Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Quelqu'un vous aime ! Vous le découvrez : aimez-vous plus facilement ?

Romantisme
#
Profil

Leolu

le mardi 11 février 2014 à 18h29

J'espère que ma question est suffisamment claire. Je m'explique :

J'ai le sentiment qu'il est assez difficile de résister à la découverte du sentiment amoureux d'une personne à notre égard.

Parce qu'on a tout de suite beaucoup de sympathie et un attachement instinctif envers cette personne si aimable et si ouverte qui nous est déjà toute acquise.
Je crois qu'être aimé est plus puissant encore que d'aimer soi-même (du moins quand ce sentiment peut être réciproque).

Au point qu'on pourrait très facilement se laisser entraîner à aimer tout de suite, sans réfléchir bien au-delà. Il suffit que cette personne soit à notre goût, qu'on ait pu envisager une inclination personnelle si on y avait pensé un peu, que l'on soit justement en attente d'un amour à venir... et voilà, ça y est, on sourit, on s'ouvre et on crée les premiers liens.

J'ai tout à fait conscience que la question sera vue très différemment selon qu'on est une femme ou un homme. Il se trouve que je suis un homme et que je me sens d'une fragilité extrême sur ce sujet. Les femmes en auront peut-être plus l'habitude et auront appris à gérer ces situations...

Mais tout de même : ne trouvez-vous pas cette situation désarmante tellement elle est charmante ?

#
Profil

LuLutine

le mardi 11 février 2014 à 19h05

Ca dépend vraiment de la personne qui est en face de moi.

Soit elle est "à mon goût" comme tu dis, et c'est vrai que je vais me poser la question. Peut-être que j'y aurai déjà pensé avant d'ailleurs, qui sait ?
Il y a des gens dont j'ai parfois essayé de me rapprocher, et voyant que cela ne donnait rien, j'ai laissé tomber. S'il avaient été amoureux de moi, le rapprochement aurait sans doute fonctionné, donc bien sûr que leurs sentiments auraient joué.

Mais si c'est quelqu'un qui "n'est pas à mon goût", la découverte de ce sentiment non réciproque va plutôt me rendre prudente que me faire aimer la personne (prudence car pas envie de blesser l'autre en lui donnant de faux espoirs).
De même quand il y a une dissymétrie trop marquée, et que la personne ne semble pas en tenir compte : je prends mes distances...même avec quelqu'un qui me plaît, pour le coup.

#
Profil

Anarchamory

le mardi 11 février 2014 à 19h14

Pour ma part, lorsqu'une femme m'aime, ça a tendance à me la rendre plus aimable à mes yeux. J'aime bien les gens qui ont bon goût ^^ (OK, je sors...).
Cela dit, cela ne fait pas forcément tout. Cela ne suffit pas forcément. Et puis, c'est mon avis, et je ne suis pas sûr qu'il soit si répandu. J'ai pu voir que chez certaines personnes, l'aveu d'un amour à quelqu'un peut parfois jouer comme un repoussoir pour ce quelqu'un, s'il n'est pas partagé un minimum à la base.

Leolu
Je crois qu'être aimé est plus puissant encore que d'aimer soi-même (du moins quand ce sentiment peut être réciproque).

Plus puissant, je ne pense pas. Et j'ai une amie poly qui m'avait dit que selon elle, aimer est un plus grand bonheur que d'être aimé. Par contre, c'est peut-être plus simple d'être aimé que d'aimer, surtout si on part du principe que c'est chacun qui est responsable de ses propres sentiments.

Leolu Au point qu'on pourrait très facilement se laisser entraîner à aimer tout de suite, sans réfléchir bien au-delà. Il suffit que cette personne soit à notre goût, qu'on ait pu envisager une inclination personnelle si on y avait pensé un peu, que l'on soit justement en attente d'un amour à venir... et voilà, ça y est, on sourit, on s'ouvre et on crée les premiers liens.

Pas forcément. Après avoir subi plusieurs années de vie de couple conflictuelle avec une "monogamiste exclusiviste intégriste", je suis devenu beaucoup plus regardant au sujet des femmes que je m'autorise à aimer... Je ne suis pas un homme facile ^^

#
Profil

KittyN

le mardi 11 février 2014 à 19h25

ha ben non alors, hihihi
je vais pas aimer n'importe qui, lol

#
Profil

Anarchamory

le mardi 11 février 2014 à 19h26

LuLutine
Il y a des gens dont j'ai parfois essayé de me rapprocher, et voyant que cela ne donnait rien, j'ai laissé tomber. S'il avaient été amoureux de moi, le rapprochement aurait sans doute fonctionné, donc bien sûr que leurs sentiments auraient joué.

(+)

On pourrait écrire une maxime : "Si tu te sens obligé-e de déclarer tes sentiments à quelqu'un parce que tu ne sens pas de répondant, alors ne les déclare pas car ils ne sont pas réciproques".

#
Profil

Siestacorta

le mardi 11 février 2014 à 22h13

Pour répondre au sujet : non, en fait, ce serait plutôt le contraire.
Enfin... Plus précisément :
- soit je ressens moi-même quelque chose, et du coup cette découverte ne sera pas une "grande" surprise, puisque j'étais attentif.
- soit je ressentais pas d'attirance, je ne montrait pas d'intérêt - la personne dans ce contexte a commencé à s'intéresser dans un temps où je ne faisais rien pour ça. J'ai l'impression d'une erreur sentimentaliste, d'être apprécié sans en connaître les raisons, donc, pour une illusion encore plus égo-centrée que celle qui favorise les attirances plus symétriques.

Mais bon : ça dépend de la personne, quand même. Son attirance ne constitue pas un élément essentiel de son charme, mais elle peut donner une chance de le percevoir.
Par exemple, les gens qui ne sourient pas beaucoup d'habitude, et qui dans l'affection sourient plus. Ca joue !

Sur l'effet narcissique du sentiment amoureux, ça me rappelle une citation approximative de Gainsbourg : "dans tes yeux, je vois mes yeux, t'as du bol, ça te donne une lueur d'intelligence".

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Leolu

le mercredi 12 février 2014 à 00h08

MetaZet
J'aime bien les gens qui ont bon goût ^^ (OK, je sors...).

J'ai hésité à la sortir, celle-là, dans ma petite tirade explicative, mais je me suis dit qu'il y aurait bien quelqu'un pour le faire à ma place ;)

J'ai failli formuler ma question avec le mot "déclaration" ("Une personne vous déclare son amour.....") pour faire plus court. Mais ce n'est pas du tout ce que je voulais dire. Je pensais plutôt aux signes qui révèlent petit à petit que cette personne est attirée par vous : envies de présence, empressements, orientation des discussions vers l'amour et les sentiments, oubli de l'heure qui passe, etc...
Parce qu'une déclaration, c'est brutal : il faut réagir dans la seconde, décider très vite, s'efforcer d'être diplomate... bref, pas du tout la situation qui permet de s'interroger en soi-même, puis de s'intéresser progressivement à cette personne.
(et puis, qui donc "se déclare" abruptement, à notre époque ? La réponse sera quasi-systématiquement "non", rien qu'à cause de cette maladresse !).

Je ne pensais pas non plus aux personnes qui ne nous disent rien du tout.

Restent celles qui sont "à notre goût" (aurais-je dû dire : "celles qui nous agréent ?", Lulutime ;) ?) ou que nous n'avions tout simplement pas remarquées, mais qui, pour le coup, s'avèrent tout à fait dignes d'attention.

Parce que le jeu amoureux n'est pas si compliqué :
- Il arrive, certes, que deux coeurs se découvrent en un même temps (coup de foudre ou période plus ou moins longue de rapprochement mutuel)...
- Il arrive que nous découvrions nous-même l'être de nos pensées, et que nous fassions tout pour s'en rapprocher et connaître son propre sentiment...
- Il arrive aussi - et c'est là que se situe ma question - que nous découvrions un amour tout prêt qui n'attend plus que notre assentiment pour être partagé.

Ce dernier cas ne vous arrive jamais ?
"Je ne suis pas un homme facile", "je vais pas aimer n'importe qui, lol"...
Vous ne vous laissez jamais aimer ?
Toujours à l’assaut, jamais dans la tour ? :)

Il me semble pourtant que le cas n'est pas si rare ! (un sur trois selon ma liste ci-dessus)
Je me demandais donc si vous aviez eu, à cette occasion, à vous méfier de vous-même parce que vous connaissez le piège des amours trop faciles.

Ou si vous n'aviez pas aussi succombé, pour diverses raisons plus ou moins nobles :
- grande solitude sentimentale, c'est inespéré...
- je me dois de satisfaire toutes les personnes qui osent m'aimer.
- l'amour se déguste quand il vient et ne doit pas être boudé
- on n'a qu'une vie ! Fonçons, et on verra après...
- mais c'est justement ça, le polyamour : aimer qui on a envie, aimer qui nous aime, et ne pas compliquer les choses inutilement, comme chez les monos !

LuLutine
Soit elle est "à mon goût" comme tu dis, et c'est vrai que je vais me poser la question. Peut-être que j'y aurai déjà pensé avant d'ailleurs, qui sait ?

Donc là, c'est juste un signal d'alerte : "tiens ? aurais-je une touche ?"

Siestacorta
Son attirance ne constitue pas un élément essentiel de son charme, mais elle peut donner une chance de le percevoir.

Très intéressant. Tu n'y vois donc pas une facilité, mais un simple atour supplémentaire parmi d'autres.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 12 février 2014 à 01h10

Leolu
(et puis, qui donc "se déclare" abruptement, à notre époque ?

Moi, parfois.... :P

Mais comme je le disais sur un autre sujet, je dois avoir un défaut quelconque de fabrication :P

#
Profil

Apsophos

le mercredi 12 février 2014 à 01h15

Leolu
sentiment amoureux

C'est quoi ?

#
Profil

KittyN

le mercredi 12 février 2014 à 05h39

@metazet

je confirme !!!
tu es un homme hyper chou, mais tout sauf facile, hihihihihi

#
Profil

papagab

le mercredi 12 février 2014 à 10h25

Merci à Leolu pour cette question ! Cela fait justement quelques jours que je réfléchissais à poster quelque chose dans ce genre.
Depuis mes premiers pas dans le polyamour, (je rappelle que je suis dans une "relation primaire" depuis une quinzaine d'années) mon regard évolue sur beaucoup de choses, et sur les gens surtout. L'autre ne devient pas seulement un possible fantasme, il devient une possible relation. Du coup je suis amené à m'intéresser de façon plus "concrète" qu'avant aux gens, à leur être, leurs qualités, leurs défauts, leur personnalité. Et en tant qu'homme moyennement sûr de moi, de surcroît homme peu entreprenant qui aime qu'on s'occupe de lui (est-ce complètement lié ?), il se trouve que les relations ne vont pas souvent plus loin que le stade du "possible".
Mais en regardant un peu en arrière, je me suis posé la question de savoir quelles étaient les personnes qui m'attiraient le plus, histoire de voir si j'arrivais à déterminer un "profil type", ou tout au moins des caractéristiques communes. Et il est indéniable que je suis quasiment systématiquement très (très) attiré par la quasi totalité des personnes qui manifestent de l'intérêt (au sens "intérêt" un peu particulier, hein...) pour ma personne. J'ai tendance à croire que l'explication se trouve dans une combinaison de facteurs :
- tu t'intéresses à moi tu as donc bon goût :-)
- tu flattes mon ego, j'en redemande
- j'ai peur d'aller vers les gens, peur des râteaux, avec toi qui semble en attente j'ai moins peur.

Je vois à cette situation deux conséquences problématiques :
- puisque je sais qu'il existe des personnes chez qui je sens cette attirance, cet intérêt, pourquoi se lancer dans une démarche coûteuse en terme de courage et ayant a priori moins de chance d'aboutir quand je ne sens pas de désir en face.
- cela signifie que je ne joue pas un rôle déterminant dans le choix des personnes avec qui je construis des relations. Je subis surtout. Donc je ne suis pas vraiment moi-même.

Quel est le plus puissant : aimer ou être aimé ? Pour moi la réponse est évidente : le plus puissant est celui qui vous arrive le moins souvent. Ce qui est rare est précieux. Il m'arrive plus souvent d'avoir le sentiment d'aimer, que d'être aimé (même s'il s'agit uniquement de ma perception subjective et déformée de la réalité). Du coup je trouve qu'être aimé est beaucoup plus puissant. Mais dès qu'on m'aime, j'aime.

La "maxime" de MetaZet me travaille depuis que je l'ai lue : "Si tu te sens obligé-e de déclarer tes sentiments à quelqu'un parce que tu ne sens pas de répondant, alors ne les déclare pas car ils ne sont pas réciproques". oui, c'est vrai. Mais je sais pas pourquoi, ça me paraît pas si simple. Y a quand même des gens qui ont de la m***e dans les yeux... Y a quand même des gens qui ont besoin que certaines choses soient dites clairement pour éviter les incompréhensions, lever les doutes...
Il y a quelqu'un d'un peu particulier dans mon entourage depuis quelque temps pour qui je ressens des choses fortes, et avec qui je ne sais sur quel pied danser concernant une réciprocité, un répondant. Ma psy me dit de mettre les pieds dans le plat ou au moins d'interroger cette personne sur ses attentes à mon égard. Sauf que moi :
- j'ai peur de faire ça (peur de l'échec tout ça)
- je m'interroge de savoir qui devrait déclarer quelque chose en premier
- je trouve qu'il y aurait effectivement un aspect brutal à une sorte de déclaration, qui pourrait engendrer la fuite
- mais surtout parce que j'adore l'état dans lequel je suis en pensant à cette personne même si la relation n'est aujourd'hui qu'amicale en pratique et que j'ai pas envie de tout bousculer.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Vaniel

le jeudi 13 février 2014 à 01h23

A vouloir ne rien bousculer,
On finit par laisser passer.
Tu projettes, tu idéalises,
Et l'à-venir s'éternise.

#
Profil

Junon

le jeudi 13 février 2014 à 12h36

Cela peut m'inciter à porter un regard neuf (et plus bienveillant) sur cette personne. mais l'aimer...je ne pense pas.

#
Profil

bouquetfleuri

le jeudi 13 février 2014 à 13h21

Quelqu'un vous aime ! Vous le découvrez : aimez-vous plus facilement ?

Je suis nuancé à propos de cette question. Ce découpage me paraît ubuesque. Si je l'admettais ainsi, cela pourrait signifier que l'on peut aimer sans être aimé, ce que je ne crois pas du tout, l'amour n'étant pour moi qu'une juxtaposition volontaire de deux incidences, de deux fragments de vie, de deux inconscients, de deux intérêts ou de bien autre chose, mais qui fasse exister deux êtres en dehors de leurs représentations.

Donc si quelqu'un m'aime, c'est que je connais ce quelqu'un, que je peux lui parler, que je communique avec lui et je ne peux donc pas découvrir qu'il m'aime, mais accompagner l'émergence d'un sentiment qu'il exprimera jusque dans les mots les plus banaux, sauf si je ne l'entends pas auquel cas son "amour" ne subsistera pas longtemps.

Enfin, et pour les mêmes raisons, rien ne peut être plus ou moins facile, tout s'opère au rythme qui se doit. Et ce n'est pas parce que l'on risque d'explorer des pratiques réservées à ceux qui se disent tout (hahaha) que ce sera plus facile à faire.

#
Profil

coquelicot

le jeudi 13 février 2014 à 13h49

On se dit tout ; meme qu on s aime!!!

Surtout qu on s aime!! <3

Il m est arrivé ,une fois qu on m aime que je le sache et que je n y puisse rien.

Mais , c etait une femme !!!

Par contre il m est arrivé que des hommes m aiment ,et ca n a en aucun cas fait pencher ma balance interne , ca m a touchee oui mais mon coeur ne s est pas ouvert pour autant .

Par contre il m est arrivé aussi d etre "courtisee" par quelqu un raide dingue qui a priopri ne me plaisait pas mais qui apres y avoir reflechi a deux fois ......

Donc oui , quelqu un qui dit m aimer ca peut me faire voir cette personne autrement .

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 13 février 2014 à 13h52

bouquetfleuri
, cela pourrait signifier que l'on peut aimer sans être aimé, ce que je ne crois pas du tout,

Il n'y a pas QUE des amours heureux, hein ? j'ai aimé sans être aimé, on m'a aimé sans que ce soit réciproque, ou il y a eu des déséquilibres tels que la relation amoureuse au sens romantique était impossible d'avance.

Brefdonccertespuiquenéanmoins, ressentir l'amour (le sentiment) se vit en solo, au départ (et même jusqu'à la fin, dans mes jours les plus pessimistes, j'ai tendance à y voir un effet de miroir illusionniste).
Après, la relation amoureuse (amour aussi, la polysémie crée un sale flou) se vit à deux, est une entité nouvelle, comme un dialogue, et sans doute pas aussi conséquent des sentiments amoureux des personnes concernées qu'on le voudrait.

#
Profil

bouquetfleuri

le jeudi 13 février 2014 à 14h14

Oui Siestacorta, tu as raison, j'ai oublié de développer pourquoi c'est impossible pour moi. Je ne vais pas le faire ici, par faute de temps, mais dans un café poly, un de ces jours, sans doute...

En deux mots, je ne peux pas aimer une table, parce qu'une table ne me répondra jamais. Je ne peux aimer qu'une personne vivante. Si l'amour ne trouve pas de réponse, alors, pour moi, ce n'est pas de l'amour, mais une partie de l'amour, peut-être la première reconnaissance, le premier désir. Si j'entretiens ce désir comme de l'amour, c'est de l'érotomanie (pour faire vite).
L'amour étant une pulsion de vie qui s'accorde avec ma nature de faible mammifère, il a besoin pour survivre de rencontrer la même pulsion de vie ailleurs, ou dans d'autres ailleurs. S'il ne la rencontre pas, il ne peut exister autrement que dans un mécanisme de dégradation adossé et légitimé par une conformation sociale (le romantisme en est l'exemple littéraire).

Et ce n'est pas parce qu'il y a une réponse amoureuse que ce dernier est forcément heureux. (enfin, pour moi, si parce que sinon il n'émerge pas). Le travail nécessaire (la souffrance) pouvant construire en partie le bonheur, et cela n'a rien de messianique.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 14 février 2014 à 00h15

papagab
- j'ai peur d'aller vers les gens, peur des râteaux, avec toi qui semble en attente j'ai moins peur.

Haha. Je dois adorer les râteaux moi alors ! :D
Je ne suis peut-être pas la seule, d'ailleurs....me rappelle d'un membre ici, qui était venu sous le pseudo de "Polyrâteau" ;)

#
Profil

papagab

le vendredi 14 février 2014 à 11h21

A propos des râteaux, je viens de m'en prendre un par quelqu'un que je n'étais pas (pas vraiment, quoi) en train de draguer ! j'envoie un petit message d'anniversaire, un bisou dans le message et une petite allusion à une coiffure à mon goût, c'en était trop : partenaire en colère qui m'écrit que je leur manque de respect ! Et voilà, j'en ai pour plusieurs jours à me sentir comme un gamin attrapé le doigt dans le pot de confiture...
C'est le genre d'expérience qui me pousse à attendre passivement qu'on vienne vers moi, je ne veux tellement pas être celui qui manque de respect...

#

(compte clôturé)

le vendredi 14 février 2014 à 11h53

Y a des gens susceptibles !!! Comme quoi, les bonnes intentions ne sont pas toujours récompensées... Papagab, tu n'as pas à te sentir responsable de la susceptibilité d'autrui, d'autant que tu voulais bien faire. Par contre, je comprend ton désarroi. Les gens sont compliqués parfois...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion