Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Asexualité et Romantisme

Romantisme
#

(compte clôturé)

le lundi 02 septembre 2013 à 11h35

Suite aux pistes de réflexions fournies par MetaZet (merci infiniment) j'ai fait qques recherches sur l'asexualité et je vous invite tous à consulter www.asexualite.org/ passage obligatoire pour que nous parlions tous de la mm chose avec un vocabulaire commun...

A plus tard donc.

NB : j'aurai pu ouvrir ce fil de discussion sous la rubrique sexualité, mais fallait faire un choix

#

(compte clôturé)

le lundi 02 septembre 2013 à 12h50

Je viens de faire un amer constat. Le mouvement polyamoureux a trouvé son histoire dans les pays anglo-saxons. Il faut croire qu'en matière d'asexualité et de panromantisme, l'information est principalement en anglais. Une simple recherche sur fnac.com le démontre :-(

#
Profil

bohwaz

le lundi 02 septembre 2013 à 13h53

Lien corrigé. Le thème "sexualité" requière une confirmation d'être majeur pour pouvoir en lire les sujets (pour que le site ne soit pas bloqué par les proxys d'entreprise), mais effectivement pour parler d'asexualité ça convient pas des masses, à moins de parler aussi de sexualité ?!

#

(compte clôturé)

le lundi 02 septembre 2013 à 16h44

Que faire donc ?

Je remercie ceux qui participeront à cette discussion (ça ne se bat à la porte apparemment) de parler d'asexualité et non de leur sexualité afin que ça colle au plus près du thème initial abordé. Je dédie ce fil à l'affection, la tendresse, les sentiments, les émotions, voir la sensualité mais pas de sexe ici sauf pour indiquer -ou non- que l'on peut aimer sans sexualité sans rentrer dans les détails puisque cette discussion est classée dans le romantisme.

#
Profil

zina

le lundi 02 septembre 2013 à 21h33

Merci pour ce fil gcd68. <3

Quelques pointeurs anciens :
/discussion/-ke-/Les-relations-amoureuses-sans-sexe
/discussion/-sH-/La-sexualite-avec-un-A/

Si tu veux commencer en donnant ta vision du polyamour via ta perspective asexuelle, j'en serais une lectrice ravie :-) (+)

#

(compte clôturé)

le lundi 02 septembre 2013 à 22h18

Merci Zina
La il n'est plus l'heure et merci pour les anciens pointeurs. Je les lirais avant.

#
Profil

bohwaz

le mardi 03 septembre 2013 à 11h13

gcd68
Que faire donc ?

Rien, ou alors créer un nouveau thème, qui parle des sexualités sans parler de sexe, peut-être du coup renommer sexualité en "Sexe" et créer un nouveau thème "Sexualités".

Sinon sur le thème de l'asexualité la page « Voir ailleurs » mentionnait déjà quelques pistes comme www.forum-asexuel.fr/ ou le blog asexualite-underground.blogspot.com/

#

(compte clôturé)

le mardi 03 septembre 2013 à 11h26

Que vais-je faire ? Tout d'abord j'ai relu (enfin survolé) les pointeurs de zina et je savais bien que je m'étais déjà un peu exprimée sur ce thème. Celui-ci a déjà été abordé et n'a apporté que controverse donc inutile que j'alimente, en l'état actuel des choses, un tel débat. Pas envie, pas le courage. Donc je vais tout simplement laissé tomber cette mauvaise idée et me documenter dans mon coin comme la grande fille que je suis. A ce titre merci bohwaz pour les liens ci-dessus. J'irai faire un tour. Merci aussi de ta proposition de créer un nouveau thème mais ce sera inutile étant donné le peu de personnes qui seront réceptives, à moins que celles-ci en fasse la demande. Je ne suis pas seule, enfin presque pas... L'asexualité est un autre sujet que le polyamour même si mon vécu m'amène à concilier les deux dans le cadre de relations uniques et magnifiques. Je vais allé faire un tour sur le forum ci-dessus cité...

#
Profil

bohwaz

le mardi 03 septembre 2013 à 11h59

Hello,

Je ne comprends pas trop ta réaction. Personnellement je suis à 100% pour qu'on parle de ça, c'est qq chose d'important et qui a complètement sa place ici !

S'il y a des problèmes de tolérance de certain-e-s vis à vis du sujet faut pas hésiter à en parler, même en privé, pas question d'accepter l'intolérance ici sur des sujets aussi importants !

#
Profil

Apsophos

le mardi 03 septembre 2013 à 12h20

gcd68
Je viens de faire un amer constat. Le mouvement polyamoureux a trouvé son histoire dans les pays anglo-saxons. Il faut croire qu'en matière d'asexualité et de panromantisme, l'information est principalement en anglais. Une simple recherche sur fnac.com le démontre :-(

Peut-être aussi que la langue s'y prête mieux. Pire, que la langue induit une culture qui s'y prête mieux, les mots ont un sens différent, ou au moins une connotation différente, le fait que l'anglais soit une langue très faiblement genrée y est peut-être pour quelque chose.

#

(compte clôturé)

le mardi 03 septembre 2013 à 12h49

Apsophos : je ne suis pas anglophone du tout mais je crois aussi que c'est bcp une question d'état d'esprit.

Merci bohwaz de considérer que ce sujet est important.

Le pouvoir des mots, la tendresse, la sensualité, les câlins, les caresses, le touché sont pour moi des marques d'affection très belles. Evidemment, là-dessus, chacun sera d'accord. Là ou je veux en venir, c'est que l'on peut ressentir très fortement ce truc à l'intérieur sans qu'il n'y ai nécessairement de pulsions sexuelles. Je conçois aussi un rapprochement comme décrit ci-dessus avec des personnes pour qui je ne ressens pas ce truc à l'intérieur. Doit-on nécessairement cloisonné nos relations sentimentales ? Ne peut-on pas agir juste comme on le ressent ? En actes comme en sentiments ? Et surtout en partage...

#
Profil

cocoh

le mercredi 04 septembre 2013 à 11h52

Je suis marié et père de 2 grands enfants ... Marié depuis 40 ans, fidèle à mon épouse, et j'ai depuis très longtemps l'intime conviction du polyamour avec toutes les difficultés liées à son application. Après une première expérience au boulot il y a 30 ans, une expérience très brève il y a 3 ans et une nouvelle expérience depuis 2 mois avec une personne plus jeune de 38 ans ... j'ai réussi en même temps à mettre un nom sur mon "asexualité" ... Mes valeurs de respect, de partage et de dons me semblent reconnues par vous et l'amour et la tendresse me semblent être un besoin très fort chez les asexuels que j'ai rejoins. Alors oui, agissons en fonction de nos ressentis ! Je voudrais vous faire partager une citation de Etty Hillesum, une jeune juive exterminée à 26 ans, et qui a réussit à pardonner à ses bourreaux avant de disparaître :
L'essentiel est d'être à l'écoute de ton rythme propre et d'essayer de vivre en le respectant. D'être à l'écoute de ce qui monte de toi. Tes actes ne sont bien souvent qu'imitation, devoir supposé ou représentation erronée de ce que doit être un être humain. Or la seule vraie certitude quant à la meilleure façon de vivre et d'agir ne peut venir que des sources qui bouillonnent au plus profond de toi-même.

#
Profil

Anarchamory

le mercredi 04 septembre 2013 à 13h22

gcd68
L'asexualité est un autre sujet que le polyamour même si mon vécu m'amène à concilier les deux dans le cadre de relations uniques et magnifiques.

Ma chère gcd68, permets-moi d'apporter une petite précision, car il me semble que tu utilises le mot "asexualité" en un sens qui n'est pas celui retenu par le site asexualite.fr ou l'association AVEN, entre autres.

L'asexualité est une orientation sexuelle qui consiste à ne pas être attiré sexuellement par qui que ce soit, aucun des sexes/genres. Ainsi, un homme asexuel verra les autres hommes comme s'il était hétérosexuel et il verra les femmes comme s'il était homosexuel. Ce n'est pas non plus un manque de libido, même si de nombreux asexuels sont aussi "non-libidoïstes", c'est-à-dire n'ont pas de besoin/envie sexuel(le). Mais il existe des asexuels avec un "sex drive" tout à fait dans la moyenne, voire supérieur à la moyenne, ce n'est pas impossible. Un asexuel peut donc tout à fait avoir... des relations sexuelles, et même en éprouver du plaisir, simplement ça ne sera pas suite à une attirance sexuelle, et dans le cas des "non-libidoïstes", ça ne sera même pas pour soulager un besoin/une envie sexuel(le).

Le polyamour asexuel dont tu parles consiste — pour ce que j'en comprends — à entretenir des relations affectives multiples mais à n'avoir du sexe qu'avec une seule personne (ton mari), pour au moins une des raisons ci-dessous :
- respect d'un engagement d'exclusivité sexuelle envers ton mari ;
- absence d'attirance sexuelle mais présence d'affection ;
- présence d'attirance sexuelle mais choix de la sublimer/dériver en manifestations affectives non-sexuelles.

Cela n'est donc pas vraiment le même sens. Je pense que polyamour non-sexuel, ou polyamour uni-sexuel dans ton cas, serait une expression préférable (bon, même si "non" n'est jamais que l'équivalent latin de "a", mais ça évite de confondre, un peu comme le déisme vs le théisme, ou la morale vs l'éthique, etc.).

#

(compte clôturé)

le jeudi 05 septembre 2013 à 14h43

Merci Cocoh pour ton témoignage qui me touche. Je vais donc m'adresser à toi en privé car il n'y a pas que l'aspect asexuel de ton histoire qui m'interpelle... mais aujourd'hui je n'aurais plus le temps et je dois y réfléchir avant.

Pour MetaZet : on joue sur les mots, je crois. Je ne t'en veux pas, t'aimes bien et , venant de ta part, ça ne me gène pas. Tu m'as bien comprise car j'ai en effet un engagement d'exclusivité avec mon mari que je ne nie pas : c'est un accord de respect entre nous existant depuis le départ (le moment X où je lui ai dit que j'aimais un autre homme que lui). Par contre, cet accord ne m'a jamais été réellement une contrainte. Elle en fut plus une pour l'un de mes affectifs que pour moi.
Je vis aussi de l'affection intense, importante (avec ce truc à l'intérieur qui me laisse à penser que c'est de l'amour) AVEC une attirance tactile forte (contact, caresses bien placées, baisers) SANS attirance ni volonté de sexe tout simplement parce que je ne le ressens pas, je n'en n'ai ni envie, ni besoin.
Pour vivre correctement les attirances sexuelles que j'ai pu avoir en dehors de mon couple, j'avais en effet sublimer/dériver en manifestations non-sexuelles et ce fut une expérience très intéressante. C'est un sujet que, si j'ai bonne mémoire, nous avions abordé tous les deux à la Grange.
Une particularité que j'ai découvert récemment, c'est cette envie et donc ce besoin que j'ai à avoir des gestes d'attirance tactile avec des personnes que j'affectionne énormément mais pour lesquelles je ne ressent pas ce truc à l'intérieur (qui me laisse penser à de l'amitié).

Tu comprendras donc, que je doive y voir un peu plus clair concrètement dans tout ça : amour, amitié, sexe, attirance tactile, mélange de tout ça, surtout mélange de tout ça. Après, concrètement, je le vis plutôt bien. Juste je cherche à comprendre et à apprendre et aussi j'ai toujours ce souci d'adapter mes ressentis et mes actes aux autres personnes concernées. Gérer un gros plein, n'est pas plus aisé que de gérer un gros vide...

#
Profil

ScottBuckley

le vendredi 26 septembre 2014 à 12h22

Ce qui est intéressant dans ces différents ressentis ( on en trouve des débuts d'explications ici à propos de cette ' zone grise ' , bien que trop brèves à mon goût : à creuser... : www.asexuality.org/fr/wiki/index.php?title=Zone_gr... ,

... c'est que du coup, en exposant ces précisions et en présentant dans quelles cadres des personnes se définissent par des gammes de gris, de nuances, de camaïeu ;) ,

ce n'est pas forcément "telle personne" (partenaire principal-e ou exclusif, conjoint-e, amant-e, genre femme / homme / queer...) qui provoque une attirance physique et*ou sexuelle,
... mais là c'est plutôt le contexte, l'environnement, une circonstance précise, le déroulement d'une soirée, des températures, la montée en émotions dans le corps & dans la tête, des épices, des boissons, un parfum inédit, des grains de peau différents du / de la partenaire habituel-le qui provoquent une première ou nouvelle excitation...

... avec telle personne un soir et avec telle autre un autre matin ou moment ( même si la NRE / new relationship energy est a priori dépassée dans le temps, mais pas partout dans le corps )

Et chacun-e d'entre nous peut en faire l'expérience parfois assez unique presque chaque jour, selon les endroits + ou - insolites où nous allons...
Excitant non ?! ^_^

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#

dams (invité)

le lundi 07 décembre 2015 à 16h55

Bonjour, pour compléter le sujet sur l'asexualité, j'ai découvert un site pas mal sur l'asexualité avec des articles, des échanges possibles, vous pouvez le consulter à www.arencontre.com en espérant que cela vous aide à appronfondir ce sujet.

#
Profil

bonheur

le lundi 07 décembre 2015 à 21h02

Personnellement, un site de rencontre ne m'apportera rien. Merci tout de même pour le lien.

#
Profil

Leolu

le mardi 08 décembre 2015 à 11h20

bonheur
Personnellement, un site de rencontre ne m'apportera rien. Merci tout de même pour le lien.

C'est vrai que les sites de rencontres ne correspondent pas toujours à la psychologie PA (dont la tienne).
Mais c'est aussi un blog, dont certains articles auraient pu t'intéresser.
Son auteur tente de faire des rapprochements entre asexualité et d'autres philosophies.
En les listant, je me suis aperçu que beaucoup des situations présentées pourraient, EN PARTIE, et en partie seulement, être pertinentes.
Par exemple, le naturisme (asexualité... dans la vie quotidienne mais pas dans l'intimité du couple), l'amour virtuel à distance (asexualité... avec le correspondant mais pas forcément chez soi), ou ton type de polyamour particulier (asexualité... dans le polyamour à l'extérieur du couple).
Et je suis persuadé que tu es une fervente adepte de la "câlinothérapie" ou du "pouvoir secret du baiser" ;-)

#
Profil

bonheur

le mardi 08 décembre 2015 à 13h16

Je vis certainement un mix de tout ça. Je n'ai pas dit que je ne parcourais pas les articles... je dis que la fonction site de rencontre me laisse, à titre personnel, dubitative. C'est peut être parce que ma vie est riche en "rencontres" de part mon métier.

#

caritcat (invité)

le lundi 23 janvier 2017 à 01h22

il y a 3 ans que j'ai perdu mon mari qui était beaucoup plus âgé que moi et nous avons toujours eu des relations sans vraiment parler d'acte complet.
J'ai 68 ans et j'ai toujours eu du mal au propre comme au figuré pour l'intimité totale!
Un homme de 65 ans, marié ( mal) habitant loin de chez moi,est tombé amoureux,vraiment amoureux.
Sans évoquer directement QQ chose, ses phrases romantiques sont sous entendu celles d'un homme qui, délaissé par sa femme,ayant qd même 6 enfants( c'est une ex religieuse qui prétend pêcher avec son mari,lequel a tt essayé..... Résultat : 15 ans de vie séparée( elle dort a part!)
Et apparemment, un désir de me tenir dans ses bras.
Mon mari n'étant pas pro câlin ni préliminaires, il m'a toujours respectée de ce côté là.
On a été heureux 43'ans avant qu'il ne tombe malade( affreux cancer cérébral, indifférence, etc)
C'est un traumatisme de l'avoir vu diminué,SS parler,hémiplégique, SS manger ,à moitié aveugle!
Comment expliquer à celui ci qui sait par où je suis passée,que,si un jour on se voit, je ne saurais être comme il veut?
Sa voix est douce et il a une fille malade.
Moi,ma fille vit encore ici, elle sait qu'il existe.
Mon cas est compliqué,je suis jeune de caractère avec cheveux longs et beaucoup d'accrocs de santé.
Il ignore ma santé,hormis une chute et une opération.
Que lui dire? Il estt'e gentil mais on sent un besoin evident chez cet homme sérieux !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion