Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment dire à son "premier partenaire" qu'on veut etre polyamoureux ?

Bases
#

Laura (invité)

le lundi 24 février 2014 à 15h50

Bonjour,

Je suis en couple depuis 5 ans. Avant ca j'avais eu une relation de 6 ans durant laquelle je n'ai jamais été très fidèle. J'ai fini par quitter cet homme pour un de mes amants qui est donc mon partenaire actuel. Oui mais voila le desir pour d'autres était toujours plus ou moins présent jusqu'a ce que je rencontre un homme de qui je suis tombé amoureuse il y a 8 mois. Depuis ce temps je le vois plus ou moins en secret. J'ai dis a mon premier partenaire que j’échangeais des textos avec un autre homme et que je le vois de temps en temps (il habite a 900km de chez moi). Je ne suis pas sure qu'il sache que je l'ai vraiment trompé...Il ne veux rien savoir de plus et me dis que je prends mes responsabilités. J'aimerai pouvoir lui dire l'entière vérité, mais comment faire sans le blesser et surtout sans le perdre car je l'aime !
Avez-vous des conseils ?
En tous cas je découvre que je ne suis pas la seule a aimer deux hommes en meme temps et ca fait du bien !!
Merci !

#

(compte clôturé)

le lundi 24 février 2014 à 18h25

Ben ouais, je confirme, ça fait du bien de savoir que l'on n'est pas un vilain petit canard tout beurk au pays du commun mais un magnifique cygne sur ce point d'eau (+) .

Comment dire ? Y a pas de recettes miracles... ni de meilleurs moments...

Y a un choix à faire : je dis...
Y a la méthode : je dirai utilise le moyen de communication le plus adapté à toi, comme à lui. Moi perso, les mots restent coincé dans ma gorge, alors l'écrit me sauve. Certains dessine... Je dirai donc, fais ce que tu peux du moment que ça te représente, du moment que ton expression est toi à 100 %. Ce qui se passe en toi, personne ne peut le ressentir, donc le restituer, l'exprimer, l'expliquer.
Y a le moment : évite s'il est en train d'émincer des aliments avec un long couteau tranchant et pointu, évite s'il conduit, évite s'il est fatigué et énervé.

Ce que je sais, c'est qu'une fois que c'est dit, c'est dit... aucun retour en arrière possible. Par contre, dans ton cas, j'éviterai d'accepter le "compromis" qui consiste à dire que ça ne se reproduirait pas. Toi comme moi nous savons, que ta vie affective et/ou sexuelle ne s'achève pas là.

#

(compte clôturé)

le lundi 24 février 2014 à 18h32

Concernant l'information : tu disposes de ces quatre livres : "vertus du polyamour" de YA Thalmann ; "aimer plusieurs hommes" puis "guide des amours plurielles" de F Simpère et enfin "la salope éthique" écrite par D. Easton & JW Hardy (deux américaines sauf que le concept intègre également le libertinage ; très très intéressant malgré tout et juste à bien des égards).

Autrement, il y a la chanson de Julien Clerc : j'ai le coeur trop grand pour moi... qui peut t'aider à exprimer ton polyamour si tu penses te retrouver dans cette chanson. Ce texte a l'avantage d'être déjà ancien donc il coupe court à "c'est un effet de mode".

#
Profil

oO0

le lundi 24 février 2014 à 21h00

Pour répondre à ta question principale, soit comment le dire, tu peux signaler que tu es intéressée de parler de la possibilitė d'ouvrir votre couple le jour où lui aussi est disposé, voire intéressé d'en parler. Alors pour en parler, il faut pouvoir avoir les mots et plus que d'avoir les mots, intérioriser les mots : lire et prendre le temps de digérer ses lectures.

Sinon, pour ce qui est de lui raconter ta nouvelle relation, je respecterais deux fois plutôt qu'une le fait qu'il te dise explicitement ne pas vouloir en parler et de prendre tes responsabilités. Là, maintenant, si tu veux en parler, il y a de fortes chances que ce soit pour soulager ta conscience, donc plus pour la tranquillité de ta conscience que de la sienne. En clair, tu dois faire le point sur un désir égoïste de te soulager d'un sentiment de culpabilité. (Ce que je te dis là, on me l'a déjà dit et il m'a fallu du temps pour le reconnaître. Après, cet argument de l'égoïsme de la bonne conscience a ses limites, voire est limite.) D'une façon où d'une autre, si tu veux réellement faire le choix d'une vie relationnelle ouverte, tu devras passer par cette mise au point. Ce genre de sentiment de culpabilité a ceci de très sain qu'il s'agit de l'une des formes d'expressions du désir de ne pas faire de mal à l'autre, mais il ne faut pas oublier que la vie fait mal et oublier l'utopie d'une vie sans douleur. (Après, il y a bien évidemment des aspects malsains à la culpabilité, mais je ne vais pas rebattre des clichés plus pu moins justes.) Lorsque ton compagnon te dit de prendre tes responsabilité, il attend probablement davantage de responsabilité que de culpabilité de ta part. Une part de ces responsabilités consiste à ne pas fuir dans l'indolence une vie qui fait mal et où tu as ta part de responsabilité malgré toute ta bonne volonté : personne n'est parfait, cela arrive à tout le monde de faire mal. Commencer à te lamenter dessus, ce serait faire preuve d'indolence tout comme te laisser submerger par ce sentiment de culpabilité ou encore, la peur de faire mal qui peut être totalement injustifié. Pourquoi ? Regarde comment a commencé votre relation, vous avez suffisamment d'expérience jusque dans l'histoire même que vous partagez que pour savoir qu'une relation peut en cacher une autre et que ce quelle cache n'est pas si terrible que ça, preuve en est puisqu'il s'agit de la relation que vous vivez et à laquelle vous semblez tenir. Et si il ne veut pas savoir, c'est plus probablement pour suivre une loi du désir plutôt qu'une règle morale qui serait plutôt la logique de ton désir d'avouer qui pourrait donner l'impression d'une irruption soudaine d'un jugement moral dans votre vie érotique en même temps qu'une impression tout aussi soudaine de triolisme. (Je ne sais plus qui sur le forum disait que l'usage fréquent du termes "aveux" en dit long de par son simple usage.) Je n'ai rien contre la morale ou le triolisme, non, ce que je veux dire c'est que tes aveux risquent juste de perturber les associations de l'imaginaire propre aux désirs que vous partagez l'un pour l'autre.

Après, je peux me tromper et d'ailleurs, je me trompe. Comme ton compagnon te le fait bien savoir, c'est avant tout ta responsabilité : il n'y a pas de liberté sans responsabilité et c'est de cette responsabilité qu'il s'agit, celle qui fait la liberté. Cette responsabilité, c'est notamment de trouver des réponses aux questions que te posent tes choix de vies, ainsi que les mots pour formuler ces questions et leurs réponses : ce que tu es précisément en train de faire - bravo !
__________

Tu poses des questions, moi aussi je vais t'en poser. Tu demandes, je demande.

Tu peux me dire comment ça se fait que tu as cumulé autant de relations en même temps sans arriver plus tôt à l'idée de discuter avec tes partenaires l'exclusivité de votre relation ? Ou la non-exclusivité de votre relation lorsqu'ils savaient déjà que tu étais avec quelqu'un ?

[Un peu trop de blabla, comme d'habitude..]

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Cendre

le mardi 25 février 2014 à 01h22

Il y a un an et demi, je suis venue sur ce forum avec une question très similaire. Et on m'a répondu :

LittleJohn
Je ne crois pas qu'il existe de méthode vraiment douce... ^^

Oublie l'idée de ne pas le blesser. Il va avoir mal. Sinon, tu te serais pas posé la question et ce serait déjà dit entre vous.
Que cela ne te décourage pas de le faire, bien au contraire. Mais c'est à toi de trouver la manière qui te conviendra le mieux : certainement pas "la bonne" ( m'étonerais qu'il existe une bonne méthode), mais celle qui te correspond, que tu assumeras le mieux par la suite

#
Profil

Siestacorta

le mardi 25 février 2014 à 01h47

Cendre
Oublie l'idée de ne pas le blesser. Il va avoir mal. Sinon, tu te serais pas posé la question et ce serait déjà dit entre vous.

(+)

Je redonne une comparaison entendue lors d'un café poly.

Les premières rentrées des classes d'un enfant. Le premier jour. Il pleure tout ce qu'il sait. Etre séparé de moman, c'est inconcevable, impossible, il ne survivra pas. Et même les quelques jours après, c'est pas ça. Mais ca se calme. Et puis...cette peine d'être séparé, elle n'est plus. Ca ne s'est pas passé dans un monde sans heurt, mais ça s'est passé. La peine laisse place à tout un tas d'autres trucs, le gamin irait jusqu'à plus vouloir partir et quitter ses nouveaux copains.

Ben il y a de ça dans l'apprentissage de la non-exclusivité. C'est un autre monde social, mais les polyamoureux, qu'ils le vivent bien ou non, peuvent te dire que pour eux ça vaut le coup d'y aller. On aime évidemment pas les moments où ça tire, mais on regrette pas pour autant.

Par contre, un truc, c'est que c'est une remise en cause forte, le point de vue du mono en face qui ne veut pas que ça arrive, il se tient, il se comprend, c'est pas son choix, il s'estime un peu trompé sur la marchandise.
Mais bon, la "marchandise", c'est toi et votre relation, c'est à dire que ce n'est par définition, pas figé, mais humain, mouvant. Est-ce qu'il aime aussi ta façon de "devenir", pas juste une photo de vous deux figée dans le temps.
Il aurait pas tort de ne pas vouloir ce devenir là, il a ses choix et tu devras faire avec (ou non), par contre, il y a une chance qu'il y a des choses en toi qu'il aime et qui soient des qualités qui t'ont conduite à la non-exclusivité, et qu'il en comprenne la cohérence.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bouquetfleuri

le mardi 25 février 2014 à 09h02

Je surenchéris ce que dit Siestacorta, en me retrouvant totalement dans ce qu'écrivent RIP et Cendre, aller vers son expérience polyamoureuse, c'est sortir de l'amour "marchand", dessiné et construit par des habitudes sociales mortifères.

Il ne s'agit pas que d'un dialogue cantonné à la résolution d'un problème accidentellement émergent, il s'agit du devenir de deux, trois personnes et plus, ce "devenir" que l'on retrouve dans la maxime nietzchéenne : "deviens ce que tu es".

Changer d'horizon, changer de monde est un travail, une torture. Mais si c'est une torture qui libère, elle fait mal, comme toutes les tortures

#

(compte clôturé)

le mardi 25 février 2014 à 10h16

Laura est à un tournant de sa vie en ayant pris conscience du "qui je suis". Cette personnalité qu'elle découvre, il faut en effet qu'elle la digère, puis qu'elle l'exprime. RIP a raison, avoir le vocabulaire aide à exprimer (d'où les lecture que j'avais recommandé) mais aussi à comprendre. Il souffrira moins s'il comprend, et tu culpabiliseras moins s'il souffre moins.

Difficile de prendre une juste décision : sauf que voilà, il n'y a pas de bonne et de mauvaise décision, il y aura la décision qu'elle assumera de prendre...

#

Laura (invité)

le mardi 25 février 2014 à 10h58

Tout d'abord je vous remercie pour avoir pris le temps (long pour certain) de me répondre.
Je vais tenter de répondre moi aussi aux questions que pose RIP.
Pourquoi ai-je du cumuler un nombre certain de relations extra conjugales avant de venir a ce questionnement ?
Je dirai que l'age et l'education y sont pour beaucoup. Je viens d'une famille qui expose des "valeurs" telles que le mariage, la fidélité et le partage de toutes activités. Par exemple ma mere a souvent mis en cause le fait de ne pas tout faire ensemble dans un couple (partir en vacances, activités extra pro...) comme cause de rupture a plus ou moins long terme. J'ai donc grandi avec cette idée d’exclusivité au dela meme de celle de la fidélité.
La question du poly vient donc effondrer complètement cette image.
De plus je me suis mis en couple a 18 ans et avec le recul je ne pense pas que je voulais vraiment vivre la vie de couple que j'ai vécu. Je voulais sans doute là encore imiter un modèle familial qui me permettait de prendre un envol. Au fil des années j'ai d'abord cru que c'était juste une manière anodine de faire des expériences que je n'avait pas pu faire avant de me mettre en couple. Au debut il ne s'agissait que de bisous et de relations non suivies. Ce n'est qu'au bout de 4 ans ou j'ai vraiment commencé a avoir des relations suivies avec d'autres hommes que le mien ce qui a conduit à une rupture. J'ai pourtant pensé bien souvent à la solution "idéal" d'avoir le droit d'etre "polygame". C'est ce que je disait alors a mes amies... Mais cela n'était pas possible et tout le monde autours de moi me disait qu'il fallait faire un choix et que la situation ne pouvait pas durer !
J'ai donc fait ce choix.
Apres ca je me suis dit que j'allais arrêter mes "bêtises" et etre "sage"... J'ai vraiment cru y parvenir mais en regardant en arrière je vois que je me suis menti a moi meme. J'ai quasiment toujours eu des relations émotionnelles avec d'autres hommes. Je me disais que j'en avait fini avec l'infidélité car je n'avais aucune relation physique mais s'écrire tous les jours par messagerie interposée c'est une relation quand meme... sans doute meme plus qu'une nuit passé avec un inconnu qu'on ne reverra jamais !

Bref je ne sais pas si mes réponses éclaircissent le fait que je n'avais jamais envisagé le poly avant.. et a vrai dire je ne savais pas que cette facon d'aimer existait en dehors de mon imaginaire et encore moins qu'il y avait un nom et des forums !!

Pour ta seconde question de savoir si je vis une ou deux relations ouvertes actuellement je dirai que non je n'en vit pas. J'ai un homme mono qui n'est pas du tout ouvert sur ce sujet et qui pour des raisons de caractère ne sera je pense jamais intéressé pour avoir lui meme une relation poly. J'ai réussi à lui faire accepter que je parle avec qqn d'autre et l'idée que je part voir des amis parmi lesquels ils serait là.. Mais je sais qu'il ne l'accepte que par amour pour moi et pas du tout car la situation lui convient (et aussi sans doute car il ne sait pas vraiment qu'il y a une relation amoureuse entre cet homme et moi). Sur cela je suis absolument consciente que ma démarche est égoïste et vise principalement a soulager ma conscience pour pouvoir vivre heureuse et "devenir qui je suis" comme l'a si bien cité Bouquetfleuri.
Mon deuxième amoureux lui est parfaitement au courant de la situation. Il sait que je vis avec qqn et on en parle beaucoup. Cependant il me dit qu'il ne serait pas pret non plus a vivre une relation poly car cela voudrait dire que la situation resterai en statu-quo alors que lui aimerait m'avoir pour lui seul et pouvoir compter sur moi tous les jours sans se demander si cette semaine je suis avec lui ou avec mon premier...
Bref aucun des deux, pour des raisons différentes, ne souhaite cette relation poly.

Le dernier message de gcd68 resume assez bien mon état d'esprit : je suis a un tournant de ma vie.. je dois choisir un chemin mais ce choix est difficile. Je ne dois pas m'emballer en me disant que le poly est la solution miracle a tous mes problèmes car je pense que chaque histoire est différente. Je vais avancer pas a pas et voir surtout ce que mon conjoint est pret a entendre ou non. Je sais qu'en lui parlant je le ferai forcement souffrir (je l'ai deja fait en lui disant un debut de vérité) mais je l'aime et je ne compte pas briser notre couple pour etre plus en accord avec moi meme.

Pour finir, je dirai aussi que je viens aujourd'hui avec beaucoup de questionnements et demandant de l'aide, certe. Mais je pense que mon parcours peut aussi aider certaines personnes qui en sont a un degrès encore moins avancé que le mien. Je pense que le chemin est long avant de se connaitre vraiment, et je sais que je ne suis pas la dernière a passer par là.

Et le mot de la fin sera par contre encore une question : Cendre, tu as vécu la meme chose il y a un an et demi.. Peux-tu me dire ou tu en es aujourd'hui ?

#

(compte clôturé)

le mardi 25 février 2014 à 11h55

Laura (invitée)
Je pense que le chemin est long avant de se connaitre vraiment, et je sais que je ne suis pas la dernière a passer par là.

Oui, c'est évident. Je considère que d'une manière générale l'humain ne tient pas assez compte de son passé et que l'individu en particulier ne tient pas assez compte de son expérience personnelle. Tu t'interroges sur ta vrai nature, alors que ton passé en dit long...

Malheureusement, l'individu a toujours tendance, lorsque cela va mal dans une relation amoureuse, a rejeté la faute sur l'autre et a conclure "ce n'était pas la bonne personne". Je déteste ce résonnement, il est à mes yeux immature et simpliste.
C'est peut être cela qui fait que mon couple a toujours tenu : mon mari a toujours su également trouver le pourquoi de son mal être personnel et ne m'a jamais rejeté bêtement la faute sur moi, du moins pas intégralement. Au lieu de se poser en moralisateur et de me jeter la pierre, il a cherché à comprendre, y compris en lui, qu'elles étaient les failles, les miennes, les siennes.

Par contre, je suis moi en tant qu'individu en particulier. Mon mari est lui en tant qu'individu en particulier. Notre couple, notre histoire ; les personnes que j'aime en dehors sont des individus en particulier et toutes ces histoires sont particulières. Ceci pour dire que oui, l'expérience des uns peut aider les autres, à comprendre. Par contre, chaque histoire sera différente, sera unique, alors ce qui sera valable pour l'un-e ne sera pas valable pour d'autres.

#
Profil

Cendre

le mardi 25 février 2014 à 11h59

Laura, je t'invite, soit à t'inscrire, que je puisse te faire une réponse personnalisée par email, soit à parcourir l'historique de mes messages ici :

/membre/-Uo-/Cendre/discussions/

#
Profil

Siestacorta

le mardi 25 février 2014 à 13h35

Laura
Cependant il me dit qu'il ne serait pas pret non plus a vivre une relation poly car cela voudrait dire que la situation resterai en statu-quo alors que lui aimerait m'avoir pour lui seul et pouvoir compter sur moi tous les jours sans se demander si cette semaine je suis avec lui ou avec mon premier...

Quand j'entend raconter ce genre de situations, je suis toujours un peu perplexe. Qu'au final, les amants et maîtresses préfèrent fantasmer sur une vie de couple hypothétique que tolérer le polyamour ou même le pratiquer.
Le couple exclusif est à ce point ancré dans l'imaginaire que même quand on est en train de faire autre chose, on se le raconte comme une étape avant le couple exclusif.

Alors qu'en réalité, pleins de relations apportent déjà tellement dans le fait qu'elle soient d'autres relations plutôt que les relation suivantes.

Je comprend bien la crainte de manquer de contrôle sur la vie en laissant l'autre aller et venir à sa volonté, mais c'est quand même ce qu'il se passe en réalité, poly ou pas... C'est possible quand même, d'aimer ce qu'on a, comme on l'a, pas comme on le voudrait !

Laura
je l'aime et je ne compte pas briser notre couple pour etre plus en accord avec moi meme.

Ca se comprend, c'est un raisonnement raisonnable et sain, mais il vaut la peine d'être contrebalancé par un autre : est-ce que tu irais, si nécessaire, te gâcher le cœur pour être plus en accord avec ton couple ?

#
Profil

Laura

le mardi 25 février 2014 à 14h01

J'ai crée mon compte, comme ca je peux discuter avec vous plus simplement.

Siestacorta
est-ce que tu irais, si nécessaire, te gâcher le cœur pour être plus en accord avec ton couple ?

C'est la question que je me suis posée après avoir fini mon message... Et je tiens trop a ma liberté pour répondre oui... Je sais que je pourrai par amour le faire un temps mais ma nature aventureuse reviendrait surement au galop comme elle l'a deja fait par le passé...

#
Profil

oO0

le mardi 25 février 2014 à 14h10

Merci de m'avoir répondu, Laura.

Avant toute chose, oui, tu n'es pas la seule à connaître ce genre de situation et tu ne seras pas la seule, mais si cela peut te rassurer, ce n'est pas une raison pour déconsidérer ta situation ou celle de quiconque, que du contraire. Et, effectivement, l'épanouissement personnel est un contre-argument qui. tient face à celui. la bonne conscience facile des aveux.

Sinon, tu réponds à ma question même si ce n'est pas ce que j'attendais. Tu y réponds par ce qui fait opposition de l'extérieur et je m'attendais plutôt aux contradictions intérieures. Il me semble qu'il y a déjà assez avec celles sur lesquelles tu mets le doigt avec Siesta, par exemple, et mes propres contradictions n'ont rien à faire ici. Là, vous montrez comment la fidélité à soi et ses relations peuvent entrer en conflit ou, en tous cas, en tension.

[Je me suis permis de ré duire mes deux interventions de ce qui était hors sujet.]

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 26 février 2014 à 06h30

Tiens, tu devrais peut-être lire ce fil, la situation de LittleSunshine ressemble un peu à la tienne...

/discussion/-OF-/Tourner-en-rond/

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion