Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Différences de conceptions, comment dépasser l'opposition ?

Monogamie
#

(compte clôturé)

le samedi 26 octobre 2013 à 20h12

Bonjour,
j'aimerais avoir des éclairages extérieurs sur ma situation car j'ai du mal à avancer. et je présente par avance mes excuses pour ce post qui sera sûrement long.
J'ai "depuis toujours" eu régulièrement plusieurs relations, j'ai toujours défendu le fait qu'il me semblait juste et "normal" de vivre plusieurs relations. Cela a occasionné des difficultés dans mon premier couple, dès le début puisque nous en avons parlé dès le début et que nos conceptions des choses étaient différentes ; nous avions cependant fini par trouver un équilibre ; mais sur la base de ma part de "je ne veux pas et ne peux pas faire autrement" et de sa part d'un "je ne veux rien savoir tant que ça ne met pas en jeu la primauté de notre relation" ; cela a fonctionné pendant longtemps puisque cette relation de couple a duré 10 ans, mais cet accord m'apparaît aujourd'hui plutôt ambigu et insatisfaisant, pour moi en tous cas (le fait de se cacher notamment).
Aujourd'hui je suis à nouveau dans une relation de couple, elle aussi belle et stable et qui donne envie de construire des choses ensemble. Et à nouveau, mais plus durement cette fois, le point qui fait discorde est la différence de conception des relations "d'amour".
J'ai accepté de ne pas engager d'autres relations importantes sans qu'il y ait un espace de dialogue ensemble avant. Il a accepté de réfléchir à ma façon de voir les choses et de ne pas la rejeter d'emblée.
Et nous sommes tous les deux d'accord sur un point essentiel : on ne se cache pas les choses et le mensonge est à bannir.
Mais nous sommes un peu bloqués, depuis de longs mois, sur les choses suivantes : lui la certitude que tout ce qui est vécu ailleurs est retiré au couple, que ce type de situation n'amène que de la souffrance, qu'envisager autre chose est idéaliste et égoïste, et l'impossibilité d'envisager (car simplement y penser est une souffrance pour lui) de construire dans le temps notre relation avec un cadre non exclusif : "je ne supporterai pas et je réduirai mon engagement et ta place dans ma vie" ; et il a peur que notre relation s'arrête à cause de cela ; moi la certitude que la situation se présentera et l'incertitude de ce que je déciderai si nous sommes toujours en désaccord car vivre une autre relation ou ne pas le faire me semble aussi destructeur si l'état actuel perdure ; et j'ai peur que notre relation s'arrête à cause de cela.
J'ajoute que sa vision des choses est grandement influencée par le fait que je suis quelqu'un qui crains l'engagement, même si j'en suis capable, mais aussi quelqu'un qui aime séduire, même si je ne saute pas sur le premier venu. Je suppose que c'est assez banal, mais pour lui c'est la base de ma façon de penser dans ce domaine, et il semble considérer que quand j'aurais évolué (mûri?) je verrai les choses autrement.
Je n'arrive pas à trouver de nouvelles pistes pour discuter de façon plus constructive. Et il est inenvisageable que je le confronte à une situation réelle en espérant qu'il réalise que ce que je lui dit ("non ça n'empiètera pas sur notre relation") est concret. Pour l'instant c'est un peu sa foi contre ma foi !
Voilà. Je cherche donc des pistes pour aborder cela autrement.
J'ai trouvé beaucoup à réfléchir dans d'autres fils même si je n'ai pas tout lu, et j'y retrouve en partie la teneur de nos échanges. Mais pour l'instant cela m'a surtout amenée à réfléchir sur mon point de vue, sans faire déclic pour engager autrement des discussions.
Merci à ceux qui m'auront lu et d'avance à ceux qui prendront le temps et la peine de me donner leur point de vue.

#

(compte clôturé)

le dimanche 27 octobre 2013 à 09h38

Bonjour Riff,

Deux idées pour commencer (les autres compléteront) :
- creuser avec lui ce qui fait qu'il pense que "tout ce qui est vécu ailleurs est retiré au couple, que ce type de situation n'amène que de la souffrance, qu'envisager autre chose est idéaliste et égoïste", trouver les peurs sous-jacentes, voir s'il y aurait des manières de le rassurer, etc.
- participer tous les deux à un café poly où il pourrait rencontrer des gens qui vivent bien la non-exclusivité, qui en gèrent ensemble les difficultés ; il verrait que tout ne s'arrête pas forcément.
- qu'est-ce qui le gêne exactement dans le fait que tu "[sois] quelqu'un qui craint l'engagement (...) mais aussi quelqu'un qui aime séduire" ?
Tu l'as déjà laissé tomber ? Tu l'a déjà délaissé en te faisant draguer par quelqu'un d'autre ? Je lance des idées, ça n'est sans doute pas ça, mais ce serait intéressant de savoir ce qu'il craint par rapport à ce comportement (supposé ou réel ?) de ta part.

Bon courage à vous deux.

#

(compte clôturé)

le lundi 28 octobre 2013 à 00h08

Merci Shamal,
- j'ai essayé de creuser la question des peurs, mais cela n'a pas l'air de lui parler du tout ; il ne semble pas savoir quoi répondre et pour lui ça ne se pose pas du tout comme ça. Il me dit qu'il a confiance dans l'importance de notre relation et le fait qu'elle soit prioritaire, dans les sentiments que je lui porte, dans ses sentiments à lui...mais ça ne change pas ce qui lui pose problème. La seule peur que j'ai entendue à travers ses mots était que je puisse préférer une autre relation, "surtout si on a un passage à vide". Car "les rencontres n'arrivent pas par hasard". Je n'arrive pas bien à déconstruire ça car effectivement cela peut arriver, même si ce n'est pas ce que j'envisage quand je lui parle d'avoir plusieurs relations en maintenant la nôtre prioritaire (relation de couple vs relations sans couple).
- pour le café poly c'est peut-être une bonne idée effectivement, jusque là je n'ai fait que lui parler de personnes que nous connaissons qui vivent les choses ainsi mais ce n'est peut-être pas assez direct (ou trop proche au contraire)
- sur l'engagement et la séduction, cela ne le gêne pas en soi semble-t-il, tant que la séduction garde des limites et que je travaille sur ma peur de l'engagement ; et je ne l'ai pas délaissé ou mis de côté (même si c'est ce qu'il imagine que je ferais en étant avec quelqu'un d'autre); mais oui il n'a pas une confiance totale dans ma capacité à respecter des limites (encore moins du fait qu'on ne les perçoit pas de la même façon) et pour lui ne pas canaliser ses relations hors couple dans l'amitié équivaut (j'exagère à peine) à n'avoir aucune limite ; d'autre part il semble penser que c'est ma crainte de l'engagement qui fait que je ne me satisfais pas d'une seule relation (malgré sa force). Alors les deux combinés ...

J'ai beaucoup lu qu'il fallait pouvoir être rassurant, et je suis d'accord il doit y avoir de la peur de son côté (du mien aussi d'ailleurs) mais j'ai l'impression que rien n'est rassurant. Et je ne peux rien lui garantir sur l'avenir, rien du tout, je peux seulement lui dire à quel point je l'aime, à quel point notre relation m'importe aujourd'hui, et à quel point je désire que cela dure le plus longtemps possible. Mais cela n'est pas rassurant.
Et je ne sais pas comment être sincère et dans la vérité et être rassurante en même temps.
Je vais réessayer de parler de la (des) peur(s).
Merci pour le bon courage !

#

(compte clôturé)

le lundi 28 octobre 2013 à 19h50

Bonjour Riff,

Je n'ai pas beaucoup de temps pour te répondre alors je reprends ma méthode des idées jetées en vrac ;)
- dans le fait qu'il craigne que tu puisses préférer une autre relation, il me semble que l'on pourrait percevoir la crainte de ne pas être au niveau, de ne pas être "assez bien". C'est très fréquent de ressentir ça, on se dit souvent que l'autre sera forcément (rayer les mentions inutiles) plus beau / plus intelligent / plus spirituel / meilleur au lit, etc.
- pour revenir sur le café poly ça aurait en effet l'avantage de lui faire voir des personnes qui vivent ce mode de vie, avec les difficultés et les les bons côtés, sans que ce soient des personnes proches de lui (peut-être en effet ce qui le gêne dans le cas que tu mentionnes)
- pour finir, sur la question de comment rassurer l'autre, il y a un exemple que j'aime beaucoup et qui représente un modèle pour moi, il est tiré d'une des bibles du polyamour : The Ethical Slut (ou la Salope Ethique en français, il vient d'être traduit).
Il s'agit d'un couple, l'un des deux (disons A) va sortir pour passer la nuit avec un autre partenaire et l'autre (appelons le B) le vit mal, préfèrerait que A reste à la maison. Et là A ne vas pas changer son plan, va quand même sortir mais rassure B en lui disant (en gros) : "je t'aime, je tiens à toi, je vais revenir bientôt". Il n'accède pas aux exigences de B mais lui redit son amour et surtout l'assure de son retour auprès de lui.
L'idée n'est pas d'aller forcément dans le sens de l'autre mais de rester à ses côtés de toute façon.
- quant à être sincère et rassurant en même temps, une piste pourrait consister à (ça n'est pas de moi) être honnête sur les faits et rassurant sur les intentions. A méditer pour ce soir :-)

#

(compte clôturé)

le mardi 29 octobre 2013 à 21h23

Bonjour Shamal,
ta dernière phrase me fait gamberger en effet, je vais prendre le temps d'y penser
et peut-être à la réflexion dois-je aussi apaiser ma propre peur (que mon fonctionnement ne soit pas acceptable/supportable sur la durée, dans le cadre d'un couple) pour pouvoir être rassurante... ^^
merci pour les réponses, c'est précieux

#

(compte clôturé)

le jeudi 31 octobre 2013 à 21h01

Contente d'avoir pu t'être utile :-) (et désolée pour le silence de 2 jours, j'étais en déplacement pour mon boulot).

#

(compte clôturé)

le dimanche 08 décembre 2013 à 13h16

Je reviens faire un petit point, après un voyage d'un mois (au passage, quel bonheur de bouger ! :-)), car les choses ont un peu évolué.
J'ai effectivement beaucoup gambergé sur "honnête sur les faits et rassurant sur les intentions" et cela m'a permis

1/ de faire un point sur mes intentions (eh oui), à savoir, conforter et faire grandir notre relation et notre couple, et respecter ma volonté et mon désir de vivre les rencontres qui se présentent ; cela suppose aussi d'assumer le fait que cette volonté introduit un sujet de conflit potentiel, et de rupture potentielle (c'est encore difficile car ça me paraît absurde, dans l'absolu, même si c'est très clair au vu de ses propos). Je pense que je n'assumais pas cela du tout, j'aurais voulu que ça se passe bien sans craindre un conflit qui me semble absurde, mais les bisounours ce sera pour une autre fois.
Le côté très positif pour moi (au-delà de la prise de conscience) est qu'il le comprend (je n'ai plus la sensation qu'il refuse l'idée que je puisse vraiment être cette personne qui souhaite pouvoir vivre plusieurs relations, et s'en ses capable). Il semble choisir de poursuivre cette histoire avec moi "en connaissance de cause", même si c'est avec une trouille de malade que ça s'arrête ou que ça se passe mal (que je ressens moi aussi). Et la même trouille du moment où les choses se re-poseront concrètement (je n'ai pas d'autre relation en cours actuellement).

2/d'orienter mes propos dans ce sens lors de nos discussions, ce qui a fait bouger les lignes.
Nous ne dépassons pas encore notre opposition, et peut-être jamais, mais il est plus facile de dialoguer dessus. Il est rassuré de voir que mes intentions sont claires (même si le fond ne le rassure pas), notamment parce qu'il a conscience que je ne suis pas dans "je recherche d'autres relations activement" mais dans "si une relation importante arrive dans ma vie je veux pouvoir la vivre" ; je pensais l'avoir clairement dit, mais apparemment non.
Et nous admettons mieux que l'autre ait un point de vue différent sans que ce soit une volonté d'orienter la direction à prendre dans notre relation.
Ceci dit nos discussions, même plus constructives, restent traumatisantes car nous avons conscience l'un et l'autre que c'est un peu parler dans le vide, dans l'attente angoissée d'une situation concrète.
Le plus gros point de divergence est et reste une divergence a priori : pour lui, l'existence d'une autre relation sexualisée, quelle qu'elle soit et a fortiori si elle est sexuellement active, va abîmer/réduire/ostraciser notre relation. Et ceci même si je ne réduis rien, car il me dit que dans sa tête l'existence de cette relation aura forcément cet effet, c'est donc pour lui quelque chose d'incontournable.
Ce n'est pas mon point de vue a priori (je ne crois pas aux "vases communicants" en amour) mais il a l'air très sûr de son ressenti futur, et nous achoppons sans pouvoir aller plus loin que le constat de notre divergence.

En attendant, j'essaie de trouver de mon côté des pistes "d'adoucissement" pour lui, comme me représenter l'hypothèse de rencontres "importantes" qui resteraient platoniques, mais ça me semble compliqué.
Il m'a dit lors d'une de nos dernières discussions, que le moment venu il faudrait arbitrer entre sa douleur et ma frustration. Le mot frustration me paraît bien léger mais je n'en ai pas d'autre à proposer.

Et que cet arbitrage risquerait de détruire notre relation. Je ne peux pas dire l'inverse, à part que ça vaut le coup d'essayer.

J'espère que ce n'est pas trop obscur, ce n'est pas facile de traduire tout cela en mots synthétiques.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 08 décembre 2013 à 13h47

Non, non, c'est assez clair, merci de nous tenir au courant.

Un point : parfois, mais pas toujours, mais parfois, le "tournant" est difficile, il ya un conflit, mais ça ne signifie pas qu'il est insurmontable. Certains partenaires, pas tous, arrivent à faire le constat que l'autre revient, encore amoureux d'eux, encore engagé dans la relation... Ca ne peut pas réduire d'un seul coup leurs craintes, transformer leur vision et leur façon de ressentir, mais ça peut participer à continuer la construction sans blocage "de principe".

#
Profil

LuLutine

le dimanche 08 décembre 2013 à 14h57

Riff
il a conscience que je ne suis pas dans "je recherche d'autres relations activement" mais dans "si une relation importante arrive dans ma vie je veux pouvoir la vivre" ; je pensais l'avoir clairement dit, mais apparemment non.

Peut-être aussi que tu l'avais clairement dit, et qu'il n'avait pas voulu l'entendre. C'est très courant d'amalgamer les polyamoureux avec des gens qui veulent "se faire tout le monde et n'importe qui" (ou ce genre de truc), qui sont "en recherche" de façon permanente, etc.

Riff
dans sa tête l'existence de cette relation aura forcément cet effet,

Et oui, c'est "dans la tête", mais c'est très difficile pour la plupart des gens de se battre contre ça. Plus je lis des témoignages ici et plus j'ai l'impression d'être une exception...!

Riff
il faudrait arbitrer entre sa douleur et ma frustration. Le mot frustration me paraît bien léger

Je crois qu'on a le même ressenti !

Bon courage. Je pense sincèrement que le plus important dans la vie c'est de pouvoir être soi-même. Et quoi qu'il arrive tu auras des yeux attentifs et bienveillants (en tout cas on essaye ^^ même si on n'est pas parfaits, car on est humains) qui te liront ici ! (Et lui aussi d'ailleurs s'il veut passer par là...)

N'hésite pas à passer en café poly si ce n'est déjà fait (?).

#

(compte clôturé)

le lundi 09 décembre 2013 à 21h09

@ Siesta, oui c'est ce que j'ai vécu dans mon couple précédent ; même si cela a débuté violemment, il avait défini ses priorités (être ensemble), constaté que cela ne changeait pas notre relation en mal, et au final il en a tiré profit pour lui-même (même s'il n'a pas eu de relations parallèles), notamment pour sa vision de lui-même (ses limites, ses envies, ses blocages sur ses envies) ; et je n'exclue pas cette possibilité.
Mon amoureux pour l'instant ne le conçoit absolument pas ("moi je ne pourrais pas"), d'autant moins qu'il considère que quelle que soit mon attitude envers lui notre relation sera abîmée dans sa propre tête (et donc dans les faits). C'est ce qui me fait si peur. Mais je pense aussi, enfin j'espère, que la pratique peut bousculer la théorie. Nous l'avons verbalisé, ainsi que le fait qu'il n'y croit pas alors que je le pense possible, et conclu que ça dépendrait probablement de ce que notre évolution d'ici-là.
A l'écrire je me dis que c'est peut-être se voiler un peu la face, mais je ne vois pas trop comment cela pourrait se traduire autrement en l'absence de situation concrète de discussion. Pour l'instant en tous cas.

@Lulutine, oui pour l'amalgame, je pense qu'il y a de ça, il avait l'air surpris qu'en un an de relation avec lui je n'ai fait aucune rencontre...mais il le relie à la force de notre amour (= si ça arrive c'est qu'il y aura un problème). Là-dessus je pense cependant que cela peut évoluer au fil des discussions et comme tu le dis, de son envie/sa volonté d'entendre.

LuLutine
Plus je lis des témoignages ici et plus j'ai l'impression d'être une exception... !

J'ai lu pas mal de messages où tu exprimes cela, en ce qui me concerne je me sens assez proche de ton point de vue (même si je suis capable de ressentir de la jalousie, contrairement à toi semble-t-il) mais je n'ai pas eu l'occasion de vraiment me tester sur la durée ou sur des situations diverses. Quand j'exprime ma pensée sur ce point (priorité à la relation que je ne vois pas comme abîmée par une autre, jalousie tenue à distance, désir d'être amie/proche de la personne que mon amoureux aime), ce qui est rare, ce n'est pas souvent cru ;compris je ne sais pas. Mon amoureux particulièrement considère que si je pense cela c'est que je ne m'y suis pas assez confrontée, que je suis trop idéaliste, et que la réalité me ferait changer d'avis. J'en doute, mais j'ai peu de contre-exemples en magasin et ceux que j'ai vécu n'ont pas l'air convaincants.

Shamal m'a conseillé également le café poly. Je pense que je vais lui en parler, qu'on y aille ensemble ou que j'y aille toute seule (je dis "aller" car il va falloir faire quelques kilomètres...^^) cela semble une bonne chose de l'évoquer.
Il est déjà venu lire un peu sur ce forum, suite à une demande de ma part qu'il ne ferme pas la porte sur ce sujet important pour moi. Cela n'a pas eu l'air de lui apporter beaucoup dans sa réflexion, mais cette preuve d'amour et de compréhension m'a apporté, à moi.
Pour autant je me demande si aller à un café poly ne lui donnerait pas l'impression de "valider" une façon de voir qu'il ne veut justement pas "valider". Mais on ne peut pas préjuger, il vaut mieux discuter ! ;-)

Merci à vous pour le bon courage et pour les paroles qui font réfléchir...

#
Profil

LuLutine

le mardi 10 décembre 2013 à 23h42

Riff
Pour autant je me demande si aller à un café poly ne lui donnerait pas l'impression de "valider" une façon de voir qu'il ne veut justement pas "valider". Mais on ne peut pas préjuger, il vaut mieux discuter ! ;-)

En tout cas, il peut se dire que les autres ne le comprendront pas comme ça. On a déjà vu en café poly des personnes franchement exclusives.

Elles écoutaient avec respect et nous les écoutions aussi avec respect, ça c'est bien passé.

Bon, souvent elles avaient un point de vue assez ouvert sur la question, genre "c'est pas mon truc mais pourquoi pas pour vous si ça vous convient", ce qui n'est pas le cas de toutes les personnes exclusives.

Ce dont je suis sûre (et j'espère ne pas me tromper !), c'est que personne ne supposera qu'il "valide" cette façon de vivre pour ses relations à lui, et que personne ne cherchera non plus à le provoquer ou à être agressif avec lui parce qu'il serait exclusif, ni à le "convertir" (bon ok on a converti Katouchka mais euh...non en fait elle s'est convertie toute seule :P !).

#

(compte clôturé)

le jeudi 12 décembre 2013 à 00h11

LuLutine
Bon, souvent elles avaient un point de vue assez ouvert sur la question, genre "c'est pas mon truc mais pourquoi pas pour vous si ça vous convient", ce qui n'est pas le cas de toutes les personnes exclusives.

Je réagis juste sur ce point car ta formulation a fait tilt, et en deux temps. A priori il semble considérer que cela ne peut pas "convenir" à qui que ce soit de lucide et d'engagé dans une relation amoureuse forte. Et qu'on ne peut pas placer les deux façons de voir sur un pied d'égalité.
Ceci dit je me demande si le fait qu'il accepte (ou semble le faire) que nous soyions en désaccord sur ce point, sans mettre la même pression qu'au départ (menace directe de réduire son investissement affectif et concret) ne montre pas une évolution (au-delà du soulagement que cela me procure bien sûr).
Dans ce sens ce serait encourageant pour les perspectives futures de dialogue.
Mais peut-être que je surinterprète ?

En tous cas merci pour les arguments rassurants, n'y étant jamais allée je n'aurais pas forcément trouvé les bons mots pour décrire le niveau de respect dans les échanges.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 12 décembre 2013 à 00h19

Riff
En tous cas merci pour les arguments rassurants, n'y étant jamais allée je n'aurais pas forcément trouvé les bons mots pour décrire le niveau de respect dans les échanges.

Bah, on n'est pas parfaits bien sûr, mais je pense qu'on essaye d'être bienveillants, même si on n'a pas tous les mêmes opinions. Quelqu'un me reprendra si je dis une bêtise... (?)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion