Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Choix assumé mais crève coeur

Bases
#

painfo (invité)

le jeudi 09 mai 2013 à 12h00

voilà, je me sens amoureux de deux personnes mais j'ai choisi de ne pas le vivre parce que ca ferait souffrir ma femme. Cela fait un moment que je vis comme ca et j'en souffre malgré les bons moments que j'ai avec ma femme et que je ne veux pas détruire. Je suis perdu car je me sens anormal et ne peux parler de mes sentiments à personne. J'ai eu une histoire fugace avec cette deuxième personne mais cette histoire est terminee parce que nous nous sentions trop mal de cette situation. Malgré cela je pense encore à elle, elle me manque terriblement bien que je ne lui parle ni ne la voie plus. Alors je me dis parfois que j'invente tout, que je me rends malade bêtement, c'est tellement irréel. Est-ce que je peux être amoureux d'un souvenir ? c'est quand meme un peu stupide de me gâcher la vie pour une histoire que je ne vis pas (par mon choix en plus!)
j'avais juste besoin d'écrire ça pour vider un peu mon sac. Je supporte cette situation seul depuis longtemps et par moments les questions qui tournent dans ma tête malgré moi, sont difficiles à supporter.
j'aurais besoin d'un peu de soutien.

#

(compte clôturé)

le jeudi 09 mai 2013 à 12h13

Tu as fait un choix et tu l'assume, bravo (+) . Pour ton bien être, je crois que tes souvenirs tu peux les garder comme un cadeau supplémentaire que la vie t'a offert. Elle te manque, c'est normal. Positive tes souvenirs, caresse les, chouchoute les intérieurement, personne ne peut t'en empêcher.
Personnellement, j'ai tout un tiroirs aux beaux souvenirs et il m'aide à vivre, à revivre de beaux moments... sans toutefois me laisser envahir.
Je trouve que tu as énormément de courage. L'important c'est de continuer à être soi-même:-)

#
Profil

aad67

le jeudi 09 mai 2013 à 12h16

ta femme sait que tu la trompé tous ce temp ?

#

painfo (invité)

le jeudi 09 mai 2013 à 12h29

merci gcd, ca me met un peu de baume au coeur

oui, ma femme sait que j'ai eu cette aventure. Elle en souffre encore meme après tout ce temps. Je m'en veux de ca. Nous sommes en train de "réparer " notre relation. Ca met beaucoup de temps.

#
Profil

aad67

le jeudi 09 mai 2013 à 12h30

ok et pk pas avoir une relation polyamoureuse consentie ?

#

painfo (invité)

le jeudi 09 mai 2013 à 13h03

non, c'est hors du système de pensée de ma femme. Elle souffre parce que je lui ai menti mais aussi parce qu'elle ne peut supporter l'idée que j'aime quelqu'un d'autre. Ce n'est pas sa conception des relations amoureuses.

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 09 mai 2013 à 13h49

Bonjour et bienvenue !

painfo
non, c'est hors du système de pensée de ma femme. Elle souffre parce que je lui ai menti mais aussi parce qu'elle ne peut supporter l'idée que j'aime quelqu'un d'autre. Ce n'est pas sa conception des relations amoureuses.

Est-ce que tu sens que tu peux continuer d'être toi-même sans souffrir en concédant la monogamie à ta femme ? Est-ce que ta femme ne risque pas de ne jamais avoir confiance et de te le faire sentir, à cause de ce que tu es ? (même si tu promets...). Et ainsi, ne risque-t-elle pas, par exemple, de te mettre la pression pour t'empêcher d'aller voir seul des amies à toi ? Ne risque-t-elle pas de souffrir de savoir qu'elle te fait souffrir, et que tu en souffres en ton tour, etc. ? Comment vois-tu ta vie dans 5 ans, dans 10 ans, dans 20 ans ? On peut "jouer au monogame" pendant quelques temps... Mais vient un moment où les tensions risquent d'être telles que ça ne sera plus possible. Et à mon avis, une relation qui mène à l'impasse doit être rompue le plus tôt possible. Il n'est pas bon de faire traîner les choses. Il vaut mieux être seul que mal accompagné. Je ne dis pas que ta femme n'a pas plein de qualités, mais si, sur un plan de l'existence fondamental pour vous deux il existe une incompatibilité absolue, je ne crois pas que cela puisse tenir. Autre chose : être continuellement frustré dans sa nature profonde peut rendre irritable, désagréable, ce qui n'arrangera rien... Tu seras peut-être plus exigeant et tu attendras de ta femme des efforts sur d'autres plans et prendra peut-être mal un refus de tels efforts, te disant qu'avec tout ce que tu dois concéder, il serait bien normal qu'elle concède aussi des choses... Sauf qu'il est fort possible que du point de vue de ta femme, le fait que tu n'aimes — en actes — qu'elle seule n'est peut-être pas vu comme une concession que tu lui fais, mais comme quelque chose de normal, d'évident, qui va de soi, et qui fait partie des bases. Un exemple hors polyamour sera plus parlant : le fait que tu ne frappes pas ta femme n'est pas une concession que tu lui fais, et tu ne peux pas lui dire : "ma chérie, tu pourrais quand même être comme çi et comme ça et faire ceci-cela : rends-toi compte de la concession que je t'accorde en m'abstenant de te rouer de coups" :) Ne pas violenter sa femme n'est pas une concession mais fait partie des bases, des évidences, de ce qui va de soi, de ce qui est normal. Et l'exclusivité amoureuse, du point de vue de ta femme, c'est peut-être pareil. Je pense qu'il serait bon de lui poser la question.

A noter que je ne cherche pas à t'influencer mais à t'aider en t'amenant à te poser les bonnes questions. Si le polyamour, pour toi, n'est qu'une option possible mais périphérique à laquelle tu peux renoncer aisément (même si ça prend plusieurs mois), alors tant mieux, tous les espoirs sont permis. Mais si c'est quelque chose de central et constitutif de ton identité, de tes aspirations profondes, de ta vision du monde, auquel tu ne peux renoncer qu'au prix d'une aliénation, d'un mensonge envers autrui, ta compagne et toi-même, alors à mon sens, il vaudrait mieux arrêter cette relation qui ne pourra que vous rendre tous les deux malheureux. Ça sera dur voire très dur sur le coup, mais sur le long-terme vous comprendrez que c'était la bonne décision.

#
Profil

Cendre

le jeudi 09 mai 2013 à 22h24

Bonjour painfo.

J'aime quelqu'un qui a fait le même choix que toi, pour les mêmes raisons, dans les mêmes circonstances. Et même si c'est parfois dur pour moi, si je ne doute pas que cela soit parfois dur pour lui, je respecte son choix, et le courage qu'il a de s'y tenir.

Ce qui a été vécu ne pourra jamais nous être enlevé.

Je te souhaite d'être heureux. Pour moi, c'est ce qui rend le manque viable : de savoir l'autre heureux malgré l'absence.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 09 mai 2013 à 22h36

painfo
Est-ce que je peux être amoureux d'un souvenir ?

Je ne le dirais pas comme cela, mais on peut aimer quelqu'un sans avoir de relation amoureuse avec cette personne. Et même en cessant de la fréquenter.

Oui, tu peux te souvenir de quelqu'un et continuer à l'aimer.

#

(compte clôturé)

le vendredi 10 mai 2013 à 14h04

Toi seul peut savoir ce qui est possible ou pas. Toi seul peut prendre LA ou LES décision(s) qui conviendra(ont) de prendre. Comme tu peux le constater, les avis divergent malgré leur sincérité. J'ai dit un jour à mon mari que si l'on n'enlèverait jamais à un célèbre chanteur sa "liberté de penser", personne ne m'enlèverait "ma liberté d'aimer", pas même lui. De toute façon, en ce qui me concerne, ce n'est même pas un choix, c'est un fait. Les personnes que j'aime sont comme imprimer à l'encre indélébile en moi et seul l'amnésie pourra me les faire oublier. Il n'en reste pas moins que j'aime réellement et sincèrement mon mari, même s'il m'en veut parfois de cette liberté que je m'accorde et que je n'envisage aucunement de vivre avec quelqu'un d'autre... pas simple...
Voici, ci-dessous un petit poème de ma composition, peut être exprime-t-il aussi ce que tu ressens. (droit d'auteur sauvegardé puisque déjà publié)

SOUFFRANCE
L’amour est comme la vie,
Un éternel combat entre la voie
De la raison et celle du cœur.
Plus on cherche la place occupée
Par l’un ou l’autre, moins on la trouve.
La vie défile, change,
L’amour reste,
Sa souffrance avec.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 10 mai 2013 à 16h00

gcd68Les personnes que j'aime sont comme imprimer à l'encre indélébile en moi et seul l'amnésie pourra me les faire oublier.

Je n'aurais pas mieux dit. (+)

#
Profil

Leolu

le vendredi 10 mai 2013 à 20h58

MetaZet
Si le polyamour, (...) est quelque chose de central et constitutif de ton identité, de tes aspirations profondes, de ta vision du monde, auquel tu ne peux renoncer qu'au prix d'une aliénation, d'un mensonge envers autrui (...)

Le polyamour n'est pas forcément une nécessité impérieuse qui nous constitue fondamentalement.
Ce peut aussi être une rencontre unique et magique qui déchire un être entre son conjoint et cette personne, et donc une solution libératoire à laquelle on n'aurait pas pensé (puisqu'on ne s'imaginait pas polyamoureux dans l'âme).

La question n'est donc plus "est-ce que je suis comme ça ?" mais "est-ce qu'on peut mettre ça en place" ?

#
Profil

gdf

le samedi 11 mai 2013 à 19h23

Je suis dans la meme situation. Intellectuellement, je suis plutot polyamoureux, mais ma femme refuse l idee. Je fais le choix de rester avec elle. Est ce que je regretterait ce choix dans 5, 10 ou 20 ans? non, car c est un choix volontaire et pas quelque chose que l on m impose.
De la meme facon, j ai fait le choix de prendre un temps partiel pour m occuper de mes enfants, plutot que me consacrer a ma carriere. Est ce que je le rgretteait plus tard, parce que j aurai un poste moins important que ce à quoi j aurai pu pretendre ? Non, parce que c est un choix volontaire. Je ne dis pas que dans 20 ans, il ne m arrivera pas de penser "et si j avais fait un autre choix? ". Mais je me souviendrai alors des raisons pour lesquelles j ai fait l un ou l autre choix, et de ce que ces choix m ont apportés, que je n aurais pas eu sinon.

Gdf

#
Profil

Anarchamory

le samedi 11 mai 2013 à 21h02

Gdf, ça dépend aussi de ce qu'on appelle un choix volontaire. On ne m'a pas mis un flingue sur la tempe pour me forcer à choisir l'exclusivité avec ma femme, c'était donc en quelque sorte volontaire. Néanmoins, c'était clairement un choix que j'ai fait à contre-cœur, sans conviction, sans en mesurer toutes les conséquences, sans être dans un état propre à réfléchir sereinement à la chose (j'avais bien d'autres soucis à l'époque), non sans subir une certaine pression psychologique voire sociale, dans l'espoir qu'un jour cela change, par crainte de perdre ma femme, parce que, à l'époque, je croyais que c'était le moins mauvais choix... Et aujourd'hui, je ne suis plus du tout prêt à poursuivre dans cette voie.

#
Profil

joyeux-drille

le dimanche 12 mai 2013 à 00h30

BEAUCOUP DE PERSONNES disent préférer être seul-e que mal accompagné-e mais c' est souvent qu' intellectuel .....

#
Profil

Tcheloviekskinoapparatom

le dimanche 12 mai 2013 à 10h50

gdf
Je suis dans la meme situation. Intellectuellement, je suis plutot polyamoureux, mais ma femme refuse l idee. Je fais le choix de rester avec elle. Est ce que je regretterait ce choix dans 5, 10 ou 20 ans ? non, car c est un choix volontaire et pas quelque chose que l on m impose.

Je te trouve bien confiant dans ta constance :-)
La vérité c'est que personne ne peut garantir de toujours vouloir rester avec quelqu'un d'autre sur 5, 10 et encore moins 20 ans. Ca ne veut pas dire que c'est impossible, mais l'expérience générale montre qu'on peut facilement se faire des illusions sur ce genre de questions, d'autant plus si on a identifié un point de frustration (comme un désaccord sur l'importance de l'exclusivité).
Personnellement, je trouve bien plus honnête de se contenter de parler au présent : "maintenant je t'aime, maintenant je ne peux pas imaginer vouloir me séparer de toi, maintenant j'accepte l'exclusivité comme une condition de notre relation, etc". Mais faire des promesses sur 5 ou 10 ans, c'est courir un fort risque d'exposer l'autre et soi-même à des désillusions, et au final de contribuer au malheur des deux.

#
Profil

gdf

le dimanche 12 mai 2013 à 23h32

Je ne dis pas que les choses ne seront pas différentes dans 10 ans. Ce que je dis, c'est que je fais un choix aujourd'hui, avec les éléments que j'ai, et que c'est le meilleur choix, pour moi, avec les éléments que j'ai. Dans 10 ans, j'aurai d'autres éléments, et je pourrai dire "si j'avais su, j'aurais fait différemment". Mais avec des si, on met Paris en bouteille...Je peux changer d'avis lorsque ma connaissance augmente, mais je ne renie pas mes anciennes décisions, qui étaient les meilleurs possibles dans leur contexte.

Gdf

#
Profil

Anarchamory

le dimanche 12 mai 2013 à 23h57

gdf
Je ne dis pas que les choses ne seront pas différentes dans 10 ans. Ce que je dis, c'est que je fais un choix aujourd'hui, avec les éléments que j'ai, et que c'est le meilleur choix, pour moi, avec les éléments que j'ai. Dans 10 ans, j'aurai d'autres éléments, et je pourrai dire "si j'avais su, j'aurais fait différemment". Mais avec des si, on met Paris en bouteille...Je peux changer d'avis lorsque ma connaissance augmente, mais je ne renie pas mes anciennes décisions, qui étaient les meilleurs possibles dans leur contexte.

Gdf

Ouaip mais si dans 10 ans tu te dis que finalement, le polyamour est trop important pour que tu y renonces, et que ta femme n'a toujours pas accepté cela, tu seras obligé de la quitter, et ce sera beaucoup plus douloureux, je pense, que si tu l'avais quitté plus tôt. Elle risque de se dire que tu lui as gâché n+10 années de sa vie, tandis que si tu la quittes maintenant, ce sera seulement n années de sa vie, n étant le nombre d'années que tu es avec elle au jour d'aujourd'hui. J'ai 35 ans, ma femme 34, nous "sortons ensemble" depuis bientôt 9 ans, et nous sommes mariés depuis bientôt 5 ans. Pourtant, j'ai déjà droit à ce genre de reproche, parce que j'ai décidé d'en finir avec notre mariage (pour diverses raisons qui ne sont pas toutes liées au polyamour, il est vrai). Alors j'ose à peine imaginer si cela faisait 20 ou 30 ans de mariage et des gosses dans la foulée...
Je ne suis pas en train de te dire de quitter ta femme (surtout que toi tu as l'air de vraiment bien t'entendre avec, nonobstant la question du polyamour). Je crois juste "moyen" — maintenant que j'ai cette expérience avec ma propre femme — aux "on verra bien dans 10 ans" qui risquent de faire souffrir tout le monde beaucoup plus.

#
Profil

aad67

le lundi 13 mai 2013 à 10h55

MetaZet
Ouaip mais si dans 10 ans tu te dis que finalement, le polyamour est trop important pour que tu y renonces, et que ta femme n'a toujours pas accepté cela, tu seras obligé de la quitter, et ce sera beaucoup plus douloureux, je pense, que si tu l'avais quitté plus tôt. Elle risque de se dire que tu lui as gâché n+10 années de sa vie, tandis que si tu la quittes maintenant, ce sera seulement n années de sa vie, n étant le nombre d'années que tu es avec elle au jour d'aujourd'hui. J'ai 35 ans, ma femme 34, nous "sortons ensemble" depuis bientôt 9 ans, et nous sommes mariés depuis bientôt 5 ans. Pourtant, j'ai déjà droit à ce genre de reproche, parce que j'ai décidé d'en finir avec notre mariage (pour diverses raisons qui ne sont pas toutes liées au polyamour, il est vrai). Alors j'ose à peine imaginer si cela faisait 20 ou 30 ans de mariage et des gosses dans la foulée...
Je ne suis pas en train de te dire de quitter ta femme (surtout que toi tu as l'air de vraiment bien t'entendre avec, nonobstant la question du polyamour). Je crois juste "moyen" — maintenant que j'ai cette expérience avec ma propre femme — aux "on verra bien dans 10 ans" qui risquent de faire souffrir tout le monde beaucoup plus.

je suis plutot d accor avec ca plus ca va etre long plus la relation va s etendre pour la femme et la rupture douloureus et c est vrai que c' est gacher alors 10 ans de sa vie la elle peu reconstruire plein de chose et mr vivre sa relation poly si l autre l accepte bien sur

#
Profil

gdf

le lundi 13 mai 2013 à 12h03

Vous partez du principe que les années passees ensemble sont "gâchées". Si on décide de rester ensemble, c'est qu'on en tire des choses positives ! Si on cesse d'en retirer des choses positives, on se sépare, mais ça n'annule pas tout ce qui a pu être positif avant la rupture.
Au risque de paraître un peu trop rationnel, c'est une simple évaluation de risque, avec une variable émotionnelle.
Solution 1 = rester ensemble (jusqu'à la prochaine remise en cause)
Gain = estimation du bonheur à venir avec un certain niveau de confiance, dépendant de l'etat de la relation
Coût = renoncement assuré à certaines choses + coût futur de la séparation plus élevé (mais probabilité de séparation future relativement faible)

Solution 2 = de séparer dès maintenant
Gain = possibilité de vivre certaines choses, avec un certain niveau de confiance
Coût = rupture des aujourd'hui

La décision de rester ensemble ou se séparer est dépendante de chaque situation. Il ne faut pas juger a priori que l'une ou l'autre est mieux. Et il ne sert à rien de regretter les decisions qu'on a prise quand de nouveaux elements apparaissent. Toute decision est une prise de risque. On peut prendre une nouvelle decision, differente, mais il ne faut pas regretter la premiere decision, si elle est prise en connaissance de cause.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion