Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Traduction recherchée pour : " Polyamorists hope for future legal recognition " du Canada

Traduction
#
Profil

ScottBuckley

le samedi 16 novembre 2013 à 22h23

Bonjour,

Cet article me semble intéressant : des polyamorists du Canada qui demandent à ce que le polyamory ne soit pas juste " non-illégal ", mais qui souhaitent une vraie reconnaissance du polyamory, d'un point de vue juridique me semble-t-il.

Si certain-es d'entre vous se sentent de traduire tout l'article Ou ses grandes lignes & enjeux, et de les publier ici, illes sont les bienvenues, merci !

Et une fois cet article éclairé par une meilleure traduction que mon trop bref résumé, alors on pourrait en discuter ici (+) .

GreenPixie

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 17 novembre 2013 à 19h52

Et toi ? Pourquoi tu ne le traduis pas ?

#
Profil

ScottBuckley

le dimanche 17 novembre 2013 à 21h46

Entre mon ordi qui bugue et rame, ma connexion wifi qui marche quand elle en a envie, mon niveau d'anglais trop bas pour traduire de tels articles, et sans dictionnaire, en ce moment cela ne va pas être possible, hélas.

Mais si personne d'autre ne peut le traduire, même partiellement, tant pis, on n'en discutera pas ici, ce qui serait dommage vu l'enjeu que j'y devine, mais bon, c'est la vie.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 17 novembre 2013 à 23h51

Pareil, je n'ai pas le temps. Dans quelques mois peut-être...

#
Profil

Green-Man-Outside

le lundi 18 novembre 2013 à 02h37

Je peux peut-être m'en occuper, j'ai terminé mon EP. Tu as un lien vers le bestiau, que je vois sa taille et son vocabulaire ?

#
Profil

ScottBuckley

le lundi 18 novembre 2013 à 17h13

Bonjour,

Oui, voici le lien :

www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/polyamoris...

> Toute aide de traduction partielle ou totale, et/ou votre suivi de cette information qui risque d'évoluer dans un avenir peut-être proche, au Canada ou ailleurs, sont les bienvenues : Merci !

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Green-Man-Outside

le mardi 19 novembre 2013 à 20h25

Ok, je m'en occupe.
Par contre c'est pas pour cette semaine, hein. ;-)

#
Profil

Tagore

le mardi 19 novembre 2013 à 22h27

«  Ce serait bien... d'avoir des ménages où les conjoints sont égaux devant la loi, et d'aller de l'avant en matière de pensions, d'héritages et de divisions de propriété »

– Zoe Duff

Je pense que nous avons là l'essentiel de leurs revendications.

Il s'agit de revendications légales très proches, somme toute, de la revendication du droit au mariage. Mais comme la polygamie est interdite au Canada et dans la plupart des pays non-musulmans – sinon tous – il s'agit de trouver une alternative juridique qui confère des droits similaires au mariage, mais un peu différents afin d'être en conformité avec la loi.

C'est du moins ainsi que j'ai compris l'article.

#
Profil

ScottBuckley

le mercredi 20 novembre 2013 à 10h28

Bonjour,

à ce sujet, il y a Lionel Labosse qui a écrit un livre prônant ' le contrat universel ' qui permettrait notamment à une famille élargie, avec enfant(s) à charge, ou à un trouple, ou à des personnes polyamoureuses, et-ou bis, d'avoir des droits comparables à un couple marié monogame.

Car le droit fiscal est aujourd'hui bien discriminatoire d'un point de vue financier à l'égard de toutes les personnes plus ou moins dites " célibataires " (sic) qui ne rentrent pas dans le moule "mariage à deux" ou "pacs à deux" .

Voici deux liens :
une tribune dans le journal Le Monde :
www.lemonde.fr/idees/article/2012/05/18/un-contrat...

et son site web :
www.altersexualite.com/spip.php?article702

> Qu'en pensez-vous ?

Y a-t-il des points de son article ou de son site web avec lesquels vous êtes en accord ? en désaccord ?

Au plaisir de vous lire !

#
Profil

Green-Man-Outside

le dimanche 01 décembre 2013 à 05h03

Alors je l'ai traduit, et franchement il ne casse pas trois pattes à un canard cet article. Enfin bon :

Alors que les polyamoureux canadiens – les gens qui ont plusieurs partenaires hors de tout contexte religieux – ne subissent aucune criminalisation contrairement aux polygames, cela ne leur suffit pas d’être simplement considérés comme « non illégaux » ont-ils dit dimanche.
Tandis que l’Association Canadienne de Défense du Polyamour (la CPAA) terminait sa convention de trois jours, la première de ce genre à être accueillie sur le sol canadien, la présidente de l’association et maître de conférence Zoe Duff expliqua que les polyamoureux espéraient obtenir un jour la même reconnaissance légale que les autres couples.

“Ce serait bien [...] d’avoir des ménages dans lesquels nos conjoints sont égaux devant la loi et progressent en matière de pension, d’héritage et de répartition des biens » a-t-elle dit.

Contrairement à la polygamie, il n’y a aucune loi au Canada qui interdit spécifiquement le polyamour. De plus, les polyamoureux se distinguent eux-mêmes des polygames, expliquant que la polygamie consiste en des hommes prenant plusieurs épouses dans un cadre généralement religieux alors que le polyamour est consensuel, laïque et égalitaire.

“Il y a un consentement en connaissance de cause entre les partenaires, ainsi vous pouvez avoir des partenaires multiples mais chacun d’eux sait ce qu’il en est, la plupart du temps ils se connaissent » dit Duff. « Dès le début il y a des échanges au sujet de ce qui est confortable ou non pour les partenaires. On ne trouve absolument rien de tel dans la polygamie ».

Une décision de justice inquiéta les polyamoureux

Le polyamour se retrouva sur le devant de la scène en 2011, quand la Cour Suprême de Colombie Britannique confirma les lois canadiennes contre la polygamie suite à une question de constitutionnalité soulevée par la province pour éclaircir la loi. A cette époque, la communauté polyamoureuse eut peur d’être prise pour cible en cas de confirmation de cette loi.

La question de constitutionnalité fut motivée lorsque des accusations de polygamie contre deux leaders de factions distinctes de la secte mormone l'Eglise fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, furent lancées en 2009.

La secte, de premier plan dans la petite communauté de Bountiful, dans le sud-est de la Colombie Britannique, tolère la polygamie. Toutefois, les poursuites contre les deux chefs rivaux, Winston Blackmore et James Oler, ont échoué parce que le tribunal décréta que leurs droits avaient été violés lorsque le gouvernement avait choisi ses procureurs.

Deux ans plus tard, la Cour Suprême de Colombie-Britannique a conclu, même si l'interdiction de la polygamie viole la liberté de religion, que les méfaits associés à la pratique, comme des épouses mineures et les abus sexuels, l'emportent sur ces droits.

L’Association Canadienne de Défense du Polyamour était un intervenant dans le cas de 2011, et vit la décision de la Cour Suprême de Colombie-Britannique comme une victoire parce que cette décision concluait également que les lois anti-polygamie ne devraient pas s'appliquer aux couples polyamoureux à moins qu'ils ne décident de se marier.

Après la décision de justice, John Ince, représentant légal de la CPAA, déclara que l'exclusion du polyamour du jugement était un soulagement pour son client.

"La formalité du mariage n'est vraiment pas une préoccupation importance dans la communauté polyamoureuse», déclara Ince.

Duff déclara pourtant que Robert Bauman de la Cour Suprême n'était pas clair sur ce qu'il voulait dire en ce qui concerne le mariage. Cependant, la communauté est peu susceptible de lancer de sitôt une coûteuse action en justice afin d’obtenir un éclaircissement de la situation.

Pour le moment, l'association polyamoureuse se concentre sur la sensibilisation envers le mouvement, la mise en réseau des personnes au sein de la communauté et la mise à disposition de ressources telles que des conseils, juridiques ou non.

La convention de trois jours, appelée «  Clamer notre droit à l'amour" comprenait des ateliers sur la façon de gérer la jalousie dans une relation polyamoureuse, sur comment les lois familiales affectent les ménages polyamoureux, et sur comment les personnes nouvellement incluses dans une relation polyamoureuse déjà existante peuvent être traitées de façon éthique.

Non-monogamie consensuelle et éthique

Tiffany Sostar, une étudiante militante de Calgary, membre du panel d’intervenants lors de la convention, déclara que les relations non-monogames consensuelles existaient depuis de nombreuses années [ndt : quel scoop]. Quoi qu’il en soit, le polyamour a récemment gagné en visibilité, et d’après Sostar la pratique est de plus en plus acceptable dans la société ordinaire.

L’année passée, Sostar amena deux partenaires à son repas familial de Pâques, expliquant à sa mère qu’elle croyait que le polyamour était une alternative éthique à la monogamie et qu’elle aimait plusieurs personnes.
« Bien qu’elle fut tiraillée, elle géra l’évènement assez bien » déclare Sostar. « Elle dit : je ne comprends pas, mais il y a beaucoup de choses que je ne comprends pas dans ton comportement et je t’aime quand même ».

Malgré tout, Sostar explique qu’il y a ceux qui n’acceptent pas tant que ça le polyamour et qui ne peuvent assimiler la multiplicité des partenaires qu’avec l’infidélité.

"La réponse la plus négative que j'ai sans doute obtenue fut quand certains me dirent que lorsqu’ils pensaient à ce genre de personne [ayant des partenaires multiples] ils voyaient des sacs de MST sur pattes, ce qui est plutôt horrible", déclare Sostar. "Et en fait, je pense qu'ils ont été mal informés car manifestement la communauté poly tend à parler ouvertement de pratiques sexuelles plus sûres et de gestion des risques."

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion