime, je sais qu'il ne veut pas la quitter, mais je sais aussi qu'il m'aime, qu'il a besoin de moi et qu'il ne veut pas me perdre (ce sont ses mots à lui). L'idée a très vite fait son chemin dans ma petite tête et le "pourquoi pas nous" a été comme une évidence finalement. En l'espace d'une quinzaine de jours je me suis retrouvée de la résignation de perdre mon mari et amour de toujours (sans le vouloir vraiment), à l'acceptation de le partager avec une autre femme qui, je le sais maintenant, lui apporte des choses que je suis incapable de lui apporter. Mais de mon côté je lui apporte d'autres choses que elle ne pourra jamais faire. Du coup, nous y trouvons chacun notre compte et la vision d'une séparation semble très loin derrière moi. Ce n'est pas une solution, c'est se remettre en question et se rendre compte de ce qu'on est capable de faire par amour.

Nous avons aussi 2 enfants (de 4 et 7 ans donc petits) et ce qui me perturbait c'est comment leur expliquer que papa et maman s'aiment toujours mais il faut quand même qu'on se sépare. Maintenant, ils savent que nous nous aimons toujours et ont accepté (avec une simplicité) le fait que papa ai une autre amoureuse et que nous allons devoir "partager" papa avec elle.

Dans tous les cas, vraiment merci pour ton témoignage, il m'a fait du bien. Surtout de le voir en sens inverse. Au plaisir de te relire pour savoir comment évolue votre histoire.

#
Profil

boucledor

le vendredi 15 août 2014 à 23h05

Bonjour C-lyn,
Juste une question: sais-tu comment l'amoureuse de ton conjoint vit la situation de son côté? N'as-tu pas peur qu'elle attende, sans le demander, qu'il finisse par la choisir elle; comment envisagez-vous l'avenir? L'as-tu rencontrée? si oui, de quoi avez-vous parler?
Désolée si mes questions sont trop "personnelles"... c'est simplement que j'ai beaucoup d'interrogations en ce moment... Pour ma part, la "maîtresse' de mon mari est célibataire et bien plus jeune que lui, et je n'arrive pas à me persuader qu'elle puisse se satisfaire d'une relation "en pointillés" sans projets plus concrets. Je sais qu'elle a un "désir d'enfant" et l'une de mes principales peurs serait qu'elle "tombe enceinte" volontairement ou non....
Je sais bien que cela ne me "concerne" pas directement (enfin, un peu quand même...)et que c'est à mon mari d'être clair avec elle par rapport à ce qu'il souhaite ou pas, mais cette angoisse me tenaille.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion