Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamoureuse pas assumée

Monogamie
#

Polycurieuse (invité)

le mardi 13 août 2013 à 17h20

Bonjour,

J'ai besoin de vos témoignages, car je suis un peu bloquée dans ma situation de nouvelle polyamoureuse:

je suis en couple depuis 12 ans avec mon compagnon, nous avons un petit garcon ensemble et tout va bien, nous avons une relation harmonieuse et nous nous aimons profondément.
Bien sûr en 12 ans, il m'est arrivé de rencontrer d'autres hommes qui m'ont attirée, mais au nom de cette relation exclusive je n'ai rien entrepris.
Cette année j'ai fait la rencontre d'un homme (polyamoureux) qui me plaisait et j'ai jeté l'éponge monogame pour approfondir cette relation... et quelle révélation ce fut! C'est une véritable misère de refuser des relations au nom de la fidélité, c'est un appauvrissement mental, un rétrécissement du coeur!
Je suis donc devenue une polyamoureuse convaincue mais pas du tout assumée...

Comme nous sommes un vieux couple avec mon Jim, il est difficile de changer mes habitudes sans éveiller de soupcons... et ca me saoûle de pas réussir á voir mon nouveau Jules comme je voudrais.
Je ne suis pas de nature morale, j'ai juste pas envie de blesser Jim.
S'il venait à découvrir cette relation avec mon Jules, je ne chercherais pas à nier. Mais de là à lui annoncer de but en blanc...
j'ai pas le courage...

Nous avons récémment évoquer la possibilité d'ouvrir notre relation, et il n'avait "en théorie" pas l'air contre...
Donc comment faire?? attendre de se faire choper à cause d'un mensonge alambiqué? annoncer au détour d'une conversation sur l'infidélité de untel ou unetelle que justement maman à aussi un amant? essayer de jamais se faire pécho?.. argh je suis perdue là.

Et vous comment vous vous y êtes pris avec vos Chantals et Jims respectifs?

#
Profil

bouquetfleuri

le mardi 13 août 2013 à 18h05

Je crois que si tu blessais Jim, cela signifierait que ton poly-amour n'est pas bien en place. Et comme c'est le cas...
Le problème est le conflit entre ce que l'on s'autorise mutuellement et ce que l'on fait à titre personnel, et l'ordre dans lequel cela intervient. Difficile de faire autrement, puisque c'est souvent après la rencontre que l'on réfléchit à tout cela.

Il n'y a pas trente six solutions.
Penser ensemble votre nouvelle situation demande de parler, dire des choses.
Certaines feront sans doute souffrir (je suis aussi amoureuse d'un homme qui n'est pas toi), d'autres seront gratifiantes (c'est parce que je t'aime aussi puissamment que j'ai pu rencontrer un autre homme) -parce que si ce n'est pas le cas, oublie le poly-amour.

Il faut, Jim et toi, penser votre relation à trois. Et le faire vite ou du moins le commencer vite, parce que cela prend du temps avant d'arriver à se penser différemment, ensuite parce que les gestes et les actes qui nourrissent la culpabilité n'attendent aucun signal pour détériorer la conscience de la mutation à faire.
Le risque est de se retrouver à toujours panser les plaies au lieu d'éliminer la cause de la souffrance (qui n'est pas ta nouvelle rencontre).
Tu as rencontré Jules avec Jim dans tes bagages. La moindre des choses est de le lui dire, parce que pour l'instant, tu l'as privé de parole...
C'et un événement rare et fondateur dans une vie que tu t'apprêtes à vivre, et tu vas le faire par amour. C'est assez merveilleux.
Ce sera aussi le signe et le témoignage de la confiance que tu fais à ton compagnon pour te comprendre, t'aider à comprendre et régler une situation que tu ne peux pas résoudre ou vivre toute seule.

En même temps, je suis surpris que ton Jules poly-amoureux ne t'aiguille pas sur la voie plus tranquille à long terme de l'échange.

Mais une fois que vous avez engagé cet échange, votre chemin difficile, parce que ce n'est jamais simple de devenir poly-amoureux, sera parsemé de petites joies qui vous montreront la bonne direction.

Pratiquement, pour que ce soit plus facile pour toi, évoque l'hypothèse d'une rencontre. Sans jamais dire que cela n'est pas arrivé.
Et fais confiance à ton Jim

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 14 août 2013 à 10h45

polycurieuse
Je suis donc devenue une polyamoureuse convaincue mais pas du tout assumée...

Je lis souvent ici des témoignages de personnes qui, ayant eu un désir, un coup de coeur pour un ou une autre disent: "je me suis découvert polyamoureux". Ce n'est pas forcément le cas. 90% des gens ont au cours de leur vie des tentations- concrétisées ou non- et ne sont pas pour autant poly. Ils peuvent être adultères, tout simplement, et nous n'avons pas à les juger si dans leur configuration la franchise n'est pas possible ou leur semble trop difficile à assumer.
Or c'est d'autant plus difficile à assumer quand on annonce à un partenaire qu'il y en a un autre... depuis plusieurs semaines ou mois, car il ne verra que la cachotterie qu'on lui a faite durant des mois. Beaucoup d'hommes, notamment, me disent: "ce n'est pas qu'elle aime ailleurs qui me gêne le plus, c'est qu'elle me l'ait caché si longtemps". L'idéal serait évidemment de parler de tout cela à froid, quand rien encore n'a eu lieu. Après, on peut tenter de partir du terrain du partenaire en lui disant "si un jour tu aimais quelqu'un d'autre est-ce que tu m'en parlerais ou pas? Moi, j'aimerais mieux le savoir." - Pourquoi me demandes-tu cela? - Parce qu'il m'est arrivé d'être attirée par d'autres, j'avais envie de t'en parler et je n'osais pas, ce qui est idiot puisque de mon côté je sais que je préfèrerais être au courant."
A partir de là, selon la réaction du partenaire, on sent si un dialogue est possible ou non, si une évolution du couple vers le polyamour est possible ou non.
Je suis poly depuis 40 ans, donc convaincue, mais je crois qu'il faut bien réfléchir, se demander si on est réellement prêt au long chemin et aux conflits inévitables qui arriveront avant d'être polyheureux, et ne pas se déclarer "poly" juste parce qu'on a eu un coup de cœur ailleurs. J'ai le cas de plusieurs adultérins qui ont tout raconté juste pour se donner bonne conscience mais ne sont pas allés plus loin dans la réflexion poly avec leur compagne (notamment sur le fait qu'elle aussi était susceptible d'avoir des amoureux) et ça a été cata...
Si, au terme de cette réflexion on se sent réellement poly, l'idéal est d'en discuter au moment où on n'a personne d'autre dans sa vie, "à froid". En sachant qu'on ne fera pas l'économie de moments difficiles.
Ce n'est pas du pessimisme, juste du réalisme :)

#
Profil

Evavita

le mercredi 14 août 2013 à 12h55

Je suis d'accord avec ce que t'as dit aimerplusieurshommes. En mettant de côté ce qui est juste ou pas de faire en fonction de la moralité de chacun, tout est une question de faire tes propres choix :
Choisir de :

1) Continuer à tromper ton mari en ne lui disant rien. Points positifs : tant qu'il ne le sait pas, il n'en souffrira pas. De plus, tu t'épargnes beaucoup de discussions/disputes compliqués. Point négatif : S'il l'apprend, ça sera obligatoirement plus dur à vivre pour lui et les conséquences peuvent être néfastes sur votre couple.

2) Après réflexion, tu te dis que de ton côté tu as envie de faire muter votre relation monogame en une relation non exclusive avec tout ce que aimerplusieurshommes a expliqué ce que cela implique et là :
a) Soit tu lui parles ouvertement de la situation actuelle, de ton amants, de tes sentiments, de tes envies de voir si éventuellement ils pourraient s'accorder avec les tiens. Points positifs : Tu seras sincère et il saura qu'il peut compter sur toi pour l'être. Sa sera peut-être le début de quelque chose de très beau pour vous sur le long terme. Points négatifs : Peut-être qu'il ne pourra jamais dépasser ce qu'implique cet aveu, ou peut-être que même après réflexion et discussion il ne voudra vraiment pas d'une relation non monogame et vivra probablement avec l'inquiétude que tu le trompes à nouveau (phénomène qui risque de s'accentuer si tu lui dit que tu es une "polyamoureuse convaincue").
b) Soit tu te remets dans une situation d'exclusivité avec ton mari pour partir sur une discussion anodine sur la non exclusivité puisqu'à ces yeux tu ne sera "coupable" de rien. Points positifs : il ne sauras probablement jamais que tu l'as trompé. Il risque de prendre ça mieux si il part du principe que votre discussion est théorique et se prêter mieux à cet exercice de réflexion . Qui plus est, en discuter avec lui, te permettras de te faire une meilleur idée ce que tu veux réellement. Points négatifs : Tu devras garder pour toi le fait que tu aies eu un amant et assumer le fardeau que cela peut représenter sur ta conscience. Il se dira peut-être que si vous avez cette discussion c'est parce que tu penses déjà à quelqu'un, il deviendra suspicieux et tu n'auras probablement plus la possibilité de le tromper sans qu'il s'en rende compte.

3) Aucune des options citées ci-dessus ne te parait en valoir le coups et tu :
a) trouves une autre possibilité à laquelle je n'aurais pas pensé qui te convient mieux.
b) renonces au fait que tu fréquentes quelqu'un d'autre que ton mari comme tu l'as fait ces 12 dernières années avec les points positifs et négatifs que tu connais déjà.

Mon analyse se veut volontairement froide car à part ton mari, personne ne peut savoir à ta place ce qu'il faut faire et que je ne veut que t'éclairer un peu plus si c'est possible, sur les divers options qui s'offrent à toi et ce qu'elles impliquent.
Je ne saurais te dire ce que j'aurais fait à ta place vu que la première fois que j'ai eu envie de me rapprocher de quelqu'un d'autre, je l'ai fait de manière impulsive, sous le nez de mon copain sans aucune réflexion préliminaire, et j'ai eu la chance qu'il le prenne bien (ah les jeunes de nos jours aucune pudeur!). Par la suite, je n'ai démarré aucune relation sur la base de la monogamie. Ca n'a pas toujours été facile mais ça m'a épargnée de me retrouver dans une situation similaire de la tienne.
J'espère que d'autres personnes ayant été dans ton cas trouveront le temps et l'envie de pointer le bout de leurs nez ici pour faire part de leurs propres expériences.

#

(compte clôturé)

le mercredi 14 août 2013 à 13h08

Bravo et merci, Evavita, tu as parfaitement résumé la et les situations possibles. Dans tous les cas il y a du positif et du négatif et nous ne pouvons pas choisir pour poly non assumée. Surtout qu'on ne connaît pas du tout son mari!

#
Profil

LuLutine

le mercredi 14 août 2013 à 13h18

Je plussoie aimerplusieurshommes et Evavita.

Pour ma part je me sens incapable de mentir à long terme sur quelque chose d'aussi "gros" qu'une autre relation (même à court terme j'ai un doute d'ailleurs), du coup j'en parlerais à mon compagnon, mais comme l'indique Evavita, ce choix est individuel et varie d'une personne à l'autre.

Pour ma part je ne supporte tellement pas de cacher les choses que je pense - après avoir essayé malgré tout ! - que je ne pourrais pas faire des projets de vie avec quelqu'un qui ne veut pas entendre parler de l'existence des autres. Même s'il sait que je vois d'autres personnes, sans plus de détails, je ne pourrais pas supporter de ne jamais parler d'eux à celui qui partage le plus souvent ma vie. Tout simplement parce qu'ils font partie eux aussi de ma vie, et que partager une portion seulement de ma vie, me censurer, tout en voulant construire quelque chose ensemble, c'est juste impossible pour moi sur le long terme.

Lorsque j'ai été attirée par une autre personne que mon copain exclusif de l'époque, je le lui ai dit, mais je n'avais pas de relation avec l'homme concerné, ça a donc été plus facile.

Si j'avais "dérapé", je pense que je l'aurais dit aussi, en acceptant d'assumer les conséquences éventuelles. Cela dit ça reste un choix personnel.

Tu peux te trouver très bien en cachant (certaines de) tes relations aux uns et/ou aux autres. Ce faisant, tu acceptes aussi le risque que ça se passe mal (ou pas d'ailleurs ! - on a parfois des surprises) si le pot aux roses est découvert.

#

Poly Passumée (invité)

le mercredi 14 août 2013 à 19h07

Bonjour
et merci d'avoir pris le temps de me répondre.
@ Bouquetfleuri: en effet ma relation poly-amoureuse n'est pas du tout en place, et c’est parce que sortir de l'exclusivité bien ancrée depuis 12 ans, changer des habitudes qui roulent et en parler c’est une vraiment pas facile.
Et mon Jules poly-amoureux n’a pas de bons conseils à me donner puisqu’il commence ses relations en annonçant la couleur dès le départ, ce qui est quand même beaucoup plus simple !
Donc voilà, 12 ans c’est long, et si je fais confiance à mon Jim, je voudrais tout de même éviter de le blesser car je crois qu’au fond il est OK avec une relation ouverte tant qu’il ne sait rien… ce qui m’oblige à trouver des créneaux et prétextes pour voir mon Jules, et qui, comme tu le dis Aimerplusieurshommes, me mettrait dans la position de femme adultère si Jim n’était pas d’accord avec cette idée.
Car j’ai oublié de vous préciser que nous avons évoqué la possibilité d’ouvrir notre relation lorsque je lui ai dit que j’étais frustrée de ne pouvoir m’ouvrir sexuellement à d’autres hommes qui m’attirent.. OK, j’ai pas parlé de sentiments, mais croyez-moi, ceci a déjà été un véritable challenge pour moi !
Contre toute attente Jim a dit : « go for it ».. J’étais tellement peu préparée à cette réponse grandiose qu’évidemment j’ai pas essayé de discuter des modalités de cette nouvelle relation ouverte possible.
Donc le dialogue est bien possible avec mon partenaire et crois-moi Aimerplusieurshommes, ce n’est pas que je veux tout raconter pour me soulager, car je n’ai pas un gramme de mauvaise conscience, j’assume parfaitement et savoure sans arrière-pensée ce que je fais avec Jules. Je ne suis pas morale pour un sous. J’aime et respecte mon homme qui n’a pas mérité que je lui mente sur le long terme, et en plus ce n’est pas du tout mon truc le mensonge. Je suis simplement bloquée par la peur de sa réaction et peut-être de perdre ma famille aussi (ça sonne banal comme phrase mais c’est bien comme ça avec des enfants en jeu).
La discussion à froid comme tu l’appelles me parait donc une bonne idée, mais là ce n’est pas le moment, vu que je suis déjà bien partie avec Jules… Mais vous avez-vous fait un coming-out avec un partenaire exclusif ? comment vous vous y êtes prises ?

#
Profil

LuLutine

le jeudi 15 août 2013 à 00h42

Poly Passumée
Mais vous avez-vous fait un coming-out avec un partenaire exclusif ? comment vous vous y êtes prises ?

aimerplusieurshommes étant justement l'auteure de "Aimer plusieurs hommes", achète le livre et tu auras la réponse :P

Bon, pour te répondre un peu car je ne sais pas si elle repassera bientôt ou pas, Françoise a commencé très rapidement sur des bases non-exclusives : son mari (à l'époque, son fiancé) était sorti avec une autre, quasiment sous ses yeux, elle s'est rendu compte qu'elle n'était pas viscéralement jalouse. Elle lui a dit ensuite que ça ne lui posait pas de problème, et qu'elle aussi d'ailleurs aurait peut-être envie de faire d'autres rencontres.

Lorsqu'elle a rencontré son premier amant, ça ne s'est pas forcément passé aussi bien que prévu, mais je dirais que "sur le principe", ils n'étaient déjà plus exclusifs...

Voilà, j'espère ne pas avoir trop déformé (c'est raconté dans "Aimer plusieurs hommes", mais ça fait un moment que je l'ai lu).

#
Profil

ti-punch

le jeudi 15 août 2013 à 09h50

Bonjour,
Je vais te parler de mon expérience. Pour ma part je suis dans la position de Jim,et nous sommes ma femme et moi pour l'instant en plein dans le problème du "je n'accepte pas" de ne plus avoir l'exclu.
Pour commencer je pense que tu dois être honnête avec Jim d'autant plus si tu l'as habitué comme çà,car si tu ne le fais pas et qu'il te chopes la confiance sera perdue à jamais. En ce qui concerne le moyen de le lui amener je ne sais pas s'il y'a une méthode meilleure qu'une autre.
Par contre il y'a une chose dont je suis sûr, il va avoir un gros besoin d'être rassuré et de se sentir aimé par toi une fois que tu aura fais ton coming-out s'il n'est pas dans le même esprit que toi.
Un conseil que je te donnerais,avant de te lancer ce serait de biaiser pour savoir comment il envisage les relations extra-conjugales, c-à-d, s'il envisage des coups d'un soir ou s'il envisage des relations suivies,car çà à été mon cas et du coup c'est très mal passé qu'elle puisse en aimer un autre.
Ensuite fais les choses très finement,car après coup toutes vos discussions vont lui revenir en tête et il se peut qu'il ai l'impression d'avoir été manipulé.
Pour que tu comprennes un peu mieux ce que je traverse,et qui pourrait se produire s'il est dans le même état d'esprit que moi,(car moi moi aussi en théorie j'étais d'accord) je t'invites à aller lire "je vis la situation cycliquement"

#

Invitee (invité)

le jeudi 15 août 2013 à 23h25

J'ai été dans la même situation que toi il y a 2 ans et j'ai fait le choix de parler du lutinage a mon mari petit à petit. Cela a pris environ 2 mois. Je lui ai dabord parlé du concept en théorie, en disant que j'avais vu un livre sur le sujet à la fnac. Sa réaction n'ayant pas été négative, je suis revenue sur le sujet un peu plus tard, sans dire que j'avais déjà quelqu'un. Je n'ai pas insisté sur le côté sentimental, mais plutôt sur le fait que j'avais très envié d'un autre homme. Comme toi, j'ai expliqué que je ressentais le besoin d'expériences sexuelles extérieures afin de m'ouvrir et de me bonifier, de progresser dans ce domaine. Je pense qu'il y a vu son intérêt aussi, puisque ça me permettait de me renouveler.
Cependant, même si ton Jim est Ok dans la théorie, ce ne sera pas si simple à accepter pour lui dans la pratique. Pour mon mari, il y a eu quelques grosses larmes, lorsque je revenais de mes escapades, bien qu'il en était parfaitement avisé et d'accord. Il sera important de le rassurer, de lui dire que tu l'aimes, de lui laisser des petits messages amoureux, de lui faire des compliments dés que possible, bref il faut compenser, pour éviter qu'il se sente délaissé.
De mon point de vu, le jeu en vaut la chandelle si tu es sûre de vouloir passer au polyamour "au delà de" Jules.

#
Profil

Cendre

le samedi 17 août 2013 à 20h41

Bonjour poly-curieuse.

Je n'aurais pas su te donner de réponse aussi belles que celles qui ont été faites, mais je peux t'apporter mon témoignage.

Il y a un an, je tombais en amour pour un autre que mon mari. 2 mois après, alors que cette relation, bien que "non consommée" encore, ressemblait de plus en plus à de l'adultère, je me suis décidée à en parler avec mon Jim. En trois phrases, j'ai entendu un accord théorique, sur lequel je me suis basée pour aller plus loin (consommer ma relation, puis rencontrer un deuxième, un troisième jule)
Mais le chemin est long et parsemé d’embûches.
Dans mon cas, je me suis retrouvée en grève de mots. Parce qu'ils faisaient mal quelque soient leur forme, parce que je n'étais pas sûre moi même de bien assumer le truc, parce que nous sommes beaucoup plus dans une situation de "mise devant le fait accompli" qu'une réelle ouverture réciproque de notre couple.
Je rêve que lui-même ait la chance de revivre un coup de foudre, car c'est vraiment une des plus belles sensations qu'il nous est donné de vivre (et gratuite, qui plus est !) mais il n'y est pas encore, pas du tout.
Pour l'instant, il subit.
Il tente d'accepter la situation. Parce qu'il m'aime, parce qu'il a entendu que je suis ainsi, qu'il ne souhaite pas me rendre malheureuse à me priver de cette source de bonheur, parce qu'il me préfère libre et indépendante plutôt que timide et soumise. Mais c'est pas facile.
Et même, quand ça va bien avec lui, quand on est a peu près d'accord sur le fond, reste les problèmes de forme et d'interface avec l'extérieur.
Non, au bout d'un an, je ne me sens toujours pas vraiment libre d'organiser ma vie avec mes Jules comme j'aimerais. Je ne suis pas à l'abri des culpabilités, des envies de tout foutre en l'air, d'un coté ou de l'autre...
Et puis, s'il n'y a pas de mensonge entre nous, il y en a vis-à-vis de l'extérieur. On continue d'afficher le parfait bonheur post mariage, de donner cette image du couple idéal, aimant et fidèle, avec cette acceptation si commune de la fidélité, qui m'est aujourd'hui tellement étrangère mais reste l'étiquette par laquelle nous sommes identifiés par nos proches.

Alors, soyons honnête, le choix du polyamour n'est pas un choix facile. C'est une révolution intérieure, dans son couple, et vers ceux qui seront au courant. Ça demande une remise en question générale, sur les questions existentielles de la vie et de l'amour. C'est une déconstruction du cadre normatif de la société actuelle.
C'est plutôt définitif (difficile de revenir en arrière quand on a brisé le rêve du prince charmant et sa princesse, à moins de changer de compagnon) et pas tous les jours facile.

Mais pour rien au monde je ne reviendrais en arrière.
Je ne me suis jamais aussi bien sentie dans ma peau, dans mon corps, en accord avec mon vrai moi et mes désirs profond. Je ne fais plus semblant, je ne me sens plus soumise à un dictat de la société, je fais mes choix et les assume (au mieux)
Je sais pourquoi je suis mariée avec mon Jim, j'aime mettre en évidence chaque jour toutes ces parcelles de bonheur qu'il me donne, qui me confirme dans mon désir de passer le reste de ma vie à mes cotés.
Et je sais également pourquoi je me suis impliquée auprès de mes Jules, bien au delà d'un jeu de drague ou d'un plan Q, accepter la vulnérabilité que l'amour induit entre nous, et en être récompensé par ces élan de cœur.
Ne pas s'enfermer dans le rôle d'épouse et mère modèle que la société nous dicte, mais prendre le risque d'être un être vivant, en relations vivantes avec d'autres êtres.

A toi de choisir ce qui importe le plus pour toi.
Et n'oublie pas :
La seule personne avec qui tu es vraiment sûre d'avoir à passer toute ta vie, c'est toi même.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 18 août 2013 à 01h20

Cendre
il me préfère libre et indépendante plutôt que timide et soumise

Tu as de la chance.
Je crois que pour ma part, plusieurs m'auraient préférée timide et soumise.
Sauf que. J'ai été timide, parfois. Mais soumise, jamais.

Cendre
Non, au bout d'un an, je ne me sens toujours pas vraiment libre [...] s'il n'y a pas de mensonge entre nous, il y en a vis-à-vis de l'extérieur.

Je crois que de l'assumer quasi totalement - vis-à-vis de tous les amoureux que je fréquentais et vis-à-vis de l'extérieur - ça m'a pris 4 ans. "Quasi totalement", car concernant l'extérieur, je ne me promène pas avec un panneau "je suis poly" (ou avec un autocollant sur le front....enfin, la plupart du temps ! ;) ) et certains de mes proches ne sont pas au courant (ou pas officiellement du moins).

Mais je ne cherche plus à jouer un rôle de "parfaite monogame rentrant dans le moule".

Je reconnais que c'est un chemin long. Très long parfois. Chacun(e) à son rythme.

#
Profil

Len

le dimanche 18 août 2013 à 02h02

*

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Anarchamory

le dimanche 18 août 2013 à 03h03

Bon sang Len, c'est quoi ton problème avec le sexe ? Pourquoi ça ne pourrait pas être comme n'importe quel autre type d'activité, par exemple... partager des confidences personnelles avec quelqu'un. Ça aussi c'est intime.

Est-ce que ça te choque d'être frustré de ne pouvoir s'ouvrir émotionnellement et intellectuellement à d'autres hommes (ou femmes) qui t'attirent émotionnellement et intellectuellement ?

Est-ce que les gens qui accordent de l'importance à l'ouverture conversationnelle vers d'autres individus sont forcément dans des couples pas épanouis ? etc.

#
Profil

dominik

le dimanche 18 août 2013 à 08h25

@ Len , quand tu auras finit de juger les personnes selon ton propre regard , quand tu auras admis que des regards sur la vie autres que le tiens peuvent exister alors à ce moment là , et pas avant , tu pourras commencer à comprendre ..

ton coeur et ton cerveau n'ont aucune capacité d'empathie , aucune capacité à aller vers l'autre, aucune capacité à ne serait ce que d'essayer d'admettre que d'autres façons de vivre la relation à l'autre que celle de Len existe ...

moi aussi je n'aimerai vraiment vraiment pas être à ta place , car ta place transpire la frustration .. et de nombreuses personnes ici même , dont moi , ont délibérément choisi de s'affranchir de leurs frustrations pour simplement vivre leur vie .. et la vivre dans la bienveillance , l' amour , le respect , l'accueil de l'autre , des autres , et en ne les jugeant pas ... ce dont tu sembles parfaitement incapable ...

au fait quand est ce que tu le crées ton fill de discussion bien à toi ?

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#

homme partit (invité)

le dimanche 18 août 2013 à 09h57

Bonjour.

Je suis un mari dont la femme se dit poly amoureuse. Je me retrouve dans le rôle du conjoint de Cendre. Suite à diverse discussion, sans colère, sans critique, j'ai décidé d'évoluer vers l'acceptation de son désir d'amours plurielles. Pourquoi?

Par amour, je ne me donne pas le droit de la priver d'être heureuse. Ensuite, elle reste libre de vivre sa vie, car je suis du genre à dire que personne n'appartient à personne. Par principe, comment savoir si on aime ou pas avant d'y avoir gouté? Elle m'a donné l'adresse de ce site afin d'en connaitre davantage sur le poly amour.

Voila donc plusieurs mois que cela dure et j'avoue plus subir qu'accepter. J'ai donc quitté ma femme depuis 15 jours maintenant, de ma propre initiative. J'ai compris que je ne peux pas souffrir par amour, que je ne dois pas tout accepter pour son plaisir. Elle a modifié notre contrat de vie, j'ai accepté de vivre une période d'essai qui ne me donne pas satisfaction, alors je démissionne. J'ai les tripes à l'air mais je pense à moi.

Pourquoi cette démission? Le poly amour ne me correspond pas. J'ai voulu approfondir ce refus d'acceptation en allant voir un psy, Ce dernier m'a fait remarqué que se noyer dans la vie de l'autre est la source de mon mal, Cette dépendance affective qui unit les couple lors d'un coup de foudre devient dramatique lorsque l'un des 2 veut la casser. J'aime tellement ma femme de façon exclusive que je ne peux admettre son autre relation. Soigner cette dépendance signifie pour moi de moins aimer ma femme. Ce n'est qu'une interprétation personnelle, mais elle vient du cœur et non de livres ou autres théories où une solution apparait systématiquement. Les sentiments sont réels et incontrôlables.

De plus, je ne suis pas tenté par d'autres femmes, je ne suis pas poly. Cette évolution de vie ne correspond qu'à ma femme, pourquoi donc devrais-je suivre cette voie?

Je ne lui fait aucun reproche, j'ai quitté la maison depuis 2 semaines et elle ne cesse de me demander de revenir en me promettant de cesser son autre relation. Je suis perdu dans le choix à faire, revenir en espérant qu'elle cesse sa double vie, tout en me disant qu'elle peut le faire en cachette, ou me séparer d'elle. Dans les 2 cas je souffrirai, dans un, ma femme sera ravi. Quel dilemme.

Je ne fais pas le procès du poly, loin de moi cette idée, mais simplement rapporté mon histoire que ma belle lira certainement.

#
Profil

Len

le dimanche 18 août 2013 à 11h06

*

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

Anarchamory

le dimanche 18 août 2013 à 12h31

Len
MetaZet >>

Alors pourquoi le sexe ne pourrait pas être comme n'importe quel autre activité ? Dans le fond je suis sûr que tu connais déjà un peu la réponse.

Dans le fond, je suis sûr que tu sais que ta réponse n'est pas convaincante.

Len
Je vais te dire moi ce qui est d'après moi différent, fondamentalement différent que tout autre activité.

Le sexe, et le sexes sous ses différentes formes est quelque chose qui apporte du plaisir, je résume par un mot et je pense que nous seront d'accord sur ce terme.

Il n'y a pas que le sexe qui apporte du plaisir ! Enfin si c'est ton cas, s'il n'y a que le sexe qui est susceptible de t'apporter du plaisir, je te plains...

Len Et unes source de plaisir, amène une addiction, une dépendance. Y'en à de toutes sortes (nourriture, cigarette, drogues etc.).

Ah, donc il n'y a pas que le sexe qui apporte du plaisir. Pour prendre l'exemple de la nourriture, ce qui est préjudiciable c'est l'excès en quantité, non pas l'excès en diversité. D'ailleurs ça n'a même pas de sens de parler d'excès en ce qui concerne la diversité.

Len
Et je suis convaincu que ce plaisir du sexe ne fait pas exception, je l'ai moi-même vécu.

Et mon problème avec ça, c'est que personnellement j'ai besoin de me sentir libre, cela rend moins libre une addiction et empêche de se concentrer sur des choses beaucoup plus importantes dans une vie, comme par exemple créer pour servir le monde.

Et comme toute addiction, elle rend plus égoïste également : toujours plus de plaisir (même partagé cela reste égoïste), et toute cette concentration à se faire plaisir pourrait être dirigé à créer des choses pour servir son prochain.

Voilà c'est ma réflexion à ce sujet.

Toujours le même problème avec toi : tu confonds immodération sexuelle et polyamour. Un polyamoureux peut avoir, mettons, 5 partenaires sexuels différents, et ne voir chacun qu'une fois tous les deux mois et ne leur faire l'amour qu'une fois tous les six mois, ce qui ferait en moyenne 10 relations sexuelles par an, ce qui est loin d'être excessif. A l'inverse, un monogame exclusif peut très bien n'avoir qu'un partenaire sexuel et se sentir en manque de sexe s'il n'a pas de relations sexuelles avec lui deux fois par jour. Qui est le plus addict alors ?

J'ajoute qu'il y a des polyamoureux qui n'ont jamais de sexe parce que ce n'est pas leur truc (les asexuels par exemple), ou qui ont du sexe seulement avec un de leur partenaires ou quelques-uns.

#
Profil

Len

le dimanche 18 août 2013 à 13h12

*

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 18 août 2013 à 13h36

Len
Et pour moi avoir plusieurs partenaires sexuels ça devrait amener à se pauser des questions concernant une addiction aux sentiments, au sexe, à plusieurs relations.

Se poser (et non pas "pauser") des questions n'implique pas nécessairement que la réponse soit : "J'ai une addiction".

Len
Etre constamment à la recherche d'un nouveau partenaire tout court

J'espère que là tu ne parles pas des polyamoureux, car il est rare qu'un polyamoureux soit "constamment à la recherche". C'est même exactement le contraire pour beaucoup d'entre eux. Et, là où certains "mono" célibataires seront "constamment à la recherche d'un nouveau partenaire" (parce que c'est bien connu, il faut se caser, trouver quelqu'un sinon on n'est pas heureux), la plupart des polyamoureux goûteront leur solitude, sans aucune recherche particulière, et profiteront de ce temps pour s'améliorer, comme tu le fais toi-même...finalement, tu n'es pas si différent des polyamoureux tu vois ;)

L'indépendance affective, c'est exactement ce dont il est question dans les deux cas !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion