Polyamour.info

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le mono-pole du coeur et Le Seigneur de l’Anneau

Engagement
#
Profil

ScottBuckley

le samedi 04 mai 2013 à 12h15

Bonjour,

Parfois, j’ai le sentiment de ne pas jouer à la vie, au monde, avec les mêmes règles ou attitudes que les autres, ce qui est logique quelque part (surtout quand on est poly actif).

Par exemple, quand je croise un couple, je sens parfois le compagnon (appelons-le ici Mr Big) tendu, suspicieux, les yeux à l’affût, à l’égard de ma présence, parce qu’il sait plus ou moins que je suis poly, libre, que j’ai d’autres valeurs que lui (par exemple vis-à-vis du couple et des libertés sentimentales), et parfois semble un brin dérangé voire menacé par cela.

Comme si à ma façon, sans l’exprimer de façon explicite, mon attitude implicite lui disait : ‘ Hey mec, tu n’as pas le monopole du coeur ’.

Car une personne poly (femme ou homme) bien dans sa peau, c’est celle qui est amie avec pas mal de personnes (hommes et femmes), et qui potentiellement, pourrait, un jour, ravir le coeur de sa “promise” (ou de son “promis”).

Alors il y a des regards, des paroles, des gestes, toute une chorégraphie du corps, qui tend parfois chez Mr Big à dire : “Cette nana à côté de moi c’est LA Mienne, regarde comme j’entoure ses hanches de mon bras droit après t’avoir aperçu à côté d’elle au loin” ou encore : “Moi je suis le bon, je gagne super bien ma vie de CSP +, je peux lui offrir une belle bague avec diamant, toi tu n’es même pas encore son (dit) amant”.

Ou encore : “J’ai mis des années à la conquérir, avec mon look + mon super boulot, + ma bagnole + mes supers cadeaux, alors fais gaffe, je pourrais devenir jaloux et m’en prendre à toi, garde tes distances d’avec elle”.

Cela me fait penser à notre système économique actuel : on nous dit qu’il faut faire jouer les règles de la soi-disante “concurrence libre et non faussée”... mais dès qu’une entreprise peut gagner le monopole d’un secteur, ou s’arranger pour changer les règles, elle le fait pour devenir et rester dominante, et éliminer toute concurrence possible (avec notamment entente illicite sur les prix du marché).
Tout en répétant le discours qu’il faut laisser l’entreprise aller à sa guise, que seul le marché libre et non faussé est supérieur aux lois.

Et l’Etat nous permet de passer la bague au doigt sur un domaine (tel un mariage, c’est juridique), brisant la libre concurrence.

Chez certain-es monos (et chez certain-es polys également, sous d’autres formes parfois), quelque part, il y a aussi cette manière de chercher à posséder un coeur, d’en avoir le monopole (“Je lui ai passé La Bague au doigt, l’Anneau Unique... Oh My preciousss... I am the Lord of the Ring !”), et de laisser son ou sa partenaire fréquenter d’autres personnes (notamment du sexe opposé), mais pas trop non plus, et pas dans n’importe quelles conditions (laisser la Bague au doigt bien en évidence pour tous les autres, en guise de protection, telle une AirBague).

Car la partenaire pourrait peut-être s’apercevoir bien tôt que ce mariage si rapide était un peu une supercherie sans super chéri, et que la routine (post-période fusionnelle “Tout est joli on s’épâte on se découvre on est ravi au lit ;) ”) est bien là.

Et que les désirs s’effritent, les sentiments et les bisous s’assèchent.
Et que les valeurs essentielles communes ne sont pas aussi fortes qu’on l’espérait. Comme si une certaine monogamie rimait avec la monopoli-sation du coeur en cage.

Qu’en pensez-vous ?
Avez-vous déjà ressenti ces sentiments de concurrence, de compétition, notamment entre hommes, entre femmes, entre couples, à travers ces non-dits du corps, sous certains lapsus, à travers certains langages ?

Une personne poly ne serait-elle pas par définition l’ennemie potentielle n°1 du couple (monogame ou pas) bien installé ?

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

wacko

le samedi 04 mai 2013 à 12h41

Salut Green Pixie,

J'ai déjà ressenti un peu ce que tu décris, mais là où je trouve que le ressenti est encore plus fort et violent, c'est dans la répétition incessante de ce qu'est la norme. Dans les comportements, les paroles, les attitudes, les discussions, tout est fait (inconsciemment souvent) pour stigmatiser qqn qui se situe autre part vis à vis de ces normes. Exemples : les discussions avec des questions style : "T'es en couple?" (stigmatisation involontaire par rapport à la possibilité de pas être dans cette problématique) ou "T'as une copine?" (stigmatisation involontaire de l'hétéronorme). Ça peut être aussi dans les attitudes comme tu le décrivais si bien (et avec le verbe !) qu'on retrouve ces problématiques : de l'un des protagonistes du couple qui vient marquer son territoire de temps en temps ou qui fait une crise de jalousie ubuesque pour trois fois rien etc.

C'est pas tant que les gens par ces actions pointent du doigt ceux qui sortent de la norme, mais davantage qu'ils assènent au grand public : on est dans la norme (en tant que couple hétéronormé plutôt fermé sur lui-même).

#
Profil

oO0

le samedi 04 mai 2013 à 16h11

J'adore les jeux de mots, je retrouve une rage et une colère avec laquelle j'ai beaucoup apprécié écrire... pour me rendre compte qu'elles étaient... déplacée.

Pour ce qui est de la rivalité, la meilleure manière de l'éviter, c'est de ne pas la relever ou de regarder au delà des apparences de rivalité. Une personne a le droit d'éprouver de l'insécurité ou de se rassurer sur l'état de sa relation par un geste tendre. Quel mal dans un geste tendre ?!? Même si c'est pour signifier à un tiers qu'il est en présence d'un couple, où est le mal ? Lorsque cela m'arrive je n'y vois pas un geste de rivalité, mais une manière de prévenir un malentendu et, la plupart du temps, je constate surtout que le couple en question est dans une phase démonstrative, au moins l'un des partenaires, qui n'a rien avoir avec moi. En d'autres termes, ils sont dans leur bulle et le prendre pour moi serait me prendre pour le centre du monde alors que j'aurais beaucoup plus de plaisir à me réjouir de la joie que leur procure leur bulle. Même s'il y a de la rivalité, de la jalousie, de l'insécurité ou de la peur - !?! HELL !?! - qu'est-ce que cela apporte de vouloir censurer les émotions de l'autre ? Comment ne pas au contraire admirer la beauté du geste - tendre, lacif, langoureux, etc. - qui canalise ces émotions ?!? Il faut, aussi, savoir accepter de susciter pour une raison ou une autre de l'antipathie que cette raison soit bonne ou mauvaise : la liberté de penser, c'est aussi le droit de se tromper et de s'enfermer dans des erreurs de jugements sur l'autre, même si l'autre, c'est soi !

D'autre part, il ne faut pas oublier la légitimité des relations exclusives car ce n'est pas l'impression que j'ai quand je vois à quelle forme d'oppression la "monogamie hétérosexuelle" est ravalée. C'est quoi cette victimisation ? Non, mais à quoi ça sert d'offenser avec autant de culpabilisation des relations librement consenties, même si cette liberté est toujours relative tout comme son consentement ?!? HELL !?! Les couples qui se promènent main dans la main ne le font pas pour oppresser ! Il faut bien, ici, se rendre compte que ce genre de propos ravale au rang d'oppresseur des amis et des amies, des proches, des collègues que vous offensez en les ravalant au rang d'oppresseur ? (Des victimes, il y en a, oui, lorsqu'il y a effraction de la loi.) Pour ma part, j'ai accepté que mes choix puisse les mettre mal à l'aise, qu'ils ne se sentent pas en accord avec en leur accordant que ce malaise puisse les confirmer dans leur choix. Si mon choix de la non-exclusivité peut les confirmer dans leur choix de l'exclusivité, raffermir l'engagement qu'ils consentent dans leur relation qui, comme toute relation, connait les épreuves de doutes de toute forme : tant mieux ! Si ce choix peut donner à leurs doutes la lumière de quelques mots, par exemple, leur peur de l'attirance pour d'autres personnes, la relativiser et l'apaiser de sorte à se sentir à l'aise d'éprouver de l'attirance pour d'autres sans que cela ne change leur engagement, mais au contraire l'allège de la peur d'être coupable : tant mieux !

Il y a de nombreux points sur lesquels je n'ai pas confiance en moi, mais il y en a un sur lequel je n'ai que très peu de doutes sur moi-même : je n'ai aucune envie de briser des couples et la capacité d'être à la hauteur de cette envie qui va avec. Le fait de n'avoir que très peu de doutes à ce sujet apaise le plus souvent les doutes de l'autre et, si cela ne suffit pas, ce ne sont pas mes peurs. Et donc, tout aussi offensantes qu'elles puissent être à mon égard, ce n'est pas moi qui ait à vivre avec. Vivre dans la peur est une épreuve à laquelle personne n'échappe, d'une manière ou d'une autre, chaque personne a ses peurs dont elle peut très vite devenir le jouet et rien ne sert de rajouter à ces épreuves.

Personne ne peut prétendre être parfait alors la moindre des choses, c'est d'être tolérant avec l'imperfection des autres car, le plus souvent, ces imperfections qui leurs sont propres participent de ce sort réservé à chacun, chacune dans la vie : des difficultés à traverser.

Et qui sait, sortir de cette attitude de victimisation est peut-être l'une des difficultés à traverser. En tous cas, c'est comme cela que j'ai choisi de le vivre.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

oO0

le samedi 04 mai 2013 à 16h20

Sinon, j'adore réellement les jeux de mots, mais le plaisir qu'il donne n'est pas synonyme d'une représentation satisfaisante de la réalité. La non-exclusivité représente pour les couples exclusifs aussi peu de risques d'infidélités sinon moins que des personnes qui partagent les mêmes valeurs qu'eux. Dans le principe, une autre relation doit faire l'objet d'un consentement mutuel d'ouvrir la relation existante, ce qui fait que tout autre relation n'est plus une infidélité s'il y a consentement. S'il n'y a pas et qu'il y a malgré tout relation, il s'agit d'une infidélité ...

... dans le principe, mais qu'est-ce qu'on s'en fout des principes.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

ScottBuckley

le mercredi 19 juin 2013 à 04h09

.
@ RIP :
En fait, au-delà des jeux de mots, mon souhait est ici surtout de mettre en avant ou en relief des maux, des non-dits, des rapports de forces à l'oeuvre, plutôt que d'ignorer ou de nier les désirs, les peurs et les rivalités, qui sont justes humaines.

La " fidélité-exclusivité " ( " You are The One for the rest of my life " ) est une norme et un mythe culturels savamment orchestrés par la culture dominante et ce cinéma façon disney/hollywood, par des religions, et par quelques fades chansons pops (vendues avec des paroles et titres incluant toujours les mots "always" et "love", sans rire :-/ )

... mais quand on gratte à peine, on découvre bien des couples mal assortis cherchant à masquer ou tromper leurs solitudes (pour tout un tas de raisons multiples et complexes, humaines), des bisous pour masquer des silences, et beaucoup de désirs refoulés.

Moi non plus je ne suis pas un "briseur de couple", mais que l'on soit une femme ou un homme, 'mono' ou 'poly', on ne peut pas vraiment maîtriser l'influence que l'on a quand on respire, que l'on danse et qu'on s'exprime lors d'une soirée ou sortie.

Ce n'est pas "que" chimique, il y a aussi des brins de magies ici et là .

On a un vrai impact sur les autres, qui souvent nous échappe, et je trouve ça juste passionnant à observer.

Et la norme (énorme et dominante) est bien morne et impuissante face à tout cela.

Et heureusement !

Autrement, la ' monogamie ' deviendrait presque systématiquement l'anagramme de ' mon agonie ' (à une lettre près).

Ce n'est pas parce que l'on est en couple depuis x mois ou années ou décennies avec quelqu'un que les désirs pour d'autres coeurs, corps et personnes s'éteignent comme par hasard, loin de là, je dirais même au contraire .
D'ailleurs les magazines dits "féminins" regorgent de témoignages et d'expressions du style "MILF" ou "DILF" (alias Daddy ou Mother I'd Like to F***) , ce n'est pas moi qui les ai inventés.

A mes yeux c'est comme un regard sur l'anthropologie des corps, des coeurs à l'ouvrage.

Peut-être même que des auteur-es comme David Le Breton ou Jean-Claude Kaufmann ont déjà écrit des livres sur ces aspects-là précisément.

C'est cela qui m'intéresse : regarder cela de plus près, être attentif aux attitudes changeantes, aux règles de séduction et aux chorégraphies de la dite "possession" sentimentale, en mouvements .

Pour en jouer ou les déjouer, mais sans chercher à faire souffrir.

Juste en être conscient.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Apsophos

le mercredi 19 juin 2013 à 13h56

J'ai bien aimé les jeux de mots, aussi.
Personnellement je n'ai pas le pouvoir de briser des couples. Par contre je me réjouis toujours quand un couple se brise, et je n'hésite pas à en faire part aux intéressés. Je dois être un monstre.

#
Profil

oO0

le jeudi 20 juin 2013 à 01h35

GreenPixie
C'est cela qui m'intéresse : regarder cela de plus près, être attentif aux attitudes changeantes, aux règles de séduction et aux chorégraphies de la dite "possession" sentimentale, en mouvements .

Pour en jouer ou les déjouer, mais sans chercher à faire souffrir.

Juste en être conscient.

Même chose pour moi, différente approche, mais je partage l'humour.

Sinon, Aposophos, si cela ne tenait qu'à moi, je ne demanderais pas mieux que de me réjouir avec les intéressés. L'amour manque d'humour à un point que c'en est pitoyable, tout aussi pitoyable que c'est possible de se mettre pitoyable à se déchirer à l'intérieur d'un couple. J'ai déjà vécu ce genre de moment pitoyable et les seuls moments dignes d'intérêt furent ceux où il était possible de s'en rendre compte et de commencer à en rire avec l'intéressée. Mais bon, cela doit faire de moi une autre sorte de monstre.

Pour revenir à toi, GreenPixie, je trouve que les multiples questionnaires que tu as élaborés sur le site sont très intéressant et mériterait une page centrale où ils seraient regroupés. Il y a d'ailleurs eu d'autres, sujet de discussion qui valait la peine d'être abordée, mais la tendance est à ... (Je ne veux plus savoir.) Le pire, c'est que je me suis retrouvé à alimenter cette tendance.

Sinon, comme le ton de ce fil s'y prête, je ne vais pas me gêner pour dire que j'en ai ma claque de l'amour, du manque d'humour en amour. C'est pas sérieux, pas sérieux du tout et cela n'empêche pas de se prendre plus sérieux que sérieux que c'en est pitoyable. Et je me demande bien où est la réalité, la réalité de nos personnes réelles dans ce ...

Finalement, c'est peut être le seul humour dont il soit possible d'être capable que de s'abaisser au ridicule de se prendre à ce point au sérieux.
__________

Je ne prétend certainement pas avoir raison, tout au plus balbutier l'une des formes d'agacement que le sujet en général peut susciter ici ou ailleurs. En ce qui me concerne, j'abandonne ...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le jeudi 20 juin 2013 à 04h03

GreenPixie
Chez certain-es monos (et chez certain-es polys également, sous d’autres formes parfois), quelque part, il y a aussi cette manière de chercher à posséder un coeur, d’en avoir le monopole (“Je lui ai passé La Bague au doigt, l’Anneau Unique... Oh My preciousss... I am the Lord of the Ring !”), et de laisser son ou sa partenaire fréquenter d’autres personnes (notamment du sexe opposé), mais pas trop non plus, et pas dans n’importe quelles conditions (laisser la Bague au doigt bien en évidence pour tous les autres, en guise de protection, telle une AirBague).

"laisser son ou sa partenaire fréquenter d'autres personnes [...], mais pas trop non plus"

Une forme de contrôle sur l'autre, en fait ?
Je me demande parfois si ce n'est pas ce que voulait un amoureux monogame... (Amoureux qui m'a laissée tomber lorsqu'il a compris que je choisissais mes relations, avec ou sans son consentement...j'avais pourtant été tellement claire avec lui dès le départ, que même des amis totalement exclusifs en ce qui les concerne ont été surpris de sa réaction !)

#
Profil

ScottBuckley

le jeudi 20 juin 2013 à 20h38

RIP

Sinon, comme le ton de ce fil s'y prête, je ne vais pas me gêner pour dire que j'en ai ma claque de l'amour, du manque d'humour en amour. ( ... )
__________

Je ne prétend certainement pas avoir raison, tout au plus balbutier l'une des formes d'agacement que le sujet en général peut susciter ici ou ailleurs. En ce qui me concerne, j'abandonne ...

Message modifié par son auteur hier à 2h.

@ RIP :
Oups, question : " j'abandonne " est relatif à quoi ? je t'ai ennuyé ?
Si oui, j'en suis désolé, ce n'était pas le but.

Et je trouve aussi que la vie et l'amour manquent d'humour, mais celui-ci ne se partage pas avec tout le monde pareil, et encore moins par écrit.

L'humour de vive voix est parfois plus facile à partager, de visu, car on voit les personnes avec qui on essaye de le partager (avec un écran : non).

Et autrement, il y a des conversations qui méritent encore plus que d'autres d'être faites de vive voix, dans un bar ou en plein air (et sans écran d'interface) , celle-là pourrait bien en faire partie .

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

oO0

le vendredi 21 juin 2013 à 01h30

Greenpixie,

non, tu ne m'as pas ennuyé, au contraire, il y a d'ailleurs d'autres personnes que j'apprécie lire aussi. J'abandonne juste le sujet en général ...

Pour l'humour, je te suis, puis je n'ai de toute façon pas la prétention d'avoir un sens de l'humour à même de faire rire.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Espace membre

» Options de connexion