Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Plus de désir pour mon partenaire

Monogamie
#
Profil

woelleffchen

le lundi 28 octobre 2013 à 11h20

Chers polyamoureux,

Cela fait une semaine que je suis tombée par hasard sur le concept de polyamour. Il m’a tout de suite beaucoup intéressé, parce que depuis un certain temps je me demande si je peux expliquer mon comportement par fait d’être polyamoureuse.

Pour l’instant je vis dans l’infidélité avouée et arrêtée. J’ai été infidèle à mon compagnon pendant un an, il l’a découvert il y a deux mois et on a tous les deux pris la décision de nous reconstruire et de nous retrouver. Cela n’est pas aussi évident que je le pensais naïvement au début. La situation me pèse, et je souffre du mal d'amour, puisque je ne vois plus mon amant. J'en ai fait la promesse à mon compagnon...

Cela fait au moins deux ans que je ne désire plus mon compagnon, deux ans que nos rapports sont très rares, mais je pense encore l’aimer. Cet amour s’est transformé, c’est plutôt devenu un amour tendre et doux, mais plus du tout passionnel. Et depuis que je suis follement tombée amoureuse d’un autre homme, je n’arrive plus du tout à ressentir l’amour entre mon compagnon et moi. Je ne pense plus qu’à mon amant, et je voudrais passer chaque instant avec lui. Je me le suis interdit, puisque j’ai décidé de rester avec mon compagnon avec lequel j’ai un petit fils de cinq mois.

Après avoir lu le livre sur les vertus du polyamour de Y.-A. Thalmann, je me dis que cela me correspond ! Je ne veux plus aimer uniquement une personne, je n’en suis pas capable. Je veux grand ouvrir mon cœur pour aimer différents partenaires, et de vivre ma liberté comme je la comprends. Mon compagnon n’est même pas contre ce concept, mais le problème est que je ne suis même plus amoureuse de lui ! Comment être polyamoureuse si je suis pour l’instant juste amoureuse de mon amant ?

C’est pour cela que je vous demande, chers polyamoureux, pensez-vous que je pourrais retrouver l’amour, le désir et la passion pour mon compagnon si tous les deux on se lance dans l’aventure du polyamour ? Si on se laisse enfin les libertés qu’on a besoin, est-ce possible de nous reconstruire, et de redevenir les amants d’il y a quatre ans? Ou est-ce que ce serait la fin de notre couple si je pouvais enfin passer tout mon temps avec mon amant ? Ne serais-je pas trop tentée de vouloir vivre avec mon amant ? Lui d’ailleurs voudrait vivre avec moi, et je ne pense pas qu’il serait adepte au polyamour. Comme vous voyez, je ne suis pas polyamoureuse pour l’instant... Je mens à mon compagnon, je ne lui dis pas que je pense tout le temps à mon amant. Cela le blesserait. Je ne suis pas au clair avec cela, cette histoire me ronge tellement de l’intérieur que je ne sais plus quoi faire.

Avez-vous déjà eu des expériences semblables ? Avez-vous déjà perdu l’envie et le désir pour un ou une de vos partenaires, et avez-vous essayé de le/la retrouver ? Avez-vous réussi ? Est-ce que cela en vaut la peine ? Qu’en pensez-vous ?

Merci pour vos conseils !

#

(compte clôturé)

le lundi 28 octobre 2013 à 11h47

Bonjour à toi,

et merci de partager avec nous un peu de ton intimité, avec beaucoup de sincérité, ce n'est pas forcément évident.

Pour te répondre, je vais te faire une citation de mémoire ( donc tronquée et incomplète, merci à ceux qui ont le texte sous les yeux de m'aider et de la compléter ou rectifier derrière moi ;-) du fameux livre The Ethical slut (ou La salope éthique dans la récente traduction française) : "si vous avez déjà du mal à gérer une relation, ne vous engagez pas dans un système de relations non-exclusives en pensant que ça sera plus simple car ça ne le sera pas".

Le polyamour n'est pas une thérapie de couple, ni un remède miracle pour pallier les difficultés énormes qu'on doit affronter quand on est, comme tous les autres couples, confrontés à la routine, au quotidien, à la fatigue du fait de la naissance d'un enfant, à l'impossibilité d'avoir du temps pour soi, à la désérotisation du corps de l'autre quand on l'a sans arrêt sous les yeux, etc etc.
De même que ce n'est pas et ne peut pas être une thérapie pour les jaloux compulsifs ou les angoissés de l'abandon obsessionnels (entendu en vrai en café poly : j'ai un souvenir ému de cette jeune fille qui souffrait visiblement d'angoisses énormes d'abandon et qui se demandait naïvement si le polyamour ne pouvait pas être une solution pour qu'elle "travaille" ses angoisses. Ou comment confondre torture et thérapie à mon avis...)

Bref, si tu t'engages là-dedans avec ton compagnon, ça ne va pas résoudre votre "problème" ; ça va même vraisemblablement, au moins dans un premier temps, le démultiplier et le faire paraître encore plus gros.
Je crois qu'il faut vraiment faire la différence entre une situation dans laquelle le polyamour de l'un devient un problème ou crée un problème pour le couple - auquel cas ça se travaille, et on peut s'en sortir - et le cas où il y a de base un problème de couple et où on va greffer sur ce problème le polyamour en espérant que ça va arranger les choses.

Par expérience, les couples monogames à l'origine se sortent d'autant mieux d'un passage à la non-exclusivité consensuelle qu'ils sont au départ solides, basés sur une très forte confiance mutuelle, une excellente communication, et sans grosse difficulté affective ou sexuelle comme celle que tu nous décris. Je ne dis pas que dans ton cas c'est impossible, hein ; tout arrive et je ne vous connais pas, donc si ça se trouve vous avez tout ça et vous êtes bien armés. Je dis juste qu'avec les éléments que tu nous décris tels que tu nous les décris, je ne crois pas que vous puissiez compter dessus, c'est une prise de risque sans aucune garantie.

Si je peux me permettre un avis, je crois que si ta priorité est réellement de reconstruire quelque chose avec le père de ton enfant, tu dois d'abord faire le tour de cette question là avant d'ouvrir un autre chantier.
Mais tu en es juste au début de ta réflexion, tu as des tonnes de possibilités - pour peu que tu arrives vraiment à toutes les évaluer, sans tabou, avec ton compagnon.
Vous pouvez essayer de repartir comme avant, vous pouvez essayer de questionner l'exclusivité sexuelle tous les deux (et lui d'ailleurs, il en pense quoi de ça ? Il a envie d'aller explorer d'autres territoires ?), vous pouvez travailler cette absence de désir et voir si selon toi elle est définitive ou pas, chercher à quoi elle est due (en cette matière la fatigue explique énormément de choses et on a tendance à la sous-estimer, mais avec un bébé je maintiens qu'il est quasiment impossible d'avoir une libido normale tant qu'on ne dort que 5 heures par nuit...), et vous pouvez aussi essayer de voir si une vie de couple sans sexualité active vous conviendrait ou pas (il y a plein de gens qui vivent comme ça, et qui s'aiment énormément quand même, ce n'est pas absurde).
La question du polyamour ne vient qu'en second, une fois que tu as fait ce premier travail avec ton compagnon, une fois que tu as balayé le champ des possibles avec lui.
Mais ce n'est que mon avis et sur ce forum d'autres personnes viendront certainement te suggérer d'autres points de vue :-)

#
Profil

audren

le lundi 28 octobre 2013 à 22h16

J'adhère à la réponse de Janis.

Dans mon cas, le désir de ma femme pour moi s'est un peu accru depuis qu'elle a son amant, mais il n'était probablement pas aussi bas que ce que tu décris et elle n'a jamais cessé d'être amoureuse de moi.

C'est déjà très délicat de vivre une relation exclusive quand il y a trop d'asymétrie dans le désir : pression pour l'un, rejet pour l'autre. C'est encore plus difficile à supporter quand la relation ne devient plus exclusive : au lieu de vivre avec quelqu'un qui a une faible libido, ton compagnon vivra avec quelqu'un qui a une vraie libido, juste pas pour lui. Si en plus de ne plus avoir de sexe il n'y a plus de sentiment amoureux, vous devenez colocataires, pas polyamoureux.

Je ne pense pas réaliste de croire qu'une situation de polyamour "fait accompli" et probablement asymétrique puisse améliorer quoi que ce soit. Et la triste réalité de la perte de désir (à moins qu'elle soit consécutive à une grossesse, mais tu as l'air de dire que ça remonte à avant), c'est qu'elle est le plus souvent irréversible, quoi qu'en pensent les thérapeutes.

Donc si c'était moi, ça serait la séparation avant de se détester trop fort et que ça rejaillisse sur votre enfant. A moins d'envisager le couple libre comme une transition en douceur le temps que ton compagnon fasse une belle rencontre de son côté, mais ça me semble un peu tiré par les cheveux.

Et mets les points sur les i avec ton amant pour ne pas retomber dans une relation exclusive et qu'il t'enferme à nouveau dans le même schéma. Car vous risqueriez de vous retrouver au même point dans deux ans.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 28 octobre 2013 à 22h40

Une question : si ça fait deux ans qu'il n'y a plus de désir pour ton compagnon, que tu as un amant depuis un an, et que ton fils a cinq mois... Quel était la façon dont tu envisageais l'avenir avant de faire un enfant, et dans les 6 mois antérieurs ?

Est-ce que tu désirais vraiment construire un foyer, pendant la relation ? Parce qu'une partie de ce que tu racontes ressemble à une expression de refus d'une vie domestique classique...
C'est pas un mal, tu seras sans doute une bonne mère, c'est pas du tout ça qui me fait réagir (si ça peut te rassurer mon propre rapport à la paternité est assez spécial pour que je ne juge personne... ).
Mais j'essaie de voir si ya pas un rapport entre le désamour, l'amant, et des aspirations qui ne soient pas d'ordre amoureux...

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

EntreDeux

le mardi 29 octobre 2013 à 02h09

Tout ça me fait penser à ce que j'ai entendu de la NRE. C'est peut etre normal après tout cette baisse de désir dans votre cas, et ce nouveau désir passionnel envers l'amant par ailleurs, au vu du concept de la NRE? Et il n'y aurait nul besoin de renoncer à aucun des deux, par conséquent. Car même si c'est différent ce que tu éprouves envers l'un et envers l'autre, ça s'appelle toujours de l'amour il me semble. Bon, j'en appelle à quelqu'un de plus compétent que moi pour nous expliquer ce qu'est la théorie de la New Relation Energy, et pour dire si je fais fausse route en l'invoquant, ou pas. Parce que moi, j'y connais rien. Mais Siesta m'y a fait penser car il a évoqué les fameux deux ans dont il est question dans cette théorie je crois. Et comme je suis surprise que personne ne l'aborde ici, justement, alors je m'en charge. Qui veut répondre ?

#
Profil

Siestacorta

le mardi 29 octobre 2013 à 02h13

ya bien une théorie des deux ans, mais c'est pas du tout à ça que je pensais. Les deux ans sans désir pour le compagnon ont commencé avant la nouvelle relation, dans le cas de woelleffchen (qui apparemment tient beaucoup à ce qu'on relise son pseudo 8 fois...).

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

EntreDeux

le mardi 29 octobre 2013 à 02h15

En plus, le titre de la discussion fait tout à fait penser à cette théorie je trouve. On pouvait pas mieux choisir... OK, je me tais maintenant !:-) :-)

#
Profil

Siestacorta

le mardi 29 octobre 2013 à 02h20

Non mais j'insiste, la NRE qui ferait baisser le désir dans la relation plus ancienne, faut déjà qu'il y ait une nouvelle relation !

Le désir avait déjà disparu AVANT qu'il y ait un tiers : il pouvait pas y avoir New Relationship Energy, puisqu'à ce moment là il y avait pas New Relationship tout court.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

LuLutine

le mardi 29 octobre 2013 à 03h03

Si aimerplusieurshommes passe par ici, je suis sûre qu'elle aura quelque chose d'intéressant à nous dire, elle qui a 40 ans de recul facile sur la question du désir et de ses fluctuations...

Est-ce qu'une absence de désir pendant deux ans est forcément irréversible ?

Je n'en sais rien, pas assez de recul pour ma part. Je dirais que lorsqu'il y a de l'amour, je n'en suis pas persuadée. Mais s'il n'y a plus de sentiment d'amour (ça ne m'est jamais arrivé de "ne plus aimer" quelqu'un, alors je ne sais pas bien de quoi je parle, là), alors je serais peut-être plus pessimiste ?

#
Profil

EntreDeux

le mardi 29 octobre 2013 à 03h11

Alors ça doit etre une autre théorie, dont j'ai entendu parler aussi : elle dit je crois que toute attraction sexuelle dure seulement deux à trois ans et puis après ça baisse et c'est remplacé par une autre forme d'échange entre les deux partenaires. Et si c'est remplacé par rien c'est là qu'il y a parfois divorce (d'où le nombre de divorces !). C'est une question d'hormones parait-il. Comment elle s'appelle cette théorie ? Elle a un nom au moins ? Et est ce qu'elle pourrait s'appliquer ici ?

#
Profil

EntreDeux

le mardi 29 octobre 2013 à 03h13

Lulutine, j'ai écrit avant de voir ton post ! Ca va trop vite !C'est vraiment pas mon truc les dialogues sur les forums...:-D

#
Profil

LuLutine

le mardi 29 octobre 2013 à 03h35

L'amour dure trois ans.

Bon, j'ai pris un lien au hasard hein...

#
Profil

audren

le mardi 29 octobre 2013 à 06h14

Et un lien pas du tout au hasard (mais long à lire) sur la "fatalité" de la baisse du désir :
lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2013/07/18/un-...
(c'est la traduction d'un article du new york times à propos du livre-enquête de Daniel Bergner "What do Women Want" qui recense les résultats des recherches récentes sur le désir féminin, avec en toile de fond les essais cliniques du Lybrido.

#
Profil

audren

le mardi 29 octobre 2013 à 06h27

Je cite le bas de la page 2 : "au bout d’un à quatre ans s’amorce chez les femmes une chute inexorable du désir si bien que le désir de l’homme se retrouve beaucoup plus haut. (On note cependant que les femmes qui ne vivent pas avec leur partenaire conservent leur libido bien plus longtemps que les autres.)"

#
Profil

Geraldin-e

le mardi 29 octobre 2013 à 10h47

Voir aussi des théories comme celles de Cyrulnik :

Il faut souligner que ces deux grandes forces, y compris chez les animaux, s’opposent : pas de sexualité dans les relations d’attachement. « Tabou de l’in­ceste », qu’on dit(4). En réalité, il n’est guère besoin là de tabou culturel : hors pathologie mentale, la nature suffit. Cyrulnik ajoute, perfide, que l’attachement entre adultes, dans le couple, tend également à éteindre la sexualité qui l’a fait naître, comme si ces deux puissances, toujours, même là, tendaient mécanique­ment à se repousser... Drame perpétuel de la conjuga­lité : « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants », rideau, extinction des feux de l’amour. Ou plutôt, dans le meilleur des cas : fin du « sexe », début de la « tendresse ».

source
(Pour autant, Cyrulnik ne doit pas forcément être pris au pied de la lettre, dans ce domaine tout est souvent contreversé)

#

(compte clôturé)

le mardi 29 octobre 2013 à 11h25

Ok, je passe par là :-D
Tout d'abord, penser que le polyamour peut résoudre un problème de couple, c'est comme croire que faire un enfant va le rabibocher. C'est l'inverse: on ajoute des difficultés à celle existante. Au risque de me répéter, je dirais que le polyamour est autre chose qu'un "adultère autorisé", ça demande des efforts et beaucoup de réflexion "à froid" pas en pleine crise conjugale. Si chaque fois qu'on a un coup de chaud pour qqn on se disait "polyamoureux", 90% des gens le seraient car à ma connaissance presque tous les couples, à un moment ou un autre, ont des désirs extérieurs... qu'ils concrétisent ou non.
Tu nous dis que tu ne désires plus ton compagnon depuis deux ans, mais pas depuis combien de temps vous vous connaissez. Si c'est depuis trois ou quatre ans seulement, cet arrêt de désir a une cause autre que le temps qui passe, et je souscris volontiers à l'idée de Siesta: la peur de la routine, le refus inconscient de "rentrer dans le moule conjugal", l'angoisse d'avoir perdu ta liberté, le tout en te disant que ce n'est pas bien de ressentir des choses pareilles quand on aime, ça casse la libido...
C'est donc d'abord toi qu'il faut interroger, pour savoir ce qui sous-tend cette absence de désir. Tu ne nous dis pas non plus si ce compagnon est ton premier ou presque amant, ou si tu as eu une vie sexuelle bien remplie avant de le connaître. Bref, difficile de te répondre sans avoir ces éléments.
Si par contre vous êtes ensemble depuis plus de dix ans, la baisse de désir est tout à fait logique, ce qui ne veut pas dire qu'il ne peut pas y avoir de remontée du désir, puis de re-baisse... Le désir, ce n'est pas toujours top au début, puis décroissant. Il y a des périodes avec, et des périodes sans, et cela n'a rien de dramatique. Comme a dit qqn ici, des tas de couples sont très heureux avec une sexualité modeste. S'ils sont heureux et s'aiment- car l'amour n'a pas grand chose à voir avec la sexualité, on peut jouir comme une folle avec une personne qu'on a dans la peau mais qu'on n'aime pas et avec qui on ne pourrait pas vivre, et aimer profondément qqn qui ne nous excite plus follement- alors seulement le polyamour peut être envisagé, non comme une solution au manque de désir, mais comme une aventure commune, une exploration d'une autre façon de vivre qui peut raviver le plaisir d'être ensemble (et parfois le désir, mais pas toujours)
En revanche, penser que tu es polyamoureuse juste parce que tu es folle dingue de ton amant n'a pas grand sens, la preuve: tu envisages même de vouloir passer tous tes instants avec ton amant, de ne plus avoir envie que de lui... ce qui est à l'inverse du polyamour!
Pour conclure: il est risqué de prendre des décisions en période de crise et de décréter qu'on n'aime plus parce qu'on ne désire plus. La question est plutôt de savoir si tu gardes un projet de vie avec ton compagnon ou si tu estimes avoir fait le tour de l'histoire que vous avez vécue ensemble.

#

(compte clôturé)

le mardi 29 octobre 2013 à 11h32

Pour la petite histoire, j'ai conçu ma seconde fille après 16 ans de mariage. L'année précédente, pour diverses raisons, notre libido était proche de zéro. On a déménagé et retrouvé une libido genre tous les jours matin et soir! Sans savoir pourquoi. Comme quoi, même s'il est exact que le temps amenuise le désir, ce n'est pas forcément aussi mathématique qu'on le dit. Le désir est enfant de Bohême qui n'a jamais connu de loi. Bien plus que l'Amour où j'ai une constance comme Lulutine: je ne sais pas ne plus aimer!

#
Profil

audren

le mardi 29 octobre 2013 à 20h00

Je pense que "dix ans" est un peu optimiste. Ce qu'on lit un peu partout, c'est plutôt moins que ça :
"Dietrich Klusmann, a psychologist at the University of Hamburg-Eppendorf in Germany, examined several couples in long-term relationships. Klusmann found women experience a decrease in desire between the first and the fourth year of the relationship and it continues to decline as time progresses."

#

(compte clôturé)

le mardi 29 octobre 2013 à 22h24

audren
Je pense que "dix ans" est un peu optimiste. Ce qu'on lit un peu partout, c'est plutôt moins que ça :

Et à force de lire ce genre de choses, on conditionne son cerveau à penser qu'après deux à trois ans le désir disparaît... et du coup il disparaît! Comme à force de lire qu'il n'est pas possible d'aimer deux personnes en même temps, 80% des gens en sont persuadés, alors que nous nous apercevons sur ce site qu'il n'en est rien :-) Moralité: lisons moins, vivons plus. C'est tellement réjouissant de découvrir qu'on peut avoir du désir avec des amoureux qu'on connaît depuis 5, 10, 15, 20 ans. Je parle de vécu, là, pas de lectures...

#
Profil

audren

le mardi 29 octobre 2013 à 22h45

Le pluriel de "vécu", c'est "statistiques", non ? ;-)
Allez, un dernier lien et après je me tais (voir surtout le graphique p 36)
Sexual Motivations and the Duration of Partnership
C'est l'étude de Klusmann citée par Bergner, et effectuée sur près de 2000 personnes de 19 à 32 ans.

(le cite Researchgate fait un truc bizarre avec ce lien. Pour télécharger le pdf, il faut "copier l'adresse du lien" puis la coller dans la barre d'adresse d'un nouvel onglet - pas top pratique. Sinon, je mets le lien vers la recherche google qui donne accès au pdf : goo.gl/mA45ws)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion