Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Avez-vous déjà jeté l'éponge ?

Témoignage
#
Profil

Green-Man-Outside

le mercredi 01 janvier 2014 à 02h35

Tout est dans le titre, ou presque. Reste à préciser dans quel domaine, sur quel ring jeter ou non l'éponge.

C'est simple : avez-vous déjà mis de côté votre non-exclusivité et/ou vos amours multiples pour privilégier une relation avec une personne sentimentalement/sexuellement exclusive ?

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 01 janvier 2014 à 12h04

Non... Ce serait faire la promesse de changer en moi quelque chose que je ne désire pas changer.
Ca ne serait pas juste être exclusif par amour pour quelqu'un, ce serait aussi changer ma façon de me voir et de voir les gens.
Je préfère ne pas être aimé par quelqu'un qui a besoin que je me conforme à l'idée qu'il se fait de moi.

J'ai déjà jeté l'éponge par le passé, en ne passant "que" de célibataire à un monogame en me disant "peut-être que j'aurai pas d'autres envies". Ca fait long feu, le temps que la fin de NRE, une période de confiance en moi et un peu de vie sociale se croisent.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

SERPENT

le mercredi 01 janvier 2014 à 13h00

Quelques tentatives de pause concertées avec la seconde personne... Je n'en ai jamais informé officiellement mon conjoint. Je voulais que notre couple marital en souffre moins et éviter les situations de conflit à la maison. Cela n'a pas forcément apaisé le climat ou peut-être de façon très partielle, certainement parce que je n'étais pas heureuse...

#

(compte clôturé)

le jeudi 02 janvier 2014 à 17h01

J'ai sacrifié une fois une relation secondaire pensant que ce serait dans l'intérêt de chacun... et ce fut certainement une erreur. Je ne suis pas redevenue la femme "ordinaire" que j'étais avant. Cette personne est toujours en moi, empreinte indélébile... avec laquelle j'ai appris à vivre... nostalgie n'est pas nécessairement synonyme de négativité. Ma seule "préoccupation" par rapport à cela : j'espère qu'il ne m'en veut pas, j'espère qu'il n'en n'a pas souffert. De toute façon, il vivait je crois assez mal la situation de l'époque.

#
Profil

Marie-Georges

le jeudi 02 janvier 2014 à 17h10

Oui ! A l'instant.

Pour m'investir dans une relation forte avec une personne mono - qui n'a jamais exigé que je le sois mais qui souffre depuis 2 ans de ma disponibilité façon courant alterné. Bref, c'est pour laisser plus de place et de spontanéité dans notre relation, et ranger un peu les agendas. Je précise que je jonglais depuis 2 ans avec deux relations très fortes, à me découper (moi et mes semaines) en deux, à ne même plus avoir de moments solo, à angoisser pour savoir auquel des deux proposer telle ou telle sortie...

Je préfère pas savoir si je fais bien ou pas. Je suis peut-être une mono refoulée, je ne sais pas.

Et bonne année à vous !

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 02 janvier 2014 à 17h16

J'ai commencé ma vie sur un jetage d ' éponge... On ne m' y prendra plus ^^

#
Profil

coquelicot

le jeudi 02 janvier 2014 à 17h37

Si j avais jeté l éponge je ne serai sans doute plus ici !
Si j avais été pluis faible , j' aurais jeté l eponge;
Si j 'avais jeté l'éponge je serais moins forte

Je suis plus riche de ne pas l avoir jetée .

#
Profil

Clown_Triste

le jeudi 02 janvier 2014 à 21h20

Je n'ai jamais jeté l'éponge... mais je l'ai rangée pendant environ un an pour voir si l'aventure de la relation exclusive avec une personne remarquable (et ayant fait preuve, de son côté, de beaucoup de compréhension et d'efforts pour accepter ma non-exclusivité).
Mais comme ce n'était pas le moment, j'ai récupéré mon éponge et je ne me vois pas m'en séparer pour le moment... :)

C.T.

#
Profil

Green-Man-Outside

le jeudi 02 janvier 2014 à 21h44

Merci à tous pour vos retours (divers et variés).

Clown_Triste
Mais comme ce n'était pas le moment, j'ai récupéré mon éponge et je ne me vois pas m'en séparer pour le moment... :)

Hahaha.

La personne qui je considérais comme ma partenaire principale a aussi un comportement remarquable, fait preuve de tolérance, etc. Sinon je me poserais même pas la question. Néanmoins...

La Caution
Entretenir une relation c'est très difficile quand la tentation est omniprésente et sans appel, sans être polygame j'y pense tout le temps...

^^

MetaZet
J'ai commencé ma vie sur un jetage d ' éponge... On ne m' y prendra plus ^^

Ce n'est pas ce que j'appelle jeter l'éponge, sauf ton respect. Je parle d'être dans une situation non-exclusive et d'envisager un retour en arrière vers l'exclusivité (putain, rien que de l'écrire ça me gonfle hahaha).

Dans ton cas - comme dans le mien avant et celui de tous ceux qui ont eu une existence exclusive avant de décréter que maintenant ce serait ouvert - ce n'était pas encore "jeter l'éponge". Disons que c'était l'époque on nous n'étions pas encore montés sur le ring. ;-)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Anarchamory

le vendredi 03 janvier 2014 à 03h26

Ce qu'il y a c'est que j'avais déjà plus ou moins théorisé la non-exclusivité avant d'être avec quelqu'un. Je m'étais déjà dit que c'était plus sain et plus logique que l'exclusivité, mais je ne pensais pas que l'exclusivité pouvait à ce point être étouffante... Je ne pensais pas non plus pouvoir trouver facilement quelqu'un qui soit sur cette longueur d'onde... Déjà que je ne pensais pas pouvoir trouver facilement quelqu'un tout court, tant j'étais mal dans ma peau à cette époque... Alors quelqu'un de non-exclusif : autant dénicher un mouton à cinq pattes sur Vénus... ^^ Enfin c'était ce que je pensais... Et je me plantais totalement...

A la réflexion, je me demande si tous les râteaux que je me suis pris dans ma vie n'étaient pas un peu des actes manqués et si, finalement, j'étais pas bien content de ne pas avoir de copine... Je pense qu'inconsciemment, je recherchais une sorte de perfection car :
1/ Je ne voulais pas de monogamie sérielle.
2/ Je voulais donc une femme tellement "parfaite" qu'elle me fasse oublier toutes les autres (sinon absolument, du moins en probabilité) : du coup, je me mettais tellement de pression que ça ne pouvait que ne pas marcher.
Et même quand j'ai commencé à laisser tomber, dans un même mouvement, mon idéalisme naïf et mon monoïdéisme amoureux... je crois qu'inconsciemment, j'essayais de faire en sorte que ça ne fonctionne pas, car je voyais bien que si je m'"encouplais" avec A, alors je devais renoncer à B qui était pourtant très plaisante elle aussi ^^ Et je crois que d'une certaine façon, je préférais faire coexister des possibilités non-actualisées, que d'actualiser une des possibilités et ce faisant de supprimer toutes les autres. J'ai donc vécu une sorte de polyamour "possibiliste" avant que de vivre le polyamour "actualiste"...
Et cela a été entrecoupé d'une phase de monogamie par défaut, parce qu'à un moment, je n'ai pas pu continuer de vivre dans le monde des idées... J'ai eu besoin d'expérimenter, vraiment, une relation "amoureuse". Les hormones, la pression sociale, l'âge, etc. Et j'ai fait une erreur de casting...

C'est en ce sens là que j'ai jeté l'éponge : je suis passé d'une période de polyamour possible mais non-effectif, à une période durant laquelle ce polyamour n'était même plus possible.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

oO0

le vendredi 03 janvier 2014 à 03h32

Oui et non.

Oui, dans le sens où je ne m'attends pas à être libre dans une relation.

Non, dans le sens où ne pas être libre ne m'a jamais empêché de laisser libre. Pour ma part, cela reste la manière la plus simple de de prendre une position où j'ai l'impression de rester en accord avec moi-même sans me cacher de l'autre.

Après, il faut déjà qu'une personne s'intéresse un minimum à soi pour pouvoir parler de relation. Une de mes meilleures amies avec qui j'ai été intime quelques années s'amuse assez souvent de cette question avec moi : pour parler de plusieurs relations, il faut déjà pouvoir parler d'une relation. Je ne peux m'empêcher de m'amuser de l'ironie avec elles et quelques autres amis. Là, oui, j'ai le sentiment de jeter l'éponge car je préfère de plus en plus m'en amuser, plutôt que de m'épuiser à essayer de comprendre ... (H-S)

Sinon, une relation exclusive aura souvent tendance à remettre en question son exclusivité et, vice-versa, une relation non-exclusive, sa non-exclusivité. C'est peut-être contradictoire, mais c'est logique. Il ne s'agit cependant que de questions abstraites dont les réponses appartiennent aux personnes concrètes.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Green-Man-Outside

le vendredi 03 janvier 2014 à 15h29

MetaZet
C'est en ce sens là que j'ai jeté l'éponge : je suis passé d'une période de polyamour possible mais non-effectif, à une période durant laquelle ce polyamour n'était même plus possible.

Ok. Merci pour les précisions. Je rebondirai sur ton témoignage un peu plus tard, là je suis pris par le temps mais ça m'évoque des trucs ;-)

RIP
Après, il faut déjà qu'une personne s'intéresse un minimum à soi pour pouvoir parler de relation.

Bien d'accord.

RIP
Sinon, une relation exclusive aura souvent tendance à remettre en question son exclusivité et, vice-versa, une relation non-exclusive, sa non-exclusivité.

Bien d'accord là encore, à ceci près que l'exclusivité étant un allant-de-soi culturel, elle sera plutôt remise en question intérieurement sans que les partenaires en parle entre eux ("mon dieu, cela doit rester secret"). Alors qu'a priori la non-exclusivité étant le fruit d'un accord un minimum verbalisé, je vois plus facilement des "non-exclusifs" exprimer leurs doutes/réflexions avec leur(s) partenaire(s). ;-)

#
Profil

LuLutine

le vendredi 03 janvier 2014 à 19h58

Siestacorta
Je préfère ne pas être aimé par quelqu'un qui a besoin que je me conforme à l'idée qu'il se fait de moi.

Oh que oui !

coquelicot
Si j avais jeté l éponge je ne serai sans doute plus ici !
Si j avais été plus faible , j' aurais jeté l eponge;
Si j 'avais jeté l'éponge je serais moins forte

Je suis plus riche de ne pas l avoir jetée .

Aussi...

C'est plus facile de jeter l'éponge, mais j'aime me compliquer la vie ! :D

(Et puis, je ne peux pas m'épanouir dans une situation d'exclusivité, je n'y suis jamais arrivée...)

#
Profil

Marie-Georges

le vendredi 03 janvier 2014 à 20h31

Non, ce n'est pas facile de jeter l'éponge, pas du tout. Renoncer à un amoureux pour laisser de la place à une autre relation forte, c'est un crève-cœur. Par contre on peut considérer que c'est une solution de facilité à la rigueur... plutôt que de s'attaquer au fameux problème de place en conservant tous ceux qu'on aime.

Selon la légende grecque, c'est le peintre Apelle qui, ne parvenant pas à peindre l'écume autour de la gueule d'un cheval dans un tableau, jeta son éponge, de rage, sur ce dernier. Et miracle ! l'éponge pleine de peinture traça de manière aléatoire une écume plus vraie que nature.

Je me raccroche donc à la légende... pour me dire que jeter l'éponge peut apporter quelque chose d'inattendu et de positif !

#

(compte clôturé)

le vendredi 03 janvier 2014 à 22h22

J'ai commencé ma vie amoureuse une éponge à la main, mais je ne savais pas que c'était une éponge, pas moyen de la jeter à cette époque, l'éponge, même en pensée. pilote, 1er chapitre

J'ai essayé de jeter l'éponge, il y a longtemps, mais pour moi c'est un peu www.youtube.com/watch?v=VqwPLMN-XHY, alors j'ai bataillé/négocié pour la garder, mon éponge. 2ème chapitre

Je l'ai balancée sans ménagements, mon éponge, sans même penser qu'elle me manquerait, dans une passion où je me suis d'ailleurs un peu balancée moi-même avec tout le reste. 3ème chapitre

En réapparaissant j'avais toujours l'éponge et c'est en la faisant essayer que je me suis aperçue que ce n'était pas aussi naturel que je le pensais, d'avoir une éponge, pas pour tout le monde. Bon mais pas question de la balancer sous prétexte que ça fait un truc bizarre de plus. 4ème chapitre

Et me voilà au 5ème chapitre, et là, ben ya du suspense, vu que depuis mes yeux j'ai une éponge et depuis les yeux de l'actuellement unique que j'aime et fréquente, je pense que j'ai une éponge (nuance). Voire, s'il était quand même avéré que j'avais vraiment une éponge, l'amour qui nous porte me permettrait d'apprendre à faire sans éponge. Lui, il n'aime pas les éponges, et d'ailleurs quand on s'aime ça ne sert à rien, une éponge.
Je pourrais prétendre avoir perdu mon éponge, ou espérer que je l'oublierai au bout de ma main, ou penser comme mon amoureux que ce n'est pas une éponge mais...mais quoi au juste d'ailleurs ? (il serait là il dirait : "juste une main, et c'est bien la preuve que tu n'as pas besoin d'éponge" ^_^' ). Parfois j'en ai envie car cela me paraît plus simple, et puis je me souviens du premier chapitre, et aussi du matou.
Souvent ça me paraît taré de jeter son éponge, vu à quel point c'est évident pour moi d'utiliser une éponge plutôt que...euh...je sais pas quoi. Et vu comme c'est libérateur d'assumer de l'utiliser quand on sait ce que c'est.
Mais j'ai peur qu'un jour elle crame, utilisée ou pas, et notre relation avec. Et je tiens fort aux deux.

Bref j'ai pas jeté l'éponge, mais en ce moment je sais pas quoi en faire.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

oO0

le samedi 04 janvier 2014 à 01h25

Green-Man-Outside
... exclusivité étant un allant-de-soi culturel, elle sera plutôt remise en question intérieurement sans que les partenaires en parle entre eux ("mon dieu, cela doit rester secret"). Alors qu'a priori la non-exclusivité étant le fruit d'un accord un minimum verbalisé, je vois plus facilement des "non-exclusifs" exprimer leurs doutes/réflexions avec leur(s) partenaire(s). ;-)

Effectivement, mais je ne parlais pas tant de la dimension culturelle que existentielle où l'existence humaine semble profondément contradictoire. Je passe les contradiction des relations exclusives*, pour celle des relations non-exclusives qui ont tendances à se produire davantage sur base d'une disposition commune à la non-exclusivité qu'une réelle attraction.

Comme tu le fais remarquer, Green-Man, l'exclusivité tend à s'imposer comme une évidence implicite parce qu'il s'agit ... de la disposition relationnelle adoptée par une majorité de personnes. Ici, bien qu'une relation non-exclusive offre la possibilité de plusieurs relations, cette possibilité exclu paradoxalement la majorité des personnes. Le fait d'être disposé à entretenir plusieurs relations me vaut le plus souvent l'impossibilité d'en entretenir ne fut-ce qu'une et mieux vaut en rire :-D

Voilà, c'est ce genre de paradoxe qui, personnellement, me semble être l'une des principales raisons de jeter l'éponge. Ce paradoxe exige de pouvoir soutenir la contradiction d'être le plus souvent attiré(e) par des personnes qui ne partagent pas les mêmes dispositions relationnelles. Cela engendre des contradictions entre attraction et disposition, mais les personnes exclusives n'échappent pas plus à ce genre de contradictions : être(e) attiré par plusieurs personnes et ne se sentir capable de n'accepter qu'une et une seule relation.

Bref, quand je parle de la tendance à remettre en question d'une relation telle qu'elle est pour son contraire, je parle plus de ce genre de contradictions existentielles qui peuvent aussi prendre une forme sociale. Attraction ou disposition ? Se lancer dans des relations passionnelles impossibles ou des relations possiblement plus rationnelles que passionnelles ? Le fait est que la condition humaine a le don de vouloir une chose et son contraire dans le même temps, de créer des contraire là où il n'y en a pas.

Qu'est-ce que peut, ici, signifier respecter notre condition humaine dans ses contradictions ?

De ce point de vue, je ne vois pas comment ne pas se sentir solidaire des personnes exclusives histoire de réellement partager notre condition humaine. Alors soit nous nous amusons à nous piéger dans nos contradictions où nous nous en amusons tout simplement. Nous sommes tous en lutte avec nos contradictions ainsi qu'en lutte avec l'envie de jeter l'éponge. Je reste preneur de l'origine antique de l'expression pour l'avoir maintes fois vécu de la sorte, mais j'ai bien peur d'avoir été souvent le seul à le vivre de la sorte.

Alors, voilà, GreenMan, je n'ai aucune réponse à t'apporter, mais je pense que c'est plus facile de trouver une réponse en essayant de trouver une certaine forme de solidarité dans les contradictions de notre condition.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

clairobscure (invité)

le samedi 04 janvier 2014 à 12h55

Ca fait toujours plaisir de revenir de temps en temps ici, et discuter des questions fondamentales qui me turlupinent toujours... apparemment je suis pas la seule ;)

Donc pour moi, je n'ai eu qu'une fois l'occasion de "vivre" le polyamour, ce qui ne plaisait à aucune des deux personnes concernées, j'ai perdu l'un (d'abord pour d'autres raisons, puis ça), et je me suis débarrassée de l'autre (qui se la jouait bien trop égoïste et manipulateur à mon goût...). Ai-je jeté l'éponge? je ne pense pas, le PA n'est pas une fin en soi, j'ai fais des choix qui m'ont menés vers une nouvelle situation de "vie", mono, certes, mais dans mon coeur, au moins 2 personnes ont leur place en ce moment, pour l'un je suis toujours au moins une amie et je vis avec l'autre, je sais que je peux aimer plusieurs personnes, un amour n’exclut pas l'autre, c'est tout ce qui compte en ce moment: de le savoir et de l'accepter dans ma tête.

#
Profil

Marie-Georges

le dimanche 05 janvier 2014 à 11h07

J'aime beaucoup ta façon apaisée de voir les choses, clairobscure, et ta réflexion fait beaucoup écho à ce que je pense du PA.

Je vais pouvoir me ranger à l'opinion majoritaire dans ce fil en vous narrant mon jeté d'éponge tout récent :

Pour aller vite : mercredi je jette l'éponge pour me consacrer à une relation très forte et qui prend beaucoup de place - samedi cette relation est définitivement enterrée.

Eponge 1 - Marie-Georges 0

J'ai quitté quelqu'un avec qui j'étais depuis 5 ans, en n'ayant rien à lui reprocher et en sachant que je l'aime, pour me consacrer à une relation de 2 ans dont la force me laissait penser qu'il lui fallait une place à part. Ça a duré 4 jours avant qu'une dispute n'éclate, tellement violente et définitive qu'il est impossible de recoller les morceaux. Bref,je vais aller me chercher une nouvelle éponge au fond de la mer, moi... :-/

#

clairobscure (invité)

le dimanche 05 janvier 2014 à 13h29

(pour finir ma réflexion)... En fait c'est même cette acceptation de mon droit d'aimer plusieurs personnes, malgré leur avis et malgré leurs propres sentiments, qui m'aide un peu à accepter d'avancer dans ma nouvelle vie, à faire de nouveaux projets avec l'un alors que l'autre me manque, mais il fait toujours partie de moi, que ça leur plaise ou non.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 05 janvier 2014 à 16h15

Marie-Georges
J'ai quitté quelqu'un avec qui j'étais depuis 5 ans, en n'ayant rien à lui reprocher et en sachant que je l'aime, [...]Bref,je vais aller me chercher une nouvelle éponge au fond de la mer, moi... :-/

Est-ce que revenir vers la personne avec qui tu étais pendant 5 ans serait déplacé ?

Récemment, quelqu'un est revenu vers moi après un choix du même genre : rupture pour envisager plutôt une relation exclusive avec quelqu'un d'autre (même si à l'époque il n'y avait pas encore de quelqu'un d'autre, du moins il me semble).

Il y a quelques semaines à peine, rupture avec ce "quelqu'un d'autre" et la personne me demande si elle peut revenir vers moi.

J'ai accepté que nous reprenions une relation tendre (pas amoureuse, car je n'en ai pas envie, mais ça n'a rien à voir avec son épisode d'exclusivité).

Chez moi, la porte est toujours ouverte (ou au moins, entrouverte) pour qui vient vers moi avec sincérité. :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion